Desktop versionMobile Version

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Débats

Qu’est-ce que la geographie ?

Philippe Pinchemel

Volltext

1D’abord exprimer une triple satisfaction, celle de voir un texte aussi développé constituer l’axe central d’un cahier, ensuite celle de voir ce cahier se situer, académiquement et éditorialement, hors du champ géographique. Pour une fois des géographes ne s’adressent pas à des géographes ! Enfin, celle de voir ce texte partir d’un thème fondamental et d’un questionnement essentiel, celui des rapports entre géographie, écologie et développement. Ce texte a donc été abordé avec un fort coefficient d’attention sympathique, indépendamment de la sympathie attentive portée aux auteurs. Mais, en même temps, une inquiétude : puissent-ils avoir réussi et que par eux une certaine image de la géographie remplace ou à tout le moins efface les images traditionnelles, neutres, c’est-à-dire indifférentes ou négatives, de la discipline ; puissent-ils ne pas retomber dans les mêmes ornières dans lesquelles la géographie s’embourbe et dont elle ressort difficilement et à grands frais, puissent-ils avoir manié les les concepts avec prudence et clarté, sans être aveuglés par leurs enthousiasmes, leurs emballements. Comme il serait (sera ?) intéressant de connaître les réactions des lecteurs non géographes, de leur demander : après cette lecture, quelle est votre image de la géographie, votre image ancienne en a-t-elle été modifiée ?

Savez-vous ce qu’est la géographie ?

  • 1 Cunha, A. ; Greer-Wootten, B. ; Racine, J.-B., p. 23.

2Jouons à ce jeu simplement en rapprochant les « expositions » de la géographie trouvées dans le texte ; encore que les auteurs se demandent curieusement1 si la géographie se définit « par son objet, par sa méthode, par son point de vue, ou plus simplement par le type de question qu’elle pose » ; la géographie, science sans objet ? (le chercheur est prié d’apporter son objet avec lui !).

3Avons-nous (nous, les géographes) un « sens particulier du caractère global des phénomènes » ? On n’est pas loin de la vieille lune de la géographie science de synthèse. Sommes-nous bien des « spécialistes s’étant trouvés à la rencontre des sciences humaines et des sciences de la nature » ?

  • 2 Ibid., p. 17.

4Les définitions strictes de la géographie sont peu nombreuses et fort générales. Ainsi : « la géographie a pour objet traditionnel l’étude de la condition humaine dans son environnement »2

  • 3 Ibid., p. 18.

5Dire3 que « la géographie humaine a donc cette particularité d’être une science humaine dont l’homme en tant que tel n’est pas directement l’objet d’étude ; celui-ci se révèle d’abord à travers l’empreinte laissée par l’énergie humaine à la surface du sol », et ajouter que « c’est là du moins la conception classique » nous semble doublement faux.

6Il n’est que de se reporter à la bibliographie contemporaine et de remonter le cours de l’histoire de la géographie pour rencontrer :

  • d’une part, cette ambivalence de la géographie ;

  • d’autre part les inclinaisons préférentielles, permanentes dans la recherche géographique, vers les hommes, vers les populations, les sociétés constituées en objet, en finalité. A travers la géographie de la population (la démo-géographie), la géographie sociale, la géographie des comportements, des perceptions et bien d’autres intitulés, c’est bien l’homme qui est objet et non pas ses œuvres.

  • 4 Ibid., p. 18.

7Certes, il existe bien un courant qui s’enracine dans l’écriture des hommes sur la terre (la géographie humaine au sens le plus fort) dans l’analyse des paysages, précisément. Mais les auteurs n’indiquent-ils pas précisément « qu’elle tend à être dépassée aujourd’hui »4.

8Et tout le texte témoigne de cet intérêt majeur pour les sociétés, et, à l’intérieur des sociétés, pour les individus, les personnes. C’est d’ailleurs bien compréhensible ; tout ne procède-t-il pas de l’homme ? L’homme, jadis agent géographique et aujourd’hui décideur, homme de pouvoir, l’homme d’où procèdent tous les mécanismes, tous les processus de causalité.

  • 5 Ibid., p. 66.

9On a souvent le sentiment que la découverte, de la responsabilité unique des hommes dans l’action géographique, est proche de l’évidence. Est-il si étrange que ce soit le groupe détenant le plus de pouvoir qui crée l’essentiel des perceptions et des valeurs ; est-il si originalement marxiste de constater que « les idées dominantes sont les idées de la classe dominante » ?5.

10Cette dérive de la géographie vers les groupes humains revêt un double aspect ; il y a dérive vers l’identification des processus, il y a dérive dans l’objet de l’étude. Mais en privilégiant à juste titre la causalité humaine, sociale (toutes les autres causalités passent par elle, sont médiatisées par son entremise), elle n’a pas contribué à affirmer, à cerner les contours de la problématique géographique. Les mots sur lesquels les géographes se rassemblent, espace, organisation de l’espace, attestent la permanence du flou géographique dans la nouvelle géographie.

Toutes ces « espèces d’espaces »6

  • 6 Titre d’un remarquable petit livre de Georges Perec, paru en 1974 aux éditions Galilée (et collecti (...)

11L’autre grand thème de réflexion — de discussion — soulevé par le texte est en effet proposé par le concept d’espace. Notre accord est total avec les auteurs lorsqu’ils font de l’espace le concept qui a renouvelé la géographie et qui a structuré la « new geography » anglo-saxonne, par opposition à une géographie classique qui privilégiait le milieu dans le sens de milieu géo-écologique naturel.

12Ce concept d’espace tel qu’il s’insérait dans la géographie, apportait tous les éléments d’un recentrage de la géographie, d’une localisation. Alors que la géographie classique, moulée dans la perspective naturaliste issue du dix-neuvième siècle, se pensait comme étude des relations des sociétés avec : leurs environnements naturels, l’espace introduisait une batterie de concepts liés à l’action humaine, à l’humanisation de la surface terrestre. Cette humanisation passait par une « mise en distance » de l’environnement, par son appréciation depuis le pôle, le point de centralité où l’homme, le groupe humain allaient s’établir ; d’où la mutation du milieu en un espace (que nous proposons d’appeler espace géonomique — le composé géonomie ayant un sens beaucoup plus fort que géographie —).

13Cet espace géonomique est donc dimensionné et polarisé par les sociétés ; et les paysages, les espaces géographiques, sont le produit de l’intégration des milieux géo-écologiques dans les espaces géonomiques.

14Telles sont, très sommairement et partiellement présentées, les orientations épistémologiques que nous tirons de l’emploi du concept d’espace en géographie, en cherchant à le serrer au plus près.

  • 7 Ibid., p. 28.
  • 8 Ibid., p. 70.

15C’est le contraire qui s’est passé dans le monde des géographes : le concept a littéralement été vidé de toute signification. Le texte illustre parfaitement ce « dévoiement ». L’espace (géographique) n’est plus la lecture de cette écriture des sociétés sur l’interface du sol terrestre. Il est simple analyse de la configuration spatiale de la société7, de la différenciation spatiale des attitudes face au nucléaire8, de la « structure spatiale » d’une distribution. Mais qu’est-ce qui n’est pas distribué spatialement à la surface de notre bonne planète terre ? Il y a cinquante ans, certains géographes attribuaient à la géographie l’analyse des propriétés spatiales des phénomènes ; où est le progrès ? on ne saurait dissocier l’étude d’un phénomène de celle des seules propriétés liées à sa localisation.

16Les relations sociales sont nécessairement socio-spatiales et encore plus évidemment socio-spatio-temporelles. Rien ne s’inscrit hors du temps. Tout se génère en un lieu et en un temps. Tout se vit et se détruit ici et en ce moment. Mais le tout est de savoir ce que sont les structures spatiales ou socio-spatiales si souvent évoquées par les auteurs.

  • 9 Ibid., p. 103.
  • 10 Ibid., p. 104.

17Dire que pauvreté et richesse ont un contenu spatial et que l’une et l’autre sont spatialement concentrées n’a guère de sens — pourraient-elles être a-spatiales ? Inférer de ce contre-sens ou de cette tautologie que « c’est pourquoi l’étude du développement a forcément une traduction géographique »9 ne veut pas dire grand-chose ; car on retombe dans le tout est géographique puisque tout a « une dimension spatiale évidente »10.

18Paradoxalement, le recours à l’espace a donné aux géographes un élargissement quasi-illimité de leur champ d’investigation, bien plus large, laxiste ( ?), en tout cas que le concept de milieu. L’utilisation du mot espace par les géographes en fournit une éloquente démonstration ; alors que l’espace géographique pouvait être conçu comme unique (il n’y a qu’une surface de la terre) et fini (il n’y a qu’une terre), les géographes ont multiplié les espaces, chaque fonction, chaque groupe humain, chaque individu se construisant leurs espaces propres.

Les bons sentiments font-ils de la bonne géographie ?

19Selon les auteurs, trois remises en cause sont indispensables pour assurer l’efficacité d’une politique de développement : le marché, la technocratie, l’Etat, qui se traduisent par l’inégalité spatiale fondamentale introduite par la centralité, d’où procède le périphérique, et les auteurs s’appuient sur les intéressantes réflexions et recherches typologiques de John Friedmann.

20Mais ici encore, les concepts maniés supposent leur définition, l’accord sur leurs significations, la discussion sur leurs emplois divers. Ainsi en va-t-il de l’intégration, dernier concept à la mode, qui donne apparemment la clé de la solution de tous les problèmes.

  • 11 Ibid., p. 87.

21Toute une idéologie basée sur des idées généreuses de justice sociale conduit à proposer la remise en cause de tout ce qui constitue les données fondamentales de l’organisation de l’espace11 :

  • éradication des distorsions géographiques,

  • dépassement de la séparation entre villes et campagnes,

  • intégration de l’agriculture à l’industrie.

22L’inégalité spatiale est l’expression majeure de ces idées, qui assimilent inégalité, injustice sociale et inégalité spatiale.

  • 12 Ibid., p. 77.

23Il ne s’agit pas en l’occurence — et nous retrouvons bien la dualité exemplaire de l’approche géographique, le milieu et l’espace — de l’inégalité liée aux processus de polarisation, de centralité qui automatiquement par le biais de la distance, de l’éloignement, créent des différenciations en terme de proximité ou d’éloignement. Le couple centre et périphérie demanderait d’ailleurs à être nuancé car entre un centre, facile à situer, et une périphérie nécessairement plus incertaine, il y a place pour beaucoup d’espaces intermédiaires.12

24Le propre des actions humaines est bien d’insérer dans les milieux un pavage organisé à partir de lieux centraux, pavage des territoires nationaux, pavage des divisions administratives, pavage des zones d’influence urbaine, pavage des aires de marché ; l’effet essentiel de l’humanisation de la surface terrestre est bien sa division, sa division multiple, sa division multiséculaire dont les limites, incrustées dans le sol durent au-delà de leurs nécessités fonctionnelles, créant des pavages fossiles, archaïques, des communes aux Etats.

25Mais il est difficile d’imaginer une organisation humaine de l’espace terrestre sans centralité, sans aires dépendant des centres, sans hiérarchie de ces centres et de ces aires ; ce ne sont pas les marchés, les Etats, les séparations qui sont mauvais, néfastes, ce sont les perversions engendrées par leurs démesures, leurs surdimensionnements, leurs asymétries.

26En voulant placer la justice sociale sur le plan de la justice spatiale, il faut éviter de tomber dans les pièges d’un égalitarisme géographique naïf, refusant les différences géo-écologiques (la plaine et la montagne ; la côte et l’intérieur ; le désert et la forêt), aussi bien que les différences dues aux processus de polarisation et de pavages.

27Aucun phénomène géographique ne relève d’une causalité élémentaire, simple ; ainsi le réseau urbain ne saurait être expliqué comme « chargé d’organiser la circulation et l’exploitation de la plus-value produite dans les périphéries ».

La géographie sans les géographes ?

28La géographie est redécouverte comme un des savoirs les plus essentiels de l’humanité ; par rapport à cette fonction l’histoire de son développement institutionnel, académique, pèse d’un faible poids.

29Je dirais volontiers que la géographie ne se porte bien précisément que lorsqu’elle est d’abord pratique et pratiquée, c’est-à-dire lorsqu’elle est faite, réalisée, mise en œuvre par des non-géographes, lorsqu’elle est finalité spécifique, attitude, comportement pénétrés d’esprit géographique. Les hommes qui font de la géographie, sont d’abord ceux qui défrichent, bâtissent, exploitent, tracent des routes, des plans de villes. Faire de la géographie, c’est agir sur la surface terrestre et non pas en disserter.

30Les Sociétés de Géographie n’ont pas été des réunions de géographes universitaires ; elles n’ont pas été fondées par des géographes ; de même, les Congrès de Géographie, nationaux puis internationaux (à partir de 1871 à Anvers) ne rassemblaient pas, comme c’est le cas de nos jours, 98°/o de géographes universitaires et d’organismes de recherches officiels ou para-universitaires. Sociétés et Congrès attiraient diplomates, militaires, explorateurs, cartographes, hommes d’affaires. Bien sûr, les ambitions étaient mêlées, désintéressées par l’annexion politique, la colonisation (qui ne s’identifie pas au colonialisme), la mise en valeur, l’exploitation, mais aussi, pour les idéalistes de ce siècle, l’apport civilisateur.

31Quels que soient les motifs, la curiosité géographique, la demande de savoir géographique, étaient considérables. Dans le même temps, des gens qui ne se considéraient pas comme géographes et que personne ne considérait comme tels, faisaient preuve d’un étonnant esprit géographique.

  • 13 Ibid., p. 51.
  • 14 Ibid., p. 51.

32Nous ne partageons pas le point de vue des auteurs quant à leur chronologie. Leur raisonnement participe d’une attitude qui oppose l’horrible responsabilité contemporaine des sociétés humaines dans l’altération toute récente de la surface de la terre13. Jusqu’à la révolution industrielle et encore plus jusqu’à l’explosion démographique et urbaine des trente dernières années, l’homme n’aurait été qu’« un maillon de la chaîne, un moment du cycle écologique »14. Comptent-ils pour nulles la disparition des forêts et des sols méditerranéens et dans le nouveau monde la disparition de la couverture forestière des plaines à l’Est du Mississippi, prenant le relais du défrichement de l’Europe médiévale. Dès que l’homme intervient, il ne s’insère pas dans un écosystème, il le perturbe, il le soumet, il en prend le contrôle avec tous les risques que cette action implique.

33Dans les années 1950, les géographes se sont « emballés » pour la géographie appliquée, s’interrogeant anxieusement sur sa nature, ses objectifs, alors que toute géographie authentique est d’abord opérationnelle ; on pourrait évoquer l’aménagement du territoire, l’urbanisme, mais un des plus grands moments de géographie appliquée n’a-t-il pas été celui où Eugène Romer, Jovan Cvijic, Emmanuel de Martonne et Isaiah Bowman ont, comme experts à la Conférence de Versailles, véritablement dessiné les frontières de l’Europe Centrale, proposant une nouvelle division politique à partir des décombres de l’empire austro-hongrois et du IIe Reich (et certains géographes écrivent que la région n’est que rêve subjectif de géographe !)

34L’histoire la plus récente de la géographie — et le texte en témoigne bien — est celle d’emballements, d’enthousiasmes successifs, de changements rapides de « paradigmes » et d’environnements idéologiques ; en une quinzaine d’années les mêmes géographes ont brûlé ce qu’ils avaient adoré, ont piétiné ce qu’ils avaient construit, faisant table rase pour accueillir des modes, des idéologies, des « révolutions » paradigmatiques ; n’ont-ils pas cessé de contribuer au progrès de la géographie, à son développement, à son ajustement au monde contemporain, parce que prioritairement ils ont plaqué sur le savoir géographique tel qu’il était alors constitué les schémas explicatifs, les environnements idéologiques ; on a relu la géographie à travers Marx, Popper, Kuhn, Piaget, Lefebvre..., mais sans s’astreindre à l’ascèse de la définition de la géographie.

  • 15 Ibid., p. 17.

35Le résultat en est doublement négatif ; c’est d’abord une géographie insaisissable dont l’image est impossible à fixer à la mesure de la vacuité du concept d’espace ; c’est ensuite l’abandon des terrains de chasse habituels de la géographie aux chasseurs d’autres disciplines. Les auteurs le reconnaissent en parlant de l’impressionnant retour de l’analyse écologique15 ; mais où étaient les géographes ?

Anmerkungen

1 Cunha, A. ; Greer-Wootten, B. ; Racine, J.-B., p. 23.

2 Ibid., p. 17.

3 Ibid., p. 18.

4 Ibid., p. 18.

5 Ibid., p. 66.

6 Titre d’un remarquable petit livre de Georges Perec, paru en 1974 aux éditions Galilée (et collection Médiations chez Denoël-Gonthier).

7 Ibid., p. 28.

8 Ibid., p. 70.

9 Ibid., p. 103.

10 Ibid., p. 104.

11 Ibid., p. 87.

12 Ibid., p. 77.

13 Ibid., p. 51.

14 Ibid., p. 51.

15 Ibid., p. 17.

Autor

Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.

Kaufen

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search