Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Atelier

Représentation de l’espace et espaces de représentation : le cas du Tessin

Raffaella Macaluso

Texte intégral

1Nous ne prétendons pas fournir, dans cet article, les résultats d’une recherche systématique, mais proposer quelques réflexions concernant une anthropologie de l’espace en nous appuyant sur un cas concret : le Tessin. En effet, l’industrie touristique et la spéculation foncière utilisent le paysage tessinois comme simple matière première alors qu’il devrait également être considéré comme la synthèse de valeurs naturelles et humaines et comme un lieu de rapports socio-culturels dans lequel s’inscrit aussi l’histoire. Le processus de transformation de la richesse sociale en capital financier ne sert qu’une minorité dont les intérêts sont concentrés dans l’industrie du bâtiment et du tourisme. Cela d’autant plus que le Tessin ne possédait pas de structure industrielle importante, ayant été voué principalement à l’agriculture qui, aujourd’hui, dans le sillage du « développement » économique, tend de plus en plus à disparaître. Si, d’emblée, le paysage paraît constituer le champ d’étude privilégié des géographes, il est néanmoins nécessaire de tenir compte de l’approche anthropologique.

  • 1 Gambi L., « Critica ai concetti geografici di pesaggio umano », Una geografica per la storia, Einau (...)
  • 2 Lefebvre H., La production de l’espace, Anthropos, Paris 1974, p. 52.

2Pour les géographes, « le plus grand effort (qu’ils puissent faire) pour suivre l’évolution culturelle consiste à définir la géographie comme l’étude des paysages »1 En outre, les historiens et les géographes de l’école des Annales à Pierre George en France, de Meynier à Rossi Doria et Emilio Sereni en Italie privilégient surtout l’étude des paysages ruraux. Plusieurs œuvres ont été consacrées aux relations complexes entre milieu physique et milieu humain qui nous permettent aujourd’hui de comprendre un paysage et son évolution. Néanmoins, le paysage est plus qu’une donnée objective puisqu’il est aussi le vécu individuel et collectif d’une société et fait partie de son « imaginaire collectif ». Lefebvre, se référant à son concept « d’espace de représentation », affirme que celui-ci « se vit se parle ; il a un noyau ou centre affectif, l’Ego, le lit, la chambre, le logement ou la maison ; — la place, l’église, le cimetière. Il contient les lieux de la passion et de l’action, ceux des situations vécues, donc implique immédiatement le temps »2.

3Dans l’approche anthropologique, le paysage est inclus dans le concept d’espace. Aussi les distinctions de Lefebvre entre pratiques spatiales, représentation des espaces et espaces de représentation doivent être retenues comme modèle théorique. Nous les résumons brièvement :

  • 3 Lefebvre H., op. cit., p. 48.

4La pratique spatiale «... d’une société secrète son espace ; elle le pose et le suppose, dans une interaction dialectique : elle le produit lentement et sûrement en le dominant et en se l’appropriant. A l’analyse, la pratique spatiale d’une société se découvre en déchiffrant son espace. » 3

5L’analyse de la pratique de l’espace correspond ici au niveau socio-économique de l’analyse du paysage : espace et paysage comme lieu de la pratique sociale.

6La représentation de l’espace : c’est l’espace écrit, l’espace dominant, celui des scientifiques, des planificateurs et des urbanistes. L’espace des projets de développement des régions de montagne constitue un exemple de l’espace manipulé et créé par la propagande touristique. Il convient de souligner que dans une société capitaliste avancée les représentations de l’espace se muent de plus en plus en pratiques de l’espace. Ainsi la production de l’espace se caractérise par un espace nouveau qui soumet, transforme, domine et enfin anéantit les espaces de représentation.

  • 4 Bettanini T., Spazio e scienze umane, La Nuova Italia, Firenze, 1976, pp. 94 et ss.

7 Les espaces de représentation : c’est-à-dire les espaces vécus et ceux de l’imaginaire collectif. Pour Lefebvre il s’agit de saisir, au niveau de l’espace, l’opposition entre valeur d’usage et valeur d’échange. Dans l’espace vécu, les valeurs d’usage sont encore qualitatives alors que, avec l’utilisation de la nature par le tourisme, ces valeurs deviennent marchandes. La discussion reste ouverte quant à l’interprétation de la nature de ces espaces : peut-on se contenter de la dichotomie valeur d’usage valeur d’échange ou faut-il aller plus loin en recherchant les liens avec les espaces mythiques ou sacrés4 ? La question est pertinente, particulièrement dans l’analyse des milieux ruraux des sociétés capitalistes avancées : dans quelle mesure le vécu spatial de ces communautés peut-il être compris comme laïcisation ou institutionnalisation des espaces mythiques ?

8En partant de ce modèle théorique, nous examinerons la pratique de l’espace au Tessin de la deuxième moitié du xixe siècle à nos jours en retraçant les grandes étapes de cette évolution. En recherchant les signes susceptibles d’éclairer les espaces de représentation, nous tenterons une ébauche d’analyse des représentations dominantes des espaces. Les exemples fournis par la propagande touristique nous montreront comment on vend un paysage en même temps que toutes ses valeurs symboliques et culturelles.

Le paysage tessinois au milieu du xixe siècle

  • 5 Billet J., Le Tessin, essai de géographie régionale, Allier, Grenoble, 1972, pp. 124 et ss.

9Du point de vue géographique, le Tessin est assez nettement divisé entre le Sottoceneri, dernier contrefort de la pianura padana (plaine du Pô) et le Sopraceneri, faisant partie des vallées alpines. Si toutefois on considère les aspects humains, c’est-à-dire les rapports que, dans l’histoire, les hommes ont entretenu avec le territoire, en particulier la typologie des cultures et de l’habitat, on s’aperçoit que les différences sont plus complexes à cerner et que les points communs entre les deux zones se multiplient. Sans entrer ici dans les détails des caractéristiques morphologiques et culturelles du territoire rural tessinois, on peut quand même distinguer en gros deux zones5. La première comprend la plus grande partie du Sottoceneri, la partie inférieure de la vallée du Tessin ainsi que les rives du Lac Majeur. Il s’agit là d’une zone de collines et de plaines où l’influence de la culture lombarde est plus marquée, en particulier dans la typologie de l’habitat. Par ailleurs, quelques vallées latérales du Sottoceneri et toutes les vallées alpines du Sopraceneri ont des caractéristiques semblables, soit sur le plan morphologique (vallées très encaissées, rareté du terrain cultivable, etc.), soit sur le plan agricole (prédominance de l’élevage). Dans les vallées plus au nord, la culture alpine exerce une forte influence, particulièrement pour l’habitat (maisons en bois). Mais ce qui nous intéresse ici, au niveau de l’analyse de la pratique de l’espace, c’est le rapport des populations avec leurs terres. Nous laisserons de côté les aspects physiques et purement descriptifs du territoire.

  • 6 Franscini S., La Svizzera Italiana, Lugano, 1837-40, 2eed., Banca della Svizzera Italiana, Lugano, (...)

10Avant de passer à l’analyse de ce rapport, il faut rappeler qu’au milieu du xixe siècle, le Tessin était un canton encore essentiellement rural, fondé sur l’autoconsommation, bien que depuis des siècles il ait été un axe commercial important entre le nord et le sud de l’Europe. Ces échanges n’ont pas, pourtant, profité à la majorité des Tessinois qui sont restés assez misérables comme en témoignent plusieurs voyageurs de l’époque. Les trois villes (Lugano, Locarno et Bellinzone) totalisaient en 1833 à peine 7 760 habitants sur une population de 109 000 personnes et Lugano, le centre principal, en comptait à peine 4 006.

La plaine et le Sottoceneri

11Dans les terres de collines et les plaines du Sottoceneri, le rapport de production dominant était le métayage. Les contrats étaient particulièrement durs. Aux obligations envers le propriétaire foncier s’ajoutaient celles envers l’Eglise (par exemple l’obligation de payer la dîme sur la récolte qui persista jusqu’à la deuxième moitié du siècle bien que des lois visant sa suppression furent édictées en 1806 déjà puis en 1812). Dans cette région, les cultures étaient mixtes : vignobles, céréales, pommes de terre, légumes, tabac, mûriers pour l’industrie de la soie, en plein essor à l’époque. L’élevage, partout présent, était de mauvaise qualité. Les forêts constituaient une des principales ressources : bois d’œuvre et bois de chauffage, feuilles pour le fumier. La châtaigne a représenté pendant des siècles la plus importante ressource alimentaire des Tessinois : les droits de récoltes étaient minutieusement réglementés ; il existait toute une série d’instruments spécifiques pour sa récolte et chaque maison avait un local particulier appelé gra où se séchaient les châtaignes à la fumée.

  • 7 Ceschi R., « La produzione agricola ticinese alla fine dell’ottocento », Pro Vallemaggia, 1975.

12Malgré les efforts considérables fournis par les paysans, le rendement de la terre restait assez bas, la qualité des produits très médiocre7, la misère, sinon la famine, répandue. Les raisons sont à rechercher soit dans les rapports de production soit dans le fait que la rareté de bonnes terres favorisait la surexploitation par les cultures intercalaires (par exemple vignoble et maïs). Le faible surplus laissé au paysan empêchait le progrès technologique, l’amélioration et la sélection des races et des cultures. Les propriétaires fonciers n’avaient, pour leur part, aucun intérêt à l’amélioration des conditions de la production. Les conséquences de cette situation, qui durait depuis quelques siècles, se traduisaient surtout par l’émigration périodique en direction de l’Italie, ce qui constitue une constante de l’histoire du Tessin. En 1844, dans les deux districts du Sottoceneri : Mendrisiotto et Luganese, les émigrants saisonniers représentaient respectivement 19,11 % et 14,44 % de la population totale. Ils étaient employés surtout comme artisans dans l’industrie du bâtiment des grandes villes italiennes. Dans les régions de montagnes du Sottoceneri, cette émigration touchait 80 % de la population active.

13Après avoir très brièvement esquissé la situation socio-économique de cette région, voyons maintenant quels étaient les éléments principaux de cet espace rural. Un élément de contraste prédomine : celui d’un paysage agraire « lombard » qui, bien qu’ouvert, doux, presque riche dissimule la dureté des rapports sociaux et la pauvreté millénaire. Des voyageurs de l’époque le remarquent : C’est ainsi qu’on peut lire, dans le « Manuel du voyageur en Suisse, ouvrage où l’on trouve toutes les directions nécessaires pour recueillir tout le fruit et toutes les jouissances que peut se permettre un étranger qui parcourt ce pays-là » édité par Gottfried Ebel (traduit de l’allemand, 3e édition, Zürich, 1818) le commentaire suivant consacré au canton du Tessin :

14« En un mot, le ciel a prodigué ses dons les plus précieux à ce beau pays : la nature y réunit ses attraits les plus touchants à ses tableaux les plus sublimes, elle s’y montre sous les formes les plus variées et fait de ce rebord méridional des Alpes un véritable Elysée. Et cependant les habitants de ces contrées magnifiques ne sont point heureux. On ne trouve nulle part ailleurs en Suisse une pauvreté aussi voisine de la misère, tant de paresse, et si peu d’industrie et de culture. »

15Et dans une note :

  • 8 Cité aussi en italien in. Galli A., Il Ticino all’initio dell’ottocentro nella descrizione topograf (...)

16« On conçoit qu’il n’est pas ici question des habitants des villes, mais uniquement de ceux des vallées. Cependant il règne moins de misère dans les régions les plus élevées, où il ne croît que des bestiaux et les détails de l’économie alpestre font l’unique occupation des habitants, que dans les contrées plus méridionales quoiqu’il n’y ait pas de pays en Europe, dont le sol soit plus fertile et plus productif que celui de ces dernières. Et c’est précisément là que les hommes sont en proie à la misère, et couverts de haillons. Il n’y a pas de cochon de la Suisse allemande, comme dit M. de Bonstetten, qui voulut s’accommoder de la demeure, dont plusieurs des habitants de ce pays-là se contentent. Faute des instruments nécessaires, on les voit quelquefois remuer leurs champs avec une simple fourche à fumier ; leurs chariots, munis de roues faites d’une seule pièce de bois, ont encore toute la grossière simplicité des siècles les plus barbares. L’usage des pompes à feu leur est inconnu, ils ignorent l’art d’élever des digues contre les fureurs des torrents, etc. »8

17Le paysage est aussi marqué par la variété tant au point de vue morphologique (plaines, collines, lacs, forêts), que par les cultures (intégration entre prairies, champs et bois). La variété se retrouve aussi dans l’habitat qui n’est pas monotone même s’il se réfère à un modèle culturel commun (maisons à cour avec arcades, murs de crépis et toits de tuiles). Aujourd’hui hélas, les styles proposés par les architectes n’ont plus rien en commun avec la culture locale : le faux rustique, le fonctionnalisme, le post-modern, le néo-classique ou le style méditerranéen veulent marquer une différence, la différence qui est signe de prestige social pour l’architecte et le propriétaire.

18Un autre élément essentiel est l’utilisation maximale de l’espace caractéristique propre aux sociétés rurales. Rien n’est laissé au hasard L’espace du gaspillage n’existe pas (photo no 1). Le bois fait l’objet d’un soigneux travail d’exploitation. Dans certains contrats, on peut lire que le métayer ne peut planter le maïs ou les légumes nécessaires à sa consommation que dans les terrains les plus escarpés ; les plans d’eau sont utilisés pour la pêche et la récolte de bois après les inondations très fréquentes.

19Parmi les éléments qui pourraient faire l’objet d’une analyse de la pratique de l’espace au Tessin autour de 1850, il faut ajouter celui qui concerne l’émigration. En effet la pratique de l’espace du paysan tessinois comportait aussi celle des routes de l’émigration fonction des grands aménagements urbains du xixe siècle (Milan, Gênes, Turin, Rome).

La montagne et le Sopraceneri

20Les vallées alpines du Sopraceneri présentent des caractéristiques morphologiques très différentes, bien que les éléments de base de la pratique de l’espace soient similaires à ceux du sud. La structure agraire des vallées du Sopraceneri est caractérisée par deux éléments : le rôle de la propriété collective et le morcellement des parcelles.

21Certaines parcelles, surtout dans les zones cultivées autour des villages, ont été pendant cette période, si morcelées que les parcelles qui avaient, en moyenne, une surface de 200 à 300 m2, ne comptaient que quelques dizaines de m2. Le système des partages héréditaires fondé sur le droit romain explique cet état de choses. Les disputes concernant les limites des propriétés, les droits de passage et autres ont attisé les querelles pendant des générations. Ce fait pourrait d’ailleurs être un des éléments qui aujourd’hui freinent la vente des terrains, en particulier là où il n’y a pas encore eu le remaniement parcellaire. Il va de soi que ce morcellement constituait un obstacle sérieux à l’amélioration de la productivité agricole.

22En revanche, presque partout, les forêts, les eaux et les alpages étaient propriété collective, c’est-à-dire qu’ils appartenaient et appartiennent encore aujourd’hui aux patriciens.

  • 9 Franscini S., op. cit., p. 151 et ss.

23Avant la constitution de l’Etat central (1803), les organisations villageoises (vicinia) régissaient la vie sociale et économique des vallées, étant donné que les représentants des cantons colonisateurs n’avaient pour tâche que le maintien de l’ordre et la levée des impôts. Face au bouleversement du xixe siècle et aux impositions des lois de l’Etat, la vicinia disparaît en tant qu’institution démocratique du pouvoir villageois. A sa place, le patriciat finira par garantir le monopole de la plupart du territoire à un cercle assez restreint de familles originaires de chaque village. Nombreux sont les témoignages de plaintes adressées au gouvernement par les paysans exclus de l’usage des bois et des pâturages essentiels pour leur survie. En effet, l’économie de ces régions alpestres était fondée presque exclusivement sur l’élevage. Sa qualité était médiocre. Francini9 estimait que, dans les années quarante, le nombre des têtes de bétail était le double de celui de la population, alors que les bovins n’en représentaient que 25 %. Les quelques champs à disposition servaient à la culture des pommes de terre, du seigle, du millet, de l’orge et du chanvre, destinés à l’autoconsommation.

  • 10 Cheda G., L’emigrazione ticinese in Australia, 2 vol. Dado ed., Locarno, 1976, vol. 1, p. 269.

24Les plaines disponibles étaient souvent inondées, marécageuses et propices au paludisme. Le manque chronique de terres à cultiver poussait donc les paysans à aménager patiemment, un peu partout, des terrasses en étages et à créer des jardins suspendus sur les grands blocs de rocher tombés au fond des vallées (Val Bavona). Ce manque de surface poussait aussi les habitants à occuper le moins d’espace possible pour les maisons. Aussi, les espaces étaient très réduits et les conditions de vie et d’habitat souvent misérables. A Bosco Gurin, en 1862, il n’y avait que 15 lits pour une population de 342 personnes10. Mais cela n’excluait pas les grandes demeures bourgeoises (par exemple maison des Pedrazzini à Campo Vallemaggia) ou les palais des anciens seigneurs (Landfocti).

25Le Sopraceneri était aussi une terre d’émigrants. Cette émigration touchait environ 80 % de la population pour l’ensemble des vallées.

26Les rapports des hommes à cette terre rare et aride sont caractéristiques. Le territoire est investi totalement : il est connu, divisé, inventorié, documenté et est aussi vécu. C’est là un phénomène absolument opposé à la pratique actuelle de l’espace dont le seul intérêt repose sur le prix du marché. L’étude de ce phénomène, qui mériterait à lui seul une recherche, est rendu de plus en plus difficile car les traces de la culture traditionnelle ainsi que la tradition orale disparaissent. En outre, on assiste à une destruction quasi systématique des archives communales qui contenaient beaucoup de documents précieux. L’analyse de vieux testaments renseigne non seulement sur l’état de pauvreté mais aussi sur la précision presque maniaque des partages : la propriété des arbres était envisagée indépendamment du terrain sur lequel ils poussaient tant était grande l’importance de posséder un châtaignier de plus ou de moins.

  • 11 Frasa M., « Nomi di luogo nel Canton Ticino », La scuola Ticinese, Bellinzona, décembre 1980.
  • 12 Par exemple, voir Mondada G., Commerci e commercianti di Campo Valle-maggia, Cantonetto, Lugano, 19 (...)

27Des études récentes11 sur les toponymes de certaines localités montrent la relation étroite entre l’usage du territoire et sa dénomination. Là où l’utilisation de l’espace est plus intense, la toponymie est plus riche. La linguistique est éclairante à cet égard. Les noms existant en dialecte pour désigner une parcelle expliquent également sa forme, sa grandeur, la nature du terrain et sa culture12. L’anthropologie de l’espace peut ainsi s’inspirer de l’ethno-linguistique. Les travaux en cours en vue de la rédaction d’un dictionnaire du dialecte tessinois sont pour cela d’une grande utilité.

Les espaces de représentation

28Nous avons décrit jusqu’ici des éléments de la pratique de l’espace. Il est temps de repérer maintenant les signes susceptibles de faire surgir des espaces de représentation, c’est-à-dire d’un imaginaire collectif relatif au territoire.

  • 13 Bettanini T., op. cit., chap. 3, « La spazializzazione del mundo », p. 78 et ss.

29Notre interprétation se limitera aux espaces de représentation dans l’optique proposée dans l’introduction : espace — valeur d’usage/ espace — valeur marchande. Sans reprendre l’interprétation des différents auteurs13, il faut toutefois souligner que ces espaces — valeur d’usage contiennent en eux-mêmes plusieurs éléments : espace mythique, espace sacré et espace de représentation au sens d’institutionnalisation de l’espace sacré. En reconstituant les modalités d’une perception collective de l’espace — c’est-à-dire la façon dont une société représente l’espace en se représentant elle-même dans l’espace — on retrouve les éléments du mythe. Ce mythe est le reflet de l’organisation sociale, le lieu de soudure entre les hommes et les dieux, l’expression du sacré. (Photo no 2). Il exprime la dichotomie fondamentale entre les hommes et les dieux, fondée sur l’opposition sacré/non sacré, ainsi que les espaces de représentation, en tant qu’institutionnalisation des espaces sacrés, ou de la re-sacralisation des espaces en vue d’une intégration sociale, à preuve les monuments aux morts sur la place des églises. Est-il possible de concevoir aujourd’hui encore la présence de tous ces éléments dans la société que nous examinons ? Ou bien faut-il concevoir ces trois catégories dans un sens évolutionniste ?

30Selon notre interprétation, les espaces de représentation pourraient contenir tous ces éléments bien qu’ils soient très difficiles à cerner tant ils sont enchevêtrés les uns dans les autres. Il suffit de penser aux difficultés qu’il faut surmonter pour détecter les éléments du mythe et les pratiques religieuses actuelles. Tout ce travail reste à faire. Ainsi, à un premier niveau, il conviendrait d’analyser les cérémonies de sacralisation ou de re-sacralisation des espaces : cérémonies religieuses, fêtes, processions. Cette tâche est urgente, car les détenteurs de la tradition orale disparaissent rapidement et les documents écrits sont très rares. Les lieux privilégiés pour la lecture des espaces de représentation dans leur dimension collective sont, pour ne mentionner que les principaux, l’église, le parvis, la place, le cimetière et les parcours dans la campagne — ou dans les forêts — marqués par les oratoires (Photo no 3). Une foule de questions se posent : en effet, dans ces lieux, se mêlent le mythique, le sacré, (rocher du diable, de la sorcière...) et le social (parvis, place). Par exemple, quelle était la signification de la structure des villages ? On ne pourra jamais retrouver la « pureté » des correspondances entre mythe, structure sociale et structure de l’espace propres aux sociétés prétendument « ethnologiques ». Cependant l’effort de lire les structures de l’espace au-delà des contraintes physiques et matérielles mérite d’être entrepris.

  • 14 Par exemple dans les lettres des émigrants, Cheda G., op. cit., vol. 2, p. 93, lettre n° 54.
  • 15 Martini P., Delle streghe ed’altro, Dado, Locarno, 1979, p. 82.

31Si, dans cette culture, certains espaces étaient privilégiés, chargés de mythes et de symboles, s’il y avait un rapport beaucoup plus étroit avec l’espace fût-il bâti ou naturel, il restait néanmoins un élément d’importance : la lutte contre une nature hostile (avalanches, inondations, éboulements)14. Cet élément n’a jamais été reconnu par la culture bourgeoise, qui a toujours mystifié de façon irréaliste la culture et le paysage rural, comme le fait la propagande touristique actuelle. De nombreux témoignages vont dans ce sens tels les lettres des émigrants ou les écrits d’un écrivain tessinois profondément lié à sa terre : « Nous étions trop habitués à grimper à la force des mains et des pieds sur les rochers et à nous agripper aux genêts pour nous permettre des écarts d’imagination. Si on levait les yeux vers les sommets, c’était plus pour savoir quel temps il ferait que pour en admirer la beauté. Ce sont les autres, venus en vacances, qui nous ont dit que notre pays était beau. Nous, nous répondions en général Dal bel u na s’mangia vee nuta (le beau ça ne se mange pas)15.

  • 16 Cheda G., op. cit., vol. 2, p. 44 et 189.

32Les espaces de l’émigration étaient des espaces inconnus. L’espace connu restait généralement limité à sa propre vallée ; aimé ou détesté, maîtrisé ou non, sacralisé ou non, c’était pour chacun son propre espace. Mais l’émigration contraignait les gens à quitter le pays. Après 1850, l’émigration s’étend outre-mer, loin de toutes références culturelles familières. Et ce rapport angoissant avec « ce qui est différent » revient au village par les lettres relues cent fois par tout le monde. Ces nouvelles parlent d’océans, d’hommes sauvages, nus et noirs d’Australie, de bateaux surchargés, des mirages de l’or...16.

33Ces observations ne constituent qu’un bref survol qui tend à montrer la complexité et la richesse de la perception collective de l’espace face à la pauvreté infinie de l’espace marchand.

Les transformations de la deuxième moitié du xixe siècle

  • 17 Voir par exemple : Il Ticino e i traffici internazionali di transito, par Ufficio di ricerche econo (...)

34Dans le précédent chapitre, nous avons cherché à dégager quelques éléments qui permettent de comprendre les rapports qu’entretiennent les hommes du monde rural tessinois avec leur territoire-paysage. Cependant, ce monde rural se transforme profondément dès la deuxième moitié du siècle : le canton s’achemine désormais vers le « progrès » et la « modernisation ». Ce progrès ne s’appellera pas industrialisation mais surtout et avant tout « chemin de fer », car, la transformation résultera principalement de la construction de réseaux de transport : chemin de fer et routes. Depuis la deuxième moitié du xixe siècle jusqu’à nos jours, cette activité est l’une des principales du canton dont l’apogée fut l’ouverture du tunnel du St-Gothard en 188217. Il faudrait cependant souligner qu’il s’agit d’un développement essentiellement induit, stimulé par des exigences extérieures au développement autonome du canton.

  • 18 Les causes contingentes sont multiples et en train d’être examinées par les historiens tessinois ; (...)
  • 19 Ibidem.

35Un autre élément essentiel de transformation a été le passage des formes d’émigration saisonnière à l’émigration définitive outremer. Ce mouvement, qui s’inscrit dans les grands flux européens vers les Amériques et l’Australie, a cependant été particulièrement grave pour le Tessin en raison de la faiblesse de l’agriculture encore enchaînée aux anciens rapports de production18. On calcule que, entre 1850 et 1929, 45’000 Tessinois émigrèrent vers l’Australie, la Californie et l’Argentine. Le dépeuplement a été très grave dans certaines vallées, notamment le Val Maggia (les émigrés outre-mer représentaient entre 1843 et 1873 une moyenne de 27,03 % de la population. Le pourcentage moyen pour tout le canton était de 12,17 %, ce qui reste énorme19. Ce dépeuplement définitif aura des conséquences démographiques et sociales très lourdes.

  • 20 Ceschi R., « Il commercio del legname », in Il Cantori Ticino e il nuovo corso politico, 1831-1847, (...)

36A la même époque, on assiste aussi à un autre phénomène : l’exploitation anarchique des ressources naturelles. L’exploitation des forêts a toujours été une des activités importantes, voire la seule industrie d’exportation du Tessin. Entre 1830 et 1860, on dévasta sauvagement les forêts pour vendre le bois sur les marchés de Lombardie20. Les marchands s’enrichissaient et les patriciens recueillaient ainsi l’argent qu’ils prêtaient ensuite aux hommes qui émigraient outre-mer. L’équilibre écologique ainsi détruit favorisa les inondations et les éboulements, détruisant les rares champs qui, au fond des vallées, avaient été patiemment entretenus pendant des siècles.

37Une autre forme d’exploitation liée aux grands travaux publics (construction du chemin de fer du Gothard, vague d’urbanisation et de spéculation foncière en Suisse alémanique) est celle de l’extraction du granit, qui atteint son plus fort rendement à la fin du siècle, pour entrer en crise par la suite en raison de la concurrence de la pierre artificielle. Au Tessin, cette exploitation ne laissera que des traces néfastes, tout comme ce sera le cas quelques décennies plus tard avec la construction des barrages hydro-électriques.

38Sur le plan de l’espace, les conséquences de ce développement ont été importantes. L’espace-paysage ne se différencie plus désormais selon un schéma fait d’une sédimentation de valeurs culturelles se greffant sur une trame naturelle, mais il se caractérise toujours plus par un fossé qui se creuse entre les zones développées et les zones périphériques qui se sous-développent. Les différences sont visibles à tous les niveaux : démographie, investissements, revenus, etc. Le long de l’axe nord-sud, un certain développement industriel s’est fait jour et les vallées se trouvant sur cet axe (Leventine et Riviera) ont gardé leur population constante durant les 120 dernières années. Les villes se sont développées grâce aux activités commerciales et au tourisme qui a fait son apparition à la fin du siècle à Lugano et Locarno. Lugano passe de 5142 habitants en 1850 à 13 000 en 1910. D’autre part, les autres vallées alpines et les zones de montagne du Sottoceneri, déjà épuisées par l’émigration, déclinent toujours plus. Au Val Maggia, la population passe de 7482 en 1850 à 4773 en 1910, pour ne prendre que cet exemple.

39De ces transformations naît un nouveau type de rapports entre l’homme et son territoire. Ce rapport repose sur une base matérielle, c’est-à-dire une économie agricole et des règles sociales. Les phénomènes d’émigration définitive et d’urbanisation déracinent les gens. Ce rapport minutieux et étroit disparaît pour laisser la place à des pratiques de l’espace diamétralement opposées dont les signes sont le gaspillage des ressources naturelles, les espaces indifférenciés par rapport au vécu, etc.

La situation actuelle

  • 21 Rossi A., Un’economia a rimorchio, ed. Pellegrini, Lugano, 1975, pp. 31, 32.

40A partir des années cinquante, le développement économique du canton s’engage de plus en plus sur une voie de dépendance. La faiblesse du secteur productif et le caractère externe du développement industriel ont été déjà évoqués. Dans les années cinquante et soixante, le secteur du bâtiment se développera ; entre 1955 et 1965, il absorbera les trois quarts des investissements et, dans les années du boom, 83 %21.

  • 22 Lefebvre H., « Lo spazio, la produzione dello spazio, l’economia politica dello spazio » dans Vagag (...)

41Au Tessin en effet, deux ressources naturelles restaient à exploiter : le paysage et l’eau. Laissant de côté la problématique de l’exploitation hydraulique, on s’intéressera plutôt à la nouvelle façon de concevoir les rapports avec le territoire-paysage. Si l’espace doit devenir marchandise, il doit être homogénéisé, réduit au seul critère de la quantité, il doit pouvoir être mesuré : les plans d’aménagement, les index d’exploitation, les zonizzazioni, etc., permettent le passage à la valeur marchande. Dès lors, les valeurs sociales, culturelles, mystiques, matérialisées dans l’espace, n’ont plus aucun intérêt. Le nouveau paysage touristique est créé et produit de l’argent. « De la phase de production de choses dans l’espace on passe à la phase de la production directe de l’espace en tant que tel »22. L’espace est donc devenu matière première de l’industrie du bâtiment et du tourisme. Les deux activités sont très liées entre elles et liées aussi aux activités financières (investissements de capitaux en fuite, etc.). L’évolution du tourisme à partir de la deuxième guerre mondiale connaît au Tessin les mêmes caractéristiques que celles que l’on retrouve dans les autres zones touristiques de la Suisse : évolution numérique, tourisme de masse avec séjours brefs, logements différenciés, campings, appartements de vacances, etc. Après 1960, ce tourisme de masse s’étend de plus en plus sur le territoire, hors des zones « traditionnelles » (Lugano et Locarno, Ascona).

  • 23 Annuario Statistico del Canton Ticino 1980, Uff. Cantonale di Statistica, Bellinzona, 1980, p. 313.
  • 24 Rossi A., op. cit., p. 52.

42En même temps, l’évolution du marché des immeubles montre un enchevêtrement entre spéculation foncière, tourisme de résidence, investissements de capitaux en fuite (surtout italiens). Par exemple, dans l’année 1970, le total des achats d’immeubles au Tessin était subdivisé, pour ce qui concerne les acheteurs, de la façon suivante : 22 % Tessinois, 18,1 % autres Suisses, 6,1 % Italiens, 13,2 % Autrichiens et Allemands, 3,2 % autres étrangers, et 37,4 % de personnes juridiques23. La valeur moyenne des transactions immobilières indexée à 100 en 1959 passa à 515 en 1971 ; le capital des sociétés immobilières, de 20 millions en 1957, passa à 286 millions en 197124. L’ampleur de ces phénomènes ne pouvait pas rester sans conséquences pour ce qui concerne le territoire, et chacun peut s’en rendre compte en observant le massacre du paysage tessinois.

43La pratique de l’espace des années soixante-dix est exactement opposée à celle d’il y a 100 ans. On peut dire avant tout que, à l’homogénéité culturelle et sociale qu’on pouvait dégager dans l’espace tessinois jusqu’à la moitié du siècle passé, s’oppose la diversification construite : production de l’espace à travers la représentation des espaces, zones industrielles, zones à protéger (à « muséifier »), zones à bâtir de façon intensive, etc. D’autre part, à une définition précise et fonctionnelle de chaque partie de l’espace s’oppose l’abandon et le gaspillage : abandon des terrasses, reboisements sauvages et de mauvaise qualité des terrains abandonnés. Les constructions de millions de locaux occupés une à deux semaines par année constituent elles aussi un gaspillage du patrimoine. En outre, à la variété des signes historiques et culturels qui caractérisaient l’espace rural s’oppose l’uniformisation de l’espace-marchandise : l’étable et la maison, la maison d’hiver et celle de l’été, les refuges sur les alpages deviennent des « chouettes » maisons de vacances avec petit balcon kitsch. Il n’y a plus trace de la complexité des espaces de représentation.

44Ces remarques assez simples, voire banales, sont le fruit de l’observation du paysage tessinois actuel ; il suffit de se promener le long des vallées pour s’en rendre compte. Nous avons quand même cherché à approfondir un peu plus le discours en analysant un aspect particulier, mais très important, de cette transformation, c’est-à-dire les représentations de l’espace dues à la propagande touristique. L’industrie touristique propose une interprétation de l’espace qui est faite en fonction de ses intérêts : dans la mesure où cette activité est un élément essentiel du développement capitaliste du canton et du fait qu’elle est reliée de façon très stricte aux autres éléments (industrie du bâtiment et activités financières), elle parvient à transformer les espaces selon le modèle dominant. C’est la production de l’espace. Comme n’importe quel autre bien qui a une valeur marchande, l’espace est produit pour être vendu. La propagande touristique vend ce paysage avec ses valeurs, vraies ou fausses.

  • 25 Bettanini T., op. cit., p. 110-111. Les concepts sont tires par D. Mac Cannell, dans ”Staged Authen (...)
  • 1 on cherche vieille ferme à rénover
  • 2 maison tessinoise à vendre

45Par la vente des terres aux Suisses-alémaniques et aux étrangers, le tourisme de masse s’est élargi peu à peu à partir des centres traditionnels aux bords des lacs vers les vallées25. Ce tourisme des vallées est encore minoritaire aujourd’hui, mais représente une tendance importante. Il s’approprie des constructions traditionnelles, transforme et bouleverse les villages de montagne désormais agonisants. Les nouvelles formes de tourisme visent l’arrière-pays. L’entrée dans la sphère intime de la culture traditionnelle est encouragée pour satisfaire le besoin « d’authenticité » du touriste, celui de vivre « avec » et « comme » le paysan de montagne. On découvre le vieux, le rustique, le naturel. C’est le cercasi rustico da riattare1 qu’on lit si souvent dans les journaux tessinois. Mais c’est aussi le Tessinerhaus zu verkaufen2 du Tagesanzeiger. Parce que le Tessinois a vendu sa terre et il continue à la vendre. Les grandes agences immobilières ont eu la vie facile, tout autant que les touristes en quête de soleil !

46D’une façon générale, on doit constater que le pouvoir de l’argent ne connaît ni frontières ni barrages et ne se soucie pas des valeurs et pratiques collectives traditionnelles. Cependant, une réponse aussi générale ne peut suffire pour expliquer le fait que des gens si fraîchement sortis d’une culture rurale aient si peu d’amour pour leur terre. L’explication se trouve peut-être dans les phénomènes migratoires des siècles précédents ou dans l’insuffisance alimentaire résultant de la pauvreté de la terre tessinoise. En effet les paysans des vallées ont toujours entretenu des rapports ambivalents d’amour et de haine à l’égard de leur terre.

47Par le biais de la publicité, canal privilégié de la propagande touristique, nous avons mené une petite enquête en guise d’exemple portant surtout sur le matériel publicitaire proposé par les organisations du tourisme local. Le résultat principal de cette petite enquête se trouve être l’introduction d’une nouvelle différenciation du territoire conformément aux valeurs imposées soit à l’espace soit au nouveau sujet qui en jouit : le touriste. On a donc d’une part : les régions de choc, les espaces « obligés », les régions centrales du tourisme, celles qui sont connues depuis cent ans ; d’autre part, l’arrière-pays, les nouvelles zones, celles qui sont « authentiques », les vallées escarpées à parcourir à pied. L’analyse des images proposées par la publicité montre que cette opposition est soigneusement construite, produite.

48D’une part, les régions centrales sont en train d’épuiser toutes leurs possibilités. La crise plane... Depuis presque cent ans, on a utilisé la matière première paysage sans se préoccuper de sa rareté. Mais l’espace-paysage peut devenir marchandise dans la mesure où il est un bien rare, donc épuisable. Son usage implique, au-delà d’un certain seuil, la chute soudaine de sa valeur marchande, voire sa disparition. S’il n’y a plus de paysage à présenter, on met donc l’accent sur d’autres valeurs : le confort hôtelier, les possibilités de sport, de shopping, etc. Les photographies des paysages sont prises de loin, de façon à cacher la réalité : hôtels, maisons, villas partout. De cette façon on crée une image d’espace non différencié et sans localisation : chambres d’hôtel, surface d’eau, palmiers, boutiques, courts de tennis qui pourraient paraître aussi bien dans une publicité pour Riccione ou Hawaï. Les parties écrites renforcent cette représentation : « nature » généreuse, climat exceptionnellement doux, flore « subtropicale » ( ! ! !), etc. En effet, la symbiose entre espace produit et espace représenté est totale...

49Les régions plus retirées, en revanche, visent le besoin « d’authenticité » du touriste, mais ce besoin est lui aussi une mystification. On développe alors des stratégies de l’agrotourisme, des randonnées, du logement en camping ou « chez le paysan », etc. Il faut récupérer le plus possible de « valeurs » du passé. Le résultat en est le musée. Musée d’objets, de photographies, d’outils d’artisans disparus... Le vieux paysan ayant vendu sa terre — et souvent aussi sa maison — se rend au musée de la vallée. Il regarde d’un air incrédule les gens qui viennent de loin voir les objets quotidiens dont il s’est débarrassé depuis longtemps. L’absence des habitants dans les représentations de ces régions d’où le social manque est significative. Le mot d’ordre est « conserver et protéger ». Pourtant on n’y « vit » pas. Il s’agit d’une conservation formelle des objets tandis que les vrais rapports des hommes avec leur territoire, leurs espaces de représentation, ont disparu. Il est bien vrai que la production de l’espace — même de cet espace qui se voudrait différent, voire alternatif — ne laisse pas de place aux espaces de représentation. Par ailleurs, les gens se conforment à cette image nouvelle dans la mesure où ils peuvent en tirer des bénéfices.

50Quant aux résistances à ce processus ? Elles restent encore à analyser.

Bibliographie

P. Bianconi
1973
Ticino rurale, Dado Ed., Locamo.

P. Bianconi
1971
Cappelle del Ticino, Pedrazzini Ed., Locamo.

V.Chiesa
1920- « Contratti d’affitto di masseria », in
Latteria Luganese, 1970 Lugano.

M. Gschwend, S. Bianconi
1976
La casa rurale nel Canton Ticino, Habert Verlag Gmbh, Bonn, Basel.

G. Mondaga
1980 « Artigiani della paglia, spazzacamini fumisti e magnaani » in
Il Canton Ticino e il nuovo corso politico, 1831-1947, La Scuela Ticinese Ed., Bellinzona.

1975 Ouvrage collectif, Pane e coltello, Dado Ed., Locamo.

G. Pedroli
1976 Il
socialismo nella Svizzera Italiana, Alternative Ed., Bellinzona.

R. Solari
1970 « 50 anni di mizurazioni catastali », in
Rivista Tecnica, no 722/724/726.

Crédits photographiques

Cappelle del Ticino, Piero Bianconi, Pedrazzini Ed., Locamo, 1971. Pane e coltello, ouvrage collectif, Dado Ed., Locamo, 1975.

Notes

1 Gambi L., « Critica ai concetti geografici di pesaggio umano », Una geografica per la storia, Einaudi, Torino, 1973, p. 148.

2 Lefebvre H., La production de l’espace, Anthropos, Paris 1974, p. 52.

3 Lefebvre H., op. cit., p. 48.

4 Bettanini T., Spazio e scienze umane, La Nuova Italia, Firenze, 1976, pp. 94 et ss.

5 Billet J., Le Tessin, essai de géographie régionale, Allier, Grenoble, 1972, pp. 124 et ss.

6 Franscini S., La Svizzera Italiana, Lugano, 1837-40, 2e ed., Banca della Svizzera Italiana, Lugano, 1973, p. 111.

7 Ceschi R., « La produzione agricola ticinese alla fine dell’ottocento », Pro Vallemaggia, 1975.

8 Cité aussi en italien in. Galli A., Il Ticino all’initio dell’ottocentro nella descrizione topografica e statistica di Paolo Ghiringhelli, Bellinzona-Lugano, Istituto Editoriale Ticinese, 1943, p. 53.

9 Franscini S., op. cit., p. 151 et ss.

10 Cheda G., L’emigrazione ticinese in Australia, 2 vol. Dado ed., Locarno, 1976, vol. 1, p. 269.

11 Frasa M., « Nomi di luogo nel Canton Ticino », La scuola Ticinese, Bellinzona, décembre 1980.

12 Par exemple, voir Mondada G., Commerci e commercianti di Campo Valle-maggia, Cantonetto, Lugano, 1977, p. 85.

13 Bettanini T., op. cit., chap. 3, « La spazializzazione del mundo », p. 78 et ss.

14 Par exemple dans les lettres des émigrants, Cheda G., op. cit., vol. 2, p. 93, lettre n° 54.

15 Martini P., Delle streghe ed’altro, Dado, Locarno, 1979, p. 82.

16 Cheda G., op. cit., vol. 2, p. 44 et 189.

17 Voir par exemple : Il Ticino e i traffici internazionali di transito, par Ufficio di ricerche economiche del Canton Ticino, avec bibliographie, et aussi Le Alpi e l’Europa, vol. iii, Economia e transiti, Bari, Laterza, 1975.

18 Les causes contingentes sont multiples et en train d’être examinées par les historiens tessinois ; sur celles qui concernent plus spécifiquement l’émigration en Australie voir Cheda G., op. cit., vol. 1, p. 31 et ss.

19 Ibidem.

20 Ceschi R., « Il commercio del legname », in Il Cantori Ticino e il nuovo corso politico, 1831-1847, ed. Scuola Ticinese, Bellinzona, 1980.

21 Rossi A., Un’economia a rimorchio, ed. Pellegrini, Lugano, 1975, pp. 31, 32.

22 Lefebvre H., « Lo spazio, la produzione dello spazio, l’economia politica dello spazio » dans Vagaggini V., Spazio geografico e spazio sociale, (notre traduction) Franco Angeli, Milano, 1978, p. 162.

23 Annuario Statistico del Canton Ticino 1980, Uff. Cantonale di Statistica, Bellinzona, 1980, p. 313.

24 Rossi A., op. cit., p. 52.

25 Bettanini T., op. cit., p. 110-111. Les concepts sont tires par D. Mac Cannell, dans ”Staged Authenticity Arrangements of Social Space in Tourist Settings” in American Journal of Sociology, vol. 79, n° 3, 1973.

Notes de fin

1 on cherche vieille ferme à rénover

2 maison tessinoise à vendre

Auteur

Institut universitaire d’étude du développement, Genève

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search