Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Théorie | Le concept d'écodéveloppement et la pratique des géographes

Chapitre I. Géographie et écodéveloppement : une parenté qui relève d’une tradition disciplinaire

Antonio Cunha, Bryn Greer-Wootten et Jean Bernard Racine

Texte intégral

1A l’heure où le discours des non-géographes sur le développement est truffé de métaphores spatiales à connotations géographiques (« pays », « centre », « périphérie », « région », « rapports Nord-Sud », « zone d’influence », « territorialité », etc.), comment évaluer la contribution des géographes à l’évolution des idées ? Elle est manifestement mal connue des autres chercheurs et du public, peut-être à cause de l’image d’une géographie, véhiculée par les « professeurs » du secondaire, et dont le discours imprègne les esprits, même après en avoir oublié les tenants et les aboutissants, même si les connaissances acquises ont été rangées depuis longtemps au magasin des accessoires encyclopédiques inutiles. Il reste que le discours des géographes est farci, depuis bientôt un siècle, de « concepts », peut-être de « principes », en tout cas « d’idées » (telle celle de « genre de vie » que l’on doit à Vidal de la Blache), que l’on croit opportun de redécouvrir aujourd’hui en oubliant qu’ils furent monnaie courante il y a déjà fort longtemps.

2Le plus simple et le plus rapide, à défaut d’en revenir aux « œuvres » elles-mêmes, consiste peut-être à partir des définitions proposées par les praticiens de cette discipline ancestrale et à « parcourir » le discours que les géographes tiennent sur leur propre discours. Mais en fait, rien n’est plus difficile à un géographe professionnel que d’essayer de donner une définition de la discipline. Se définit-elle par son objet, sa méthode, par son point de vue, ou plus simplement par le type de questions qu’elle pose ? Les réponses possibles ont fort évolué depuis la naissance de la géographie moderne qui ne prend réellement son essor qu’au cours des dernières décennies du siècle passé, avec Ratzel et ses contemporains en Allemagne, Vidal de la Blache et ses disciples en France (Claval, 1964).

Trois approches déjà traditionnelles : l’analyse écologique, l’analyse régionale et l’analyse spatiale

3Science des rapports entre les groupes humains et les conditions naturelles, science des localisations et étude des dimensions spatiales des différents phénomènes (physiques et humains) se répartissant ou se distribuant à la surface de la terre, discipline rendant compte de la différenciation du monde en paysages différenciés ou en régions distinctes, la géographie possède au moins trois grandes traditions (Taaffe, 1974). Chacune d’elles s’appuie sur des objets d’étude, des questions, à la fois différentes et complémentaires. La plus ancienne est sans doute celle qui rattache la géographie à l’écologie, au sens que lui donna d’abord son fondateur, Haeckel (1872), qui a voulu en faire l’étude du rôle de l’environnement des êtres vivants. Ce courant s’inscrit dans le prolongement des idées de Darwin sur le rôle du milieu en matière d’évolution. C’est avec Ratzel que la géographie se popularise, en montrant ce qui fait l’originalité d’un espace ainsi que les liens subtils qui s’y trament entre les êtres qui cohabitent, à la recherche d’une explication — souvent déterministe et simpliste — du « destin » des peuples. La géographie devait souffrir longtemps de généralisations abusives et prématurées qui nourrirent plus tard la pensée colonialiste et nazie.

4Notons qu’une tendance bien moins extrémiste de cette école dite environnementaliste s’est développée autour de H. Barrows à l’Université de Chicago. Cet auteur élimine pratiquement la géographie physique : la géographie devient une science sociale qui s’intéresse aux relations entre les sociétés humaines et le milieu naturel et construit. Il est certain, dit P. Haggett (1973), que la ligne de démarcation entre cette conception de la géographie et les travaux de sociologues et même de certains économistes (pensons à l’école institutionnelle) est très fragile. Rejeté par un Vidal de la Blache — beaucoup plus soucieux d’histoire et plus sensible à tout ce qui nourrit la contingence humaine d’une humanité qui joue avec la nature plutôt que de simplement la subir —, l’environnementalisme de Ratzel devait progressivement s’effacer devant la pensée régionale. Le garde-fou contre le déterminisme consistait en effet pour Vidal à composer « des études analytiques, des monographies où les rapports entre les conditions géographiques et les faits sociaux seront envisagés de près sur un champ bien choisi et restreint ». Expression privilégiée de l’originalité des combinaisons résultant de l’interaction entre faits physiques et faits humains, la région devint la grande affaire de la géographie classique.

5Après les géographies générales, préoccupées tant dans le domaine physique que dans le domaine humain, à classer des types reproduits à un certain nombre d’exemplaires interchangeables, la géographie régionale, qui s’attache à évoquer de véritables individualités, prend le relais. Elle a eu ses hauts et ses bas.

6Ses hauts ? La mise en évidence — remarquable — de véritables personnalités régionales et locales, vécues et aujourd’hui souvent revendiquées comme telles, en tout cas par les mouvements régionalistes. La découverte aussi d’une légitimation théorique profondément ancrée dans la pratique ancestrale de toute géographie (dès Strabon, au tournant de notre ère) : le fait « chorographique ». Le point de départ résidait en fait dans une extension de la curiosité écologique. « Tout phénomène » disait Hartshorne (1939 : 49), « qu’il soit de la nature ou de l’homme, n’a de signification en géographie que dans la mesure et jusqu’au degré où ses interrelations avec les phénomènes qui se déroulent au même lieu ou ses interconnections avec les phénomènes qui se produisent dans d’autres lieux provoquent des variations régionales de ces phénomènes et par conséquent de la totalité de la différenciation régionale, mesurée en fonction de sa signification pour l’homme ». C’est ainsi qu’avec Hartsborne, le rôle synthétiseur ou globalisant de la discipline s’effectue par le biais de la différenciation spatiale, la chorographie, et devient la clé de voûte d’une grande variété d’études géographiques, portant sur l’étude des phénomènes physiques, économiques, sociaux coexistant dans une même région et la distinguant des autres régions. A la limite, l’axiome fondamental légitimant toute perspective géographique s’exprime ainsi : « peut être géographique tout objet, au sens statistique du terme, qui différencie la surface de la terre » (Nicolas-Obadia, 1977). Même l’inventaire des attributs d’un lieu ou d’une région, ainsi que de leurs interactions locales, reste évidemment nécessaire comme préalable à tout effort d’aménagement des ressources ou d’une région.

7Ses bas ? Le fait d’abord qu’elle se lança dans l’étude de la région sans s’interroger vraiment sur la nature de celle-ci (Claval, 1964). Peut-être parce que tel est le destin (et la réflexion actuelle sur l’écodéveloppement n’y échappe peut-être pas) de toute discipline qui choisit une orientation idiographique, plus soucieuse de particulier que de général. La géographie — les « nouveaux géographes » l’ont dénoncé avec vigueur (French et Racine, 1971, Racine et Reymond, 1973, Claval, 1977) —, devait rapidement tomber dans un savoir particularisé, en termes d’accumulation répétitive d’une information descriptive, une collection de timbres-poste qu’aucun principe, qu’aucun concept clair ne permettait vraiment d’ordonner.

8Ces géographes voulaient rattacher leur discipline à une troisième tradition, au-delà de l’approche écologique et/ou régionale, la tradition spatiale, ancrée quant à elle dans une problématique d’inspiration beaucoup plus économique. A la base, résidait l’idée qu’il était absurde d’entreprendre des travaux prétendument « globaux » sans fils directeurs clairement définis. Pratiquement, la globalité était un leurre, même si un géographe consacrait toute sa vie à l’étude de chaque km2 de telle ou telle région. « Dans leur effort pour mettre l’accent sur les cartes et sur les relations entre les phénomènes cartographiés, physiques, sociaux, économiques ou politiques, ils [les régionalistes] utilisaient implicitement l’expression spatiale comme critère de sélection », la « synthèse » ne portant en fait que sur les phénomènes qui avaient une signification pour l’homme à travers une expression spatiale significative (Taaffe, 1974). En revanche, la prise de conscience de l’importance de cette dimension devait les conduire dans les années cinquante et soixante à des exposés explicites de la conception spatiale en géographie. L’analyse spatiale devait en naître avec, cette fois, un arrière-plan théorique qui ne manquait ni de puissance ni d’intérêt. Il fut en fait emprunté aux économistes et aux théories de la localisation (Von Thünen, Weber, Christaller, Lösch, Isard, Ponsard), nourries de géométrie et de topologie (Bunge, 1966). L’analyse spatiale posait de nouvelles questions sur la localisation et la distribution, sur l’interaction et la diffusion des phénomènes dans l’espace, la structure et l’organisation spatiale, et l’ensemble des processus associés à la structure et à l’organisation spatiale (Berry et Marble, 1968, Haggett, 1965). L’espace, les relations spatiales et les changements dans l’espace devinrent la grande affaire des géographes (Morril, 1970).

  • 3 Théorie déductive et générale expliquant la taille, le nombre et la distribution des villes et de l (...)

9En tant qu’étude des distributions spatiales et des relations dans l’espace, la géographie allait donc contribuer à l’étude de l’un des problèmes humains majeurs, le système homme-environnement, un problème également étudié par de nombreuses autres sciences. L’accent cependant était particulier chez les géographes : le thème central était celui de l’organisation de l’espace, compris à la fois comme structure et comme processus (Adams, Abler, Gould, 1971). Cette conception devait réorienter l’analyse géographique sur les généralisations cumulatives (de la manipulation) théoriquement explicitées, mathématiquement formulées et statistiquement testées, les préoccupations théoriques devenant de plus en plus importantes au fil des années. C’est ainsi par exemple que la théorie des lieux centraux3 de W. Christaller fut examinée d’une façon particulièrement critique et fut progressivement remplacée par une multitude de modèles spatiaux consacrés aux réseaux urbains et aux structures de l’espace urbain (Taaffe, 1974).

10Les présupposés réducteurs et trop étroitement rationnels d’économistes spatiaux (se rattachant encore complètement aux hypothèses simplificatrices de l’école néo-classique) ne devaient pourtant pas échapper aux géographes dont les travaux évoluèrent assez vite vers une série de modèles de localisation plus complexes tenant compte d’un ensemble plus divers et réaliste de comportements. Modèles de diffusion, modèles cognitifs de comportements (Hägerstrand, 1967) progressivement ancrés dans la prise en compte de l’hétérogénéité socio-économique, puis de la rationalité limitée des agents économiques, devaient se multiplier : ils nourrissent aujourd’hui le paradigme dominant de la géographie, même si force est de constater avec E. Taaffe (1974) que la recherche en ce domaine n’a pas échappé à un danger aujourd’hui évident : le fait qu’une part disproportionnée de la recherche ait été consacrée à des problèmes certes dociles et traitables sur le plan théorique mais fort banals, voire idéologiquement mystificateurs sur le plan social (Taaffe, 1974, Racine, 1976). Se contentant le plus souvent de tester des hypothèses issues d’une théorie non critiquée, incapable de trouver pour les problèmes sociaux pertinents une théorie manipulable en termes mathématico-statistiques, la nouvelle géographie devait être sérieusement contestée dès le milieu des années soixante-dix par ceux-là mêmes qui avaient combattu pour l’imposer (Harvey 1973, Bunge, 1973, Racine, 1977). La place était libre pour une géographie de la pertinence sociale (Smith, 1977) et de la critique des modèles dominants, essentiellement inspirée par un point de vue marxiste : la géographie dite « radicale » (Peet, 1978) en Amérique du Nord.

  • 4 Action sur les associations végétales et animales naturelles, augmentation de la productivité génér (...)

11Il convient de noter ici que, parallèlement à cette évolution, le point de vue de l’analyse écologique a fait un « impressionnant retour » évidemment renforcé par l’intérêt du public pour les problèmes d’environnement et par le remarquable stimulant que représentait pour elle la diffusion des idées systémiques à travers toutes les disciplines. La géographie « écologique » nouvelle manière diffère cependant de celle des années vingt en ce sens, nous dit E. Taaffe, que l’accent n’est plus mis sur un environnement externe figé mais sur les moyens par lesquels les hommes structurent leur environnement selon leurs desseins. Pour le géographe d’aujourd’hui, la configuration spatiale de la société traduit le jeu des forces antagonistes, qui sans être constantes d’un groupe à l’autre, « dépendent, entre autres, des techniques dont on est armé pour exploiter la nature, l’aménager, triompher de l’obstacle de la distance et communiquer » (Claval, 1977). La maîtrise des pyramides écologiques4, la transformation de la matière, les transports et les communications se combinant aux techniques sociales de connaissance, de domination et de surveillance de l’espace sont autant d’aspects et de forces commandant l’organisation actuelle de l’espace. Le géographe moderne essaie de les décrypter, à la recherche d’une interprétation plausible du rôle de l’espace dans la vie de chacun et dans le fonctionnement de la société. Il n’échappe cependant jamais à la double nécessité de mettre à jour « les principes qui lient l’homme au milieu naturel, ceux qui les poussent à se disperser et ceux qui tendent à les rassembler » (Claval, 1977). L’interprétation « des dimensions spatiales de l’action humaine et des mécanismes d’ajustement des vouloirs sans lesquels la vie sociale ne serait pas possible » (Claval, 1977) en dépend largement.

12En ce qui concerne la dimension proprement écologique de cette recherche, elle ne peut plus faire abstraction de l’environnement social et culturel. H. Barrows lui-même, qui dès 1923 définissait la géographie comme une « écologie humaine », attirait l’attention sur le fait que l’étude de l’adaptation de l’homme à son milieu ne pouvait être qu’anthropocentrique : « les habitudes et les aptitudes d’une population, les marchés et les produits, les prix, les facilités et les taux de transport, les valeurs foncières, la disponibilité et le coût de la main-d’œuvre, la compétition interrégionale, les lois et la politique gouvernementale, tous ces différents facteurs doivent être pris en compte pour comprendre l’ajustement à un milieu particulier ».

13Mais aujourd’hui ce type de préoccupation est l’apanage d’une grande variété de disciplines : de la biologie de la population (Jacquard, 1978) à la psychologie et à la perception de l’espace (Kirk, 1963, Sonnenfeld, 1972, Bailly, 1978) d’un côté, de la géologie de l’environnement à l’éco-économie de Walter Isard (1972) de l’autre, en passant par une masse de thèmes agricoles et d’ingéniérie, rares sont les disciplines qui n’ont pas l’impression, à juste titre, de pouvoir donner des aperçus sur les problèmes écologiques. Quelle peut être alors la spécificité de la contribution géographique ? L’analyse de la littérature actuelle est révélatrice en tout cas de la grande sensibilité des géographes face à la mise en évidence collective de la nature profonde de la crise actuelle. Les méthodes des géographes ne devraient donc plus laisser indifférents ceux qui, à l’extérieur de cette discipline particulière, se préoccupent « d’écodéveloppement ».

La spécificité du regard géographique

14La première qualité d’un géographe est sans doute un sens aigu de l’hétérogénéité de l’espace. Il cherche à l’expliquer, et les questions qu’il se pose à cet égard définissent sa discipline. Observant la variation de la densité des occurences spatiales (densité de la population, des organismes urbains, des flux de circulation par exemple), le géographe s’interroge : pourquoi l’espace est-il structuré de telle façon ? Cette structure doit d’abord être définie (premier temps). Les processus qui l’ont engendrée et commandent son dynamisme doivent être découverts et rendus intelligibles (deuxième temps).

  • 5 « La structure spatiale d’une distribution est tout à la fois la localisation de chacun de ses élém (...)

15Il n’est pas facile de décrire rigoureusement une structure spatiale. Retenons pour l’instant que la structure spatiale se réfère à l’organisation interne de la distribution des localisations d’un phénomène ou d’un ensemble de phénomènes5. Chaque « phénomène » est décrit à deux niveaux : celui de sa localisation (une position dans l’espace géographique) et celui de ses attributs caractéristiques. Comme telle, la structure spatiale apparaît donc comme une synthèse d’éléments localisés (régions, villes, quartiers, etc.) et d’attributs de ces éléments, variant de l’un à l’autre (données caractérisant la population, les activités économiques, l’utilisation du sol, etc.), soumise à un ensemble de pressions et de contraintes de la part de l’environnement naturel, des techniques et des formes d’organisation économique, sociale, politique, voire idéologique. Cette synthèse peut apparaître comme une forme de relations multiples que l’on saisit, synchroniquement, à un moment donné : l’espace géographique est alors représenté par les images statiques des géographies dites descriptives (structure urbaine, structure agraire par exemple).

16La géographie pourtant s’intéresse aussi — et de plus en plus — aux processus spatiaux, c’est-à-dire « l’ensemble des mécanismes qui engendrent les structures spatiales des distributions », étant entendu que les structures spatiales peuvent conditionner, dans un mouvement dialectique, les processus à l’œuvre. On dira que structure spatiale et processus spatiaux sont circulairement causaux. La distribution existante des centres d’achat dans une ville est par exemple un déterminant fondamental du succès de n’importe quel nouveau centre d’achat installé dans cette ville. Autres processus spatiaux : les modalités de l’érosion par exemple, mais aussi l’urbanisation, les transferts d’activité ou de technologie d’un lieu à l’autre, la diffusion de certaines innovations ou de certains comportements dans l’espcae. C’est à travers ces processus spatiaux que se mettent en place — nous dirons plus généralement « se produisent » — les structures spatiales.

17Si les attributs (relevant de facteurs sociaux, économiques, écologiques, etc.. sont en interaction à l’intérieur d’une même unité spatiale (« l’élément » : une ville, un secteur de recensement quelconque par exemple), le géographe parlera de relations verticales, relations entre les faits localisés en un lieu. Si ces attributs sont en interaction entre deux ou plusieurs espaces, le géographe est alors appelé à analyser ce qu’il nomme les relations horizontales entre des lieux (rapports ville-campagne, régions développées-régions sous-développées, centres et périphéries, etc.).

18L’intelligence des structures spatiales passe donc par l’étude d’un ensemble complexe de relations : relations d’interdépendance entre les éléments (le fait par exemple que les villes d’un pays sont fonctionnellement intégrées dans un réseau hiérarchisé de complémentarité), relations d’interdépendance entre les attributs de ces éléments (population, activités, flux de trafic engendrés), relations d’interdépendance entre éléments et attributs (localisation des villes d’importance mineure au milieu des centres de niveau plus élevé, d’autant moins nombreux que leur taille est importante, espacement relativement uniforme entre les villes de même taille). Il s’agit à l’évidence de relations dont la nature est systémique et qui doivent donc être étudiées dans leur dynamique complexe si l’on veut comprendre l’articulation de l’espace et saisir le sens de l’ampleur des transformations qu’il subit.

19Un exemple (Santos, 1968) : le passage progressif du Brésil d’un état de sous-développement à un état de « développement » se traduit entre autres, sur le plan socio-spatial, par un fort mouvement d’urbanisation. L’étude géographique du phénomène n’ignorera pas ses origines économiques et démographiques. Elle cherchera cependant à définir ses caractères spécifiquement spatiaux. Il ne s’agira donc pas simplement d’étudier le nombre et la population des villes, même si leur augmentation attire d’abord l’attention. Ce seront également le déplacement géographique de l’importance des agglomérations (urbanisation intérieure) et le changement des types de rapports maintenus entre les agglomérations de différents niveaux qui définiront l’étude dite structurelle. Il s’agit en effet de rendre intelligible une véritable « organisation urbaine ». Restera à étudier les processus responsables de la mise en place de ce nouveau réseau : rôle des processus coloniaux dans le passé, augmentation accélérée de la population, aspiration aux modes de vie du monde industriel, c’est-à-dire, pour l’essentiel, le processus d’industrialisation lui-même, commandé par l’hégémonie croissante de Sao Paulo.

20Ainsi formulée, cette problématique « spatiale » n’épuise pas l’interrogation géographique. Il est évident que la structure spatiale doit être envisagée à chaque fois dans la combinatoire complexe qui la lie à la structure culturelle et à la structure sociale. Il reste, comme l’a fort bien exprimé le sociologue Jean Rémy (1975), que si les structures sociales et les structures culturelles s’avèrent au niveau de l’explication être des éléments de base (les géographes marxistes étudient toujours l’espace en tant que « spécification d’un mode de production »), « l’espace apparaît comme une médiation indispensable à partir de quoi se forment et s’expriment les structures sociales et culturelles ». Il est médiation en tant que support physique et, dans cette perspective, on pourrait le considérer en fonction de sa contribution du système d’interdépendance entre les acteurs sociaux. « Dans cette perspective, on peut, dit Jean Rémy (1975 : 281), tout d’abord considérer les caractéristiques de la matérialité physique des objets (par exemple les divers types d’habitat rural : habitat concentré / dispersé, dimension du regroupement, etc. et examiner leur lien avec les modalités des échanges sociaux (par exemple la différence entre la dispersion des contacts dans les activités économiques de la semaine et la concentration de la vie sociale au centre du village le dimanche) ». On pourrait également étudier l’influence d’attraction des espaces polarisés, ou encore repérer des zones qui correspondent à des traits culturels communs (zones de dialecte vallon, par exemple) et qui traduisent sur le sol l’inscription d’une histoire culturelle commune. Mais l’espace est aussi médiation en tant que code culturel. Son importance peut être repérée, par exemple, à partir de la constatation selon laquelle certains espaces peuvent devenir la base d’une identité sociale et d’un projet collectif. Dans cette perspective, « la notion de territoire propre devient relativement centrale comme facteur de visibilisation du groupe de la base de revendication : ainsi peut-on voir combien la théorie des communautés, d’origine anglo-saxonne, insiste sur l’importance que revêt, pour l’identification et l’action collective, une appréhension en terme de territoire propre » (J. Rémy, 1975 : 281).

  • 6 C’est dire avec Edward Soja (1980 : 208) que « la structure de l’espace organisé n’est pas une stru (...)

21Il n’est pas question ici « d’autonomiser » l’espace comme facteur explicatif : structures spatiales et processus spatiaux n’ont d’existence propre qu’en tant qu’expressions concrètes de structures et de processus sociaux. A la limite — et certains géographes en ont récemment fait la démonstration (Isnard, 1978, Racine, Greer-Wootten, Gilmour, 1980) —, une société ne construit pas son espace à partir de sa seule base infrastructurelle, mais aussi à travers tout ce qui constitue sa superstructure. En d’autres termes, « la société projette dans la réalisation de sa production toutes les caractéristiques qui établissent son identité : ses croyances, ses comportements, ses espoirs, ses expériences, son système de valeurs, sa vision d’elle-même et du monde, en un mot sa culture. Produit culturel, l’espace géographique est à l’image de la culture qui l’a créé » (Isnard, 1980)6. Telle est, pour l’essentiel, la représentation que se donnent aujourd’hui de leur objet les géographes les plus sensibilisés à l’apport de l’ensemble des sciences sociales.

La dialectique de l’objet et de la méthode : des exemples

22Le concept de structure spatiale traduit bien l’idée de combinaison entre des éléments dont la nature peut être différente, mais qui réagissent dialectiquement les uns sur les autres et qui se conditionnent réciproquement. Les structures spatiales se révèlent dans l’étude des transformations des systèmes socio-spatiaux qui la régissent et l’organisent. Ainsi, l’étude des systèmes est déjà au cœur de la méthode géographique dans la mesure où elle permet de repérer les composants, d’observer d’éventuels rapports de causalité, de mettre en évidence les interrelations et de mesurer les effets de l’action de certains agents.

23Ainsi par exemple, en face d’un paysage rural qui est une structure spatiale, le géographe établira les liens entre le système agraire qui l’organise dans une large mesure et le milieu naturel qui lui sert de support. Le système agraire comprend lui-même un système de culture (formé par l’association des cultures dans une exploitation), un système agricole (formé par l’ensemble des techniques présidant à l’organisation de la production) et le système foncier qui se traduit par des modalités de l’appropriation du sol et par les relations entre ceux qui travaillent la terre et ceux qui la possèdent (Dollfus, 1971).

24On peut donc noter la plus ou moins grande compatibilité des systèmes entre eux et leur degré d’adaptation à une situation concrète. Aucun des systèmes énumérés n’est à priori plus déterminant que les autres. On connaît l’échec au niveau social et écologique de la technologie de la révolution verte en l’absence notamment d’une politique foncière appropriée et adaptée aux intérêts des paysans (Collins, Lappé, 1978). Mais, dans les pays où des changements radicaux du système foncier ont été réalisés, c’est surtout avec des difficultés « naturelles » que les paysans sont aux prises, une fois supprimés les mécanismes d’exploitation qu’ils subissaient autrefois. Ainsi à Cuba, dans des fermes modèles, équipées « à la danoise », les zootechniciens ont constaté que, malgré la Révolution, le rendement en lait des vaches sélectionnées, importées d’Europe, s’abaissait rapidement dans les conditions du milieu tropical (Lacoste, 1975) ! On sait aussi les échecs des Anglais au Tanganyika : désireux d’étendre la culture de l’arachide, ils utilisaient dans les défrichements du matériel mécanique qui ne résista pas à l’agressivité des sols. Etonnant mais vrai !

  • 7 Paul Claval, « Une écologie de l’homme », Le Monde, 29 mars 1980.

25Le jeu des interactions est donc complexe et variable dans le temps et dans l’espace. Dans une région « sahélienne », le maintien d’une association végétale, par exemple celle d’acacias et de graminées qui verdissent épisodiquement lors des pluies, est lié à des équilibres précaires. Il suffit que les cycles d’années pluvieuses s’espacent ou que l’intervention humaine provoque la destruction des arbres pour que le désert s’installe rapidement et d’une façon irréversible (Dollfus, 1973). Le seuil entre la steppe et le désert est : facilement franchissable et la connaissance de la limite au-delà de laquelle les processus se modifient est un problème fondamental qui entraîne généralement, par suite de relations qui se combinent, toute une cascade de transformations, conséquence du jeu de processus cumulatifs, dont il est nécessaire de connaître les relations de causalité. Evidemment, le milieu naturel n’est pas uniquement une donnée qui contraint les groupes, comme le voudrait l’analyse géographique de la fin du siècle passé ; médiatisé par différents systèmes techniques, culturels et sociaux, il révèle une grande diversité de possibilités. La géographie contemporaine cherche du côté des mécanismes socio-économiques et naturels, voire dans les idéologies qui cimentent les groupes, bref dans le complexe de relations que nous avons énumérées, « à comprendre pourquoi les aménagements fondamentaux sont à travers le temps et l’espace à la fois si semblables (pourquoi la ville, l’Etat ?) et si différents »7.

26Mais le géographe ne se contente pas d’analyser les relations verticales entre les faits, il étudie aussi les relations horizontales entre les lieux. Nous dirons ainsi que le système agraire dont nous avons défini les composants n’est pas un système fermé, mais un système ouvert qui entretient un ensemble d’échanges avec son environnement spatial et tout d’abord avec le système urbain. C’est grâce aux échanges, aux transformations et aux transferts qui s’expriment sous la forme de flux de matières, d’énergie, d’informations, de populations et de biens, que la dynamique des phénomènes s’exerce dans l’espace. C’est bien cet ensemble d’échanges et de transformations qui constitue pour le géographe le processus spatial. Ces échanges et transferts sont en général ordonnés et canalisés par des réseaux plus ou moins denses (routes, voies ferrées, etc.) qui permettent la circulation de matières, de l’énergie, de l’information entre différents points de l’espace. Par le biais de la connaissance des réseaux, il est donc possible de savoir comment une société assure le contrôle territorial de l’espace qu’elle occupe (Dollfus, 1971).

27La mise en place des réseaux et leur entretien marquent un effort d’aménagement de l’espace en vue d’une exploitation selon les buts que la société (ou les groupes qui ont le pouvoir) se donne(nt) : les voies romaines comme les allées dallées de l’Empire inca sont deux expressions de la volonté d’intégration politique d’empires centralisés. De la même façon, la colonisation a procédé à la planification de l’espace conquis, pour mieux asseoir son contrôle sur de vastes territoires. Au Québec, les Français ont créé, de part et d’autre du St Laurent, le « paysage de rangs » (fait d’un réseau de routes parallèles au fleuve), entre lesquelles le sol est découpé en rectangles constituant les concessions individuelles (Isnard, 1978). En étudiant le cas spécifique du développement des transports au Ghana et au Nigéria, Taaffe, Morrill et Gould (1963) ont essayé de déterminer des constantes générales de la diffusion de réseaux de communication dans l’espace à partir des petits ports et des comptoirs commerciaux éparpillés le long de la côte. Les lignes de pénétration, le tracé des voies secondaires, les processus de liaison et de concentration suggèrent implicitement que l’espace a été entièrement aménagé en fonction des finalités de la puissance colonisatrice. Il apparaît que ces axes ont été construits pour trois raisons majeures : établir des liaisons politiques et militaires entre un centre administratif situé sur la côte et la zone qu’il devait contrôler à l’intérieur du pays, écouler les ressources minières exploitables, drainer les régions productrices de denrées agricoles exportables.

28Dans les pays « sous-développés », on constate généralement la superposition de deux groupes de réseaux que M. Santos (1975) a mis en évidence. Un réseau antérieur à la colonisation, mal connu mais dont on peut penser qu’il était faiblement hiérarchisé et relativement bien réparti dans l’espace, et un réseau moderne fortement hiérarchisé, inégalement réparti dans l’espace et destiné à faciliter l’exportation de matières premières ou à permettre aux villes de drainer les ressources de l’espace rural. La ville « moderne » est définie comme le point de contact, le noyau privilégié de ces deux réseaux. Son fonctionnement diffère de celui des villes occidentales sur deux points au moins : les relations entre la ville « moderne » et la campagne environnante sont fondées sur une plus forte inégalité, car la valorisation des produits agricoles et des matières premières résulte de leur introduction dans le circuit : des pays du « centre » ; la plus-value ainsi réalisée en milieu urbain est concentrée chez un petit nombre d’intermédiaires dont le style de vie entraîne des importations de type ostentatoire. Les réseaux de type colonial apparaissent ainsi beaucoup plus reliés au pays du « centre » qu’à leur arrière-pays immédiat. Cette distorsion ne peut qu’accroître l’inégalité régionale, selon un processus que G. Myrdal (1957) a très bien mis en évidence et que nous analyserons plus en détail plus loin. Ce qu’il faut retenir ici c’est l’idée de solidarité entre des relations horizontales et des relations verticales dont la nature peut être différente, mais qui réagissent les unes sur les autres et qui se conditionnent mutuellement, produisant des configurations spatiales différenciées.

Une méditation indispensable : la prise en compte des échelles de pertinence

29A l’heure où tant de disciplines scientifiques commencent à s’intéresser à l’espace, à ses structures et à sa production, il convient d’insister sur l’une des caractéristiques spécifiques de la réflexion géographique : son aptitude à prendre en compte, dans l’analyse, les médiations introduites par l’existence de différentes échelles de pertinence. Le géographe regarde en effet les structures spatiales d’un œil particulier. Il est constamment appelé à faire face à un dilemme fondamental, celui du choix de la taille de l’unité spatiale dans laquelle il conduira son analyse (le quartier, la ville, la région, la nation). Or, les géographes ont depuis longtemps constaté dans leurs études de cas que les généralisations faites à un certain niveau ne sont pas nécessairement valables à un autre.

30Ainsi, par exemple, dans une étude portant sur la localisation d’un type d’utilisation du sol, la forêt résiduelle, à propos de la répartition des terrains boisés dans le Sud-Est du Brésil, Peter Haggett (1964) a constaté qu’à l’échelle « régionale » les deux facteurs déterminants étaient la densité de la végétation et le caractère plus ou moins accidenté du relief. Toutefois, à l’échelon local, le relief et l’accessibilité étaient les facteurs les plus importants. Non seulement le résultat n’était pas semblable aux deux niveaux, mais il a fallu employer des techniques statistiques et des données différentes. Le choix de l’échelle n’est jamais neutre et il conditionne autant les résultats que le choix des outils d’analyse. Il dépend en fait de la problématique du chercheur. D’une façon générale cependant, en se référant aux travaux géographiques, il apparaît possible de dresser une grille des divers ensembles spatiaux que l’on peut considérer comme représentant les principales échelles de pertinence à travers lesquelles l’analyse est la plus utile.

31C’est ainsi qu’A. K. Philbrick (1957) a publié un schéma fondé sur l’idée de l’emboîtement de sept niveaux hiérarchiquement organisés. D’autres en ont identifié huit (Brunet, 1968, Bertrand, 1969), voire même neuf (Lacoste, 1980). Le principe est à peu près identique. Le plus petit niveau se mesure en dizaine de mètres : un microclimat, diverses constructions, un champ. Un deuxième niveau se mesure en centaines de mètres : un quartier, un village, un ensemble d’exploitations agricoles, etc.. On pourrait poursuivre l’énumération jusqu’à la prise en compte de la planète, en passant par la région, la province, le pays, le domaine (l’Europe rhénane, par exemple), la zone (intertropicale), voire de grands ensembles territoriaux (le « Nord » ou le « Sud »).

32A chacune de ces différentes échelles il est possible d’observer des ensembles de phénomènes de nature extrêmement différente : ensembles climatiques, morphologiques, végétaux, ethniques, etc. Mais ce qui est plus important encore, c’est qu’il y a rarement coïncidence entre les contours spatiaux de ces différents phénomènes et que de multiples intersections sont possibles entre les niveaux considérés : un phénomène de dépendance d’un pays au niveau international ne manque pas de se traduire par des effets spécifiques au sein des régions intérieures. On l’a vu pour le Sahel, on le retrouve au sein de toutes les études portant sur la problématique centre-périphérie. Un des problèmes fondamentaux de la géographie moderne — un des plus délicats aussi — réside justement dans l’analyse des intersections de ces ensembles spatiaux aux diverses échelles d’analyses, et de leurs articulations. Chaque ordre de grandeur ne donne qu’une vision partielle de la réalité. Notons au passage que le temps pose des problèmes analogues, d’autant plus complexes que l’on cherchera à l’intégrer à l’analyse spatiale.

33On sait aujourd’hui que lorsqu’on change l’échelle spatio-temporelle de l’analyse, les phénomènes changent non seulement de grandeur mais de nature. Un phénomène peut paraître uniforme (ou homogène) à une échelle d’observation, alors qu’il sera décrit comme hétérogène (ou concentré) à une autre. A l’échelle d’une région urbaine par exemple, la « couronne » urbaine paraît homogène. Les mêmes données, étudiées à l’échelle de la seule couronne font apparaître un très haut niveau d’hétérogénéité. Il n’est donc pas possible de généraliser à partir d’une occurrence géographique quelconque en faisant abstraction de l’échelle à laquelle ces milieux et ces distributions de données ont été observés. Par ailleurs, comme le rappelait Jacques Boudeville (1972), une ville d’un million d’habitants ne peut se comparer à vingt agglomérations de 50’000 habitants, même si la population totale est équivalente. Ce qui est vrai au niveau de l’étude morpho-fonctionnelle l’est évidemment aussi au niveau des études conçues en termes plus explicitement processuels. C’est ainsi que les géographes ont maintes fois souligné et démontré que les arrangements spatiaux qu’ils définissaient étaient en fait le résultat d’un double processus de compétition et de concentration, chacun agissant à différentes échelles géographiques. A leur manière, géographes béhavioristes (occupés de la perception, des attitudes et des comportements des individus dans l’espace) et géographes marxistes (attachés à l’étude des formes et des structures spatiales « produites historiquement et spécifiées par les modes de production ») fondent leurs études de processus sur des choix d’échelles différents (Racine, Raffestin, Ruffy, 1980). De même que les formes ne sont pleinement intelligibles que lorsqu’elles sont situées dans leur milieu, la compréhension des faits n’a de valeur que lorsqu’ils sont replacés dans des échelles comparables. L’échelle est toujours médiatrice d’une pertinence, d’une intention, d’une action possible. Cette discussion n’a rien d’académique, elle est essentielle pour réfléchir au problème du développement ou du mal-développement. Mais encore faut-il d’abord apprendre à mieux décrire et à mieux simuler les conjonctures spatiales en mobilisant à cette fin un grand ensemble de données. C’est l’une des tâches essentielles que s’est fixée la « nouvelle géographie » quantitative et théorique.

Le renouveau quantitatif

34Nourrie de statistique et de plus en plus orientée vers la formulation de modèles théoriques, la « nouvelle géographie » essaye de répondre à ces questions en ayant recours à l’outil mathématique. A cet égard, deux séries d’études méritent d’être évoquées ici, d’autant plus qu’elles se rattachent directement à la géographie du développement économique. La première est strictement inductive et s’appuie sur la méthode de l’analyse factorielle, la seconde s’appuie plus explicitement sur un modèle théorique, celui des processus de diffusion de l’innovation.

1. Les analyses multi-variées de l’Université de Chicago

  • 8 Le travail d’Edward Ullman montrait par exemple l’importance de certains concepts géographiques (di (...)

35A l’initiative conjointe de l’Université de Chicago et de la Fondation Ford, un vaste projet d’étude sur l’ensemble des caractéristiques du développement économique des régions dites « sous-développées » fut mis au point en 1958. La première étape du projet consistait dans la cartographie d’une grande variété d’indicateurs pouvant mesurer le niveau de développement économique, et se prêter au besoin à diverses études de corrélation et de comparaison interrégionales. C’est ainsi que parut en 1961 le fameux Atlas of Economic Development, immédiatement précédé par la publication, sous le titre Geography and Economic Development (Ginsburg, ed., 1960), d’une série d’essais qui firent date, à la fois par leur contenu factuel et théorique et par la nouveauté des méthodes utilisées8. Le travail qui rencontra le plus d’écho fut celui de Brian Berry, consacré à une approche inductive de la régionalisation du développement économique. Il devint l’un des textes de base de tout le mouvement qui donna naissance à la nouvelle géographie, quantitative et « nomothétique », à la recherche de lois générales mises en ordre de façon systématique, plutôt qu’attachée à décrire de manière « idiographique » une multitude de cas particuliers.

  • 9 Cette description définit, au sein d’une matrice de corrélations unissant deux à deux toutes les va (...)

36A la base de la nouveauté, l’utilisation des ressources de l’analyse quantitative multi-variée. Celle-ci groupe l’ensemble des procédés statistiques conçus pour analyser la collection M de caractéristiques ou « attributs » (population, revenu, productions, consommations, etc..) relevés sur un nombre N d’observations ou d’éléments (pays, régions, secteurs de recensement par exemple), ces caractéristiques (que l’on qualifie habituellement d’attributs ou de variables) étant considérées simultanément, en combinaison, comme formant des « systèmes » de données. L’analyse en « composantes principales » est l’un de ces procédés qui consiste à décrire, sous une forme simple et résumée, le réseau complexe des interrelations existant au sein d’un ensemble de variables statistiquement associées9.

37Ainsi, cherchant à classer et à comparer les pays à partir de la prise en compte simultanée d’une grande quantité de caractéristiques (quelques 43 variables décrivant 95 pays différents), Brian Berry s’est demandé si les corrélations statistiques existant entre elles permettaient d’identifier des types particuliers de combinaisons, autrement dit des types de développement régionaux différents. Ses variables décrivaient en fait toute une série de phénomènes, liés au transport, à l’énergie, aux récoltes agricoles, aux communications, au produit national, au commerce, à la démographie et à quelques autres phénomènes géographiques (nombre de villes de plus de 20’000 habitants, pourcentage de terre cultivée, nombre d’habitants par unité de surface cultivée). En appliquant la méthode des « composantes principales » à la matrice des corrélations unissant l’ensemble de ses données, Brian Berry découvrait alors avec étonnement que 84 % de la variance de ses 43 variables pouvait être résumé par un seul axe, dit « principale composante » de la matrice, grâce à l’ajustement de toute une série de variables hautement corrélées les unes avec les autres.

38Cet axe, qui traduit ce que l’on peut appeler un « indice composite de développement », affectait chacun des 93 pays d’un certain « poids », d’une certaine valeur représentant la position relative de chaque pays en matière de transports et de commerce, de production et de consommation, d’énergie, de produit national, de communication et d’urbanisation. On avait donc créé un continuum, un indice de développement baptisé « échelle technologique ». Les pays en tête étaient évidemment ceux qui, simultanément, obtenaient les premiers rangs tout à la fois en matière d’intensité du commerce, de contacts internationaux, de systèmes de communication, de réseaux de transport. Ils produisaient et consommaient beaucoup d’énergie, possédaient des hauts niveaux de PNB et étaient intensément urbanisés. Il s’agissait aussi des pays qui possèdent le meilleur équipement médical.

39On découvrit cependant que quelques indices se combinaient autrement et s’arrangeaient en fait selon un deuxième axe, indépendant du premier, groupant les indices qui ne s’accrochaient pas à la première série de corrélations. Il s’agissait en fait des cinq indices démographiques, des densités des populations sur les terres cultivées, des récoltes de riz et du pourcentage des exportations dirigées vers la région de l’Atlantique Nord. Il s’agissait donc cette fois d’une échelle démographique, les plus hauts rangs sur ce nouvel axe correspondant aux pays possédant les taux de natalité et de mortalité les plus élevés, les plus fortes densités de population, les plus fortes proportions de terres cultivées, de récoltes de riz et de pourcentage de leurs exportations allant vers la région de l’Atlantique Nord. Ainsi même si l’on pouvait penser que les pays les plus avancés sur le plan technologique possédaient les taux de natalité et de mortalité les plus bas, la relation était loin d’être parfaite, certains pays possédant des valeurs élevées sur la première composante ayant des valeurs faibles sur la seconde ou vice-versa, la relation ne se vérifiant pas pour tous. Il fallait la combinaison de deux dimensions pour décrire l’ensemble du phénomène, si bien que Brian Berry pouvait conclure qu’il était « clairement irréaliste de penser qu’il existait un groupe bien défini de pays sous-développés ou développés ». Brian Berry devait néanmoins essayer d’identifier certaines contiguïtés ou associations de pays. Il constatait alors, en particulier, le contraste entre pays tropicaux et pays tempérés, les premiers occupant la moitié inférieure de l’échelle technologico-démographique. Une autre association constatée fut celle de la concentration, dans la partie inférieure de cette même échelle, des pays à économie de subsistance. Ces associations et d’autres encore l’amenèrent ainsi à distinguer sept groupes régionaux de pays que l’on pouvait « positionner » le long d’une échelle technologico-démographique de la façon suivante :

40Certes, Brian Berry partageait la conception implicite et largement diffusée dans les esprits, selon laquelle on pouvait placer tous les pays sur un même vecteur de développement appelé ici « l’échelle technologico-démographique ». Il ne faisait que reprendre, en quantifiant, les présupposés du modèle dominant. Il est néanmoins intéressant de noter que, dès 1958, certains chercheurs s’orientaient enfin — ou déjà ! — vers des analyses de type « multicritères », même si le PNB devait continuer d’être utilisé comme le critère dominant des analyses du développement. Certes, le rôle du colonialisme était totalement négligé dans le travail de Brian Berry, mais sa méthode avait au moins l’avantage de tester la pertinence de certaines généralisations fondées sur l’analyse d’un nombre limité d’indicateurs, traditionnellement appliquées aux pays sous-développés et qui se révélèrent pour le moins abusives.

FIG. 1

2. Les modèles de diffusion

  • 10 On appelle « hiérarchie urbaine » la traduction spatiale de la hiérarchie des activités. Celles-ci (...)

41Plus significatif encore est le recours à des modèles spatiotemporels construits à partir de cette idée essentielle que des facteurs exogènes liés à l’existence de « foyers de diffusion de l’innovation » interviennent nécessairement dans le processus de développement. Qu’il s’agisse de l’implantation de banques ou de coopératives agricoles, le même processus de diffusion de l’innovation pouvait être observé en pays sous-développé. L’hypothèse implicite dans ces modèles et dans leurs applications, sur laquelle nous reviendrons encore, était que le développement pouvait se définir par un ensemble de caractéristiques propres aux pays capitalistes occidentaux. Ainsi la « modernisation » a été essentiellement interprétée comme un processus spatial que l’on pouvait quantifier rigoureusement et dont les agents étaient essentiellement les banques, les écoles, les industries et un certain nombre d’autres symboles ou institutions des sociétés industrialisées. Sans exception, les applications de ces modèles aux pays du Tiers Monde reflètent le rôle bénéfique de l’impact des sociétés occidentales plutôt que les effets pervers, mais rien n’empêche d’utiliser la même technique pour mettre en évidence le processus d’acculturation ou de « désarticulation économique ». R. Morrill et W. Bunge ont d’ailleurs appliqué des modèles de diffusion à l’étude de l’expansion des ghettos noirs dans les villes américaines. Malgré leur biais ethnocentrique évident, les modèles de diffusion offrent néanmoins un intérêt certain pour tous ceux qui s’intéressent à la problématique du développement. Ils illustrent de façon très suggestive le rôle que peut jouer l’espace dans le changement social, quelle que soit la direction dans laquelle le changement s’effectue. Leurs applications pratiques ont déjà permis de confirmer l’importance critique de l’organisation spatiale des transports et des communications dans le processus de développement, ainsi que des centres qui les animent (réduction des coûts, diffusion et échange de l’information, mais aussi possibilité d’animation et de contrôle par les instances gouvernementales), car la création d’un réseau hiérarchisé de complémentarité10 par le biais des centres urbains est considérée par beaucoup comme la pierre angulaire du développement.

42Nous avons déjà évoqué l’importance, pour la géographie, science des processus spatiaux, des mécanismes relevant de la diffusion spatiotemporelle. Certes, les études conduites sur ce thème avaient été appliquées au monde développé mais rien n’interdisait d’utiliser les principes et les méthodes découverts à l’étude des conditions de modernisation des pays « en voie de développement ». Hägerstrand avait montré que, pour les agriculteurs suédois, l’apprentissage des nouvelles façons de faire, l’adoption des nouvelles techniques se faisaient de proche en proche, s’inspirant des expériences de voisins et que l’innovation se propageait comme une vague qui balaierait le pays. Dans le cadre d’une problématique qui n’est pas sans rappeler certains aspects de la problématique centre-périphérie, et se fondant sur l’hypothèse que l’innovation variait avec l’intensité des relations et que sa probabilité d’adoption était donc une fonction de l’éloignement, Hägerstrand avait su simuler le processus d’une manière telle qu’il reproduisait assez fidèlement les faits constatés.

43Par ailleurs, pour les géographes, ce type d’études confirmait la rupture avec l’environnementalisme et les dangers d’une pensée ne prenant en compte que les seules relations découvertes parmi les choses existant en des lieux ou des régions particulières, tout changement en leur sein se présentant de manière endogène. L’idée de diffusion introduisait l’étude des relations entre les lieux et les régions, portant ainsi l’attention sur les sources exogènes des changements constatés. Comme l’avait si bien formulé François Perroux (1955) « la croissance n’apparaît pas partout à la fois. Elle se manifeste en des points ou pôles de croissance et se répand par différents canaux avec des intensités variables sur l’ensemble de l’économie ». F. Perroux voulait montrer le dynamisme délibéré de la théorie moderne de l’espace économique, les géographes en ont déduit que, dans ces conditions, la croissance ne peut être séparée de la diffusion des innovations. Or l’effet de cette diffusion — à travers l’acceptation progressive dans le temps et l’espace d’un certain nombre d’innovations (idées et pratiques) par des individus, des groupes ou autres unités liées à des canaux de communication spécifique, à une structure sociale et à un système de valeurs ou de culture donné — est bien de transformer continuellement les relations homme-milieu. Les distributions spatiales ont donc comme principale caractéristique de n’être ni statiques ni permanentes. Certes, des hommes comme Carl Sauer, très attachés aux études des anthropologues, avaient déjà su montrer comment la diffusion des innovations et des idées pouvait être l’élément catalyseur du développement socio-culturel d’un espace quelconque. Avec l’utilisation formelle du modèle de Hägerstrand, il était possible de simuler le processus. L’inscription de ce modèle dans une représentation sociétale (liée à l’idée d’un système ordonné fait d’éléments inter-reliés combinée à la découverte des effets de voisinage et du rôle des niveaux hiérarchiques urbains) allait conditionner tous les progrès à venir et fortifier ce qui se présentait enfin comme une alternative paradigmatique véritable à l’environnementalisme d’autrefois. Les nouvelles idées-forces d’une géographie du développement étaient en place. C’étaient celles qui sous-tendaient la théorie de la diffusion géographique : 1. rôle des centres d’innovation (le concept de heartland nucleation en dérive, comme aussi les études portant sur le rôle des centres métropolitains et sur la différenciation de la croissance entre les villes d’une part, entre les noyaux métropolitains et périphéries au sein du « champ urbain » d’autre part), 2. rôle des canaux de propagation par lesquels les centres diffusent l’innovation aux centres de rang inférieur et au sein de leurs zones d’influence, l’incidence spatiale de la croissance étant une fonction de la distance de la ville centrale, tandis que les potentialités de croissance d’une zone située sur un axe entre deux villes est une fonction de l’intensité de l’interaction existant entre ces deux villes, 3. effets de frontière (physique, politique, culturelle) plus ou moins perméables et conditionnant l’existence de sous-systèmes plus ou moins indépendants, 4. facteurs de réceptivité, enfin, qui définissent l’aptitude ou la volonté différentielle des groupes ou des cultures à adopter l’innovation et donc à accélérer ou à retarder le processus de diffusion (Berry, 1978).

44Déjà certaines études multicritères réalisées avec l’appui des analyses factorielles avaient montré l’existence de configurations synthétiques de variables hautement corrélées (les « facteurs » ) et spatialement liées aux principales zones d’implantation européennes à partir desquelles leur présence et leur combinaison (importance des banques, des coopératives agricoles par exemple) devenaient nettement moins sensibles et régulières au fur et à mesure que l’on s’en écartait en direction de la périphérie ; les seules exceptions étaient liées à la présence des axes de transport et de pénétration (Soja, 1968). L’étude diachronique du comportement spatial des indices combinés de modernisation, — qu’il s’agisse des études de Gould (1970) sur la Tanzanie ou de Leinbach (1972), sur la Malaisie —, montraient quant à elles, l’étalement progressif des « surfaces de modernisation » sur les pays concernés en même temps que l’existence de plus en plus marquée de points nodaux plus forts et reliés entre eux par de véritables corridors. La dominance de la cité capitale, devenant de plus en plus forte avec le temps, confirmait le caractère circulaire et cumulatif du processus de développement économique. Diffusion et concentration correspondaient donc à deux phénomènes dialectiquement liés, montrant que la distance n’est pas seule en cause et que la diffusion se réalise de préférence au sein de la pyramide des lieux centraux, dans une progression par bonds, d’un niveau à l’autre de l’arbre hiérarchique des villes.

45Il reste qu’en dépit de sa richesse documentaire et conceptuelle d’une part, de sa complexité méthodologique d’autre part (modèles de simulation), tout ce travail de pionnier paraît souffrir aujourd’hui d’insuffisances évidentes sur lesquelles nous reviendrons en étudiant plus spécifiquement la manière dont les géographes utilisent le modèle « centre-périphérie ». Dans leur pratique comme dans leurs connaissances, les géographes vont en effet beaucoup plus loin aujourd’hui que ne pouvait le laisser supposer la tradition dont ils relèvent. L’évolution parallèle des économistes attachés à la théorie du développement ne pouvait manquer de se traduire par une rencontre fructueuse.

Le retour de la nature dans le discours économique sur le développement

  • 11 L’idée que tous les pays, industrialisés ou non, sont placés sur un même vecteur de croissance, éta (...)

46Il vaut sans doute la peine de s’interroger, même brièvement, sur les raisons de la réintroduction de la notion d’environnement (progressivement disparue après les physiocrates) dans la réflexion sur le développement. Rappelons simplement que, au cours des années cinquante et soixante, les bases théoriques de la réflexion sur le développement se sont fondées sur l’hypothèse que l’écart entre les pays industrialisés et non industrialisés pouvait être réduit. Le mythe du gap du retard à rattraper, irréductiblement ancré dans la théorie et la pratique du développement, prenait pour référence le modèle de développement occidental11. La floraison des modèles de croissance bâtis à partir de cette conception est connue. Leurs échecs également.

47D’échecs en échecs cependant, il semble que l’on se soit finalement persuadé que la clé du phénomène du développement ne pouvait se réduire aux dimensions strictement économiques. La première victime fut l’idéologie du PNB. La parenthèse néo-classique refermée sous l’impulsion principale des analyses d’hommes tels que G. Myrdal (1957) et F. Perroux (1951, 1955, 1961) les variables sociales et culturelles prirent de l’importance dans l’étude et la réflexion sur les processus de développement. Les différences entre pays industriels et pays non industrialisés ne furent plus simplement comptabilisées et expliquées en termes quantitatifs ; la prise en considération de l’élément qualitatif conduisit bientôt à une réflexion nouvelle sur les valeurs, les comportements et les processus de causalité sociale cumulative, souvent responsables de situation de forte inégalité socialo-spatiale (certains modèles centre-périphérie par exemple). On commença à souligner par ailleurs (Frank, 1970) l’impossibilité historique, pour les sociétés du Tiers Monde, de faire le même chemin que les sociétés industrialisées alors que les conditions du sous-développement des uns sont structurellement liées au développement des autres. On en déduisit la nécessité d’un modèle de développement endogène débouchant sur une situation d’équité sociale (Amin, 1971, par exemple).

48Quelques années plus tard la dimension proprement « écologique » venait renforcer la prise en compte des nouvelles dimensions économiques et sociales intégrées dans les modèles de développement. A cet égard, la Conférence de Stockholm sur l’environnement en juin 1972 devait marquer un tournant décisif, même si l’on ne peut passer sous silence l’ouvrage de pionnier de W. Kapp (1950). L’approche systémique devait stimuler le mouvement en l’inscrivant dans une cohérence théorique nouvelle (Boulding, 1956) ; l’identification du caractère entropique du processus économique fait apparaître par ailleurs que l’énergie-matière absorbée par celui-ci l’est dans un état de basse entropie (énergie utilisable-ressources naturelles de valeur) et est rejetée dans un état de haute entropie (énergie liée ou inutilisable-déchets sans valeur (Georgescu-Roegen, 1971). En d’autres termes, la croissance économique est à la fois créatrice de biens négatifs et destructrice de biens positifs, ce qui revient à mettre en question l’hypothèse initiale de l’existence de ressources naturelles illimitées.

49Une telle analyse est-elle sans incidence sur le Tiers Monde ? Evidemment non ; les pays du Tiers Monde apparaissent doublement concernés par les problèmes d’environnement. Ils rencontrent tous les perturbations socio-économiques et écologiques résultant de l’imitation du modèle occidental d’industrialisation. Ils sont en outre victimes des conditions spécifiques qui caractérisent l’état de pauvreté : la pollution et la sur-utilisation des ressources du fait de la pénurie (Sigal, 1977)).

50En bref — et c’est à ce niveau que l’idée d’écodéveloppement s’impose tout naturellement — la croissance est aujourd’hui une divinité piétinée, à tel point que nous assistons à l’émergence d’un véritable consensus pour affirmer que la protection de l’environnement, l’équité sociale et la croissance économique sont non seulement interdépendantes mais aussi compatibles et nécessaires (Sachs, 1980). Relier l’homme à la nature dans un projet social orienté dans la perspective d’un développement endogène respectueux de la diversité culturelle et capable de conduire à la couverture des besoins fondamentaux, tel est l’enjeu fondamental de l’écodéveloppement. Comment un géographe pourrait-il lire un tel projet sans se sentir directement concerné, surtout depuis qu’il a eu l’ambition de dépasser l’étude contemplative des combinaisons socio-spatiales pour s’engager dans une étude active, dynamique, dialectique, des rapports de forces donnant lieu, à toutes les échelles de pertinence, à un jeu constant de contradictions dont découlent le signe et le sens des processus évolutifs (George, 1964) ? Pierre George (1974) s’est tellement senti concerné en tant que géographe, qu’il a inscrit le thème de L’ère des techniques constructions ou destructions ? dans la collection « géographique » qu’il dirige aux Presses universitaires de France. Sa « problématique » en appelle à des révisions indispensables, « à la fois sous la pression des réalités d’ordre matériel, telle que la crainte de l’épuisement de certaines ressources, et en considération de pressions politiques conjoncturelles ». Ces révisions concernent divers thèmes de réflexion et de recherche :

  • une considération des valeurs intrinsèques des ressources et leur localisation,

  • une reconsidération des méthodes et des formes de localisation des forces productives et de population,

  • la recherche d’une nouvelle civilisation.

51Le géographe peut-il participer au programme ainsi tracé de façon utile, productive et spécifique ? Peut-il faire plus ? Aller au-delà de la prise en compte et de l’évaluation des faits de localisation et de répartition ? Met-il le doigt sur l’existence, dans le jeu ou le drame du développement, de partenaires généralement oubliés ?

Notes

3 Théorie déductive et générale expliquant la taille, le nombre et la distribution des villes et de leurs zones d’influence en fonction de la hiérarchie des biens et des services centraux qu’elles offrent à une aire tributaire.

4 Action sur les associations végétales et animales naturelles, augmentation de la productivité générale du milieu, création de nouveaux systèmes écologiques, élargissement et contrôle du support écologique...

5 « La structure spatiale d’une distribution est tout à la fois la localisation de chacun de ses éléments relativement à chacun des autres et la localisation de chacun des éléments relativement à tous les autres pris dans leur ensemble ». (Abler, Adams Gould, 1972 : 60)

6 C’est dire avec Edward Soja (1980 : 208) que « la structure de l’espace organisé n’est pas une structure distincte, autonome, avec ses lois autonomes de construction et de transformation, non plus qu’elle n’est simplement une expression de la structure de classe émergeant des relations sociales de production (c’est-à-dire « a-spatiale ») : elle représente, au contraire, une composante dialectiquement définie des relations générales de production, relations qui sont simultanément sociales et spatiales ».

7 Paul Claval, « Une écologie de l’homme », Le Monde, 29 mars 1980.

8 Le travail d’Edward Ullman montrait par exemple l’importance de certains concepts géographiques (différenciation régionale et interaction spatiale en particulier) pour l’étude du développement et, d’une manière plus générale, du changement économique. L’analyse spatiale prenait le relais des études produites par d’autres disciplines d’orientation plus verticale (sociologie, économie, etc.), permettant ainsi une meilleure approche des pluralismes politiques, sociaux, économiques et institutionnels, qui jouent un rôle capital dans la propension différentielle des pays et des régions au changement.

9 Cette description définit, au sein d’une matrice de corrélations unissant deux à deux toutes les variables retenues pour l’analyse, un nombre limité de composantes indépendantes les unes des autres, et qu’on identifie aux « facteurs » que ces variables ont en commun. Ces facteurs rendent compte de (ou « expliquent ») la plus grande part possible de la variance des variables que contient la matrice des données originales. Même si la question tient tout entière dans les variables choisies au départ, cette analyse « structurelle » apporte des résultats fort intéressants.

10 On appelle « hiérarchie urbaine » la traduction spatiale de la hiérarchie des activités. Celles-ci se répartissent entre les centres urbains en fonction de quatre variables interdépendantes : a) le nombre de points de vente des biens et services, qui va croissant selon la hiérarchie ; b) la qualité des biens et services, qui croît en fonction du nombre des agents et l’information de la clientèle ; c) la rareté de certains échanges qui, pour être économiquement justifiés, exigent un marché très vaste (bien de luxe, par exemple) ; d) les liens internes de caractère hiérarchique qui associent les agents les uns aux autres.
En fonction de la hiérarchie des activités, les villes sont donc solidaires les unes aux autres. L’ensemble des centres urbains et des voies de communication matérialisent dans l’espace cette « solidarité » et constituent ce que l’on appelle un réseau hiérarchisé. Les migrations de population, les échanges de biens et services, etc., transforment continuellement ce réseau, constitué d’un ensemble d’espaces emboîtés les uns dans les autres et dans lesquels chaque centre urbain possède une aire d’influence dominante. Dans les pays sous-développés, ce réseau est fortement déséquilibré métropole envahissante, port, capitale, etc. petites villes et comptoirs de l’intérieur). On parle alors d’un réseau hiérarchisé de complémentarité.

11 L’idée que tous les pays, industrialisés ou non, sont placés sur un même vecteur de croissance, était à la base de l’optimisme économique de cette époque. Relevons qu’assez curieusement cette idée illustrée par Rostow dans son ouvrage désormais classique, Les étapes de la croissance économique (1960), était aussi partagée par Marx qui écrivait : « Le pays qui possède l’industrie la plus développée ne fait que révéler à la nation moins développée, l’image de son propre avenir » (Cité par G. Myrdal, 1972). La transposition dans le domaine de la théorie du développement des postulats de la philosophie évolutionniste conduisait à ignorer l’incidence sur le processus de développement de toute diversité tant culturelle qu’écologique.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search