Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets chers et funestes

 | 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Aliénations impérialistes

Le miroir et l’ecran : La métamorphose de la télévision

Pierre Rossel

Texte intégral

1L’objet télévision — comme tous les objets — n’a de sens que par les pratiques qu’en ont les sujets pour lesquels et par lesquels il existe. Cette hypothèse préliminaire devrait nous permettre de mieux appréhender les rapports effectifs dont le medium est l’expression matérialisée. C’est dans cette optique que nous examinerons les différentes dimensions constitutives de l’objet.

2Nous commencerons par reconstituer les principales étapes du processus social occulté par l’écran. Il s’agit d’une approche qui, bien qu’évoquant une réalité quotidienne, et donc apparemment banale, se veut nouvelle et propositive. Elle s’oppose d’ailleurs catégoriquement à ce qui s’est le plus souvent écrit sur le médium jusqu’ici. Il faudra donc justifier, du moins en partie, cette hérésie analytique par un détour attentif sur le regard équivoque porté traditionnellement par les sciences sociales sur la télévision.

3Ces jalons préalables étant posés, il deviendra intéressant de se pencher sur quelques aspects actuels du phénomène télévision, en l’occurrence :

  • l’explosion du medium en des séries technologiques problématiques (télévision par satellite, TV locale ou communautaire, et vidéo) ;

  • la pénétration télévisuelle dans les pays de la périphérie ;

  • l’évolution présente et à venir de la TV, dans son association avec l’informatique, vers l’écran télématique.

4Ces points feront l’objet de trois chapitres distincts.

Les différentes dimensions de l’écran

Approche de l’objet

5L’utilisation due vocable télévision recouvre deux réalités distinctes et cependant étroitement liées.

6Lorsqu’on parle de notre télévision, de votre télévision, d’une télévision, d’un poste de télévision, de cette télévision ou encore de la télévision juchée sur un meuble à l’angle de la salle à manger, on désigne un objet personnalisé appartenant, ou devant prochainement appartenir, à la quotidienneté d’un utilisateur. Ce type de discours se retrouve sous mille variantes dans la publicité, dans les discussions familiales, entre voisins, ou entre amis. En revanche, lorsqu’on parle de La Télévision, sans préciser davantage, on fait généralement allusion à un processus qui, même si on en perçoit certains éléments, relève dans son ensemble de la magie : on perd de vue les composantes du système ainsi que leur complexité.

7A la frontière de ces deux plages sémantiques, on trouve des expressions telles que : « Hier, à la télévision, ils ont montré... ». Ce genre de phrases traduit bien ce que signifie la télévision : ni objet, ni processus, ni strictement medium, mais bien plutôt un certain rapport social.

8Cette conception de la télévision se profile déjà chez Mc Luhan, pour qui les media électroniques, par leurs caractéristiques, entraînent toute une série de relations, de visions du monde, de comportements spécifiques. De cette intuition géniale, Mc Luhan n’a tiré qu’un optimisme technologique, qui attribue à la télévision un rôle rédempteur que nous ne voyons décidément pas.

« Le contenu nous cache la plupart du temps la fonction réelle du medium. Il se donne pour message, alors que le message réel, en regard duquel le discours manifeste n’est peut-être que connotation, c’est le changement « structurel (d’échelle, de modèles, d’habitus) opéré en profondeur sur les relations humaines. Grossièrement, le ’message’ du chemin de fer, ce n’est pas le charbon ou les voyageurs qu’il transporte, c’est une vision du monde, un nouveau statut des agglomérations, etc... Le ’message’ « de la TV, ce ne sont pas les images qu’elle transmet, ce sont les modèles nouveaux de relation et de perception qu’elle impose, le changement des structures traditionnelles de la famille et du groupe. » (Baudrillard 1970 : 189)

9A partir de cette réflexion, examinons l’effet de perspective et voyons ce qui se cache derrière l’écran. L’objet se présente tout d’abord sous la forme d’un récepteur, dont la forme, la couleur, le revêtement, la taille, les gadgets éventuels, l’emplacement, et plus généralement le milieu ambiant et les heures d’écoute, forment un champ complexe de signes donnés à manipuler. Le récepteur, par sa place et son utilisation, se situe donc au centre d’un investissement, menant au cœur même du code social véhiculé par les consommateurs de téléviseurs (Baudrillard 1968, 1970).

10Malgré les apparences, le poste récepteur n’a rien d’un objet statique. Premièrement, il diffuse des images, ce qui lui confère tout son attrait. Ensuite, il ne fait pas que les diffuser, il les retransmet : opération importante dont on perd peu à peu conscience, tant le lien unissant le producteur au consommateur apparaît comme direct.

Comment expliquer cet « effet d’optique » ?

11Le consommateur presse quotidiennement quelques petits boutons qui contribuent à installer en lui l’illusion de pouvoir, de contrôle, de liberté. Le bouton court-circuite l’intelligibilité. L’image n’a plus ensuite qu’à concrétiser les attributs positifs du bien-être. Les défaillances se font rares, et le message, quel qu’il soit, se fonde toujours sur une reconnaissance implicite du Progrès et du Savoir qu’il sous-entend. Dans cet état de connivence générale, il n’est pas étonnant que par ce que le téléviseur apporte de plaisir et de magie, le consommateur ait l’impression de le dominer à son gré. Ce petit jeu quotidien s’effectue certes dans le cadre-limite des programmes. Mais, nous l’avons vu, le consommateur « choisit » : les gens qui s’agitent derrière le petit écran sont finalement à son service, ils ne sauraient qu’en de rares occasions (lors de pannes, de grèves, ou lorsque les programmes se montrent simultanément « mauvais » sur toutes les chaînes), donner l’impression qu’ils échappent à sa volonté. Tout au plus, disposent-ils de talents créatifs ou techniques qu’ils s’empressent de mettre en œuvre pour informer, cultiver et divertir. Ils sont payés pour cela, et même beaucoup, dit-on !

12Cette perception des rapports entre les petits gestes de tous les jours, le poste récepteur et l’image s’inscrivent dans ce que Baudrillard a appelé la logique du Père Noël (1968, 1970), où, comme l’expriment plus ou moins ouvertement les publicistes, journalistes, présentateurs et autres téléspeakerines, tout nous est offert. Et comme on nous offre beaucoup, on est à même de choisir ! Derrière cette pseudo-maîtrise, réduite à une série d’opérations mécaniques et musculaires minimales, se cache tout un appareil de spécialistes sans lesquels le miracle n’aurait pas lieu. Cette réalité d’un au-delà du poste récepteur constitue l’ensemble des rapports concrets instituant la télévision. Cette infrastructure se caractérise surtout par le savoir qu’elle polarise. Polarisation tellement inégale que le récepteur s’actualise finalement sous forme d’une boîte d’apparence toute simple, dont la complexité est le plus souvent complètement évacuée de l’esprit des usagers.

Et l’image ?

13Son apparition repose sur deux registres logistiques : d’une part, la physique de la télévision, et d’autre part, l’instance productrice d’émissions (décomposable elle-même en plusieurs facteurs). Ces deux partenaires entretiennent entre eux des liens étroits, mais subordonnés aux instances financières et administratives, certaines différences marginales existant ici ou là suivant les pays.

14On perd bien vite de vue la formidable dépendance qu’occulte l’image : les réseaux fournisseurs de courant électrique lorsqu’on branche le récepteur, lorsque les studios produisent, émettent et transmettent des émissions ; les instances de gestion qui noircissent du papier, les équipement construits, etc... La transmission, entre autres, suppose une énorme concentration d’énergie et de savoir. Qu’elle s’effectue par l’intermédiaire d’un émetteur-relais perché à grands frais sur un sommet désolé ou par un satellite, solution d’avenir, elle met en jeu un effort technologique et un capital considérables.

15La physique de la télévision tient tout à la fois lieu de baguette magique et de mauvais objet. D’un côté, elle favorise des prodiges et de l’autre, elle permet des pannes fâcheuses, laissant le désagrément s’installer dans le salon !

16Par ailleurs, l’image n’est ni informe, ni aléatoire. Elle a été créée, gérée, sélectionnée. On a quelque peine à imaginer, et reconstituer, le réseau de contributions énergétiques, intellectuelles et manuelles que nécessite ce processus ; non seulement dans le cadre restreint des studios, mais également, au sein des secteurs gestionnaires, bailleurs de fond, fournisseurs de matériaux, de pellicule, d’accessoires, de savoir en boîte, et surtout, parmi les inducteurs de besoins de tout poil, publicistes, critiques d’art divers. Si la télévision porte le sceau du bien-être, il faut y voir en filigrane un gigantesque travail de promotion, de planification et de gestion. L’individu n’aspire pas spontanément à la possession et à la jouissance de l’objet. Il faut le lui suggérer et l’en convaincre. IL LE FAUT... pour que tout ce petit monde de privilèges puisse survivre et se reproduire, pour que la machine poursuive sa spirale de croissance, pour que le progrès continue à frapper.

17N’oublions pas, au passage, de rappeler combien le processus de production des images est marqué par des inégalités criantes de traitements, de droits et de conditions de travail. Se soucie-t-on, en regardant son feuilleton favori, que couturières et nettoyeuses s’épuisent en heures supplémentaires pour un salaire le plus souvent scandaleux, sans même avoir de contrats de travail, ni de droits syndicaux ? Le medium recèle cependant trop de prestige sur le marché du travail pour qu’il ne faille pas remettre en scène le personnel bafoué (opérateurs du son, cameramen, et autre personnel technique et moins technique), caution essentielle du résultat final.

18Nous venons de parcourir brièvement l’ensemble des composantes (ou presque) réalisant les rapports concrets de la télévision. Pour caractériser le double aspect informationnel et matériel du medium (rapports d’argent, de pouvoir, de savoir, de décodage de modèles), Galtung (1977) a suggéré que l’utilisateur se trouve dans une relation de Périphérie à Centre.

19Ce concept, venu d’ailleurs, illustre également fort bien le comportement téléspectateur, caractérisé par la polarisation vers l’écran et par la dissémination d’écrans, dans autant d’immeubles, d’étages, d’appartements, de chambres, de bureaux, de lieux publics, de voitures, etc...

20Ce rapport à l’objet correspond à une relation parcellisée. La polarisation s’opère grâce à un double échelon-séparateur : premièrement, au niveau du réseau (répartition des écrans et des comportements qui s’y rattachent) et deuxièmement, au niveau du rapport au téléviseur lui-même.

I. Rapports de réseau (maison, quartier)

I. Rapports de réseau (maison, quartier)

Les divers couloirs débouchant chacun sur un écran « personnel » correspondent aux réceptacles de notre vie quotidienne : maisons, étages, appartements, chambres, voitures, etc... Ils n’entretiennent qu’un minimum de communication entre eux.

II. Rapports au téléviseur (appartement, chambre)

II. Rapports au téléviseur (appartement, chambre)

Au sein d’un même réceptacle, les différents téléspectateurs ne se parlent plus guère, leur attention étant essentiellement accaparée par l’écran, vers lequel vont finalement converger tous les regards et toutes les préoccupations.

21Nous sommes ainsi en présence d’un comportement de non-communication ou, au mieux, de pseudo-communication.

22Exemples :

  • parents qui ne se parlent plus.

  • parents qui ne se parlent plus guère que pour les changements fonctionnels (de chaîne, de local, de début et de fin d’activité téléspectatrice).

  • parents qui discutent des contenus télévisés.

  • voisins qui ne s’invitent plus, car ils regardent la TV.

  • voisins qui s’invitent et qui finissent par parler de télévision.

23Il nous faut maintenant dépasser cette approche, et chercher à identifier quels rapports abstraits se dissimulent derrière ce lourd appareillage de gens, d’objets, d’idées, de comportements, de savoirs et d’énergies.

24Suivant en cela les recherches de certains auteurs comme Boorstin, Debord, Lefebvre et Baudrillard, nous émettons les hypothèses suivantes :

  1. La même machinerie mise en place pour émettre et diffuser des images/messages, contribue à les faire surgir de la réalité, ou, dans tous les cas, à les révéler et à leur accorder quelque importance. Nous retrouvons là la problématique de Boorstin, qui voit dans notre société, le besoin fonctionnel qu’auraient les media à créer des pseudo-événements pour assurer leur propre reproduction.

  2. La télévision n’agit pas en dehors du concert des autres media. Tous se renvoient des messages les uns aux autres. Baudrillard (1970) voit dans cette réflexivité, de type circulaire et saturée de pseudo-événements, l’amorce d’une espèce de néo-réalité. La télévision, en tant qu’objet, ne se limite donc pas à être le lieu d’une manipulation de signes, participant à la production sans cesse renouvelée de besoins. Elle appartient également à un enjeu plus vaste dont la simulation est la caractéristique principale.

  3. Cet effet circulaire confère sa vraie dimension au rapport Centre-Périphérie dont parle Galtung. Cette relation fortement polarisée ne découle pas seulement d’une inégalité de savoir, de pouvoir, d’argent, mais elle repose aussi, et surtout, sur la disparition d’un monde environnant intelligible et pertinent, au profit d’une accumulation de simulacres.

« La conscience spectatrice, prisonnière d’un univers aplati, borné par l’écran du spectacle, derrière lequel sa propre vie a été déportée, ne connaît plus que les interlocuteurs fictifs qui l’entretiennent unilatéralement « de leur marchandise et de la politique de leur marchandise. » (Debord 1971 : 142 in thèse 218)

  1. L’appareillage de la télévision, avec les composantes qu’elle suppose, se traduit avant tout par les effets de séparation et de dépendance (au niveau le plus abstrait, dons le plus invisible) dont le consommateur est l’objet.

  2. Ces deux aspects (séparation et dépendance) peuvent se vérifier à tout instant, en famille ou ailleurs : ils sont synonymes de non-communication, ou, au mieux, de communication simulée et inessentielle.

  3. La télévision disloque la sociabilité (et par conséquent, sépare, parcellise), mais toujours sous le signe de la communion, du dialogue, de la communication réussie. Elle parvient à faire passer la réversibilité pour de la réciprocité (Baudrillard 1972).

  4. L’ensemble de ces hypothèses présente une image totalement nouvelle du medium : il s’avère d’autant plus pernicieux qu’il se donne comme objet de communion, d’échange, de communication.

Débat autour des « effets » du medium

25Il convient tout d’abord de rappeler que des centaines de milliers d’articles et d’ouvrages ont été écrits sur la télévision (Mander 1978). Mais, curieusement, la presque totalité de cette monumentale littérature semble s’être cristallisée autour d’une dimension très particulière du medium, sans d’ailleurs qu’un progrès décisif s’en soit pour autant dégagé.

26Nous voulons voir dans cette réduction obstinée, non pas un simple courant d’opinion contraire au nôtre, mais un des aspects significatifs de l’objet-télévision. Dans la perspective de la compréhension du rapport télévisuel, il s’agit d’un débat capital. Aussi l’aborderons-nous dans le détail.

***

27La plupart des sociologues des media ont inlassablement œuvré pour savoir quels étaient les effets de la télévision. Avec le temps, les outils d’analyse se sont affinés. Dans l’entre-deux guerres déjà, Lasswell avait résumé le processus de la communication en ces termes : « Qui dit quoi ? A qui ? Dans quelles circonstances ? Avec quels effets ? » Quelques années plus tard, Lazarsfeld et son équipe, s’inspirant du behaviorisme, l’ont schématisé par le raccourci : « Stimulus/Réponse ». Par la suite, Jacobson a proposé une séquence plus élaborée, qui a eu beaucoup de succès : « Emetteur/Message/Récepteur » ou encore « Encodeur/Message/Décodeur », dont chaque terme correspond à une fonction contextuelle. Plus près de nous, Moles s’est appuyé sur la théorie de l’information de Shannon et Weaver pour créer une méthode d’analyse complexe, qu’il a baptisée « structurale ». Le modèle qu’il reprend de Shannon et Weaver ajoute par rapport à celui de Jacobson :

    • l’intervention du facteur « bruits », fournissant une appréciation qualitative de l’information par la négative,

    • l’existence d’un répertoire plus ou moins commun à l’émetteur et au récepteur,

    • l’idée de « feed-back », allant du récepteur à l’émetteur, soit directement, soit par l’intermédiaire du répertoire commun (temps de réponse plus long, dans ce cas).

28La théorie de Moles intègre ce modèle dans une grille, fonctionnant sur la séparation du champ informationnel en macro-milieu et en micro-milieu quant au contexte, et en unités appelées « culturèmes » en ce qui concerne les flux de communication. Dans l’analyse proprement dite, chaque message est en outre pris dans un repérage à quatre dimensions : sa grandeur quantitative (surface occupée, longueur de temps), son taux d’intelligibilité (selon une échelle à sept degrés), son niveau d’implication pour un sujet moyen (également selon une échelle à sept degrés), et le niveau psychologique plus ou moins profond où s’exerce son impact.

29Notons encore l’existence d’une analyse dite « transactionnelle », proposition des Américains Krans et Davis (1976), qui, reprenant une vieille idée de Parsons, voient dans la communication une négociation entre un « offreur » d’informations et un « demandeur » d’informations. Surgit donc l’idée d’un véritable marché d’informations et de négociateurs. Cette théorie, encore à l’état d’ébauche, mérite certainement d’être suivie. Elle tient compte dans une large mesure du contexte.

30Le danger, pour la plupart de ces théories, consiste à tomber dans une vision directionnelle, chronologique et univoque de la communication.

    • directionnelle, car on suppose que la communication a une direction, allant toujours d’un émetteur à un récepteur.

    • chronologique, car elle s’établit entre le temps t de l’émission et le temps t’ de la réception, t’ étant plus grand que t (l’histoire a également un sens).

    • univoque, car on postule qu’en arrivant à l’unité de signification élémentaire d’information, la communication ne recèle plus aucune ambivalence.

31Certains, ainsi que nous le verrons, se sont efforcés d’échapper à une vision aussi positiviste du phénomène.

32Ces différentes approches des effets des media ont d’autant mieux marqué la télévision qu’il s’agit du medium occasionnant le plus gros roulement de capitaux (et donc de recherches), jusqu’ici cristallisés autour de deux questions :

  1. La violence à la télévision engendre-t-elle la violence dans la réalité ?

  2. La télévision, à l’instar d’autres media, favorise-t-elle la persuasion politique ?

33Pour le premier, les titres se chiffrent par milliers. Glucksmann (1966) en a tiré une véritable étude sur les études, au terme de laquelle il conclut, de manière relativement convaincante, que les avis sont très partagés et qu’aucun n’arrive à prouver quoi que ce soit, le concept de départ (la violence) faisant déjà intervenir convictions et idéologie.

34Quant au problème de la propagande, il est plus vieux que la télévision. Les recherches parmi les plus intéressantes sont celles de Lazarsfeld et ses collaborateurs, qui, voulant cerner l’impact électoral de la radio, ont élaboré la théorie dite du « Two-sleps flow », montrant que l’information a d’autant plus d’impact, d’une part, si elle est prédigérée et retransmise par une personnalité locale positive (donc « connue ») et, d’autre part, si elle entre déjà pour une bonne part dans les vues du récepteur. On ne fait donc pas avaler n’importe quoi à n’importe qui, du moins pas dans une relation de cause à effet : les facteurs contextuels structurent la communication. Les apports de Lazarsfeld ont été repris et améliorés, entre autres, par Cazeneuve (1970, 1972, 1974), dans ses études sur la relation entre la télévision et les élections.

35D’autres, comme Enzensberger (1965, 1970), ou, dans une moindre mesure, Adorno (1960) estiment que la télévision est en soi un instrument bénéfique, mais qu’aux mains du système capitaliste, il autorise une manipulation des consciences et l’imposition de modèles logiques appartenant à l’idéologie dominante. On ne saurait leur donner tout à fait tort. Mais cette option ne fait cependant pas l’unanimité, évacuant par trop certaines propriétés du medium et des media.

36Pour notre part, et ceci s’applique d’une façon ou d’une autre à toutes les théories esquissées dans ce bref chapitre, nous sommes d’avis que si manipulation il y a, elle ne s’effectue pas en premier lieu au niveau des contenus manifestes. Elle ne peut intervenir qu’à un niveau abstrait, en fonction de la place que prennent les différents contenus diffusés, dans la chaîne quotidienne des messages circulant dans la société. En d’autres termes, l’information a d’autant plus d’impact qu’elle peut trouver un prolongement dans une pratique sociale où elle entre dans une relation d’homologie avec l’histoire de vie et le milieu ambiant du « récepteur ». Pour comprendre la portée de cette hypothèse, n’oublions pas qu’il existe une relative homogénéité de projet entre les milieux producteurs d’informations télévisées (information au sens large) et les milieux récepteurs (consommateurs). Si on lit cette relation dans le temps, et non plus dans une séquence synchronique, comme le fait Jacobson par exemple, on débouche sur une complète circularité des causes et des effets. Le soi-disant récepteur n’est plus, dans cette optique, qu’un relais-inducteur d’information. L’unique causalité du processus se situe dans les exigences qu’a la mécanique sociale globale de se reproduire.

37Contrairement à ce qu’affirment certaines thèses marxistes dogmatiques, notre société n’a pas pour seul moteur la production (sous-entendu production d’objets), mais elle développe de plus en plus, grâce à la production de la demande, la production de besoins de jouir d’objets et de service (Baudrillard 1970 et Attali 1978).

38Cette production simultanée d’objets à acquérir et de besoins, base de la croissance en spirale de notre société industrielle, s’incarne à merveille dans le film américain « Network », où l’on voit d’une part, comment s’opère un circuit fermé entre les désirs des téléspectateurs, les sondages censés les exprimer, et les instances productrices (producteurs d’émissions et « sponsors » financiers) et d’autre part, comment face à la néo-réalité télé-générée, tout est à même d’être récupéré et introduit dans le circuit TV.

39Une même problématique constitue la base de l’article de M.T. Maschino, dans le Monde diplomatique de février 1979, intitulé « La Machine à abêtir » : le circuit de l’argent ne repose jamais que sur celui des signes se renvoyant à eux-mêmes pour le plus grand bien de la logique du système, argent et signes assurant la reproduction des mass media et réciproquement.

40Dans cette optique, l’impact du message est noyé dans le circuit. Nous suggérons donc un nouveau plan de lecture des fameux « effets » des media. Aussi, lorsqu’on lit que les enfants américains passent plus de quinze mille heures devant le petit écran jusqu’à la fin de leur scolarité obligatoire (Claude Sarraute, dans Le Monde du 22 janvier 1979), qu’ils y ont en même temps ingurgité quelques 18000 meurtres et 350.000 spots publicitaires, on est surtout en présence d’un phénomène de nature à agir sur les relations sociales. A partir d’une certaine quantité, un saut qualitatif s’effectue et les frontières entre le fictif et le réel s’estompent.

41Sur le même plan peuvent se traiter les images insidieuses, c’est-à-dire apparemment imperceptibles, qu’on insérerait dans un film anodin, à raison d’une sur vingt-quatre toutes les secondes, par exemple. L’hypothèse courante, reprise et développée par quantité de romans d’espionnage, et par là-même appartenant déjà au rayon « mythologie » des mass media, veut que grâce aux conditions d’inadvertance quasi hypnotique entourant de telles situations, il devienne possible de propager des contenus sournois, de nature politique ou commerciale. En fait, ce n’est ni vrai, ni faux. N’oublions pas que nous sommes soumis, quotidiennement, à un bombardement continu d’images insidieuses, que nous voyons sans nous en rendre compte : en marchant dans la rue, en utilisant les objets de notre environnement familier, en lisant les pages sportives de notre quotidien favori, etc.. Ceci pour le niveau manifeste des messages. Quant au niveau abstrait, relationnel, social, il est douteux que nous nous en apercevions bien souvent. Car, la plupart de nos comportements, de nos usages, de nos pratiques des choses et des personnes qui nous entourent, s’insèrent dans une logique, dans un code que nous contribuons à élaborer, ce qui ensuite opère en nous un dressage permanent (que nous nous empressons ensuite de reprendre pour le répercuter plus loin). Exit pour un temps le problème des images insidieuses.

42Reste la question de la potentialité subversive de certains contenus. En restant fidèles à nos hypothèses, nous pouvons supposer que certaines émissions, dans la mesure où elles s’intègrent dans l’exact prolongement d’une pratique homologue, sont à même de sensibiliser certains spectateurs. En revanche, aucun contenu n’est significatif a priori. Il y aurait même, dans la pratique de l’information, une fâcheuse tendance à diluer le sens des messages. On parvient sans difficulté à les banaliser en les juxtaposant avec un matériel trivial. A l’extrême, tout message est à même de limiter l’intelligibilité d’autres messages. Somoza banalise Coluche, et Coluche banalise Somoza. La publicité banalise le journal parlé, et réciproquement. En dernier ressort, ce processus repose sur un rapport préalable de spectateur, réduisant dans une proportion énorme une quelconque possibilité de suite concrète à un message. Et ceci d’autant plus que le seul fait de voir une information à la télévision nous donne l’impression du vécu, de l’acquis, du pertinent.

43Dans la chaîne quotidienne des écrans, la télévision est reine. Il ne suffit donc pas d’analyser, comme on l’a fait jusqu’à aujourd’hui, les symptômes créés par la T.V. sur le corps social, pour percevoir le medium dans sa totalité. Le réduire à l’analyse des effets de surface qu’il engendrerait, c’est accepter a priori la multiplication télévisuelle des rapports créés par lui et contribuer à asseoir son règne.

Méga, macro, méso, micro, péri. Quelle explosion !

44Le satellite, le câble (d’abord en cuivre gainé, puis à fibre optique), le vidéoscope et la cassette ont bouleversé le medium.

45Selon une terminologie mise en usage par Berger (1972), depuis une dizaine d’années déjà, la télévision tend à s’articuler ainsi :

    • La macro-télévision désigne l’appareil de production, distribution et réception désormais classique. La variante « méga » fait allusion à l’appui logistique de satellites, en vue de la construction de réseaux plus vastes.

    • La méso-télévision comprend la télévision locale et la télévision communautaire (qui n’a pas forcément à voir avec une localité), soit sous forme de régie autonome, soit sous forme de ponction de temps et d’équipement dans le macro-réseau.

    • La micro-télévision englobe toutes les pratiques vidéo.

46A ces néologismes de base est venu s’ajouter depuis peu celui de « péri-télévision », correspondant à certains à-côtés en plein essor, comme les jeux et le dessin électroniques.

47La question fondamentale que font surgir ces nouvelles dimensions du medium, est de savoir si la communication inégale du genre « macro » s’en trouve modifiée (sous-entendu : en bien). La réponse est positive. Une abondante littérature l’atteste : méso et micro TV y apparaissent comme de nouveaux moyens de communication, enrichissants, directs et facilement contrôlables. Sans vouloir nous prononcer de façon conclusive, nous confessons cependant de sérieuses réserves vis-à-vis de ce « hourra ! » général.

48Nous avons déjà exprimé notre opinion au sujet de la macro-télévision. Sa variante « méga », avec l’essor des télécommunications spatiales, nous paraît renforcer encore les caractéristiques du medium. La méso-télévision, après une période de jeunesse exubérante, manifeste déjà quelques signes d’essoufflement. Les raisons les plus souvent invoquées se résument essentiellement à deux problèmes de base, renvoyant d’ailleurs au même point de départ.

49On a constaté, en effet, que la télévision locale, ou communautaire, ne faisait jamais que produire une image fidèle de soi-même. Dès lors, on devient par là le téléspectateur de sa propre dépendance. Aussi, une fois passée la phase narcissique du gadget, réapparaît la banalité. Un second facteur vient encore accentuer cette lassitude précoce : le manque de programmes. Ce phénomène a été observé par la plupart des animateurs d’expériences « méso », aux Etats-Unis et au Canada : à moins de se muer en sous-traitant local du macro-réseau, il devient rapidement difficile de concurrencer la qualité et la quantité des services offerts par ce dernier. Et pour cause : le spectacle du Spectacle constitue la plus fade et la plus affligeante des nourritures ! La « communication » ne se renvoie plus qu’à elle-même.

50Quant à la vidéo, ou « micro-télévision » (celle qu’on peut transporter et porter à souhait), elle a eu un succès beaucoup plus considérable que l’articulation précédente. Il s’agit, cette fois, d’un véritable « boom », et la diversité de ses applications semble tout bonnement illimitée. Rappelons ici quelques-uns des domaines d’application les plus marquants de la vidéo :

    • La surveillance.

    • L’éducation.

    • La thérapie.

    • Le sport.

    • Le jeu.

    • L’animation sociale, de jeunes, de vieux, politique, syndicale, etc...).

    • La création culturelle (sous ses formes les plus « brutes » et démocratiques).

    • La formation des cadres.

    • etc...

51La vidéo a également ensemencé une « sociabilité » logistique : clubs, banques de données, centres d’animation et de rencontre, vidéothèques, etc...

52Certains ont vu dans la vidéo un dépassement potentiel de la télévision classique. Ainsi Willener et ses collaborateurs militent-ils pour l’anti-TV, c’est-à-dire une « vidéo de processus » (Willener 1978) qui, par contrepied socio-sémantique, s’est vue baptisée VT (de Video-Taping), et qui devrait peu à peu permettre l’émergence, au sein de petits groupes concernés, d’images significatives (car auto-produites, auto-contrôlées), d’autres « possibles ».

53Nous ne voulons pas ajouter d’autres arguments à ce débat, mais nous ne pouvons cependant pas nous empêcher de craindre que même dans le meilleur des cas, la vidéo n’établisse un écran subtil de plus dans le monde des simulacres qui est le nôtre. Nous pensons que cet essor industriel (au niveau de la masse, donc de la quotidienneté) amplifie les caractéristiques traditionnelles de la télévision : rapports Savoir/Pouvoir occultés et déportés, circularité des messages sur le marché, réalité simulée, réversibilité tenant lieu de réciprocité, etc.. Ces divers éléments sont détaillés et explicités dans la première partie de cet article » (« Approche de l’objet »).

54La question reste bien entendu ouverte, et la générosité des intentions n’est pas en cause. Par contre il n’y a aucun doute sur la formule « Videotime is money », à en juger par le dernier Salon de l’Audiovisuel à Paris (janvier 1979).

La télévision à la périphérie : la dépendance occultée

55Nous reconnaissons ici que les données n’abondent pas. Et pourtant ! La télévision joue dans les pays « sous-développés » un rôle non négligeable.

56De Cazeneuve (1976), on peut déduire que la plupart des pays pauvres en équipement où existe la télévision, ne la distillent que dans les couches privilégiées de la population.

57Les postes récepteurs, signes avant-coureurs de privilèges, y sont rares et le prestige de télévision révèle la pénétration des catégories industrielles dans la hiérarchie sociale.

58Certains exemples mériteraient une étude approfondie. Ainsi, au Zaïre, où, à chaque début d’émission, Mobutu Sese Seko, véritable incarnation de Dieu le Père, ou son tout proche parent pour le moins, descend de ses nuages pour inviter les spectateurs à l’émission.

59Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer certaines situations de pénétration dense : en 1972, le Mexique compte déjà 73 récepteurs par tranche de 1000 habitants, le Brésil 67, le Venezuela 89, l’Argentine 155, etc... (Cazeneuve 1976 : 446).

60Ces chiffres devraient augmenter très rapidement. Il y a des consommateurs à créer, de l’argent à gagner, des bienfaits à répandre. Papaneck et ses étudiants (1973) ont étudié le problème à fond, dans l’optique de favoriser la construction massive de téléviseurs à très bas prix, réalisable par et pour les Africains eux-mêmes. Les variables intégrées dans ce projet témoignent d’une analyse intelligente : climat, utilisation (finalité), capacité de formation, matériaux à disposition, main-d’œuvre de réserve, langues logistiques et langues diffusées, terrain assurant la propagation, causes possibles de corrosion, ainsi que toute une série de dimensions sociologiques et anthropologiques.

61Nous avons pu nous-mêmes parcourir certains bidonvilles en Amérique latine et connaître bien des gens vivant de trois fois rien, disposant (ou s’acharnant pour y arriver) d’un poste de télévision, avant tout autre objet de confort. C’est là monnaie courante et chose toute naturelle. Nous n’en parlons pas par indignation moralisante, mais bien parce que nous y voyons un phénomène significatif de l’expansion du medium.

62Netzahualcoyotl, vous connaissez ? C’est le nom d’un village. En 1950, personne n’y habitait et le nom n’existait pas. Aujourd’hui, plus d’un million de personnes y vivent. Il s’agit d’une sorte de bidonville géant, autrefois dans la banlieue de Mexico City, aujourd’hui entièrement phagocyté par la mégalopolis. Au début, la socialisation des individus dans Netzahualcoyotl se faisait par la reconstitution de hiérarchies internes, particulièrement oppressives et relevant du racket. Mais depuis plusieurs années, de pair avec la croissance démographique, l’administration centrale, conjointement avec certaines industries (bâtiment et vente-réparation de produits ménagers) ont mis le grappin sur la « Cité nouvelle ». Netzahualcoyotl connaît maintenant une pénétration du Centre selon deux axes principaux. D’une part, l’école et l’alphabétisation et, d’autre part, la télévision (de la Rosa 1974 : 25-26). Etonnamment, l’étude de la Rosa, partie d’une hypothèse marxiste tendant à démontrer comment les valeurs de l’idéologie dominante se « diffusaient » à travers les deux grands outils médiatiques école et télévision, en arrive malgré lui (en fait, grâce à une bonne observation de la transformation du bidonville) à mettre en évidence l’idée que la télévision propage les images d’un univers inaccessible et de simulation. Ses conclusions, en partie explicites, rejoignent les nôtres : la télévision fonctionne comme écran, brouillage de sens et séparation sociale, ce que nous avons déjà suggéré pour les pays fortement industrialisés.

63Les études de ce genre vont probablement alimenter la littérature des pays « dépendants » pour quelques années encore. Notre intention était juste de montrer à travers un exemple minutieusement observé, que, quel que soit le degré de correspondance entre le réel et le simulé, le simulé faisait désormais partie du réel, et le réel du simulé ; en outre, le simulé tend à prendre un poids sans cesse croissant, en même temps que l’effet simultané d’explosion du medium et de neutralisation des contenus.

64Qui n’a pas été touché par l’apparente sociabilité de ces villages espagnols ou occitans, avec leurs rues peuplées de chaises, qui, à l’image des gens qu’elles soutenaient, en se regardant, semblaient s’interpeller dans une communication réciproque, quotidienne, tour-à-tour tranquille et fébrile, mais toujours infatigable ? On imaginait volontiers une complicité totale, une homogénéité fonctionnelle entre gens, messages, chaises, rues et déroulement du temps.

65Il n’y a pas grand risque aujourd’hui à parier que les mêmes chaises et les mêmes gens se retrouvent dans quelque obscure salle de bistrot, alignés, même en plein jour s’il y a lieu, comme par la magie d’un aimant, en direction de la télévision du local.

66Il ne s’agit pas de larmoyer. Notre tableau du « Tiers-Monde » se fait déjà trop impressionniste. Nous pensons cependant, qu’à l’instar de ce qu’a montré l’étude de Corbeaux (1978), la télévision à apparaître (ou à exploser !) dans les pays jusqu’ici peu industrialisés n’échappera pas aux hypothèses de Debord, Mander, Baudrillard et consorts (illustrées dans nos deux premiers chapitres). Déjà, il nous paraît bien improbable que l’objet seul compte, que l’objet seul soit l’enjeu de la manipulation des signes et des effets de prestige direct liés à sa simple possession. Déjà, il semble que la pénétration du medium suppose l’existence du spectacle, ce rapport convergent de la dépendance et de la simulation. En d’autres termes, ce que nous avons pu établir sur la télévision jusqu’ici vaut également pour le Tiers-Monde, où elle apparaît selon des modalités partielles, mais se construit peu à peu sur le même modèle qu’au Centre.

67Bien entendu, il ne s’agit que d’hypothèses de travail. Aussi nous contentons-nous de les offrir comme grille de lecture possible de l’invasion de la télévision à la Périphérie.

Vers l’écran total : la quotidienneté télématique

68En cinq ou six ans d’existence, la technologie des microprocesseurs a connu un essor du genre météorique. Tant par la qualité que par la quantité, la miniaturisation de l’informatique et, avec elle, l’accélération de l’information et l’accroissement extraordinaire des performances sont en train d’assurer le passage d’un type de société à une autre.

69Avec Attali, nous voyons dans cette émergence la base d’un nouveau rapport social dominant, d’une nouvelle logique d’induction des besoins, dont la raison peut fort bien se résumer par le concept général d’autosurveillance (Attali 1978).

  • 1 Un microprocesseur est en fait un circuit logique grâce auquel un ordinateur peut effectuer ses opé (...)

70L’informatique, en même temps que les potentialités d’accès à une information quasi illimitée et ses connections servo-motrices possibles, pourra désormais se loger dans n’importe quel objet familier. C’est la raison pour laquelle, en dépit de leur carrière déjà brillante, les microprocesseurs1 viennent à peine de vivre leur embryogenèse. L’avenir est à eux et nous nous y soumettrons, à n’en pas douter.

71Les succès et les promesses de lendemains miraculeux s’annoncent tels qu’il n’est bientôt plus un jour sans qu’on lise dans un journal ou magazine une description alléchante des horizons électroniques d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain. (Le sujet doit être d’actualité pour que le Nouvel Observateur et le Figaro Magazine publient en février, à une semaine d’intervalle, chacun un article consacré au problème : respectivement « Le matin des informaticiens » et « Télévision de l’an 2000 : c’est pour aujourd’hui ».

72Les volumes diminuent, les rendements augmentent, les prix baissent, faisant d’une technologie réservée jusqu’ici au monde industriel et commercial, un marché de biens et de services ouverts à la consommation de masse.

73Dans cet ouragan, la télévision semble à même d’atteindre un état stable et définitivement normatif. C’est qu’elle est en train de s’allier avec la nouvelle informatique (voire de se faire absorber par elle). Qu’apporte la télévision dans ce mariage ? Ses réseaux (méga, macro, méso, micro), ses finalités (informer, cultiver, distraire), et (mais de cela peu se rendent vraiment compte), les rapports abstraits et séparateurs qu’elle sous-tend, dont nous avons déjà fait l’inventaire. Concrètement, bien que très accessoirement, la télématique signifie aussi une série d’écrans de visualisation aux caractéristiques variées (petits, grands, énormes, multiples, plats, transportables, etc.).

74La vidéo aura été l’époque charnière : déjà magnétoscopes, cassettes et câbles avaient amené des biens et services industriels au niveau domestique. Les microprocesseurs, par leur bas prix de production, vont encore accentuer cette « massification ». A la microinformatique industrielle, à la « bureautique » (Larousse aura aussi sa révolution à faire), correspond la micro-informatique domestique, l’une prolongeant efficacement les autres. De tous côtés, nous entendons dire que ces gadgets se vendent comme des petits pains. Les salons de plus en plus fréquents d’audio-visuel et/ou d’informatique nous en donnent la confirmation périodique. En même temps se développent des systèmes de communication télématique comme QUBE aux Etats-Unis, View Data en Grande-Bretagne, Antiope et Epeos en France. Tous ces réseaux construisent peu à peu les services généralisés fondant cette société de communication totale (pour demain et après demain) que nous dépeint Martin dans son essai « The Wired Society » (1978).

75Après avoir consulté nombre de revues spécialisées, lu une abondante littérature technique et médiatique, confessons qu’il est loin d’être aisé de s’y retrouver, entre ce qui appartient déjà au domaine du réalisé, ce qui se profile comme réalisable et commercialisable sous peu, et ce qui ne relève encore que de l’envisageable. Néanmoins, les services et performances annoncées comme actuels, ou d’un proche avenir (quinze ans au plus) par la plupart des articles et ouvrages consacrés à ce problème, peuvent faire l’objet d’un inventaire relativement précis (encore que provisoire).

76Schlossberg, Brockmann et Horton, dans The Home Computer Handbook (1978), nous proposent une liste indicative de quelques trente types de services télématiques principaux, dont nous restituons ici un résumé, dans le but de donner une idée de la quotidienneté de demain.

  1. Procédures de check-up médical multi-fonctionnel, réalisable chez soi, avec extension possible sous forme d’accès à des réseaux d’information et de thérapie (physiques et mentales) publiques ou privées, spécialisées.

  2. Accès à des banques de données en tous genres.

  3. Accès à tous les services touristiques, avec planification possible de chez soi.

  4. Réservations de tout ordre (restaurants, théatres, etc...) et accès à des listes truffées d’informations concernant ces différents lieux.

  5. Journal planétaire (insertion dans la circulation des nouvelles de toutes sortes de provenances).

  6. Accès aux informations administratives et gouvernementales (de niveau local, régional, ou national).

  7. Sondages et processus électoraux accélérés.

  8. Informations boursières.

  9. Accès à des services de secrétariat automatique.

  10. Service de recherche rapide de partenaire pour toutes sortes d’activités (les possibilités sont en fait infinies, et pas seulement confinées au courrier du cœur).

  11. Education, pour tout âge, tout public, toutes espèces de formations continues. Rappelons que le système QUBE (Columbus-Ohio) permet déjà à l’élève d’intervenir de diverses manières dans ses cours.

  12. Décentralisation du travail dans le secteur tertiaire. Bien des tâches pourront s’accomplir à domicile.

  13. Planification sur la base d’informations adéquates de quelque ordre que ce soit (on peut, par exemple, attendre une réponse immédiate à la question de savoir combien de voitures il peut y avoir dans un parking, quel sera le rapport hommes-femmes lors d’une festivité donnée, etc...).

  14. Service de bibliothèque.

  15. Déclaration d’impôts.

  16. Dessin artistique.

  17. Surveillance électronique en tous genres.

  18. Préparation et surveillance de budgets familiaux ou autres.

  19. Répondeur automatique sélectif fonctionnant sur l’identification de la voix des interlocuteurs.

  20. Services de paiements, services bancaires.

  21. Courrier.

  22. Accouplement des possibilités informatiques avec des systèmes-robots (servo-moteurs complexes).

  23. Automation de plus en plus poussée des automobiles par la micro-informatique.

  24. Amélioration des performances de toute une série de machines et d’appareils électro-ménagers.

  25. Planification de la nutrition.

  26. Surveillance et planification des besoins et de la consommation énergétiques.

  27. Contrôle et intervention sur l’environnement proche et ses dangers (pollution, feu, inondation, etc.).

  28. Jeux (par milliers !).

77Il ne s’agit là que d’un aperçu général. La presse nous en déverse des parcelles à tout moment, nous rebattant les oreilles de nouveautés. Mais ce feu d’artifice n’a pas encore fait éclater son bouquet final (et de loin : le marché économique de la télématique vient à peine de commencer à se construire). La télématique se propose aux humains comme un ensemble de rapports sociaux bien spécifiques. Par sa capacité d’intervention, non plus sur les seules activités de divertissement et d’information, mais sur la presque totalité des besoins induits par la logique de reproduction de notre société, elle amène les caractéristiques structurales et abstraites de la télévision, à un degré d’achèvement fonctionnel, total et fondamentalement circulaire. La dimension logique de la télématique appartient bien à ce projet implicite de notre société actuelle (et à venir) : l’auto-surveillance. A tel point que cette technologie, comme par hasard, vient à point nommé, pour lubrifier et développer les instances de contrôle et de performances de notre Société Nucléaire en plein essor...

Bibliographie

Adorno, T. W.

1960. Television and the Patterns of Mass Culture, in W. Schramm, Mass Communication, Urbana, University of Illinois Press.

Attali, J.

1978. La nouvelle économie française, Paris, Flammarion.

Baudrillard, J.

1968 Le système des objets, Paris, Denoël.

1970 La société de consommation, Paris, Gallimard.

1972 Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard.

1976 L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard.

1978 Ite Massa est, in Le Monde diplomatique, juillet 1978, p. 35.

Berger, R.

1976. La Télé-fission : Alerte à la télévision, Tournai, Casterman.

Boorstin, D.

1963. L’image, ou ce qu’il advint du rêve américain, Paris, Juillard.

Cazeneuve, J.

1970 Les pouvoirs de la télévision, Paris, Gallimard.

1972 La société de l’ubiquité, Paris, Denoël.

1974. L’homme téléspectateur, Paris, Denoël.

1976 La Télévision, in J. Cazeneuve (dir.), Les communications de masse, Paris, Denoël.

Corbeau, J.-P.

1978 Le village à l’heure de la télé, Paris, Stock.

Debord, G.

1971 La société du spectacle, Paris, Champ libre.

Enzensberger, H.-M.

1965 Culture ou mise en conditions, Paris, Les Lettres Nouvelles (Juillard).

1970 The Consciousness Industry: Constituents of a Theory of the Media, in New Left Review, no 64, nov.-déc. 1970, p. 13-37.

Galtung, J.

1977. Développement, environnement et technologie : quelques aspects non-économiques, in La Fin des Outils, Paris, PUF (Collection des Cahiers de L’IUED, Genève), p. 205-244, et notamment le chapitre intitulé : « Des communications plus horizontales », p. 226-228.

Glucksmann, A.

1966. Les effets des scènes de violence au cinéma et à la télévision, in Communications, n. 7, 1966, p. 74-119.

Jacobson, R.

1963. Essai de linguistique générale, Paris, Minuit.

Kiefer, J.-C. & Batz, J.-C.

1973. Naissance d’un medium : la vidéo-cassette, Paris, Marne.

Krans, S. & Davis, D.

1976 The Effects of Mass Communication on Political Behavior, University Park, Pennsylvania State University Press.

Lasswell, H.

1936 Politics: Who gets What, When, How?, New York.

Lazarsfeld, P., Berelson, B. & Gaudet, H.

1944 The People’s Choice, New York, Columbia University Press.

Lazarsfeld, P. & Katz, E.

1955. Personal Influence: the Part Played by the People in the Plow of Mass Communication, Glencoe, Ill., The Free Press.

McLuhan, M.

1964 Understanding Media: the Extension of Man, London, Routledge.

1967 The Medium is the Message: an Inventory of Effects, New York, The Penguin Press.

Mander, J.

1978. Four Arguments for the Elimination of Television, New York, William Morrow and Co.

Martin, J.

1978 The Wired Society, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice Hall.

Maschino, M. T.

1979 La Machine à abêtir, in Le Monde Diplomatique, février 1979, p. 18-20.

Métayer, G.

1972 Les systèmes électroniques de communication, Paris, Les Editions d’Organisation.

Moles, A.

1967. Socio-dynamique de la culture, Paris, Mouton.

Nora, S. & Minc, A.

1978. L’Informatisation de la société, Paris, Seuil.

Papaneck, V.

1973. Design for the Real World, New York, Bantam.

de la Rosa, M.

1974. Netzahualcoyotl, un Fenómeno, Mexico, Fondo de Cultura económica.

Shannon, C. E. & Weaver, W.

1949. The Mathematical Theory of Communication, Urbana, University of Illinois Press.

Sarraute, C.

1979. Les Enfants américains et la Télé : quinze mille heures devant le petit écran, in Le Monde, 21-22 janv. 1979, p. 1, 9-10.

Schlossberg, E., Brockman, J. & Horton, L.

1978 The Home Computer Handbook, New York, Bantam.

Willener, A., Milliard, G. & Ganty, A.

1972 Vidéo et société virtuelle, Paris, Tema.

Willener, A. & Milliard, G.

1974. L’avide vidéo de groupe, in Communications, no 21, 1974, p. 144-153.

Willener, A., Milliard, G. & Beaud, P.

1976. Télévision locale et animation urbaine, Vevey, Delta.

Willener, A.

1978. Les images antidotes, in Le Monde Diplomatique, juillet 1978, p. 35.

Zaks, R.

1978. Introduction aux microordinateurs individuels et professionnels, Paris, Sybex.

Notes

1 Un microprocesseur est en fait un circuit logique grâce auquel un ordinateur peut effectuer ses opérations. Il se présente sous forme d’un petit support-pelure en matière synthétique inerte, carré ou rectangulaire de quelques millimètres de côté, sur lequel on peut imprimer par réduction sérigraphique ou photolithographique un intense réseau de connexions électriques faites d’un matériau semi-conducteur. Ce principe a permis une miniaturisation considérable du matériel. Ajoutons que le microprocesseur est lui-même un ordinateur, raison pour laquelle son utilisation s’étend peu à peu, bien loin de l’informatique traditionnelle, à tous les champs de l’activité quotidienne.

Table des illustrations

Titre I. Rapports de réseau (maison, quartier)
Légende Les divers couloirs débouchant chacun sur un écran « personnel » correspondent aux réceptacles de notre vie quotidienne : maisons, étages, appartements, chambres, voitures, etc... Ils n’entretiennent qu’un minimum de communication entre eux.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre II. Rapports au téléviseur (appartement, chambre)
Légende Au sein d’un même réceptacle, les différents téléspectateurs ne se parlent plus guère, leur attention étant essentiellement accaparée par l’écran, vers lequel vont finalement converger tous les regards et toutes les préoccupations.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site