Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Théorie | Le concept d'écodéveloppement et la pratique des géographes

Introduction à « Le concept d’écodéveloppement et la pratique des géographes »

Antonio Cunha, Bryn Greer-Wootten et Jean Bernard Racine

Texte intégral

1Selon le mot récent de l’un de ses principaux maîtres francophones, la géographie a pour objet traditionnel l’étude de la condition humaine dans son environnement, cet environnement qu’elle a successivement subi, puis maîtrisé, et que, dans certains cas limites, elle détruit (George, 1980). La géographie s’attache en effet à l’intelligence des problèmes relatifs aux espaces que construisent les sociétés humaines pour assurer leur vie et leur survie, pour produire et se reproduire dans un territoire. Elle a progressivement appris à considérer l’espace comme une construction humaine et un produit social, ayant finalement montré que si « un espace géographique se définit moins par les éléments écologiques qu’il incorpore dans sa construction que par le mode d’enracinement de la société en son milieu, on peut encore classer les espaces géographiques en fonction du contrôle que les sociétés ont appris à exercer sur leur environnement, et de la liberté qu’elles ont su conquérir (Isnard, 1980).

2Les formes des rapports entre les cadres naturels de la vie sociale et le comportement des groupes humains varient à l’infini dans l’espace et dans le temps : tantôt la marque des facteurs physiques demeure dominante, tantôt l’empreinte de la créativité humaine oblitère plus ou moins complètement l’image de la nature. La présence plus ou moins massive des hommes, l’héritage de choix conjoncturels, de formes particulières de rapports économiques et sociaux et d’acquisition des techniques sont autant de facteurs qui peuvent contribuer à l’explication de la variété des formes d’insertion des groupes humains dans les cadres (eux-mêmes plus ou moins contraignants) morphologiques et bioclimatiques offerts par la nature.

3L’espace géographique apparaît donc comme un espace changeant et différencié, produit par un système de relations, les unes se déterminant à partir des données de l’environnement naturel (climat, végétation, etc.), les autres provenant des sociétés humaines qui modifient et aménagent l’espace en fonction de techniques (d’exploitation de la nature, de subsistance, etc.) et d’institutions spécifiques (rapports de parenté, systèmes économiques, etc.) en un mot, de tout le tissu de relations que constitue une civilisation. C’est d’ailleurs là une vision classique depuis les travaux de Pierre Gourou — en particulier son « testament géographique », Pour une géographie humaine, (1973) — qui ont toujours cherché à montrer le rôle, dans la formation et la différenciation des paysages géographiques, d’une double série de « techniques » révélatrices d’une « civilisation » : techniques de production certes, mais aussi techniques d’encadrement social.

4En s’interrogeant sur les facteurs technologiques, institutionnels, historiques, physiques, etc., qui expliquent la localisation ou la distribution de tel ou tel phénomène à la surface de la terre, la géographie contemporaine s’intéresse moins aux distributions elles-mêmes qu’au fait qu’elles varient en configuration et en intensité d’un lieu à l’autre et qu’elles se combinent pour former des structures spatiales dont l’agencement et la dynamique traduisent les résultats variés de l’action humaine à la surface de la terre. La géographie humaine a donc cette particularité d’être une science humaine dont l’homme en tant que tel n’est pas directement l’objet d’étude. Pour le géographe, l’homme se révèle d’abord à travers l’empreinte laissée par l’énergie humaine à la surface du sol. C’est là du moins la conception la plus classique. On verra plus loin qu’elle tend à être aujourd’hui dépassée avec la généralisation d’une perspective plus ouverte à l’étude des pratiques que les sociétés ont de leur espace, et plus sensible à l’existence d’une véritable dialectique socio-spatiale.

5Toute société en effet organise et produit son espace spécifique pour répondre au projet qu’elle a conçu (Isnard, 1978). Ainsi l’Union soviétique a inscrit un certain type de « socialisme » dans l’aménagement de son espace : la propriété individuelle abolie, de vastes domaines agricoles, débarrassés des haies qui les limitaient, ont été créés, au centre desquels les gros villages kolkhoziens ou sovkhoziens groupent les bâtiments d’exploitation, les habitations, etc. Dans les pays capitalistes, c’est le marché — et non le plan — qui mène le jeu de l’organisation spatiale. D’abord subordonné aux valorisations religieuses et culturelles des sociétés médiévales, le marché en est arrivé à fixer les buts des sociétés industrielles. Ce processus a naturellement affecté profondément l’organisation de l’espace. Celui-ci est quadrillé, cadastré, contrôlé, approprié, homogénéisé (tout y est interchangeable) et brisé (vendu par parcelles et par lots), bref, valorisé et exploité selon la logique du profit maximal. Au niveau vertical des rapports entre l’homme et la nature, la rationalité du marché accélère l’usage des ressources naturelles disponibles et l’usage de matières de plus en plus rares. Au niveau horizontal des relations entre espaces, la rationalité marchande met en œuvre des processus d’auto-amplification des inégalités spatiales. Nous y reviendrons.

6Un exemple de l’influence du système de marché sur le paysage naturel et humain se révèle avec netteté dans le cas bien connu du « désastre » sahélien : la dépendance coloniale et la monétarisation de l’économie ont incité la paysannerie autochtone à réduire ses jachères pour accroître la production des cultures d’exportation aux dépens des cultures vivrières (relations horizontales). La surcharge pastorale (relation verticale) a fait le reste, menant l’équilibre écologique vers un seuil critique sur lequel la sécheresse s’est abattue (hasard naturel), frappant les populations locales par des famines dont nous connaissons les proportions dramatiques.

  • 1 Ecoutons à cet égard Ignacy Sachs (1980 : 37) : « L’écodéveloppement est un développement des popul (...)

7Ainsi, le géographe travaille sur les mêmes données que bien d’autres disciplines, qui relèvent des sciences de l’homme ou de celles de la nature. Or, aujourd’hui, l’homme et la nature apparaissent comme deux bannis traditionnels qui tendent justement à se réintroduire dans la problématique d’autres disciplines, en particulier de celles qui s’occupent de la « théorie de développement », ou, en tout cas, dans les stratégies dites « d’écodéveloppement » : anthropologie, ethnologie, sociologie, économie, voire — de plus en plus — démographie1. Cet article a justement pour but de montrer, à travers l’analyse d’un certain nombre de textes faisant implicitement ou explicitement appel à la notion d’écodéveloppement, quels sont les points de rencontre possibles entre ces diverses disciplines. Par le biais aussi d’une réflexion originale, cet article cherchera à répondre à la question de savoir si, dans ses orientations tant traditionnelles que modernes, la pratique de la géographie peut conduire à la définition d’une problématique de 1’ écodéveloppement qui puisse atteindre une double pertinence théorique et sociale.

8Il va de soi que les auteurs sont conscients de la difficulté de l’entreprise. D’une part les propositions théoriques des différentes « disciplines » dérivent de « codes » différents dont l’articulation n’est pas toujours aisée. Il est d’autre part impossible, dans le cadre limité de cet article, de faire l’inventaire des conditions historiques qui ont présidé à l’organisation sociale dans laquelle certaines questions aujourd’hui abordées par la « théorie du développement » ont jadis été traitées par les géographes. Les différentes disciplines sont en effet marquées du sceau de leur époque et se modifient dans le temps sans nécessairement se rejoindre. Ces obstacles peuvent considérablement biaiser une démarche qui risque de « décoder » des parentés plus apparentes que réelles. L’image que les auteurs donneront de la discipline géographique sera filtrée par une préoccupation centrale — la recherche dans le discours géographique de ce qui peut relever de la « préoccupation » de l’écodéveloppement — et doit donc être considérée comme partielle et peut-être partiale, car ce texte ne relève pas de l’histoire de la pensée ou des idées géographiques. Tous les travaux ne sont pas recensés, loin de là. Ils ne sont pas classés en fonction d’une thématique dont les auteurs pourraient défendre la pertinence épistémologique et pratique. Cet article doit plutôt être considéré comme la « réaction » de trois géographes « particuliers », armés de ce qu’ils savent et de ce qu’ils pratiquent, à un stimulus venu de l’extérieur de leur discipline et qui les a incités à se demander s’ils possédaient ou non, dans leurs connaissances ou leurs pratiques, des atouts à déposer dans la corbeille de l’effort interdisciplinaire commun.

9Les lecteurs n’étant pas, dans leur grande majorité, familiers avec le langage, les méthodes et les pratiques de la géographie, nous commencerons par rappeler brièvement les grands traits de l’évolution de cette discipline. Mais si celle-ci a évolué, le discours sur le développement en a fait autant, surtout à partir du moment où s’est imposée avec force l’idée de l’échec des stratégies traditionnelles du développement.

  • 2 Il faut manger pour vivre. Controverses sur les besoins fondamentaux et le développement, Cahier de (...)

10C’est à la rencontre, récente, de ces deux évolutions que naît la possibilité d’une réflexion commune sur le développement. Les géographes peuvent-ils mettre au service d’une réflexion nouvelle sur le développement leur sens particulier du caractère global des phénomènes s’inscrivant à la surface de la terre et une compétence originale, liée à leur position (longtemps inconfortable mais aujourd’hui bienvenue) de spécialistes s’étant toujours trouvés à la rencontre des sciences humaines et des sciences de la nature ? Une convergence des points de vue peut-elle être explicitement recherchée ? Une étude des thèmes fondamentaux de l’écodéveloppement (problématique des besoins fondamentaux, réflexion sur les rapports entre le centre et la périphérie, reproduction des ressources à long terme, participation des citoyens à leur propre développement) permet de relire les travaux géographiques dans une perspective nouvelle et d’y puiser un matériel, tant conceptuel et théorique qu’empirique, susceptible d’enrichir considérablement le débat autour de la notion d’écodéveloppement. La question des besoins fondamentaux ayant déjà fait l’objet d’une publication dans ces Cahiers2, c’est essentiellement sur les travaux géographiques orientés sur les trois autres thèmes que portera notre analyse. Cette lecture critique de la géographie, d’ailleurs la plus récente et la plus moderne dans sa conception, formera notre deuxième partie, soit l’essentiel de l’article.

11Restera alors à envisager la nature d’une problématique possible de l’écodéveloppement, doublement nourrie des acquis de la pensée géographique d’une part, d’une réflexion originale et « transdisciplinaire » des auteurs d’autre part...

Notes

1 Ecoutons à cet égard Ignacy Sachs (1980 : 37) : « L’écodéveloppement est un développement des populations par elles-mêmes, utilisant au mieux les ressources naturelles, s’adaptant à un environnement qu’elles transforment sans le détruire... (à la) ...recherche d’un équilibre dynamique entre la vie et les activités collectives des groupes humains et le contexte spatio-temporel de leur implantation ». Quelle meilleure définition donner d’une géographie qui se voudrait appliquée, ouverte sur l’action ?

2 Il faut manger pour vivre. Controverses sur les besoins fondamentaux et le développement, Cahier de l’IUED n° 11, IUED, Genève, Presses Universitaires de France, Paris, 1980, 324 p.

Auteurs

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search