Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Atelier

Écologie et géographie

Jean Tricart

Texte intégral

1L’écologie est à la mode. Elle prend même une dimension politique... Portés par la vague, certains s’emparent du vocable et l’utilisent à tort et à travers. N’est-on pas allé jusqu’à parler d’écologie humaine à propos de l’insertion de l’homme dans son milieu social ?

2La réflexion nécessaire sur notre monde actuel n’a rien à gagner de la confusion, bien au contraire. C’est pourquoi, en tant que naturaliste et en tant que praticien ayant une expérience longue et diverse des problèmes d’aménagement du milieu naturel et de gestion de ses ressources, nous voudrions montrer ici comment ont été forgés certains concepts relatifs aux rapports de l’homme et du milieu naturel. Ces rapports sont, en partie, l’objet de deux disciplines : la géographie et l’écologie. Pour des raisons historiques elles se sont longtemps ignorées mutuellement. Leur rapprochement s’impose. Comment peut-il s’opérer ? Comment peut-il contribuer à mieux résoudre certains problèmes qui se posent à nous avec acuité ? Voilà ce que nous allons examiner.

Ecologie, géographie, écosystème

3Rappelons d’abord quel est le champ qui correspond à chacune de ces branches de la connaissance :

4La géographie a pour objet la description raisonnée et l’explication des divers aspects de la surface du globe terrestre. L’un de ces aspects — le plus original et le plus important — est l’existence de quelques milliards d’hommes qui y vivent, utilisant ses ressources, s’adaptant aux conditions de leur milieu physique et les modifiant. La géographie place ainsi, nécessairement, les rapports entre l’homme et le milieu au centre de ses préoccupations. Elle est la charnière des sciences de la nature et des sciences humaines et participe autant des unes que des autres.

5L’écologie, telle qu’elle a été définie, dès 1886, par le naturaliste allemand Haeckel, a pour objet d’étudier les relations entre les êtres vivants, plantes et animaux, et leur milieu. Elle s’intéresse de la sorte autant à l’homme, en tant qu’être vivant, qu’à tel arbre ou à telle bête. Il existe une écologie de l’homme, comme il en existe une de la baleine, du moustique ou du chêne. Elle étudie les relations biologiques entre l’homme et le milieu physique. Elle participe des sciences biologiques, dont la médecine est une branche particulière. Ce n’est qu’au prix d’une extension de l’acceptation du terme que certains parlent d’écologie humaine au sujet de l’insertion de l’homme dans le tissu social. A vrai dire, c’est un abus de langage.

6Géographie et écologie sont donc deux points de vue convergents de la réalité qui nous entoure. Un géographe a défini sa discipline comme celle de l’homme habitant. Les écologistes parlent couramment de l’habitat de telle ou telle espèce... Certes, il ne saurait être question de ramener la géographie à ce seul point de vue biologique de l’« habitat » : l’organisation socio-économique des collectivités humaines, le développement de nos activités intellectuelles donnent une toute autre dimension à l’« homme habitant », une dimension que sont loin d’atteindre les animaux organisés en sociétés complexes comme les fourmis ou les termites. Il n’en reste pas moins que l’homme ne peut vivre, donc exercer ses facultés intellectuelles et jouer un rôle social, que dans la mesure où ses besoins physiologiques sont satisfaits. Et cela joue dans tous les types de sociétés, même si, en fonction de leur organisation socio-économique, de leurs caractéristiques culturelles, de leur niveau scientifique et technique, la manière dont ces besoins sont satisfaits varie considérablement à la surface du globe. Il existe donc une convergence intrinsèque entre les objets et les conceptions de la géographie et de l’écologie.

7Mais il y a un autre concept qui présente un intérêt capital pour la géographie : celui d’écosystème. Le mot « écosystème » a été forgé en 1934 par l’Anglais Tansley. Il systématise des idées apparues chez les écologistes entre les deux guerres mondiales, période pendant laquelle l’écologie a cessé d’être un simple mot, sans contenu scientifique effectif. Un écosystème est constitué par l’ensemble des êtres vivants et du milieu dans lequel ils vivent. La partie vivante de l’écosystème constitue la biocénose, divisée en phytocénose (les plantes) et en zoocénose (les animaux), tandis que le milieu est appelé écotope. Ces éléments correspondent à la racine du mot écosystème. L’autre racine, « système », se réfère à une certaine démarche logique, celle de l’approche systémique. Un système est formé par un groupe de phénomènes interdépendants. A l’intérieur du système, les liens de causalité sont multiples : ils tissent une sorte de réseau au lieu d’être simplement linéaires comme dans la logique cartésienne. Un phénomène A influe sur un phénomène B qui, lui-même, influe sur un phénomène C. Si nous en restons là, nous sommes en présence d’un enchaînement linéaire, cartésien. Mais si nous établissons que, de plus, B en se modifiant sous l’effet de A introduit, en retour, des modifications de A (c’est ce qu’on appelle une rétroaction), qu’il en est de même entre B et C et que les changements de C se répercutent aussi directement sur A, nous sommes en présence d’un système que la logique cartésienne ne permet pas d’analyser et qu’on ne peut représenter linéairement.

8Un système est donc tout autre chose que la somme des éléments qui le composent : on ne peut le figurer par une intégrale. Il est doué de propriétés particulières, différentes de toutes celles de ses parties. Il est, par définition, dynamique : il se modifie, il évolue. Il est caractérisé par une certaine structure qui est constituée par des flux d’énergie, de matière. Notre vocabulaire traditionnel, en effet, distingue l’une et l’autre, mais il s’agit en fait de la même réalité physique : il n’y a pas de matière sans énergie et pas d’énergie qui ne soit, aussi, de la matière.

9La notion d’écosystème est féconde, très féconde. Mais l’écologie n’en a pas encore exploité également tous les aspects. De formation biologiste, les écologistes se sont attachés surtout à l’étude des relations entre les êtres vivants, les biocénoses. C’est, notamment, le cas des chaînes alimentaires ou niveaux trophiques. Seules les plantes peuvent élaborer des tissus à partir des éléments minéraux de leur milieu, utilisant l’énergie de radiation solaire (photosynthèse). C’est pourquoi on les appelle producteurs primaires. Aucun animal n’en est capable, homme compris... Les animaux ne peuvent donc vivre qu’en s’appropriant l’énergie que représentent les tissus des plantes. La vache mange l’herbe de la pâture... Ce sont deux maillons sucessifs de la chaîne alimentaire : le végétal (producteur primaire) et l’herbivore. Lorsque nous mangeons la chair de la vache (devenue bœuf entretemps ! ), nous nous plaçons en troisième position : c’est encore un autre maillon. Nos propres parasites (ou le cannibale...) en forment un quatrième. On pourrait poursuivre encore un peu plus, mais guère plus. Il est rare de trouver plus de quatre à cinq maillons dans les chaînes alimentaires.

10Mais, à chacun de ces maillons de la chaîne alimentaire, se produisent des pertes d’énergie. Concrètement, les excréments en témoignent. La vache ne peut assimiler toute l’énergie de l’herbe qu’elle mange. L’homme qui mange sa chair non plus. De manière abstraite, on parle de biomasse à propos du poids total d’un certain ensemble d’êtres vivants, habituellement après avoir éliminé l’eau, qui constitue une part importante, mais variable, de tous les tissus (« biomasse sèche »). Si nous prenons la biomasse végétale, puis celle des herbivores qui s’en nourrissent, maillons successifs de la chaîne alimentaire, nous constatons que la biomasse végétale est environ dix fois plus élevée que celle des herbivores correspondants. Cette dernière est, elle-même, une dizaine de fois supérieure à la biomasse des carnivores qui vivraient exclusivement en mangeant ces herbivores.

11On peut figurer cela sous la forme de rectangles superposés, en plaçant à la base les producteurs primaires, puis au-dessus, les maillons successifs de la chaîne alimentaire d’un écosystème. Ces rectangles, d’une surface proportionnelle à la biomasse correspondante, seront décalés les uns par rapport aux autres, comme dans le cas d’une pyramide démographique d’une population à forte natalité. On figure ainsi les niveaux trophiques, sous la forme d’une pyramide trophique.

12L’intérêt de tout cela pour le géographe ? Les régimes alimentaires, en partie du fait des cultures différentes, sont fort variés. En Inde par exemple, les hindouistes ne consomment pas de viande, seulement un peu de lait et de laitages. Ils se placent pratiquement au niveau trophique no 2, juste au-dessus des producteurs primaires, puisque végétariens. Les pertes d’énergie sont réduites au minimum, à peu de chose près. En Inde comme en Chine, cela contribue à permettre une très forte densité humaine, non seulement par km2, mais, ce qui est plus important, par hectare de terre exploitée. A l’inverse, l’Américain est Carnivore : pour l’ensemble des Etats-Unis, en 1978, la consommation moyenne par tête était de 55 kg de viande, de 130 kg de lait, de 36 kg d’œufs... L’essentiel des calories alimentaires absorbées place l’Américain aux niveaux trophiques 3 et 4. De plus, l’agriculture industrielle des Etats-Unis, fortement mécanisée, abusant des engrais chimiques au détriment de l’entretien des sols, est fondée sur un emploi massif d’énergie fossile, hydrocarbures surtout. Les Américains consommaient en 1978 près de 29 % du total mondial d’énergie fossile... La très faible densité de population agricole par hectare cultivé a pour contre-partie un gaspillage effrayant de ressources, que les prix artificiellement bas des hydrocarbures produits aux Etats-Unis transforment en spéculation avantageuse... à court terme et au prix du sous-développement et de la disette chez des centaines de millions d’autres hommes.

13On ne peut donc comprendre la répartition de la population mondiale, le sous-développement, le commerce de bien des produits sans se fonder sur des notions écologiques. Mais il ne saurait être question, comme parfois les géographes ont le tort de le faire, de se déguiser en spécialistes d’une autre discipline, de l’écologie en l’occurence. La méthode n’aboutit qu’à engendrer des géographes de Mardi-Gras : ils peuvent être plaisants, rien de plus... Cependant l’écologie, du fait de ses racines biologiques, a trop négligé l’étude du milieu physique : un phytotron ne remplace pas la Nature pour le géographe. Cette carence se manifeste principalement sur deux plans :

14a) Celui de la dynamique des écotopes. Rares, très rares, sont les écologistes qui ne considèrent pas le milieu physique comme un donné, comme quelque chose d’inerte, ne changeant, au mieux, qu’au cours des durées géologiques (les anciens « ponts continentaux », tentant d’expliquer les répartitions biogéographiques). Au contraire, il y a interférence entre les dynamiques du milieu physique et celles des êtres vivants. La topographie n’est pas immuable : la morphogenèse fonctionne de nos jours aussi. Les processus morphogéniques interférent avec les processus pédogénique, avec les biocénoses (rôle stabilisateur de certains types de couvertures végétales ou phytostabilisation). La géomorphologie climatique, née en Allemagne, puis développée de manière décisive en France, est centrée sur cet aspect du fonctionnement des écosystèmes. En tant que géographes physiciens, nous pouvons apporter une contribution non négligeable aux écologistes. Le fait que j’aie été invité par eux à entrer dans la section d’écologie du CNRS au moment où elle se créait montre qu’ils en sont conscients : voilà ce qui permet de « dégager des convergences ». A une condition cependant : qu’un centralisme bureaucratique ne nous interdise pas de pratiquer, au niveau de la formation des étudiants, une saine ouverture transdisciplinaire et que le manque de moyens ne fasse pas que l’enseignement supérieur de la géographie ne soit plus qu’une expression dérisoire au lieu d’être l’expression d’une réalité.

15b) Des préoccupations spatiales insuffisantes. Ce qui découle, en partie, du point précédent. Le concept d’écosystème est un être logique, qui peut se définir en dehors d’une assiette géographique précise. Ce sont essentiellement les biogéographes, sous l’impulsion de Gaussen (carte de la végétation de la France du CNRS) qui se sont attachés à ces problèmes de répartition. La cartographie proprement écologique est encore peu développée et cherche sa voie. Encore un domaine où les géographes peuvent apporter un certain concours à l’écologie.

16Mais il nous faut maintenant aborder l’autre panneau du diptyque et dégager ce qui, dans l’évolution récente de la géographie, peut se prêter à la convergence souhaitée.

Quelques orientations de la géographie : dans quelle mesure peuvent-elles se prêter à une convergence ?

17A vrai dire, les géographes français qui, jusqu’en 1945, ont dû faire des études supérieures où l’histoire se taillait la part du lion, étaient en mauvaise posture pour s’intéresser aux sciences naturelles. Seuls quelques-uns ont fait l’effort d’en acquérir une teinture, en autodidactes. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de la médiocrité des convergences. Différentes voies ont été tentées. Certaines étaient mal choisies et dangereuses. D’autres, au contraire, sont à l’origine de la convergence souhaitée.

18J. Brunhes a adopté une tendance ethnologique, qui s’est traduite par la publication d’une collection, arrêtée lors de la dernière guerre mondiale. Elle se composait de monographies étudiant des cas d’utilisation de certains éléments du milieu naturel, comme « l’homme et le miel », en fait monographie d’une tribu indienne du Chaco paraguayen qui avait su s’isoler des colonisateurs espagnols. Mais J. Brunhes n’était en rien un naturaliste. Il cultivait la notion de genre de vie, à la mode de l’époque en France, et cherchait des exemples particulièrement démonstratifs. Or, ce concept repose sur la conviction que l’homme est étroitement dépendant de la nature, qu’il ne peut que se soumettre à elle. C’est pourquoi les exemples démonstratifs ne pouvaient provenir que de petits groupes ignorant les techniques modernes. De l’adoption du concept découlait donc une position passéiste. Elle se nourrissait d’archaïsmes et aboutissait à fonder un « musée ethnologique » calfeutré vis-à-vis du présent. L’échec était inéluctable. Remarquons que la même attitude idéologique, aussi fausse, bien qu’orientée à 180° de la précédente, a été celle de Staline, lorsqu’il a affirmé que les contingences du milieu naturel n’existaient plus devant le « communisme ». Il fallait une dictature sanglante pour sacrifier d’énormes moyens techniques et des cohortes de travailleurs dans des projets reposant sur cette affirmation. Les tentatives de culture des céréales au Kazakhstan ont contribué à la crise de l’agriculture soviétique. L’agriculture industrielle aux Etats-Unis et dans les pays européens qui les imitent aboutit, pour des raisons économiques, à une inadaptation au milieu naturel qui conduit à une intense dégradation des conditions écologiques.

19Plus tard, au cours de la période de la deuxième guerre mondiale, M. Sorre a tenté de fonder la géographie humaine sur des bases écologiques, par le biais de la géographie médicale. C’est un aspect de l’écologie de l’homme, dont l’intérêt est fondamental certes, mais qui ne recouvre qu’une partie d’un ensemble bien plus vaste. Des géographes ont continué dans cette voie, comme Picheral. Elle est suivie aussi par des médecins, principalement des épidémiologistes, qui font partie de la section d’écologie du CNRS, comme l’équipe du Professeur Roux de Montpellier. C’est là une de ces convergences recherchées. La développer et l’étendre demande beaucoup de travail, surtout pour les géographes, car ils doivent compléter leur information sur le plan médical, ce qui n’est pas facile.

20Une dernière voie, enfin, est celle de la biogéographie de Martonne qui la considérait comme, à la fois, suffisamment mineure et suffisamment spécialisée pour l’abandonner, dans son Traité de géographie physique, à A. Chevallier, botaniste du Muséum. Le résultat fut un volume particulièrement indigeste, bourré de systématique, sans guère d’intérêt biogéographique. L’ouverture écologique en est totalement absente. Ce n’est que bien plus tardivement qu’une biogéographie digne de ce nom est apparue.

21Sa première manifestation a été la conception puis le levé de la carte de la végétation de la France, au 1/200 000, à l’origine sous l’impulsion de F. Gaussen, botaniste de formation, mais excellent esprit géographique, qui a su forger un instrument de représentation cartographique efficace et parlant.

22Depuis la deuxième guerre mondiale, reprenant les conceptions des Russes Dokuchaev et Berg, une école de chercheurs a adopté les méthodes des écologistes pour étudier des transects avec un grand luxe de mesures afin de définir les « paysages », éléments de la géographie physique dite « complexe », dans lesquels on recherche les interdépendances entre relief (géologie, géomorphologie), sols, régime hydrique et végétation. Mais on manque encore de monographies démonstratives. Une partie de cette approche est utilisable comme « contrôle-terrain » pour l’exploitation des enregistrements des satellites (Landsat, demain Spot). En France, G. Bertrand, géographe en révolte contre la géomorphologie, a transposé une partie de ces idées afin d’élaborer une taxonomie d’unités régionales (géotype, géosystème) dont l’ambition est d’expliquer les types de paysages végétaux, d’en cartographier l’extension et la répartition, de faire des recommandations pour leur aménagement. Malheureusement, son approche pèche par l’absence de la géomorphologie, qui nous est apparue comme un facteur d’intégration capital dans bien des cas. Nos interventions dans des problèmes d’aménagement sur divers continents en apporte une démonstration pratique. Malheureusement aussi, G. Bertrand en est resté à des publications préliminaires qu’il renie dans sa thèse, restée inédite. Il est donc bien difficile de le suivre. C’est dommage.

23Deux chercheurs, J.-M. Avenard, dont la thèse a été soutenue il y a plusieurs années, et J.-P. Blanck, qui commence la rédaction de la sienne, ont consacré leurs recherches au même sujet, mais dans deux régions bien différentes, afin de faciliter les comparaisons. Il s’agit de la limite savane-forêt et de la répartition des deux types de formations végétales. L’un (J.-M. Avenard) a effectué ses recherches en Côte-d’Ivoire, sur un vieux socle où l’influence humaine, sous la forme de brûlis, remonte à quelques millénaires. L’autre (J.-P. Blanck) travaille sur les Llanos vénézuéliens, où l’influence humaine est réduite et récente, dans des régions d’accumulation détritique du piémont andin. Il apparaît que les régimes hydriques jouent souvent un rôle déterminant dans la répartition des savanes et des forêts et dans les types de végétation. Tous deux ont entrepris d’établir ces bilans hydriques. J.-P. Blanck a eu recours à des équipements utilisés par les biologistes végétaux (détermination des pressions osmotiques aux points de flétrissement). Tous deux ont fondé leurs recherches sur une utilisation des données physiologiques et travaillé avec des botanistes pour assurer une solide liaison entre biogéographie et écologie. Ces orientations et ces méthodes ont d’ailleurs permis à une petite équipe du Centre de Géographie Appliquée (Laboratoire Associé 95 au CNRS) de travailler avec des agronomes, au Niger, pour déterminer les actions possibles pour la restauration d’une région sahélienne durement affectée par la sécheresse.

24Cette convergence, que nous qualifierons de transdisciplinaire, car elle chevauche les limites arbitraires des disciplines traditionnelles, permet d’aborder dans de bonnes conditions un certain nombre de problèmes. On peut les qualifier de problèmes d’actualité, car ils préoccupent l’opinion publique et tout particulièrement les jeunes auxquels nous enseignons. Nous allons maintenant les aborder.

Quelques problèmes d’actualité

25Deux grands problèmes nous semblent répondre plus particulièrement aux préoccupations de l’opinion publique.

1. L’insertion de l’homme dans les écosystèmes

26La caractéristique spécifique de l’homme est d’avoir une puissance inégalée d’intervention dans les écosystèmes. Elle peut aller, éventuellement, jusqu’à la destruction totale de la vie sur le globe : le stock de bombes atomiques existant est largement suffisant pour cela... Un autre trait inquiétant est la perte de tout instinct chez certains individus. Monstres froids de la technique ou de la politique, de tels hommes sont totalement incapables de la réaction fondamentale de tout être vivant qui est de se sacrifier éventuellement à la perpétuation de l’espèce. Ils sont devenus incapables d’obéir à cette loi suprême de la vie et, au contraire, peuvent faire courir des dangers mortels aux générations futures dans le seul but de faire triompher leurs techniques. A cet effet, ils usurpent souvent le pouvoir : ce sont alors des technocrates.

27L’opinion publique le sent, plus ou moins clairement. C’est pourquoi elle revendique la protection du cadre de vie, de meilleures conditions d’existence, des services de santé plus humains, une instruction et une éducation plus efficaces. L’écologie, qu’on le veuille ou non, prend une dimension politique.

28L’énorme capacité d’agression dont nous disposons vis-à-vis de notre milieu écologique nous impose de définir soigneusement son degré de sensibilité vis-à-vis de nos interventions ou, si l’on préfère, son degré de tolérance, ses limites de tolérance, ce qui est en quelque sorte le négatif de la sensibilité. Il faut que nous puissions prévoir, aussi exactement que possible, les modifications directes, et surtout indirectes, que telle ou telle intervention déclenchera dans ce milieu. L’approche systémique est indispensable en l’occurrence. Mais le problème se complique du fait que beaucoup de ces phénomènes induits ne se déclenchent qu’avec un certain retard par rapport à leurs causes : ils sont déphasés par rapport à elles. C’est l’objectif que devraient avoir les études d’impact. Malheureusement, les technocrates et les groupes de pression économique ont souvent trouvé des parades pour les rendre inoffensives, par exemple en les faisant porter sur des aspects mineurs ou en étant à la fois juges et parties par la création de filiales qui réalisent pour eux les études d’impact.

29Les ressources en eau de la plaine de l’Alsace sont un excellent exemple dont la portée dépasse de beaucoup la région. Elles ont fait l’objet d’une étude pilote « eaux et nuisances » confiée à l’Université Louis-Pasteur et réalisée par les hydrogéologues, des géographes physiciens et des écologistes, en fonction des desiderata du Ministère de l’environnement, de l’établissement public régional Alsace, de l’OEDA, de l’Agence de bassin Rhin-Meuse, du Service régional d’aménagement des eaux Alsace. Cette étude localise les sources de pollution et, en suivant le cheminement des eaux, montre la manière dont les polluants se disséminent dans la région, notamment comment et où ils passent des eaux superficielles dans les eaux souterraines. L’eau est une des grandes richesses naturelles de l’Alsace. Mais cette ressource est très sensible, principalement les eaux souterraines, qui sont originellement d’excellente qualité. Elles sont en effet contenues dans les sables et graviers quaternaires du Rhin et des cônes des rivières vosgiennes, empilés sur 100 m. et plus d’épaisseur du fait de l’affaissement quarternaire du fossé. En surface, sur de grandes étendues, aucune couverture de terrains imperméables ne les protège.

30Les Mines domaniales de potasse d’Alsace (MDPA) rejettent bon an mal an 9 à 10 000 000 t. de chlorures, mélangés à des argiles et autres déchets : il y a plus de sel dans le gisement que de potasse... mais divers accords, sur lesquels il y aurait beaucoup à dire, font que l’Etat s’est interdit d’exploiter le principal minéral du gisement, le sel. Il faut donc s’en débarrasser. Une partie est redissoute une fois la potasse extraite du minerai et emmagasinée dans des bassins avant d’être lâchée dans le Rhin, en principe en prenant soin que la concentration du sel dans les eaux ne soit pas trop forte. Les Néerlandais ne sont pas de cet avis... Un accord international a été signé, par lequel le gouvernement français, sans s’appuyer sur des études préalables suffisantes, s’est engagé à injecter les saumures dans le sous-sol profond, dans les calcaires du Jurassique, qui sont sous les 2 000 m. de marnes oligocènes qui contiennent le gisement de potasse. Gâchis, certes... Mais le parlement français n’a jamais ratifié le traité, qui ne lui a pas été soumis, car l’opposition, conduite par un député du Haut-Rhin, est forte. Reconnaissons que scientifiquement, elle est justifiée.

31En effet, on connaît très mal la structure du Jurassique du fossé. Il est, c’est évident, affecté par les failles qui en font un rift. Mais, à cette profondeur, les failles sont beaucoup plus nombreuses que dans les terrains plus récents qui affleurent et qui ont subi une histoire tectonique bien plus courte. La plupart des failles qui hachent le Jurassique n’ont pas été repérées. Or on sait fort bien — c’est une connaissance hydrogéologique élémentaire — que les eaux souterraines circulent le long des failles, surtout lorsqu’elles ont travaillé en extension, comme c’est la règle dans les rifts. Elles peuvent ainsi, le long de ces discontinuités parfois béantes, traverser les formations argileuses ou marneuses qui, sinon, seraient imperméables. Injecter l’eau salée dans le Jurassique, nécessairement sous pression, est donc l’envoyer on ne sait où... Elle peut se substituer ici ou là à des nappes d’eau douce, remonter lentement dans l’aquifère quarternaire, etc.. C’est littéralement, ouvrir la boîte de Pandore !

32Mais il y a plus. Depuis quelques années, une opération pilote d’utilisation de l’énergie géothermique a été lancée dans l’agglomération strasbourgeoise. Elle consiste à extraire des eaux profondes, dont la température est de 70-80°, à les utiliser pour le chauffage et à les remplacer par de l’eau à la température de la surface que l’on envoie dans la nappe dont elles proviennent. Or justement, la nappe que l’on utilise à cet effet est celle du Jurassique. Si ces eaux étaient sursalées du fait d’injections de saumures, elles deviendraient si corrosives qu’elles seraient inutilisables : la ressource naturelle constituée par de l’énergie géothermique serait détruite.

33Ce sont encore les MDPA qui vont nous fournir un exemple pour illustrer la notion de déphasage entre une agression au milieu naturel et ses conséquences. Depuis les débuts de l’extraction, un peu avant 1914, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la plus grande partie des déchets, souvent la totalité, résultant de l’extraction de la potasse et de sa concentration, ont été acumulés à la surface du sol, sous la forme de terrils qui sont les seuls reliefs importants de la région. Certains, de loin, ont même des silhouettes de volcans... Or ces terrils reposent, sans aucune imperméabilisation préalable, sur les alluvions rhénanes très poreuses. Les ingénieurs les ont édifiés là où cela leur chantait, sans se soucier le moins du monde de choisir des endroits où les alluvions poreuses étaient recouvertes de limons plus ou moins imperméables, capables de former écran. La végétation ne colonise pas ces terrains sursalés.

34Une série de processus géomorphologiques s’exercent sur et dans ces terrils. Nous les avons fait étudier dans le cadre d’une thèse de docteur ingénieur, celle de Taleb, qui appartient maintenant au SRAE-Alsace. Des mesures hydrologiques ont montré l’importance du ruissellement sur ces buttes raides et dénudées. Les eaux qui en ravinent les flancs se chargent de sel dissout et s’infiltrent rapidement sur les terrains plats au pied des terrils. Dans la masse même de ces terrils, une certaine infiltration se produit, notamment dans les fentes de dessication de l’argile. Ces eaux exercent des actions karstiques, d’autant plus rapides que le sel est beaucoup plus soluble que le calcaire. Arrivées à la base des terrils, elles aussi s’infiltrent dans les alluvions poreuses. Des teneurs en sels bien supérieures à celles de l’eau de mer ont été mesurées aux abords des terrils. Toutes ces eaux salées rejoignent la nappe, qu’elles contribuent à alimenter. Elles se mélangent à ses eaux douces et les rendent saumâtres. Toutes ces eaux souterraines s’écoulent lentement vers le Nord, suivant la pente générale de la plaine.

35Les déversements sur les terrils ont cessé il y a déjà un certain nombre d’années. Néanmoins, le front saumâtre de la nappe souterraine continue de progresser à une vitesse de 1-2 km. par an, variable selon la pluviosité, les crues et les étiages du Rhin et de ses affluents. Les captages souterrains de Colmar, à 80 m. de profondeur, ont été atteints. Ensuite viendra le tour de Sélestat... Le phénomène se poursuit alors que sa cause intitiale est arrêtée : excellent exemple de déphasage. Les calculs hydrogéologiques donnent à penser qu’il se poursuivra pendant 70 à 80 ans. Il eût mieux valu le prévoir avant d’édifier les terrils. Encore aujourd’hui, il serait possible de remblayer les mines, au fur et à mesure qu’on a extrait la potasse, avec les déchets salés. Cela se fait en Allemagne, mais il faudrait changer de technique d’exploitation... On pourrait aussi utiliser le sel, au lieu de le gaspiller : dans bien des pays, le sel extrait de mines sert aussi bien à la consommation humaine qu’à l’industrie. Mais bien sûr, cela concurrencerait les producteurs actuels. Vaut-il mieux, en y renonçant, continuer de leur garantir des bénéfices qui ne profitent qu’à un petit groupe de personnes, au prix d’une dégradation catastrophique du milieu naturel, dont les victimes se comptent par millions, de l’Alsace à Rotterdam ? Cet exemple démonstratif nous fait déboucher sur les problèmes d’aménagement et de gestion de notre milieu.

2. Des problèmes d’aménagement et de gestion du milieu

36Il est clair que le seul objectif justifié de l’aménagement du milieu naturel est de lui permettre de nous fournir durablement les ressources dont nous avons besoin et d’assurer notre existence et celle des générations futures dans les meilleures conditions possibles. Cet objectif est conforme à la loi écologique fondamentale, celle de la perpétuation de l’espèce. Cependant, sa réalisation est rendue plus difficile, d’une part par la croissance démographique exponentielle de notre époque, d’autre part par l’intrusion de la spéculation économique, problème qui sera examiné un peu plus loin.

37Assurer le maintien des qualités de notre milieu écologique tout en prélevant sur lui les ressources dont nous avons besoin constitue la gestion de ce milieu. Un bon gérant est celui qui garde en ordre et en bon état le patrimoine qui lui a été confié et, mieux encore, qui le fait prospérer. La gestion implique l’aménagement. Les obligations que nous venons de rappeler, obligations morales soulignons-le, requièrent que l’aménagement soit au service de la gestion et non, comme cela arrive trop souvent, au service d’ambitions politiques ou d’appétits économiques s’appuyant sur la technocratie. L’aménagement, en particulier, doit tendre à réhabiliter des ressources en voie de destruction : par exemple, un aménagement régional est indispensable pour lutter contre la pollution des eaux en Alsace et redonner, autant que faire se peut, leur qualité aux eaux tant superficielles que souterraines. Ensuite, la gestion consistera à conserver la ressource naturelle régionale ainsi restaurée. Des problèmes de même nature se posent pour sauvegarder les terres nourricières, la qualité de l’air, les biocénoses, les espèces vivantes, etc. L’objectif est le même, mais les moyens de l’atteindre changent. Il doivent être adaptés aux caractéristiques de chaque milieu géographique et pas seulement aux caractéristiques du milieu écologique car l’homme est à la fois bénéficiaire et agent de ces opérations. Ils sont aussi fonction des possibilités offertes, dans chaque cas et à chaque époque, par les connaissances scientifiques et techniques. Enfin, pour des raisons évidentes d’intérêt collectif, il faut choisir entre deux solutions équivalentes selon les points de vue précédents, celle qui est la moins onéreuse.

38On rencontre souvent l’expression « conservation de la nature ». Littéralement, elle implique le rejet de tout changement, donc de toute amélioration. C’est ce qui la rend ambiguë. Les « conservationnistes » ont précédé, au plan politique, les « écologistes ». Leurs positions n’ont pas été exemptes d’excès. Vouloir conserver intégralement la nature, c’est renoncer à la gérer et à l’aménager, c’est la politique du laisser-faire écologique. Comme la croissance zéro proposée par le Club de Rome, elle est inacceptable par tous ceux qui ne sont pas des nantis. On ne peut transformer le globe en une sorte de musée de la nature, où l’homme serait admis en visiteur (et encore...) : de quoi vivrions-nous ? Une conservation moins extrême est cependant indispensable. Nous ne connaissons encore pas le capital génétique de très nombreuses espèces. L’agriculture industrielle, 1’« agrobusiness », réduit rapidement le nombre des variétés et même des espèces « commerciales » : l’horrible Golden chasse les « vraies » pommes... Il faut donc considérer chaque espèce vivante comme dotée d’un certain potentiel génétique, que nous ignorons en grande partie, parfois totalement. Les générations futures doivent pouvoir l’étudier et en tirer parti. Pourquoi, avec des moyens bien supérieurs, ne serions-nous pas capables d’améliorer ces espèces, de les utiliser pour faire apparaître de nouvelles variétés et même de nouvelles espèces comme l’ont fait nos ancêtres de la fin du Paléolithique et du Néolithique, lorsqu’ils ont domestiqué les animaux et inventé l’agriculture ? Le blé, par exemple, est si différent des plantes sauvages les plus proches qu’on ne peut affirmer avec certitude ni sa filiation botanique ni son aire exacte d’origine.

39Tout être vivant, du point de vue écologique, doit donc être considéré du point de vue de ses possibilités évolutives, sur lesquelles l’homme sait influer et le saura de plus en plus. Il nous faut apprendre à mieux utiliser ce potentiel génétique pour accroître nos ressources, c’est-à-dire mettre au point de nouvelles espèces utilisables, comme ce fut le cas il y a une centaine d’années de l’hévéa (heveas brasiliensis). Cela implique que l’homme s’impose le devoir très strict d’empêcher la disparition d’espèces, le plus souvent comme conséquence de ses activités. C’est un des objectifs de l’UNESCO et de l’Union internationale pour la conservation de la nature, sur laquelle il s’appuie. Mais on ne peut sauver une espèce en la mettant en cage, même sous la forme améliorée d’un parc zoologique ou d’un jardin botanique. Une espèce fait partie d’une biocénose, d’un écosystème. Il faut donc disposer d’un réseau d’écosystèmes protégés, sous la forme de réserves naturelles où les activités humaines doivent être réduites au minimum. Leur création et leur fonctionnement posent de délicats problèmes... De toutes façons, ils ne peuvent être que limités : leur place à la surface du globe est semblable à celle des musées sur le plan d’une ville. Partout ailleurs, les problèmes essentiels sont ceux de la gestion et de l’aménagement du milieu écologique. Leur étude et leur solution requièrent une importante participation de la géographie.

3. « Rationalité » économique et mauvaise gestion

40Actuellement, on peut identifier schématiquement deux types de « situations » engendrant l’un et l’autre les plus graves phénomènes de dégradation de notre milieu écologique.

41a) Les situations de misère :

42Elles coïncident avec une grande partie du monde sous-développé. Etroitement associées au sous-développement, comme lui, elles s’accentuent au fil des ans, avec une nette accélération dans laquelle la hausse du prix des hydrocarbures joue un rôle incontestable. Cette situation de misère a des origines historiques que nous n’aborderons pas ici. Depuis quelques décennies, elle se caractérise par une contradiction croissante entre

  • une rapide croissance démographique (taux 2 % l’an et plus), qui accroît parallèlement les besoins physiologiques, même sans les satisfaire mieux (ou moins mal),

  • des prélèvements accrus aux dépens des producteurs ruraux, sous la forme des marges d’une économie qui devient de plus en plus commercialisée, des intérêts des prêts consentis aussi bien au producteur lui-même qu’à son gouvernement, des Etats eux-mêmes, pour s’équiper (rapide augmentation des prix des équipements et des fournitures assurant leur fonctionnement), pour « tenir leur place » internationale, dépenses d’armement sans parler de la concussion et autres « diamants de Bokassa »...,

  • de l’insuffisance de la formation professionnelle notamment, qui aboutit en l’absence de progrès technique.

43Il en résulte un déséquilibre croissant, qui aboutit à tenter de tirer davantage de ressources de la nature dans des conditions de plus en plus difficiles et sans adaptation des moyens à cete situation changeante. La gestion du milieu écologique n’est plus assurée. Par exemple, la durée des jachères forestières se réduit et un nouveau brûlis, puis un nouveau cycle de culture sont effectués avant que la terre n’ait reconstitué une fertilité acceptable. Les rendements baissent. Comme il faut nourrir plus de bouches, on défriche davantage, ce qui réduit encore davantage la durée des jachères, etc.. Le cercle vicieux est amorcé et s’accélère. On se met à cultiver des pentes trop fortes. On profite de quelques années humides pour envahir les marges des déserts, y étendre les cultures et l’élevage. Qu’il vienne une série d’années sèches, comme il s’en produit plusieurs fois par siècle, et c’est la catastrophe. La sécheresse n’a pas été plus forte que nombre de celles qui l’ont précédée, mais ses conséquences ont été bien plus graves car le milieu était déjà surexploité lors des années humides qui l’ont précédée. Les dunes quarternaires du Niger et du Mali se sont ravivées et ravinées. Le sol a souvent été totalement détruit. La désertification, dans leur cas, n’est pas un mot de journaliste. Ce n’est hélas qu’un cas particulier d’un phénomène beaucoup plus général.

44C’est tout le complexe du sous-développement qui est en jeu. La dégradation du milieu écologique n’en est qu’un des aspects fortement interdépendant des autres. On ne peut l’arrêter par la seule application de recettes techniques. Les solutions techniques ne peuvent être efficaces que si elles sont intégrées dans un processus général de changement adopté par les populations intéressées et bénéficiant de ressources extérieures. Nous « subissons » les hausses du pétrole : il ne serait pas plus difficile d’assurer volontairement un tel financement. Ne vaudrait-il pas mieux pour cela faire des dons plutôt que de consentir des prêts (au remboursement problématique) pour vendre des armements ou des produits divers à des pays déjà industrialisés ?

45b) La spéculation de l’« agrobusiness » (agriculture industrielle) :

46Elle est le fait de pays industrialisés qui ont adopté comme modèle les Etats-Unis : Europe occidentale, France incluse, Union soviétique, etc..

47Cette agriculture repose sur les éléments suivants :

  • une intense mécanisation qui aboutit pratiquement à séparer l’élevage et la production végétale. L’élevage se fait en batterie (poulets, porcs, vaches), à l’aide d’aliments industriels fabriqués en grande partie avec des produits consommables par l’homme (céréales, tourteaux, farine de poisson, soja, etc.). La culture se fait sans fumier, à coups d’engrais chimiques. On emploie de grandes quantités de produits chimiques de toutes sortes : désinfectants, pesticides, hormones, etc. L’industrie est un pourvoyeur extrêmement important de moyens de production (machinerie, bâtiments, fournitures de toutes sortes).

  • Un choix limité d’espèces ou de variétés, de manière à satisfaire à une normalisation poussée qui répond à la production en grandes séries d’équipements et qui satisfait aux exigences de la collecte, du stockage, du conditionnement et de la distribution, pour lesquels il est plus avantageux de travailler sur de grandes quantités homogènes.

  • Une énorme consommation d’énergie fossile, dans les moteurs des tracteurs et des engins de transport, sous la forme d’électricité et pour la fabrication des équipements et des fournitures de toutes sortes. L’exemple du maïs hybride est démonstratif : il pousse partout, mais, presque toujours, il est incapable de se conserver sans être séché à l’air chaud, ce qui consomme beaucoup d’énergie. Aux Etats-Unis, celui qui est destiné à la consommation humaine est presque toujours mis en boîtes de conserve. Les acheteurs parcourent des kilomètres et des kilomètres en voiture pour venir faire leurs emplettes dans les supermarchés, puis les entassent dans des réfrigérateurs : tout cela consomme de l’énergie pour être fabriqué et pour fonctionner. Si on fait un bilan entre l’énergie autre que la radiation solaire nécessaire pour la production et l’énergie alimentaire que contient cette production, on constate que le rendement est extrêmement bas. Ainsi, au Mexique, la culture traditionnelle du maïs donne 12 à 15 kcal. alimentaires par kcal. utilisée à la production. Aux Etats-Unis (moyenne nationale), seulement un peu plus de 2... En Grande-Bretagne aussi. Aux Etats-Unis, l’agrobusiness a pu se développer grâce aux prix artificiellement bas des hydrocarbures produits dans le pays. Lorsque le président Carter a voulu établir un programme de hausse progressive de ces prix pour déclencher un processus d’économie de l’énergie, il a heurté de front d’immenses intérêts et échoué. Bien que la France n’ait pratiquement pas de pétrole, elle copie... Elle satisfait ainsi certains gros intérêts industriels.

48Quelles sont les conséquences de ce modèle sur le milieu naturel et ses ressources ?

491. Il tire très mal parti d’une énergie non polluante et qui est assurée encore pour de longues durées : l’énergie de radiation solaire. Cela se fait en recourant massivement aux hydrocarbures et aux autres ressources minérales fossiles (charbon, uranium) utilisés dans les centrales électriques. Or, ces sources d’énergie fossiles sont en quantités limitées. Leur renouvellement est fonction de processus géologiques qui requièrent des centaines de millions d’années. C’est donc un exemple de très mauvaise gestion des ressources naturelles.

502. Il provoque une rapide et intense dégradation des ressources écologiques. Rappelons, pour mémoire, le risque d’appauvrissement du capital génétique résultant de la forte diminution du nombre des espèces et variétés utilisées qui résulte de la normalisation à outrance. De façon plus immédiate, on assiste à la dégradation des terres, dont les aptitudes écologiques ne peuvent être entretenues que par une fumure organique. Or, dans ce modèle, celle-ci tend à être totalement abandonnée. L’élevage industriel n’est pas fait par les cultivateurs. La pression des industriels fait recourir exclusivement aux engrais chimiques, dont la production épuise des ressources fossiles (énergie, phosphate, potasse, pyrites, etc.). L’usage exclusif des engrais chimiques et la mécanisation qui pousse à remembrer en immenses parcelles et qui se traduit par une compactation de la terre due aux tracteurs lourds, ont pour résultat l’érosion pluviale, le ruissellement, les actions éoliennes. Sur les croupes et les versants, les pertes de terres sont élevées. Dans les dépressions, le matériel qui en provient s’entasse. Dans les deux cas, la qualité des terres est gravement affectée. Pour lutter contre la baisse des rendements qu’elle provoque, on augmente les doses d’engrais. Or, les engrais et les produits phytosanitaires épandus à la surface des champs sont les premiers à être emportés, dissous, par le ruisellement. Ils sont une grave source de pollution des eaux. L’agriculture industrielle détruit les terres et les ressources en eau.

513. Cette pollution a des conséquences biologiques sur les animaux : c’est une des causes de la raréfaction, puis de la disparition de nombreuses espèces. Elle affecte aussi l’homme au plan sanitaire.

52Au Ministère de l’agriculture des Etats-Unis, où l’on étudie beaucoup les pertes de terres sous l’effet de 1’« érosion », on définit des pertes de terres « admissibles », considérées comme acceptables. Elle sont fonction de l’épaisseur des sols, de la profondeur à laquelle peuvent pénétrer les racines des plantes. C’est considérer le sol comme un gisement minier, dont l’exploitation prend avant tout en considération la vitesse à laquelle le gisement est appelé à s’épuiser, en fonction de l’importance des réserves qu’il contient. C’est en fin de compte, sacrifier les générations futures à un profit immédiat, qui est le salaire de la dégradation de la nature et de l’épuisement accéléré des gisements minéraux. Les bénéfices résultent du fait que les hydrocarbures ne sont pas payés à leur prix et du fait que toutes les nuisances considérables, résultant de ce système de production, sont laissées à la charge de la collectivité (restauration des terres, lutte contre la pollution, dépenses de santé) au lieu d’être supportées par ceux qui causent ces nuisances. Cette gestion du milieu naturel est aussi désastreuse que celle qui résulte de l’extrême misère. Or, l’une engendre l’autre : le sous-développement est la conséquence de l’accaparement égoïste d’une partie majoritaire des ressources du monde au profit des économies industrielles : les Etats-Unis consomment actuellement près de 30 % de toute l’énergie fossile utilisée dans le monde...

53La dégradation de notre milieu écologique est rapide et intense. Il est donc nécessaire de la suivre en permanence pour tenter de l’arrêter et pour pouvoir déterminer l’efficacité des méthodes destinées à lutter contre elle. C’est le dernier problème que nous examinerons.

L’obervation du milieu naturel, la télédétection

54Pour suivre de tels phénomènes, il faut pouvoir disposer d’une vision synoptique de régions étendues. La photographie aérienne répond mal à ce besoin, d’une part parce que les couvertures ne sont faites qu’à intervalles espacés (en principe, dix ans en France). D’autre part, parce qu’il faut manipuler un grand nombre de clichés, ce qui empêche d’avoir une vue d’ensemble. Aussi a-t-on fondé, avant son lancement, de grands espoirs sur le satellite Landsat de la NASA. Depuis juillet 1972, il y a eu, en permanence, au moins un Landsat effectuant des enregistrements et, à certaines périodes, deux. Il a fallu malheureusement déchanter à cause de la nébulosité, qui restreint considérablement le nombre d’enregistrements utilisables. Tel est, notamment, le cas pour le Nord-Est de la France. Il s’y ajoute, jusqu’à une date récente, des difficultés provenant de la mémoire insuffisante du système d’enregistrement : quand elle est saturée, les enregistrements cessent, ce qui est arrivé fréquemment. Il est finalement très rare que des enregistrements valables soient effectués lors de deux orbites successives, espacées de dix-huit jours lorsqu’un seul Landsat est en orbite, neuf jours seulement lorsqu’il y en a deux. C’est ainsi, par exemple, qu’il n’est pas possible de mettre ce satellite à profit pour étudier les variations de la couverture neigeuse dans les Vosges, ce qui serait pourtant bien utile.

55Néanmoins, les enregistrements de Landsat sont fort utiles, à condition surtout de ne pas en faire une panacée et de ne pas mépriser les autres méthodes d’observation, qu’ils viennent compléter. L’intérêt des renseignements qu’on en tire est directement fonction de la connaissance géographique que nous avons du terrain. C’est elle qui permet d’identifier les objets enregistrés au moyen des radiations solaires qu’ils réfléchissent. C’est elle, notamment, qui permet de choisir les sites représentatifs où sont effectués des mesures au sol pour pouvoir calibrer les valeurs numériques portées sur les bandes magnétiques enregistrées par le satellite. Il existe des traductions sous forme d’images de ces enregistrements, effectuées par la NASA ou les organismes associés à elle. Leur échelle habituelle est au 1.000° mais ils peuvent être agrandis jusqu’au 1/250.000, voire au 1/1.000.000 ou reproduits en diapositives. Chaque scène couvre 185 x 185 km. Leur aspect ressemble à celui d’une photographie aérienne, échelle mise à part.

56Ces clichés permettent notamment l’examen des phénomènes suivants :

  • Extension de la végétation dense (canaux 4 et 5) et, par corollaire, la répartition des déboisements, par exemple au Zaïre ou dans le Mato Grosso, au bord du sud-est de l’Amazonie.

  • Brûlis dans les régions intertropicales, incendies de forêts méditerranéennes. Quand ils n’ont encore que quelques mois, ces brûlis apparaissent bien sur les clichés des divers canaux.

  • Matériel minéral (canaux 4 et, mieux, 5), qui est fortement réfléchissant, quelle que soit la couleur perçue par notre œil. On peut ainsi identifier les étendues dénudées, sans humus : les clichés Landsat ont permis de reconnaître l’étendue des sables de dunes quaternaires ravivées dans la Boucle du Niger au Mali, région que je connais bien, et qui a été affectée par la sécheresse sahélienne. Les matières en suspension dans les eaux donnent à celles-ci, sur les mêmes canaux, une couleur laiteuse. On peut ainsi identifier l’arrivée de troubles abondants dans les lacs, dans des réservoirs, dans des estuaires. Ces troubles sont l’indice d’un décapage des sols par l’érosion pluviale et le ruissellement.

57En principe en 1984, sera lancé le satellite français Spot, dont les enregistrements offriront d’importantes similitudes avec ceux des Landsat. Ils présenteront, cependant, des perfectionnements par rapport à eux. Tout d’abord, la résolution, c’est-à-dire les dimensions de la surface terrestre constituant un point de l’image, sera plus grande. Sur Landsat, elle est de 79 x 56 m. Celle de Spot variera et sera soit 10 x 10 m, soit de 20 x 20 m. Un système ingénieux permettra d’obtenir éventuellement de la même région, deux enregistrements pouvant s’observer en vision stéréoscopique. Enfin, la périodicité des enregistrements sera améliorée. Elle pourra, dans certains cas, être seulement d’un à quatre jours. Spot a été conçu en fonction des besoins propres de l’étude du territoire français, ce qui a demandé de gros efforts et de patientes recherches.

Conclusion

58Le survol que nous achevons est succint et incomplet. Puisse-t-il aider les « honnêtes gens » que sont nos lecteurs à se faire une idée de certaines orientations actuelles de la recherche scientifique. Celles que nous avons exposées répondent à des préoccupations majeures de notre époque. Elles portent en effet sur certains aspects de ce qui est, véritablement, une crise de civilisation. Propager le modèle américain de l’agriculture industrielle, de l’agrobusiness, chez les gouvernants des pays pauvres, est une pure escroquerie : cela ne fera qu’accentuer le sous-développement et aboutira rapidement à une catastrophe. Il faut 1.200 litres d’hydrocarbures par an pour assurer l’alimentation de chaque Américain. Si ces méthodes étaient étendues à l’ensemble de la planète, il n’y aurait plus d’hydrocarbures en moins de trente ans...

59Comme dans le cas de tous les problèmes de civilisation, des décisions politiques s’imposent. Elles peuvent prendre la forme de celles du Président Reagan, qui restreint l’aide aux pays pauvres et refuse la constitution de réserves alimentaires internationales pour ne pas « fausser » 1’« économie de marché ». Elles peuvent aussi promouvoir la solidarité internationale, s’opposer à l’apartheid, forme suprême du racisme, et restreindre les ventes d’armes. Dans les pays démocratiques, chaque citoyen est concerné, car il peut influer sur la décision. Nous avons voulu contribuer à l’éclairer, en restant sur le terrain scientifique.

Auteur

Université Louis Pasteur, directeur du centre de géographie appliquée (Laboratoire associé 95) ; Consultant de l’Unesco (Division des Sciences écologiques)

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search