Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Vertus et promesses d'un savoir délaissé : à propos de la géographie tropicale et de l'écodéveloppement

Chapitre III. Les promesses de la géographie tropicale

Jean Racine

Texte intégral

1Par nature, l’écodéveloppement est un tout, où entrent en jeu ressources naturelles, organisation sociale, choix technologiques, contexte culturel, systèmes politiques, etc... Il relève ainsi d’une pluridisciplinarité qui embrasse d’immenses pans de la recherche (en sciences sociales, en sciences humaines, en sciences de la nature), mais les dépasse pour exiger l’engagement et l’action des gouvernants, des administrateurs, des producteurs, des citoyens.

2Appréciation de la validité du concept ; tentatives de mise en œuvre pratique ; analyse et diagnostic d’expériences concrètes : à chaque étape d’un écodéveloppement qui se cherche, le géographe peut aider à l’effort commun d’une façon plus ou moins spécifique.

L’indispensable pertinence pratique

  • 27 G. Etienne : « Pauvreté absolue : la tentation de l’impossible et les faux semblants » in : « Il fa (...)
  • 28 Cunha, A. et al., p. 20.

3Le premier des services à rendre — et c’est sur lui que nous avons insisté tout au long de ce commentaire — est d’aider à dénoncer, en joignant sa voix à d’autres hommes de terrain quelle que soit leur discipline, ce que Gilbert Etienne appelle « l’écart de plus en plus scandaleux entre les rhéteurs et le réel »27, d’aider à prendre une juste mesure des difficultés, d’aider à la clairvoyance. Il est à craindre, par exemple, que l’obstacle majeur à la mise en œuvre significative de l’écodéveloppement dans le Tiers Monde, à savoir l’immobilisme social ou, plus souvent encore, l’intensification des inégalités sociales, ne soit trop souvent sous-estimée par les idéologies éprises de justice. Savoir, comme le recherchent A. Cunha, B. Greer-Wootten et J.-B. Racine, « si la pratique de la géographie peut conduire à la définition d’une problématique de l’écodéveloppement qui possède une double pertinence théorique et sociale »28 ne peut suffire : il faut, très explicitement, rechercher la pertinence pratique.

L’irremplaçable outil géographique : une discipline à vocation de synthèse

  • 29 Gunnar Myrdal : Le défi du monde pauvre. Gallimard, Paris, 1971, p. 251.

4Il faut donc, car « la difficulté ne saurait être un alibi »29, dépasser le stade de la problématique, et penser à l’action. L’écodéveloppement ne réussira peut-être pas à rendre à chacun sa dignité et le temps de vivre, du moins certains des concepts qui le fondent sont-ils directement sujets à expérimentation, et intéressent à l’évidence la pratique des géographes, aptes à fournir sur ce plan leur contribution la plus originale. La soudaine importance accordée par les théoriciens de l’écodéveloppement aux rapports de l’homme au milieu naturel et transformé, à la diversité des réalités régionales et des aires culturelles marque une reconnaissance de ce qui fit et fait le meilleur des préoccupations des géographes. Les pures études régionales, comme les études thématiques menées dans un cadre régional devraient ainsi, aux yeux de leurs plus énergiques critiques, retrouver une nouvelle légitimité, d’autant qu’elles n’excluent nullement, dans leur principe, la prise en compte de la problématique « centre-périphérie » et de la mondialisation des forces économiques, politiques et financières.

  • 30 Cunha, A. et al., p. 26.

5Qui ne voit, dans cette perspective, l’irremplaçable outil qu’offre, pour un réel développement, l’esprit géographique ? Si les autorités indiennes avaient, par exemple, commandé de solides études régionales complétées par des atlas à moyenne échelle, au lieu de choisir la simple remise à jour des fastidieuses compilations — utiles en leur temps — que sont les « District Gazetters » de l’Inde britannique, le pays disposerait en guise d’information de base, d’ouvrages de réflexion et de synthèse et non de catalogues, ouvrages qui constitueraient un préalable non négligeable à la recherche d’une nouvelle maîtrise de l’espace sans laquelle il ne peut y avoir ni développement, ni écodéveloppement. Nos auteurs ont beau jeu de dénoncer l’illusion de globalité de géographes qui consacreraient leur « vie à l’étude de chaque km2 de telle ou telle région »30. Mais le problème n’est pas là. Il est de savoir si, à sa juste place — et le géographe ne peut avoir pour ambition de se substituer aux chercheurs d’autres disciplines — la géographie peut présenter des travaux utiles. Nous croyons que oui en réclamant d’eux des réflexions qui s’appuient sur les leçons du terrain, tiennent compte de ce qu’enseignent d’autres terrains (« comparaisons et explications » dit Pierre Gourou « sont l’âme de la géographie »), et tiennent compte aussi des réalités extérieures au terrain et influant sur lui.

6Puisant sa sève dans des enquêtes qui supposent l’intimité avec l’espace en jeu et le respect pour les groupes humains qu’il porte, la synthèse géographique est aussi éloignée de l’illusoire totalité des monographies sans âme que de la fausse vérité des généralisations abusives. Par tradition disciplinaire le géographe met en conjonction, peut-être mieux que quiconque, nature et hommes, démographie et techniques, culture et productions, traditions et forces de changement. A quoi bon, par exemple, dénoncer avec les forestiers les déboisements illégaux ou la surpécoration des troupeaux, si l’on ne tient compte de la pression démographique et des structures sociales et foncières qui obligent les plus pauvres à grignoter, hors des terroirs cultivés par de mieux pourvus et de mieux nés, quelques lopins et quelques pacages qui aideront à survivre ? L’avenir et l’équilibre écologique n’y trouvent pas leur compte, mais, pour les démunis, l’urgent est de vivre, et le géographe, en pareil cas, peut grandement aider à poser les problèmes dans leur réelle complexité. Qui se consacre par profession à l’étude de l’espace des hommes a particulière vocation, nous semble-t-il, à aider dans un cadre pluridisciplinaire les techniciens à mieux prendre en compte les contingences humaines, et les idéologues à prendre bonne mesure des interdits et des potentiels du milieu et de ce que l’on est en droit d’attendre des réformes de structures et des changements technologiques.

Géographie cognitive, géographie active et pertinence sociale

  • 31 Cunha, A. et al., p. 49.
  • 32 Préface à Domination ou partage ?. Unesco. Op.cit., p. 6.

7Peut-on préciser ici, parlant de recherches pratiques, que « l’ambition de dépasser l’étude contemplative »31, fort souhaitable en soi, ne doit pas, par exclusive, ouvrir un faux débat entre une géographie active et une géographie cognitive, qui reproduirait à sa manière l’opposition stérile entre recherche appliquée et recherche désintéressée. Sans même qu’une option soit prise, observer, décrire, expliquer, comparer, c’est déjà agir, quand le chercheur témoigne des difficultés et du savoir — fût-il passé — d’un peuple. La peinture des formes traditionnelles de la maîtrise de l’espace aide, par exemple, à comprendre sur quel héritage se fonde « la capacité des sociétés de se doter des instruments de leur propre créativité »32 dont dépend à l’évidence l’avenir de l’écodéveloppement. D’autant que les détours de l’histoire ramènent parfois à la lumière de l’actualité des objets d’études qu’on eût, voici dix ou quinze ans, déclarés dépassés ou anecdotiques, et qui nourrissent aujourd’hui des expériences de nouvelle technologie villageoise de faible coût (exemples : bouse de vache des « gobar gas plants » méthaniers ; puits tubés à conduits de bambous) : la « pertinence sociale » de la recherche se niche parfois où on l’attend le moins...

Le relais endogène

  • 33 Le terme « géographie tropicale » n’apparaît ni dans les nomenclatures du « Survey of Research in G (...)

8Reste une question d’importance : qui fera, à l’avenir, cette géographie tropicale que nous défendons ? Un tropicaliste c’est encore souvent, dans notre monde occidental, un étranger aux Tropiques, dont il fait pourtant son domaine d’études. Le géographe indien, travaillant sur l’Inde, ne se dira pas tropicaliste33. Le terme, bien sûr, fleure bon l’ethnocentrisme. Mais il est pratique, quoique flou, et, après tout, le monde tropical existe bien et il ne se confond ni avec le Tiers Monde, ni avec les pays sous-développés ou en voie de développement. L’important, du reste, est moins dans l’étiquette, qui changera quand on le voudra, que dans l’esprit et la justesse des travaux conduits.

  • 34 Cité par Gilbert Etienne. Op. cit., p. 290-291.

9A cet égard, un étranger pourra-t-il jamais — encore que le regard du Huron ne soit certes pas sans intérêt — comprendre un pays aussi bien qu’un autochtone ? Pourra-t-il toujours éviter l’autocensure quand, dénoncer un mal est, dans certains pays, s’exposer aux listes noires ou à l’expulsion ? Assurément, l’avenir de la géographie tropicale appartient principalement aux chercheurs nationaux. Pour l’heure, les plus éminents d’entre eux ont quasi toujours reçu ou complété leur formation à l’étranger. Libre à eux de créer la géographie qui leur semble la bonne et de renier, pour le reste, l’héritage. On peut souhaiter du moins que se maintienne la volonté de fonder leur réflexion, plus que jamais, sur une réelle expérience du terrain : car la prise en main du flambeau par le relais endogène ne garantit pas en soi la pertinence sociale du propos — la grande majorité des universitaires et des chercheurs du Tiers Monde appartient aux classes privilégiées — et ne condamne en rien les rhéteurs au silence. Aux géographes du Tiers Monde, donc, de damer le pion à ces experts et ces auteurs dénoncés par N. M. Srinivas34, esprits trop distingués pour s’abaisser aux enquêtes personnelles : sous les Tropiques aussi, la poussière des bibliothèques convient mieux à beaucoup que la boue des champs et des chemins.

***

  • 35 Mis en exergue par I. Sachs : La découverte du Tiers Monde. Paris, 1971, p. 81.

10Il ne manquera jamais de penseurs pour proposer des théories et des concepts. Que les géographes les prennent en compte est indis-assumer son état de science humaine, et s’ouvrir plus que jamais aux idées des sociologues, des économistes, des théoriciens du développement, des épistémologues et de tous ceux qui font avancer la réflexion sur le monde et l’homme d’aujourd’hui. Mais qu’ils sachent aussi, théories et concepts dûment pesés, préserver l’originalité d’une discipline enracinée au sol et la volonté de juger le faisceau de pièces en main. Le souci du possible, un empirisme pratique ne pourront, « dans la corbeille de l’effort interdisciplinaire commun » nuire à l’écodéveloppement espéré, et les modestes remarques des chercheurs de terrain passant au crible de l’expérience les idées-forces qui tentent de fonder un monde meilleur aideront sans doute les hommes de bonne volonté à échapper au trait facétieux du trop juste aphorisme de J. J. Lec : « Il se trouvera toujours des Esquimaux pour instruire les habitants du Congo belge sur la meilleure façon de supporter les grandes chaleurs »35.

11Qui veut aider au développement des populations par elles-mêmes pourra méditer le propos et sentir, sous la boutade, la tragique impuissance des démunis trop longtemps victimes de la conjonction de l’exploitation et de l’imposture. L’enjeu est trop important pour qu’on renouvelle les faux-pas inévitables : qu’on se mette d’abord à l’écoute du savoir, des interrogations et des espérances des peuples. A sa façon, le géographe, témoin ou acteur, peut y contribuer.

Notes

27 G. Etienne : « Pauvreté absolue : la tentation de l’impossible et les faux semblants » in : « Il faut manger pour vivre... Controverses sur les besoins fondamentaux et le développement », Cahiers de l’IUED, PUF, Paris. I.U.E.D. Genève, 1980, p. 291.

28 Cunha, A. et al., p. 20.

29 Gunnar Myrdal : Le défi du monde pauvre. Gallimard, Paris, 1971, p. 251.

30 Cunha, A. et al., p. 26.

31 Cunha, A. et al., p. 49.

32 Préface à Domination ou partage ?. Unesco. Op.cit., p. 6.

33 Le terme « géographie tropicale » n’apparaît ni dans les nomenclatures du « Survey of Research in Geography » ICSSR, Bombay, 1972, ni dans celles des comptes-rendus de la conférence de la « National Association of Geographers, India », Tirupati, 1981.

34 Cité par Gilbert Etienne. Op. cit., p. 290-291.

35 Mis en exergue par I. Sachs : La découverte du Tiers Monde. Paris, 1971, p. 81.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search