Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Théorie | Le concept d'écodéveloppement et la pratique des géographes

Chapitre III. Conclusions et perspectives

Antonio Cunha, Bryn Greer-Wootten et Jean Bernard Racine

Texte intégral

1Pour D. Mercure (1974) la crise actuelle appelle « une transformation radicale des valeurs, condition sine qua non de la réussite de la lutte écologique et la naissance de nouvelles structures. C’est dans ce nouveau contexte que la planification devra se soumettre à la décentralisation, la rationalité des moyens à celle des fins, et le niveau de vie à la qualité de la vie ».

2Dans cette perspective, les géographes ont-ils une contribution spécifique à apporter ? Nous avons évoqué bon nombre de leurs travaux. En dépit de leur richesse documentaire et conceptuelle d’une part, de leur complexité méthodologique d’autre part, ces derniers restent trop souvent marqués par un empirisme spatial fort naïf et apparaissent aujourd’hui comme éminemment descriptifs, sans véritable portée explicative, critique ou même normative. Pour aller plus loin, les géographes ont besoin non seulement de méthodes ou de théories statistiques ou même « géographiques », mais d’une théorie véritable du fonctionnement du tout socio-spatial, qui en finisse en particulier avec le fétichisme de l’espace, trop longtemps de tradition dans la discipline.

3Mais ce n’est pas tout. La théorie devrait refuser de légitimer implicitement certains objectifs de développement, liés à une formulation non critique de postulats simplificateurs issus de la théorie économique dominante et à l’utilisation de ces postulats dans l’élaboration d’une problématique de recherche purement empirique. Trop souvent les études géographiques baignent dans l’implicite et les jugements de valeur (liés à l’ethnocentrisme par exemple), que l’on cherche à éliminer d’une discipline qui a enfin découvert les mérites de l’explication (Isnard, Racine et Reymond, 1981).

4On relèvera en particulier l’ambiguïté des modèles dérivés de la tradition « spatiale » de la géographie, et qui se traduisent par l’élaboration de « surfaces » de développement, réduisant le développement à un ensemble de tendances modernisatrices. En effet, l’analyse spatiale fait abstraction des rapports sociaux réels, en même temps que des mécanismes de pouvoir et de reproduction sociale. C’est ainsi qu’une « surface de modernisation » comme celles qu’aiment à découvrir aujourd’hui les géographes au terme de leurs analyses multivariées, va être regardée comme relativement homogène pour les fins de la modélisation. Mais cette nécessaire simplification néglige l’importance des différences culturelles et ethniques entre les groupes au sein de nombreux pays en développement. La distribution du pouvoir politique, généralement dépendante de l’affiliation des groupes, peut ainsi sérieusement invalider un modèle fondé sur la recherche de ces surfaces, dans la mesure où les élites contrôlent plus ou moins à leur guise les effets spatiaux potentiels de l’innovation.

  • 19 Concept développé par les géographes pour décrire une concentration inhabituellement importante (en (...)

5Cette fonction de « gardien du temple » que jouent les élites au pouvoir prend une importance considérable dans les études sur la diffusion de l’innovation. Typiquement dérivée de l’expérience occidentale, la diffusion repose sur une courbe d’adoption logistique, alors que, dans bien des pays en développement, les premières adoptions, souvent les plus efficaces, peuvent facilement prévenir l’innovation, empêchant toute diffusion. De la même manière, la plupart des mécanismes de diffusion qui se manifestent à travers la hiérarchie des lieux centraux sont inévitablement bloqués dans un système urbain caractérisé par une distribution dominée par une ville primatiale19. Même les mécanismes généralement associés à des pôles de croissance s’approprient ou utilisent les ressources des pôles désignés... au détriment ultime des populations rurales dominées.

6Comment oublier par ailleurs que l’espace des pays sous-développés se caractérise d’abord par le fait qu’il s’organise et se réorganise en fonction d’intérêts lointains et le plus souvent à l’échelle mondiale ? Il en résulte une grande instabilité de l’organisation spatiale. C’est un espace dominé, « partagé », tiraillé entre une multitude d’influences issues de centres de décision différents. La géographie du développement économique, par ses choix d’échelle comme par ses choix de données, l’oublie trop souvent dans sa pratique. L’utilisation des techniques multivariées de B. Berry permettrait de dégager inductivement une typologie du développement à partir d’une pluralité de critères. Cependant son analyse était biaisée par le fait que le matériel statistique dont il disposait ainsi que la théorie à laquelle il faisait implicitement recours étaient inspirées des réalités occidentales. L’utilisation des modèles quantitatifs, sans appui dans les réalités locales, n’a pas contribué à faire déboucher la recherche sur des propositions « alternatives ». Encore prisonnières du paradigme évolutionniste de l’époque, les deux variantes évoquées (Berry, Hagerstrand) ont ceci de commun qu’elles postulent que le sous-développement constitue un état originel caractérisé par des « indices de traditionalisme », et que, par conséquent, le développement consiste à abandonner ces caractéristiques et à adopter celles des pays industrialisés, sans se poser de question au sujet de la nature et des causes du sous-développement.

7La diffusion passée et présente des valeurs et des institutions des pays occidentaux vers les zones sous-développées est un fait indéniable et évident. Une théorie et une politique de développement qui tiendraient compte de ce fait essentiel conduiraient à envisager une problématique toute différente (Frank, 1970). Force est de le constater, en tant que politique de développement, l’approche diffusionniste s’est révélée largement inefficace. Loin d’amorcer le développement, la diffusion qui accompagne la structuration des réseaux spatiaux a donné naissance au sous-développement, à la désarticulation économique et culturelle des sociétés autochtones. Le diffusionnisme revient ainsi à nier que la structure du système global détermine les rapports entre les parties ; or, il apparaît de plus en plus clairement que la « dualité » de l’espace, à quelque échelle qu’on se place, est toujours fonction d’une matrice de relations de dépendance (Cardoso et Faletto, 1969). Si une politique de développement a réellement pour objet d’éliminer l’inégalité socio-spatiale, elle doit alors viser à transformer les rapports de pouvoir et les institutions qui l’engendrent dans la perspective d’un changement socialement guidé, projet que la diffusion ne peut, en elle-même, accomplir.

8Tout le problème en effet consiste à savoir si seule l’innovation diffuse du centre à la périphérie, de la grande aux petites villes, ou si, au contraire, la création d’un réseau urbain d’interdépendance dissymétrique n’aboutit pas à accentuer les différences et la marginalité d’une périphérie dont les forces vives sont de mieux en mieux et de plus en plus rapidement captées par les centres dominants. Ceux-ci n’ont-ils pas été créés pour mieux permettre l’exploitation du plus grand nombre par un petit nombre (Harvey, 1973) ? La concentration « maximalisante » des échanges sociaux au sein des villes risque d’accentuer les différences entre centres et périphéries à travers l’orientation des flux, les structures les plus fortes dominant les structures les plus faibles, car le réseau urbain est d’abord un réseau chargé d’organiser la circulation et l’exploitation de la plus-value produite dans les périphéries. L’économie du centre va croître, certes — et c’est la condition de sa survie — en s’appropriant la plus-value régionale, et ce à un taux et à un rythme toujours plus forts, sur une échelle toujours plus grande. A cet égard, les problèmes des pays sous-développés sont d’autant plus graves que leur réseau de villes n’est pas réellement fonctionnellement intégré à l’intérieur d’un réseau hiérarchisé de complémentarité, mais en fait greffé sur un réseau externe de complémentarité. Au lieu de se structurer, les périphéries se déstructurent au fur et à mesure des effets de « remous » qui les atteignent, en même temps qu’elles entrent en contact avec une innovation finalement toute factice. C’est tout le problème que posent les discussions actuelles sur les modèles de développement de type « centre-périphérie ».

9A l’évidence, le paradigme dit de la « modernisation » ne peut manquer d’échouer de façon spectaculaire, puisque aussi bien, fondé à l’origine sur la prise en compte des processus mis en évidence dans l’Occident industrialisé, il est appliqué sans nuance à un monde encore largement rural. Le modèle étant inadéquat, les solutions qui en dérivent sont d’avance condamnées à l’échec. Elles réclament en effet une commercialisation relativement rapide de l’agriculture et conduisent inévitablement à l’émigration des populations rurales vers la métropole. On connaît la dégradation rapide de la qualité de la vie qui en résulte pour les zones urbaines. Très vite, c’est tout le système d’occupation du territoire qui se dégrade. Les « effets de remous » contrebalancent les effets d’entraînement et accentuent l’inégalité spatiale. Comme pour la plupart des pays sous-développés, le problème de base est autant démographique que socio-économique et de tels mécanismes de planification ne peuvent qu’exacerber la pression de la population sur les sols, sur l’eau, sur les ressources en général.

10C’est dire que l’urbanisation et les mécanismes de diffusion sont souvent des processus contre-productifs en termes de développement global, contrairement aux buts explicites des efforts de modernisation. Quand les mêmes processus de causalité circulaire et cumulative sont projetés à des échelles différentes, on constate des effets identiques sur la production, le maintien et l’encouragement à l’inégalité spatiale. Les contrastes existent au sein même du noyau urbain, entre le noyau métropolitain et la périphérie rurale, entre les pays du Tiers Monde et l’Ouest industrialisé. Au sein de chacun des pays, les effets spatiaux se font généralement au détriment des zones rurales plutôt que des autres zones, alors que des effets sectoriels commencent à émerger avec la manifestation du secteur informel. Pour mieux utiliser nos efforts de modélisation et les inscrire dans des options politiques, il semble qu’il faudrait renverser la problématique : problèmes ruraux, plutôt qu’urbains, planification du secteur informel plutôt que du secteur formel.

11Plus que jamais l’accès plus équitable des paysans à la terre et aux facteurs de production en général s’impose comme une nécessité vitale pour des millions d’êtres humains. Plus que jamais il faut réorienter les politiques de développement agricole à la lumière des choix « négatifs » : les semences miracles, les engrais et les pesticides, les cultures intensives, la mécanisation et toutes les réussites de l’agro-industrie ne peuvent que « moderniser la faim » si l’on ne dispose pas en toute liberté de la terre, de l’eau, des instruments agricoles, de la possibilité d’entreposer, de vendre et de consommer les produits que l’on crée (Collins, Lappé, 1977).

12Les incidences écologiques et sociales véritables de la technologie de la Révolution verte et des prétendues « réformes agraires » sont maintenant connues après l’euphorie des premiers bilans. La production de la nourriture, on l’a souvent oublié, est autant un fait social qu’une activité économique. Plus personne ne peut aujourd’hui se prévaloir en bonne conscience de la « neutralité » des techniques qui ne font qu’amplifier les écarts existants entre les types de rapports au sol (R. Fabre, 1978). Selon les options technologiques associées à telle ou telle forme de redistribution des terres, celle-ci peut effectivement accroître la capacité des paysans sans terre à la maîtrise du sol, mais, inversement, elle peut aussi favoriser le groupe de ceux que l’on peut appeler les paysans nantis. L’équilibre des rapports fonciers, le dosage de l’innovation technologique et du savoir-faire local, l’utilisation prioritaire des ressources indigènes sont autant de conditions nécessaires à la poursuite d’une stratégie de développement endogène axée sur la satisfaction des besoins fondamentaux.

13Sur un plan plus général, une stratégie basée sur le développement rural n’enlève rien à l’importance d’une politique complémentaire d’industrialisation. Pendant longtemps on a pensé qu’une industrialisation rapide axée sur quelques secteurs de pointe, associée à la fois à une infrastructure urbaine héritée de la colonisation et au recours aux capitaux et technologies étrangers était la clef pour extirper les racines de la pauvreté (Hirschmann, 1958). On se rend compte aujourd’hui à quel point le processus de croissance déséquilibrée a provoqué, surtout dans les pays sous-développés, une redistribution brutale de la population accompagnée de coûts sociaux élevés aussi bien en ville qu’à la campagne. L’exemple de la Chine est ici riche d’enseignements. Relocalisation des activités économiques pour réduire les méfaits de la concentration, décentralisation des services vers le milieu rural, suppression massive d’emplois bureaucratiques, développement de « cordons agricoles » tout autour de la ville pour la « ruraliser », encouragement au renversement des flux migratoires, restructuration du réseau urbain par le renforcement du rôle des petites villes, sont autant de mesures allant dans le sens d’une réduction souhaitée assez unanimement du clivage ville-campagne (Cazès et Domingo, 1975). On se rend bien compte aujourd’hui que les transformations des conditions de vie dans le monde rural aussi bien qu’en ville ne peuvent être considérées séparément. Au contraire, elles sont les deux aspects complémentaires d’un même processus de développement global (Mabogunge, 1980).

14Quelle que soit la dimension des problèmes, le souci de la maîtrise sociale des processus d’urbanisation-ruralisation doit demeurer constant. Si l’on reconnaît maintenant et assez généralement la nécessité de la planification dans le secteur « formel » de l’économie, on n’a pas encore consacré l’attention qu’elle mérite à tous ces réseaux très simples et très diversifiés d’activités marginales qui font partie de la vie quotidienne de la ville.

15Le « dualisme » secteur formel/secteur informel est une nouvelle manière d’appréhender la diversité des structures des économies sous-développées. Le géographe Milton Santos en a fait un excellent usage dans son ouvrage sur L’Espace partagé (1975) en parlant de « circuit inférieur » par opposition au « circuit supérieur » de l’économie urbaine des pays sous-développés. Il existe en effet, nous dit Philippe Hugon, à côté du secteur capitaliste (salariat, taux de profit positif, argent fonctionnant comme capital) et l’espace non marchand (absence de circulation monétaire, production de simples valeurs d’usage, autosubsistance), un ensemble d’activités que l’on peut, du point de vue, non des valeurs d’usage fournies, mais des formes d’organisation de la production, des statuts socio-professionnels ou de la division du travail, regrouper dans un secteur dit « informel » et « non structuré ». Ce secteur est alors défini comme un secteur regroupant « des activités à petite échelle, où le salariat est très limité, où le capital avancé est faible, mais où, néanmoins, il y a circulation monétaire, vente de biens et services onéreux » (Hugon, 1980).

16Par ses caractéristiques, cette myriade de petites activités — qui ne peuvent être appréhendées par les catégories traditionnelles de la pensée économique — pourrait jouer un rôle important dans la planification d’un mouvement de désurbanisation et de réaffectation spatiale de forces productives conçues à l’échelle de l’homme-habitant. Dans un modèle davantage auto-centré, freiner la paupérisation de la paysannerie (par la transformation du régime foncier et par l’utilisation de technologies appropriées) permettrait de limiter l’exode rural et d’introduire une demande exerçant des effets d’entraînement sur les secteurs non agricoles. De la même manière, stimuler le secteur informel permettrait à la fois d’accroître l’offre et de créer des revenus aux effets multiplicateurs d’emplois, au bénéfice de travailleurs de niveau scolaire limité mais utilisant un savoir-faire local. Il ne s’agit là que d’un exemple, rapidement évoqué, mais qui nous paraît être significatif de ce que peut être une politique de développement alternatif, axée sur la valorisation des ressources locales, naturelles et humaines.

17Or, dans les économies sous-développées, le secteur formel, c’est-à-dire pour l’essentiel, les unités économiques capitalistes, ne sont pas le fruit d’un développement autonome. Imposées de l’extérieur, elles rencontrent généralement la résistance des cultures locales. A un espace centré sur la communauté villageoise, basé sur des solidarités culturelles et où les impératifs économiques ne jouent souvent qu’un rôle secondaire, s’est substitué à partir de la pénétration coloniale, un espace morcelé, désintégré, qui oppose des relations de domination soumettant les communautés locales au pouvoir colonial, aux « complicités » socio-culturelles établies au sein de la société indigène, brisant ainsi les circuits économiques et les équilibres culturels traditionnels (Freyssinet, 1966). Greffée sur la logique communautaire, la logique du marché déstructure l’organisation socio-spatiale des pays sous-développés, ne faisant qu’alimenter et renforcer les inégalités initiales. Nous sommes en présence d’un espace où la différenciation est figée par l’antagonisme entre les deux logiques et par l’existence de boucles de causalité cumulative (production pour l’exportation, consommation « pour » l’ostentation, etc.) hautement coûteuses en termes humains, sociaux et écologiques.

18Ainsi le processus de mal-développement en cours peut être décrit comme un processus de « croissance par l’inégalité » qui se révèle à trois niveaux (ou « dimensions ») interdépendants (cf. figure n° 5) : au niveau social par l’existence de fortes inégalités et de coûts élevés, au niveau de l’individu par tout ce qui manifeste et produit l’inégalité devant la mort et devant la vie, au niveau spatial par les inégalités des virtualités naturelles et sociales et les coûts de l’environnement. Ces trois types d’inégalités se recoupent et se renforcent mutuellement. L’explication de l’inégalité spatiale suppose évidemment que l’on replace le phénomène dans le contexte général du fonctionnement de l’économie de marché et des rapports de pouvoir entre groupes sociaux qui se nouent à l’intérieur de chaque échelle d’analyse et qui déterminent les choix technologiques (cf. centre de la figure n° 5). En tant que consommateur, l’homme se voit offrir des biens et services dans les limites de sa solvabilité — le marché exclut de la consommation tous ceux qui n’ont pas de pouvoir d’achat (Perroux, 1969). Ce fait implique que les aspirations et les besoins de l’homme, aussi nombreux soient-ils, restent insatisfaits si les individus ne disposent pas du revenu qui leur permet d’accéder au marché. Ainsi pour les centaines de millions d’hommes qui dans les pays du Tiers Monde se trouvent dans un état de sous-alimentation chronique, les coûts fondamentaux du « statut humain de la vie » sont loin d’être couverts.

19Le problème est cependant plus général. Les nécessités de la reproduction élargie du capital dans le cadre institutionnel de l’économie de marché font que ce ne sont pas les coûts et bénéfices totaux qui sont minimisés/maximisés par les agents économiques, mais les coûts et les bénéfices privés (W. Kapp, 1950). C’est tout le problème de la privatisation des bénéfices et de la socialisation des coûts. On comprend dès lors que l’affectation des ressources à des fins productives s’opérant sur la base de la rationalité marchande et des besoins de la reproduction du capital ne peut conduire à une situation sociale jugée acceptable à partir d’une échelle des valeurs qui donne la priorité à la satisfaction des besoins fondamentaux.

20Si l’on revient maintenant à la dimension spatiale, on constate que l’« homme-habitant » subit les inconvénients environnementaux du seul fait de sa présence, et cela en commun avec ses co-habitants. Si le marché est la voie par laquelle les biens vont jusqu’à celui qui seul possède le pouvoir d’achat, l’espace et le « lieu » sont les voies par lesquelles les coûts sociaux résultant de la dégradation de l’environnement se font sentir à l’habitant. B. Commoner (1972) a bien montré que les choix technologiques sont faits exclusivement en fonction des taux de profit escomptés. Mais l’on ne peut parler de dégradation de l’habitat de l’homme (qualité de l’espace) sans dire que l’évolution technique qui en est l’origine est aussi le résultat de la recherche de la dominance des individus, des groupes sociaux, des multinationales, des nations entre elles et des blocs de nations. L’institution du marché — aussi bien que celle de la planification bureaucratique — ne font qu’autoriser la gratification des plus agressifs, sans aucun avantage pour l’espèce (Laborit, 1974).

21Dans ce sens, la différenciation spatiale et la localisation des coûts sociaux dans certains espaces plutôt que dans d’autres matérialisent le projet social de ceux qui ont le pouvoir et l’argent. Tout « système territorial » apparaît donc bien comme la rencontre des éléments de l’espace et des « systèmes de visée et d’action économique, politique, sociaux, culturels ». Chacune des « images territoriales » que produit le géographe relève forcément — et révèle si possible — d’une manière ou d’une autre — des rapports de production et par conséquent des relations de pouvoir qui en forment la structure profonde (Raffestin, 1980). Il est donc bien évident que, même si l’on peut prétendre que la spécificité de la démarche géographique consiste à décrypter dans l’espace les traces de chaque formation sociale aux différentes échelles d’analyse, si possible en explicitant sa matrice de valeurs et son appareil conceptuel spécifique, les structures de l’espace ne peuvent se saisir sans référence à l’ensemble des relations de société, à l’encadrement institutionnel dans lequel les groupes sociaux se partagent, s’approprient, aliènent, utilisent, gèrent et vivent leur espace.

LA CRISE DU DÉVELOPPEMENT : LA CROISSANCE PAR L’INÉGALITÉ
A.C.

LA CRISE DU DÉVELOPPEMENT : LA CROISSANCE PAR L’INÉGALITÉA.C.

INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS. : G.CLIVAZ
FIG.
5

22En matière de développement, le point de départ légitimant une réflexion géographique est toujours le même : c’est le fait bien établi, sinon bien expliqué, que le développement économique, quelle que soit l’échelle à laquelle on le considère, n’est pas distribué de façon uniforme à la surface de la terre. En matière de développement, l’axiome de départ des géographes est donc que pauvreté et richesse ont un contenu spatial et que l’une et l’autre sont spatialement concentrées. C’est pourquoi l’étude du développement a forcément une traduction géographique. Ils ont bien vu cependant, du moins depuis les coups de boutoir de la géographie radicale, que l’espace sous-développé est plus qu’un simple regroupement où coïncident dans une même surface un grand nombre de pauvres. Les disparités qui opposent les nations et les régions sont d’ordre structurel, et découlent de la « combinaison » d’un grand nombre de facteurs naturels et de variables socio-culturelles qui se traduisent par des formes d’occupation et de mise en valeur de l’espace spécifiques, et dont l’évolution ne peut s’expliquer sans que l’on fasse recours aux processus d’interaction et de domination existant entre différentes unités spatiales et, plus adéquatement, entre différentes formations économiques et sociales.

Vers une problématique géographique de l’écodéveloppement

23Il semble bien que l’on puisse — que l’on doive sans doute — envisager en dernière analyse le développement comme un processus déterminé par l’interaction complexe entre une structure culturelle (institutionnelle et « comportementale » avec son niveau technologique mesuré par le savoir-faire à la fois disponible et utilisé) et une structure physique (l’environnement avec ses ressources de base). On retiendra par ailleurs que la perception de la nature du processus du développement a changé au cours des dernières décennies et plus particulièrement depuis les manifestations de « la crise ». L’intérêt croissant que l’on témoigne aujourd’hui pour le problème de l’iniquité, pour les coûts de la croissance, pour une gestion prudente de de l’environnement naturel, permet de conclure qu’il y avait quelque chose de fondamentalement erroné dans le modèle de développement traditionnellement admis.

24On a vu par ailleurs, ne serait-ce qu’implicitement, que le processus de développement comportait une dimension spatiale évidente, l’articulation des objectifs sociaux et écologiques étant médiatisée par l’organisation de l’espace. Dans la mesure où 80 % de la population du Tiers Monde tire l’essentiel de la subsistance de la terre, son rapport à celle-ci à travers le système d’utilisation et d’appropriation du sol est évidemment déterminant dans toute formulation d’objectifs sociaux. Or, comme tout processus social, la réorganisation spatiale implique un nouveau système d’allocation des ressources qui, à son tour, est en rapport avec les notions d’équité et d’efficacité. On pourrait multiplier les exemples de ce type d’interactions qui témoignent toutes du fait que certains types d’organisation de l’espace sont plus favorables que d’autres à la réalisation de certains objectifs économiques et sociaux (Mabogunge, 1980). Il faudrait également souligner ici l’importance du facteur temps, lequel intervient d’abord comme une contrainte puisque l’efficacité dans la poursuite des buts choisis peut être mesurée selon Akin Mabogunge par le nombre d’événements « produits » dans une unité de temps. Il n’échappera à personne qu’une stratégie temporelle est nécessaire en matière de développement, non seulement pour déterminer l’ordre séquentiel suivant lequel les ressources disponibles seront utilisées (choix des priorités) mais aussi l’ensemble des actions synchrones nécessaires à la poursuite du choix d’objectifs. Certains changements structuraux, par l’intensité des relations d’interdépendance qu’ils impliquent, demandent une plus forte synchronisation que d’autres. Si bien que le processus de transformation spatiale et l’ensemble du processus de changement social dépendent en fait de la connaissance que l’on aura du type de stratégie temporelle qu’il faudra choisir pour un ensemble déterminé d’actions réalisées dans l’espace. La réorganisation volontaire de l’espace (nombre, taille, disposition des villes, bourgs et villages, réseaux de circulation et de distribution, structure de l’utilisation et de l’appropriation du sol, etc.) est certes l’une des manières de concevoir le développement puisque les formes spatiales traduisent physiquement les structures des relations sociales dont elles sont en fait la projection au sol. La mise en évidence du besoin de nouvelles structures sociales comme condition du développement va donc de pair avec la mise en évidence du besoin de nouvelles structures spatiales, dans les zones urbaines comme dans les zones rurales, et sans aucun doute du besoin de nouvelles relations spatiales entre villes et campagnes, entre villes et villes. Ces structures spatiales ne peuvent être conçues et mobilisées qu’en termes dynamiques. Les comportements humains et les attitudes face aux changements désirés seront donc également tributaires de l’inévitable dimension temporelle de la réorganisation spatiale. Et réciproquement. C’est là un premier résultat de notre réflexion et une première dimension à saisir pour l’élaboration d’une problématique géographique de l’écodéveloppement. Mais il en est d’autres.

25Au cœur de la recherche de nouvelles stratégies de développement resurgit en effet le concept de « style de vie », concept marquant la nécessaire relation symbolique entre buts environnementaux et socio-politiques. Considéré comme outil d’analyse, le concept de « style de vie » conduit tout naturellement à l’étude des institutions, des comportements des acteurs sociaux et des systèmes de valeurs de la société. L’intérêt de ce concept est qu’il se présente comme un concept intégrateur, plaçant directement l’interaction dynamique « homme-société-nature » au centre des préoccupations de la recherche en vue d’avenirs de substitution. Or comment ne pas constater, si l’on est géographe, la parenté de ce concept apparemment nouveau avec la notion bien traditionnelle de « genre de vie », sur laquelle s’est si longtemps appuyée la géographie humaine ? (cf. Derruau, 1969).

26A l’origine, et particulièrement dans l’œuvre de Ratzel, la notion de genre de vie a été centrée sur les milieux naturels. Avec Vidal de la Blache cependant, cette notion devait partiellement s’affranchir de l’hypothèque du déterminisme environnementaliste. Elle devait exprimer plutôt le résultat d’une combinaison entre le milieu et un certain complexe de pratiques et de techniques, prenant ainsi une dimension nouvelle. Défini comme un complexe organisé de pratiques collectives et de techniques de production consolidées par la tradition et adaptées à un milieu géographique, le « genre de vie » apparut bien évidemment comme la notion essentielle d’une discipline se donnant comme objet d’étude les interactions existant entre les hommes et les données naturelles.

27Appliquée à l’origine au seul niveau de l’analyse locale des groupes humains vivant en autosuffisance, cette notion devait tomber en désuétude. Il est impossible cependant à un géographe lisant la littérature consacrée à l’écodéveloppement de ne pas se demander si, en modifiant légèrement sa définition traditionnelle, la notion ne pourrait pas devenir la notion centrale d’une problématique géographique de l’écodéveloppement. Pour Vidal de la Blache, le genre de vie se définissait comme un ensemble d’habitudes par lesquelles le groupe qui les pratique assure son existence. Le géographe s’attachait alors à repérer, dans chaque groupe humain, l’ensemble d’éléments caractéristiques du genre de vie, et d’abord les outils (moyens de production) et les procédés de mise en valeur des ressources (savoir-faire, technologie) mais aussi les éléments sociaux (organisation sociale) créant une communauté de travail. Le groupe assurait le fonctionnement du genre de vie par des institutions et des croyances permettant le maintien d’un équilibre entre les ressources d’une part, leur exploitation d’autre part, en évitant les déprédations pouvant ruiner la capacité productive (Derruau, 1969). La notion de genre de vie se présentait donc très explicitement comme un ensemble de techniques, de comportements et d’institutions associées à l’exploitation des ressources locales par une population, dans un espace donné. Certains éléments caractéristiques du genre de vie étaient, selon Vidal de la Blache, des éléments créateurs (choix de plantes de culture, mise au point de nouveaux instruments, etc.) ; d’autres étaient passés à l’état d’habitudes et sont généralement des éléments retardateurs, témoignant de l’empreinte de genres de vie passés, enracinés dans les comportements (éléments de limitation) et dans les institutions (éléments fixateurs), tels par exemple la forme de l’habitat, le type de propriété, certains tabous et interdits, etc. On notait déjà que les éléments créateurs se propageaient soit par imposition violente, soit par imitation pacifique. C’est dire assez la richesse de la notion qui permet de rendre compte de manière globalement cohérente des caractères d’un groupe humain vivant dans un environnement donné. Pourquoi ne pas en faire usage dans la recherche d’un « autre » développement ? Il suffirait de la définir comme une structure globale exprimant un double système de relations, hommes-hommes/hommes-milieu, médiatisé par une combinaison de techniques et axée sur un ensemble de valorisations et d’objectifs sociaux alternatifs. La figure n° 6 essaie de schématiser ce point de vue qui donne une forme nouvelle à une notion ancestrale qu’il vaut la peine de redécouvrir.

DE LA REDECOUVERTE DE LA NOTION DE GENRE DE VIE A LA TRANSITION EPISTEMOLOGIQUE VERS UN AUTRE DEVELOPPEMENT
A.C.

DE LA REDECOUVERTE DE LA NOTION DE GENRE DE VIE A LA TRANSITION EPISTEMOLOGIQUE VERS UN AUTRE DEVELOPPEMENTA.C.

INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS G. CLIVAZ
FIG. 6

28Il va sans dire que le passage des valeurs aux objectifs repose sur un processus décisionnel complexe impliquant un jeu de relations entre les acteurs sociaux qui peut être successivement ou simultanément décrit comme un jeu de complémentarité ou de conflits. Malheureusement, cette proposition facile cache mal le fait que les processus par lesquels les objectifs sont établis par un système social sont encore mal compris. Tout passe sans doute — au moins — par la capacité différentielle des sociétés humaines à identifier leurs problèmes et à découvrir les solutions les plus adaptées. Pour réaliser les objectifs explicites du système intentionnel constitué par une stratégie de développement, il semble indispensable — nous l’avons déjà souligné — de sensibiliser chacun aux interactions entre processus naturels et processus sociaux. Et d’instaurer des structures de participation indispensables à l’identification et à la promotion des ressources potentielles et des besoins concrets.

29Refusant la fétichisation de l’espace, nous avons essayé de montrer comment les processus spatiaux étaient affectés par l’interaction dynamique entre les processus culturels et les processus physiques. L’espace apparaît ainsi comme un produit social résultant à la fois de la logique institutionnalisée de l’économie de marché et des systèmes de visée des groupes dominants. Dans la perspective de l’écodéveloppement, la gestion de l’espace ne peut plus obéir à ces seules logiques complémentaires. Il importe en effet de substituer à une gestion étroitement productiviste de l’espace une gestion pluridimensionnelle qui n’oublierait ni les impératifs de la reproduction du milieu naturel ni ceux de la reproduction sociale et de la reproduction de la ressource humaine.

  • 20 Comme l’ont montré Mercedes Bresso et Claude Raffestin dans leur article intitulé : « L’économie de (...)

30Il est certain qu’une hiérarchie de choix s’impose quant à l’utilisation de l’espace et des ressources. Elle implique forcément des négociations, des arbitrages et des conflits sociaux. Elle implique que soit explicitement posé le sens donné à la pratique démocratique. Evoquer les mécanismes de la reproduction sociale conduit évidemment à évoquer aussi la finalité de la société. Si celle-ci est « productiviste », on sait que sa stratégie est commandée par des principes qui sont à la base des codes sociaux (Bresso et Raffestin, 1979). C’est ainsi qu’à petite échelle, la maximalisation de l’organisé selon une finalité productiviste implique peut-être la croissance mais ne tient pas compte de la notion de territoire qui, elle, se définit à grande échelle. C’est le privilège donné au grand principe de la hiérarchie, de la dissymétrie, à la supériorité, à l’inégalité, à la valeur d’échange, à la temporalité, au coût économique, à la concentration. Un canton, une province, une région ne sont qu’une seule région, celle de la ville primatiale. Tout ce qui est bon pour cette dernière est bon pour « sa » région. Egalité, symétrie, valeur d’usage, spatialité, coût social et dispersion sont éliminés car ils ne permettent pas la réalisation de la finalité productiviste. Ces concepts illustrent bien au contraire20une finalité existentielle où le vécu l’emporterait sur l’organisé, la symétrie sur la dissymétrie, la régulation sur la production, la grande échelle sur la petite échelle, l’économie devenant un moyen plutôt qu’une fin. Un espace que l’on organise en valorisant la concentration plutôt que la décentralisation régionalisante, ou, en situation intermédiaire, la décentralisation concentrée sélective s’appuyant sur les points forts d’un réseau, n’est évidemment pas interprétable sans référence à ces choix d’échelle qui sont autant de choix politiques s’appuyant sur des valeurs sociales (Racine, Raffestin, Ruffy, 1980).

31L’utilisation de l’espace et des ressources traduit les perceptions et les estimations différenciées d’une population et d’une culture sur son milieu, telles qu’elles sont filtrées par les pouvoirs et les groupes dominants. L’acquis scientifique mobilisé au service du double objectif d’une production de l’espace par les populations elles-mêmes et fondé sur l’utilisation optimale des ressources locales, dément le mythe des solutions universelles et demande la réinvention d’une nouvelle éthique de l’espace. Refusant de laisser faire et laisser aller, l’aménagement volontaire de l’espace par les populations concernées exige une méthodologie d’évaluation permanente. Seule l’élaboration continue de bilans globaux mesurant la valeur des organisations spatiales au triple plan de l’écologie, du social et de l’économique, bilans intégrant l’ensemble des chaînes de causalité pouvant affecter l’espace permettra d’éviter les cascades d’effets négatifs qu’on appelle trop souvent « hasards naturels ».

32Qu’est-ce alors que l’invention d’un nouvel espace ? C’est bien évidemment et tout à la fois, l’invention d’une nouvelle technique, d’une nouvelle organisation sociale, de nouveaux comportements, de nouvelles valeurs, de nouvelles politiques. Bref, un nouveau genre ou un nouveau style de vie. C’est, dans le domaine du politique, le refus du système de marché et de la planification étatique. Mais ce n’est ni celui de la liberté individuelle, ni celui de toute planification. C’est la recherche (mais la science et la théorie ne peuvent y suffire) d’une synthèse entre le marché, l’Etat et la société civile, une synthèse permettant de concilier la nécessité d’un contrôle et d’une régulation de type global de l’espace, qui reconnaîtrait le droit à la différence des différentes collectivités territoriales.

33Que ce soit dans les lieux où selon le mot de J. Prévert (Paroles), « le pain quotidien est relativement hebdomadaire » ou dans ceux où l’on s’obstine à dépenser des milliards de dollars dans la « ferraille atomique », l’individu se trouve de plus en plus déraciné, sans véritable territoire d’appartenance ou de gratification. Dans les pays encore sous-développés, l’urbanisation sauvage et l’agro-business arrachent l’homme au milieu rural, le privant de son univers de signification. Dans les pays industrialisés, l’obsolescence des objets et la pollution de l’information transforment les individus en des êtres essoufflés en quête de sens, en victimes d’une techno-bureaucratie toute-puissante. Que ce soit dans les pays du « centre » ou dans ceux de la « périphérie », l’absence d’un espace vécu biologiquement et culturellement traduit quotidiennement l’étalement de la peste blanche de la malsatisfaction. Avec F. Perroux (1970) nous ne pensons pas que le capitalisme soit le seul responsable de l’aliénation des existants concrets, les individus. L’industrie et les pouvoirs politiques de l’âge industriel sont autrement plus efficaces, de part et d’autre de la frontière séparant les sociétés capitalistes et socialistes développées. Contre l’aliénation, nous dit Perroux, point de panacée, mais une invention sociale, incessante, irremplaçable. C’est dire qu’une stratégie spatiale d’écodéveloppement exige l’appropriation des pouvoirs structurant l’espace. Cette stratégie suppose d’une part la maîtrise des sols et de l’environnement mais aussi de la production du cadre bâti par des collectivités territoriales organisées en sous-ensembles, coopérant aux échelles pertinentes.

34Face au discours de l’économiste ou du technocrate qui aujourd’hui prévalent, et dont la fonction, souvent inconsciente, est peut-être de nourrir et de faire accepter l’idéologie dominante, le géographe peut contribuer à l’enrichissement des discours sur l’alternative possible, mettant en forme la réflexion de l’homme-habitant et de l’homme-travailleur qui, vivant dans sa société locale, immergé dans son ethno-culture, voit tous les jours se produire un espace que non seulement il ne reconnaît plus mais dont l’équilibre écologique est aussi menacé que l’équilibre social qui s’y inscrit. Si, pendant longtemps, le discours que l’on a tenu sur l’espace répondait au moins partiellement à une volonté de contrôle par ceux qui l’aménageaient à leur profit, pourquoi ne pas imaginer la possibilité d’un discours qui permette aux hommes d’apprendre à lire les diverses manifestations de la production de leur espace, qui leur donne la capacité d’analyser, le « savoir penser l’espace » (Lacoste, 1976), condition d’un esprit critique qui incite à réclamer le contrôle démocratique de la production des formes d’organisation de l’espace. C’est la condition d’un véritable progrès de notre liberté face aux cadres de vie, aux lieux que l’on nous impose et aux contradictions que nous subissons tous dans notre vie quotidienne. Dans ce monde économique et technique, une voix nouvelle pourrait s’élever, réellement populaire, enracinée dans le savoir et les pratiques populaires, un discours qui viserait cet objectif que s’était donné Marx : réaliser la théorie scientifique de ce dont les masses avaient l’expérience quotidienne. Si tel est aussi l’un des objectifs du discours géographique sur l’écodéveloppement, il nous faut encore lui donner forme : dans un cadre interdisciplinaire adéquat et effectif, toute étude du développement étant à l’évidence une entreprise mettant en jeu des disciplines multiples et devant faire appel à des travaux conjugués, il restera alors à donner un sens à cette entreprise en pensant la science en fonction de l’homme plutôt que de continuer à faire agir l’homme en fonction de la science.

Notes

19 Concept développé par les géographes pour décrire une concentration inhabituellement importante (en termes de proportion) de la population et de l’activité économique d’un pays au sein de la plus grande de ses villes, ordinairement la capitale.

20 Comme l’ont montré Mercedes Bresso et Claude Raffestin dans leur article intitulé : « L’économie de l’environnement, idéologie ou utopie ? ».

Table des illustrations

Titre LA CRISE DU DÉVELOPPEMENT : LA CROISSANCE PAR L’INÉGALITÉA.C.
Légende INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS. : G.CLIVAZFIG. 5
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre DE LA REDECOUVERTE DE LA NOTION DE GENRE DE VIE A LA TRANSITION EPISTEMOLOGIQUE VERS UN AUTRE DEVELOPPEMENTA.C.
Légende INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS G. CLIVAZFIG. 6
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

Auteurs

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search