Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Il faut manger pour vivre…

 | 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Collages

Texte intégral

Un Père indigne, un beau jour, fut expédié en Europe. On voulut l’éblouir. On lui exhiba Paris, Rome. Il revint changé, « pourri d’orgueil » ; n’ayant vu du Vieux Monde, exclusivement, que ses tares ou ses mesquineries : la mendicité, par exemple, lui avait donné de la France une déplorable opinion. Il était devenu ingouvernable. On le déporta à Sydney.
Victor Segalen,
Journal des Iles, Editions du Pacifique,
Tahiti, 1978, p. 58.

1En se passionnant pour les débats à la mode, on court le risque de négliger la nécessité du recul historique. Or il serait bien naïf d’imaginer que la « satisfaction des besoins fondamentaux » constitue une nouveauté. Et puisque tant de voix se sont élevées, au cours des siècles, pour dénoncer successivement le scandale de l’esclavage, de la condition ouvrière ou de la pauvreté absolue, il faut tenter de saisir l’enjeu de ces protestations, trop souvent voilé par un humanisme généreux. Ce qui est en cause, finalement, c’est la possibilité de reproduction de la force de travail : affamer les pauvres, c’est tuer la poule aux œufs d’or ; se désintéresser des besoins des plus misérables, c’est mettre en danger la richesse — et la sécurité — des nantis. Voilà pourquoi la pauvreté dérange, bien plus que la richesse.

2Le simple fait de rapprocher deux textes, écrits à des siècles de distance, est un acte arbitraire. Le procédé multiplie les interférences et les parasitages. En tirant de leur contexte un certain nombre de passages choisis à l’aide d’une grille toujours subjective et en les mettant côte à côte, on biaise parfois leur intention fondamentale, on risque même de leur faire dire autre chose que ce que leur auteur avait à l’esprit. Ainsi, on ne fait pas que reproduire des discours anciens, on produit un discours nouveau. Mais, du même coup, l’éclairage qu’un texte porte sur un autre permet aussi de dévoiler leur non-dit respectif : en faisant violence aux textes, on fait ressortir la violence des textes.

« Comme ils n’ont que les plaisirs des animaux, ils paroissent n’avoir aussi que des peines semblables aux leurs. En sont-ils moins heureux ? (...) Leurs désirs sont bornés, leurs besoins sont en petit nombre, ils sont facilement satisfaits. Ils n’ont que le nécessaire, & ne connoissent pas le superflu. (...) Leurs yeux stupides sont le vrai miroir de leur ame ; elle paroît sans fonctions, leur indolence est extrême. »
Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon : 1763 : 51

« Ceux qui, pendant des siècles, ont vécu dans la pauvreté et dans le relatif isolement de leur village, finissent par s’accommoder de cette existence. Il serait surprenant qu’il en fût autrement. Les gens ne luttent pas, de génération en génération ou de siècle en siècle, contre des circonstances ainsi faites qu’elles l’emportent toujours : ils acceptent. »
John Kenneth Galbraith : 1979 : 62

« Une cinquième preuve que nous sommes destinés à vivre en société ce sont les besoins physiques & essentiels auxquels notre existence nous assujettit uniformément : nous ne pouvons exister sans consommer ; notre existence est une consommation perpétuelle ; & la nécessité physique des subsistances établit la nécessité physique de la société. »
Pierre-François Lemercier de la Rivière : 1767 : 8

« Les besoins essentiels (...) se composent de deux éléments. Ils comprennent en premier lieu le minimum de ce qui est nécessaire à une famille au titre de la consommation individuelle, une alimentation, un logement et un habillement convenables, de même que certains articles ménagers et du mobilier. En second lieu, ils portent sur les services de base fournis et utilisés par la collectivité dans son ensemble, par exemple l’eau potable, un système sanitaire, les moyens de transport publics, des services de santé et des possibilités d’instruction et d’activité culturelle. »
BIT : 1976 : 4

« Par toutes les recherches que j’ay pû faire, depuis plusieurs années que je m’y applique, j’ay fort bien remarqué que dans ces derniers temps, prés de la dixième partie du Peuple est réduite à la mandicité, & mandie effectivement ; que des neuf autres parties, il y en a cinq qui ne sont pas en état de faire l’aumône à celle-là, parce qu’eux-mêmes sont reduits, à trés-peu de chose prés, à cette malheureuse condition ; que des quatre autres parties qui restent, les trois sont fort mal-aisées, & embarassées de dettes & de procès ; et que dans la dixième, où je mets tous les Gens d’Epée, de Robe, Ecclesiastiques & Laïques, toute la Noblesse haute, la Noblesse distinguée, & les Gens en Charge militaire & civile, les bons Marchands, les Bourgeois rentez & les plus accommodez, on ne peut pas compter sur cent mille Familles. »
Maréchal de Vauban : 1707 : 4

« Environ 900 millions d’entre eux subsistent avec un revenu inférieure 75 dollars par an, n’ayant pour tout horizon que la crasse, la faim et le désespoir. Ceux-là vivent dans la pauvreté absolue, si dénués de tout qu’ils échappent à toute définition rationnelle de la dignité humaine. La pauvreté absolue confine ses victimes dans l’analphabétisme, la malnutrition, la maladie, une mortalité infantile élevée et une espérance de vie réduite au point de scléroser chez ces malheureux le potentiel génétique dont chacun hérite à sa naissance. En fait, ils mènent une vie que l’on ose à peine qualifier d’humaine.
Je me souviens d’avoir fait une distinction entre pauvreté absolue et pauvreté relative. Celle-ci caractérise les familles dont les revenus sont un peu moins bas, mais encore bien loin de la moyenne nationale de leur pays. »
Robert McNamara : 1975 : 15

« Il est certain que ce mal est poussé à l’excés, & que si on n’y remedie, le menu Peuple tombera dans une extrêmité dont il ne se relèvera jamais ; les grands chemins de la Campagne & les rues des Villes & des Bourgs étans pleins de Mandians, que la faim & la nudité chassent de chez eux. »
Maréchal de Vauban : 1707 : 3-4

« Si nous nous sommes attaqués tout d’abord au paupérisme en milieu rural, c’est que ce milieu est celui où le paupérisme est actuellement le plus répandu. Cependant les villes du tiers monde abritent, elles aussi, leur contingent de pauvres — environ 200 millions actuellement. D’autres encore ne vont pas tarder à y affluer. »
Robert McNamara : 1975 : 22-23

« L’histoire de tous les peuples leur démontreroit, que pour rendre l’esclavage utile, il faut au moins le rendre doux, que la force ne prévient point les révoltes de l’ame ; qu’il est de l’intérêt du maître, que l’esclave aime à vivre ; & qu’il n’en faut plus rien attendre, dès qu’il ne craint plus de mourir. »
Guillaume-Thomas Raynal : 1775 : t. II : 402

« Les politiques qui ont pour effet d’enrichir les riches — sans améliorer parallèlement la condition des pauvres — n’enrichissent pas en fin de compte la nation. Au contraire, elles entraînent inévitablement le déséquilibre économique et l’instabilité sociale. »
Robert McNamara : 1972 : 20

« N’oublions jamais que le seul moyen de prévenir les malheurs dont l’introduction des esclaves menace cette colonie, est d’être juste et bienfaisant envers ces malheureux (...). Des esclaves bien traités serviront toujours bien leurs maîtres et pendant la paix et pendant la guerre. »
Pierre Poivre : 1797 : 223

« La première tâche des pays développés est d’assurer la subsistance des plus pauvres qui, en 1975, ont eu un déficit de 12 millions de tonnes de produits alimentaires, mais risquent d’en avoir un de 70 à 85 millions de tonnes en 1990. Ce déséquilibre est générateur de conflits régionaux de plus en plus dangereux en raison de la prolifération des armes modernes. »
Cyrus Vance, Le Monde, 26 septembre 1979, p. 6

« Ce trait de lumière puisé dans le sentiment, méneroit à beaucoup de réformes. On se rendroit à la nécessité de loger, de vêtir, de nourrir convenablement, des êtres condamnés à la plus pénible servitude qui ait existé (...) Par degrés, on arriveroit à cette modération politique, qui consiste à épargner les travaux, à mitiger les peines, à rendre à l’homme une partie de ses droits, pour en retirer plus surement le tribut des devoirs qu’on lui impose. »
Guillaume-Thomas Raynal : 1775 : t. II : 402

« Cette stratégie peut fort bien réussir. Elle appelle de la part des gouvernements la volonté d’aboutir, l’adoption de nouvelles politiques et le redéploiement des ressources. Au demeurant, elle peut produire des dividendes considérables. »
Robert McNamara : 1975 : 22

« XVIII. Voulons que les Officiers de notre Conseil supérieur de la Louisiane, envoyent leurs avis sur la quantité de vivres & la qualité de l’habillement qu’il convient que les Maîtres fournissent à leurs Esclaves ; lesquels vivres doivent leur être fournis par chacune semaine, & l’habillement par chacune année, pour y être statué par Nous (...) XX. Les Esclaves qui ne seront point nourris, vêtus & entretenus par leurs Maîtres, pourront en donner avis au Procureur Général dudit Conseil ou aux Officiers des Justices inférieures, & mettre leurs mémoires entre leurs mains ; sur lesquels, & même d’office, les Maîtres seront poursuivis à la requête dudit Procureur Général & sans fraix, ce que nous voulons être observé pour les crimes et traitemens barbares & inhumains des Maîtres envers leurs Esclaves. »
Code noir : 1685

« Il incombe, par conséquent, aux gouvernements des pays en voie de développement de réorienter leurs politiques de développement afin d’attaquer de front la pauvreté des éléments les plus démunis de leur population. Ils n’ont pas besoin de renoncer pour cela à promouvoir une croissance économique dynamique. Il faut cependant qu’ils se préoccupent davantage des besoins humains plus essentiels, c’est-à-dire améliorer la nutrition, le logement, la santé, l’éducation et l’emploi de leurs populations (...)
Il incombe, d’autre part, aux dirigeants des pays riches de soutenir cette détermination et ce courage en s’efforçant davantage de faire régner plus de justice au sein de la communauté internationale. »
Robert McNamara : 1972 : 23

« Par la raison qu’un homme n’apporte dans ce monde que des besoins ; qu’il doit y trouver des choses nécessaires à sa subsistance, & qu’il ne peut exister sans consommer, il est évident que les hommes ne peuvent se multiplier, qu’en proportion des productions qui doivent entrer dans leurs consommations. L’objet immédiat de l’institution des sociétés particulières est donc la multiplication des productions. »
Pierre-François Lemercier de la Rivière : 1768 : 26

« Dans l’ensemble du tiers monde, dans les campagnes comme dans les villes, il existe en fait un immense arsenal de possibilités, encore largement inexploitées, qui permettraient de réduire la pauvreté absolue et la pauvreté relative et d’accélérer la croissance économique en aidant directement les pauvres à devenir plus productifs. (...) le problème du paupérisme dans les campagnes résulte principalement de la faible productivité des millions de petits cultivateurs du secteur de subsistance. »
Robert McNamara : 1975 : 16

« S’il est trop rapide, l’accroissement démographique se traduit, dans tous les secteurs, par l’effritement et la perte des bénéfices résultant du développement : l’épargne tend à disparaître, les pénuries se multiplient et les ressources ne peuvent plus suffire à satisfaire les besoins essentiels. »
Robert McNamara : 1972 : 3

« On a souvent tendance à confondre pauvreté et naïveté. En vérité, des millions de petits agriculteurs pourraient — même sans utiliser de facteurs de production compliqués — améliorer sensiblement leur productivité s’ils pouvaient seulement être assurés qu’au moment de la récolte ils seraient en mesure d’écouler leur excédent de production à un prix rémunérateur. »
Robert McNamara : 1975 : 20-21

« VII. Les solemnités prescrites par l’Ordonnance de Blois, & par la Déclaration de 1639 pour les mariages, seront observées, tant à l’égard des personnes libres que des Esclaves ; sans néanmoins que le consentement du pére et de la mère de l’Esclave y soit nécessaire, mais celui du Maître seulement.
VIII. Défendons très expressément aux Curés de procéder aux mariages des Esclaves, s’ils ne font apparoir du consentement de leurs Maîtres. »
Code noir : 1685

« Cependant cette multiplication de subsistances ne peut s’opérer que par la culture, & la culture n’est possible que dans la société ; car il est évident que personne ne cultiveroit si personne n’avoit la certitude morale de jouir de la récolte, & que ce n’est que dans la société que cette certitude morale peut s’établir, parce qu’elle suppose des droits qui (...) ne peuvent avoir lieu qu’en société. »
Pierre-François Lemercier de la Rivière : 1768 : 8-9

« Nous pourrions sur cela proposer aux physiciens et aux cultivateurs d’Europe, plusieurs questions relatives à la culture et aux productions de nos Isles ; leur décision éclaireroit les habitans de nos Colonies, ou les encourageroit à des essais. (...) Quoi qu’il en soit, il seroit difficile de changer les méthodes généralement adoptées dans nos Colonies. Par-tout les hommes dans leurs raisonne-mens conviendront du mieux qu’il y auroit à faire ; s’agit-il d’exécuter, ils ne le font pas. C’est l’esprit qui raisonne, c’est le caractère qui emporte & qui agit. D’ailleurs jamais peut-être aucune espece d’hommes n’a été plus opiniâtrément attachée que les Negres aux usages établis. »
Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon : 1763 : 125, 131

« La Commission a recommandé la création dans les pays en voie de développement de centres internationaux de recherche scientifique et technologique dont les travaux soient directement applicables à la solution des problèmes les plus aigus que connaissent ces pays. Le cas de l’agriculture est particulièrement important (...) Pour atteindre ce résultat, il ne suffit pas d’améliorer progressivement les méthodes culturales ; il faut trouver des technologies entièrement nouvelles, adaptables à la situation propre aux pays en voie de développement. »
Robert McNamara : 1970 : 6

« ...selon moi, ces gens devraient être autorisés à vivre en famille dans des colonies industrielles qui seraient établies là où le terrain et les matériaux de construction sont bon marché ; ils seraient bien logés, bien nourris et bien chauffés. On les instruirait, formerait et emploierait du matin au soir à des travaux qu’ils accompliraient dedans ou dehors soit pour eux-mêmes, soit pour le compte de l’Etat. (...) En échange de leur travail, l’Etat devrait leur fournir les matériaux et autres choses dont ils pourraient avoir besoin. »
Charles Booth : 1892 : 167

« Par ailleurs, comme une communauté ne se satisfait pas uniquement de logements, les projets de trames d’accueil prévoient la construction d’écoles, de dispensaires, de salles communautaires, de garderies d’enfants ; elles offrent même quelques possibilités d’emplois, une partie du terrain pouvant être, par exemple, réservée à l’implantation de petites industries.
Les projets de trames d’accueil stimulent donc l’effort personnel ; ils permettent aux pauvres de se loger et de former une communauté viable et cohérente pour une dépense publique minimale. »
Robert McNamara : 1975 : 39

« Les maîtres, sensibles au cri tendre et puissant de l’humanité outragée, goûteront le plaisir délicieux d’adoucir le sort de leurs malheureux esclaves, n’oublieront jamais qu’ils sont des hommes semblables à eux.
L’esclave dédommagé suivant l’esprit de la loi, de la perte de sa liberté (...) servira son maître avec joie et fidélité. Il se croira libre et heureux, même dans l’esclavage. »
Pierre Poivre : 1797 : 251

« Pourtant, à mon avis, c’est surtout par des considérations d’ordre moral que se justifie l’aide au développement. De tout temps, l’humanité a reconnu — au moins dans l’abstrait— le principe selon lequel les riches et les puissants de ce monde ont l’obligation morale d’aider les pauvres et les faibles. Ce principe répond à la définition même du sens de communauté, qu’il s’agisse de la communauté de la famille, du village, de la nation ou de la communauté internationale. »
Robert McNamara : 1973 : 9

« Quelle situation plus délicieuse que celle d’un maître bienfaisant, qui vit sur sa terre au milieu de ses esclaves, comme au milieu de ses enfans ! qui les voit autour de lui, deviner ses volontés et prévenir sa parole, pour les exécuter avec ardeur (...)
De tels esclaves vaudront des hommes libres. Loin d’être dangereux à leurs maîtres, dans le cas d’une invasion de la part de l’ennemi, ils seront au contraire de très-bons défenseurs de la colonie ; et je suis persuadé que tous les bons maîtres de l’île compteraient en pareil cas sur l’attachement de leurs esclaves. »
Pierre Poivre : 1797 : 224-225

« Une conséquence encore plus sombre découle de ces chiffres lorsque nous essayons de calculer quel sera le prix à payer si cette tendance n’est pas enrayée. De tout temps, la violence et les désordres civils ont embrasé plus souvent les villes que les campagnes. Les frustrations que ressassent les citoyens pauvres sont immédiatement exploitées par les extrémistes politiques. Par conséquent, si les villes ne s’attaquent pas sans tarder et de façon plus constructive au problème du paupérisme en milieu urbain, c’est ce dernier qui, finalement, les anéantira. »
Robert McNamara : 1975 : 24

3Les textes utilisés pour les « collages » sont tirés des ouvrages suivants :

4BIT - Déclaration de principes et Programme d’action adoptés par la Conférence mondiale tripartite sur l’emploi, la répartition du revenu et la division internationale du travail Genève, 1-17 juin 1976, Document WEC/CW/F.1.

5Charles Booth, Life and Labour of the People in London, Macmillan & Co., London and New York, 1892, vol. i.

6Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon, Voyage à la Martinique, contenant diverses observations sur la physique, l’histoire naturelle, l’agriculture, les mœurs, & les usages de cette isle, faites en 1751 & dans les années suivantes, chez Cl. J. B. Bauche, Paris, 1763.

7« Code noir », article publié dans le Dictionnaire universel de commerce d’histoire naturelle et des arts et métiers, Estienne, Paris, 1750, vol. i, col. 1011 et ss.

8John Kenneth Galbraith, The Nature of Mass Poverty, Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts and London, England, 1979.

9Pierre-François Lemercier de la Rivière, L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, Jean Nourse, Londres et Desaint, Paris, 1767.

10Robert S. McNamara, Discours prononcé devant le Conseil des Gouverneurs, Washington D. C. (annuel).

11Pierre Poivre, Oeuvres complettes de P. Poivre, Intendant des Isles de France et de Bourbon, correspondant de l’académie des sciences, etc. ; Fuchs, Paris, 1797.

12Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements & du commerce des Européens dans les deux Indes, Genève, Les libraires associés, 1775, 3 vol.

13Sébastien Le Prestre (maréchal) de Vauban, Projet d’une dixme royale (sans lieu d’édition), 1707.

14Nous avons scrupuleusement respecté l’orthographe originale. Les deux citations de Charles Booth et John Kenneth Galbraith ont été traduites par nos soins.