Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Origines et pertinences du concept d'écodéveloppement

Chapitre II. L’origine de l’éco-développement dans l’approche conventionnelle

Peter Schubeler

Texte intégral

1. Présupposés de base

1En ce qui concerne les problèmes du développement, l’approche conventionnelle est dominée par la théorie économique néo-classique. Ici l’environnement naturel est représenté sous la forme de ressources qui acquièrent une valeur en tant que facteurs de production. La plupart des ressources sont également dotées d’une caractéristique intrinsèque, celle de leur localisation qui détermine une variable d’accessibilité par rapport à tous les autres lieux. En général, dans cette perspective, les modèles expriment l’espace sous la forme du paramètre distance, c’est-à-dire l’inverse de l’accessibilité. L’espace en lui-même est un terrain neutre dans lequel les forces du marché de l’économie spatiale distribuent « spontanément » des activités selon les règles générales.

2Dans les modèles d’équilibre élaborés par cette école, les activités individuelles se réduisent à la poursuite rationnelle de bénéfices ou de profits optimaux. Les mécanismes déterminant l’usage des ressources et l’organisation de l’espace sont fondamentalement impersonnels et non-intentionnels ; ils ne sont que la résultante des comportements individuels. Grâce au principe de l’utilité marginale, l’utilisation excessive d’une quelconque ressource sera évitée étant donné que son exploitation deviendra progressivement plus difficile et plus coûteuse. De même, les rendements décroissants des investissements effectués en un point donné stimuleront un transfert vers d’autres lieux, ce qui devrait entraîner une croissance régionale équilibrée. Finalement, la loi des avantages comparatifs assure l’optimisation des possibilités de bénéfices de toutes les régions concernées en fonction d’une spécialisation liée à la disponibilité des facteurs de production locaux.

2. Les inévitables modifications théoriques

3Bien que sommaire, cette description devrait suffire à confirmer que, dans le monde parfait et mécaniste de la théorie néo-classique, la réflexion sur l’écodéveloppement est superflue. Toute interférence volontariste dans les mécanismes décrits par la théorie ne servirait qu’à réduire le bien-être général. Certes, personne (à l’exception peut-être de Milton Friedmann), ne s’attend à la perfection, et d’innombrables adaptations théoriques ont été introduites. Certaines contradictions particulièrement flagrantes entre la théorie et l’expérience ont entraîné d’importantes révisions dans au moins trois domaines directement liés à l’écodéveloppement. Ceux-ci comprennent les problèmes de la pollution et de la dégradation de l’environnement, le phénomène de l’urbanisation et du développement spatial déséquilibré dans le Tiers Monde ainsi que l’augmentation catastrophique de la pauvreté des masses populaires dans ces pays. Nous allons considérer brièvement les réponses que la perspective conventionnelle donne à ces questions.

  • 24 Sachs, I., « Industrialisierung ohne Umweltschädigung », Kurier, UNESCO. Nr. 7, 1971, p. 32.
  • 25 McHarg, I., Design with Nature, New York, Doubleday, 1969.

4Tout d’abord, la dégradation de l’environnement n’est pas difficile à expliquer en utilisant les concepts traditionnels. Il est évident que bien des ressources essentielles comme l’air ou l’eau n’ont pas de valeur d’échange correspondante. Ce fait, lié à la séparation dans l’espace des bénéfices et des effets écologiques négatifs résultant de la production, fait que les pollueurs peuvent échapper aux coûts réels. En théorie la solution à ce problème est simple. Les pratiques préjudiciables pourraient être directement restreintes si les coûts écologiques « externalisés » qui en découlent étaient imputés aux processus de production par une sorte de « taxe sur la pollution » ou si les coûts supplémentaires nécessaires pour protéger l’environnement étaient assurés par l’Etat. Cette dernière solution risque cependant de se heurter à des difficultés politiques car elle revient à déguiser les contradictions sociales sous une apparence purement technique. La difficulté majeure que soulève le principe du pollueur-payeur tient au fait que les producteurs protestent immédiatement au nom de la concurrence déloyale tant que tous les concurrents participant aux échanges internationaux ne sont pas soumis à la même règle24. Il apparaît ainsi que la réglementation directe par le biais du contrôle des émissions polluantes ou la mise sur pied de plans régionaux d’occupation des sols constitue la solution la moins mauvaise. Les écologistes, le plus notablement connu dans ce domaine étant probablement McHarg, ont élaboré les techniques nécessaires pour définir les paramètres du développement sur la base de la capacité d’absorption du système écologique25. Malheureusement, comme le démontre l’actuel relâchement des normes de protection de l’environnement aux Etats-Unis, cette solution est soumise à des fluctuations très sensibles en fonction du climat économique et politique régnant. Quoi qu’il en soit, dans la perspective conventionnelle, la protection de l’environnement revient, en théorie, à déterminer les limites écologiquement tolérables qui doivent être respectées par les forces du marché, ou de façon plus subtile, à attribuer un coût social à des ressources qui ne s’échangent pas sur le marché et à inventer des mécanismes réglant la répartition de ces coûts supplémentaires.

  • 26 Voir, par exemple : Meier, R., Resource Concerning Urbanism in South Asia IV : The Development of G (...)
  • 27 Hauser, P.M., « World and Asian Urbanization in Relation to Economie Development and Social Change  (...)

5Le problème du développement spatial déséquilibré est d’un caractère tout différent. Au début des années cinquante, la croissance accélérée des villes « primatiales » et la stagnation de l’économie rurale dans le Tiers Monde ont mis en évidence que les mécanismes d’équilibration de l’économie spatiale ne fonctionnaient pas comme prévu. Pour quelques observateurs, et cela jusque dans les années soixante-dix, l’urbanisation polarisée était considérée comme un phénomène transitoire, représentant encore le chemin le plus court pour parvenir à la croissance économique rapide26. Néanmoins, pour la plupart d’entre eux, il était évident que cette distorsion spatiale en traînait des coûts énormes, sans parler des dangers socio-politiques qu’elle recelait. Le développement incontrôlé des métropoles du Tiers Monde apparaissant comme : un obstacle au développement économique, on inventa la notion « d’urbanisation parasite »27.

  • 28 Voir : Lee, E.S., « A Theory of Migration », Demography, No 1, 1966, pp. 47-57.
  • 29 Friedmann, J., Mc Glynn, E., Stuckey, B., Wu, C, « Urbanisation et Développement National : une Etu (...)

6On s’avisa alors que les causes de ce phénomène dépassaient largement le domaine de l’économie ; elles renvoyaient à l’héritage colonial d’une infrastructure physique centralisée, aux facteurs politiques favorisant la centralisation de l’administration et des dépenses publiques, ainsi qu’à des facteurs culturels qui faisaient de la métropole un pôle d’attraction pour les masses rurales28. L’une des tentatives intégrant le plus grand nombre de variables pour rendre compte de l’échec des mécanismes d’équilibre régional a été réalisée par John Friedmann, dont le modèle centre-périphérie est discuté par Cunha et al.29. Selon lui, c’est essentiellement la centralisation de la capacité d’innovation et du pouvoir politique qui entraîne une concentration cumulative des investissements et de la population. Ce sont des facteurs superstructurels qui entravent le fonctionnement des mécanismes infrastructurels ; d’où les distorsions structurelles et spatiales.

  • 30 Perroux, F., « Economic Space, Theory and Applications » Quarterly Journal of Economies, LXIV, 1950
  • 31 Johnson, E.A.J., The Organization of Space in Developing Countries, Cambridge, Mass., Harvard Unive (...)

7La réaction conventionnelle à cette situation part de la notion de « pôles de croissance » élaborée par F. Perroux et reposant sur un choix d’industries entraînantes30 ainsi que des idées de Johnson concernant la hiérarchie des villes de marchés agricoles31. Il faut relever en outre — et c’est fondamental — l’aspect explicitement volontariste de cette perspective. C’est grâce à la planification et à la volonté politique que les investissements publics et privés sont acheminés en des lieux précis : on réalise ainsi un modèle spatial équilibré qui permet de promouvoir la croissance économique de façon décentralisée. Ce faisant, on applique de manière normative les modèles explicatifs de la théorie d’équilibre concernant la localisation de la production.

  • 32 Voir, par exemple : Renaud, B., National Urbanization Policies in Developing Countries, Washington (...)

8En anticipant un peu sur les critiques que l’on peut faire de cette approche d’un point de vue structuraliste, on relèvera que le problème fondamental tient à son formalisme, c’est-à-dire à son souci de la forme spatiale et à son indifférence pour le contenu social. Il est clair que la localisation ne représente qu’un aspect du problème, et que la redistribution dans l’espace des investissements ne transforme pas nécessairement les structures socio-économiques qui sont à l’origine des distorsions spatiales. Ainsi, dans une situation caractérisée par exemple par l’existence de terres appartenant à des propriétaires absentéistes ou d’un contrôle centralisé d’entreprises commerciales et financières, on pourrait évidemment assister à un reflux vers la métropole des investissements que l’on cherchait à décentraliser32. De plus, l’influence polarisante considérable des intérêts économiques étrangers liés aux élites locales n’est pas considérée du tout.

9En principe, néanmoins, cette approche vise à optimaliser la croissance économique globale en mettant en place les agencements spatiaux nécessaires à un système économique performant. Certes, on cherche en même temps à réduire les disparités régionales, mais on est loin de s’intéresser à l’autonomie régionale. Si la volonté politique est indispensable, l’approche ne dit rien sur le lieu où doivent se prendre les décisions : dans les régions sous-développées elles-mêmes ou dans la métropole.

  • 33 Friedmann, J., « The Crisis of Transition : a Critique of Strategies of Crisis Management », Develo (...)

10Il est un troisième domaine où l’approche conventionnelle est directement liée à l’écodéveloppement : c’est celui de l’énorme croissance de la pauvreté des masses du Tiers Monde. S’agissant d’une question de justice sociale, on a traditionnellement considéré que la pauvreté ne relevait pas de la science économique. Comme John Friedmann le relève dans un récent article, l’opinion économique traditionnelle soutient qu’une répartition plus équilibrée des revenus ne peut être réalisée qu’au détriment du taux de croissance économique général33. L’espoir que la croissance elle-même pourrait servir à améliorer le bien-être des plus pauvres s’exprime dans la notion optimiste de la percolation ou trickle-down.

  • 34 Seers, D., « The Meaning of Development », (Paper presented at the 11th World Conference of the Soc (...)
  • 35 ILO, Employment, Incomes and Equality : A Strategy for Increasing Productive Employment in Kenya, G (...)
  • 36 Chenery, H., et al., Redistribution with Growth, London, Oxford University Press, 1974.

11Le problème, évidemment, est que les effets de percolation n’ont jamais empêché que des masses de populations toujours plus nombreuses, dans le Tiers Monde, ne s’enfoncent toujours plus profondément dans la « pauvreté » absolue. Quelque chose de plus que la simple croissance globale était de toute évidence requis. La nouvelle orientation dite de « redistribution avec croissance » fut tout d’abord indiquée par Seers en 196934, puis élaborée dans l’étude sur le Kenya que Singer réalisa en 1971 pour le compte du BIT35 et enfin étayée sur le plan théorique en 1974 par Chenery et al.36. Brièvement, le concept est basé sur la reconnaissance du fait que les pauvres ne sont en général pas sans emploi aucun, mais bien plutôt employés de manière très improductive dans le « secteur informel » de l’économie. Comme ce secteur fonctionne plus ou moins parallèlement au secteur formel, on soutenait que des investissements relativement modestes pourraient y améliorer la productivité des plus pauvres au prix d’une baisse minimale de croissance économique dans le secteur avancé.

  • 37 Streeten, P., Burki, S J., « Basic Needs : Some Issues », World Development, Vol. 6, No 3, 1978, pp (...)

12Cependant, il était d’emblée évident que les augmentations de productivité escomptées dans le secteur informel ne pourraient en aucun cas produire une amélioration suffisamment rapide ou étendue pour affecter positivement le niveau de vie des masses vivant dans la « pauvreté absolue ». En fait, une amélioration pour les uns, par le biais de l’augmentation du prix des produits agricoles ou de la rationalisation des petites entreprises commerciales par exemple, pouvait même entraîner une détérioration pour les autres, consommateurs confrontés à l’augmentation du prix de la nourriture ou petits marchands marginaux éliminés du secteur commercial. C’est à ce type de situation que s’adresse la stratégie des « besoins fondamentaux ». Elle procède de l’idée selon laquelle la manière la plus efficace de sauver un grand nombre de personnes de la pénurie absolue, sans toutefois se lancer dans une restructuration fondamentale du système socio-économique existant, est de directement destiner le « panier » de marchandises et de services essentiels aux « groupes-cibles » les plus démunis37. Pour être effective et réellement atteindre le seuil le plus bas, la percolation mentionnée plus haut nécessite, semble-t-il, à la fois une bonne planification et une canalisation étroite.

  • 38 Ibid., p. 419.
  • 39 Streeten, P., « Basic Needs : Premises and Promises », Journal of Policy Making 1, 1979, pp. 139-14 (...)

13Ainsi que le précise Streeten, l’approche des « besoins fondamentaux » n’est aucunement un substitut à la stratégie conventionnelle de croissance. Comme dans le cas de la « redistribution avec croissance », elle est tout au plus un complément à cette dernière38. Son but est d’éviter aussi efficacement que possible des niveaux insoutenables de pauvreté massive et les perturbations sociales catastrophiques qu’ils ne manqueraient pas d’engendrer. Ceci dit, les niveaux de revenus des plus pauvres doivent rester fixés au plus bas possible, comme le nécessite un processus d’accumulation de capital et de croissance économique rapide dans les secteurs les plus avancés de l’économie39. Bref, la stratégie conventionnelle des « besoins fondamentaux » est au fond défensive et vise surtout à éviter autant que faire se peut que le spectre du changement social violent n’éclipse le mirage fuyant du « décollage économique ».

Notes

24 Sachs, I., « Industrialisierung ohne Umweltschädigung », Kurier, UNESCO. Nr. 7, 1971, p. 32.

25 McHarg, I., Design with Nature, New York, Doubleday, 1969.

26 Voir, par exemple : Meier, R., Resource Concerning Urbanism in South Asia IV : The Development of Greater Bombay, Berkeley. Institute of Urban and Regional Development, University of California, Berkeley, 1972.

27 Hauser, P.M., « World and Asian Urbanization in Relation to Economie Development and Social Change », in Hauser, P.M., (éd.), Urbanization in Asia and the Far East, Calcutta, UNESCO, 1957, p. 87.

28 Voir : Lee, E.S., « A Theory of Migration », Demography, No 1, 1966, pp. 47-57.

29 Friedmann, J., Mc Glynn, E., Stuckey, B., Wu, C, « Urbanisation et Développement National : une Etude Comparative », Tiers Monde, XXI, 45, Janvier 1971.

30 Perroux, F., « Economic Space, Theory and Applications » Quarterly Journal of Economies, LXIV, 1950.

31 Johnson, E.A.J., The Organization of Space in Developing Countries, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1970.

32 Voir, par exemple : Renaud, B., National Urbanization Policies in Developing Countries, Washington D.C., The World Bank, Staff Working Paper No : 347, 1979, pp. 151-155.

33 Friedmann, J., « The Crisis of Transition : a Critique of Strategies of Crisis Management », Development and Change, Vol. 10, No 1, January 1979, pp. 125-153.

34 Seers, D., « The Meaning of Development », (Paper presented at the 11th World Conference of the Society for International Development, New Delhi), International Development Review, December 1969.

35 ILO, Employment, Incomes and Equality : A Strategy for Increasing Productive Employment in Kenya, Geneva, 1972.

36 Chenery, H., et al., Redistribution with Growth, London, Oxford University Press, 1974.

37 Streeten, P., Burki, S J., « Basic Needs : Some Issues », World Development, Vol. 6, No 3, 1978, pp. 411-421.

38 Ibid., p. 419.

39 Streeten, P., « Basic Needs : Premises and Promises », Journal of Policy Making 1, 1979, pp. 139-142. Voir aussi : Friedmann, J., op. cit., 1979, p. 145.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search