Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Origines et pertinences du concept d'écodéveloppement

Chapitre I. La société et la nature

Peter Schubeler

Texte intégral

  • 1 Amin, S., Le Développement inégal ; Essai sur les Formations Sociales du Capitalisme Périphérique, (...)

1« Les géographes se contentent de juxtaposer (des faits) alors même que la question fondamentale de leur discipline — comment les conditions écologiques agissent sur les formations sociales — reste à peu près sans réponse »1. Que ce jugement formulé il y a déjà huit ans par Samir Amin soit justifié ou non, l’article de Cunha, Greer-Wooten et Racine prouve au moins que le problème de fond qu’il soulevait alors est toujours à l’ordre du jour et que les travaux géographiques récents consistent en bien plus qu’une simple juxtaposition de faits.

2En traçant des lignes de convergence entre la pensée et la pratique des géographes d’une part et le concept d’écodéveloppement de l’autre, les auteurs ont, me semble-t-il, soulevé plusieurs des aspects de la question de fond énoncée par Amin. Le plus général d’entre eux concerne le caractère essentiel de la relation qu’une société entretient avec son environnement. Au-delà se pose la question de l’espace et du rôle qu’il joue dans le développement de la dite société. Finalement, on débouche sur le problème de l’intentionalité, c’est-à-dire de la possibilité d’une gestion volontariste du développement spatial de cette société et de ses interactions avec la nature.

3En simplifiant, il apparaît que la relation société/nature peut être analysée par le biais de trois types généraux d’hypothèses. Le premier, certainement le plus ancien, part de la nature et se concentre sur la manière dont les conditions naturelles déterminent le développement de la société. Le second part au contraire de la société et examine l’autre côté de la relation en considérant plutôt comment les aspects économiques et techniques, c’est-à-dire l’infrastructure, influencent la nature. Le troisième naît de la société mais il souligne quant à lui le rôle des idées, des valeurs et des modes de comportement qui constituent sa superstructure.

  • 2 Cunha, A., Greer-Wootten, B., Racine, J.-B., « Le Concept d’Ecodéveloppement et la Pratique des Géo (...)

4Il est évident que ces trois types généraux d’hypothèses ne s’excluent nullement l’un l’autre. Cunha et. al. indiquent que la pertinence du premier type, postulant le déterminisme de l’environnement, est en forte régression. Ils affirment toutefois clairement que les deux autres sont également valides2. La question est bien évidemment plus complexe car si la plupart des observateurs admettent l’existence d’une influence aux deux niveaux infrastructurel et super-structurel, il peut y avoir de grandes différences dans la signification relative attachée à chacun ainsi que dans la relation existant entre eux. Ces différences sont extrêmement importantes et définissent, en un mot, toute la problématique de la relation société/nature. Dans cette note critique nous soutenons précisément que trois approches sont courantes et que chacune d’entre elles débouche sur une interprétation très différente du concept d’écodéveloppement. Avant d’en venir à ces diverses interprétations et à leur pertinence respective par rapport à l’article de Cunha et. al., il n’est peut-être pas inutile d’identifier les trois approches elles-mêmes. Pour simplifier, elles seront nommées les approches conventionnelle, culturaliste et structuraliste :

    • 3 Christaller, W., Central Places of Southern Germany, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1966.
    • 4 Malinowski, B., Argonauts of the Western Pacific, London, Routledge and Kegan Paul, 1922.
    • 5 Voir, par exemple : Hawley, A.H., Human Ecology, New York, Ronald Press, 1950.

    L’approche conventionnelle est basée sur le présupposé que les déterminants fondamentaux du développement de la société, dans sa relation avec la nature, sont les mécanismes très généraux agissant au niveau de l’infrastructure. Les facteurs super-structuraux sont en général considérés comme le résultat d’une adaptation réussie au niveau matériel précité. En tous les cas ils ont une importance strictement secondaire et peuvent même être considérés comme des dérangements dont l’impact ne peut être que superficiel et temporaire. Cette approche trouve son origine dans l’économie classique et les modèles d’équilibre qui y jouent un rôle central. Les œuvres représentatives incluent la théorie de la localisation de Christaller3, l’anthropologie fonctionnaliste de Malinowski4, l’écologie humaine dite « matérialiste »5 etc.

    • 6 Parsons, T., The Social System, New York, Ronald Press, 1950.
    • 7 Voir, par exemple : Polanyi, K., « The Economy as Instituted Process », dans Polanyi, K., Arensberg (...)
    • 8 Voir, par exemple, Firey, W., Land Use in Central Boston, New York, Greenwood Press, 1968.

    L’approche culturaliste part au contraire du postulat que les déterminants majeurs de la relation société/nature se trouvent au niveau de la supersructure. En fait, c’est une véritable sorte de « possibilisme » qui est pratiqué, non seulement à l’égard de la nature mais également envers le complexe nature/technologie/économie. Dans la limite de ce qui est matériellement possible c’est donc la culture qui dispose. Les exemples de cette approche incluent la théorie sociale de Parsons6, l’anthropologie économique d’orientation substantiviste7, l’écologie humaine volontariste privilégiant le rôle des valeurs sociales8 etc.

    • 9 Godelier, M., Horizon, trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero 1977.
    • 10 Harvey, D., Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 1973.
    • 11 Castells, M., La Question urbaine, Paris, Maspero 1975.

    L’approche structuraliste s’attache quant à elle en tout premier lieu à identifier les systèmes reliant les facteurs superstructurels et infrastructurels. C’est seulement après avoir compris leur fonctionnement, et en particulier la position qu’occupent les fonctions économiques dans les structures sociales, qu’il est possible d’identifier les facteurs déterminant l’interaction de la société avec la nature. L’origine de cette approche remonte aux écrits de Karl Marx. Par la suite Godelier a, parmi d’autres, élaboré certains de ses concepts fondamentaux à travers l’anthropologie des sociétés non-industrialisées9 alors qu’Harvey10 et Castells11 l’appliquaient à la géographie et à la sociologie de l’urbanisation contemporaine. Toutefois, il faut bien reconnaître que jusqu’à présent fort peu de travail a été accompli par le biais de cette approche dans le domaine des relations des sociétés capitalistes avec leur environnement naturel.

  • 12 Polanyi, L., op. cit.

5Il est évident que la nature de « l’objet » étudié par chacune de ces approches est fondamentalement différente. L’approche conventionnelle cherche, au-delà des spécifités culturelles des différentes sociétés, à identifier des mécanismes d’ordre très général gouvernés par des lois plus ou moins universelles. Le marché libre et compétitif est l’exemple prototype de tels mécanismes, mais les forces matérielles sousjacentes sont supposées opérer, par adaptation sélective, même dans les sociétés où n’existe aucune structure de marché. L’approche culturaliste se concentre par contre sur la société elle-même considérée d’une manière globale comme un système complexe d’interaction entre différents niveaux. Dans ce système, l’économie est définie empiriquement comme incluant tous les processus institués servant à satisfaire les besoins matériels. Aux yeux des cultura-listes, c’est précisément l’institutionalisation des processus économiques basés sur les normes et les valeurs d’une société particulière qui leur donne unité et stabilité dans le système social12.

  • 13 Voir à ce sujet : Balibar, E., « Les Concepts Fondamentaux du Matérialisme Historique », dans Althu (...)
  • 14 Godelier, M., op. cit., vol. ii, pp. 107-110.
  • 15 Voir à ce sujet : Piaget, J., Structuralism, London, Routledge and Kegan Paul, 1971.

6L’approche structuraliste prend finalement comme objet d’étude non pas tellement la société elle-même que les structures spécifiques qui la composent. Ces structures composées des relations sociales fondamentales ne sont pas à confondre avec les institutions visibles. L’exemple principal serait le complexe marxiste de mode de production, une hiérarchie de fonctions articulée verticalement qui assure les conditions matérielles et sociales de maintien et de reproduction de la société13. La distinction établie entre infrastructure et superstructure en tant qu’institutions sociales n’a dans ce contexte aucun sens a priori, car les relations sociales de production dont dépend l’économie peuvent occuper différentes positions dans la hiérarchie (parenté, économie, politique, religion, etc.) selon les caractéristiques du mode de production en question14. Il est important de noter que dans cette approche, le terme « structure » se réfère aux objets du monde réel et concret qui sont sujets à des contraintes spécifiques et dont la stabilité dépend de certaines conditions fonctionnelles. Une structure n’est donc pas simplement une construction méthodologique comme cela apparaît souvent dans l’approche culturaliste15.

  • 16 Cunha, A., et al., dans le présent cahier, pp. 19 et 84.
  • 17 Ibid., pp. 65 et 77.

7Nous reviendrons sur les approches par la suite mais tout d’abord il serait opportun de préciser ce qu’elles ont à faire avec le concept d’écodéveloppement et en quoi elles sont en relation avec l’article de Cunha, Green-Wooten et Racine. Ainsi que cela a déjà été mentionné, les auteurs ont pris une position claire par rapport aux trois types d’hypothèses présentés ci-dessus. D’un côté ils examinent les conséquences négatives que l’on peut imputer au déterminisme économique dans les pays capitalistes industrialisés ainsi que dans les régions du Tiers Monde qui ont été pénétrées par le système capitaliste. Ces mécanismes de marchés orientés vers le profit sont jugés reponsables de l’utilisation accélérée des ressources naturelles rares et de l’accroissement des inégalités dans le développement spatial de la société16. Par ailleurs, ils présentent des travaux géographiques récents qui confirment l’impact des valeurs et des comportements cognitifs, c’est-à-dire des facteurs superstructurels, dans les processus sociaux d’utilisation des ressources et d’organisation spatiale17. C’est dans l’opposition entre ces deux situations que la signification du concept d’écodéveloppement est clarifiée. L’écodéveloppement est présenté comme un ensemble de principes normatifs ayant pour but d’éviter le type de maldéveloppement produit par les forces infrastructurelles du système capitaliste. En même temps, l’efficacité de ces principes dépend de la capacité qu’ont les facteurs superstructurels (comportement, valeurs, idéologie, etc.) d’influencer de manière effective le mode d’utilisation des ressources et de l’espace. Nous sommes en grande partie d’accord avec cette argumentation qui, nous nous en excusons, est ici simplifiée à l’extrême.

  • 18 Ibid., p. 105.
  • 19 Ibid., pp. 79 et 84.
  • 20 Ibid., pp. 40-41.
  • 21 Ibid., pp. 85 et 103.
  • 22 Ibid., p. 106.
  • 23 Ibid., p. 106.

8En fait, les auteurs franchissent un pas de plus dans leur analyse. Reconnaissant que la forme spatiale et le contenu social sont inséparables, ils soulignent que la réorganisation de l’espace impliquera nécessairement la création de nouvelles structures sociales18. De cette manière, le cercle, liant l’infrastructure et la superstructure de la société par l’intermédiaire de l’espace, est en principe bouclé. Cependant, à notre avis, cette question cruciale de la relation existant entre les différents niveaux du système social n’a pas reçu dans leur article l’attention qu’elle mérite. Bien sûr, les auteurs rejettent l’interprétation conventionnelle : de cette relation et ceci est particulièrement apparent dans leur critique de la théorie de l’équilibre qui sous-tend le modèle centre-périphérie de John Friedmann et dans leur reconnaissance du rôle idéologique caché derrière l’épistémologie empiriste et positiviste de l’approche19. Parallèlement, le travail du géographe Brian Berry dont les postulats et les méthodes appartiennent tout à fait à l’approche conventionnelle, est par contre traité avec beaucoup plus d’indulgence20. A plusieurs occasions, des notions structuralistes-marxistes sont avancées, par exemple à propos de la relation entre « faits spatiaux et processus sociaux » et de la nature de la confrontation entre différentes formations sociales et économiques dans le Tiers Monde21. Néanmoins, les présupposés de base qui semblent guider leur argumentation sont ceux de l’approche culturaliste. Ceci transparaît, entre autre, clairement dans leur interprétation de l’économie comme institutionalisation d’une certaine logique sociale et dans la signification attachée au volontarisme conçu comme l’essence du pouvoir économique et politique22. Finalement, c’est dans la notion de « genre de vie » que la vision culturaliste apparaît de la manière la plus transparente23.

9Il serait absurde d’attendre une uniformité doctrinale d’un article d’une envergure aussi vaste que celui de Cunha et al. et ceci n’est absolument pas notre cas. Néanmoins, nous sommes convaincus du fait que la distinction entre les trois approches et les conceptions très différentes qu’elles ont de la société et de la nature revêt une très grande importance théorique et pratique pour l’application du concept d’écodéveloppement. Les arguments spécifiques que nous essayerons d’avancer dans les pages qui suivent peuvent se résumer de la manière suivante. En tout premier lieu, les principes majeurs de l’écodéveloppement ont émergé de l’approche conventionnelle, essentiellement en tant que réaction aux contradictions flagrantes entre la théorie et l’expérience pratique. Par contre, l’interprétation globale de l’écodéveloppement en tant que synthèse de ces principes sur la base d’une motivation politique totalement différente est bien le produit de l’approche culturaliste. Finalement, les tentatives faites pour traduire ces concepts en outils analytiques et en programmes d’action ont beaucoup à gagner de certaines des idées-forces de l’approche structuraliste.

Notes

1 Amin, S., Le Développement inégal ; Essai sur les Formations Sociales du Capitalisme Périphérique, Paris, Edition de Minuit, 1973.

2 Cunha, A., Greer-Wootten, B., Racine, J.-B., « Le Concept d’Ecodéveloppement et la Pratique des Géographes », dans le présent Cahier, chap. 1.

3 Christaller, W., Central Places of Southern Germany, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1966.

4 Malinowski, B., Argonauts of the Western Pacific, London, Routledge and Kegan Paul, 1922.

5 Voir, par exemple : Hawley, A.H., Human Ecology, New York, Ronald Press, 1950.

6 Parsons, T., The Social System, New York, Ronald Press, 1950.

7 Voir, par exemple : Polanyi, K., « The Economy as Instituted Process », dans Polanyi, K., Arensberg, C. W. et Pearson, H.W., (eds), Trade and Market in the Early Empires.

8 Voir, par exemple, Firey, W., Land Use in Central Boston, New York, Greenwood Press, 1968.

9 Godelier, M., Horizon, trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero 1977.

10 Harvey, D., Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 1973.

11 Castells, M., La Question urbaine, Paris, Maspero 1975.

12 Polanyi, L., op. cit.

13 Voir à ce sujet : Balibar, E., « Les Concepts Fondamentaux du Matérialisme Historique », dans Althusser, L., Balibar, E., Lire le Capital, Paris, Maspero, 1968.

14 Godelier, M., op. cit., vol. ii, pp. 107-110.

15 Voir à ce sujet : Piaget, J., Structuralism, London, Routledge and Kegan Paul, 1971.

16 Cunha, A., et al., dans le présent cahier, pp. 19 et 84.

17 Ibid., pp. 65 et 77.

18 Ibid., p. 105.

19 Ibid., pp. 79 et 84.

20 Ibid., pp. 40-41.

21 Ibid., pp. 85 et 103.

22 Ibid., p. 106.

23 Ibid., p. 106.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search