Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Vertus et promesses d'un savoir délaissé : à propos de la géographie tropicale et de l'écodéveloppement

Chapitre II. De la primauté du concept a la primauté du terrain

Jean Racine

Texte intégral

  • 10 P. George : Introduction à Problématiques de la Géographie, p. 11.
  • 11 Cunha, A. et al., p. 27.

1La première voie nous paraît être celle de nos auteurs. S’il n’est vrai qu’il n’est de science que du général, une géographie scientifique ne saurait rester une collection d’études particulières. On est en droit d’exiger d’elle une mise à jour de principes d’ordonnancement de l’homme agissant dans l’espace et dans la société, principes susceptibles d’aider à mieux comprendre les conditions des indispensables réformes. Nous sommes d’accord. Encore faut-il que la sensibilité aux épures des théories, que la séduction des modèles et des grilles ne conduisent pas — quelle que soit la complexité du langage utilisé — à simplifier les problèmes en homogénéisant artificiellement diverses situations, toutes perçues en fonction de tel modèle, de telle matrice. Pierre George, en quelques pages denses, a souligné les dangers du « prestige du système »10. Dans le fil plus ou moins direct d’études nord-américaines la diffusion des méthodes quantitatives en géographie a donné lieu, parfois, à un engouement mal contrôlé. La géographie quantitative, et les voies qu’elle a ouvertes, ne sont pas ici en procès. En revanche, certains excès où elle est tombée semblent significatifs des dangers de l’abstraction et de la modélisation. La « nouvelle géographie » elle-même fait à cet égard son autocritique et s’accuse d’avoir consacré « une part disproprotionnée de la recherche... à des problèmes certes dociles et traitables sur le plan théorique mais fort banaux, voire idéologiquement mystificateurs sur le plan social »11. De ces excès d’une certaine géographie théorique, trois leçons sont à tirer, qui concernent très directement l’écodéveloppement.

Des dangers du théoricisme

2Trois leçons, ou, si l’on préfère, trois dangers, liés entre eux à divers degrés.

    • 12 J. Racine : « Small market-towns and small towns in South India : a critical use of the census data (...)

    Danger de l’abstraction. Nous avons souligné ailleurs, par exemple, comment de jeunes chercheurs indiens multipliaient des travaux recourant à une méthode quantitative trop peu critique à l’égard des données chiffrées ; comment ils prouvaient à l’occasion, mais savamment, l’évidence ; voire comment, en des cas extrêmes, ils s’étonnaient de voir la réalité différer du modèle en des recherches n’apportant rien à la connaissance réelle des problèmes urgents de leur pays12.

  1. Danger de la mode. L’exemple précédent en est une illustration. L’indispensable circulation des idées diffuse dans le Tiers Monde des méthodes, des thèses ou des principes « d’importation » qui ne sont dans leur civilisation d’origine, et plus encore dans leur civilisation d’adoption que des hypothèses de travail, conçues et testées comme telles. Il serait fâcheux, à cet égard, que le concept d’écodéveloppement soit réduit à une mode succédant à celle, opposée dans son esprit, des transferts de technologie et des modèles de croissance. Les échecs d’inégale ampleur des expériences passées doivent enseigner la prudence : n’attendons pas trop d’une théorie, si séduisante soit-elle.

    • 13 Yves Lacoste : Géographie du sous-développement. 4e édition revue et corrigée. PUF, Paris, 1981. Vo (...)

    Danger de l’esprit de système : esprit qui résulte pour partie des dangers précédents, mais les dépasse, car il peut pervertir à la fois la méthode de travail et plus largement, le cadre idéologique de la recherche. Assurément, la pulvérisation de l’information et du savoir, le fatras sans concept, n’apportent guère, et masquent les problèmes cruciaux. A l’inverse, l’excès de confiance en une idée maîtresse, fût-elle fondamentalement juste, conduit par d’autres voies au camouflage conscient ou non. Ainsi la dénonciation légitime des spoliations coloniales a longtemps masqué, chez de nombreux chercheurs appelés à choisir leur camp, le rôle essentiel des minorités privilégiées ayant avec profit tiré leur épingle du jeu sous le régime colonial, pour ensuite prendre son relais : une mise au point dont Yves Lacoste, qui depuis quinze ans élabore une « géographie du sous-développement », fait aujourd’hui son cheval de bataille13.

3La séduction des idées-forces et des propositions plus aisées à formuler qu’à mettre en œuvre ne doit pas paver la voie à l’esprit de système : quand celui-ci l’emporte, l’assertion et le flou font bon ménage apparent. Mais on ne le sait que trop, ce mariage ne résiste guère à l’épreuve du réel.

4Le concept d’écodéveloppement aborde des questions si vitales, il s’accorde si bien au large courant d’opinion qui remet en cause sous de multiples formes (environnement, écologie, autogestion, etc.) ce qui fut pendant vingt ou trente ans idées reçues, critères socio-économiques et modèle culturel de l’Occident, qu’on peut craindre, la mode et la simplification théoriciste aidant, de voir se multiplier, une fois encore, des discours vagues, des études de troisième main, des généralisations d’utilité douteuse. Peut-on l’accepter, au risque de devoir, dans vingt ans, faire à la recherche que ce concept aura inspirée, un procès dont les termes seront repris des attaques aujourd’hui lancées contre les excès de la géographie quantitative : « problèmes dociles et traitables sur le plan théorique, mais fort banaux, voire idéologiquement mystificateurs » ?

La pratique du terrain

  • 14 Pierre Gourou : Leçons de géographie tropicale. Mouton. Paris, 1971, p. 299.

5D’autres géographes, dont par sensibilité nous nous sentons plus proches, s’attachent moins à l’étude des implications d’une théorie que l’on tient pour valide, à la recherche d’un modèle pertinent de compréhension d’un milieu, qu’à la connaissance d’un espace qu’ils dotent d’un nom accapareur et significatif : leur terrain (un terme, notons-le avec étonnement, absent de l’étude ici commentée). Leurs recherches peuvent être thématiques — ainsi, en Inde : F. Pesneaud : pression démographique et transformations régionales en Télangana ; L. de Golbéry : castes, espace et développement ; J. Racine : tradition et modernité en Inde du Sud — elles peuvent — chez de Golbéry — recourir à l’occasion aux mathématiques appliquées à la géographie, à l’infographique sur microsystèmes ; elles peuvent dans les trois cas cités poser le problème du développement, compte d’abord l’intime connaissance d’un terrain, le souci d’esquiver le piège des généralisations en ne traitant d’une grande question qu’en fonction des enseignements d’un milieu, des expériences qui s’y jouent, et, bien entendu, des comparaisons et des confrontations possibles : toutes ces recherches témoignent en ce sens d’un dette certaine envers l’apport classique de la géographie régionale traditionnelle. Plus que d’autres peut-être, les tropicalistes — entendons ici les chercheurs étrangers au monde tropical — s’investissent dans leur recherche. Pour mener à bien leurs travaux, il leur faut le plus souvent s’expatrier, apprendre une langue, tenter par mille voies de pénétrer une culture, de comprendre une civilisation autre que la leur. Croit-on vraiment quand on garde ces faits à l’esprit, que le géographe, sauf débilité intellectuelle, oublie, lorsqu’il écrit, tout ce qu’il sait et tout ce qu’il suppose d’un peuple en son milieu pour se cantonner à une pure information descriptive de l’espace particulier qu’il étudie ? Croit-on vraiment à lire les grandes thèses des tropicalistes français qu’un géographe puisse se satisfaire de noter des faits sans reconnaître, sans ressentir sur quoi Pierre Gourou conclut ses « Leçons de géographie tropicale » : « le besoin, le goût, l’utilité d’expliquer »14 ?

Il n’y a pas de recettes toutes faites

6Mais alors, dira-t-on, que cette géographie ne fait-elle entendre sa voix ? Que ces géographes tropicalistes ne font-ils connaître leur analyse du sous-développement, leurs propositions, leurs commentaires ? La question n’est pas vaine, mais les réponses qu’on peut tenter d’y porter ne sont pas toujours pleinement convaincantes.

  • 15 La chose est de règle, par exemple, pour les contrats entre pays demandeurs et l’O.R.S.T.O.M.
  • 16 Près de 80 noms figurent sous ce chapitre dans le dernier Répertoire des Géographes français (1980)

7Soulignons d’abord que les géographes ne sont pas aussi absents du débat que certains le pensent : la géographie d’idées d’Yves Lacoste constitue à coup sûr un chapitre de la réflexion que les Sciences humaines et sociales ont conduit dans le domaine du sous-développement, et bien des autorités ont pris en compte les recherches des géographes lors des opérations de planification et d’aménagement du territoire, et, souvent, les ont commandées15. Plus généralement, le nombre de géographes dont les travaux abordent explicitement la problématique du sous-développement va croissant16.

  • 17 Cunha, A. et al., p. 29.
  • 18 Ibid., p. 38.

8Si la voix des géographes dans le concert des experts réels ou prétendus est si ténue, c’est sans doute, pour une large part, que le géographe possède à tout le moins une qualité reconnue par nos auteurs : « un sens aigu de l’hétérogénéité de l’espace »17, et qu’il est sensible à l’importance des « échelles de pertinence » : « lorsqu’on change d’échelle spatio-temporelle de l’analyse, les phénomènes changent non seulement de grandeur mais de nature »18. Voilà qui rend modeste, et renforce chez le chercheur confronté à ces variations la méfiance envers les théories généralisantes. La pratique du terrain fait connaître les hommes en leur milieu, en leur société, en leur commune humanité aussi. Elle enseigne ainsi qu’il n’y a pas de recettes toutes faites : une conviction qui est un des fondements du concept d’écodéveloppement. Car les infinies nuances, les dures contradictions du réel ne sont guère simplifiées ou résolues par les assertions péremptoires des stratèges de chambre, de symposium ou de congrès. Tout le problème — et le fait dépasse bien évidemment la seule chose géographique — vient de ce que celui qui semble résoudre une question en une phrase a de meilleures chances d’être entendu que celui qui souligne la complexité des faits et l’incertitude des remèdes.

  • 19 I. Sachs, op. cit., p. 35.

9Disons-le fortement, la prudence des jugements ne peut légitimer le savoir parcellaire, ni justifier le confort intellectuel douillet du spécialiste qui s’enfermerait délibérément dans son petit domaine. Cette prudence n’entraîne la paralysie que chez ceux qui s’en accommodent. Elle peut, elle doit, à l’inverse, être tout à fait active, en combattant toujours les dangers et les illusions du théoricisme. « La théorie » souligne justement Ignacy Sachs, « ne fournit au mieux que des béquilles à l’imagination sociale concrète, une liste de questions mais jamais de réponses toutes faites. »19. La pratique du terrain aide chaque jour à s’en persuader. Nous avons tous besoin d’idées-forces. Mais qu’est-ce qu’une idée si elle n’est juste ? Qu’on nous pardonne cette évidence : le terrain nous fait garder les pieds sur terre. Le réalisme écorche parfois les belles idées. Dira-t-on pour autant qu’il est de mauvaise venue ?

Garder les pieds sur terre : quelques exemples

  • 20 Cunha, A. et al., p. 34.
  • 21 J. Racine : « Révolution verte en Inde du Sud ? Le delta de la Cauvery et le district de Thanjavur. (...)
  • 22 B.H. Farmer, editor : Green Revolution ? Technology and change in rice-growing areas of Tamilnadu a (...)

10Un exemple. Voici dix ans, nombre d’études, d’économistes surtout, études de première et plus souvent de seconde ou de troisième main, vantaient la Révolution verte à venir. Aujourd’hui, après l’excès d’honneur, l’excès d’indignité, il semble admis, par bien des géographes entre autres, de condamner d’un trait cette intensification des pratiques agricoles — très inégalement diffusées selon les régions au demeurant — en raison de son échec « social et écologique »20. Peut-on dire ici, d’autant plus librement que nous avons nous-même souligné l’inégale répartition des bienfaits de la modernisation de l’agriculture indienne, et l’acuité trop sous-estimée des problèmes de distribution et de commercialisation des grains21, que les choses ne se prêtent guère à un jugement sommaire ? Un point est sûr : la richesse acquise ne profite pas à tous. Mais dans le détail, que de nuances ! L’équipe de B. H. Farmer a pu montrer, par exemple, comment dans deux villages voisins au Tamilnad, la redistribution sociale des bénéfices de l’intensification variait selon la richesse des deux finages en eau souterraine22, facteur géographique s’il en est. Plus fondamentalement, accroître la production de grains n’était-il pas une condition, insuffisante mais nécessaire, de la difficile résolution du problème alimentaire qui exigera, chacun le sait, des mesures sociales radicales ?

11Les bilans sont indispensables. Les plus judicieux tiendront rarement en une phrase lapidaire. La révolution verte a déçu, parce que l’on a mal mesuré, au départ, ce qu’on pouvait raisonnablement attendre d’elle. La leçon n’est peut-être pas sans valeur dans le présent contexte.

  • 23 I. Sachs, op. cit., p. 98.
  • 24 Cunha, A. et al., p. 97.

12Autre exemple. L’écodéveloppement appelle, bien entendu, au préalable de la réforme foncière qui, nous dit Ignacy Sachs « est à la portée de tout pays, aussi pauvre soit-il, pourvu qu’il en ait la volonté politique »23. La chose semble en théorie possible, au moins arithmétiquement, en terres latifundiaires modérément peuplées, voire en pays aptes à accueillir des fronts pionniers. Mais en Inde ? La réforme foncière a force de loi : dans chaque Etat de l’Union existent des plafonds fonciers. Dans chaque Etat, aussi, la loi est tournée. Si une part des surplus fonciers des possédants a été habilement vendue à temps pour permettre de diversifier leur capital et d’investir hors de la terre, une part considérable, transmise sur le papier aux parents, aux obligés, aux hommes de paille, n’échappe qu’officiellement à la mainmise du véritable propriétaire. C’est, dira-t-on, que règne la corruption, que manque une ferme volonté politique. Mais n’est-ce point là simplement déplacer le problème sans le résoudre ? Supposons même une révolution pure et dure. Dans le cas indien, elle ne suffirait pas à résoudre la question, à moins d’imposer d’énormes transferts de population, et le Parti Communiste Marxiste au pouvoir à Calcutta le sait bien : au Bengale (densité de population rurale au km2 cultivé : 602 h en 1971) on compte en moyenne moins d’un hectare et demi par exploitation agricole, et les petits exploitants l’emportent de beaucoup. En ce type non exclusif de milieu surpeuplé, aucune réforme agraire ne pourra réaliser les vœux pieux de ceux qui demandent, au nom de l’écodéveloppement à venir, que l’on dispose « en toute liberté de la terre »24.

  • 25 I. Sachs, op. cit., p. 37.

13Allons plus loin. Qui souhaiterait voir, sur toute la planète, les citoyens prendre en main leur devenir ? Qui nierait que le développement — l’écodéveloppement — ne doive aussi tenir compte des données culturelles, et que l’écodéveloppement se voulant développement authentique ne pourra être qu’un « développement des populations par elles-mêmes »25 ? Ces sages principes posés, croit-on pour autant qu’existent partout des citoyens égaux en droit et en fait ? Dans les pays où règnent les féodalismes modernes, la sujétion des clientèles économiques et politiques, l’analphabétisme, la malnutrition, l’incertitude du proche lendemain, où trouver cette opinion publique qui réussit, en Occident, à faire réviser entre autres les choix énergétiques des gouvernants ?

L’écodéveloppement : un concept d’importation à passer au crible de la pratique.

  • 26 I. Sachs, op. cit., p. 62.

14Qu’on le veuille ou non, l’écodéveloppement apparaît ainsi, pour le Tiers Monde, comme un nouveau concept d’importation : derechef le vent souffle Nord-Sud, et les conseilleurs sont encore du même côté. Seuls les conseils ont changé. Conseils plus judicieux sans doute, mais qu’on y prenne garde : un ethnocentrisme peut en cacher un autre. Que les mésaventures du « maldéveloppement » occidental ou soviétique, dont les enseignements sont profitables à tous, ne soient donc pas le principal moteur de la réflexion des « écodéveloppeurs » en pays du Tiers Monde. Le monde, centre et périphérie, n’est qu’un, inégalement un ; la réalité et l’avenir de chaque pays restent cependant en lui-même, et ce que suggère l’idéologie dominante de l’Occident — fût-ce pour l’heure une pensée critique — ne sera plus toujours acceptée sans procès. Bien des déceptions passées incitent à la prudence. Que le concept d’écodéveloppement appelle les peuples et les groupes humains à prendre leur sort en main, qu’il insiste à juste titre sur la spécificité des solutions propres à chaque région, n’a d’intérêt durable que pour autant que ses objectifs soient atteints, et que son appel ne se résorbe pas en un discours vain. La validité de ce concept, et plus encore celle des textes, des propositions et des actions qu’il peut engendrer ne se mesureront pas à la seule aune des bonnes intentions. Ne compteront que les résultats. Ignacy Sachs a raison : la valeur de l’écodéveloppement, directive d’action, « ne peut être jugée qu’à la lumière de la pratique »26. Et sans doute le géographe, au double niveau des concepts et de la pratique, a-t-il ici un rôle à jouer.

Notes

10 P. George : Introduction à Problématiques de la Géographie, p. 11.

11 Cunha, A. et al., p. 27.

12 J. Racine : « Small market-towns and small towns in South India : a critical use of the census data in the field of urban geography ». Indo-French Seminar on problems of urban growth. Centre for the Study of Regional Development. JNU. New Delhi, 1978. A paraître en français en 1981 dans les Travaux et Documents du CEGET-CNRS Bordeaux.

13 Yves Lacoste : Géographie du sous-développement. 4e édition revue et corrigée. PUF, Paris, 1981. Voir, en particulier, sur le problème des théories et des schémas, son « avertissement critique et autocritique ».

14 Pierre Gourou : Leçons de géographie tropicale. Mouton. Paris, 1971, p. 299.

15 La chose est de règle, par exemple, pour les contrats entre pays demandeurs et l’O.R.S.T.O.M.

16 Près de 80 noms figurent sous ce chapitre dans le dernier Répertoire des Géographes français (1980).

17 Cunha, A. et al., p. 29.

18 Ibid., p. 38.

19 I. Sachs, op. cit., p. 35.

20 Cunha, A. et al., p. 34.

21 J. Racine : « Révolution verte en Inde du Sud ? Le delta de la Cauvery et le district de Thanjavur. » CEGET-CNRS. Bordeaux, 1976 ; et « Le riz en Inde et le problème alimentaire ». Cahiers d’Outre Mer. Bordeaux, 1980.

22 B.H. Farmer, editor : Green Revolution ? Technology and change in rice-growing areas of Tamilnadu and Sri Lanka. Macmillan. London, 1977, voir pp. 311-318.

23 I. Sachs, op. cit., p. 98.

24 Cunha, A. et al., p. 97.

25 I. Sachs, op. cit., p. 37.

26 I. Sachs, op. cit., p. 62.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search