Version classiqueVersion mobile

Il faut manger pour vivre…

 | 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Débat

Le piège des besoins

Gérald Berthoud

Texte intégral

1Se prévaloir de l’idée de besoins pour rendre compte de la réalité sociale permet de situer sa réflexion sur le solide terrain du bon sens, cette ultime béquille quand le savoir défaille. Participant à la fois du langage commun et du langage savant, le terme de besoins a déjà une assez longue histoire, même si dans le tourbillon actuel de la mode intellectuelle, il semble une nouveauté très demandée. Des générations d’étudiants ont appris que les besoins illimités d’une nature humaine insatiable constituent un présupposé indiscutable (mais surtout indiscuté) de la micro-économie. Ce modèle déductif d’un individu calculateur, cherchant à satisfaire à tout prix ses besoins innombrables, a envahi depuis longtemps l’ensemble des sciences sociales, et s’insinue aujourd’hui jusque dans l’éthologie et l’écologie.

2Dans le monde des experts du « développement », l’idée de besoins a subi, depuis quelques années, un véritable recyclage. Métamorphosée en « besoins fondamentaux », elle occupe une place privilégiée sur la scène internationale. Façonnée pour l’usage exclusif des Etats « sous-développés », dans les bureaux de la Banque mondiale en 1972 déjà, l’expression « besoins fondamentaux » s’est très vite affirmée comme une grande réussite. Les réunions du système mondial des Etats n’échappent pas à ce nouveau langage ; les institutions internationales tentent de s’en servir pour résoudre leurs problèmes ; de nombreux intellectuels enfin n’hésitent pas à s’engager dans un domaine aussi prometteur.

3Constater que dans l’état actuel du monde plusieurs centaines de millions de personnes vivent au-dessous du seuil d’exigences minimales de l’organisme humain entraîne-t-il ipso facto la validité d’une démarche se fondant directement sur l’idée de besoins ?

Les besoins : concept ou prénotion

4Tout en appartenant aux idées ambiantes, le terme de besoins bénéficie depuis longtemps d’une caution scientifique. Ce n’est cependant pas une raison suffisante pour renoncer à toute réflexion critique.

5L’idée de besoins s’appuie sur le double terrain de la biologie et de la psychologie, deux domaines invoqués avec insistance depuis quelque temps pour expliquer le fondement des sociétés humaines et de la culture en général. Un tel réductionnisme — explication du niveau de complexité ultime par des niveaux de moindre complexité — renvoie à une certaine perception de la condition humaine. Or, à moins de s’enfermer dans une pure spéculation, cette condition ne peut s’appréhender que dans le jeu des similitudes et des différences des sociétés concrètes, des ethnies, ou encore des cultures particulières. Derrière l’idée de besoins, il n’y a donc guère plus qu’un vulgaire percept de la condition humaine ; au contraire, la construction d’un concept demanderait une longue recherche comparative.

6« Il faut bien manger pour vivre », ou encore « les besoins, ça existe », affirment platement les théoriciens des besoins. En assénant ainsi de pareils arguments pour barrer la route à toute critique, ils tombent du même coup dans le truisme.

7Au lieu de partir des besoins, comme ceux de manger, de boire, de se reproduire, de se vêtir, de se loger, etc., pour analyser le fonctionnement et les transformations des sociétés, il faudrait, comme plusieurs chercheurs l’ont bien compris, se détourner délibérément d’une idée aussi mystificatrice. Par exemple, il serait nécessaire de repenser toute une partie de la recherche sur le « développement », qui s’est bâtie à partir du terme de besoins. Celui-ci ne peut nullement constituer un « invariant conceptuel », c’est-à-dire un instrument d’analyse de toute réalité empirique à travers le temps et l’espace ; au contraire il reflète pleinement la vision du monde véhiculée par notre société. Le besoin, dans sa généralité, est une idée ou encore une opinion, dans le sens le plus subjectif. Il est aussi représentation spontanée, impression ou prénotion, selon l’expression même de Durkheim. Obstacle, le besoin nous éloigne de la compréhension du réel.

8Mais ne serait-il pas plus judicieux de voir la véritable raison d’être du terme de besoins dans un projet de domination idéologique, en vue de maintenir le système industriel avancé, et plus particulièrement sa composante individualiste ? Ainsi le rapport sujet-objet l’emporte sur la relation sociale. Au manque, à la nécessité ressentie par le sujet correspond la satisfaction ou la jouissance que procure l’objet. Certes le manque éprouvé par le sujet naît en principe — sauf certaines exigences biologiques élémentaires, mais qui sont toujours vécues socialement — de la comparaison avec d’autres sujets. Il n’en reste pas moins que cette primauté accordée au rapport sujet-objet ne peut provenir que d’une société éclatée, où la seule canalisation des désirs et des aspirations se porte vers des biens et des services marchands. Par son insatiabilité foncière, l’être humain vit dans la malédiction des besoins dans un monde vécu sous le signe de la rareté.

  • 1 Louis Dumont, Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Gallimard, Paris, (...)

9L’individu comme un être de besoins apparaît ainsi comme une sorte de réceptacle, qui se remplit au fur et à mesure que la société progresse dans la voie de l’industrialisation. Dans ce sens, toute théorie du « développement » centrée sur les « besoins fondamentaux » participe à ce mouvement général de promotion du principe des besoins. Parler de besoins a sans doute un sens pour une pratique de gestionnaire. Envisager une telle idée comme la pierre angulaire d’une théorie des transformations sociales équivaut à s’enfermer dans les limites étroites de l’idéologie économique. Dumont, par exemple, donne une bonne définition de cette idéologie quand il affirme : « La société se résout en économie parce que seulement des Individus, c’est-à-dire des hommes à qui on a arraché tous leurs caractères sociaux, sont considérés : la réduction de la société à des agents individuels, qui était idéale et normative dans le droit naturel, est ici admise jusqu’au niveau de la description pure et simple de la vie sociale » ; ou encore plus loin, « les besoins, le travail, la production appartiennent tous à l’économie, c’est-à-dire essentiellement à l’homme individuel dans sa relation avec la nature »1.

10Fonder sa réflexion sur la prénotion de besoins correspond à un travail idéologique de naturalisation ou de réification des rapports sociaux. Plus exactement, ces derniers s’effacent au profit des comportements. Ce glissement se manifeste tout particulièrement dans l’intrusion de la sociobiologie et même de l’éthologie dans le champ des sciences sociales. L’insistance sur les similitudes entre l’animalité et l’humanité autorise alors de savantes considérations sur 1’« évolution du comportement ». Individus, besoins, comportements, autant de termes qui entraînent l’oubli des spécificités culturelles et qui réduisent le social à un amalgame d’intérêts privés. En bref, le terme de besoins ne peut ni servir de point de départ ni de point d’arrivée d’une théorie du social, à moins de vouloir se fondre dans l’idéologie marchande dominante.

11Toute conceptualisation des besoins engendre nécessairement une représentation d’un social parcellaire et atomisé. Il y a confusion entre la partie et le tout, entre l’individu et la société. L’être social, pris dans de multiples liens, disparaît pour laisser sa place à l’être libre, c’est-à-dire libéré de toute contrainte sociale, sauf celle qu’il accepte volontairement sous la forme de contrats.

  • 2 Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Gallimard, Paris, 1972, p. 89

12Il y a bien plus qu’une simple nuance de langage à vouloir s’exprimer en termes d’être social, c’est-à-dire de relation, ou d’être libre, c’est-à-dire d’individu. Ainsi comprise, l’idée d’individu est inséparable de celles de besoins, de force de travail, d’utilité et de rareté. Tous ces termes esquissent les contours de l’« homo œconomicus » qui hante notre système productiviste. Dans la logique capitaliste, l’individu ne peut réellement s’exprimer que dans la double dimension de producteur et de consommateur, que dans une spirale où sa force de travail et sa « force consommative » alimentent un marché sans cesse croissant. L’individu se réduit ainsi à une fonction utilitaire par rapport aux objectifs de production. Dans le capitalisme avancé, la production de la demande — c’est-à-dire de besoins - - est devenue une condition essentielle de survie du système. Ce qui fait dire à Baudrillard, par exemple, que les besoins sont de véritables « forces productives »2.

13On comprend mieux alors la charge idéologique qui pèse sur l’idée de besoins. Au-delà de son évidence biologique, physiologique et psychique, le besoin apparaît comme l’expression réifiée d’un système social. Aussi, démasquer la fonction idéologique de l’idée de besoins exige une analyse critique de notre système de production comme de notre mode de représentation (code, imaginaire collectif).

14Véritable cheval de Troie, les besoins s’introduisent dans toute forme de sociabilité pour la faire éclater et la remplacer par des marchandises. Au nom des besoins, les responsables politiques et économiques manipulent les populations et renforcent ainsi leur contrôle. Ils peuvent compter sur l’appui des intellectuels, qui érigent la prénotion de besoins en concept, légitimant ainsi, au nom de la science, les pratiques et les idées dominantes des sociétés industrielles avancées. Par une remarquable convergence d’intérêts, le terme empiriste de besoins devient un véritable instrument de domination.

15Peut-on penser alors qu’une théorie du « développement », exprimée en termes de besoins fondamentaux puisse échapper aux caractéristiques générales de l’idée de besoins ? Certes l’expression de besoins fondamentaux se réfère à une réalité tragique, celle de la famine, de la malnutrition et de la misère sous toutes ses formes.

16Il importe ici de ne pas confondre la simple constatation d’une tragédie mondiale et la manière de l’interpréter dans le champ des sciences sociales. Si les besoins ne sont qu’une prénotion, pourrait-il en être autrement avec les besoins fondamentaux ?

La stratégie des besoins fondamentaux ou la nouvelle croisade contre la crise

17Face aux centaines de millions de personnes (de 500 millions à un milliard, selon les sources et selon les critères) victimes de toutes les conséquences de la misère, il peut sembler très spontanément que la voie pour une solution possible de ce problème dramatique passe par la formulation d’un « développement » orienté vers les besoins fondamentaux.

18Comme chercheurs en sciences sociales, le scandale de la misère doit nous amener à réfléchir sur l’essence d’une organisation sociale à l’échelle planétaire qui entraîne une telle situation et, d’une certaine manière s’en nourrit, pour mieux ancrer le marché mondial et le système généralisé des Etats-nations.

19Etablir des listes de besoins considérés comme fondamentaux a peut-être une portée spectaculaire. Cette démarche normative prétend ainsi dicter la voie à suivre, sans même s’astreindre à une analyse en profondeur de la situation actuelle. Les listes de besoins fondamentaux seraient-elles la panacée d’une science sociale appliquée, contribuant à sortir l’humanité des effets pervers du « développement » ? Il apparaît bien plutôt qu’une « stratégie de développement orientée vers les besoins », par son volontarisme extrême, n’évite pas la banalité des idées à la mode. Plus grave encore, elle se mue en « ingénierie sociale », peu soucieuse d’une connaissance préalable des situations qu’elle prétend transformer.

20Pour une humanité à même de résoudre techniquement tous les problèmes, mais incapable de garantir à plusieurs centaines de millions d’êtres la seule survie biologique, la réorientation du « développement » vers la satisfaction des besoins fondamentaux tombe sous le sens de n’importe quel humaniste. Ne nous laissons cependant pas prendre par la confusion qui peut s’établir dans la rencontre entre une réalité tragique et l’idée de besoins fondamentaux ou non. Il y aurait en effet une grande naïveté ou un calcul machiavélique à omettre la fonction idéologique de l’idée de besoins fondamentaux. En d’autres termes, la stratégie des besoins fondamentaux participe, à sa manière, à un mouvement de mondialisation du marché et de l’Etat-nation.

21Vouloir extirper la misère consiste à proposer une nouvelle redistribution de la richesse et surtout un mode d’organisation sociale radicalement différent du nôtre. Or, la stratégie des besoins fondamentaux n’a rien à suggérer dans ce sens, car elle est tout à fait étrangère à l’étude des systèmes sociaux. De manière symptomatique, elle ne parle jamais de sociétés, d’ethnies, de régions ou encore de communautés, mais toujours de l’humanité, de l’être humain ou encore de l’homme. Il semble ainsi se produire un véritable télescopage entre la totalité humaine et l’élément irréductible de l’être humain.

22Derrière l’apparente transhistoricité de la visée humaniste de la stratégie des besoins fondamentaux se cache un projet d’élargissement du capitalisme libéral, selon des techniques gestionnaires douces. Le drame des « déshérités du Tiers Monde » constitue pour la société industrielle avancée un danger mortel qu’elle doit écarter à tout prix. La survie des institutions marchandes et étatiques en dépend. Continuer de fonder le « développement » sur la consommation ostentatoire d’une minorité privilégiée est une impasse et crée peu à peu de dangereuses potentialités révolutionnaires. Pour la bonne santé de l’économie capitaliste, la misère du Tiers Monde devra tôt ou tard se transformer en demande solvable. Le vrai problème est alors de savoir quels sont les meilleurs moyens pour parvenir à une telle finalité. Ou encore, comment transformer un misérable ou un pauvre, selon les exigences de la logique individualiste, en un être de travail et de besoins.

23A travers toutes ses vicissitudes historiques, le capitalisme doit maintenir intégralement non pas ses résultats comptables (profit, taux de croissance, etc.), mais son propre univers significatif, qui peut se définir comme le code de la marchandise, impliquant une finalité sociale centrée sur l’avoir, mesuré selon un équivalent monétaire. Aussi la fonction latente de la stratégie des besoins fondamentaux est-elle de diffuser rationnellement le code de la marchandise. Expression elle-même d’un tel code, cette stratégie ne peut faire autre chose que d’exporter cette vision du monde axée sur l’individu. Tout en insistant sur sa contribution possible au problème matériel de la misère, la stratégie des besoins fondamentaux pourrait surtout faciliter la propagation d’un capitalisme régénéré. Une telle approche n’est pas simplement un effet de mode intellectuelle sans lendemain, mais elle apporte, dans le contexte actuel, la réponse la plus appropriée à une demande du système capitaliste dans son ensemble. Ce dernier se maintient à travers le temps tout en se transformant. En conséquence, les modes d’intervention pour lui ouvrir de nouveaux espaces doivent s’adapter aux conditions particulières de chaque période.

24La diversité des modes d’expansion du capitalisme, à travers le temps, permet de montrer que la stratégie des besoins fondamentaux pourrait constituer le dernier maillon d’une série d’interventions ayant toutes la même finalité. La fabrication d’un être réduit à la double fonction de producteur-consommateur s’est toujours amorcée par l’intervention brutale du pouvoir politique. L’administration coloniale s’est ainsi servie très tôt du travail forcé et de la fiscalité. Plus tard les moyens changent, et se font souvent plus insidieux. Les dons même s’inscrivent dans la rationalité capitaliste. Comment alors les besoins fondamentaux ne pourraient-ils pas servir de tremplin pour un système économique marqué dans l’ensemble par des résultats médiocres ?

25Depuis 25 ans, le capitalisme central pratique l’aide alimentaire, à plus ou moins grande échelle. Sous le masque de la charité, ces dons fonctionnent comme des régulateurs du marché. Empêtrés dans des excédents agricoles, les pays riches sont ainsi à même d’en faire un usage rationnel, en établissant un lien de dépendance sous la forme de nouvelles habitudes alimentaires. Peu à peu l’aide se rentabilise, en donnant naissance à un marché profitable aux multinationales de l’agro-alimentation. Ces dernières peuvent s’installer sur place pour satisfaire la nouvelle demande et contribuent du même coup à marginaliser la production paysanne locale. Avec la coopération technique, des processus semblables se retrouvent.

26Mais les dons des Etats riches aux Etats pauvres relèvent de la charité. Aujourd’hui ni les Etats dominants ni les classes dominantes ne peuvent plus se contenter de jeter quelques miettes aux pauvres, tout en en tirant de substantiels profits. Dans l’histoire récente des sociétés industrielles avancées, la simple charité du xixe siècle a peu à peu laissé sa place à une certaine redistribution de la richesse conformément aux exigences d’un capitalisme en expansion. De manière similaire, sur le plan international, l’ère de la pure charité est passée, celle des besoins fondamentaux est peut-être arrivée. A travers ces différentes interventions, l’objectif reste inchangé. La création de nouveaux marchés internationaux, n’est-ce pas la hantise profonde du capitalisme, sa véritable raison d’être ? La tendance à la généralisation du marché présente également une dimension de contrôle politique. Le danger d’explosion d’une paysannerie soumise, à travers le monde, aux formes les plus brutales d’exploitation et de domination, ne sera vraiment écarté que par la mise en œuvre d’une stratégie de la dissuasion comme celle des besoins fondamentaux.

27Prétendre que la stratégie des besoins fondamentaux appartient pleinement à la logique marchande peut se vérifier tout simplement au niveau du langage des représentants de cette stratégie. Marché, calcul coût/bénéfice, rationalité, individu font partie des termes clefs du stratège des besoins fondamentaux. Il ne s’agit nullement de simples images ou de métaphores propres à faciliter la compréhension. Ce langage est à prendre à la lettre. Les causes et les circonstances de son apparition sont inséparables de conditions historiques plus générales, qui entraînent toutes les sciences sociales dans l’orbite de l’idéologie dominante. Ainsi l’image de la société constituée d’un agrégat de sujets en compétition, pour s’approprier individuellement des ressources rares, rencontre, auprès de chercheurs de divers horizons, un succès de plus en plus affirmé. La stratégie des besoins fondamentaux représente un excellent exemple de cette vision praxéologique du social ; elle ne peut être produite que dans une société où le principe de la rareté se traduit dans les comportements par une angoisse de la pénurie.

28La situation de crise culturelle dans laquelle se trouvent les sociétés industrielles avancées, depuis 1973 au moins, n’a fait qu’exacerber la hantise de l’insuffisance, en conformité avec une logique sociale foncièrement productiviste. La stratégie des besoins fondamentaux est inséparable d’un tel contexte. Elle fonctionne comme un savoir-marchandise destiné à l’exportation vers le Tiers Monde. Les besoins fondamentaux constituent, pour qui sait voir au-delà de son intérêt immédiat, un marché potentiel, dont l’actualisation exige cependant un long détour. En effet, dans un premier temps, le souhait de satisfaire de tels besoins apparaît essentiellement comme une mesure de justice humaine. Cependant si une telle intervention devenait possible, elle serait en même temps une transmission implicite du code de la marchandise, c’est-à-dire, entre autres, de l’idée de rareté, d’individu, etc.

29Prisonniers des idées dominantes, peu portés vers la recherche empirique de longue durée à l’intérieur de groupes sociaux relativement restreints, les divers experts du « développement » ne peuvent qu’interpréter la tragédie de la misère sur le mode de la rationalité économique. Des intellectuels, dans les universités et dans les institutions internationales, entrent en concurrence pour mettre sur le marché des idées un produit propre à satisfaire la demande actuelle du capitalisme central, pris dans les contradictions du système économique mondial. Ainsi la stratégie des besoins fondamentaux bénéficie d’une apparente nouveauté critique. Lancée par la Banque mondiale, elle est donc crédible dans des milieux dont le réalisme économique est sans faille. Conférences internationales, colloques interuniversitaires constituent autant de lieux où cette stratégie se fortifie, devient une idée directrice, un leitmotiv.

30Certes les stratèges des besoins fondamentaux ne forment pas un ensemble homogène. La liste des besoins, tel est l’instrument de leur différenciation. Pour les institutions internationales, les besoins fondamentaux se réduisent à la satisfaction d’exigences physiologiques (manger, boire, se vêtir, se loger, se reproduire). Selon leur spécialisation, ces institutions ajoutent la santé (OMS), l’éducation (UNESCO), ou encore le travail (BIT). Le but explicite est d’assurer une croissance de la productivité. La stratégie des besoins fondamentaux se présente ainsi comme la seule solution viable pour garantir à long terme la pérennité d’un modèle occidental expansionniste. Le devoir national des victimes de la misère est de contribuer au « développement » de leur pays. En clair, derrière l’humanisme charitable de façade, se profile une vision utilitaire et fonctionnelle, celle du productivisme. Les pauvres doivent s’intégrer dans le marché de la production et de la consommation par leur travail et leurs besoins fondamentaux, dont l’objectif est d’assurer le maintien de leur force productive. Dans un tel univers de la rentabilité, la santé et l’éducation deviennent des « investissements productifs », nécessaires pour corriger, dans les circonstances actuelles, les excès autodestructeurs du capitalisme. Les besoins fondamentaux, dans cette optique, entraînent, en cas de non-satisfaction, des coûts économiques (des « manques à gagner »). Selon cette rationalité comptable, l’être humain se réduit à une fonction ou un instrument, dont il faut prendre soin au même titre qu’une machine.

  • 3 World Bank, The Assault on World Poverty ; Problems for Rural Development, Education, and Health, T (...)

31Par exemple, selon des informations de la Banque mondiale, des travailleurs considérés comme anémiques en Indonésie ont été traités avec des éléments à base de fer pendant 60 jours. Pour un coût par travailleur de 0,13 dollar américain par jour, la productivité aurait augmenté de 19 %. Ou encore, la fièvre serait la cause de gaspillage de calories pour compenser de fortes dépenses métaboliques du corps. Ainsi, selon une étude entreprise à Panama, les fièvres intestinale et typhoïde seraient responsables d’une consommation dite excédentaire de nourriture évaluée à 10 dollars américains par personne et par année3.

  • 4 World Bank, The Assault on..., p. 296.

32Dans le domaine de l’éducation, les besoins fondamentaux se définissent, par exemple, par l’expression « éducation de base », qui porte sur les « besoins minimums de connaissance ». Selon le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, les « besoins minimums de connaissance » représentent ce qui est strictement nécessaire pour une participation effective à l’ensemble de la vie sociale. Ces « besoins mimimums » comprennent une aptitude élémentaire à lire, écrire, calculer, à pratiquer une activité manuelle et une connaissance sur des questions d’hygiène, de nutrition, de soins aux enfants et de planification familiale4.

33Tous ces besoins fondamentaux fixent ainsi un seuil de pauvreté politiquement admissible, variable selon les pays et leur développement marchand. Pour l’idéologie productiviste, chaque Etat évolue à sa propre vitesse. Pour les uns, le niveau médical, éducatif et économique acceptable reste rudimentaire ; pour d’autres, le montant élevé de richesse globale devrait permettre l’instauration de l’inégalité dans l’abondance matérielle, selon les principes d’une justice distributive. Les nantis de l’Occident comme ceux du Tiers Monde n’ont donc rien à craindre ; ils n’ont pas à renoncer à leurs privilèges, car la croissance devrait encore augmenter leur part de richesse, tout en sortant les pauvres de leur condition dégradante.

34Dans ce sens, les besoins fondamentaux, peu importe la manière de les définir, relèvent d’un calcul de mise en valeur du « capital humain ». L’objectif primordial est de transformer les pauvres en forces productives, échangeables sur un marché. Ainsi assimilé à du capital, comme les autres moyens de production, l’être humain s’évalue, se déprécie ou se mesure selon les règles de l’équivalence monétaire. Aucun doute n’est permis. Cette stratégie des besoins fondamentaux n’est qu’une nouvelle lecture productiviste de la réalité. La croissance passe toujours pour une fin en soi, au sein d’un univers de marchandises de plus en plus englobant.

35Cependant, tous ceux qui voient dans l’idée de besoins fondamentaux un concept irremplaçable ne partagent pas cette vision explicitement productiviste. Une tendance se manifeste de plus en plus pour défendre une perspective apparemment critique. Mais encore une fois, est-il possible d’échapper à l’impasse empiriste de l’idée de besoins en général ? Les « nouveaux stratèges » des besoins fondamentaux revendiquent une originalité critique en jouant sur trois tableaux : une distinction entre besoins fondamentaux matériels et non matériels, le « maldéveloppement » et la diversité culturelle.

La distinction illusoire des besoins fondamentaux matériels et non matériels

36Penser en termes de besoins implique l’acceptation d’une forme ou l’autre de hiérarchie de ces besoins. Selon les présupposés de la micro-économie, une dichotomie claire sépare les besoins primaires, physiologiques ou vitaux, des besoins secondaires, psychologiques ou culturels. Certes, en considérant abstraitement en chaque individu une double dimension biologique et culturelle, il devient possible d’isoler, d’une part, des besoins propres aux nécessités adaptatives de l’environnement naturel et, d’autre part, des besoins assurant une insertion sociale.

37Les nouveaux stratèges des besoins fondamentaux ne reprennent pas un tel découpage instaurant une distinction entre nécessité et liberté. Ils élargissent le champ des besoins fondamentaux à l’ensemble des exigences de la vie en société, en opérant une subdivision entre les sphères matérielle et non matérielle. Est-ce vraiment une rupture par rapport au modèle micro-économique ?

38Non, car une pareille division ne fait qu’ajouter à la confusion théorique et à l’extrême faiblesse épistémologique de toute prétention explicative centrée sur l’idée de besoins. A parcourir divers rapports, souvent non publiés, les nouveaux stratèges des besoins fondamentaux ne semblent pas s’accorder sur le contenu des étiquettes « matérielle » et « non matérielle ». Pour les uns, les besoins matériels seraient satisfaits par des moyens physiques (par exemple, nourriture, logement, etc.) ; les besoins non matériels par des services insérant l’individu dans la société (par exemple, éducation, communication, etc.). Pour d’autres, les besoins matériels porteraient sur des biens et des services dont la caractéristique commune serait la rareté (par exemple, nourriture, logement, soins médicaux, éducation, transport, etc.). Au contraire, les besoins non matériels seraient extérieurs à la rareté, et en conséquence à la compétition entre les individus ; ils correspondraient à des services que ni le marché ni l’Etat ne seraient en mesure de fournir (par exemple, bonheur, affection, estime, sens à la vie, etc.).

39A moins de voir dans ces énumérations de simples guide-ânes à l’intention de gestionnaires débutants, il est tout simplement impensable d’attribuer la moindre portée théorique à cette arithmétique élémentaire des besoins fondamentaux, révélatrice surtout d’une centration absolue sur l’imaginaire d’un individu autonomisé.

  • 5 P. Healey, Basic Human Needs : The Politics of Mobilization, GPID, The United Nations University, N (...)
  • 6 Voir Henri Lepage, Demain le capitalisme, Livre de Poche, Coll. Pluriel, Paris, 1978, entre autres (...)

40Par analogie, les nouveaux stratèges découvrent une « consommation non matérielle » comprenant des « marchandises » en abondance comme l’affection, le défi, etc. Le marché devient la métaphore unique pour rendre compte de l’ensemble de la vie individuelle. Par exemple, le choix d’un conjoint s’opérerait sur un « marché du mariage »5. Ce langage est aussi celui des « nouveaux économistes », qui voient dans la généralisation du marché la réponse à tous nos problèmes actuels6. Si la vision du monde des nouveaux stratèges des besoins fondamentaux, à l’image des nouveaux économistes, est celle d’un individu s’approvisionnant, selon un comportement rationnel, sur un marché de biens et services propre à satisfaire tous ses besoins, la défense du code de la marchandise ne peut pas être mieux assurée et l’intention humanitaire d’une telle approche mieux escamotée. Nous sommes en présence d’une tentative de diffuser en douceur une véritable sémiocratie de nature marchande.

  • 7 Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l’homme, Gallimard, Paris, 1970, pp. 146-147.

41Le code de la marchandise, cette réduction de tout à l’équivalent monétaire, cette aliénation d’un être morcelé dans le travail et la consommation, est inséparable d’une légitimation des besoins, perçus un à un, sous l’angle de l’utilitaire ou du fonctionnel. La nouvelle stratégie des besoins fondamentaux procède ainsi de manière parcellaire, en isolant chaque besoin, à la manière de la pensée la plus spontanée. Elle constitue un excellent exemple de l’empirisme critiqué par Piaget : « La tendance naturelle de l’esprit est d’expliquer le complexe par le simple et de considérer sans plus comme simple ce qui paraît tel par dissociation directe du complexe ; et (ce qui revient au même) l’opération la plus élémentaire de l’esprit est l’opération de l’addition, qui porte à croire que tout système complexe est le produit d’une pure réunion additive d’éléments simples »7.

  • 8 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Plon, Paris, 1958, p. 68.

42En pleine harmonie avec l’idéologie du capitalisme libéral, les nouveaux stratèges privilégient la vision d’un social atomisé. L’idée de besoin n’est que l’expression empiriste d’une relation sociale. Elle se présente comme un simple rapport entre un sujet et un objet impliquant à la fois une condition, un sentiment (de manque) et un moyen de satisfaction (biens et services). Aussi, dresser des listes de besoins fondamentaux est inséparable de listes correspondantes de biens et services. Le lien entre les deux listes s’établirait selon la règle marchande de l’offre (biens et services) et de la demande (sentiment). Il devient ainsi strictement impossible de saisir la spécificité d’une totalité sociale et par là même de comprendre la nature de la diversité culturelle. Pris dans une double voie individualiste et utilitaire, les nouveaux stratèges oublient la part de l’imaginaire et des valeurs comme signes d’identification et de différenciation sociales que véhiculent les biens et les services. Or, pour échapper à une telle critique, les besoins devraient s’envisager comme un système, de la même manière que Lévi-Strauss parle de système de parenté saisi « comme une sorte de langage, c’est-à-dire un ensemble d’opérations destinées à assurer, entre les individus et les groupes, un certain type de communication »8.

43Dans une telle perspective, la distinction grossièrement empiriste entre besoins fondamentaux matériels et non matériels est dénuée de toute signification. Comment d’ailleurs attribuer une quelconque validité analytique à l’étiquette « non matérielle » qui n’est que la négation d’une autre. De façon complémentaire, l’idée d’isoler un besoin fondamental de communication (estime, affection, dignité, etc.) appartient à la pensée commune. Tout mode de communication, constitutif de la société en général, s’actualise, entre autres, par l’usage de multiples biens. Par exemple, la nourriture, vue comme un besoin fondamental isolé, assure une fonction physiologique ; toutefois cette même nourriture est symbole ou signe. Non seulement elle fonctionne, mais elle exprime. L’utilitaire ou le fonctionnel et le significatif sont ainsi imbriqués. Paraphrasant Lévi-Strauss, on peut ainsi affirmer que la nourriture n’est pas seulement bonne à manger, mais aussi bonne à penser.

44Se contenter d’établir, de manière arbitraire, des listes de besoins fondamentaux matériels et non matériels provoque l’oubli de la distinction saussurienne entre langue et parole, dont la portée dépasse largement la linguistique. Les sociétés s’expriment à travers un usage déterminé des richesses. Par exemple, la « langue des besoins » correspond à un mode de communication marchande. Un besoin particulier équivaut à une parole ou une manifestation individuelle du code de la marchandise. En additionnant des besoins particuliers, les nouveaux stratèges s’enferment solidement dans les limites de l’univers marchand, sans se donner la possibilité d’une analyse de la nature de ce mode de communication sociale. Une croyance à la rationalité comme fondement ultime des sociétés porte à travestir l’usage des richesses en général en besoins fondamentaux matériels et non matériels. L’idée d’une société rationnelle, mesurée, calculatrice n’est qu’un rêve de gestionnaire ou de technocrate, reflétant sa méconnaissance de la condition humaine. Ainsi, dans toutes les sociétés — peu importe le niveau de la production matérielle - un mode de dépense socialement significative est présent. Dans le langage des experts du « développement », de telles dépenses s’apparentent à des excès ou à des gaspillages, qui n’ont rien à voir avec l’idée d’un besoin fondamental non matériel comme la dignité, le sens à la vie, etc. Néanmoins, ces dépenses expressives sont tout aussi essentielles à l’existence d’un groupe que des formes de consommation fonctionnelle.

45Aussi, plutôt que de se jeter dans le fouillis inextricable des listes de besoins fondamentaux, une voie plus sûre consisterait à suggérer un mode de communication sociale, où une distribution plus égalitaire de la richesse matérielle et des formes de dépenses plus collectives s’opposeraient aux relations marchandes, à l’accumulation privée ou encore à l’appropriation individuelle.

Le « maldéveloppement » : un avatar de la vision linéaire

46La nouvelle stratégie des besoins fondamentaux s’ouvre sur une réflexion critique du « développement », centrée sur la notion de « maldéveloppement », qui qualifie le processus global liant les Etats riches et pauvres.

47Le modèle des sociétés industrielles avancées entraîne un « développement » déterminé par la croissance du produit national brut. Il n’y a pas lieu d’insister ici sur l’échec global d’un tel « développement ». Dans le même temps, les difficultés de plus en plus sérieuses qui secouent les Etats riches montrent que le « développement » concerne l’ensemble du monde. Une telle situation peut se définir comme un « maldéveloppement ».

48Si le « maldéveloppement » est le sacrifice de tout à l’augmentation des taux de croissance économique, un « biendéveloppement » devrait s’identifier à un « développement humain », centré sur la satisfaction des besoins fondamentaux. En d’autres termes, l’alternative porte sur un « développement » des choses ou un « développement » des êtres humains. En réalité, les insuffisances notoires de cette nouvelle stratégie de développement sont celles qui entachent déjà toute théorie basée sur l’idée de besoins.

49Plus largement, l’idée de « maldéveloppement » n’échappe pas à la linéarité du schéma « sous-développement-développement ». En effet, le « maldéveloppement » se définit à la fois comme l’expression d’un manque et d’un excédent. Il est simultanément un monde de la pénurie et de l’abondance, celui du « sous-développement » et du « sur-développement ». Pris dans cet univers quantitatif, les nouveaux stratèges du « développement » s’engagent cependant dans une certaine critique de l’idéologie du progrès et de la croissance économique infinie, pour défendre un « développement » optimal, celui qui devrait assurer la satisfaction des besoins fondamentaux.

50Avec la distinction entre besoins matériels et non matériels, la vision dichotomique du « maldéveloppement » se complique. Ainsi, le « sur-développement » traduirait un état d’abondance de biens et de services, mais simultanément, pour reprendre le langage mercantile des nouveaux stratèges, une demande bien supérieure à l’offre de besoins fondamentaux non matériels. Avec le « sous-développement », la situation s’inverserait. Dans le premier cas, le sens de la vie échappe de plus en plus ; dans le second, les moyens d’existence font défaut. Logiquement il faudrait définir deux formes de « surdéveloppement » et deux formes de « sous-développement », celles qui reposent sur les besoins matériels et non matériels.

51Je n’ai pas l’intention de poursuivre davantage l’analyse de ces couples d’opposition. Que vaut en effet une réflexion sur le « développement » perçu comme une trajectoire dans le sens du « sur-développement » des besoins matériels et du « sous-développement » des besoins non matériels. Décidément tout semble devoir se réduire à une arithmétique élémentaire. Il y a trop de biens et de services pour les uns, pas assez pour les autres. Pour rétablir l’équilibre suffirait-il de procéder à un simple « transfert de ressources » ? Les nouveaux stratèges semblent répondre de manière affirmative. Pour eux, entre les deux limites extrêmes de l’insuffisance et de l’excès, un « développement » optimum permettrait d’instaurer peu à peu la « bonne société » ou la « société idéalement développée ». Poursuivant dans cette voie, les nouveaux stratèges peuvent alors se donner l’illusion de la mesure, grâce à l’élaboration d’indicateurs. Ils pourraient surtout se muer progressivement en gestionnaires, en évaluant le degré de satisfaction des besoins « réels » ou en mesurant des seuils d’insuffisance ou de pléthore.

52Cependant, les travaux des nouveaux stratèges ne sont pas encore avancés au point de pouvoir offrir aux praticiens un véritable ensemble d’indicateurs, propre à supplanter l’indicateur global du produit national brut, qui reste, malgré de multiples critiques, l’instrument privilégié du classement interétatique.

53Insérée dans l’univers de l’équivalence marchande, la recherche de nouveaux indicateurs prend l’allure d’opérations comptables. La manie du découpage arbitraire de la réalité va jusqu’à la prétention de constituer des « unités de besoins fondamentaux » (BNU : « basic need units »). A l’aide de la méthode coût/bénéfice, il deviendrait alors possible de déterminer, par exemple, la quantité d’unités gaspillées par une « sur-consommation », ou le nombre d’unités nécessaires pour combattre des situations de « sous-développement ».

54De la même manière, les nouveaux stratèges s’estiment à même de pouvoir évaluer le coût de notre « sous-consommation de biens et services » comme l’affection, le sens à la vie, etc. Le nombre de dépressions nerveuses ou le pourcentage d’individus nécessitant une aide psychiatrique pourraient servir d’indicateurs de manque d’affection ou d’amitié.

55Une telle orientation de la recherche ne relève-t-elle pas des fantasmes conjugués du bureaucrate, du technocrate et du gestionnaire, tous désireux de disposer d’une comptabilité nationale revue et corrigée. Le « développement humain » pourrait ainsi très vite se réduire à une série d’indicateurs, qui permettraient en réalité de mesurer les progrès du processus d’uniformisation marchande. La « société désirable » des nouveaux stratèges pourrait bien s’identifier à un individualisme triomphant. Au nom d’un humanisme totalitaire, il deviendrait possible de décréter le bien de chacun, par la manipulation d’indicateurs divers comme les conditions de logement, le degré de désordre social, la composition du produit national brut, etc. Cette manière de disséquer la société en un agrégat d’indicateurs porte tous les stigmates de l’idéologie marchande.

56En bref, l’opposition entre « sous » et « sur-développement » — mesurée par des indicateurs — n’est qu’une croyance naïve. Dans notre société, par exemple, la « sur-production » et la « sur-consommation » n’ont aucun sens. Le mode de production dominant commande en son principe même la croissance infinie des biens et des services sous la forme de marchandises. Une stratégie des besoins fondamentaux pourrait certes freiner ce processus inéluctable, mais elle serait incapable d’en arrêter le cours, car elle ne transformerait pas fondamentalement l’ordre culturel capitaliste.

Le signe de la diversité culturelle

57S’il est vrai que les nouveaux stratèges s’expriment selon les règles de l’ordre culturel capitaliste, comme l’atteste leur langage praxéologique, comment peuvent-ils alors revendiquer la prise en considération de la diversité culturelle ?

58Saisir une telle diversité suppose que toute société soit envisagée comme un mode de communication spécifique. Cependant, les nouveaux stratèges, avec leur fâcheux penchant à ne parler que d’individu ou d’humanité — ce qui revient strictement au même — s’interdisent par là toute analyse relationnelle de la réalité sociale. A vouloir enfermer les besoins et les biens dans une logique utilitaire, les nouveaux stratèges en oublient leur insertion dans des rapports sociaux, qui leur donnent un sens. La transmission de ce sens, à travers de multiples réseaux de communication, permet à la fois l’identification de tous les membres d’un groupe et leur différenciation avec l’extérieur. Dès que l’idée de besoin acquiert le statut de concept, plus aucune analyse de sémiologie sociale n’est possible. Des « signifiés » comme l’amitié, l’estime, etc., apparaissent de manière déformée sous la forme de marchandises à disposition des individus. La diversité culturelle est alors réductible à un problème de « sous-consommation non matérielle ». En réalité, l’idée de besoins fondamentaux est la négation même de la diversité culturelle, devenue trop souvent aujourd’hui une expression fétiche.

59L’humanité, envisagée dans toute sa complexité, est insaisissable en dehors d’une relation contradictoire entre l’unité et la diversité. L’être humain en général est par essence un être de culture, mais qui ne peut s’affirmer que dans une culture particulière. Les nouveaux stratèges se gardent bien de s’engager dans une recherche aussi exigeante ; ils croient au contraire pouvoir atteindre directement le niveau de l’unité humaine. Ils ne quittent ainsi jamais leur univers culturel propre, qui acquiert, selon un procédé classique de centration idéologique, une validité universelle.

60Au contraire de la rationalité totalitaire de la nouvelle stratégie des besoins fondamentaux, l’identité culturelle, à travers le monde, s’exprime dans des pratiques sociales entraînant des dépenses dites improductives, des gaspillages, des dons, des formes multiples de consommation ostentatoire et de consumation. Même chez les plus pauvres, imposer une fonction exclusivement utilitaire des biens consiste à enlever tout sens à l’existence et à prescrire l’exclusion de la société. Il apparaît ainsi que pour s’opposer aux inégalités scandaleuses du monde actuel, il serait préférable de s’engager dans une analyse critique de la dimension sémiologique de la richesse matérielle, plutôt que d’insister sur sa fonction utilitaire. Ce que dans notre langage nous qualifions de luxe et que nous réservons aux classes privilégiées est en réalité inhérent au social en général. Aucune société n’a jamais été contrainte globalement et strictement à la subsistance pure.

61Pour les nouveaux stratèges, la diversité culturelle n’entraîne pas la reconnaissance d’une multiplicité d’ordres symboliques, mais elle semble constituer de simples réponses particulières à ces exigences universellement définies que sont les besoins fondamentaux. Seul le contenu des biens et des services propres à satisfaire des besoins est alors culturellement défini.

62Les nouveaux stratèges pensent que la technique du dialogue, pour déterminer de manière aussi concrète que possible la nature des besoins fondamentaux, permet de respecter toute forme de diversité culturelle. Dialoguer avec les gens pour qu’ils s’expriment sur leurs besoins profonds, n’est-ce pas se tromper de niveau dans la recherche, en oubliant que l’expression verbale relève du domaine des représentations et des idées et non pas des pratiques sociales, ce langage culturel par excellence ?

63Pour prendre au sérieux la diversité culturelle, il faudrait commencer par renoncer à toute théorie valable uniformément à l’échelle humaine — prétention de la pensée bourgeoise. Pourquoi des penseurs soumis aux effets insidieux de l’ordre capitaliste ne se plongeraient-ils pas, à la manière de la recherche sur le terrain en anthropologie, dans une culture autre que la leur, pour un choc salutaire de décentration ? Chez les nouveaux stratèges, il n’est jamais question de cultures concrètes, de sociétés particulières, d’ethnies ou encore de minorités. Toute cette phraséologie des besoins est le langage d’experts pressés, peu portés, par souci d’efficacité et de rentabilité, à l’approfondissement théorique. Dans le contexte actuel, l’approche des nouveaux stratèges est sans doute celle qui assure au chercheur un avantage optimal pour un coût limité. Ces ingénieurs du social, isolant de manière illusoire une stricte dimension utilitaire, ne peuvent que récupérer la signification sous la forme de quelques besoins spécifiques dans leurs listes standard. Or l’expressivité, la culture, le symbolique ne se fabriquent pas, mais ils se vivent, se créent collectivement, s’enracinent dans une histoire. Toute réflexion qui voudrait réellement apporter une contribution aux grands débats sur la pauvreté et la misère devrait partir d’une telle constatation.

64Aujourd’hui, la diversité culturelle, comme bien d’autres articles à la mode, fait partie des marchandises du « prêt-à-penser ». La véritable fonction de la diversité culturelle, pour les intellectuels adeptes de la nouvelle stratégie des besoins fondamentaux, est celle d’un simple signe de différenciation par rapport aux institutions internationales, autres producteurs concurrents de stratégies de « développement ».

65Tout engouement intellectuel pour une idée devrait s’évaluer avec circonspection. Gardons-nous d’adopter aveuglément d’apparentes nouveautés bien placées dans le « hit parade » de la littérature proliférante sur le « développement ». Engageons-nous plutôt dans une critique serrée du système industriel avancé, cet ordre du génocide et de l’ethnocide pour le profit. A sa manière, la stratégie des besoins fondamentaux (nouvelle ou non) participe à ce travail d’expropriation culturelle, comme l’atteste sa prétention à un universalisme abstrait.

***

66Et si l’indigence épistémologique et théorique de la nouvelle stratégie des besoins fondamentaux remplissait une fonction bien précise ?

67Les nouveaux stratèges recherchent une audience internationale. Jouant délibérément la carte des sciences sociales appliquées, ils n’ont pas à s’embarrasser d’exigences théoriques, mais ils doivent convaincre divers milieux influents que leur démarche est opérationnelle, malgré ses allures critiques. Aussi, la meilleure manière de parvenir à un tel objectif, n’est-elle pas d’enraciner très profondément son approche dans le mode de pensée dominant ?

68L’idée de besoins constitue, avec d’autres éléments, la base de notre vision du monde. L’ordre culturel capitaliste repose sur la production de besoins illimités. On a coutume de dire : « on n’arrête pas le progrès » ; ce qui n’est qu’une autre façon d’affirmer : « on n’arrête pas de produire des besoins », physiologiques, vitaux, primaires, fondamentaux, secondaires, psychologiques, etc.

69Les intellectuels, adeptes du langage des besoins, contribuent ainsi à sauvegarder les fondements des sociétés marchandes avancées, sous le couvert d’humanisme. Cette démarche insidieuse participe au grand spectacle du marché des idées. Plus que tout autre peut-être, le spectacle des besoins a trop souvent la force de la séduction. Ne serait-il pas temps de se détourner du pouvoir de l’ambiguïté, de l’apparence, de la mise en scène et du masque, pour tendre vers la transparence ?

Notes

1 Louis Dumont, Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Gallimard, Paris, 1977, p. 99 et p. 207.

2 Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Gallimard, Paris, 1972, p. 89.

3 World Bank, The Assault on World Poverty ; Problems for Rural Development, Education, and Health, The John Hopkins University Press, Baltimore and London, 1975, p. 368.

4 World Bank, The Assault on..., p. 296.

5 P. Healey, Basic Human Needs : The Politics of Mobilization, GPID, The United Nations University, NY, 1979, p. 10.

6 Voir Henri Lepage, Demain le capitalisme, Livre de Poche, Coll. Pluriel, Paris, 1978, entre autres pp. 345-347 où il est question de « théorie économique du mariage », de « marché du mariage » ou encore de « marché de l’éducation ».

7 Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l’homme, Gallimard, Paris, 1970, pp. 146-147.

8 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Plon, Paris, 1958, p. 68.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search