Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Glossaire

Texte intégral

1Il s’agit d’une part de rappeler ici la signification que prend la migration dans des cadres conceptuels très divers et, d’autre part, de préciser l’acception particulière selon laquelle un certain nombre de termes sont utilisés par les auteurs de cet ouvrage (en gras dans le texte qui suit). Le but n’est pas de fournir les définitions propres aux disciplines concernées, mais bien de proposer une explication qui soit accessible aux représentants d’autres domaines. Ces textes ont été rédigés par les éditeurs du Cahier, à l’exception de ceux qui concernent la préhistoire et les domaines qui y sont associés (paléoanthropologie, préhistoire, géologie) que nous devons à A. Gallay.

Migrations

2Le terme de migration recouvre un vaste champ de significations très diverses et utilisées de manière confuse : migrations humaines, animales, végétales, migrations individuelles, de groupes ou d’espèces, migrations saisonnières, cycliques, temporaires, alternantes ; migrations accidentelles, prévisibles, exploratoires, définitives, de contrainte, de retour ; émigrations, immigrations, transhumance, nomadisme... entre autres formes qui impliquent toutes des déplacements vers des espaces géographiques proches ou lointains pour de multiples raisons quantitativement et qualitativement différentes : peuplement de nouveaux mondes, esclavage, déportations, expulsions de minorités, recherche de travail, de meilleures conditions de vie, de partenaires matrimoniaux ou plus simplement recherche de ressources naturelles nécessaires aux besoins alimentaires, aux conditions climatiques, à la vie, à la survie. La notion de migration sous-entend le mouvement, le fait de bouger, de se déplacer dans l’espace, de changer de milieu. Emigrer pour les humains implique de quitter son pays pour aller s’établir ailleurs momentanément ou définitivement. On rejoint ici la notion d’expatriation, d’exil. A l’inverse, des individus ou une population d’immigrés sont ceux, non autochtones, qui entrent et s’installent dans un lieu qui n’est pas leur pays d’origine.

3En démographie, la migration se rapporte à tout changement de la résidence principale. En référence à un territoire donné, on peut distinguer des migrations internes ou externes et, parmi ces dernières, des migrations internationales lorsqu’une frontière est traversée (pour leur mesure, voir sous démographie). Si en démographie la migration se rapporte à des flux d’individus, le langage des sciences de la préhistoire se réfèrent aux déplacements de populations.

4Pour la génétique des populations, en revanche, ce qui importe c’est le transfert de gènes de la population d’origine au lieu d’accueil. Le rythme du changement prend alors des dimensions bien distinctes, l’unité de temps n’étant plus le cours d’une existence ou, au contraire, le fil des siècles, mais la génération. Le critère pertinent n’est pas le nombre de migrants, ou les changements culturels qu’il provoque, mais la quantité de descendants qu’ils n’auront pas dans leur population d’origine et qu’ils vont avoir au cours des générations à venir dans leur nouvelle patrie.

5Le langage courant et les pratiques locales, par exemple dans les Alpes, ont associé sous le mot de nomadisme des formes de migrations particulières que sont le nomadisme lui-même, la transhumance et les migrations saisonnières ou verticales, le remuage, la remue, entre autres. Aujourd’hui est nomade celui qui erre, qui n’a pas de domicile fixe, qui n’est pas sédentarisé. Les transformations géo-politiques, économiques ou les changements de société, font que le nomadisme est devenu le sens commun pour dire toutes sortes de pratiques mixtes du mouvement des hommes et des bêtes d’une aire géographique à l’autre. Il est faux de dire que le nomadisme est une étape de développement dans l’histoire humaine qui a associé les passages successifs du chasseur-cueilleur à l’éleveur nomade puis à l’agriculteur sédentarisé comme le progrès “naturel” du “barbare” au “civilisé”.

6Traditionnellement, ces termes avaient des contenus spécifiques précis, liés soit aux zones de chasse pour suivre le gibier, soit à l’économie pastorale et à l’élevage. Le nomadisme, était propre aux peuples de l’Afrique du Nord, des zones arabiques et des régions désertiques. Le nomade n’était pas agriculteur et ne se sédentarisait nulle part. Le nomadisme était pratiqué par des familles entières ou des groupes d’éleveurs qui se déplaçaient avec leurs tentes pour conduire leurs troupeaux d’une aire de pâture à l’autre selon la saison, les avantages et suivant les périodes de pluie. Les frontières politiques ne freinaient pas le mouvement des nomades. A certaines époques de l’année, les nomades se retrouvaient près des sources d’eau (oasis, sources diverses) aux alentours des villages, où se pratiquaient alors les échanges commerciaux et où s’actualisaient les réseaux sociaux liés aux mariages. Les nomades sont aujourd’hui confinés à des aires géographiques restreintes aux frontières politiques des pays et plus souvent encore ils ont été semi-sédentarisés ou sédentarisés.

7La transhumance couvrait la région méditerranéenne de l’Espagne et de la France jusqu’au Moyen-Orient. La transhumance combinait l’agriculture sédentaire d’une part et la migration des troupeaux de l’autre. Les propriétaires des troupeaux vivaient en général dans les villages où ils avaient des cultures. Ils employaient des bergers qui, eux, allaient avec les troupeaux (de moutons et de chèvres surtout, parfois de bovins) d’une grande aire de pâture d’été à une grande aire de pâture d’hiver. Jusqu’à la réforme agraire et le transport des troupeaux par camion, les routes de la transhumance avaient tissé un vaste réseau de “parcours” cartographiés surtout en France et en Espagne. Il n’y avait aucune bâtisse -ni étable, ni ferme – dans les deux grandes aires de pâture traditionnelles.

8Le “nomadisme” alpestre, les migrations verticales ou saisonnières, l’estivage, la “remue” sont propres aux pratiques d’élevage, surtout bovin, dans les Alpes. Ces formes de l’économie alpestre investissaient tout l’espace utile de la plaine aux plus hauts pâturages en utilisant les paliers d’altitude successifs selon les saisons, la qualité de l’herbage et les travaux à accomplir. Selon les endroits, les migrations verticales articulaient de manière exemplaire les activités agricoles autour des villages, les fenaisons dans les diverses zones d’altitude ( basse et moyenne montagne) avec le mouvement de tous les habitants d’un même village. Ainsi, toutes les familles, le curé et parfois le maître d’école bougeaient “avec les bêtes” plusieurs fois par année. Ce “remuage” impliquait plusieurs domiciles (ainsi qu’une étable et une grange), un à chaque palier d’altitude. Le paysan de montagne ne “quittait” ses bêtes que lorsque celles-ci restaient en estive à l’alpage durant l’été. Chaque région avait sa formule propre pour s’approprier le plus grand espace utile et pour s’adapter à l’environnement souvent difficile. Là où l’agriculture de montagne existe encore, la mécanisation et les transports modernes ont transformé ces pratiques ancestrales.

Analyse des données

9Aléatoire : De nombreux phénomènes biologiques ont une dimension aléatoire, c’est-à-dire que leur manifestation ne peut pas être prévue par la connaissance des conditions qui prévalent avant sa réalisation. (Précisons que cette dimension aléatoire peut être le fait d’une indétermination du phénomène lui-même, mais aussi de la limite des connaissances que l’on peut en avoir.) Pour décrire le phénomène, on procède à des observations, par exemple mesurer les individus ou compter leurs enfants. La série de résultats que l’on obtient alors (la taille des différents individus d’une population ou leur nombre d’enfants) constitue, pour autant que l’observation ou la mesure ait été répétée de façon indépendante et dans des conditions identiques, ce que les statisticiens appellent une variable aléatoire.

10Cette variable, ou série de résultats, pourra être décrite par un certain nombre de paramètres relatifs à

  • sa distribution : tableau des fréquences, représentation graphique,

  • sa tendance centrale : généralement sa moyenne, mais aussi éventuellement le mode (valeur la plus fréquente), ou la médiane (valeur équidistante des deux extrêmes),

  • sa dispersion : valeurs extrêmes, variance (somme des écarts à la moyenne élevés au carré). En fonction de l’information disponible sur le phénomène ou d’opinions que l’on peut avoir à priori, on peut supposer que cette variable aléatoire devrait correspondre à un certain type de distribution appelé une loi de probabilité.

11Méthodes des moindres carrés ou du maximum de vraisemblance : Un certain nombre de méthodes statistiques permettent de tester l’adéquation d’un modèle de représentation de la distribution d’une variable, ou de la relation entre deux variables ou encore de déterminer quel modèle permet le mieux d’estimer les paramètres à partir de données observées. En biologie et en génétique, deux méthodes sont particulièrement utilisées :

  • Dans la méthode des moindres carrés, on calcule les écarts entre les valeurs observées et les différentes séries de valeurs théoriques que l’on devrait obtenir avec les modèles envisagés. On considère comme représentation la plus proche de la réalité, le modèle dans lequel ces écarts (plus précisément, la somme de leurs valeurs élevées au carré) sont les plus faibles. Par définition, lorsque l’on considère la valeur centrale, il s’agit de la moyenne. Dans le cas de la représentation de la relation entre deux variables, ce sera la courbe simple qui réduit le plus les écarts entre les valeurs observées et la position des points sur cette courbe.

  • La méthode du maximum de vraisemblance est basée sur le principe que la meilleure estimation est celle dont la variance est la plus faible. La moyenne est alors, par exemple, une meilleure estimation de la valeur centrale d’une distribution que ne l’est la médiane, puisque la variance de la première est toujours inférieure à celle de la seconde. La “vraisemblance” correspond à la probabilité relative d’observer réellement une certaine valeur en fonction de sa probabilité.

12Gradient de variation : Variation continue d’un paramètre quelconque selon l’espace géographique. Un gradient de variation génétique désigne les variations enregistrées dans les pourcentages de représentation de certains gènes appartenant à divers systèmes immunologiques au sein des populations actuelles. D’autres variables, notamment les variables écologiques, telles que le climat ou la végétation, peuvent présenter également des gradients de variation géographiques.

Paléoanthropologie

13Cromagnoïde. Terme appliqué aux restes squelettiques présentant certaines affinités morphologiques avec l’homme de Cro-Magnon, type humain caractéristique du Paléolithique supérieur européen. Le type de Cro-Magnon a été défini en 1874 par Quatrefages et Hamy à partir des découvertes effectuées dans l’abri de Cro-Magnon aux Eyzies (Dordogne). Les Cro-Magnon présentent les caractéristiques suivantes :

  • très grande taille,

  • crâne cérébral volumineux, très allongé, avec voûte relativement basse et occipital souvent saillant,

  • face large et courte avec orbites basses souvent quadrangulaires.

Démographie

14Cohorte : Ensemble d’individus ayant vécu un événement semblable – naissance, mariage, divorce, ... – au cours d’une certaine période, généralement une année. Les démographes réservent le terme de génération pour la cohorte de naissances.

15Espérance de vie : On appelle vie moyenne des individus, ou espérance de vie à la naissance, le nombre d’années qu’un individu d’une certaine génération a vécu en moyenne (c’est-à-dire l’ensemble des années vécues par les membres de la génération concernée, divisé par leur nombre). Par extension, on calcule aussi l’espérance de vie à un âge donné qui correspond au nombre moyen d’années qu’ont vécu les individus à partir de cet âge. Par exemple, actuellement en Suisse l’espérance de vie à la naissance est de 74 ans pour les hommes et de 81 ans pour les femmes, alors que leur espérance de vie à 65 ans est respectivement égale à 15 ans et à 20 ans.

16Génésique : L’intervalle entre deux accouchements est appelé intervalle intergénésique, alors que l’intervalle protogénésique sépare le mariage de la première naissance. Par extension, l’histoire génésique décrit la vie féconde d’une femme, c’est-à-dire la succession de ses grossesses.

17Rapport de masculinité : Nombre d’hommes pour cent femmes dans une population ou un groupe d’âge donnés. Sa valeur est fonction d’aléas historiques (migration différentielle selon les sexes, périodes de plus grande mortalité masculine, comme par exemple lors de conflits armés). Le rapport de masculinité évolue aussi avec l’âge ; généralement de l’ordre de 105 naissances masculines pour 100 naissances féminines, il décroît comme conséquence de la surmortalité masculine.

18L’analyse démographique a développé de nombreuses mesures pour décrire les événements démographiques – naissances, décès, mariages, migrations -. Elle fait notamment recours aux notions de solde et de taux :

  • Le solde représente le bilan entre des entrées et des sorties d’individus durant une période et pour un territoire donné.

  • Le taux correspond à la fréquence d’un événement durant une certaine période, rapporté au nombre d’individus de la population concernée par l’événement.

19C’est ainsi que le solde migratoire (appelé aussi migration nette ou balance migratoire) correspond au bilan des départs et arrivées dans un territoire spécifié. (Lorsque le résultat est positif on parle d’immigration nette et s’il est négatif d’émigration nette.) Le taux de migration nette rapporte ce bilan à la population moyenne de la période envisagée. Plus précisément, il est égal à la différence entre les taux d’immigration et d’émigration (nombre de départs ou d’arrivée généralement au cours d’une année, divisé par l’effectif moyen de la population pendant l’année considérée).

20De même, le solde naturel est égal à la différence entre le nombre de naissances et celui de décès, alors que le taux d’accroissement naturel à celle entre ces nombres rapportés à la population moyenne, c’est-à-dire les taux de natalité et de mortalité. L’accroissement d’une population est la résultante de ces deux termes – mouvement naturel et migration – mesurés en soldes ou en taux. Sa valeur est non seulement fonction du nombre d’entrées et de sorties d’individus pendant la période considérée, mais aussi de celles des périodes antérieures. En effet, ce sont les évènements démographiques des générations précédentes qui déterminent la structure de la population à un moment donné, c’est-à-dire par exemple la proportion de femmes en âge de procréer, de jeunes à la recherche d’emplois et donc susceptibles de migrer, de personnes qui par leur âge ont un plus grand risque de décès.

21Afin d’isoler les effets des conditions démographiques du moment, on calcule le taux net de reproduction du moment, nombre moyen de filles par femme en âge de procréer. Par extension on calcule aussi un taux intrinsèque d’accroissement naturel qui correspond au taux d’accroissement naturel qu’aurait cette population si sa mortalité et sa fécondité se stabilisaient aux taux qui prévalent au moment de l’observation. La valeur de ce taux intrinsèque est utilisé par les généticiens des populations comme estimation de la valeur sélective d’une population à une époque donnée (voir ci-dessous et aussi texte de D. F. Roberts).

Génétique

22Gène : caractère élémentaire de l’hérédité qui correspond à un segment de chromosome reconnaissable à sa fonction spécifique. Il s’agit en fait d’un objet biologique artificiel qui, physiquement, consiste en un enchaînement d’un nombre très variable de bases, séquences de molécules d’ADN (acide desoxyribonucléique), responsable de la synthèse d’une protéine

23La localisation du gène sur le chromosome est appelé locus ; les différentes formes que peuvent prendre un gène à un locus sont les allèles. Chaque chromosome est présent à deux exemplaires, chromosomes homologues, que l’individu a hérités de chacun de ses parents. Chaque gène existe donc deux fois, double dose qui constitue le génotype et dont l’expression visible est le phénotype.

24Exemple : le système sanguin ABO

  • 3 allèles: A,B,O

  • 6 génotypes: AA,AB,AO,BB,BO,OO

  • 4 phénotypes: A,B,AB,O

25Dans ce cas, O est récessif, c’est-à-dire qu’il ne s’exprime pas dans le phénotype lorsqu’il n’est présent qu’une seule fois.

26En réalité, ce n’est qu’exceptionnellement que la relation entre le génotype et le phénotype est aussi simple, et pour la majorité des caractéristiques le phénotype constitue la résultante d’un enchevêtrement complexe, pas totalement élucidé, de facteurs génétiques (plusieurs gènes en interaction) et d’éléments du milieu : facteurs climatiques, culturels, historiques qui influencent l’expression du caractère par l’alimentation, les conditions sanitaires, le type d’activité, etc.

27Génique, génotypique : On définit génétiquement une population soit par sa structure génique – fréquences des allèles aux différents locus de chacun des chromosomes des individus – soit par sa structure génotypique – fréquence des associations de gènes sur les deux chromosomes homologues des individus.

28Génétique : indique que l’on se réfère aux gènes, mais sans préciser si l’on considère ceux-ci isolément ou par paire. C’est ainsi que la structure génétique peut aussi bien se mesurer par la structure génique que par la structure génotypique ou que la variabilité (ou l’hétérogénéité) génétique d’une population peut se référer à la diversité des allèles présents dans la population ou à leurs associations. La distance génétique entre deux populations est une mesure de leurs différences qui peut correspondre aux écarts entre leurs fréquences géniques ou génotypiques. Quant au degré d’isolement génétique d’une population, il est caractérisé par la quantité de gènes qu’elle échange avec d’autres populations, par des mouvements migratoires et des mariages ; lorsque ces échanges sont peu importants, la population est qualifiée d’isolat (génétique). Les analyses séro-génétiques sont les travaux effectués à partir de prélèvements d’échantillons de sang. Il s’agit du matériel de prédilection pour la recherche en génétique des populations puisque non seulement il est facile à prélever, mais surtout parce que, pour de nombreuses caractéristiques du sang, notamment les groupes sanguins, on peut facilement déduire le génotype de l’observation du phénotype. Quoique beaucoup plus longue et coûteuse et, pour l’instant, applicable seulement pour un nombre limité de gènes, l’analyse au niveau moléculaire commence aussi à être utilisée pour l’étude des populations.

29Génome : Ensemble des gènes d’un individu. Répartis sur 23 paires de chromosomes, les quelque 100.000 à 200.000 gènes de l’être humain ne forment qu’une part infime des trois milliards de bases qui constituent son matériel génétique. On estime effectivement que ces zones actives ou “codantes” noyées dans des zones non “codantes” représentent moins de 5 % du tout. Les nombreuses équipes de chercheurs qui travaillent dans le cadre du programme international génome humain vont semble-t-il achever d’ici quelques mois la carte physique de la localisation de l’ensemble du génome humain. Toutefois, il convient de souligner que la seconde étape, identification réelle des gènes par un travail de “séquençage” des bases qui les composent, est un projet moins accessible qui pose encore beaucoup de difficultés. Il restera surtout à préciser leur rôle exact dans le fonctionnement de l’organisme.

30Patrimoine génétique : Terme utilisé parfois dans un sens très général de matériel qui se transmet de génération en génération. En génétique des populations, il s’agit de l’ensemble des gènes présents chez les individus qui composent le groupe en question. Les populations humaines se distinguent par des différences dans les fréquences des divers allèles (par exemple, l’allèle O du système sanguin ABO est beaucoup plus fréquent chez les populations amérindiennes que dans le reste du monde)-et la présence ou l’absence de certains allèles rares. L’ensemble de l’humanité forme donc un continuum à l’intérieur duquel il est certes possible de distinguer des gradients de variation génétique, mais non pas des entités distinctes. La notion de race, pour les êtres humains, n’a alors aucun fondement génétique. En effet, la diversité génétique que l’on peut observer entre deux individus d’une même population est beaucoup plus importante que celle qui distingue deux soit-dis-antes “races”. Les résultats de plusieurs équipes de chercheurs aboutissent à la conclusion que, lorsque l’on subdivise la diversité génétique totale, en trois parts – dues aux différences entre les “races”, entre les populations à l’intérieur de ces “races” et entre les individus qui forment ces populations – plus de 80 % est dû à l’écart entre ces derniers.

31Sélection naturelle : Bien que les connaissances de la génétique n’autorisent plus de donner à la sélection naturelle le rôle évolutif que lui attribuait Darwin, elle reste présente dans les modèles de l’évolution. Toutefois, elle n’est plus considérée comme le seul mécanisme, et surtout, on doit reconnaître que les modalités de son action sont beaucoup plus complexes. C’est ainsi que la notion de valeur sélective d’un gène est strictement relative à un milieu bien précis. C’est-à-dire qu’une dotation génique peut représenter un avantage dans un certain milieu et devenir désavantageux lorsque celui-ci se modifie. Il semble, par exemple que l’on trouve ce type de phénomène pour certains diabètes à composante génétique qui, aujourd’hui, constituent un handicap, mais qui étaient un avantage dans un contexte de carence alimentaire. D’autre part, il est évident que les pressions sélectives, contraintes qu’exercent les conditions de milieu, n’ont pas pour cible le gène, ou le caractère, mais bien l’individu dans sa totalité, c’est-à-dire dans sa capacité à survivre et à avoir des descendants. C’est ainsi que la valeur sélective d’un individu sera estimée par le nombre d’enfants qu’il aura et celle d’une population par son accroissement naturel (voir ci-dessus dans le paragraphe consacré aux termes démographiques : taux intrinsèque d’accroissement naturel).

32Le choix du conjoint est aussi un des facteurs importants de l’évolution, puisqu’il détermine quels sont les individus qui composent une population. Il est bien évident que dans les populations humaines, les unions ne se font pas au hasard (panmixie) et sont la résultante de multiples choix et contraintes (géographiques, sociales, culturelles). Les généticiens ce sont attachés à analyser les effets évolutifs de différents types de déviations à la panmixie, notamment du choix selon des critères de proximité géographique (endo-gamie), de ressemblance physique, sociale et culturelle (homogamie) ou d’apparentement (consanguinité).

33La consanguinité d’un individu résulte du degré d’apparentement de ses parents ; elle a pour effet d’accroître la probabilité que deux gènes homologues de cet individu portent un allèle identique parce que copie du même allèle d’un ancêtre commun. Elle peut être due à un apparentement connu des parents, mais aussi à une consanguinité “ambiante”, résultant d’un enchevêtrement d’unions entre un petit nombre de familles. On peut calculer des coefficients de consanguinité d’un individu ou d’apparentement entre deux individus, mais aussi des coefficients moyens qui mesurent la consanguinité globale de la population (voir texte de Roberts, note 1).

34Fondateurs : Les ancêtres fondateurs sont les individus qui ont constitué le patrimoine génétique de la population. Le plus souvent, les informations existantes ne permettent cependant pas de remonter jusqu’aux premiers individus venus s’établir sur le site en question, les fondateurs correspondent alors aux premières personnes mentionnées dans les documents. On distingue les migrants ultérieurs en précisant qu’il s’agit de fondateurs secondaires, par opposition aux fondateurs primaires.

Géologie

35Karst. Plateau calcaire modelé par l’érosion chimique qui a entraîné la dissolution partielle de la roche. Un modelé karstique comprend, en surface des plateaux, de nombreuses dépressions (dolines) et des gouffres donnent accès à des réseaux de galeries souterraines et de nombreuses grottes et abris s’ouvrant dans les falaises.

36Loess. Dépôts sédimentaires meubles non stratifiés aux grains très fins, d’origine éolienne et de répartition continentale. Les loess se sont déposés en couches pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur à la périphérie des glaciers pendant les périodes froides aux cours desquelles la couverture végétale était très limitée. Les loess constituent d’excellentes terres arables et ont souvent été choisis par les Néolithiques pour y installer leurs terroirs.

37Analyse pollinique ou palynologie. Etude quantitative et qualitative des pollens conservés dans les sédiments des zones humides, marais et lacs, permettant de reconstituer le cadre végétal des périodes anciennes et d’identifier l’action de l’homme sur le couvert forestier (mise en évidence de défrichements dus à l’agriculture par exemple).

Préhistoire : Périodes

38(voir également graphique, texte A. Gallay)

39Épipaléolithique. Phases de développement des cultures de chas-seurs-cueilleurs postérieures à la fin de la dernière glaciation, mais conservant encore des traits culturels hérités des cultures du Paléolithique supérieur contemporaines des temps glaciaires.

40Mésolithique. Phase de développement des cultures de chasseurs-cueilleurs postglaciaires présentant des traits culturels originaux absents des cultures du Paléolithique supérieur, et notamment une industrie lithique microlithique.

41Néolithique. Phase de développement technoéconomique des sociétés humaines correspondant à leur accession à une économie productrice impliquant l’agriculture et l’élevage. En Europe, ce type de société voit apparaître l’usage de la céramique. Le terme néolithisation désigne les transformations historiques caractérisant l’apparition des sociétés d’agriculteurs-éleveurs.

42Rubané (ou Civilisation de la céramique rubanée). Faciès culturel du plus ancien Néolithique, présent dans le haut bassin danubien, de la Hongrie à l’Allemagne, et dans le bassin Parisien. Le Rubané doit son nom au décor de la céramique présentant des motifs curvilignes incisés en forme de rubans.

43Cardial (ou Civilisation de la céramique cardiale). Faciès culturel du plus ancien Néolithique des côtes de la Méditerranée occidentale. Le Cardial doit son nom au décor de la céramique obtenu par impression de la tranche de valves de coquilles de Cardium. Une céramique du même type se retrouve sur la côte atlantique du sud-ouest de la France et permet de caractériser le Cardial atlantique.

44Roucadourien. Faciès culturel du plus ancien Néolithique continental du sud-ouest de la France, caractérisé par une céramique à fond pointu apparaissant dans un contexte économique encore fortement orienté vers la chasse et la cueillette. Le Roucadourien est un cas de céramisation de populations encore prédatrices.

45Retzien. Faciès culturel mésolithique du sud-ouest de la France caractérisé par des microlithes géométriques de formes particulières. Quelques tessons de céramiques et la présence, dans certains sites, de pollens de céréales pourrait parler en faveur d’une population de chasseurs-cueilleurs en cours de néolithisation.

Préhistoire : Traits culturels

46Industrie lithique. Ensemble des outils fabriqués en pierre, y compris les déchets résultant des opérations de fabrication.

47Module de débitage. Le terme module de débitage désigne les dimensions absolues et les proportions des éclats de pierre taillées destinés à la confection des outils, avant que ces derniers ne soient façonnés (retouchés) sous leurs formes définitives. Le débitage regroupe l’ensemble des chaînes opératoires de taille de la pierre permettant d’obtenir des éclats qui pourront être transformés en outils. Microlithisme. Phénomène de miniaturisation des industries lithiques se développant à partir du Mésolithique. Un microlithe est un outil de pierre taillée de très petite taille. Certains microlithes (de formes) géométriques, notamment des trapèzes, sont des éléments d’armature de flèche. La technique du coup du microburin est un procédé fracture d’une lame ou d’une lamelle de silex par torsion, qui permet d’obtenir des tronçons de lame destinés à la fabrication des microlithes géométriques. On rencontre dans certains faciès lithiques mésolithiques des lames portant des encoches appelées lames Montbani.

48Céramisation. Terme désignant l’apparition de la céramique dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs mésolithiques contemporaines de la première diffusion du Néolithique. Le terme subnéolithique désigne parfois les faciès culturels mésolithiques comprenant de la céramique. La céramisation est un phénomène d’acculturation résultant du contact de sociétés situées à des stades techno-économiques différents. Les principaux ensembles européens sont les faciès de la céramique de la Hoguette et du Limbourg, le Roucadourien et le Subnéolithique nordique (céramiques décorées au peigne et céramiques à fossettes).

49Mégalithe. Un mégalithe est un bloc de pierre de grandes dimensions dont on a fait un usage ornemental et par extension une construction utilisant de tels blocs. Les mégalithes constituent les premières formes d’architecture de pierre. Elles apparaissent en Europe sur la façade atlantique dès le 4e millénaire. On peut distinguer parmi ces dernières des tombes collectives recouvertes de tumulus (dolmens) et des pierres dressées isolées (menhirs) ou groupées en ligne (alignements) ou en cercles (comlechs).

50Macroschématique (l’art). L’art macroschématique est une forme d’art rupestre propre au Levant espagnol comportant de grandes peintures représentant des personnages très schématisés. Ce type de représentation se retrouve dans les décors impressionnés de la céramique cardiale méditerranéenne et date donc du Néolithique ancien. On parle d’art macroschématique par opposition aux peintures animalières très naturalistes et de petites dimensions présentes dans les mêmes régions, et dont la datation reste encore incertaine.

51Protolangue source. Langue ancienne unique reconstituée à partir d’un groupe de langues vivantes apparentées être à l’origine des parlers actuels (par exemple indo-européen). La démarche qui consiste à passer d’un classement logique des langues, basé sur leurs affinités lexicales et/ou syntaxiques, à une interprétation en terme de diversification historique présente de nombreux dangers, car elle revient à admettre que l’histoire ne comporte que des processus de diversification et de séparation et aucunes convergences dues à des échanges. La notion de protolangue est une notion abstraite dont il est souvent bien difficile de valider la réalité historique dans le temps et dans l’espace.

Préhistoire : Datation

52Carbone 14 (datation par le). Méthode de datation absolue basée sur la loi de décroissance de la radioactivité. Il existe dans la nature des éléments qui sont constitués de plusieurs isotopes dont certains ont une structure instable. Ces isotopes radioactifs se désintègrent avec une période (durée nécessaire pour désintégrer la moitié de la masse) donnée et leur composition au moment de leur datation permet de calculer leur âge. Le carbone 14 (14C) ou radiocarbone est un isotope lourd du carbone. Il est formé dans la haute atmosphère lorsque les rayonnements cosmiques entrent en collision avec les atomes d’azote. Les 14C sont oxydés et se mêlent au 12 C02 (le plus abondant). Tous les êtres vivants incorporent du 14C : directement par la photosynthèse ou indirectement par la chaîne alimentaire. A leur mort, l’incorporation de 14C est normalement stoppée et la quantité de 14C va décroître exponentiellement suivant la période de 5568 ans. Il suffit donc, en principe, de mesurer la quantité résiduelle de 14C d’un corps organique (bois, charbon de bois, os, etc) pour déterminer son âge. La méthode s’applique à des échantillons organiques vieux de 1000 à 30.000-40.000 ans environ.

53Calibration. Corrections effectuées sur les datations par le carbone 14 afin d’obtenir des dates réelles dites dates calibrées ou datations en années solaires. Une des hypothèses de départ de la datation par le carbone 14 est la concentration constante, au cours du temps, du 14C dans l’atmosphère. Or, il est maintenant bien connu que tel ne fut pas le cas, en raison des variations de l’intensité du champ magnétique terrestre qui modifie la proportion du rayonnement cosmique filtrée, et de la variation des quantités de C02 dans l’atmosphère. Il est pour l’instant difficile de quantifier précisément l’effet de ces variations sur les concentrations de 14C disponible. Cette difficulté peut être pourtant contournée de façon empirique en comparant les âges 14C avec les âges réels. Des courbes de calibration peuvent être obtenues pour les 8000 dernières années en mettant en parallèle les résultats obtenus par le 14C et la dendrochronologie (comptage des anneaux de croissance annuel des arbres permettant de reconstituer une courbe continue des variations d’épaisseur des cernes de croissance, dont les segments constituent les “signatures”, uniques, de chaque période). Les courbes de calibration ont pu récemment être prolongées jusqu’aux environs de 20.000 ans avant le Présent grâce à la datation par l’Uranium /Thorium des récifs coraliens. Pour le Néolithique, les courbes de calibration montrent que les datations par le carbone 14 donnent des âges trop récents. Le décalage varie de 500 ans vers la fin du Néolithique à un millénaire au début de cette période. Le Néolithique, situé en 6000 et 2000 av. J.-C. par le 14C, doit donc se placer en réalité entre 7000 et 2500 av. J.-C.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site