Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets chers et funestes

 | 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Nous vivons en Occident dans un type de société qui se soumet sans grande résistance à l’impératif d’une production et d’une consommation d’objets atteignant des proportions alarmantes. Ce phénomène nouveau pose des questions aussi bien aux pays du centre industrialisé qu’à ceux de la périphérie en mal d’industrialisation réelle ou fantasmée. Quelles questions ? Quels genres de problèmes ? Le titre et le sous-titre du présent cahier indiquent déjà les grands axes de la problématique que nous avons voulu, non pas exposer de façon exhaustive — il s’en faut de beaucoup — mais du moins introduire, en essayant de soulever quelques pans de ce long rideau d’évidences qui cache si bien les caractéristiques essentielles des objets.

2Le titre « Objets chers et funestes » manifeste d’emblée la nature ambivalente des éléments matériels de notre environnement. Multivalente, devrions-nous ajouter.

3Les objets nous cernent de toutes parts, certains nous sont indispensables, ou peut-être le croyons-nous, d’autres sont franchement nocifs, mais là encore, comment juger « objectivement » ? Ils nous sont chers parce qu’ils se souviennent avec nous, chers par les services qu’ils rendent, par leur côté esthétique, par la distraction qu’ils suscitent, le prestige ou le pouvoir qu’offre leur valeur, ou encore par la fascination qu’ils exercent sur un plan technique ou exotique.

4Nous y tenons, comme en témoignent un bon nombre de nos comportements, c’est pourquoi l’adjectif « funeste » qui leur est dévolu dans le souffle d’une même expression, lance un premier pavé dans la mare de cette vision idyllique et — il faut le dire — déjà désuète, des objets. Car les objets se suivent et semblent, par un effet de mirage, simultanément se ressembler de plus en plus tout en se différenciant à l’infini, soumis au double rythme implacable de la mode et des prouesses techniques.

5Avons-nous encore la possibilité d’entrer en relation avec eux et nous rendons-nous compte — comme Francis Ponge le faisait remarquer au cours d’une conférence sur l’écrivain — que « nous sommes loin d’être entre nous » ? Il voulait suggérer par là que si nous décidons du silence des choses, cela ne veut nullement signifier que celles-ci soient muetttes !

6L’homme qui se croit toujours au centre de tout serait-il devenu un simple satellite d’une planète nommée « objet » ?

7La réification de l’homme, — sa réduction à un objet comme les autres — le passage obligé, au travers des objets, des relations entre individus (relations toujours plus médiatisées, au fur et à mesure que les producteurs de consommateurs persuadent les individus que leur épanouissement, leur personnalité, leur bonheur passent par des exigences de consommer un univers magique d’objets) : tels sont quelques uns des aspects qui confèrent aux objets leur nature « funeste ».

8Ces remarques préliminaires concernent les sociétés industrielles de l’Occident principalement. L’analyse de la place dévolue aux objets et à celle impartie à l’homme débouche sur l’étude de l’aliénation de ce dernier. Pour acquérir des objets, les membres de ces sociétés sont prêts à aliéner leur force de travail, leur temps, leur mobilité, leurs relations sociales. On a souvent dit depuis que ce mouvement quasi frénétique d’acquisition, d’accumulation, de consommation d’objets s’est imposé ent tant que caractéristique essentielle de la société industrielle « avancée », que celle-ci était basée sur l’avoir au détriment de son être culturel. Les sociétés de la périphérie allaient être elles aussi affectées par ce culte rendu aux objets des sociétés du centre. En effet, le problème majeur de l’ordre de production auquel se plie l’Occident est de susciter des « besoins », non seulement chez les consommateurs européens, américains, soviétiques ou japonais mais d’ouvrir la voie aux objets occidentaux en créant des marchés partout dans le monde. La survie et la reproduction économique du monde dit « développé » en dépendent. La mise en œuvre de moyens propres à engendrer la consommation d’objets de tous ordres est devenu une facette extrêmement importante de l’impérialisme dans les pays du Tiers Monde. Ce nouvel impérialisme porte bien souvent le masque du « développement » et nombreux sont les dirigeants de ces pays qui du piège des objets font un « projet de société ».

9Ce cahier sur l’objet s’inscrit dans la ligne d’une préoccupation essentielle de la collection, à savoir le souci de garder dans le champ d’analyse la question des liens entre un phénomène plus immédiatement perceptible en Occident et ses répercussions dans les pays de la périphérie. L’inverse demeure moins patent vu les rapports de force, le pétrole constituant évidemment l’exception majeure.

10Loin de nous l’intention de vouloir tout rapporter aux objets. Il s’agit plus simplement d’aborder ces deux grands monstres que sont l’aliénation et l’impérialisme par le biais d’une réalité quotidienne, concrète, à laquelle chacun est confronté : les objets. Encore faut-il aller au-delà des évidences premières et de la banalité des discours contre la société de consommation qui, réformistes de nature, ne s’attaquent pas aux racines du problème, c’est-à-dire à la logique qui sous-tend le développement spécifique des sociétés industrielles.

11Les termes d’impérialisme et d’aliénation culturels bien que ronflants, participent également d’une certaine litanie théorique. Nous avons pensé — dans le cadre d’un séminaire de l’IUED — qu’il pourrait être intéressant de soumettre ces phénomènes à un éclairage d’apparence modeste, (et parfois incongru en regard d’un certain académisme) : celui de l’objet. La majorité des contributions de ce cahier sont ainsi le fait d’étudiants ayant participé à ce séminaire.

12Nous ne prétendons pas offrir une vision cohérente du rôle des objets dans les sociétés. Nous avons pâti et bénéficié du fait que d’une part, ce domaine relève de disciplines fort diverses (sémiologie, sociologie, anthropologie, histoire, économie etc) et que, de l’autre, les démarches théoriques sont fragmentées et fragmentaires. Plus pâti que bénéficié ? Aux lecteurs d’en juger. Qu’il sache cependant que notre présupposé de base retient que l’objet est avant tout une relation sociale établie dans un temps et un contexte donnés : aucun objet n’est « cher » ou « funeste » a priori, seuls les hommes et l’histoire leur procurent une fonction, une signification et un pouvoir d’action sur la société. Cette hypothèse de départ est celle des participants au séminaire, elle ne vaut pas nécessairement pour les autres auteurs.

13Un poète azanien nous disait récemment : « nos ustensiles font partie de notre littérature ». Est-ce que nos objets, issus d’une société industrielle, ont perdu le sens de l’écriture et leur pouvoir d’expression ? Par ce cahier, nous espérons apporter des bribes de réponse à cette question, mais aussi en poser d’autres, en particulier celles touchant aux modes possibles de résistance à l’aliénation et à l’impérialisme révélés par les objets.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site