Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Débats

Géographie et développement

Hildebert Isnard

Texte intégral

1L’étude intitulée « Le concept d’écodéveloppement et la pratique des géographes » est d’une inquiétante richesse en ce qu’elle foissonne de perspectives si diverses qu’elle menace de contrarier les efforts de ceux qui pensent qu’est particulièrement urgente la tâche de doter enfin la géographie d’une problématique spécifique, susceptible d’imprimer un nouvel élan à ses recherches et de lui assurer une crédibilité au sein des sciences sociales.

  • 1 Be Cabot, Approche ethnologique d’un écosystème. Collection des travaux du Centre universitaire de (...)

2Danger il y a, car l’étude en question peut involontairement entraîner cette géographie, toujours fragile de n’avoir pas su se définir, dans une direction où elle risque de se perdre. L’écologie est une science neuve sur laquelle s’appuie un mouvement d’opinion inquiet de la dégradation de nos conditions de vie et suffisamment vaste pour constituer une force de pression idéologique politiquement engagée. Science neuve et ambitieuse qui risque d’entraîner les sciences humaines dans un réductionnisme biologique. Ne voit-on pas déjà des ethnologues envisager l’étude d’une communauté villageoise des Hauts de la Réunion comme celle d’un écosystème1 ? Des géographes ne sont-ils pas d’accord avec H. Barrows qui, dès 1923, définissait la géographie comme une écologie humaine ?

3On comprendra que nous n’entrions pas dans le débat qui nous est proposé avant d’avoir répudié tout confusionnisme.

Non, la géographie n’est pas une écologie humaine

4Entendons-nous : si l’écologie est la science des systèmes biologiques nés des interrelations des êtres vivants et de leur milieu, l’homme, en tant qu’être vivant, relève bien de l’écologie et cela à plus d’un titre.

  • 2 Voir aussi Georges Olivier, Ecologie humaine, Coll. Que sais-je, PUF, Paris, 1975.

5L’écologie humaine a son propre champ d’observation : c’est ce qu’avait fort bien défini Max Sorre en rédigeant, il y une quarantaine d’années, ses Fondements biologiques de la géographie humaine où il étudiait entre autres problèmes, l’influence des climats sur l’organisme humain, la constitution des complexes pathogènes, des régimes alimentaires dans les différentes zones du globe ; toutes recherches propres aux sciences biologiques, pour l’exercice desquelles, on en conviendra, le géographe n’est pas particulièrement qualifié2.

6D’autre part, il est évident que la pratique sociale s’exerçant sur l’environnement ne manque pas d’y provoquer de profondes altérations telles que la dégradation non seulement des associations vivantes, mais aussi des constituants du milieu physique : sol, climat... Ainsi donc, écologie humaine et géographie ne peuvent ignorer leurs recherches respectives, elles ne se confondent pas pour autant en une seule et même discipline ; si toutes deux se proposent l’étude des structures spatiales que la vie construit à la surface du globe, leurs domaines constituent deux catégories différentes dont l’exploration suppose la mise en œuvre de méthodes différentes.

  • 3 En botanique, le climax s’utilise pour désigner l’optimum de l’adaptation dans un écosystème entre (...)

7L’espace écologique comprend des facteurs physiques de l’environnement, ou biotope, et une association d’êtres vivants, animaux et végétaux, ou biocénose : il est structuré en écosystème résultant de multiples interactions entre ses comportements, qui permettent l’émergence d’un ensemble complexe doté de la possibilité d’être et de persévérer dans l’être, grâce apparemment à une logique interne, à une dynamique d’autorégulation qui tend au maintien d’un équilibre homéostatique : le climax3.

8Tout se passe comme s’il était l’accomplissement d’une finalité immanente, d’un projet qu’« aucune intelligence n’a conçu, qu’aucune volonté n’a choisi ». En réalité, selon Antoine Danchin, ce serait à la suite d’essais, de tâtonnements, d’erreurs, de fluctuations, que « des coups au but » du hasard auraient mis en place les écosystèmes.

9Ceux-ci se sont succédé à la surface de la terre au cours de cette longue période de temps géologique qui a rythmé l’évolution darwinienne pour aboutir aux « paysages naturels » dans lesquels l’aventure humaine allait se déployer. L’équilibre climacique des écosystèmes se maintient sans changement tant qu’une agression extérieure ne vient pas le compromettre : rompu, il se reconstitue lui-même, tel qu’il fut ou en s’adaptant aux nouvelles conditions, progressivement, en plusieurs stades de passage du simple au complexe stable.

10Depuis son apparition, l’homme exerce sur l’environnement une action de déstabilisation, de transformation pour — dernier venu — s’y aménager sa place. Cette agression est dans la nature, dans l’ordre des choses. Expliquons-nous. A la différence des autres êtres vivants programmés génétiquement pour organiser, dans la zone naturelle qui leur est fixée, leurs niches écologiques, même les plus élaborées comme la termitière, la ruche ou le barrage du castor, l’homme naît pauvre de complexes instinctifs, mais il est pourvu de la possibilité de connaître, d’imaginer, de façonner des formes significatives : il a donc toute liberté pour peupler la surface de la terre et y construire l’habitat de son choix, conçu pour lui permettre de vivre et de survivre en société : c’est l’espace géographique.

11Cette attitude innée se développe et s’enrichit des expériences acquises par les générations et transmises de l’une à l’autre : elle est à l’origine des cultures qui sont le propre des sociétés humaines, et aussi d’un autre temps qui rythme leur existence : le temps historique dont l’action humaine commande le déroulement. D’où la double caractéristique spécifique de l’espace géographique qui la différencie sans ambiguïté de l’espace écologique : il est à la fois culturel et historique.

12Culturel, cela signifie que chaque société, consciente du projet qu’elle poursuit dans son devenir, mobilise tous ses moyens d’action pour le réaliser : force de travail de ses hommes ; capacité d’inventer des techniques et des instruments efficaces contre les résistances des forces naturelles ; système de concepts et de croyances à travers lequel elle objective les données extérieures. Elle est tout entière projetée dans sa production ; mais il y a plus encore : par une sorte de « récursivité organisatrice », c’est dans la production et la pratique de son espace que la société acquiert l’unité et l’ensemble des rapports qui la produisent comme telle. Ajoutons enfin que l’espace géographique contribue à la socialisation, à la normalisation des individus : à telle enseigne qu’il est un facteur décisif du codage culturel qui les enracine dans leur milieu. Mais il s’agit d’un codage que ne fixent pas les gênes, d’un codage qui évolue à mesure que l’accumulation des expériences et des connaissances accroît le pouvoir d’action des sociétés sur le milieu naturel.

13Ici encore, il nous faut préciser. L’Homme est par excellence un donneur de sens à toutes choses : c’est ainsi qu’il a donné un sens au temps dont il est le seul des êtres vivants à savoir qu’il conduit inexorablement à la mort. Soucieuses de se soustraire à la « néantisation », certaines sociétés ont conçu de vivre au rythme du temps naturel qu’une révolution ferme sur lui-même en un éternel retour à l’origine des choses : cycle des jours, des saisons, des années et cycle de la vie, de la naissance à la mort, qui donne accès à un autre mode d’existence. Dès lors, ces sociétés, fidèles à ce temps circulaire, ont refusé tout changement, toute innovation bouleversant l’ordre naturel et conduisant vers des horizons inconnus, donc redoutables : elles ont volontairement figé leurs espaces jusqu’à nos jours, dans un respect religieux des structures héritées des ancêtres.

14D’autres, au contraire, ont mis tous leurs espoirs dans une foi sotériologique pour laquelle la Vie est une lente ascension vers l’absolu, ou dans la capacité de la connaissance à les conduire à la solution de tous les problèmes qui les angoissent. Ces sociétés ont fait de la vie une évolution linéaire progressive : tel est le sens que, depuis le Siècle des Lumières, la civilisation occidentale a donné à l’histoire. L’essor des sciences justifie à ses yeux cette conception : le développement correspondant des techniques se traduit par une croissance exponentielle de la production d’énergie et des moyens d’intervention dans la nature pour en extraire de plus en plus de ressources nouvelles. Depuis sa phase d’industrialisation rapide, l’Occident tend de plus en plus vers une unidimensionalité structurelle où l’économie devient l’instance dominante de la vie sociale : la consommation est devenue le but suprême de l’existence des hommes. Telle est, en quelques mots la courbe d’une évolution qui ne cesse de s’accélérer : cet emballement du temps ne va pas sans susciter d’angoissantes inquiétudes sur l’avenir de la vie sur la planète.

15C’est à partir de ces données qui différencient l’écologie, science biologique, de la géographie, science sociale, chacune dotée de son objet, de ses visées, de sa problématique, de sa dynamique, que nous pouvons désormais aborder l’étude de leurs rapports.

Rapports de la géographie et de l’écologie

16Redoutable problème pour le géographe qui sait qu’en France au moins sa discipline reste fondée sur l’unité de la géographie. Sans qu’ait jamais été précisé en quoi consiste cette unité dont l’affirmation repose sur des habitudes d’esprit pieusement transmises par le conservatisme universitaire. Avançons donc prudemment dans l’analyse des rapports entre l’espace géographique et l’espace naturel auquel l’action humaine le substitue. Prudence d’autant plus justifiée que ces rapports varient non seulement d’une société à l’autre, mais aussi au cours de l’évolution historique.

17Il est incontestable que les premières sociétés humaines, pauvres en moyens d’intervention qu’exigeait l’insuffisance de leurs complexes instinctifs, ont dû s’adapter aux conditions de l’environnement et en subir les effets. Mais, rapidement sans doute, leur capacité innée à tirer des leçons de l’expérience les a dotées de ripostes : le feu, l’outil, l’organisation. Tout un arsenal culturel qui permettra d’accéder à une étape décisive : celle des sociétés néolithiques qui ouvre un champ d’opération illimité sur le monde vivant des plantes et des animaux et, plus tard, sur le monde minéral. Armé des possibilités tirées de l’agriculture, de l’élevage, de la métallurgie, l’Homme s’était en partie libéré des déterminations que l’environnement exerçait sur lui. La plupart des sociétés ne sont guère allées plus loin : volontairement, sans doute, nous l’avons déjà vu, quand leur propre vision du monde les a conduites à freiner, sinon à arrêter toute innovation pour se maintenir dans l’ordre de la nature qui apportait un apaisement à leurs inquiétudes existentielles. Elles ont donc accepté de leur environnement un certain conditionnement, des agressions même, qui ont limité leur liberté d’évolution : les sociétés sous-développées aujourd’hui en étaient là quand la civilisation occidentale les a tirées brutalement de leur stagnation.

  • 4 Voir notamment Paul Veyne : « Foucault révolutionne l’histoire », Comment on écrit l’histoire, Poin (...)

18A l’inverse, l’Occident : a choisi une tout autre voie : celle d’une émancipation progressive des contraintes naturelles, par l’accumulation des connaissances et des moyens d’action qu’elles autorisent. Peut-être convient-il, avant de continuer, de nous expliquer sur les processus d’acquisition des connaissances, tels qu’on peut les envisager à partir des conceptions de Michel Foucault4.

19Toute connaissance du milieu extérieur vient de l’expérience, ou mieux de la pratique sociale. Ce milieu est un tout dans lequel la pratique distingue des objets : « les choses ne sont que les objectivations de pratiques déterminées ». Nous ajouterons : « de pratiques orientées par la culture qui donne leur sens aux objets ».

20Le milieu naturel ne se définit par aucune prédestination intrinsèque, aucune détermination univoque, aucune signification préexistante : il est ce qu’en feront la pratique et la culture sociales dialectiquement intégrées dans une sorte de « récursivité opérationnelle » où, comme l’écrit H. Focillon, « l’esprit fait la main, la main fait l’esprit ». Ainsi, le fait naturel n’est perçu comme objet qu’en devenant fait culturel : c’est pourquoi il y a une multitude d’interprétations du milieu écologique et donc d’utilisations dans la construction de l’espace géographique. Tout dépend de la culture d’une société au cours de son évolution. D’où, entre l’espace géographique et l’espace écologique, des rapports variables mais qui tendent dans les sociétés occidentales vers une indépendance de plus en plus marquée de l’un envers l’autre.

21Où en sommes-nous ? Le milieu naturel est une matière première d’où la construction géographique tire ses matériaux ; mais avec ce qu’elle a, elle fait ce qu’elle veut. Certes, l’espace terrestre est nécessaire à l’« enracinement » des hommes, mais sans posséder pour autant des propriétés spécifiques susceptibles de conditionner « des structures répétitives relevant de véritables lois de composition » : un même espace peut servir d’assise à plusieurs sociétés qui y édifient des structures différentes, le fait colonial l’a mis en évidence. L’étendue, la distance s’apprécient en fonction des moyens de communication ; de même que l’insularité et l’isolement.

22Comme tout être vivant, c’est de l’environnement que l’homme tire ses ressources ; il ne peut en être autrement, mais à la condition d’ajouter que ces ressources ne deviennent telles que si la pratique sociale a appris à connaître les caractéristiques de la matière : à extraire, par exemple, de la houille, non seulement de l’énergie, mais aussi nombre de produits qui n’existent pas à l’état de nature. De sorte que la production des ressources est un acte culturel et non un réflexe conditionné.

23Comme toute matière première, le milieu physique a des attributs qui peuvent constituer des contraintes, voire des limitations, dont la pratique sociale est obligée, pour un temps, de tenir compte : celle-ci ne peut pas encore grand chose contre les cyclones tropicaux, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre. En attendant de savoir les surmonter, comme les sociétés occidentales ont appris à pallier l’insuffisance ou l’irrégularité des pluies, les rigueurs du climat qui empêchaient l’extension de l’agriculture vers le cercle polaire. Sans insister davantage sur ces faits connus, on peut affirmer aujourd’hui que, grâce à un contrôle croissant des phénomènes naturels, les espaces géographiques tendent vers plus de liberté dans leur adaptation des espaces écologiques à leur édification : leur extension à la surface de la planète est telle qu’en bien des régions, les espaces écologiques n’existent plus que dans la mesure où le relâchement de l’emprise humaine leur a permis de se reconstituer, sans toujours retrouver leur forme primitive en raison de la dégradation irréversible des conditions originelles.

24Les plus grandes difficultés qui menacent les hommes viennent de leur ignorance à mesurer l’effet de leurs interventions et de leur avidité dans l’exploitation des ressources de la terre. D’anciennes civilisations sont mortes d’avoir mésusé de leur milieu. Les nôtres sont en danger : déjà certaines régions, en état de dégradation avancée, sont presque inhabitables ; d’autres constituent des milieux artificiels où l’altération, voire l’exclusion de la nature sont traumatisantes pour l’homme.

25Tel est le problème : peut-on poursuivre un développement économique et social qui porte aussi gravement atteinte aux conditions de la Vie sur la planète ?

Géographie et éco-développement

26Pour beaucoup, la gravité de cette situation est telle qu’il convient d’arrêter tout développement et de renoncer aux technologies dangereuses mal contrôlées.

27Notre époque prend en effet le contre-pied de la foi dans le progrès qui prévalait naguère, pour verser dans un pessimisme qui met la science en accusation et refuse tout sens à l’histoire ; le marxisme lui-même — qui annonçait la fin de la lutte des classes et la réconciliation des hommes — ne fait plus recette auprès de beaucoup d’intellectuels. Les sciences humaines : sociobiologie, ethnologie, éthologie s’entendent pour proclamer la « mort » de l’homme et sa réintégration dans la nature parmi les autres êtres vivants. L’économie propose l’avènement de la croissance zéro, voire la « décroissance », comme si les besoins les plus urgents de tous les hommes étaient déjà couverts. En revanche, l’activité industrielle aujourd’hui freinée par la crise économique, se prépare à reprendre son expansion : tous les gouvernements s’y emploient pour combattre le chômage.

28Tel est le dilemme ainsi posé. Autant que d’autres disciplines, la géographie a vocation d’y répondre : elle fait, nous l’avons dit, des rapports de l’espace géographique et de l’espace écologique, l’objet de ses recherches. Quelle contribution pourrait-elle apporter à la mise en œuvre d’une politique qui viserait à concilier le développement économique et la sauvegarde du patrimoine naturel, un écodéveloppement en quelque sorte ?

  • 5 H. Isnard, L’espace géographique, Puf, Paris, 1978, p 201-202
  • 6 Mondes en développement, n° 15, 1976.

29Dans un précédent ouvrage5, nous avons déjà évoqué cette solution. A partir d’une citation tirée d’un article d’Ignacy Sachs et Krystyna Vinaver6 : « l’écodéveloppement nous paraît constituer une approche susceptible d’orienter les chercheurs vers les bonnes questions : comment satisfaire les besoins fondamentaux de chaque société en mettant à profit les ressources spécifiques de son écosystème à l’aide de techniques à la fois productrices et écologiquement prudentes ? » nous écrivions, qu’il nous soit permis de le rappeler : « il ne s’agit pas d’arrêter les progrès de la science et de la technique : mais de les orienter vers la recherche des solutions qui rendront solidaires le développement de l’économie et la sauvegarde de la vie. L’aménagement de l’espace géographique atteindra ce but quand, s’inspirant des processus biologiques, il saura mettre en place des géosystèmes qui, à l’instar des écosystèmes, seront en équilibre dynamique par eux-mêmes et avec leur environnement ». L’occasion nous est donnée ici de développer un point de vue déjà ancien.

  • 7 Essai sur l’histoire humaine de la nature, Flammarion, Paris, 1968, p. 36.

30Rappelons d’abord que la biologie a mis l’homme dans l’obligation, pour survivre, de construire son propre espace : elle lui en a laissé les moyens en le dotant de la capacité d’acquérir des connaissances et de les mettre en pratique selon le projet qu’il aura conçu. L’homme comme son espace s’insèrent donc dans la définition de la nature et on ne peut que souscrire à l’affirmation de Serge Moscovici7 : « le milieu naturel n’est pas vaincu, diminué par des techniques, mais modifié par un autre milieu naturel auquel il s’intègre. » Cela ne signifie pas la transformation du monde naturel en monde technique, mais l’évolution du monde naturel lui-même.

31Cependant, l’homme ainsi promu au rang de créateur et de sujet de la nature, ne doit pas oublier, ajoute S. Moscovici, qu’il a « le devoir et la responsabilité d’accepter lucidement la prise en charge de la nature, son passé et son avenir ». Nous voici ramenés à notre propos : comment assumer cette prise en charge ?

  • 8 Henri Atlan peut écrire : « la nature offre à nos observations et expérimentations les éléments d’u (...)

32Ce sont les excès de la récente civilisation industrielle qui ont attiré l’attention sur les dangers de la dégradation des milieux naturels. Malgré les nombreuses observations accumulées par la géographie, notamment, les sociétés responsables ne semblent pas disposées à y porter remède par l’application systématique d’une politique appropriée qui exigerait la rupture avec un comportement, des pratiques et la mise en œuvre d’une stratégie réparatrice. Il s’agit donc de repenser, en profondeur, le problème spécifiquement géographique de l’organisation de l’espace, non plus en fonction des intérêts de certaines catégories de classes sociales ou de pays, mais de l’intérêt de l’homme en général. Sans pour autant admettre sans réserve que « l’écosystème fonctionne comme une machine à enseigner », l’étude attentive des processus qui assurent l’existence de cet écosystème est cependant riche en conclusions utiles8.

33Nous savons que des interactions biochimiques entre ses composants sont nécessaires à la constitution d’un ensemble maintenu en équilibre climacique par le jeu de boucles de régulation. Plus diversifiés sont composants et interactions, plus l’écosystème résiste aux agressions. C’est bien sur ce modèle que les sociétés traditionnelles se sont organisées en pratiquant les cultures mixtes ou en rotation, en symbiose avec l’élevage sur une même terre qui a pu conserver pendant des siècles ses capacités naturelles de production.

34En rompant ces équilibres, la monoculture intensive de l’ère industrielle a exigé le recours massif aux engrais artificiels, aux traitements chimiques, appauvrissant la flore et la faune, livrant à l’érosion un sol découvert et polluant les eaux. Les remèdes sont à notre portée : ils consisteraient en un recours à la défense biologique des cultures, à des manipulations génétiques susceptibles d’accroître la résistance et les rendements des récoltes et aussi à la reconstitution d’une couverture végétale de protection des terres dénudées. Mais ces recherches qui coûtent cher sont lentes à conduire à bien.

35C’est dans la diversité de ses civilisations que l’humanité avait puisé sa valence écologique quasi illimitée qui lui a permis d’éviter une spécialisaton sclérosante. Aujourd’hui, cette menace pèse sur elle et son environnement : entraînées par le primat que l’économie exerce sur les autres instances, les sociétés techniciennes tendent vers une rationalisation unidimensionnelle qui propage autour d’elles l’universalisation de leur modèle d’organisation, de sorte que la dégradation de la nature s’étend rapidement à l’ensemble de la planète. Il est grand temps que les sociétés dites en voie de développement, reprenant conscience de leur identité, retrouvent cette communion avec la nature qui était à la base de leur propre vision du monde. C’est dans un retour au pluralisme que l’humanité reprendra un équilibre.

36Les civilisations sont mortelles, mais la nature porte en elle les mécanismes nécessaires à la résistance à l’entropie. Ces mécanismes sont à peu près connus : la photosynthèse réalisée par les plantes maintient l’invariabilité de la composition de l’air ; des réactions biochimiques décomposent les déchets qu’accumule la mort des végétaux et des animaux et en libèrent les constituants désormais disponibles pour de nouvelles générations d’êtres vivants. Ainsi, la nature s’autoproduit et s’autoreproduit dans un vaste système complexe d’autorégulation.

37Mais l’homme, lui, est aujourd’hui menacé jusque dans son existence par ses propres activités dont les sous-produits sont à l’origine des pollutions et des nuisances de toutes sortes qui encombrent en les dénaturant l’atmosphère, les mers, les eaux et la surface de la terre. Les possibilités d’une régénération par une biodégradation spontanée des déchets sont dépassées. La science est en mesure de mettre au point des techniques efficaces : des opérations limitées ont apporté des résultats concluants. Mais le prix à payer est estimé trop onéreux : il risque non seulement d’absorber des investissements qui feraient défaut à la relance d’une économie en crise, mais encore de la compromettre en alourdissant les coûts de production : d’où l’accélération d’une inflation déjà excessive.

  • 9 Pour ce débat, voir Futuribles n° 44, mai 1981.

38A cela, plusieurs objections sont opposées9, des calculs récents indiquent que la protection de l’environnement aurait une conséquence inflationniste de l’ordre de 2 à 3 % sur dix ans, soit 0,2 % par an ; d’autre part, les industries de dépollution et d’élimination des nuisances seraient créatrices de nombreux emplois ; enfin, le recyclage des déchets permettrait l’économie de matières premières dont certaines donnent déjà des signes d’épuisement. Ainsi, nombre de spécialistes escomptent d’un écodéveloppement une reprise de la croissance.

39La géographie ne manquera pas d’ajouter qu’au moment où s’accélère le courant d’urbanisation de la population mondiale et où les hommes admettent de plus en plus difficilement les conditions de vie qui leur sont imposées dans les énormes agglomérations, il est urgent d’envisager une organisation des villes qui serait plus en rapport avec la santé et le bien-être de leurs habitants qu’avec la rémunération des capitaux investis ; de procéder aussi, sans l’arrière pensée de viser surtout à la reconstitution de la force de travail, à l’organisation « d’espaces de loisir » où la nature régénérée et protégée offrirait à l’homme ce retour à des contacts, à des activités, à des rythmes dont il garde la nostalgie.

40De quoi dépend la mise en œuvre d’une telle entreprise ? D’un changement de société ? Société capitaliste ou société socialiste, parce que toutes deux industrielles, sont autant l’une que l’autre destructrices de leur milieu naturel, encore que l’une permette les oppositions écologiques que l’autre interdit. La mise en œuvre d’une politique d’écodéveloppement dépend essentiellement de la prise de conscience par tous les hommes qu’il n’y a pas de contradiction entre la poursuite de la croissance économique et la protection des milieux écologiques contre tout danger de destruction.

41Il s’agit d’une mobilisation de tous les moyens d’information et de sensibilisation de l’opinion publique. Un mode de production, quel qu’il soit, ne peut rien contre la pression des hommes qui seraient animés par la conviction que la prise en charge de la nature est un devoir et une responsabilité qui leur viennent de leur propre nature.

Notes

1 Be Cabot, Approche ethnologique d’un écosystème. Collection des travaux du Centre universitaire de La Réunion/Saint-Denis, juillet 1980.

2 Voir aussi Georges Olivier, Ecologie humaine, Coll. Que sais-je, PUF, Paris, 1975.

3 En botanique, le climax s’utilise pour désigner l’optimum de l’adaptation dans un écosystème entre le biotope (ensemble des constituants physiques) et la biocénose (ensemble d’êtres vivants).

4 Voir notamment Paul Veyne : « Foucault révolutionne l’histoire », Comment on écrit l’histoire, Points, Le Seuil, Paris 1979.

5 H. Isnard, L’espace géographique, Puf, Paris, 1978, p 201-202

6 Mondes en développement, n° 15, 1976.

7 Essai sur l’histoire humaine de la nature, Flammarion, Paris, 1968, p. 36.

8 Henri Atlan peut écrire : « la nature offre à nos observations et expérimentations les éléments d’une logique des organisations. » Entre le cristal et la fumée, le Seuil, Paris, 1979, p. 6.

9 Pour ce débat, voir Futuribles n° 44, mai 1981.

Auteur

Professeur honoraire des Universités.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search