Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Il faut manger pour vivre…

 | 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Questions fondamentales sur les besoins fondamentaux

Questions fondamentales sur les besoins fondamentaux

Introduction

Gilbert Rist

Note de l’auteur

Une version quelque peu différente de ce texte a été présentée lors d’un colloque sur le thème des besoins organisé à Berlin du 26 au 28 mai 1978 par l’Internationales Institut für Umwelt und Gesellschaft/Wissenschafts-zentrum Berlin en collaboration avec le Projet de l’Université des Nations unies intitulé « Objectifs, processus et indicateurs du développement ».

La première version, écrite en anglais, sera publiée dans Human Needs : A Contribution to the Current Debate, edited by Katrin Lederer in cooperation with Johan Galtung and David Antal, copublished by Oelgeschlager, Gunn & Hain, Publishers, Inc. and Verlagsgruppe Athenaum, Hain, Scriptor & Hanstein, 1980.

Texte intégral

« La pauvreté naît en civilisation de l’abondance même. »
Charles Fourrier

« La satisfaction des besoins élémentaires n’arrive pas à tuer l’insatisfaction des désirs fondamentaux. »
Henri Lefebvre

1Nombreux sont aujourd’hui les documents qui se proposent d’envisager le développement sous l’angle des besoins fondamentaux. Certains experts du « développement » semblent s’être tout à coup convertis à cette perspective afin de retarder la redistribution de la richesse et du pouvoir qui pourrait résulter de la réalisation du Nouvel ordre économique international (NOEI) ; d’autres recourent au thème des besoins fondamentaux pour trouver un biais qui permette de résoudre le problème posé par la misère des populations les plus défavorisées : ils se préoccupent donc en priorité des « besoins matériels » (nourriture, habitat, vêtement et infrastructure sanitaire minimale), accordent quelque attention aux « besoins sociaux » (éducation) et abandonnent le plus souvent à des temps meilleurs la satisfaction des « besoins véritablement humains » (liberté, identité, amour, etc.). D’autres encore s’efforcent, dans cette même perspective, d’établir un certain nombre de normes (généralement minimales) relatives à la satisfaction des besoins et espèrent résoudre par la création d’organismes internationaux chargés de les faire appliquer, aussi bien le problème de la pauvreté qui règne dans une partie du monde que celui de la surproduction qui caractérise l’autre partie de ce même monde.

2A n’en point douter, cette description pèche par excès de simplification, d’abord parce que ceux qui fondent leur approche du développement sur la théorie des besoins n’obéissent que rarement à un seul motif, ensuite parce que bien d’autres raisons encore expliquent le recours à cette façon d’appréhender le problème. Toujours est-il que l’on ne peut guère passer sous silence le fait que l’expression « besoins fondamentaux » peut servir à légitimer toutes sortes de projets politiques, bureaucratiques et « économicistes » (c’est-à-dire expansionnistes).

  • 1 L’article de Johan Galtung, dans le présent Cahier, constitue en effet une tentative de distinguer (...)

3Néanmoins, notre propos ne consiste pas à présenter ici les nuances qui différencient ces diverses manières de s’appuyer sur la théorie des besoins ni à dire laquelle nous paraît la meilleure. Car cela peut être fait — et cela est fait — par ceux-là même qui s’en réclament1. En fait, le soupçon qu’éveille en nous cette (nouvelle ?) stratégie du développement ne concerne pas seulement ses formes abusives ou ses simplifications excessives, mais il tient fondamentalement à l’usage que l’on fait du concept de besoin. Voilà pourquoi nous nous efforcerons de considérer cette théorie sous ses aspects les plus positifs car il est trop facile d’attaquer une doctrine en ne retenant que ses avatars malheureux : on ne peut pas rejeter en bloc le marxisme sous prétexte qu’il a (aussi) conduit à la création de goulags, et l’on serait bien malvenu de rendre Jésus responsable de l’Inquisition ou des guerres de religion.

4Dans une première partie, nous nous concentrerons sur ce qui nous paraît être le fond du débat sur les « besoins fondamentaux » ; la seconde partie sera consacrée à quelques réflexions indiquant comment on pourrait imaginer une autre perspective qui, tout en conservant certaines visées des tenants des « besoins fondamentaux », serait construite sur une base épistémologique toute différente.

Notes

1 L’article de Johan Galtung, dans le présent Cahier, constitue en effet une tentative de distinguer entre les « bonnes » théories des besoins et les « mauvaises », mais sans abandonner le concept de « besoin ».

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter