Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Théorie | Le concept d'écodéveloppement et la pratique des géographes

Chapitre II. Géographie et écodéveloppement une convergence explicitement recherchée

Antonio Cunha, Bryn Greer-Wootten et Jean Bernard Racine

Texte intégral

1Pendant des siècles, l’insertion de l’homme dans l’écosystème n’a soulevé aucun problème majeur pour ce dernier. L’équilibre écologique n’a jamais été menacé par l’une ou l’autre des innombrables espèces vivantes qui ont peuplé la biosphère jusqu’à l’époque très récente où notre espèce a mis au point de nouvelles méthodes d’exploitation de la nature, de nouvelles technologies altérant la surface de la terre, de façon délibérée et à un degré inégalé. Depuis l’apparition des premières civilisations agraires jusqu’au milieu du xixe siècle, l’écosystème humain était fondé sur l’exploitation de l’espace rural, sans que cela modifie de façon irréversible le cycle de la matière et les flux d’énergie au sein de la biosphère. L’homme était un maillon de la chaîne, un moment du cycle écologique et la matière dégradée dans le processus de production-consommation était recyclée sans difficulté par l’écosystème.

2L’intervention de l’homme dans les processus naturels deviendra beaucoup plus significative avec le développement de l’industrie moderne. En fait, si l’on examine le fonctionnement de l’écosystème humain dans la civilisation contemporaine, on constate avec F. Ra-made (1974), qu’il se caractérise par l’existence de trois séries de sources de perturbation majeures : i) la création de vastes espaces urbains bétonnés, l’uniformisation de l’espace rural par l’extension de la monoculture industrielle, la régression des forêts et des habitats jugés inexploitables ayant largement réduit la diversité des espèces vivantes ; ii)) le volume et la nature des déchets produits par la civilisation industrielle, qui tendent à rompre le cycle de la matière par l’accumulation incessante de résidus non recyclés ; iii) la modification des flux de l’énergie par des prélèvements supérieurs à la productivité de l’écosystème.

3Ces perturbations ne sont certes pas des caractéristiques des seules sociétés riches, mais il ne fait pas de doute qu’elles sont les principales responsables de la consommation frénétique des ressources disponibles. En ce qui concerne le Tiers Monde, le fait d’éluder les impératifs écologiques dans les stratégies de développement au cours des dernières décennies est d’autant plus grave que les pauvres sont les premiers à subir la dégradation de l’environnement. Ce sont des constatations de cet ordre qui ont abouti à la redéfinition du concept même de développement. Comme nous l’avons souligné, celui-ci doit aujourd’hui rendre compte de façon explicite des interactions entre le milieu naturel et les processus sociaux.

4A la lecture des publications récentes dans le domaine de l’éco-développement il devrait être possible de repérer quelques thèmes de réflexion qui recoupent dans une grande mesure les préoccupations actuelles des géographes. Trois d’entre eux nous paraissent particulièrement significatifs :

  1. Le fonctionnement de l’économie de marché, le désir de profits à court terme, se sont traduits par une exploitation irréfléchie des ressources naturelles. Il s’agit d’y répondre par la recherche d’une stratégie de développement qui place l’homme au centre des préoccupations tout en veillant à la reproduction des ressources à long terme. Cette double préoccupation a conduit les géographes à des travaux extrêmement variés les obligeant à repenser tout le problème des déterminations naturelles des faits économiques et sociaux, à poser le problème de l’évaluation des ressources naturelles et de l’économie politique du risque, qu’il soit naturel ou technique.

  2. Le poids des pays du « centre » dans la crise de l’environnement est prépondérant, non seulement parce qu’ils utilisent la plus grande partie des ressources de la planète mais aussi parce qu’ils sont à l’origine de la diffusion des modes de vie et des modèles technologiques prédominants. Ces centres utilisent ou créent volontairement la différenciation sociale et spatiale du monde pour assurer leur survie et accroître leurs profits. Il s’agit d’y répondre par la recherche de modèles de développement endogènes débarrassés si possible du poids de la domination extérieure.

  3. Même s’il a contribué à améliorer le niveau et la qualité de la vie de certaines couches de la population, particulièrement au sein des pays du centre, le style de développement actuel s’est imposé au détriment de la participation des individus au processus de décision, accentuant encore plus la dichotomie élites-marginaux. Il s’agit d’y répondre par la recherche des conditions institutionnelles nécessaires à une participation décentralisée et organisée de tous les secteurs de la population dans le processus de prise de décision et dans le contrôle de la mise en exécution.

5A ces trois niveaux de réflexion, certains travaux géographiques nous paraissent devoir retenir l’attention.

Gestion des ressources et reproduction à long terme de l’environnement

6Ce premier thème est investi par la recherche géographique en convergence avec les préoccupations explicites de l’écodéveloppement. Le géographe s’appuie certes sur une tradition ancestrale (l’étude des relations homme-milieu, mais il dépasse progressivement son déterminisme simpliste, et aborde désormais l’étude du rôle de la perception comme moteur des comportements, s’interroge sur les coûts, se pose le problème des choix de valeurs — choix d’autant plus cruciaux que se décident aujourd’hui des politiques énergétiques impliquant le recours au nucléaire.

7L’étude des relations homme-milieu s’est fondée sur l’utilisation successive de cinq grandes hypothèses explicatives (Sprout, 1956). La première, déjà évoquée, est celle du déterminisme du milieu : les facteurs environnementaux sont considérés comme tout puissants, déterminant ce qu’il advient à l’homme social, celui-ci n’ayant aucun choix réel, quoi qu’il puisse en penser. Position rapidement nuancée par la présentation d’un environnementalisme mitigé, reconnaissant le fait qu’en dépit de la toute puissance de la nature, l’homme peut néanmoins choisir, à ses propres périls, de contredire les directives du milieu. La vraie coupure intervient chez les géographes avec l’œuvre de Vidal de la Blache, père de la doctrine possibiliste, attachée à décrire les milieux naturels en termes de contraintes et de potentialités, sans cependant attacher beaucoup d’importance aux motivations et aux critères commandant les choix humains. « La nature propose, l’homme dispose », mais on ne nous dit guère pourquoi. Le probabilisme tente alors de répondre à cette question dans la mesure où il recherche l’explication ou la prédiction des réactions de personnes « types » à un milieu donné. Mais cette approche se fonde alors sur la confrontation de ces types avec un modèle généralisé dont la pertinence est une fonction du savoir et de la « pénétration » de l’analyste. Elle est aujourd’hui dépassée grâce à l’hypothèse récente du rôle des comportements cognitifs, qui assument qu’une personne réagit à son milieu à travers une perception et une interprétation, à la lumière de son expérience passée.

8Cette cinquième hypothèse n’apparaît dans la littérature qu’avec les années soixante, et domine encore actuellement les tentatives les plus en vogue de la recherche géographique. Dans la mesure où les actions individuelles vis-à-vis de l’environnement sont considérées comme dépendantes de la perception que les hommes en ont, il devient important d’établir avec précision la manière dont cet environnement est perçu. Parallèlement aux recherches sur l’analyse, l’affectation et la gestion des ressources, on assiste au développement de celles qui montrent comment l’homme les perçoit. Hasard historique significatif ? C’est dans le domaine de l’étude des réactions aux catastrophes naturelles (ou humaines) responsables de l’altération des ressources que les progrès, tant conceptuels que méthodologiques, semblent plus rapides.

1. Géographie des ressources et coûts environnementaux

9Ce sont les difficultés d’évaluation en termes monétaires des effets de l’activité économique qui ont retardé la prise en compte de la dimension de l’environnement dans les modèles traditionnels de développement. Bien des ressources sont considérées comme gratuites et les coûts de l’environnement résultant de l’activité économique ne s’échangeant sur aucun marché ils n’ont aucun prix. Par ailleurs, en ce qui concerne des ressources qui doivent être avant tout évaluées en termes physiques, les modèles économiques ne sont pas utilisables et leurs déductions sont sans valeur en termes de gestion. C’est pourquoi, en réaction contre le réductionnisme économique, les géographes ont proposé une méthode de gestion des ressources visant à faire apparaître les « facteurs limitant du milieu écologique » (Tricart et Kilian, 1979). Il reste que la rationalité écologique ne saurait remplacer la rationalité économique et la gestion des ressources doit faire appel à une multiplicité de critères sociaux, économiques et écologiques visant avant tout à la reproduction de l’environnement à long terme et à la satisfaction des besoins humains fondamentaux.

  • 12 Cherchant toujours à replacer les faits étudiés dans l’ensemble des faits qui les conditionnent et (...)

10La géographie des ressources s’articule aujourd’hui selon trois grandes orientations complémentaires (Mitchell, 1979) L’analyse des ressources est la plus ancienne. Elle peut se subdiviser en quatre étapes. D’abord, bien évidemment, la cartographie et la mesure des répartitions, l’étude de l’offre et de la demande, ainsi que des caractéristiques et des propriétés des ressources. Vient ensuite l’étude des alternatives d’affectation, spatiales, temporelles et fonctionnelles12. En tant que spécialiste désireux d’aider à la gestion des ressources (troisième orientation), le géographe concentre enfin son attention sur les conditions de leur contrôle et de leur développement. Il commence à découvrir aujourd’hui que la gestion des ressources peut être considérée comme un processus de décision au moyen duquel les ressources sont affectées dans l’espace et dans le temps en fonction des besoins, des aspirations et de désirs de l’homme dans le cadre de sa créativité technologique, ses institutions politiques et sociales et ses arrangements légaux et administratifs. Il ne fait plus de doute que la gestion des ressources — définies comme subjectives, relatives et fonctionnelles — doit être entrevue comme « un processus de décision conscient, incluant donc des jugements et des préférences alternatives et/ou conflictuelles ». La lecture de l’ouvrage de B. Mitchell est d’autant plus intéressante que l’on y découvre que chaque thème associé aux ressources peut se rattacher à l’un ou l’autre des thèmes de recherche géographique traditionnels, le spatial, l’écologique, le régional, et cela même si chaque type de recherche génère des questions et des hypothèses différentes. Qu’on en juge : l’analyse spatiale pose des questions quant à la localisation et à la distribution d’un phénomène, les interactions d’un phénomène à travers l’espace, la structure et l’organisation spatiale et les processus qui y sont associés. L’analyse écologique des relations homme-milieu considère la façon dont les individus, les groupes et les cultures perçoivent, s’adaptent et modifient les ressources et le milieu. Dans l’analyse régionale enfin, le centre d’intérêt consiste à déterminer l’image ou la réalité d’un lieu et de ses ressources ou encore à explorer le rôle des ressources dans la planification régionale et son développement. En fait, le plus souvent, le géographe tendra à intégrer ces thèmes dans son étude et c’est justement ce type de synthèse qui fera l’originalité de sa contribution. A l’heure actuelle cependant, les travaux géographiques s’aventurent encore plus loin, soit dans la direction de la géographie physique, soit dans celle de la géographie culturelle. Dans ce dernier cas il ne s’agit de rien de moins que d’essayer d’identifier les systèmes sociaux qui deviennent significatifs en termes de gestion des ressources. Par ce biais, la liaison avec les préoccupations de l’écodéveloppement est manifeste et évidente, d’autant plus que les considérations géographiques concernant les ressources ne se limitent pas à des analyses portant sur le seul niveau des imputs du système économique.

11Les coûts pour l’environnement résultant de l’activité économique ont des implications spatiales. Un rejet en un lieu spécifique n’est pas équivalent à un rejet dans tel ou tel autre lieu. La concentration des pollutions dans certains points de l’espace crée des effets de synergie qui ne se reproduisent pas ailleurs. Si un grand nombre de problèmes d’environnement se posent au niveau local — et c’est à ce niveau qu’ils doivent être résolus (ex. : la voiture demandera à la recherche des solutions différenciées pour la ville et la campagne) — d’autres questions se posent au niveau régional (ex. : pollution d’un bassin) ; d’autres enfin se révèlent au niveau international (pollution atmosphérique). Chaque niveau demande évidemment des solutions et des arbitrages d’intérêts spécifiques : à chaque niveau cependant, la contribution des géographes pourrait être significative.

12Quelques-unes méritent d’être mentionnées : l’œuvre maîtresse dirigée par l’un des plus célèbres fondateurs de la nouvelle géographie, Brian J. L. Berry (1974), s’intitule Land Use, Urban Form and Environmental Quality. La liaison entre faits de pollution et devenir urbain y est explicite. L’étude cherche à découvrir les façons dont les organisations urbaines et les formes d’utilisation du sol affectent la nature et l’intensité de la pollution de l’environnement. L’étude est conduite à deux échelles de pertinence. D’une part d’une région urbaine à l’autre, et d’autre part au sein des régions urbaines. Au premier niveau d’analyse, l’attention se porte sur les effets des différentes formes urbaines et d’utilisation du sol, sur les degrés de pollution mesurés par les stations d’enregistrement. Au second niveau, les configurations spatiales de la pollution sont corrélées aux configurations spatiales de l’utilisation du sol dans une série d’aires métropolitaines de structures différentes, de telle sorte que l’on en arrive à identifier une grande variété de types de pollution, caractéristiques des régions urbaines américaines d’aujourd’hui. On en déduit un modèle général de la relation existant entre forme urbaine et pollution d’une part, et des conséquences sur l’environnement de la dynamique urbaine d’autre part, il s’y ajoute une évaluation du rôle que la planification urbaine peut potentionnellement jouer dans le maintien de la qualité de la vie dans la nation.

  • 13 On ne dira jamais assez l’importance de cette réflexion et Susan L. Caris en a en tout cas fait la (...)

13Ce type de travail, spécifiquement géographique dans son esprit et sa méthodologie, peut très bien se prolonger par exemple au niveau behavioriste. Ainsi, on cherchera à répondre à la question de savoir quelles sont les attitudes d’un public socialement différencié envers la pollution. Les gens que l’on a l’intention de protéger sont-ils vraiment désireux d’accepter les programmes élaborés et sur le point d’être appliqués ? Ces attitudes varient-elles d’un secteur à l’autre, d’un pays (du rural à l’urbain par exemple) ou d’une ville à l’autre selon le niveau d’exposition à la pollution13 ?

2. Ressources et hasards naturels

14A la rencontre des sciences du comportement et des sciences naturelles, la géographie des hasards naturels et de leur perception par les habitants offre un remarquable exemple de l’ouverture actuelle, tous azimuts, de la problématique géographique en regard des questions de développement. En fait, la problématique développée par les géographes en ce qui concerne les hasards naturels (inondations, etc.) nous semble hautement généralisable pour quiconque s’intéresse à une meilleure intelligence des conditions de gestion de l’environnement, dans la mesure où elle est un véritable modèle de ce que peut être une écologie des choix humains (White, 1973). Il s’agissait au départ, dans le cadre des travaux de recherche effectués à l’occasion de l’immense effort des Américains pour résoudre les problèmes de leurs plaines inondables (Tennessee, Mississipi, etc.) de mesurer en termes de coûts et de bénéfices les effets des grands aménagements hydrauliques (canalisations, barrages, réservoirs, irrigation, navigation) sur l’écologie naturelle et les sociétés. L’inventaire quantitatif des conséquences et des actions possibles sembla d’abord une tâche hors de portée. Les géographes y ont cependant participé, venant progressivement nourrir puis corriger les premières estimations des ingénieurs et des économistes. Ils devinrent presque « dominants » lorsqu’il fallut évaluer les résultats écologiques, économiques et sociaux des grands travaux de l’époque de la crise. Le problème consista alors à prendre acte des changements intervenus dans l’utilisation du sol d’une grande variété de plaines d’inondation aujourd’hui occupées par les barrages et les réservoirs.

15C’est ainsi qu’ayant choisi un échantillon de sept sites représentatifs de la diversité de conditions d’inondation, de l’utilisation des sols et des pertes subies, et tout en mesurant les dépenses liées tant au contrôle qu’aux dommages, G. White découvrit que les réponses humaines à l’événement (le hasard naturel) pouvaient être de trois types : modifier la cause, moduler et redistribuer les pertes. Les résultats de l’étude furent immédiatement utilisés et particulièrement le résultat essentiel : le fait qu’au fur et à mesure que le contrôle devenait financièrement plus coûteux, le niveau des dommages s’accroissait d’autant. On n’était donc pas parvenu à réduire le coût des pertes en menant à bien les projets de contrôle. Certains fonds de vallée étaient certes protégés, mais l’enracinement des populations sur les rives augmentait d’autant les risques potentiels. Une digue entourait telle ou telle partie de la ville, mais l’habitat en profitait pour s’étendre au-delà. Les travaux capables de préserver une cité d’une crue à périodicité de 500 ans allaient certainement être détruits lors d’une crue à périodicité de 1000 ans. Par ailleurs, la spécialisation des travaux gouvernementaux sur les activités de contrôle se faisait aux dépens d’autres types d’ajustements. En dépit des améliorations locales, force était de constater l’échec global de la politique mise au point.

16Pour imaginer des politiques d’adaptation plus adéquates, le problème essentiel était de chercher à comprendre comment tenir compte des comportements différenciés des groupes et des individus confrontés aux problèmes des inondations, d’un endroit à un autre. On avait démontré que les populations ne se comportaient pas d’une manière prévisible, en tout cas pas en fonction d’un modèle coût-bénéfice cohérent et objectif. On n’avait pas été capable non plus de savoir pourquoi le public choisissait telle solution d’adaptation plutôt que telle autre selon les cas et selon les personnes concernées, à tel point que l’on en était réduit à avouer son ignorance quant au type d’action publique nécessaire pour essayer d’améliorer ces choix sur une certaine période. D’où de la part des géographes, un nouveau paradigme de recherche, axé sur la prise en compte de modèles behavioristes de prise de décision.

17Les résultats de ces travaux (cf. aussi Burton, Kates et White, 1978) — et surtout leur évaluation critique — sont pleins d’enseignements pour l’éventuelle mise au point d’une problématique moderne de 1’écodéveloppement. Ils montrent en particulier la nécessité de renoncer aux modèles fondés sur la seule théorie de l’homme économique « optimisateur ». Même les modèles d’utilité dite subjective n’arriveraient pas à rendre compte de la variété des comportements observés dans les études de cas. Les modèles développés dans la perspective ouverte par le concept de « rationalité limitée » de H. Simon furent plus productifs. Ils supposent cependant que l’on cherche à comprendre comment les gens concernés perçoivent les dangers naturels, et la variété des adaptations possibles à leur disposition. Ainsi, il ne suffit plus d’être capable de mesurer des coûts et des profits économiques tels qu’ils sont perçus, mais il faut aussi envisager un grand nombre d’autres facteurs tels que l’information disponible pour l’individu, son expérience personnelle, et, bien sûr, la nature physique de l’événement. En fait, toute décision en matière de gestion des ressources implique l’interaction de systèmes humains et physiques en termes d’ajustement à un hasard particulier. Le système d’interaction évoqué est en fait un processus de choix, dans lequel interviennent simultanément la personnalité, le statut du décideur, le rôle de gestionnaire. On a reconnu à cet égard que le jugement du gestionnaire était souvent plus important que celui du scientifique. Il était indispensable que ce dernier apprenne à connaître les mécanismes de la perception et leurs liens avec les modèles d’attitude et de comportements, qu’il apprenne aussi à dialoguer d’une manière intelligible avec les personnes concernées. Qu’il s’engage enfin dans des études sur les mécanismes, les stimuli et les freins à la participation. Il va sans dire qu’à ce niveau la collaboration entre ingénieurs, planificateurs, économistes, psychologues et géographes est indispensable.

18Au total, l’état actuel de la recherche montre que trois types de réponses sont apportées au problème des hasards naturels :

  1. La réponse dite « populaire », spontanée, ou pré-industrielle. Elle se manifeste par une grande variété d’ajustements, demandant plus de modifications dans le comportement et d’harmonie avec la nature que de contrôle de cette nature. Les ajustements sont flexibles, facilement interchangeables, et ne requièrent que de faibles investissements.

  2. La réponse de type industriel, liée à la technologie moderne, implique un choix beaucoup plus limité d’actions technologiques. Elle tend malheureusement à être inflexible, difficile à changer, elle est intensive en capital et requiert des organisations sociales interdépendantes et pesantes.

  3. Une réponse globale, ou post-industrielle, combinerait certains traits des deux premières, et se fondrait sur un ensemble d’adaptations plus variées, d’une plus grande flexibilité, allant de pair avec une plus grande variété de combinaisons en termes d’investissements et d’organisation sociale. Critères physiques et caractéristiques personnelles (en termes de subjectivité, de statut et d’expérience) doivent se combiner dans le modèle de perception fondé sur la reconnaissance subjective du hasard par le gestionnaire, l’ensemble des choix possibles, la technologie mobilisable, l’efficacité économique relative des alternatives, et les liaisons probables entre l’action d’adaptation proposée et la manière dont les autres individus s’adapteront réellement.

19En définitive, quiconque s’intéresse à l’écodéveloppement peut tirer profit de cette expérience des géographes. La problématique mise au point par la recherche sur la perception des hasards naturels peut fort bien s’appliquer à d’autres types d’évaluation et d’intervention en regard de l’environnement (cf. fig. n° 2). Dès les années trente Zimmermann (1933, cité in Bruce : 1979) avait proposé une interprétation fonctionnelle des ressources qui, aujourd’hui encore, nous paraît fort pertinente. Ne soutenait-il pas en effet que ni l’environnement ni certaines de ses parties ne sont des ressources véritables tant qu’elles ne sont pas considérées comme des ressources capables de satisfaire des besoins humains ? C’est dire que les ressources sont toujours l’expression d’une évaluation et se rattachent donc à une problématique de la subjectivité. Il ne suffit pas de constater la matérialité physique d’une ressource. Celle-ci ne devient telle qu’à travers la perception que l’homme en aura, qu’au travers de la reconnaissance par le groupe social concerné de la capacité de la ressource potentielle à satisfaire des besoins et qu’à partir du moment où l’invention des moyens techniques adéquats permet son utilisation. Limitées mais néanmoins dynamiques, les ressources naturelles ne deviennent donc disponibles qu’à travers le développement du savoir et des techniques d’une part, et la transformation des objectifs individuels et sociaux d’autre part. Faute de connaître ces objectifs, il n’est guère possible de différencier les effets voulus des effets non voulus, et de déterminer les impacts non seulement biophysiques mais aussi sociaux et culturels de l’utilisation des ressources.

PROBLEMATIQUE BEHAVIORISTE DE L’ANALYSE DES RESSOURCES. FIG.2

PROBLEMATIQUE BEHAVIORISTE DE L’ANALYSE DES RESSOURCES. FIG.2

INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS G.CLIVAZ

  • 14 Au sein d’un même groupe social de nombreuses études ont déjà montré (plusieurs d’entre elles sont (...)

20La principale critique que l’on pourrait faire à l’ensemble de ces études (Torry, 1979) réside dans le fait qu’elles reposent sur une approche atomistique, les unités d’analyse étant des collections d’individus plutôt que des échantillons de groupes sociaux. L’analyse elle-même est détachée de la variété des contextes sociaux et culturels que l’on considère malheureusement comme constants et que l’on étudie à travers des catégories standardisées. On voudrait savoir par exemple comment les processus d’ajustement et d’adaptation dépendent du rang social des individus, du statut matrimonial, des traits de caractère, de la santé, de l’intelligence ; comment ces facteurs entrent en corrélation et pourquoi leur composition et leur poids varient d’une société à une autre ou en fonction des différents types de hasards considérés. Ces études ne s’appuient encore sur aucune théorie du changement, et font l’impasse sur l’ensemble des systèmes de croyance et de valeurs qui, on peut au moins en faire l’hypothèse, façonnent l’interprétation qu’un groupe peut avoir de la causalité et de la sévérité d’un hasard naturel, sa réceptivité aussi face à l’adoption de tel ou tel système de défense et d’ajustement. En d’autres termes, ces études géographiques oublient que toute étude des tenants et des aboutissants des processus conduisant à telle ou telle forme d’organisation de l’espace, telle ou telle forme de distribution des hommes, de leurs œuvres et de leurs comportements à la surface de la terre, doit prendre en compte non seulement ce que l’on nomme les infrastructures d’une société, mais aussi l’intervention des idées, des images, des codes de comportement, des systèmes de valeurs, ce que l’on pourrait appeler, dans une certaine mesure, l’idéologie14.

21En terme d’analyse, d’affectation ou de gestion des ressources, le problème est particulièrement net. Le concept cache en effet une distinction entre les conditions techniques d’une part (ce qui peut être fait en fonction de l’existence de certains seuils critiques au-delà desquels les phénomènes physiques, — sols, géomorphologie, etc. — et biologiques — végétation, vie animale — sont changés de façon irréversible par l’activité humaine), et d’autre part, des considérations éthiques. Celles-ci, au-delà des pétitions de principe, ne sont pas simples à formuler. Tout choix de valeurs a au moins deux composantes : le « doit-être », certes, mais aussi, en amont, le problème, que l’on découvre comme essentiel aujourd’hui, de la perception différentielle des phénomènes par les individus et les groupes socio-culturels. A cet égard, les recherches qui sont actuellement conduites dans le domaine nucléaire sont particulièrement éclairantes.

3. Ressources et choix des valeurs : le nucléaire et la démocratie

22Quoique les questions générales soulevées jusqu’ici s’appliquent sans aucun doute à tous les problèmes de la gestion des ressources, il est clair qu’elles deviennent cruciales pour le public lorsque l’on entre dans le domaine plus particulier de la politique énergétique. La plupart des recherches dans ce domaine ont été conduites dans les pays développés et d’abord dans ceux qui ont été le plus touchés par les décisions prises à partir de 1973 par l’Organisation des pays producteurs de pétrole. Il n’est pas sans intérêt de constater la convergence actuelle, au sein des mêmes équipes de recherche, entre les préoccupations relevant des hasards naturels, et celles qui relèvent plus directement des hasards « humains » dans la mesure justement où l’énergie nucléaire risque d’en provoquer puisqu’elle est manifestement devenue l’une des options possibles de la politique énergétique des nations. Evoquer une « convergence » n’est d’ailleurs pas totalement adéquat. Peut-être conviendrait-il mieux de parler d’une « évolution » d’un domaine à l’autre, l’élément nouveau résidant essentiellement dans la possibilité d’attribuer un « blâme » à telle ou telle politique, puisque les partenaires ne sont plus les « dieux » et la « nature », mais les institutions humaines et la nature, et, sous-tendant le comportement des premières, 1’« establishment nucléaire », les technologies de pointe, le capitalisme monopoliste, voire les lobbies militaires et leurs représentants dans les gouvernements. Le rôle du « politique » est en effet central dans toute étude sur les catastrophes dans lesquelles la nature n’est plus seule en cause. La thèse essentielle des chercheurs dans ce domaine s’impose avec évidence : les risques naturels créés par les hommes eux-mêmes sont liés à des fonctions gouvernementales et, comme tels, doivent être évalués dans un contexte sociétal au sein duquel les processus politiques eux-mêmes doivent être soumis à examen. A la limite, les études sur l’évaluation des risques et les conditions de leur gestion pourraient contribuer à une redéfinition du contexte sociétal lui-même. C’est dire que l’ambition de ces chercheurs n’est pas mince.

23Dans l’un et l’autre cas, cependant, les études s’appuient sur des modèles de prise de décision qui « simulent la façon dont se réalisent les ajustements humains face aux problèmes posés par les ressources dans les conditions d’incertitude » (Sadler, 1980). Or, dans ces modèles, politiques, publiques et choix individuels sont considérés comme les produits de trois forces en interaction :

  1. le degré de conscience du problème (l’événement hasardeux, la catastrophe) des membres du public et des responsables politiques qui ont le plus de chance d’en être affectés ou d’y être impliqués,

  2. les perceptions de la variété des alternatives disponibles pour faire front au problème,

  3. l’évaluation des différentes options en termes de faisabilité technique, d’efficacité économique et d’adéquation en regard des conditions du milieu, dans le cadre de la recherche d’une certaine conformité à des normes sociales établies (lois, politiques, procédures par exemple).

24La formulation initiale de cette problématique de recherche fut présentée par G. White en 1961, et le fait qu’elle soit restée maîtresse du cadre dans lequel la recherche s’est effectuée depuis montre son importance et sa pertinence pour, au moins, certains types d’étude de problèmes causés par l’environnement. Changer la nature du stimulus et s’occuper des problèmes autrement plus complexes, et politiquement plus volatiles, inhérents à la crise énergétique, commandait cependant de repenser le rôle de ces trois types d’influence. Ils ne sont manifestement pas les seuls à entrer en jeu. C’est toute la conceptualisation de base qui devait être réévaluée. Les premières recherches portant sur les problèmes énergétiques avaient déjà fait la preuve que d’autres « partenaires » participaient au débat et avaient une influence sur les processus de prise de décision. On ne s’étonnera donc pas qu’on en soit venu à se poser des questions plus fondamentales que celles qui dérivaient de l’étude des hasards naturels.

a) L’évaluation des composantes du risque nucléaire

25Etudiant l’ensemble des recherches qui se poursuivent actuellement dans l’orbite du fait nucléaire, Bryn Greer-Wootten (1980 a) a montré qu’un problème central dans l’évaluation des politiques énergétiques relève en fait de la perception des risques par la population, les faits de perception commandant sans doute les attitudes et, à travers divers filtres et diverses influences de mieux en mieux étudiées aujourd’hui (Schuman et Johnson, 1976) (rôle du groupe, des pairs, des « élites », etc.), les intentions de comportements et les comportements eux-mêmes. Déjà, le seul thème de « l’évaluation des risques », en tant que nouveau domaine de recherche, devient, tant au niveau conceptuel que technique, l’un des outils à la mode pour ceux qui cherchent à mieux « informer » les processus de prise de décision.

26Le rôle du public dans la formulation des politiques peut cependant être interprété à travers toute une série de définitions contradictoires. Il en va de même en ce qui concerne l’utilisation que l’on peut faire de la connaissance obtenue. Nous évoquerons ici deux thèmes fondamentaux parmi d’autres. Le premier concerne l’évaluation des risques, le second les rapports entre l’attitude du public et les processus de prise de décision.

27En ce qui concerne l’évaluation des risques, on distingue généralement entre la composante purement « scientifique » de l’évaluation, — il s’agit à proprement parler d’une « estimation » — et la composante psycho- et socio-politique de la perception, par les décideurs, des « croyances » du public à cet égard. Il s’agit alors d’une stricte « évaluation » chacun sachant bien aujourd’hui qu’une estimation véritable des risques dans ce domaine est illusoire du fait même de la nature « trans-scientifique » des problèmes. Or, il ne fait plus de doute aujourd’hui qu’il existe une relation dialectique entre les représentations sociales, les choix politiques des décideurs et les évaluations que font les savants eux-mêmes de l’équation du risque nucléaire. La lecture de la littérature scientifique consacrée à ce thème et plus particulièrement celle qui analyse les débats entre spécialistes montre toute une série d’évidences (cf. Racine, Greer-Wootten, Gilmour, 1980) :

  • que les jugements purement scientifiques peuvent être influencés par des facteurs sociaux et politiques,

  • que le rôle du contexte social et institutionnel dans l’évaluation des normes de sécurité est important,

  • que l’établissement d’une équation du risque est une chose fort compliquée et que s’il est certes essentiel de réaliser des études scientifiques et quantifiées de ces risques et autres hasards, il n’existe pas d’accord universel sur les concepts de base, ceux de « risque » ou de « sécurité » par exemple,

  • que de telles études réclament un nouveau type de travail scientifique afin que « l’amateur » impliqué puisse contredire et utiliser ses propres armes et ses dons contre ceux de « l’expert ».

28Il convient en outre d’admettre que le style de régulation des risques proposé dépendra d’un éventail fort large de relations sociales inscrites dans des faits de pouvoir. Si bien que tout débat sur les risques sera d’essence politique ou aura au moins une dimension politique. De là à admettre que ce sera toujours en définitive le groupe qui détiendra le plus de pouvoir qui créera l’essentiel des perceptions et des valeurs, il n’y a qu’un pas. On en revient donc à cette idée marxiste essentielle que les « idées dominantes sont les idées de la classe dominante » et que la politique servira d’abord l’un des groupes concernés, parmi lesquels Ravetz (1977) a fort habilement distingué ceux qui créent le risque, ceux qui en font l’expérience, ceux qui le régulent. Or la tâche des « régulateurs » chargés de veiller à l’application des normes de sécurité ne sera jamais facile. Même si la « loi » leur demande de répondre aux besoins des deux autres groupes d’acteurs, ils seront presque toujours perçus comme s’alignant sur les besoins de la technocratie. Comment feraient-ils pour réconcilier deux systèmes de valorisation forcément différents ?

29L’analyse expérimentale et quantitative des argumentations est pourtant possible. Au niveau des « savants », une excellente étude des fondements idéologiques des attitudes face au nucléaire a été réalisée sur un échantillon de 252 chercheurs hollandais appartenant aux deux domaines des sciences sociales et naturelles (Stallen et Meertens, 1977). Utilisant la théorie sociale développée par Habermas (1968), ils ont établi une sorte d’échelle représentant les gradations entre types de valorisation différemment orientées. La première orientation est celle qui se fonde sur des valeurs « technocratiques » (la technique et la technologie sont des sources autonomes de changement sociétaux, et sont donc bonnes en elles-mêmes). Elle s’oppose à une « orientation interactive » pour laquelle technique et technologie sont considérées comme des processus sociaux qui ne peuvent donc être évalués qu’en relation à d’autres développements sociétaux.

30Deux résultats méritent d’être retenus. Le fait d’abord que plus les valorisations des savants sont d’ordre « technocratique » (par opposition à l’orientation dite « interactive »), plus grande est la probabilité qu’ils aient une attitude favorable au nucléaire. Le fait aussi (or on s’y attendait beaucoup moins) que la profession et la formation de l’individu (que celle-ci le rattache au domaine des sciences sociales ou naturelles) n’est en aucun cas un prédicteur de son attitude. Les prédicteurs sont à chercher dans des valorisations qui relèvent de l’idéologie, résultat confirmé par bien d’autres études, conduites dans des contextes différents mais aboutissant à la même prise de conscience.

  • 15 Joint Project, International Atomic Energy Agency — International Institute for Applied Systems Ana (...)

31Ainsi, les résultats des travaux conduits par le groupe de Vienne (I.A.E.A.-I.I.A.S.A.)15 sur les attitudes du public et la prise de décision d’une part (Otway et Fishbein, 1977) et, d’autre part, sur la pertinence de la perception des croyances du public par les preneurs de décision (Thomas, Swaton, Fishbein et Otway, 1978), sont fort intéressants pour notre propos. Travaillant à partir de questionnaires soumis par la suite à toute une série d’analyses factorielles, les chercheurs de l’I.I.A.S.A. ont fait la preuve de la nature complexe des structures cognitives sous-tendant les attitudes du public envers l’énergie nucléaire et son utilisation. Non seulement les croyances quant aux bénéfices de l’énergie nucléaire sont relativement indépendantes des croyances quant aux risques du nucléaire, mais on démontre encore que les gens peuvent croire que l’utilisation du nucléaire va conduire à certains types de risques (socio-politique par exemple) tout en ne croyant pas qu’ils conduiront à d’autres (environnementaux par exemple (Otway, Maurer et Thomas, 1978).

32Quatre facteurs de différenciation permettent en effet de résumer la structuration des données quant aux « croyances » des répondants :

  1. un facteur dit du risque psychologique rassemble toutes les variables du type : « je serai exposé à des risques sans mon consentement », à des « risques que je ne pourrai pas contrôler », ou encore : « le nucléaire représente une menace pour l’humanité ». Les fréquences de ces expressions sont toutes en forte corrélation les unes avec les autres et, évidemment, avec le facteur synthétique qui les représente dans l’espace mathématique.

  2. un facteur indexant les croyances se rapportant aux bénéfices économiques et technologiques rassemble quant à lui les variables du type : « le nucléaire accroîtra les niveaux de vie » ou « le nucléaire créera de nouveaux emplois ».

  3. un facteur de risque socio-politique est identifié en fonction des fortes corrélations unissant des variables telles que : « le nucléaire conduira à la mise en place de mesures de sécurité rigoureuses » ou « le nucléaire produira des déchets nuisibles ».

  4. un facteur concernant enfin les dommages attendus dans le milieu naturel, la « pollution de l’air et des eaux » par exemple. Il est identifié comme celui représentant les risques environnementaux et physiques.

33Intéressante en elle-même, cette structure quadri-dimensionnelle des croyances à l’égard du nucléaire est encore plus révélatrice quand les réponses individuelles (c’est-à-dire ici les « poids » obtenus par chacun des répondants sur ces axes synthétiques) sont agrégées en deux groupes : les opposants au nucléaire d’une part, les pro-nucléaires d’autre part. Les « pro » sont pour l’essentiel des répondants valorisant les bénéfices économiques et technologiques alors que le groupe des opposants est non seulement lié aux facteurs de risque, mais plus spécialement celui qui indexe le risque psychologique.

34Ces résultats illustrent en tout cas la nature complexe des systèmes de croyance et de représentation qui sous-tendent les attitudes du public envers le nucléaire et son utilisation. Ils témoignent — le principe de l’analyse factorielle en est le garant — que le public perçoit risques et bénéfices de manière indépendante plutôt que comme un axe unique, comme tendent à le faire croire les analyses réalisées en termes de coûts et bénéfices. Mieux encore, relèvent les auteurs de l’étude : « les représentants du public savent différencier entre les types de risques ; ils peuvent croire que l’utilisation de l’énergie nucléaire conduirait à certains types de risques (socio-politique par exemple) sans pour autant prétendre nécessairement qu’elle conduirait à d’autres (risques environnementaux) ».

35On relèvera par ailleurs que les risques d’ordre psychologique ont le plus grand poids dans la solution analytique et dans la différenciation en risques psychologiques (1er facteur) et socio-politiques (3e facteur). Ces deux facteurs contribuent plus, ensemble, à déterminer l’attitude finale que ne le fait la combinaison des croyances en des risques purement environnementaux (4e facteur seulement) et l’évaluation des bénéfices économiques et techniques que l’on pourra en tirer (2e facteur). Ce qui tendrait à démontrer qu’en fait la controverse sur le nucléaire est hautement symbolique dans sa nature : les implications psycho-sociologiques et socio-politiques de la puissance nucléaire sont beaucoup plus déterminantes que les risques encourus par l’environnement physique, humain ou économique. Le symbolique renvoie cependant, à l’évidence, à un débat d’ordre politique. Le nucléaire est identifié à la technologie de pointe, au capitalisme, à l’Etat centralisé, au pouvoir autoritaire, au fait qu’il nécessite une forme de contrôle qui échappe aux préoccupations maintenant familières de l’organisation de la vie industrielle. Le nucléaire devient le symbole de la puissance de l’Etat (du moins pour les contestataires anti-nucléaires), symbole de la puissance de l’Etat capitaliste actuel, celui du capitalisme tardif, monopoliste, où le contrôle a été retiré des mains de la population.

36Ce qui semble prouver que, dans ce domaine comme dans d’autres, l’environnement de demain sera idéologiquement déterminé, que le pouvoir soit aux mains d’un Etat technocrate ou aux mains d’un pouvoir public, démocratique, qu’il traduise les seuls impératifs du pouvoir technocratique ou qu’il soit le reflet des attitudes d’un public dont on aurait pris en compte les revendications. Il reste que, pour l’instant, il faut reconnaître qu’il existe différents types de publics. On pourrait ainsi distinguer entre d’une part les groupes qui, soit sont en faveur, soit s’opposent au nucléaire (distinction couramment utilisée dans les travaux de l’I.A.E.A.-I.I.A.S.A.) et, d’autre part, les différents groupes sociaux (tels qu’ils sont définis dans la plupart des études d’opinion et d’attitude, groupes démographiques ou classes sociales, comme par exemple dans l’étude de Greer-Wootten et Mitson (1976). Mais, de façon peut-être encore plus intéressante, on pourrait également établir des distinctions entre groupes géographiques. On constate en effet que le public semble réagir de façon fort différente selon la distance qui le sépare du « danger potentiel », les contacts fréquents réduisant significativement la perception des risques, ce qui ne manque pas d’implications, tant géographiques que psychologiques.

b) La découverte de la différenciation spatiale des attitudes face au nucléaire

37Au plan psychologique, les interprétations peuvent être diverses (Pahner, 1976) : certaines concluent au développement d’une sous-culture psychologique, caractéristique des populations « condamnées » à vivre quotidiennement sous la menace d’un danger potentiel (les habitants des villes soumises à des tremblements de terre) ; une autre interprétation veut qu’il soit plus facile à une population de changer ses croyances et ses attitudes que son lieu de résidence. L’étude « statistique » des rapports entre l’évaluation des risques et la distance a été conduite dans la ville de Vienne auprès d’une population vivant dans un rayon oscillant entre un et cinq kilomètres d’un réacteur nucléaire utilisé pour la recherche (Maderthaner, Guttmann, Swaton et Otway, 1978). En incorporant à leur recherche la distance séparant les répondants d’autres types de dangers potentiels (autres que le réacteur nucléaire), ces auteurs ont été capables de maintenir constant les effets de confusion possible qui leur sont peut-être liés. Quant aux personnes les plus proches du réacteur, elles ont maintenu leur perception généralement positive à son égard, c’est-à-dire en fait une faible évaluation du risque qui lui est attaché. A l’occasion d’enquêtes plus générales, d’autres chercheurs sont arrivés à des résultats extrêmements similaires soit en incorporant d’entrée les effets de la distance comme facteur de stratification (Harris, 1975 ; Berberian, 1977, par exemple), soit en étudiant les perceptions du risque au moyen d’une stratification établie à la suite du relevé des données (Greer-Wootten, 1976).

38Rappelons enfin que l’on dispose aujourd’hui d’autres types de résultats jouant sur des échelles plus vastes et portant sur de véritables consultations nationales. C’est ainsi que le 5 novembre 1978, la population autrichienne appelée à voter par référendum a refusé par une infime minorité (50,47 % des suffrages exprimés), la mise en service de la centrale nucléaire de Zwentendorf, construite à une soixantaine de kilomètres en amont de Vienne. Or, l’analyse de la répartition des votes (cf. Le Monde, 7 novembre 1978) confirme à première vue les résultats du sondage viennois en faisant apparaître une coupure entre l’est et l’ouest du pays : les quatre Länder les plus occidentaux (Vorarlberg, Tyrol, Haute-Autriche et de Salzbourg) ont donné une majorité de « non », tandis que les cinq Länder de l’est (Vienne, Burgenland, Basse-Autriche, Styrie et Carinthie) ont voté « oui ». C’est dans le Vorarlberg, Land géographiquement le plus éloigné de la centrale, que la participation et le nombre de « non. » a été le plus fort (respectivement 75,5 % et 84,4 %). En revanche le Land de Basse-Autriche, sur le territoire duquel est située la centrale de Zwentendorf, s’est prononcé, de peu, en faveur du « oui » (50,86 %). L’essentiel, cependant, est que les habitants de la commune du site se sont montrés, quant à eux, plus largement favorables à l’énergie nucléaire (55,5 %). Si ce vote positif recoupe non seulement les résultats viennois, mais aussi certains sondages suisses qui ont montré que les habitants vivant à proximité des centrales de Beznau, de Mühleberg et de Gösgen ne rejetaient pas l’implantation de leur centrale, l’exceptionnel rejet enregistré dans le Vorarlberg n’est peut-être pas étranger — comme nombre de commentateurs tant français que suisses ou autrichiens l’ont mentionné — à une situation géographique limitrophe de la Suisse où existent déjà trois centrales nucléaires et où il est question d’en construire une quatrième à proximité de la frontière autrichienne (centrale du Rütli). Contradiction ? Il est difficile de conclure sans analyse plus précise des échelles de distance concernées.

39On sait par ailleurs que le 18 février 1979, le peuple suisse a été appelé à son tour à se prononcer sur le choix nucléaire, à l’occasion d’une initiative populaire émanant des mouvements écologistes. Ayant reçu l’appui des partis de gauche, l’initiative visait à préserver les droits des populations directement intéressées, lors de la construction de centrales nucléaires, et demandait le renforcement des garanties de sécurité. Très vite cette « initiative » est devenue pour le public suisse « l’initiative antinucléaire ». Elle a partagé la population en deux parts presque égales : 51,2 % « en faveur » du nucléaire, contre 48,8 °/o « contre ». Or force est de constater une fois encore qu’hormis Genève aux idées souvent plus « avancées », tous les cantons sur le territoire desquels existent des centrales ou des projets de centrales refusent l’initiative (« antinucléaire »). Argovie, quadruplement concerné (deux centrales en service, deux en projet), donne même la majorité négative la plus forte (65 %). Et l’on décèle un phénomène semblable au niveau des communes directement touchées. La « distance » n’est pourtant pas le seul facteur de différenciation de l’opinion. Pas plus que la couleur politique traditionnelle. A l’exception du Valais (catholique, et habitué aux risques des barrages), tous les cantons de langue française ont approuvé l’initiative antinucléaire, de même que le Tessin, d’expression italienne. En revanche, les Alémaniques, eux, sont franchement divisés. Le meilleur score en faveur de l’initiative a été enregistré dans la ville de Bâle (69 %), toujours plus « à gauche » que les autres villes suisses. Par ailleurs, les rares cantons où les pro-nucléaires dominent sont ou bien des cantons industriels dans lesquels une centrale est déjà en activité, ou bien au contraire des cantons relativement campagnards, mais traditionalistes... En attendant une étude plus complète, force est de s’en tenir provisoirement à la conclusion que « l’angoisse » s’est révélée de nature relativement abstraite et mythique.

40Une interprétation du caractère positif des réactions des habitants résidant à proximité des centrales est fondée sur le fait que ces habitants ont eu l’occasion de se familiariser avec elles, ou qu’ils étaient mieux informés du fait de leur situation, les contacts personnels avec les responsables (physiciens, ingénieurs, travailleurs) favorisant les discussions ouvertes et sérieuses. Ces connotations géographiques devraient contribuer à nourrir le débat sur les rapports dialectiques entre représentations idéologiques et organisation de l’espace géographique.

  • 16 On retrouve ici l’un des problèmes laissés latents dans les études sur la qualité de la vie et les (...)

41S’il existe différents publics, différents sous-groupes sociaux et géographiques, nos études peuvent permettre de les identifier et de faire avec les spécialistes behavioristes des travaux qui pourraient conduire les preneurs de décision à réviser, sinon leurs politiques, du moins leur façon d’approcher le problème : si le risque perçu est de nature socio-politique et psychologique plus qu’écologique et économique, les problèmes à régler (et malheureusement aussi les conditions d’une éventuelle « manipulation » du public,16 sont évidemment de nature différente.

c) De l’attitude du public à l’attitude des décideurs

42Tout ce que l’on sait pour l’instant, grâce d’ailleurs aux études les plus récentes de la même équipe viennoise, c’est que l’on obtient des résultats significatifs lorsque l’on fait remplir un questionnaire identique à ceux qui sont engagés dans le processus de prise de décision et à un échantillon représentatif du public, que l’on compare les résultats, et que — plus subtilement encore — on demande aux preneurs de décision de remplir le questionnaire en se mettant successivement à la place des pro- et des anti-nucléaires (Thomas, Swaton, Fishbein et Otway, 1978)

  • les décideurs sont globalement plus favorables à l’utilisation de l’énergie nucléaire que le public (autrichien) en général ;

  • quatre facteurs indépendants sous-tendent les attitudes du public vis-à-vis du nucléaire (dans l’ordre) : risques psychologiques (anxiété), bénéfices économiques et techniques, implications socio-politiques, et risques environnementaux et physiques ;

  • analysées selon ces quatre dimensions, les différences entre l’attitude du public et celle des décideurs sont d’abord liées au fait que, pour le public, les risques psychologiques jouent un rôle extrêmement important alors que les risques écologiques ne sont pas perçus de façon sensible. Les réponses des décideurs en revanche n’accordent qu’une importance minimale aux risques psychologiques alors que les problèmes écologiques contribuent significativement à leur choix ;

  • lorsqu’ils jouent le rôle des pro- ou des anti-nucléaires, les décideurs surévaluent les attitudes positives et sous-évaluent les attitudes négatives et cela d’autant plus qu’ils sont eux-mêmes généralement favorables au nucléaire. Pourtant, globalement, en dépit des différences existant entre la structure des réponses des décideurs et celle du public, les premiers estiment assez bien les attitudes du second, en termes globaux tout au moins. La seule grande lacune de leur perception réside dans leur incapacité à reconnaître l’importance des risques de nature psychologique que tant les pro- que les anti-nucléaires ont souligné comme étant des facteurs négatifs au moment de faire le choix.

43Cela dit, la question qui se pose est la suivante : si les décideurs ont une assez bonne perception des attitudes globales des groupes opposés et comprennent bien les systèmes de croyances et de valeurs qui sous-tendent les attitudes de chaque groupe, cette perception est-elle reflétée dans les recommandations politiques qui sont de leur ressort et dans quelle mesure considèrent-ils que l’opinion publique a une importance légitime dans le processus de prise de décision ? Si nous ne pouvons être sûr, au stade où en est notre réflexion, qu’un jour ou l’autre les géographes seront capables d’expliciter toutes les relations qui unissent l’idéologie à l’espace géographique, nous pouvons être convaincus que les conditions selon lesquelles notre environnement socio-spatial est produit et reproduit dépendent directement de l’usage que les décideurs font de leur information. Car si l’énergie est à la base de la civilisation industrielle, on est bien en droit de penser avec Otway, Maurer et Thomas (1978) que le pouvoir est un déterminant tout aussi puissant de la structure de notre système social et de son fonctionnement. Mais alors « qui gardera les gardiens ? Quis custodiet ipsos custodes ? »

d) Information, pouvoir, expression : le problème de la démocratie

44Nous retombons une fois de plus sur le problème du fonctionnement de la démocratie, car tout essai de lecture de l’idéologie (que nous la situions dans les discours des uns et des autres, dans les comportements sociétaux ou même dans l’espace géographique), conduit à le poser. Il a plusieurs composantes dont certaines intéressent directement le chercheur, son travail et son action : l’information, le pouvoir, l’expression. Rappelons cette évidence que les données collectées ou produites, et même les catégories au sein desquelles elles sont recueillies, reflètent une conception du problème influencée par la perception et les valeurs de ceux qui ont le pouvoir de collecter et de traiter ces données. Un changement dans l’équilibre du pouvoir et le libre accès à l’information constituent une pré-condition à l’amélioration de l’évaluation scientifique des risques et des perceptions.

45Une évolution semble particulièrement intéressante en Grande-Bretagne depuis qu’un net discrédit a été jeté sur les méthodes de la Commission royale d’enquête (Windscale Inquiry). En lisant les travaux de Ravetz (1977) qui s’inscrivent dans cette atmosphère nouvelle, on se dit donc que l’étude des risques semble être un excellent exemple de ce type de science qui émerge actuellement dans la gestion des problèmes de ressources et d’environnement, et on en conclut que les chercheurs établis devraient perdre leur monopole d’experts légitimes. L’analyse de Ravetz montre que bien des arguments aujourd’hui acceptés comme scientifiquement valables ont été apportés par des étudiants, des journalistes, des amateurs et des groupes de pression. L’intérêt de ce type de réflexion scientifique tient au fait que l’engagement politique est ouvert plutôt que caché. C’est un progrès énorme. Or, il n’y a pas lieu d’avoir peur de « surdémocratiser » les solutions, la distinction entre « faits » et « politiques » étant pratiquement atteinte par les débats véritables plutôt qu’idéologiquement déterminée à travers une foi fondamentaliste.

46L’analyse du discours des savants réalisée par Sclove en 1978 est significative à cet égard. Cette étude n’est ni réellement critique, ni quantitative. Elle cherche simplement à mettre en évidence les implications de l’argumentation des savants en regard d’un paradigme scientifique qui serait plus socialement orienté. Elle montre cependant à quel point le rôle du contexte social et institutionnel est important dans l’évaluation des normes de sécurité. Même si des efforts « scientifiques » semblent être actuellement faits pour définir « scientifiquement » le caractère irrationnel de l’attitude du public face par exemple aux risques de radiation (si bien que la question sociale de l’acceptabilité de ces risques est à nouveau revenue sous le contrôle de l’establishment administrativo-scientifique), comment nier que même les jugements purement scientifiques peuvent être influencés par des facteurs sociaux et politiques ? Peut-on admettre que la séparation des fonctions établisse une ligne de démarcation assez claire entre les zones de choix social et évite aux jugements scientifiques d’être subordonnés aux postulats sociaux de l’élite scientifique ? Face au torrent de questions et de critiques qui affluent (et certaines d’entre elles sont évidemment mal informées et d’inspiration bigote), il sera toujours tentant pour les autorités de penser que plus on est ouvert plus on laisse de place aux manifestations de l’extrémisme et de l’irrationnel. Mais, d’un autre côté, c’est justement le secret justifié par de tels arguments qui rend les « non-experts » si suspicieux et si motivés dans la recherche d’une éventuelle conspiration manipulatrice. C’est peut-être là l’une des raisons fondamentales expliquant le fait qu’en matière nucléaire, les premiers arguments portant sur les risques de radiation et la sécurité sont aujourd’hui remplacés par des arguments d’inspiration plus sociale et morale, qui deviennent de ce fait de moins en moins quantifiables et « scientifiques » et de plus en plus difficiles à spécifier.

47En conclusion, cette première série de réflexions sur les rapports entre l’homme et ses ressources permet déjà de dégager quelques principes, sur le plan d’une volonté d’action comme sur celui des méthodes d’analyse. Le vrai changement ne dépend pas simplement de la « loi », mais de changements dans la conscience et dans les processus de prise de conscience. Les ressources étant culturellement définies, comment ne pas tenir compte des attitudes personnelles de ceux qui participent à la décision concernant leur affectation ? Le point de vue du public ne peut qu’enrichir les processus de prise de décision et « modérer » les approches technocratiques. Les attitudes et les comportements envers la nature peuvent enfin mettre en échec des stratégies qui seraient trop globales, incapables de différencier entre des situations locales et régionales spécifiques.

48Rapports verticaux de l’homme à la nature et à ses techniques, rapports horizontaux aussi de l’homme à l’homme, d’un lieu à l’autre, rapports d’espaces à espaces, jeu des effets de diffusion et de polarisation... quels que soient les jugements de valeur que l’on porte sur leur « désirabilité », il sera toujours nécessaire de tenir compte non seulement des effets de freinage ou d’accélération produits par les structures spatiales, mais encore de différencier, de mettre en relation, de recourir à une pensée authentiquement dialectique sachant traiter simultanément des hommes, de leurs œuvres et de leurs espaces propres entre lesquels s’établissent des relations contradictoires. C’est en tout cas l’une des leçons que l’on peut tirer de l’étude d’un deuxième thème de réflexion fort à la mode dans les études géographiques du moment, le thème des relations centre-périphérie.

Différenciation spatiale et mal-développement : le modèle centre-périphérie

49L’accord semble aujourd’hui relativement général : aucune politique de développement ne sera vraiment efficace sans la remise en cause de trois institutions : le marché, le pouvoir des technocrates, l’Etat — dont la forme de fonctionnement actuel détruit le milieu de vie, génère l’inégalité et laisse l’intérêt général impuissant devant l’intérêt privé. Au niveau des structures spatiales, c’est le concept de centre-périphérie qui traduit le mieux le jeu de ces trois facteurs, tant en ce qui concerne les relations horizontales — par la mise en évidence de l’inégalité spatiale — qu’en ce qui concerne les relations verticales. Il permet en effet une analyse simultanée de la surexploitation des ressources de la périphérie d’une part et, d’autre part, de la surconsommation de ces mêmes ressources dans le « centre », où les nuisances proprement spatiales — entassement humain, disparition des espaces verts, éloignement de la nature par exemple — sont au moins aussi inquiétantes que les nuisances industrielles — bruit, pollution de l’air et de l’eau, importance des déchets. Un premier thème d’étude est offert par le fait même de l’inégalité spatiale. Il est spécifiquement géographique.

50L’incapacité des modèles économiques traditionnels (en particulier ceux inspirés de l’économie néo-classique) à expliquer l’inégalité spatiale — que ce soit à l’échelle nationale ou internationale — a conduit dans les années cinquante à la découverte des modèles centre-périphérie. Si R. Prebisch (1949), peut-être à la suite de Lénine, inventa le concept, c’est G. Myrdal (1957) qui en fut le véritable pionnier. Pour l’essentiel, le modèle de Myrdal explique comment les activités économiques, les équipements collectifs, les hommes, etc. ont tendance à se concentrer dans certaines régions ou pays suivant un processus de causalité cumulative mettant en jeu des variables socio-culturelles et économiques. Ce modèle mettant en lumière le renforcement de l’inégalité spatiale par le biais des mécanismes du libre jeu des forces du marché, on accepta d’une façon générale, du moins à partir des années soixante, le rôle de l’Etat en tant que régulateur des disparités spatiales et facteur de développement économique (Myrdal, 1957, Hirschmann, 1958, Rostow, 1960). Ce modèle mettait par ailleurs en défaut la thèse « dualiste » en matière de sous-développement.

51Même si les travaux suscités par la thèse dualiste ont permis de mieux décrire diverses situations de sous-développement, ils ne permettaient pas — on s’en rend compte après Myrdal — du fait même de leur fil conducteur, de poser la vraie question du sous-développement — qui serait aussi la question du mal-développement : sa genèse historique. Comme l’ont remarquablement montré Samir Amin (1971) d’une part et les géographes H. Isnard (1971) et Milton Santos (1975) d’autre part, celle-ci n’apparaît qu’à partir du moment où l’on découvre qu’il n’y a pas juxtaposition de deux sociétés, l’une développée et l’autre sous-développée ou juxtaposition de deux régions, l’une traditionnelle, l’autre intégrée, mais une seule pièce d’une machine unique, d’un système global, au sein duquel sociétés et régions surdéveloppées tiennent une place particulière et exercent des fonctions définies. Dans la perspective des modèles centre-périphérie liés à la théorie de la domination, la contestation du sous-développement ou du marginalisme des régions traditionnelles change alors d’objet. Elle s’attaque cette fois à une cible précise : l’économie capitaliste mondiale, qui, jusqu’alors, restait cachée sous le flot des faits et des apparences décrites par l’approche empiriste-positiviste. Une approche dont on conçoit bien le rôle idéologique, mais qui semble avoir régné en maître au sein de la production géographique.

52L’idée d’une périphérie dominée par un centre à travers un système d’interdépendances dissymétriques pouvait être utilisée à plusieurs échelles spatiales (locale, régionale, nationale, internationale) et montrer combien simpliste était l’opposition pays développés/pays sous-développés, anticipant ainsi le concept de mal-développement. En tant que l’un des premiers modèles économiques d’inspiration explicitement spatiale, le modèle centre-périphérie ne pouvait manquer d’intéresser les géographes et les spécialistes de la science régionale (Friedmann, 1966, 1972 ; Slater, 1973, 1975) qui n’ont évidemment pas hésité à l’appliquer à leurs recherches sur le développement.

53Pour John Friedmann, centre et périphérie constituent ensemble un système spatial complexe et dynamique. Le centre est défini comme un sous-système social, territorialement organisé et ayant une forte capacité à générer et à retenir l’innovation. Les régions périphériques sont aussi des sous-systèmes dont le mode de développement est d’abord déterminé par les institutions des régions centrales avec lesquelles elles entretiennent des relations de dépendance. Deux types d’interactions sont alors fondamentales : celles qui se déroulent dans le centre (interrelations intra-urbaines par exemple), celles qui se déroulent entre le centre et la périphérie. S’ajoutent à ces dernières les relations s’effectuant au sein de la périphérie, mais pour J. Friedmann elles ne sont pas déterminantes. Ce double système d’interdépendances se complique en outre de deux autres types de relations, de nature différente : celles qui ont un effet de polarisation (back-wash effects selon la terminologie de G. Myrdal), celles qui ont un effet de diffusion (spread effects). C’est de la force relative de ces différents facteurs que dépend alors l’accroissement ou la diminution de l’écart entre régions développées et régions sous-développées. Ce schéma conceptuel se présente donc bien comme un outil d’analyse pouvant servir à l’identification des stratégies et des politiques susceptibles d’apporter une solution au problème des déséquilibres régionaux. J. Friedmann n’hésite pas à prétendre en effet que ses typologies régionales dynamiques s’appliquent à des échelles différentes : échelle du globe, échelle d’une ville aux niveaux intermédiaires tels les niveaux national ou régional.

UN PARADIGME POUR L’ETUDE DE L’URBANISATION (John Friedmann 1970).

UN PARADIGME POUR L’ETUDE DE L’URBANISATION (John Friedmann 1970).

FIG. 3
Légende :
C Zones Centrales
P Zones Périphériques
Processus d’urbanisation fondamental
e Emergence d’Innovations
d Diffusion des Innovations
c Contrôle des Décisions
m Migration de la Population
k Investissement
Configurations spatiales de base
SC Socio-Culturel
OP Organisation du Pouvoir
S « Settlement »
AE Activité Economique
Principaux modes d’intégration
OSM Organisation Spatiale de la Modernisation (SC + OP)
OSE Organisation spatiale de L’Economie (S + EA)

54Le caractère dynamique du modèle est fondé sur une relation contradictoire fondamentale entre centre et périphérie : autonomie et dépendance. La force maîtresse consiste en un ensemble d’innovations émergentes (matérielles, technologiques, spirituelles, institutionnelles, le symbole e sur la figure n° 3). Quatre processus d’urbanisation seront alors les canaux à travers lesquels se développeront les relations entre le centre et la périphérie : la diffusion des innovations (d), le contrôle des décisions (c), la migration (m) et l’investissement (k). Au fur et à mesure de la diffusion de l’innovation, les processus forcent le système spatial à une série de transformations structurelles au niveau de l’organisation de l’habitat comme au niveau du système social.

55C’est ainsi que J. Friedmann identifie quatre étapes majeures dans la séquence d’organisation spatiale (cf. fig. n° 4) :

  1. 1re étape : les centres sont indépendants et non hiérarchisés, leur taille est sensiblement égale. Il s’agit d’une structure pré-industrielle typique, chaque ville occupant le centre d’une petite région. Les possibilités de croissance sont vite épuisées et l’économie tend à stagner.

  2. 2e étape : elle est marquée par l’apparition d’un centre majeur et moteur. La structure est alors typique de la période de la première industrialisation. Une périphérie émerge (P), les économies locales sont détériorées, minées par les conséquences d’un transfert massif des entrepreneurs, des intellectuels et de la force de travail potentielle vers le centre C. L’économie nationale se réduit virtuellement à une seule région métropolitaine, qui n’a que des possibilités limitées de croissance. La stagnation continue de la périphérie peut évidemment conduire à un sentiment d’inconfort, tant social que politique.

  3. 3e étape : un seul centre national toujours, mais avec de forts sous-centres périphériques. C’est la première étape vers une « solution » : elle se manifeste au stade dit de la « maturation industrielle ». Des sous-centres stratégiques (SCn) se développent, réduisant ainsi la périphérie d’abord vécue à l’échelle nationale, à une ou à des périphéries inter-métropolitaines, plus facilement développables (Pn). L’hypertrophie du centre national est évitée alors que d’importantes ressources périphériques sont mobilisées et introduites dans le cycle productif de l’économie nationale. La croissance potentielle de la nation en est augmentée, mais les problèmes de pauvreté et de l’arriération culturelle persistent dans les périphéries inter-métropolitaines.

  4. 4e étape enfin : celui de la mise en place d’un réseau hiérarchisé de complémentarité, ou, dans les termes de J. Friedmann, d’un système de villes fonctionnellement interdépendantes. Il s’agit cette fois d’une complexité organisée. C’est la solution finale à mettre en place pendant la période de maturation industrielle. Elle s’épanouit au stade « post-industriel », considéré comme une structure en équilibre vers laquelle le système spatial « devrait » évoluer progressivement. Les principaux objectifs de l’organisation spatiale sont alors censés être remplis : intégration nationale, efficacité des localisations, potentialités de croissance maximales, déséquilibres régionaux minimaux.

56Comment ne pas constater le caractère hautement optimiste de ces considérations dont J. Friedmann quelques années plus tard (1972) a, pour des « raisons pratiques », reconnu le caractère plus normatif qu’explicatif ou même descriptif. Son modèle en effet contribue à la légitimisation du développement d’un capitalisme périphérique. Ne soutient-il pas fondamentalement que le développement passe par l’intégration de la périphérie au système économique capitaliste mondial ? Tel est en effet le sens de l’intégration de la périphérie au centre.

STRUCTURE SPATIALE ET STADE DE DEVELOPPEMENT

STRUCTURE SPATIALE ET STADE DE DEVELOPPEMENT

D’après J. FRIEDMANN, 1966
Figure n° 4
A) Pré – industriel
B) Industrie naissante
C) Maturité industrielle
D) Post-industriel
C = Centre
P = Périphérie
SC = Sous-Centre

  • 17 Liés au phénomène de polarisation, les « effets de remous » se réfèrent, selon Myrdal, à tous les c (...)
  • 18 C’est par exemple tout le problème des migrations sélectives qui dépouillent les régions les plus p (...)

57J. Friedmann semble ignorer l’importance des « effets de remous »17 contrebalançant les effets de diffusion. Il ne s’interroge guère sur la force relative et la distribution spatiale des uns et des autres, force relative qui déterminera en dernière analyse, comme l’a fort bien montré Gunnar Myrdal, si la différence entre centre et périphérie s’accroît ou s’amoindrit. Or, pour l’essentiel, les effets de remous liés à la croissance des agglomérations centrales se manifestent par des mouvements de population, de capitaux et de biens qui favorisent d’abord le développement des zones centrales18. Ainsi, en s’appuyant sur l’histoire de la colonisation, David Slater (1975), donne des exemples où une intégration du centre à la périphérie ne peut être que préjudiciable à celle-ci, empêchant son développement endogène. Ses descriptions de l’effet de la colonisation dans l’organisation spatiale des économies sous-développées soulignent la nécessité d’expliquer les inégalités régionales de ces pays en termes d’intégration dans le système capitaliste international et plus particulièrement dans le contexte de la structure polarisée de l’économie mondiale. Plus fondamentalement encore, d’autres géographes (Kongstad, 1974, Soja, 1980) ont insisté sur le fait que, dans sa globalité, le système capitaliste apparaît, depuis ses origines, comme une structure hiérarchique de différents niveaux de productivité, naissant justement de l’inégal développement des Etats, des régions, des branches industrielles, des firmes, et stimulé par la recherche du surprofit. Le développement capitaliste n’est pas simplement géographiquement inégal parce qu’une certaine inégalité géographique résulte forcément de tout processus social à l’œuvre dans l’espace ; le mode de production capitaliste crée plutôt, activement, et intensifie, maintient, volontairement, une inégalité régionale et spatiale, en vue de sa propre survie, de son propre développement. A la différenciation verticale bien connue entre secteurs sociaux, branches d’activités et types d’entreprises, correspond la différenciation horizontale fondée sur le développement inégal. Ces deux composantes sont homologiques et dialectiquement liées, comme le sont les relations sociales et les relations spatiales entre lesquelles il n’est pas question de choisir une détermination fondamentale, mais de les comprendre plutôt comme dialectiquement simultanément unies. Comme l’a fort bien défini Ernest Mandel (1976) : « Le développement inégal entre régions et nations est l’essence même du capitalisme, au même niveau que l’exploitation du travail par le capital ». Mais on est loin, si l’on accepte une telle définition, du « marxisme ordinaire », encore plus loin de la théorie économique classique de l’équilibre, à laquelle se rattache implicitement John Friedmann, même s’il cherche à lui donner la composante spatiale que celle-ci a toujours ignorée.

58La rencontre des faits spatiaux et des processus sociaux constitue en effet le cœur du problème. Ces processus apparaissent dans certains environnements composés d’éléments du monde naturel et des différents types de relations sociales qui s’inscrivent dans l’espace et contribuent à sa « production ». S’ouvre ici la possibilité d’une dialectique socio-spatiale suggérant que les relations sociales et spatiales sont dialectiquement interactives, interdépendantes. Dans une optique marxiste, les relations sociales de production sont tout à la fois constructives d’espace (space forming) et dépendantes de l’espace (space-contingent), pour autant que l’on maintienne l’hypothèse initiale d’un espace organisé socialement construit. Cette constatation est à la base des recherches récentes et apparemment les plus prometteuses. L’espace n’est plus considéré comme un simple reflet, une occasion du déploiement de la structure sociale — ce qui équivaudrait à concevoir la nature comme entièrement façonnée par la culture — mais une expression concrète de l’union de ces deux termes, à travers le processus dialectique par lequel une espèce biologique particulière, « l’homme », transforme son environnement et se transforme dans sa lutte pour la vie et pour l’appropriation du produit de son travail.

59L’analyse géographique du développement consistera alors (Slater, 1975) à étudier le niveau de développement (inégal) des forces productives ainsi que les conditions selon lesquelles la plus-value est générée et réalisée. L’uniformité n’est évidemment pas de règle, qu’il s’agisse de la répartition des ressources, des instruments de travail, de la force de travail et des méthodes de production. Les relations de production ne sont pas forcément uniformes non plus. L’étude de l’appropriation du surplus et de la formation des classes en fera la démonstration. La façon dont les différentes classes sociales pourront s’approprier le surplus et l’utiliser devient la composante clé pour comprendre non seulement le sous-développement comme un tout mais encore la structure spatiale qui lui est associée. Plus-value, profit marchand, surplus de main-d’œuvre varieront dans leur occurrence spatiale comme aussi le développement de la structure des classes, projetée de façon plus ou moins concentrée dans une grande variété de zones plus ou moins équipées et investies. Reste qu’un facteur crucial dans le développement de n’importe quelle structure spatiale réside, troisième point à étudier, dans le mode d’utilisation du surplus et dans le rôle de l’Etat. Comment le surplus circule-t-il, est-il distribué, concentré et utilisé dans l’espace ? (ou drainé vers la métropole coloniale et l’économie métropolitaine ?) A quel secteur est affecté localement ce qui reste, comment et où, en fonction de quelles orientations principales ? La structure spatiale en dépend à l’évidence. Reste à comprendre comment cette structure socio-spatiale est reproduite et par quelles médiations économiques, idéologiques et politiques. On découvre alors que, pour que le système spatial change de façon radicale, la structure du sous-développement doit d’abord être dépassée et avec elle tout à la fois la nature des relations entre l’économie sous-développée et le système capitaliste mondial, de même que l’alignement interne des forces de classes dans les sociétés du Tiers Monde.

60Il va donc de soi, pour quiconque s’intéresse à la question des transformations spatiales des sociétés périphériques sous-développées (spécialement s’il se souvient de l’existence de relations étroites entre la pénétration capitaliste, l’intégration spatiale de la périphérie au centre et la désintégration sociale, que les changements structuraux sont la condition essentielle du succès d’une stratégie de changement à long terme. Celle-ci s’exprime à travers des objectifs qui, chez le géographe Slater, recoupent en grande partie ceux de « l’écodéveloppement ». Il s’agit d’abord : d’effectuer et de consolider la pleine utilisation possible de la variété des ressources industrielles et agricoles de toutes les zones du pays, de telle sorte que l’on établisse ainsi la base territoriale matérielle de la société en vue d’assurer la satisfaction des besoins de la population considérée comme un tout à travers un développement endogène. En second lieu, il s’agit, dans la plus grande mesure possible, d’assurer ou de faire émerger les conditions sociales et économiques de la vie à travers tout le territoire : diffusion spatiale adéquate du bien-être et éradication des distorsions géographiques dans la localisation des unités de production, évitant ainsi les problèmes liés aux hyper-concentrations urbaines. Ce qui suppose évidemment une redivision régionale de la force de travail, un dépassement de la séparation entre villes et campagnes et l’intégration de l’agriculture à l’industrie. L’équilibre entre consommation et production doit être réinventé en termes régionaux en s’appuyant sur une meilleure utilisation des ressources locales, ce qui suppose une décentralisation de la gestion (cf. Slater, 1975) ou, en d’autres termes, un partage du pouvoir.

61C’est à une conclusion analogue que nous arrivions à propos de l’évaluation des risques du nucléaire, en insistant sur le fait que le point de vue du public ne pouvait qu’enrichir les processus de décision et « modérer » les approches techniques. Le besoin de participation n’est-il pas justement l’un de ces besoins fondamentaux auxquels on se réfère sans arrêt, sans jamais être capable de les préciser ? A ce niveau encore, le géographe a peut-être une contribution à faire, à la rencontre de ses traditions méthodologiques, régionales et spatiales.

De l’Etat à la région, de la communauté illusoire au pouvoir partagé

62En fait, la question de la participation des citoyens dépasse le cadre de l’évaluation, de l’utilisation et de la gestion des ressources, et concerne la problématique du développement dans son ensemble : une politique de décentralisation est indispensable à une optique de développement autocentré où chacun (individu ou groupe) doit être responsable et prêt à assumer les problèmes d’intérêt local. La décentralisation n’est pas une simple déconcentration des activités et des hommes, même si celle-ci est nécessaire pour éviter les coûts résultant de la surconcentration. La décentralisation est avant tout une redistribution et un partage du pouvoir, légitimé par le droit à la différence et le droit à la territorialité.

63Le géographe d’aujourd’hui a progressivement appris à percevoir comment le pouvoir sur l’espace et les populations s’établit à plusieurs niveaux et s’exerce à plusieurs échelles (Bataillon, 1977). Il s’est finalement rendu compte, avec Y. Lacoste (1976) en particulier, « que l’espace n’est ni neutre ni innocent, mais qu’il est aussi un des champs d’action par excellence des forces politiques : l’Etat est aussi une entité géographique et l’appareil d’Etat organise l’espace géographique de façon à y exercer son pouvoir sur les hommes ». Le dire, c’est déjà se donner de meilleurs moyens d’atteindre la logique historique du sous-développement : l’imitation des modèles de développement occidentaux dans le cadre de l’Etat, imitation qui ne prend pas en considération les intérêts d’une population fixée sur un lieu mais les seuls intérêts de la reproduction élargie du capital. Or c’est justement cette contradiction entre les intérêts des populations et l’intérêt de la rentabilisation du capital d’une minorité « qui amène l’intérêt collectif à prendre, en qualité d’Etat, une forme indépendante séparée des intérêts réels de l’individu et de l’ensemble, et à faire en même temps figure de communauté illusoire... » (Karl Marx et Friedrich Engels, L’Idéologie allemande, Editions sociales, Paris, 1968, p. 49).

64Il apparaît ainsi que l’alliance d’un centralisme autoritaire (des puissances colonisatrices d’abord, puis des dictatures locales) et d’un capitalisme en expansion est à la racine de la désarticulation des économies et aussi des cultures locales. La reconnaissance des inégalités de développement économique et sociales sur le territoire national et de la responsabilité de l’étatisme dans l’immobilisation de l’initiative locale (dans le gaspillage des ressources locales et dans le dépérissement de la richesse en capital-information que constituent les cultures locales) offre cependant une occasion pour la redécouverte d’une utilité à l’analyse spatiale et à la notion de région.

65Au-delà d’une géographie humaine trop possibiliste et d’une géographie environnementaliste trop déterministe, au-delà de l’approche monographique de « personnalités » régionales des géographes du début de ce siècle et de l’approche assez formelle et réductrice de la région économique (plus soucieuse des régularités d’organisation et de fonctionnement des ensembles régionaux), émerge dans les travaux actuels de quelques géographes une synthèse ouverte à la dimension prospective et permettant l’application d’une politique volontaire d’aménagement de l’espace. Ce qui nous amène à franchir un pas de plus et à nous situer au niveau des projets de société. Dans la perspective de la recherche des stratégies d’écodéveloppement, ces travaux ne manquent pas d’intérêt. Pour apprendre à dégager les futurs possibles, il nous faut commencer par décrire les multiples modèles où populations, ressources, techniques, comportements, environnement et organisation sociale se combinent de façon spécifique dans l’espace. Dans cette optique, I. Sachs (1980), nous rappelle que les travaux d’analyse régionale traditionnelle tels que ceux de Lucien Fébvre (1922) « gardent une étonnante actualité ». Yves Lacoste (1976) a montré pourquoi la conception traditionnelle de région (un « concept-obstacle » selon lui), était abusivement restrictive. Elle vide en effet la réflexion sur l’espace de la prise en compte des rapports sociaux s’établissant entre les hommes et les groupes sociaux qui le façonnent. Dans son ouvrage de 1960, W. Isard privilégiait comme données caractéristiques de la région : la population, le revenu régional, les flux interrégionaux (réels et monétaires), la structure industrielle, etc. Il insistera plus tard (1972) sur la nécessité d’y ajouter la prise en compte de données « non économiques », moins aisément quantifiables, telles que la répartition de la richesse, la santé, les problèmes d’environnement, etc.

66Le type d’analyse nécessaire pour bien décrire la situation d’une région reste le recours au tableau input-output, à condition de ne pas oublier d’expliquer au préalable les critères qui ont présidé au choix des variables du modèle et la nécessité d’une approche qualitative, et non seulement là où les données sont manquantes. Cette analyse des interactions entre activités et secteurs caractéristiques de la structure interne de la région sera complétée par celle des relations avec les autres régions. Ainsi se dégage une conception structuraliste, voire « systémique » de la région appréhendée comme un complexe ayant une organisation fonctionnelle, possédant un ou plusieurs foyers dominants et exerçant son emprise sur un espace plus ou moins large. Il reste qu’on ne saurait s’en tenir à une approche purement objective de la région. A cet égard, A. Frémont (1976) rappelle que ni la région de l’économiste, ni la région administrative, ni la région naturelle ne permettent de cerner correctement l’espace des hommes, car la région, si elle existe, est aussi un espace vécu. Alors le concept de région n’est plus seulement un concept descriptif ou explicatif, mais un concept pouvant définir un espace « volontaire » (J. Labasse), conçu pour l’action. Il peut alors traduire le découpage de l’espace national en unités administratives destinées à servir de cadre à une politique de planification décentralisée faisant recours à la participation des populations, à leur propre développement. La région serait alors un concept essentiellement normatif correspondant à des unités spatiales culturellement semblables résultant certes de la superposition des réseaux d’influences socio-économiques exogènes et endogènes mais qu’on ferait tendre vers l’auto-suffisance. Tel est bien l’un des objectifs centraux d’une politique d’écodéveloppement.

67Comment mieux assurer en effet le contrôle démocratique de la production des formes d’organisation et d’utilisation de l’espace et de ses ressources, sinon en montrant la possibilité scientifique d’une division administrative de l’espace politique en une série d’unités de tailles différentes selon le niveau hiérarchique des fonctions qui seront les leurs, en suivant par exemple le principe mis en avant par W. Christaller et la théorie des seuils ? Dès 1970, le géographe David Harvey avait proposé que l’on réfléchisse à une organisation territoriale qui, tout en étant hiérarchique dans sa nature, permettrait d’offrir une participation locale maximale, avec en retour l’accès, pour chacune des unités considérables, à des services proches de la condition optimale. William Bunge (1975) a suivi cette idée et proposé d’utiliser le travail de Christaller sur les lieux centraux non plus à des fins économiques (l’optimalisation de la répartition des centres de service), mais démocratiques ; non plus comme support de la centralisation du pouvoir, mais de sa décentralisation. En partant de la plus petite unité viable pour l’exercice d’une fonction politique (une commune de 200 habitants du Canada), il a pu ainsi construire une hiérarchie à sept niveaux, cherchant alors un modèle qui permette d’assigner des fonctions gouvernementales à chacun des niveaux hiérarchiques. A la théorie des seuils utilisée pour assurer la maximalisation du profit économique peut très bien se substituer une théorie des seuils, analogue dans sa formulation et son utilisation mathématique, mais orientée vers la maximalisation de la démocratie, maximalisant l’information et les relations, et plus particulièrement la validité de l’expression politique au sein de la cité, de la région, ou de la nation. Ainsi conçu, un savoir qui, à l’origine, et traditionnellement, est un instrument stratégique de domination, peut fort bien devenir un instrument de liberté. C’est en tout cas dans cette perspective que les « modèles » géographiques les plus abstraits ont été utilisés, « retournés » dans certaines études d’optimalisation du découpage scolaire dans les quartiers noirs de Detroit, ou à Toronto dans un essai de restructuration démocratique des gouvernements urbains.

68On retrouve ainsi, indirectement, une des idées-forces d’hommes comme Alvin Töffler en Amérique (La Troisième Vague, 1980) ou Michel Bosquet en France (cf. par exemple « Scénario pour un autre bonheur », Le Nouvel Observateur, 29 septembre 1980). Ils constatent que les mutations technico-culturelles actuellement en cours vont nettement dans le sens d’une décentralisation, déstandardisation et désunification de la société. Certes, la mutation technologique, en elle-même, est ambiguë puisqu’elle peut servir à l’hypercentralisation, à la surveillance policière totale, à la télécommande des pensées et des conduites aussi bien qu’à leur contraire. Il y a là cependant un problème de fond qui, pour l’instant, nous dépasse. L’usage de la technique est-il ou non inscrit dans la technique elle-même ? On a dit que la technique était porteuse du « code génétique de la société ». Ce n’est en tout cas pas n’importe quelle société qui invente n’importe quel usage. C’est d’ailleurs tout le problème du transfert des technologies. « Mais le paradoxe », dit Michel Bosquet, « c’est que beaucoup de techniques (la télématique, la mini-informatique, la robotique) que l’ordre industrialiste développe actuellement pour perpétuer sa domination peuvent être facilement retournées contre cet ordre et accélérer sa décomposition ». Pour Töffler, la « troisième vague », c’est précisément « le détournement de ces technologies au service d’une révolution culturelle qui les a précédées et apprend à se nourrir d’elles ». Il n’est pas certain cependant que ce retournement soit aussi facile que ne l’envisage Michel Bosquet.

Notes

12 Cherchant toujours à replacer les faits étudiés dans l’ensemble des faits qui les conditionnent et qu’ils conditionnent en retour, le géographe s’attache à étudier les variables qui président à l’allocation et au développement des ressources (variables biophysiques, technologiques, économiques, sociales, politiques, institutionnelles, etc.), sans négliger l’étude des effets de leur allocation spécifique.

13 On ne dira jamais assez l’importance de cette réflexion et Susan L. Caris en a en tout cas fait la démonstration (1978) prolongeant ainsi les travaux de Berry (1974) sur les charges sociales liées à la pollution.

14 Au sein d’un même groupe social de nombreuses études ont déjà montré (plusieurs d’entre elles sont dues à des géographes), l’importance des différences d’attitude entre sous-groupes et entre par exemple individus et experts (Lowenthal, 1966, 1972). Ces derniers ne perçoivent pas les préférences des citoyens avec précision et chercheurs et citoyens commencent à être convaincus que les experts ne produisent pas automatiquement la décision la plus efficace, la plus équitable.

15 Joint Project, International Atomic Energy Agency — International Institute for Applied Systems Analysis.

16 On retrouve ici l’un des problèmes laissés latents dans les études sur la qualité de la vie et les indicateurs sociaux subjectifs : si les pouvoirs en place possèdent ce type d’information, la connaissance qu’elle leur donne ne va-t-elle pas être utilisée au renforcement de ce pouvoir ? Comment les chercheurs en science sociale, travaillant sur des données empiriques à cette échelle peuvent-ils veiller à contrebalancer une utilisation de leurs travaux qu’ils condamnent ? Est-ce là une tâche à entreprendre ?

17 Liés au phénomène de polarisation, les « effets de remous » se réfèrent, selon Myrdal, à tous les changements négatifs se manifestant à la périphérie des villes et étant la conséquence de leur expansion économique. A travers, par exemple, la migration sélective, les mouvements de capitaux, et d’autres relations sociales « non économiques ».

18 C’est par exemple tout le problème des migrations sélectives qui dépouillent les régions les plus pauvres de leurs ouvriers les plus qualifiés et des classes d’âge les plus actives. En fait, ces effets de remous peuvent être considérés dans une certaine mesure comme l’image-miroir des forces qui encouragent la dispersion. Tous les mécanismes évoqués pour décrire la diffusion centre-périphérie peuvent être repris pour décrire le phénomène inverse. Réflexion théorique, enquêtes empiriques : pour l’instant les résultats sont pour le moins ambigus (Chapmann, 1979).

Table des illustrations

Titre PROBLEMATIQUE BEHAVIORISTE DE L’ANALYSE DES RESSOURCES. FIG.2
Légende INSTITUT DE GEOGRAPHIE - UNI LAUSANNE DESS G.CLIVAZ
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre UN PARADIGME POUR L’ETUDE DE L’URBANISATION (John Friedmann 1970).
Légende FIG. 3Légende :C Zones CentralesP Zones PériphériquesProcessus d’urbanisation fondamentale Emergence d’Innovationsd Diffusion des Innovationsc Contrôle des Décisionsm Migration de la Populationk InvestissementConfigurations spatiales de baseSC Socio-CulturelOP Organisation du PouvoirS « Settlement »AE Activité EconomiquePrincipaux modes d’intégrationOSM Organisation Spatiale de la Modernisation (SC + OP)OSE Organisation spatiale de L’Economie (S + EA)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre STRUCTURE SPATIALE ET STADE DE DEVELOPPEMENT
Légende D’après J. FRIEDMANN, 1966Figure n° 4A) Pré – industrielB) Industrie naissanteC) Maturité industrielleD) Post-industrielC = CentreP = PériphérieSC = Sous-Centre
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 374k

Auteurs

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search