Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Origines et pertinences du concept d'écodéveloppement

Chapitre III. La conception culturaliste de l’éco-développement

Peter Schubeler

Texte intégral

1Protection de l’environnement naturel, réorganisation volontariste de l’économie spatiale et satisfaction des besoins humains fondamentaux, tout cela fait certainement partie de l’idée d’écodéveloppement. Dans la forme que ces objectifs ont revêtu dans l’approche conventionnelle, ils diffèrent de façon marquante des principes présentés par Cunha, Greer-Wootten et Racine. Nous pensons que cette différence tient à la conception spécifique de la société et de la nature qui distingue l’approche culturaliste de l’approche conventionnelle.

1. Présupposés de base

  • 40 Sahlins, M., « Economic Anthropology and Anthropological Economics », Social Science Information, v (...)
  • 41 Cunha, A., et al., p. 104.

2L’approche culturaliste a été caractérisée plus haut en fonction du rôle prédominant qu’elle attribue aux facteurs superstructurels dans la relation entre la société et la nature. Les systèmes techniques et économiques de l’infrastructure doivent bien évidemment « fonctionner » pour assurer la survie matérielle de la société, et en ce sens, ils sont effectivement adaptés aux conditions écologiques de l’environnement. Néanmoins, cette adaptation est plutôt indéterminée, « stipulant grossièrement ce qui est impossible, mais rendant acceptable tout ce qui est possible »40. Avec l’organisation, au niveau international et sur une vaste échelle, des échanges de ressources et de marchandises, tout d’abord par le biais de différentes formes de colonialismes puis à travers l’évolution du système économique mondial, l’éventail des possibilités s’est énormément élargi, tout au moins pour certains pays. Malgré tout, le développement des pays les plus avancés aussi bien que celui des sociétés dites primitives est à considérer comme une union spécifique des structures culturelles et naturelles41. Les systèmes économiques constituent la logique institutionnalisée de cette union, son élément dominant étant manifestement la culture.

  • 42 Ibid., p. 85.
  • 43 Voir, par exemple, King, A.D., Colonial Urban Development: Culture, Social Power and Environment, L (...)

3Dans cette perspective, le concept d’espace diffère lui aussi fondamentalement de celui de l’approche conventionnelle. L’espace n’est en effet plus considéré comme un champ neutre, une simple « occasion pour le développement des structures sociales », mais plutôt comme une « expression concrète de l’union » de la société avec la nature42. L’interaction est dialectique. Du fait que l’homme transforme son environnement, il transforme inévitablement la société, et lui-même avec. Les auteurs culturalistes ont particulièrement traité les aspects superstructurels de cette dialectique. Pour eux, l’ordre spatial et le milieu construit fonctionnent inévitablement comme porteurs de signification et jouent par conséquent un rôle important dans l’expression symbolique et la reproduction des valeurs et des institutions sociales43.

  • 44 Cunha, A., et al., p. 89.

4Finalement, il est nécessaire de mentionner la vision particulière que les culturalistes ont du volontarisme. Elle rejette en effet clairement la dichotomie catégorique établie par la pensée conventionnelle entre le comportement individuel et les mécanismes sociaux « impersonnels » qui sont supposés en résulter. Cette distinction, et plus particulièrement le postulat de la « rationalité économique » dont elle dépend, sont considérés comme le produit d’un mépris d’ordre essentiellement idéologique de la diversité culturelle et de la spécificité des institutions sociales. Dans cette optique, la pratique sociale doit être comprise comme l’expression de valeurs et de normes nécessairement exercées par l’intermédiaire des institutions sociales. Il n’y a donc aucune dichotomie entre l’action individuelle et les mécanismes sociaux, l’existence d’un niveau matériel sous-jacent situé hors de l’influence normale du comportement intentionnel étant rejetée. Par contre, tous les niveaux du système social sont considérés comme étant ouverts au volontarisme jusqu’au degré autorisé par les institutions ou normes institutionnalisées44.

2. Principes de l’éco-développement

5Partant de cette position, il devient possible de situer les principes de l’écodéveloppement au centre d’un concept de développement, au lieu de les introduire comme des correctifs nécessaires dans l’entreprise universelle de la croissance économique. Les principes les plus importants qui semblent ressortir du discours de Cunha et al. peuvent être résumés de la manière suivante :

  1. Préservation de la capacité de reproduction des systèmes naturels et respect pour la valeur intrinsèque des ressources naturelles ;

  2. Respect de la diversité culturelle et du « droit à la différence » ;

  3. Satisfaction des besoins fondamentaux ;

  4. Développement endogène basé sur une autodétermination locale, une autosuffisance régionale et un pouvoir politique décentralisé ;

  5. Gestion volontariste de l’organisation spatiale et de l’usage des ressources ;

  6. Synthèse des objectifs écologiques et socio-politiques exprimée comme la recherche d’un nouveau « genre de vie ».

6Une certaine logique peut être discernée parmi ces six points. Les trois premiers constituent des principes normatifs respectivement par rapport à la nature, à la société et à l’individu. Les quatrième et cinquième sont plutôt de nature opérationnelle et programmatique alors que le sixième se réfère aux idéaux généraux servant à guider les objectifs politiques.

  • 45 Ibid., p. 87.

7Ces principes peuvent difficilement être comparés aux notions stratégiques de l’approche conventionnelle. Ici la nature n’apparaît pas comme un facteur de production, ou une composante de la « qualité de vie », mais comme un processus créatif avec ses valeurs intrinsèques (flux d’énergie, accumulation de « néguentropie », etc.) dans lequel la vie humaine ne représente qu’une part. Le respect de l’identité culturelle et de l’intégrité de différents peuples ou groupes est un principe éthique qui doit trouver son expression dans les normes politiques et socio-économiques. Finalement, les besoins fondamentaux ne peuvent pas être réduits à de simples niveaux de consommation spécifiables, même si les biens non-matériels sont inclus dans la définition. En fait, comme Cunha et al. le laissent entendre, le plus fondamental des besoins reste la participation45. Ainsi, les besoins sont inséparables de l’accès, sous des formes socialement légitimisées, aux moyens de production, de pouvoir et d’auto-expression culturelle de la société. La participation à la consommation de biens produits par cette société n’est seulement qu’un aspect limité de cette question.

3. Application pratique

  • 46 Ibid., p. 90.

8La manière selon laquelle ces principes vont être appliqués en pratique est certainement moins évidente que dans les formulations plus stratégiques de l’approche conventionnelle. Néanmoins, Cunha et al. ont indiqué une direction générale qui est en fait basée sur les trois derniers points mentionnés plus haut. La clé semble résider dans la création de nouvelles institutions politiques où la hiérarchie des entités géographiques corresponde aux potentiels effectifs d’une planification décentralisée et d’un pouvoir local. La région, mais aussi des unités géographiques plus petites, deviennent des concepts normatifs « correspondant à des unités spatiales culturellement semblables, résultant certes de la superposition des réseaux d’influences socio-économiques exogènes, mais qu’on ferait tendre vers l’autosuffisance »46.

  • 47 Ibid., p. 106.

9A un niveau plus général, les auteurs introduisent le concept de « genre de vie » défini comme « un ensemble de techniques, de comportements et d’institutions associées à l’exploitation des ressources locales par une population, dans un espace donné ». Cette vénérable notion renferme dans une « structure globale » le double système de relation homme-homme/homme-milieu. Elle est proposée comme un cadre analytique identifiant l’interaction entre la société et la nature en tant qu’objet d’étude cohérent. Finalement, au niveau normatif, la notion en question est censée promouvoir une synthèse des objectifs socio-politiques et écologiques47.

Notes

40 Sahlins, M., « Economic Anthropology and Anthropological Economics », Social Science Information, vol. 8, No 5, 1969, p. 30.

41 Cunha, A., et al., p. 104.

42 Ibid., p. 85.

43 Voir, par exemple, King, A.D., Colonial Urban Development: Culture, Social Power and Environment, London, Routledge and Kegan Paul, 1976.

44 Cunha, A., et al., p. 89.

45 Ibid., p. 87.

46 Ibid., p. 90.

47 Ibid., p. 106.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search