Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Épilogue

Préparer demain

Albert Jacquard

Note de l’éditeur

Ce texte est en partie repris dans La légende de la vie, Flammarion, Paris, 1992.

Texte intégral

1L'espace qui les entoure a toujours semblé aux hommes illimité. Face aux difficultés rencontrées dans un environnement devenu hostile ou dépourvu des ressources nécessaires, ils allaient chercher ailleurs un domaine plus accueillant. La plupart des cultures imaginent un pays de cocagne qu'il suffirait d'atteindre pour ne plus avoir à supporter les privations quotidiennes. Aller ailleurs est la solution miracle ; d'où les aventures des grands conquérants, Attila, Genghis Khan, Tamerlan. Encore au siècle dernier, des situations sans issue localement ont pu ainsi être résolues : pour échapper aux terribles famines des années 1850, plus de deux millions d'Irlandais ont émigré aux Etats-Unis. Dans ce pays, un "ailleurs" a facilement été trouvé grâce à la conquête de l'ouest ; il suffisait de repousser la frontière.

La perte de Tailleurs

2Aujourd'hui il ne reste guère de frontière que l'on puisse déplacer sans trop de problème. Les Terrae incognitae ont disparu de la carte. Nous savons depuis quelques siècles que la Terre est une sphère, mais nous n'en avons tiré les conséquences concrètes que depuis quelques décennies. Le désir forcené d'échapper à son pré-carré s'est concrétisé par l'étrange et assez infantile aventure qu'a été la "conquête" de la Lune. Infantile, puisque la motivation ouvertement avouée des efforts et des dépenses consenties a été la compétition entre les deux super-puissances.

3Le résultat le plus clair de cette aventure est que la Lune ne peut nullement être conquise, tout au plus explorée. Quelques activités humaines pourront sans doute s'y développer ; des substances précieuses en être un jour rapportées ; mais la Lune n'est pas un "ailleurs" pour l'humanité. L'exploration de Mars ou de quelques satellites de Jupiter aboutira de toute évidence à la même conclusion. Les auteurs de science-fiction nous ont habitué à l'idée d'une transhumance de l'humanité vers une planète semblable à la nôtre autour d'une autre étoile. Il est fort probable que de telles planètes existent dans notre galaxie ; mais leur distance se mesure en années-lumière ; sans doute plusieurs dizaines d'années lumière pour les plus proches. Le retour, après quelques siècles de voyage, des premiers explorateurs partis en reconnaissance risque d'être décevant.

4Cette limitation n'est pas due à une incapacité provisoire que des progrès techniques pourraient un jour supprimer. Elle résulte de la nature de l'espace-temps dans lequel nous baignons. Etre réaliste c'est maintenant admettre que l'humanité ne quittera jamais son berceau. Ce constat n'a rien de déplaisant, même s'il nous oblige à une révision déchirante de nos projets. Au contraire. Dans une situation difficile la tentation est grande de souhaiter un cataclysme qui bouleverserait les données. C'est cette fuite en avant que représente la recherche d'un ailleurs. Cette fausse solution est maintenant exclue. Il nous faut faire face à nos difficultés en admettant, une fois pour toutes, que nous sommes prisonniers de notre planète.

5Or les difficultés que nous rencontrons sont absolument nouvelles ; aucune génération antérieure n'a pu les imaginer.

La dérive des continents humains

6Nous avons tous en tête une image bien trompeuse de la planète, la célèbre planisphère résultant de la projection Mercator ; elle rétrécit les zones proches de l'équateur et agrandit les régions polaires si abusivement que le géographe André Siegfried a lancé, il y a un demi-siècle, la consigne : "démercatorisons-nous !". La nécessité de se "démercatoriser" est plus grande encore maintenant. Il s'agit moins de lutter contre une erreur géographique que contre une déformation de la réalité démographique. La carte représentant cette réalité consacre un millimètre carré non à quelques milliers de km2 mais à quelques millions d'hommes. Les continents sont donc figurés par des surfaces proportionnelles à leurs populations.

7Regardons bien cette carte ; elle ne ressemble guère à celles que nous avons vues sur les murs des écoles ; elle décrit les continents humains tels qu'ils sont et tels qu'ils vont devenir. La situation actuelle est l'aboutissement d'une histoire qui n'a comporté, jusque récemment, que peu d'événements marquants. Pendant longtemps l'évolution de la population humaine a simplement résulté de l'équilibre naturel entre les naissances et les morts. Notre espèce est fragile ; spontanément elle utilise au mieux son potentiel de fécondité pour assurer sa survie. Peu à peu son effectif s'accroît, mais à un rythme très lent. A l'époque dite néolithique, quelque 10'000 ans avant J.C., cet effectif n'était encore que de 5 millions d'hommes ; les ressources nouvelles apportées par l'agriculture ont alors permis un développement qui l'a mené à 250 millions. Ce niveau correspondait à un équilibre qui s'est maintenu durant le premier millénaire de l'ère chrétienne : en l'an 1000, il y avait toujours 250 millions d'hommes. Le millénaire suivant est marqué par une croissance d'abord lente : 400 millions au xiiie siècle, 600 au xviie siècle, puis rapide : 800 millions au milieu du xviiie siècle, 900 au début du xixe siècle, enfin explosive : le premier milliard d'hommes est dépassé vers 1825, le second en 1925, le troisième en 1960, le quatrième en 1975, le cinquième en 1987, le sixième avant l'an 2000. La population mondiale est entrée dans une spirale exponentielle qui ne peut aboutir, si elle se prolonge, qu'à une catastrophe ; le nombre d'années nécessaires pour l'accroître d'un milliard diminue sans cesse : 100 ans, puis 35 ans, puis 15, puis 12... Cette catastrophe est d'autant plus dramatique qu'elle a lieu au moment où l'humanité ne peut plus disposer d'un "ailleurs" et doit accepter sa condition d'assignée à résidence sur la planète : en explosant à l'intérieur d'un local fermé une bombe fait beaucoup plus de dégâts qu'à l'air libre ; la "bombe population", la "bombe P", explose aujourd'hui sur une planète à l'espace limité. La prise de conscience de la nécessité et de l'urgence d'un changement radical de notre comportement a été d'autant plus difficile qu'elle se heurte à des réflexes acquis depuis l'origine de l'espèce : quoi de plus merveilleux que de donner la vie ! Quoi de plus enthousiasmant aussi que d'empêcher un enfant de mourir ! Or c'est justement notre victoire contre la mort qui, telle un boomerang, se retourne contre nous : en sauvant les individus, nous mettons l'espèce en péril. Il ne peut être question de mettre cette victoire en cause ; il faut donc accepter de renoncer à la liberté de procréer sans limite. Nous avons rompu un équilibre, il nous faut payer le prix pour en retrouver un autre.

8Ce nouvel équilibre peut-il résulter du jeu spontané des processus régulateurs à l'œuvre dans la nature ? C'est effectivement ce qui se passe pour toutes les espèces ; leur prolifération est limitée par divers prédateurs, animaux dont elles constituent la nourriture ou virus qui provoquent des épidémies destructrices. Ce mécanisme ne joue pas pour l'homme : il a su se débarrasser de tous les prédateurs ; il est devenu plus puissant que tous ceux qui étaient capables de le dévorer, il sait se défendre (ou est en passe de le savoir) contre les vecteurs de maladies. Le virus de la variole tuait chaque année plusieurs millions d'hommes ; depuis 1977 il est totalement éradiqué. Le virus du sida, apparu récemment, fait certes aujourd'hui des ravages, mais il est fort probable qu'il suffira d'une dizaine d'années pour trouver les moyens de l'empêcher de nuire.

Population mondiale (en millions d'habitants)

Population mondiale (en millions d'habitants)

9Le seul prédateur de l'homme, c'est lui-même. Un prédateur redoutable et efficace capable aujourd'hui de provoquer la disparition totale de l'espèce en quelques jours (n'oublions pas la présence des 3 tonnes d'explosif par être humain mis en place par la folie des compétitions entre puissances nucléaires). La sortie de la spirale exponentielle de notre effectif ne peut être obtenue que par une action humaine : nous sommes face à un nouveau devoir, gérer le nombre des hommes

10Même dans l'hypothèse où ce devoir deviendrait rapidement une priorité admise par tous, cette sortie ne sera que progressive, car l'inertie des phénomènes démographiques est considérable. Les Nations Unies ont fait des prévisions d'effectif en admettant qu'au cours du prochain siècle toutes les populations parviendraient à limiter la procréation au niveau assurant l'équilibre : à peine plus de deux enfants par femme en moyenne. Ce niveau est déjà atteint en Europe et en Amérique du Nord ; il le serait au cours du premier quart du siècle en Asie, vers la moitié en Amérique du Sud, au cours du troisième quart en Afrique. Avec de telles hypothèses les 6 milliards d'hommes de l'an 2000 seraient devenus 8 milliards en 2025, 9,5 milliards en 2050, 10 milliards un peu avant la fin du siècle, niveau qui serait ensuite maintenu. C'est donc à une Terre portant 10 milliards d'hommes qu'il nous faut dès maintenant penser. La rendre accueillante pour tous suppose d'immenses efforts. Mais la difficulté de ce problème global n'est rien devant les tensions qui seront provoquées par la disparité des évolutions. Derrière la sécheresse des nombres du tableau qui suit, sachons imaginer les drames humains qu'ils impliquent. Plus que les raisonnements des hommes politiques, des diplomates, des militaires, ces nombres nous donnent les informations essentielles pour tracer les grandes lignes de l'histoire du xxie siècle.

11Les principales difficultés auxquelles notre espèce aura à faire face sont annoncées par ce tableau. Elles sont malheureusement décrites par des nombres et nous ne savons guère réagir en les lisant. Comprenons leur message ; les mésaventures d'Ulysse, de Tristan ou du Roi Lear ne sont que douces bluettes à côté des tragédies que provoqueront les évolutions annoncées. Prenons au hasard quelques-uns de ces effectifs et essayons d'en imaginer les conséquences.

12Par exemple en Amérique du Sud : en un siècle, l'effectif de ce sous-continent va plus que doubler. On sait l'état actuel des immenses favellas qui s'étendent autour des mégalopoles ; on sait le sort réservé à tant d'enfants abandonnés, soumis à la drogue et à la prostitution ; on sait le cynique développement du commerce des organes humains, les miséreux vendant leur rein ou quelque autre morceau d'eux-mêmes au profit des riches clients de cliniques d'Amérique du Nord. Lorsque la population aura doublé, ces peuples ne vont-ils pas devenir plus encore une simple source de pièces de rechange pour les nantis, des objets de commerce, des "choses" ?

13L'important n'est pas de procréer un petit d'homme, il est de lui permettre de devenir un homme, à qui 1 on apporte tout le nécessaire pour construire sa liberté. S'opposer à la limitation des naissances dans les pays qui ne peuvent proposer à la plupart des nouveaux-nés qu'un destin de sous-homme, c'est être complice d'une chosification des hommes.

14De même autour de la Méditerranée : cette mer, qui a été le berceau de tant de civilisations, vient de se transformer, si on la décrit d'après les hommes qui l'entourent, et va se transformer plus encore. Au début du xixe siècle, l'Europe occidentale, avec plus de 100 millions d'habitants, pesait, mesurée en êtres humains, dix fois plus que l'Afrique du Nord ; aujourd'hui elle n'a plus qu'un poids double, bientôt il sera inférieur. Le centre de gravité de cet ensemble humain est situé actuellement quelque part au nord de l'Italie ; dans un siècle, il sera situé au sud de la Méditerranée. Beaucoup plus que les conquêtes et les révolutions, ce déplacement caractérise le bouleversement de ce petit coin de la planète, qui nous tient tant à cœur, car c'est le nôtre.

15Les inégalités déjà insupportables entre les côtes nord et sud risquent fort de s'amplifier ; les tensions entre les affamés et les repus, face à face, pourront aboutir aux pires drames. On pourrait de cette façon multiplier les exemples. Ainsi, tous ceux qui ont vu les foules de Calcutta ou de Bombay imaginent facilement les conséquences du passage de la population de la péninsule Indienne (Indes, Pakistan, Bangladesh) pourtant saturée d'homme de 1250 à 2200 millions d'habitants. Presque partout sur la Terre, la "bombe P" est prête aux plus désastreuses explosions.

16Les géographes nous apprennent que les continents se déplacent au gré des mouvements des plaques de l'écorce terrestre. Ces déplacements sont si lents que des dizaines de millions d'années sont nécessaires avant que la carte de la planète ait significativement changé. Pour les continents humains cette dérive est infiniment plus rapide ; il ne faut que quelques dizaines d'années pour que la planisphère démographique soit devenue méconnaissable. Si nous n'y prenons pas garde nous risquons bientôt de ne plus reconnaître notre domaine.

Des menaces de nos pouvoirs au noyau idéologique commun

17Les progrès de la connaissance nous ont conduits au cœur des mécanismes dont l'apparence des choses n'est que la manifestation. Au delà de ce que nous révèlent nos sens, nous avons décelé une réalité qu'aucun être vivant autre que l'homme ne connaîtra jamais, nous avons substitué à la couleur la fréquence des ondes électromagnétiques, à la dure matière le vide des espaces intra-atomiques, aux mystérieux métabolismes des êtres vivants la rigoureuse séquence des bases de leur ADN.

18Ce jeu entre l'univers, peu à peu dévoilé, et l'intelligence humaine toujours plus imaginative et exigeante, est un des aspects les plus émerveillants de l'aventure de notre espèce. Poursuivre notre quête de compréhension est fondamentalement une question de dignité. Toute avancée, en ce domaine est un progrès humain.

19Cependant cette plongée loin des évidences, cette lucidité accrue sur la réalité, nous ont donné une prise nouvelle sur le monde et sur nous-mêmes. La connaissance débouche sur l'innovation technique. Le jugement à porter sur l'intérêt pour les hommes de ces novations est nécessairement nuancé. Ce n'est plus un jeu abstrait entre l'esprit humain et l'apparence de l'univers qu'il s'agit de comprendre, mais une lutte parfois violente entre les projets des hommes et la réalité de l'univers qu'il s'agit de transformer. La possibilité d'un acte inédit, une efficacité nouvelle, ne sont des progrès que si ces actes améliorent la condition des hommes. Il n'y a aucune raison pour que cela soit le cas général. Trop souvent, la fascination de l'efficacité immédiate occulte l'interrogation sur la finalité de la réussite.

20En cette fin de siècle, ces pouvoirs sont si fondamentaux et si nouveaux que notre enthousiasme fait place à l'angoisse. Pour la première fois nous sommes au même niveau de puissance que l'univers proche ; nous sommes capables de reculer les contraintes qui nous ont toujours été imposées. Alors que tous les êtres autour de nous se soumettent à la fatalité d'une aventure presque entièrement programmée, nous sommes en mesure de décider ce que sera demain. Il nous faut donc choisir d'accepter ou de refuser certains des pouvoirs que nous nous sommes donnés. Il nous faut entendre le cri d'Einstein le soir d'Hiroshima : « Il y a des choses qu'il vaudrait mieux ne pas faire ! ». Mais qui décidera ?

21Lorsque les hommes d'autrefois se trouvaient disposer d'un pouvoir leur paraissant exorbitant, ils s'adressaient aux prêtres qui leur transmettaient la réponse donnée par Dieu. Aujourd'hui, l'idée que nous nous faisons de nous-mêmes (et éventuellement de Dieu) n'est guère compatible avec cette attitude. Nous sommes, nous le savons, en charge de l'histoire humaine, il faut nous dire "non" à nous-mêmes, sans nous abriter derrière un ordre venu d'ailleurs.

22La plupart des sociétés sont bâties selon le modèle de la pyramide permettant de résoudre les problèmes entre individus ou entre groupes grâce à une autorité supérieure à qui est délégué l'essentiel du pouvoir. Cette délégation est certes fort utile, mais elle entraîne peu à peu un désaisissement accepté de chaque citoyen ; il ne se sent plus en charge de son propre destin ou de celui de sa collectivité. Par paresse, nous sommes tentés de généraliser cette délégation. De la gestion de la cité, nous passons insensiblement à la définition du bien et du mal. D'où les multiples Comités d'Ethique chargés de réfléchir aux conséquences des pouvoirs nouveaux apportés en permanence par les succès des chercheurs.

23L'enjeu est tel que cette délégation ressemble fort à une démission. Attendre que quelques dizaines de "sages" dictent la morale, tracent la frontière entre ce qui est permis et ce qui est défendu, n'est pas digne d'une collectivité qui doit, pour être réellement humaine, se sentir responsable d'elle-même.

24Une autre voie doit être dégagée qui fera de l'éthique l'affaire de tous ; il faut donc inventer une démocratie de l'éthique où les décisions importantes seront prises après une concertation étendue à tous. Cela suppose un "noyau idéologique" sur lequel tous les hommes pourraient exprimer leur accord.

25Il est fécond pour tous qu'une multiplicité d'opinions, d"'actes de foi", d'engagements, soient exprimés et défendus. Les confrontations provoquées par cette diversité permettent à chacun d'approfondir sa réflexion. Encore faut-il qu'elles ne débouchent pas sur la résolution des conflits par recours au mépris et à la violence. L'interdépendance actuelle de tous les hommes de la Terre, la diminution des distances, l'impact presque immédiatement étendu à toute la planète des actes des Etats mettent en évidence plus que jamais la nécessité d'une base commune à toutes les religions, toutes les idéologies, toutes les philosophies.

26Il est exclu, et d'ailleurs peu souhaitable, que ce socle universel puisse être obtenu par conversion de tous à une même doctrine : on sait d'expérience à quelles horreurs mènent les prosélytismes en action. La seule voie consiste à dégager ce que, explicitement ou implicitement, elles ont toutes en commun.

27Il se trouve que la science d'aujourd'hui est en mesure de contribuer à cet effort en proposant une définition de l'Homme à laquelle peuvent adhérer musulmans et chrétiens, hindouistes et marxistes. Au lieu de poursuivre les inutiles querelles sur l'origine de l'esprit ou de l'âme, distincts du corps, constatons que chaque homme est un objet fait des mêmes éléments que n'importe quel autre, mais qu'il est unique par son hyper-complexité, et que cette hyper-complexité lui apporte le pouvoir de se donner des pouvoirs à lui-même. Constatons qu'il a été capable de réaliser une structure plus complexe que chaque individu, l'humanité, et que cette humanité a le merveilleux pouvoir de faire émerger une personne là où la nature ne pouvait aboutir qu'à un organisme. Constatons que les "tu" reçus créent la possibilité de dire "je".

28Cette vision d'un homme sécrété par l'univers, qui ne peut réaliser le potentiel présent en lui que grâce aux apports de la collectivité, entraîne à la fois émerveillement et respect. Le devoir premier de chaque groupe d'hommes est d'accueillir tout enfant pour l'aider à choisir, et à réaliser si possible, un destin ; toutes les autres activités, qu'elles concernent la subsistance, la sécurité ou le confort, sont au service de ce dessein.

29Aucune religion, aucune idéologie ne devrait se trouver en contradiction avec ce regard porté sur nous-mêmes. Le matérialiste peut admettre un cheminement logique qui voit l'homme comme la fine pointe de la progression de l'univers vers toujours plus de complexité. Le marxiste présente l'homme comme à la fois le produit et l'auteur de son histoire, ce qui est implicite dans notre définition. Le croyant peut s'émerveiller plus encore devant un Créateur qui a su donner à l'une de ses créatures le pouvoir de poursuivre son œuvre. Le nom donné à ce Créateur, les modalités des rapports entre lui et nous, sont affaires secondaires face au constat essentiel : tout homme est digne de respect, la finalité de chaque collectivité, qu'elle soit une micro-société ou l'ensemble de l'humanité, est d'être au service des individus.

Une utopie réaliste

30Les deux termes semblent incompatibles ; le romantisme a fait du mot utopie le synonyme de rêverie, de chimère. Revenons aux origines ; son auteur, Thomas More, a donné le nom d'Utopia à une île sur laquelle il imaginait une république idéale. Il s'agit d'une fiction, mais aussi de la conclusion d'un raisonnement rigoureux tenant compte des contraintes qui s'imposent aux habitants de cette île. En opposition avec l'état de l'Europe divisée en nations antagonistes ne pensant qu'à étendre leur pouvoir et accroître leurs richesses aux dépens des voisins, More, en 1516, c'est-à-dire en pleine "Renaissance", décrit une société rigoureusement païenne et communiste. Il n'imagine pas des citoyens tous parfaits, il sait que les hommes sont faillibles, mais il montre que la mise en commun est la seule solution compatible à la fois avec cette imperfection et avec l'aspiration sans limite des hommes vers plus de justice. Elle seule utilise au mieux la source de novation qu'est notre imaginaire.

31Aujourd'hui la Terre des hommes est une île. Une petite île, puisque l'on peut en faire le tour en moins d'une heure et demie. Est-il possible, sur les traces de Thomas More, d'imaginer mettre en place sur ce domaine une "république idéale" ?

32La première démarche est de faire l'inventaire des contraintes. Aujourd'hui, par chance, nous les connaissons de façon assez précise. Nous savons ce que la Terre peut fournir régulièrement sans être épuisée ; nous savons combien elle peut absorber des déchets que nous produisons sans s'en trouver irrémédiablement polluée ; nous savons quelles quantités elle recèle des métaux ou des produits dont nous avons besoin. Face à cet inventaire, nous disposons de prévisions fiables de l'effectif de l'humanité. Le problème est donc posé avec clarté. Pour le siècle qui vient, il se résume à l'interrogation : comment vivre à 10 milliards d'hommes sur notre petite planète de façon à la transmettre en bon état à nos successeurs ?

33A ce problème, de toute évidence, des solutions peuvent être trouvées, nous ne devrions pas être trop inquiets. Malheureusement les sociétés appartenant à la culture dominante, la culture "occidentale", ont adopté des comportements qui sont incompatibles avec ces solutions. Elles ont, provisoirement, en main l'essentiel du pouvoir et, loin de chercher à réformer ces comportements, elles tentent de les imposer à l'ensemble de la planète.

34Elles ont admis comme une évidence que les richesses de la Terre pouvaient être appropriées par des individus ou des groupes d'individus. Un gisement de pétrole est censé appartenir à ceux qui ont eu la chance de naître aux environs, ou à ceux qui "de gré ou de force" sont venus s'en rendre propriétaires. La prise de conscience de la finitude de notre domaine impose pourtant une attitude différente. Le regard que nous portons sur les hommes nous oblige à admettre que les ressources de la Terre appartiennent à tous, ceux de demain comme ceux d'aujourd'hui. Au nom de quoi pourrait-on être en désaccord ?

35Il faut donc mettre en place une gestion de ces ressources qui ne spolie pas trop les générations à venir. Nous sommes actuellement loin de cet idéal : au rythme actuel de consommation, la totalité des réserves de pétrole de la planète sera épuisée en moins d'un siècle. Nous nous conduisons en voleurs de nos propres petits-enfants, les privant du pétrole qui leur appartient. De même les pays développés ont adopté comme maître-mot de leurs raisonnements économiques, le terme de "croissance". Tous les problèmes qu'ils rencontrent, en premier lieu l'extension du chômage, sont supposés être résolus automatiquement par la croissance. L'évidence est pourtant que, l'humanité ne disposant plus d'un "ailleurs", ce comportement ne peut être qu'une fuite sans espoir vers le fond d'une impasse. Cette croissance est collectivement suicidaire ; une fois les limites atteintes, il faut nécessairement s'arrêter de croître. Et ces limites sont toujours rencontrées beaucoup plus tôt que prévu. Le danger d'une explosion exponentielle reste longtemps caché. Une augmentation de la population de, disons, 2 % par an semble raisonnable et même plutôt lente ; en fait elle correspond à un doublement tous les 35 ans, c'est-à-dire à une multiplication par plus de 7 en un siècle, par 52 en deux siècles. Une croissance, même apparemment mesurée, ne peut être qu'un épisode de courte durée.

36Il faut nécessairement aboutir à un régime de procréation stabilisant l'effectif de l'humanité ; avec la même nécessité, il faut instaurer un régime économique maintenant à un niveau constant la consommation des biens que nous procure notre propriété collective, la Terre. Plus tôt les hommes accepteront ce changement d'objectif, moins dramatique sera la "révolution culturelle" à accomplir.

37Enfin les occidentaux ont admis comme une loi de la nature la compétition entre les individus et entre les groupes et ils ont imaginé que cette loi s'impose aux sociétés humaines. Extrapolant de façon simpliste les réflexions de Darwin sur le rôle de la "sélection naturelle", ils présentent la lutte pour la vie comme le moteur de toute activité, de tout progrès. La réalité est beaucoup plus nuancée. Dans la nature les exemples de coopération, de commen-salisme, sont nombreux ; des équilibres s'établissent où chaque groupe, chaque espèce, profite de la présence de l'autre plus qu'elle ne s'oppose à elle. Et les mécanismes qui prévalent chez les animaux ne s'imposent pas nécessairement à l'homme, capable, et seul capable, de se donner un objectif.

38Depuis quelques siècles et surtout depuis quelques décennies, il n'est question que de réussite des uns au prix de l'échec des autres ; chaque individu, chaque nation, doit devenir un "gagnant", comme si un gagnant n'était pas essentiellement un fabricant de perdants. Le résultat est l'accroissement de la richesse accumulée par certains grâce à la misère supportée par les autres. Aujourd'hui, les pays dits développés (Amérique du Nord, Europe y compris l'ex-URSS, Japon et Océanie) totalisent 1,2 milliard d'hommes, leur "produit intérieur brut", qui caractérise les biens dont ils peuvent disposer chaque année, est de l'ordre de 10.000 milliards de dollars, soit 8000 dollars par personne. Pour l'ensemble des autres pays, la population atteint 3,8 milliards d'habitants, et le produit intérieur brut 5000 milliards de dollars, soit 1300 dollars par personne. Autrement dit, un quart des hommes disposent des deux tiers de la richesse. Ces disparités se révèlent plus insupportables encore si l'on considère des ensembles de nations plus limités : le rapport des ressources par individu est de 15 à 1 si l'on compare les Européens de l'Ouest aux Egyptiens ou aux Indonésiens, de 30 à 1 si on les compare aux Chinois ou aux Pakistanais.

Créer de nouveaux flux

39Nous sommes prisonniers de notre planète, et sur cette planète il n'y a plus de lieux où l'on puisse aller s'installer tout en restant soi-même. Aujourd'hui, il n'est plus possible d'aller reproduire ailleurs sa façon de vivre, comme l'ont tant fait les Européens, parce que, maintenant, la Terre est pleine et c'est donc chez des autres que l'on va. Et l'on s'y rend soit sur invitation, soit parce que l'on n'a pas le choix. En Europe, ce qui a totalement changé depuis quelques décennies, c'est que les migrants ne sont plus appelés pour pallier au manque de main-d'œuvre, mais qu'ils viennent chez nous parce qu'ils ne peuvent plus vivre chez eux.

40La problématique des migrations a donc totalement changé, les migrations actuelles, réponses à des situations de crises dans un monde fini, saturé d'hommes, n'ont plus rien en commun avec les processus historiques. Le même mot recouvre des réalités différentes, on ne peut plaquer hier sur aujourd'hui, encore moins sur demain. Les déséquilibres énormes créés par la nouvelle géographie des hommes et les circuits d'information qui permettent à chacun de savoir ce qui se passe ailleurs ne peuvent que provoquer des flux migratoires croissants de tous ceux qui n'acceptent pas de vivre comme des sous-hommes. Ces migrations ne peuvent que mener à des catastrophes, créant plus de problèmes qu'elles ne peuvent en résoudre. Organiser les migrations ne peut pas être une solution, un changement radical doit être envisagé : c'est la notion même de migrations qui doit disparaître. La seule alternative consiste à organiser aujourd'hui un flux organisé de richesses plutôt que subir demain ces flux d'hommes, massifs et spontanés. Ce sont de nouvelles relations entre les hommes qui doivent être développées, des relations qui ne seront plus basées sur les notions actuelles de rentabilité et de valeur des biens.

41Il y a urgence à réveiller ceux des hommes qui aujourd'hui entraînent l'humanité à sa perte par leur rêve de puissance et à leur faire comprendre que le seul objectif digne de leur capacité est de réaliser un peu plus d'égalité entre les Terriens, de donner à chacun d'eux la possibilité de se construire un destin.

42Les écarts actuels sont tels que cette égalité ne peut guère être obtenue au cours du siècle prochain. L'objectif pourrait être de les réduire de moitié. Dans l'hypothèse où les "riches" resteraient au niveau déjà atteint, il faudrait, pour parvenir à cette réduction de l'écart, que les "pauvres" voient leurs revenus multipliés par plus de 3. Comme leur nombre va simultanément plus que doubler, cela supposerait une multiplication par 7 ou 8 de la production de biens à leur profit. Est-ce compatible avec la capacité de la planète de nous fournir les produits nécessaires et d'absorber nos déchets ? La réponse est fort probablement négative. L'objectif de réduction de l'écart ne peut donc être atteint que si les "riches" acceptent une réduction de leur consommation. Nous sommes loin d'un tel état d'esprit quand nos sociétés ne cessent de stimuler cette consommation en inventant des besoins artificiels, en provoquant des désirs nouveaux, par le tapage d'une publicité omniprésente et infantilisante.

43Oui, l'île "Terre" peut, comme l'île "Utopia", être peuplée d'hommes ayant mis en commun leurs richesses, leurs espoirs, les produits de leur intelligence. Cela suppose une transformation radicale des esprits. Qui aura assez de pouvoir pour la provoquer ? Certainement pas les chefs d'Etats ou les chefs d'armées ; ils peuvent provoquer d'irréparables destructions, mais ils ne sont pas capables de transformer les esprits.

44Ceux qui le peuvent sont ceux dont la parole est écoutée, enseignants, écrivains, ceux surtout dont les engagements sont tels que leur sincérité ne peut être mise en doute.

45Aujourd'hui, au bord de l'abîme, il faut dire et redire qu'une voie autre est possible et nécessaire. Chacun doit s'y employer quelle que soit l'audience dont il dispose. Souvenons-nous de Jeanne d'Arc répondant à ses juges qui lui reprochaient de s'être mêlée, elle petite bergère, des affaires du royaume : "Si ce n'est moi, ce sera qui ? Si ce n'est maintenant, ce sera quand ?"

Table des illustrations

Titre Population mondiale (en millions d'habitants)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 511k

Auteur

Généticien, Paris ; Professeur honoraire, Université de Genève

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.