Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Origines et pertinences du concept d'écodéveloppement

Chapitre IV. Une vision structuraliste de l’éco-développement

Peter Schubeler

Texte intégral

1Il y a plusieurs points de convergence entre les approches structuraliste et culturaliste. Les principes normatifs énumérés plus haut sont par exemple tout à fait compatibles avec une position structuraliste. Les deux approches rejettent par exemple le réductionnisme économique de l’approche conventionnelle en faveur d’une conception pluraliste et polyvalente de la société et de la nature. Par ailleurs, toutes deux reconnaissent l’importance des facteurs surperstructurels tels que valeurs, idéologie et pouvoir politique dans l’interaction entre les systèmes social et naturel. Bref, il est non seulement possible, mais encore nécessaire que le changement s’enracine à ces niveaux.

  • 48 Voir, à ce sujet : Godelier, M., Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1974, vo (...)

2Quelle est alors la contribution spécifique de l’approche structuraliste ? En termes pratiques, nous pensons qu’elle consiste en une compréhension plus réaliste de la manière selon laquelle le changement peut ou doit s’effectuer. Sur le plan théorique, cela découle d’une conception particulière de la société et de sa relation avec la nature. A ce niveau, on butte sur une question d’épistémologie : dans quelle mesure les concepts et modes de pensée propres à l’approche reproduisent-ils des aspects significatifs et pertinents du monde réel ?48 Dans les paragraphes suivants nous allons précisément nous pencher brièvement sur quelques-uns de ces concepts, en essayant de les distinguer de ceux de l’approche culturaliste et en suggérant quelles sont leurs conséquences pratiques pour les principes de l’écodéveloppement.

1. Les concepts de structure et d’espace

  • 49 Piaget, J., op. cit., pp. 5 et 113.

3Quelques mots concernant le concept même de structure sont indispensables en introduction. En effet, la plaie des perspectives structuralistes dans la pensée sociale est la fausse dichotomie souvent établie entre une notion purement synchronique de la structure et tous les concepts dynamiques de processus, changement, événement, histoire, etc. En fait, ainsi que cela a déjà été précisé précédemment, les structures sont réelles et leurs concepts doivent donc inclure le fait du changement. Sans aucun doute c’est à Piaget que nous devons l’une des définitions les plus claires de la nature d’une structure. Selon lui, les éléments-clés en sont : « l’idée du tout, l’idée de la transformation et l’idée de l’auto-régulation ». Tout d’abord « une structure est un système gouverné par des conditions limitatives extrêmement complexes ». De plus, « seuls les systèmes auto-transformateurs et auto-régulateurs sont des structures »49.

  • 50 Lévi-Strauss, C, Structural Anthropology, Harmondsworth, Penguin Books, 1968, p. 21.
  • 51 Cunha, A., et al., pp. 30 et 33.

4Les structures existent dans le temps et non pas, d’une quelconque manière, en dehors de lui comme c’est par exemple le cas dans l’usage abstrait qu’en fait Lévi-Strauss50. Une structure n’est donc pas simplement l’aspect relativement permanent pouvant être décelé dans un système dynamique. De tels aspects permanents peuvent constituer certaines des phases d’une structure, mais cette structure elle-même se compose d’états d’équilibre (formes) et de processus d’équilibrage (contenu) interconnectés de manière à établir des conditions naturellement limitatives qui permettent à l’ensemble de maintenir sa stabilité et son identité propre ou en garantissant ou même en promouvant le changement. Un paysage agricole par exemple n’est pas une structure51. Cependant il comprend indubitablement certains des aspects visibles de structures biologiques et socio-économiques. Une compréhension de ces dernières requiert toutefois la conceptualisation et l’étude d’objet qui ne sont observables que d’une manière très superficielle dans le paysage lui-même.

5Ce qui précède nous amène tout naturellement à nous pencher sur la question de l’espace. Dans cette perspective, le terme de « structure spatiale » se révèle être hautement déroutant, car il n’est guère possible d’imaginer une structure, c’est-à-dire un « système auto-transformateur et auto-régulateur », existant à un seul niveau spatialement explicite. Les structures écologiques mentionnées à propos de l’exemple du paysage se composent par exemple de phases et d’éléments (semences, micro-organismes du sol, etc.) qui occupent des domaines spatio-temporels très différents de ceux du champ de maïs pris dans son ensemble. Similairement, la structure sociale qui marque le paysage par un certain mode de culture et d’habitat, se compose en fait de systèmes de relations complexes entre la terre, la technologie agricole qui y est pratiquée, les gens qui la travaillent et les différents systèmes de relations sociales, d’idées de valeurs et autres qui assurent la reproduction et la stabilité relative de l’ensemble. Semblablement aux systèmes biologiques d’une structure écologique, les divers niveaux constituant un mode de production existent évidemment dans de nombreux domaines spatio-temporels, certains d’entre eux n’ayant même aucune manifestation spatiale explicite quelle qu’elle soit.

  • 52 Ibid., p. 30.
  • 53 Cet argument est analogue à la conception du caractère relatif du temps historique d’Althusser. Voi (...)

6Il ne serait par conséquent pas tout à fait exact d’en conclure que l’ordre spatial est le produit de la société52. Une telle interprétation culturaliste de l’espace implique en effet que la « production de l’espace » soit une sorte de fonction pouvant avoir une signification comparable dans chaque société. Nous serions plutôt de l’avis que l’ordre spatial est une des propriétés internes d’une structure sociale. Les domaines spatio-temporels dépendent évidemment de l’espace, et non l’inverse53. Ainsi, les significations de l’espace sont données par les rôles spécifiques que ces derniers jouent à l’intérieur d’une structure.

  • 54 Cunha, A.,et al., p. 101.

7Suivant en cela Raffestin, les auteurs suggèrent qu’une « image territoriale » peut révéler les relations sociales de production, et par conséquent, les structures profondes de la société54. Pour nous, la pré-condition d’une telle révélation serait une théorie adéquate de la société qui identifie les rôles particuliers joués par l’espace au sein de ces structures. Conçu de cette manière relativiste, l’espace n’est ni homogène, ni à un seul niveau. Au-delà du fait qu’une structure engendre une hiérarchie de domaines spatio-temporels différenciés, il est évident que tout niveau spatial donné peut avoir des rôles différents au sein d’une ou plusieurs structures co-existantes. Ce fait explique l’importance particulière de l’espace dans les interactions et contradictions à l’intérieur et entre les structures sociales.

  • 55 Pickvance, CG., « Housing, Reproduction of Capital and Reproduction of Labour Power : Some Recent F (...)

8L’habitat, en tant qu’objet spatial manifeste, nous fournit toute une gamme d’illustrations très riches à propos de telles interactions. A l’intérieur des systèmes économiques de production de la société capitaliste par exemple, l’habitat constitue une phase dans la reproduction de certains types de capitaux55. Les formes et la périodicité que revêt l’habitat dans ces processus sont généralement en contradiction avec les rôles qu’il joue, entre autres, en tant qu’objet de consommation ou de manifestation territoriale de la parenté et d’autres relations sociales.

  • 56 Bateson, G., Steps to an Ecology of Mind, London, Paladin 1973, pp. 375-386.
  • 57 Godelier, M., op. cit., 1977, vol. II, p. 112.

9Le concept dynamique de structure doit évidemment beaucoup à la cybernétique. Le caractère prédominant d’un tel système est la recherche auto-régulatrice d’une stabilité relative, ou homéostase. Cela nécessite que les variables essentielles soient maintenues à l’intérieur de leurs limites critiques. La causalité structurelle y est avant tout un phénomène d’information et de communication plutôt : que d’énergie56. Elle peut donc : être envisagée comme une série d’interactions ramifiées entre l’état de chaque variable et son contexte respectif. Selon Godelier, « entre une cause et ses effets s’insère toujours l’ensemble des propriétés connues ou inconnues d’une ou plusieurs structures »57.

  • 58 Ibid., vol. II, pp. 71-113.
  • 59 Ibid., vol. II, p. 112.

10La grande pertinence de ces concepts pour la présente discussion est tout d’abord qu’ils fournissent des moyens adéquats pour essayer d’appréhender les effets déterminants des facteurs économiques sur les autres niveaux du système social, sans que l’on ait besoin d’avoir recours à des notions mécanistes purement déterministes58. En même temps, ils permettent de dépasser la dichotomie stérile qui, dans la pensée conventionnelle, sépare le comportement individuel et intentionnel des mécanismes sociaux impersonnels, sans par ailleurs tomber dans l’homogénéisation conceptuelle de l’approche culturaliste qui tend à réduire les comportements individuels à la mise en pratique des valeurs et le pouvoir à l’expression de la volonté. Pour citer une nouvelle fois Godelier « la rationalité intentionnelle du comportement des membres d’une société s’inscrit toujours dans la rationalité fondamentale inintentionnelle de la structure hiérarchisée des rapports sociaux qui caractérisent cette société »59. De plus, selon les principes de la causalité structurelle, il est toujours possible que des actions intentionnelles puissent créer les conditions favorisant la transformation des structures au niveau non-intentionnel de la société. La destruction graduelle de la base écologique d’une société, et les réactions infrastructurelles qui en résultent, serait un exemple d’une telle possibilité ; l’introduction et la poursuite d’une nouvelle politique de développement écologique en serait une autre. A ce point de l’analyse, on peut revenir à l’examen de la signification que les principes de l’écodéveloppement acquerraient dans le contexte d’une approche structuraliste.

2. La société, l’économie et la base écologique

  • 60 Cunha, A., et al., clans le présent cahier, p. 106.
  • 61 Voir: Legros, D., « Chance, Necessity and Mode of Production: A Marxist Critique of Cultural Evolut (...)

11A la recherche d’une manière de conceptualiser l’union entre les structures culturelles (institutions, comportement, connaissances, etc.) et les structures physiques de l’environnement naturel, Cunha et al. ont exhumé la vieille notion de « genre de vie »60. La question qui se pose est de savoir si ce concept fournit une assiette solide pour la compréhension de la dynamique réelle du développement social en relation avec la nature, c’est-à-dire avec sa base écologique. Dans la perspective structuraliste, il en est incapable puisqu’il néglige les entités sous-jacentes engendrant cette dynamique. On peut en effet difficilement distinguer le concept très culturaliste de « genre de vie » tel qu’il est défini plus haut de ceux de « société » ou de « culture » eux-mêmes. Toutefois, ce qui est important, ce n’est pas tellement que la société comporte à différents niveaux toute une variété de techniques, d’institutions, d’habitudes et autres mais bien que la formation sociale et économique qu’elle constitue soit composée de plusieurs structures verticalement articulées plus ou moins distinctes. Chacune de ces structures, ou modes de production, est donc une structure unique comprenant une certaine base économique ainsi que des systèmes superstructurels de nature sociale, politique et idéologique. Le développement d’une société n’est pas le produit des interactions « internes » entre les différents niveaux d’une entité globale comme les ressources, les techniques, les institutions économiques et les idéologies ; sa dynamique résulte plutôt dans une large mesure des interactions « externes » entre les différents modes de production qui la composent61.

12De plus, comme cela a déjà été mentionné plus haut, la place qu’occupent les relations de production à l’intérieur de la hiérarchie des institutions sociales différera d’un mode à l’autre. Il apparaît ainsi que les systèmes de fonctions économiques déterminant l’interaction de la société avec la base écologique donnée peuvent être divers. Cette constatation revêt évidemment une importance toute particulière pour les pays du Tiers Monde qui sont souvent la scène d’affrontements brutaux entre des modes de production très différents. Elle est toutefois aussi très pertinente pour les pays capitalistes industrialisés dans lesquels des modes de production aussi variés que la petite agriculture familiale et le capitalisme monopolistique coexistent toujours et sont bien souvent en lutte pour l’appropriation de l’espace et des ressources disponibles.

13A l’opposé de l’affirmation culturaliste selon laquelle les facteurs superstructurels peuvent, dans certaines circonstances, déterminer l’interaction de la société avec la nature, le point de vue structuraliste serait plutôt que les fonctions économiques déterminent toujours cette interaction, mais que les formes et dynamiques particulières de cette détermination dépendent entièrement de la place qu’occupent les fonctions économiques au sein des structures sociales considérées. Il est en fait possible que ces fonctions soient prises en charge par des institutions normalement considérées comme faisant partie de la superstructure, ce qui montre que l’affirmation culturaliste est correcte, mais pas pour les raisons invoquées.

  • 62 Wilkinson, R.G., Poverty and Progress, London, Methuen and Co. 1973, pp. 114-118.

14La dynamique de l’interaction entre la société et sa base écologique pose des problèmes de nature très différente selon le contexte historique et les caractéristiques structurelles de la formation sociale en question. En Angleterre, la fin du xvie et au début du xviie siècle, les ressources forestières étant déjà largement épuisées, la base énergétique de la société dut effectuer une conversion radicale vers le charbon, et ce malgré le fait que le bois était généralement considéré comme un combustible de qualité supérieure. Les conséquences techniques de cette conversion eurent un effet cumulatif : le problème du drainage des eaux de ruissellement dans les galeries houillères déboucha sur l’invention de la pompe à vapeur rudimentaire, véritable précurseur de la machine à vapeur, et ainsi de suite62. En même temps, l’exploitation de cette nouvelle ressource nécessita l’élaboration de nouveaux systèmes d’organisation de la production qui, combinés avec les transformations affectant les modes de production existants dans l’agriculture et ailleurs (travail salarié, etc.) contribua à faciliter l’émergence du capitalisme industriel précoce.

  • 63 Mauch, S.P., « The Energy Situation in the Hills: Imperative for Development Strategies? », dans Mo (...)

15Dans les régions des collines du Népal, les systèmes socio-économiques existants sont très largement en train d’épuiser les réserves forestières, le bois étant utilisé comme combustible ménager et les feuilles comme fourrage animal. Les coupes étant près de trois fois plus élevées que la capacité de reproduction de la forêt, la tendance actuelle risque de résulter en un épuisement total de cette dernière dans l’espace de trois ou quatre décennies. Dans le contexte himalayen, les conséquences écologiques de ce processus (érosion du sol, etc.) sont déjà catastrophiques63. Un élargissement de la base écologique de ces sociétés montagnardes est donc nécessaire, non seulement pour éviter un effondrement local mais également pour éliminer les dommages incalculables que subissent les vastes régions affectées par l’érosion et les inondations. Il n’est guère possible d’imaginer des solutions technico-écologiques permettant de résoudre ce problème qui n’impliqueraient pas aussi d’importants changements dans les systèmes économiques et les modes de production locaux.

16Le premier principe de l’écodéveloppement stipulant le respect de la capacité de reproduction des systèmes naturels revêt évidemment une pertinence bien différente dans chacun des deux contextes historiques susmentionnés. Dans le premier cas, son mépris fut l’un des facteurs de causalité qui contribua à la transformation sociale et à l’expansion cumulative de la base des ressources, processus aujourd’hui plus communément connu sous le nom de « développement ». Dans le second cas, par contre, ce même mépris apparaît plutôt comme un symptôme de ce que nous, à défaut de la population locale, appelons le « sous-développement ». Son contraire, le développement, consiste dans ce dernier cas à déplacer la base écologique de façon à permettre la survie des structures sociales actuelles.

  • 64 Voir : Peccei, A., Die Zukunft in unserer Hand, Wien, Verlag Fritz Molden, 1981.
  • 65 Voir, par exemple : Amin, S., Modern Migrations in Western Africa, London, Oxford University Press, (...)

17Dans les pays capitalistes industrialisés, la situation est encore différente. Ici, la base écologique actuelle devrait en principe être suffisante, avec les moyens techniques existants, pour supporter la population et les structures sociales en place. Le problème majeur de l'écodéveloppement ne réside pas tellement dans une extension ou une conversion de la base des ressources, mais bien plutôt dans le fait d’apprendre à vivre avec une base donnée, voire même réduite. Trois conditions régissent cette problématique. Premièrement, la dynamique interne du mode de production dominant nécessite un accroissement quantitatif permanent de la production, et par conséquent une extension de la base des ressources. Deuxièmement, les technologies de production actuelles ainsi que l’exploitation des ressources transforment de telle manière les écosystèmes régionaux et globaux, que l’on peut s’attendre à une déstabilisation cumulative durable de ces derniers (DDT, pollution des rivières et des mers, etc.)64. Troisièmement, il y a évidemment le fait qu’une grande partie de la base des ressources naturelles des pays industrialisés est située dans le Tiers Monde. La poursuite de l’exploitation continuelle de ces écosystèmes semble dépendre du maintien en place des structures socio-économiques et socio-politiques qui peuvent elles-mêmes s’avérer être opposées à l’établissement d’équilibres écologiques à l’échelle nationale ou régionale65. Ceci nous amène d’ailleurs directement à nous pencher sur le principe de l’autonomie régionale qui sera abordé dans le sous-chapitre suivant.

  • 66 Voir : Bateson, G., « Ecology and Flexibility in Urban Civilization », dans Bateson, op. cit., pp. (...)

18Dans la mesure où le développement peut être défini comme la conversion nécessaire à une base écologique nouvelle plus large, l’objet de l’écodéveloppement semble effectivement en constituer la finalité, c’est-à-dire la réalisation d’un état relativement stable dans lequel les mécanismes homéostatiques des structures sociales et écologiques conservent toutes les « variables critiques » en deçà des niveaux tolérés par le système sur le long terme66. Dans ce sens, l’avantage de l’approche structuraliste est que les concepts qu’elle met à notre disposition peuvent permettre l’identification de tendances d’interactions dynamiques très différentes entre les formations sociales et leurs bases écologiques selon leur contexte historique et leurs caractéristiques structurelles.

3. L’espace et le développement régional de la société

  • 67 Cunha, A., et al., p. 90.

19Dans la vision culturaliste de l'écodéveloppement, les principes normatifs tels que le développement endogène, la diversité culturelle, l’autosuffisance régionale et la participation démocratique sont tous étroitement liés aux notions plus opérationnelles dont dépendent leur réalisation. Ainsi que Cunha et al. le soulignent dans leur article, ces dernières incluent principalement l’établissement d’une hiérarchie d’entités politico-administratives géographiquement définies et la mise en œuvre de stratégies régionales de développement. Les auteurs suggèrent même que la forme géographique de la hiérarchie d’entités politiques proposée peut être dérivée des modèles de la théorie des « lieux centraux » ainsi que de celle des seuils67.

20Cela nous semble être une combinaison curieuse mais typiquement behavioriste entre les tendances de l’approche culturaliste à privilégier le rôle des valeurs et les modèles d’équilibre formalistes de l’approche conventionnelle. L’unité dialectique de l’objet et de la méthode nécessiterait certainement d’autres moyens pour identifier l’expression spatiale d’entités cohérentes sur les plans culturel et politique. Cependant, d’un point de vue structuraliste, la question importante reste de savoir s’il est possible ou non qu’une unité spatiale comme la région puisse servir de catégorie opérationnelle pour définir des entités culturelles et politiques. Comme cela a déjà été indiqué précédemment, la perspective structuraliste nous pousserait plutôt à indiquer en tout premier lieu que les domaines spatiaux produits par une structure sociale sont, selon toute vraisemblance, assez dissemblables, aux différents niveaux des systèmes économiques, culturels et politiques. Si nous parlons d’autre chose que de formations sociales communautaires ou féodales, d’une société capitaliste par exemple, il apparaît clairement que le pouvoir politique est apparenté à des systèmes économiques qui ont une dynamique spatiale d’assez vaste envergure. De toutes façons, ils différeront largement de l’aspect spatial des niveaux culturels.

  • 68 Markusen, A.R., Regionalism and the Capitalist State: the Case of the United States, Working Paper (...)
  • 69 Ibid., pp. 28-35.

21Les travaux récents de Markusen sur la « nouvelle régionalisation » aux Etats-Unis illustrent bien la nature de cette problématique68. Markusen remet en effet en question l’hypothèse selon laquelle le développement spatial inégal est une condition d’accumulation essentielle dans le système capitaliste. Au lieu de cela, il soutient que la logique de l’expansion capitaliste dépend de la recherche du travail salarié, source du surplus de valeur. De ce fait, les causes de l’inégalité spatiale sont considérées comme résidant plutôt dans les caractéristiques spécifiques des régions ou des zones affectées elles-mêmes (degré de résistance à la pénétration capitaliste, différence dans les structures de la propriété foncière et de celle des moyens locaux de production, différence de conditions naturelles et, bien évidemment, les spécificités de la force de travail disponible). Le cas en question, c’est-à-dire le déplacement de la « zone du gel » à la « zone du soleil » aux Etats-Unis, est analysé en tant qu’exemple de l’élimination par le capital de disparités régionales établies pendant des périodes antérieures. La réorganisation régionale permet au capital d’abandonner des usines dont l’équipement est vétuste et de canaliser les investissements dans des domaines plus productifs. Dans ce processus, l’identité culturelle et idéologique des régions affectées se voit attribuer une importance toute particulière dans la stratégie générale de réorganisation. La conscience régionale est intentionnellement éveillée à travers les media par exemple sous la forme de l’image stéréotype du cowboy du Texas ou du bûcheron du Grand Nord. L’avantage de cet effet culturel est qu’il procure une base pour mobiliser et canaliser les réactions aux coûts et aux problèmes qui accompagnent inévitablement le processus, aussi bien dans la région en déclin (récession, sous-emploi, perturbation sociale, etc.) que dans la région en croissance (surcharge des infrastructures sociales, destruction rapide des systèmes naturels, etc.). Dans les deux cas, c’est l’autre région, ainsi que le gouvernement fédéral qui est censé être de mèche avec elle, qui est vilipendée et rendue responsable de ce qui arrive. La solidarité régionale facilite donc l’exercice de pressions politiques visant à obtenir un appui fédéral pour faire face aux coûts externalisés de la réorganisation régionale capitaliste. En même temps, l’attention est détournée des origines réelles du problème qui résident bien entendu dans la mobilité du capital. Le fait que les coûts et les privations occasionnés par la réorganisation sont répartis d’une façon très inégale entre les différentes classes sociales est alors si peu limpide que l’émergence d’une base potentielle de résistance n’a pas lieu69.

22Il n’est pas nécessaire de conclure de tout ceci, comme le fait Markusen, que les relations de production capitalistes sont elles-mêmes a-spatiales. Nous trouvons plutôt que cela constitue une illustration du fait que, dans le monde de production capitaliste, la logique de l’agencement spatial peut suivre des dynamiques dissemblables, même si elles sont interconnectées à différents niveaux de la structure, La « nouvelle régionalisation » signifie l’émergence de nouvelles fonctions idéologiques et politiques pour les entités spatiales existantes. Pour la discussion dont ce papier fait l’objet, l’aspect le plus important réside dans le fait qu’il peut être trompeur d’attacher une signification particulière aussi bien aux facteurs culturels en tant que base normative d’une région qu’aux formes spatiales en tant qu’unités de participation politique, sans identifier d’abord les structures sociales spécifiques dont elles font partie ainsi que leur rôle à l’intérieur de ces structures.

23La question devient évidemment beaucoup plus simple dans des zones caractérisées par une certaine homogénéité régionale au niveau de leurs structures socio-économiques, comme il est plus probable que cela soit le cas dans certaines parties du Tiers Monde. Dans ce cas, le paidoyer en faveur de l’autonomie régionale peut se traduire en une lutte pour défendre des modes de production localisés contre l’incursion d’autres modes plus mobiles, qui pénètrent les aspects spatiaux et socio-économiques des structures locales, se portent acquéreurs de leurs bases de ressources, perturbent les processus de reproduction à différents niveaux sociaux et idéologiques de consommation et, en général, les soumettent à différentes formes de déterminations externes.

4. Volontarisme, politique et idéologie

  • 70 Voir : Althusser, L., Pour Marx, Paris, Maspero, 1977, pp. 87-128.

24Le volontarisme est le dernier élément du concept d’écodéveloppement que l’on ait à considérer. Dans la vision culturaliste, il est essentiel que les processus d’organisation spatiale et d’utilisation des ressources fassent l’objet d’une gestion volontariste. Comme cela a déjà été souligné précédemment, l’évidence du fait que les facteurs idéologiques influencent ces processus est considérée par Cunha et al. comme la preuve de la possibilité d’une telle gestion. En partant d’une perspective structuraliste on ne trouve en principe aucune objection envers une telle conclusion. Cependant, en partant d’une conception de la société qui établit une distinction entre les actions intentionnelles et le niveau non-intentionnel des structures profondes, il devient nécessaire d’identifier le type d’interrelations qui existent entre ces différents niveaux. Cela signifie que la notion de causalité structurelle doit être appliquée à une interprétation des interactions entre l’idéologie, la pratique politique et les fonctions économiques dans une société particulière. Nous ne sommes évidemment pas dans une position qui nous permette de proposer une analyse générale de ce processus complexe de détermination et de sur-détermination, mais quelques idées et directions structuralistes pertinentes peuvent néanmoins être relevées70.

  • 71 Voir à ce sujet : Poche, B., « Mode de production et structures urbaines », Espaces et Société, n°  (...)

25Les systèmes idéologiques sont bien entendu apparentés aux facteurs infrastructurels d’un mode de production particulier. Cependant, il est essentiel de noter que la liaison entre l’idéologie et l’infrastructure n’est absolument pas directe et que leur relation ne sera pas nécessairement congrue. En tout premier lieu, ainsi que cela est souvent souligné, l’idéologie est généralement à la traîne des changements économiques. Un grand nombre de raisons peuvent être trouvées pour expliquer cette « inertie » des systèmes idéologiques, par exemple dans les institutions sociales, les habitudes psychologiques et, bien sûr, dans les formes physico-spatiales. Il est certain que les modèles spatiaux mis en place par des structures socio-économiques antérieures peuvent continuer à exercer un impact symbolique, et par conséquent stabiliser et préserver des significations idéologiques périmées71.

  • 72 Voir : Hillier, B., Leaman, A., Stansall, P., Bedford, M., « Space Syntax », Environment and Planni (...)

26De plus, il peut y avoir un mélange considérable de systèmes idéologiques contemporains, même là où les conditions infra-structurelles respectives sont fondamentalement contradictoires. Le rôle « normalisateur » de l’espace dans cette acception synchronique est même probablement encore plus important que sa contribution au « décalage » idéologique. On peut arguer du fait que l’espace agit bien plus comme une alternative à l’organisation sociale que comme son reflet. Ce qui est séparé par les relations sociales peut être réuni dans l’espace72. Dans la mesure ou les places publiques symbolisent des systèmes de relations sociales, l’expérience de ces espaces représente par exemple une participation au système, ainsi que son acceptation. Cela signifie que l’acceptation peut être encouragée parce que, dans l’expérience des systèmes de relations sociales spatialement objectifiées, on « consomme », dans un certain sens, le système entier, et par conséquent, on évite d’une certaine manière une particularisation dans n’importe quel rôle à l’intérieur de ce système. Il s’agit là du phénomène général d’identification et d’attachement au lieu.

  • 73 Voir : Ribeill, G., « Eléments pour une approche gramscienne du cadre de vie », Espaces et Société, (...)

27Bien entendu, un certain nombre d’autres fonctions favorisent également le mélange de systèmes idéologiques. La plus évidente et courante d’entre elles est la fonction de consommation. L’acceptation très large de l’idéologie de la société de consommation, même de la part des classes sociales dont les intérêts particuliers peuvent être sapés par cette idéologie, en constitue un exemple frappant73. Finalement, il est intéressant de noter que des concepts idéologiques tels que celui de « qualité de vie » sont également sujet à ce type d’effet. Exprimant un mécontentement largement ressenti face à la détérioration de l’environnement, ils sont assimilés dans le système général des valeurs culturelles qui est lui-même largement déterminé par l’idéologie dominante. Cela atteint un tel point que ces concepts peuvent perdre la capacité qu’ils ont à définir les conflits sociaux sous-tendant ces problèmes ou à clarifier une pratique politique capable de les résoudre. Cet argument est illustré par la démonstration précédente selon laquelle, la « protection de l’environnement » et les « besoins fondamentaux » sont acceptés de manière quasi générale, aussi bien par les tenants de la pensée conventionnelle que par ceux de la pensée culturaliste, les différences de motivations politiques étant en l’occurrence facilement négligées.

  • 74 Ibid., pp. 99-116.

28L’estimation du potentiel existant pour la mise en œuvre de politiques volontaristes d’aménagement de l’espace et d’environnement demande donc une compréhension de l’interaction dynamique entre l’idéologie et la pratique politique. Les concepts les plus clairs pour l’analyse de ces facteurs semblent provenir des écrits de Gramsci ; pour conclure, nous nous référerons au résumé que Ribiell en a fait74. Brièvement dit, le développement de la conscience politique est considéré comme passant à travers plusieurs étapes idéologiques qui vont de l’acceptation totale de la position des classes dominantes à la reconnaissance d’écarts spécifiques, d’intérêts et de privilèges et à la lutte syndicale sur des revendications particulières à l’intérieur des systèmes existants de relations sociales. Dans une étape finale, une conception globale est alors élaborée qui implique chaque niveau de la société et qui diffère radicalement de l’idéologie dominante. Dans ce contexte, les concepts de « style de vie » ou de « cadre de vie » peuvent revêtir une signification politique et idéologique particulière.

29Cette dernière étape révolutionnaire est certainement assez rare. Plus souvent, et particulièrement dans une société ouverte, l’idéologie dominante évoluera elle-même et, dans la mesure du nécessaire, incorporera les concepts idéologiques émergeants, diluant leur pertinence politique tout en favorisant le changement au niveau de revendications syndicales. Cela dit, il en ressort que plus des concepts idéologiques comme ceux des principes d’écodéveloppement seront ancrés dans la situation structurelle historique de groupes sociaux particuliers, plus ils seront efficaces dans leur contribution à ce processus de changement.

Notes

48 Voir, à ce sujet : Godelier, M., Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1974, vol. II, pp. 30-124.

49 Piaget, J., op. cit., pp. 5 et 113.

50 Lévi-Strauss, C, Structural Anthropology, Harmondsworth, Penguin Books, 1968, p. 21.

51 Cunha, A., et al., pp. 30 et 33.

52 Ibid., p. 30.

53 Cet argument est analogue à la conception du caractère relatif du temps historique d’Althusser. Voir Althusser, L., et Balibar, E., op. cit., chap. 4.

54 Cunha, A.,et al., p. 101.

55 Pickvance, CG., « Housing, Reproduction of Capital and Reproduction of Labour Power : Some Recent French Work », Antipode, vol. 8, No 1, March 1976.

56 Bateson, G., Steps to an Ecology of Mind, London, Paladin 1973, pp. 375-386.

57 Godelier, M., op. cit., 1977, vol. II, p. 112.

58 Ibid., vol. II, pp. 71-113.

59 Ibid., vol. II, p. 112.

60 Cunha, A., et al., clans le présent cahier, p. 106.

61 Voir: Legros, D., « Chance, Necessity and Mode of Production: A Marxist Critique of Cultural Evolutionism », American Anthropologist, vol. 79, No 2, March 1977, pp. 26-41.

62 Wilkinson, R.G., Poverty and Progress, London, Methuen and Co. 1973, pp. 114-118.

63 Mauch, S.P., « The Energy Situation in the Hills: Imperative for Development Strategies? », dans Mountain Environment and Development, Swiss Association for Technical Assistance in Nepal, Kathmandu, 1976, pp. 123-147.

64 Voir : Peccei, A., Die Zukunft in unserer Hand, Wien, Verlag Fritz Molden, 1981.

65 Voir, par exemple : Amin, S., Modern Migrations in Western Africa, London, Oxford University Press, 1974, pp. 86-88.

66 Voir : Bateson, G., « Ecology and Flexibility in Urban Civilization », dans Bateson, op. cit., pp. 470-481.

67 Cunha, A., et al., p. 90.

68 Markusen, A.R., Regionalism and the Capitalist State: the Case of the United States, Working Paper No 305, Institute of Urban and Regional Development, University of California, Berkeley, 1979.

69 Ibid., pp. 28-35.

70 Voir : Althusser, L., Pour Marx, Paris, Maspero, 1977, pp. 87-128.

71 Voir à ce sujet : Poche, B., « Mode de production et structures urbaines », Espaces et Société, n° 10, novembre 1975, p. 29, et Quentin, C, « L’Imaginaire d’un vieux quartier », Espaces et Société, n° 24-27, janvier-décembre 1978, pp. 113-124.

72 Voir : Hillier, B., Leaman, A., Stansall, P., Bedford, M., « Space Syntax », Environment and Planning, vol. 3, 1976, p. 181.

73 Voir : Ribeill, G., « Eléments pour une approche gramscienne du cadre de vie », Espaces et Société, n° 19, décembre 1976, p. 105.

74 Ibid., pp. 99-116.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search