Version classiqueVersion mobile

Terrains vagues et terres promises

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Le voisinage n’est pas nécessairement le garant d’une bonne connaissance mutuelle ni d’une compréhension réciproque. Et ce qui vaut pour les hommes peut s’appliquer aussi aux disciplines scientifiques. Les « études du développement » ne font en effet que de rares emprunts explicites aux travaux des géographes, comme si la longue appartenance de ceux-ci à la tradition académique devait nécessairement priver leur démarche d’une réelle pertinence pour les problèmes urgents du monde contemporain. Cela dit sans préjuger des reproches que les géographes eux-mêmes pourraient adresser aux spécialistes du « développement ».

2Or, à la réflexion, on s’aperçoit que cette méconnaissance est largement injustifiée, ne serait-ce qu’à cause de l’existence de problématiques similaires, de concepts communs. Plus encore, il faut reconnaître l’existence d’une dette des études du développement à l’égard de la géographie : qui d’autre, en effet, a forgé les notions quotidiennement utilisées de centre, de périphérie, de pôles, d’urbanisation, de migration et, bien sûr, de « terrain » ? A écouter les géographes, on découvre qu’ils travaillent sur le même objet que les économistes, les démographes, les anthropologues et les planificateurs. A leur manière, ils cherchent à expliciter les relations que les hommes entretiennent entre eux, la façon dont ils produisent et détruisent leur milieu, les moyens qu’ils utilisent pour créer leur propre espace, ouvert aux uns, fermé aux autres, les valeurs qui président au choix des sociétés.

3A lui seul, ce parallélisme (ou cette convergence) des intérêts justifiait que l’on donnât, dans les Cahiers de l’IUED, la parole aux géographes, pour tenter de saisir aussi bien la spécificité de leur perspective que le débat dont elle fait l’objet. A la lecture de ces divers articles, on découvre en effet qu’il existe plusieurs géographies et que les différences qui les caractérisent sont plus importantes qu’il n’y paraît à première vue. Et comment pourrait-il en être autrement, s’agissant d’une discipline qui se trouve sans cesse à la frontière (pour utiliser encore le vocabulaire géographique !) des sciences de la nature et des sciences humaines ?

4En plaçant cet ensemble de textes sous le titre général de « terrains vagues, terres promises », nous n’avons cherché à désobliger personne. Au contraire, nous avons voulu rendre compte à la fois du caractère indéfini du champ géographique et son inlassable réaménagement, nous avons tenté d’évoquer aussi bien le marcottage des diverses théories qui semblent s’éloigner toujours plus de leur territoire originel, plongeant de nouvelles racines dans des zones où on ne les attendrait pas, que les espoirs suscités par ces constantes redéfinitions en vue d’une compréhension et d’une maîtrise toujours plus grandes du milieu habité, culturalisé, humanisé.

5Comme il est d’usage dans les Cahiers, nous avons regroupé les diverses contributions qui composent ce numéro en trois rubriques : la partie théorique est constituée par l’important article d’Antonio Cunha, Bryn Greer-Wootten et Jean-Bernard Racine. On y découvre la diversité des approches à travers l’exposé sommaire et schématique des trois grandes traditions de la géographie et l’évocation des perspectives critiques qui tendent à remettre en cause ou à dépasser le courant actuellement dominant.

6On y voit aussi apparaître les raisons de l’indéfinition du champ géographique due à son domaine propre (la réalité spatiale prise dans sa spécificité) et à sa méthode, laquelle cherche à prendre en considération l’ensemble des facteurs naturels, sociaux, culturels, etc. qui différencient la surface terrestre et produisent sans cesse des configurations spatiales originales. Puis, les auteurs présentent un échantillon nécessairement partiel (et peut-être partial) des travaux géographiques récents qui recoupent trois grands thèmes de réflexion de l’écodéveloppement : la problématique des ressources naturelles, la réflexion sur les rapports entre le centre et la périphérie et le thème de la participation des citoyens à leur propre développement. Enfin, en guise de conclusion, les auteurs prolongent la critique du paradigme de « l’analyse spatiale », excessivement dépendante, selon eux, des postulats issus de la théorie économique dominante. Refusant explicitement le « fétichisme spatial », ils plaident pour une géographie de la pertinence sociale qui, sans faire abstraction des rapports sociaux et des mécanismes du pouvoir, incite au contrôle de la production de l’espace, « condition d’un véritable développement de notre liberté face aux cadres de vie, aux lieux qui se constituent sous nos yeux et aux contradictions que nous subissons dans notre vie quotidienne ». L’invention d’un nouveau style de vie leur apparaît comme un élément médiateur fondamental d’une stratégie spatiale d’écodéveloppement. Tout en refusant de proposer des recettes pratiques et universelles qui seraient valables autant pour le paysan de la Haute-Volta que pour le citadin parisien, les auteurs proposent un axe de recherche : une stratégie spatiale d’écodéveloppement suppose, disent-ils, d’une part la maîtrise des sols et de l’environnement et, de l’autre, celle de la production du cadre bâti par les collectivités territoriales elles-mêmes.

7Vient ensuite un débat qui permet à chacun d’exprimer sa propre réaction à l’égard des positions théoriques liminaires mais aussi de proposer des perspectives nouvelles sur ce qu’est — ou devrait être — la géographie.

8On y voit se réveiller, parfois en marge de la problématique centrale de l’écodéveloppement, de vieilles querelles de méthodes tout autant que les inquiétudes et les interrogations des géographes par rapport à leur discipline. Ainsi, Philippe Pinchemel et Jean Racine s’insurgent — chacun à sa manière mais avec la même virulence — contre la tentation qui consiste à s’enthousiasmer, selon eux, pour des modes théoriques alors qu’il faudrait concentrer l’attention géographique sur ce qui devrait constituer son objet propre, à savoir le « terrain » : ensemble ils plaident passionnément pour une géographie empiriste et débarrassée des « bons sentiments ». La question, bien sûr, est de savoir si une telle ascèse est possible et si 1’« objectivité » qu’ils souhaitent peut s’abstraire de l’idéologie qu’ils critiquent. Peter Schubeler, quant à lui, place le débat sur le plan de l’épistémologie, reproche aux auteurs leur perspective trop culturaliste et tente de montrer les avantages d’une vision structuraliste. A l’opposé, Claude Raffestin plaide pour une revalorisation des implications culturelles de la géographie, chargée de « lire » les lieux concrets, ce qui constitue, selon lui, la seule manière d’éviter que l’écodéveloppement ne favorise, pour les pays du Sud, de nouvelles formes d’acculturation. Enfin Hildebert Isnard cherche à montrer pourquoi et comment la sauvegarde de la vie sur notre planète doit passer par une gestion du milieu écologique qui empêche sa destruction par la société industrielle et permette à la nature de continuer à s’autoproduire et s’auto-reproduire.

9La section atelier est l’occasion, pour Michel Bruneau, de montrer comment on peut mettre en parallèle la transformation des paysages et celle des modes de production, comment on peut corréler la genèse de l’espace avec l’évolution des formations sociales. Pour cela, il s’appuie sur une recherche effectuée en Thaïlande du Nord notamment à l’aide des moyens modernes de la télédétection. Mais les changements économiques ne font pas que modifier ce que l’homme voit, ils changent aussi ce que l’homme vit dans son rapport à l’espace. D’où l’intérêt de la contribution de Raffaella Macaluso qui, à partir de l’exemple tessinois, conjugue la géographie à l’anthropologie et à l’histoire pour expliquer la déstructuration de l’espace symbolique en fonction de son inclusion dans la logique marchande. Enfin, Jean Tricart défend de façon convaincante et engagée la supériorité de ce que l’on pourrait appeler une gestion géographique du territoire par rapport aux pratiques fondées sur la « rationalité » économique dont les résultats, comme l’indique un des exemples choisis, celui des mines alsaciennes de potasse, sont souvent catastrophiques.

10Au terme de ce Cahier, le lecteur se demandera sans doute encore : « qu’est-ce que la géographie ? ». Or, le simple fait de poser cette question montre d’abord que l’on a su se débarrasser de certaines certitudes scolaires et simplistes, qui véhiculent l’image bien établie d’une géographie longtemps conçue comme une liste de capitales, de montagnes, de départements ou comme un album de belles photographies. Mais cela montre aussi que la géographie n’a pas profité de sa longue insertion dans l’institution universitaire pour se figer en une doctrine sûre de son champ, de ses méthodes et de sa finalité. Elle reste ainsi une science largement ouverte aux importations et aux exportations de concepts élaborés par l’histoire des sciences. De ce fait, elle cherche à échapper aux terrifiantes « polices épistémologiques » qui prétendent protéger des territoires paradigmatiques et disciplinaires, au risque d’empêcher la compréhension des problèmes concrets et globaux. Et peut-être en conclura-t-on, malicieusement, que la spécificité de la géographie tient à sa capacité de braconner en toute liberté à l’intérieur des frontières des savoirs autres, à la recherche de convergences, d’outils et de concepts...

11Une chose est néanmoins certaine : au moment où les études du développement « découvrent » l’environnement et l’écologie, elles ne peuvent négliger l’apport de la géographie qui a fait de ce facteur un de ses thèmes de réflexion. Il s’agit donc, dans ce Cahier, de montrer l’enjeu que soulève et le débat que suscite le renouvellement de cette problématique. Quant à savoir en quoi celle-ci peut transformer les présupposés de la théorie économique, ce sera l’objet d’un des prochains Cahiers.

12L’Equipe des Cahiers

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search