Version classiqueVersion mobile

La microfinance au Bénin

 | 
Théophile Sossa

2. Microfinance et inclusion financière au Bénin

Texte intégral

1Les expériences de microcrédit au Bénin remontent aux années 1970 avec la création en 1977 des caisses locales de Crédit Agricole mutuel (CLCAM) gérés par la Caisse Nationale de Crédit Agricole (CNCA) dont l’objectif était d’offrir des services d’épargne et de crédit aussi bien aux agriculteurs qu’aux fonctionnaires et entrepreneurs. L’émergence des organisations de microfinance telle qu’elle est aujourd’hui au Bénin est un phénomène plus récent, datant du début des années 1990 sous l’impulsion de deux événements majeurs. Tout d’abord, au milieu des années 1980, les pays de l’UEMOA, dont le Bénin, ont été confrontés à une grave crise économique et sociale.

  • 1 Il s’agit de la CNCA en 1987, de la banque béninoise pour le développement en 1989 et de la banque (...)

2Le Bénin a connu la faillite de son système bancaire, puis la fermeture de toutes les banques d’Etat1 (Adechoubou, 1996). Cette situation a engendré l’absence de sources de financement pour l’ensemble des secteurs essentiels de l’économie tels que l’agriculture, l’artisanat et les petites et moyennes entreprises (PME). Selon les tenants de la théorie de libéralisation financière, cette crise résulte d’une intervention publique abusive dans le système financier. La croyance à cette thèse a amené les gouvernants, au début des années 1990, à non seulement entreprendre une série de réformes visant à créer des cadres réglementaires et prudentiels stricts en vue de favoriser l’émergence d’un secteur financier privé et compétitif (Joseph, 2000), mais aussi à se retirer des secteurs productifs de l’économie.

  • 2 Spécifiquement au Bénin, PAPME (Agence d’Appui aux Petites et Moyennes Entreprises) et PADME (Assoc (...)
  • 3 Loi Portant Réglementation des institutions Mutualistes ou coopératives d’Epargne et de Crédit dans (...)

3Ce retrait a favorisé l’émergence de nombreuses microentreprises évoluant pour la plupart dans l’informel et dont les besoins de financement n’étaient pas pris en compte par le secteur financier formel en reconstruction. Dès lors, les autorités de l’UEMOA avec l’appui de la coopération internationale au développement2 (CID) se sont engagées dans l’élargissement du paysage financier de l’union par la promotion des IMF ou Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) qui sont censés répondre aux besoins diversifiés de services financiers des populations. L’UEMOA a procédé à l’élaboration et la vulgarisation de la loi PARMEC3 qui constitue le cadre juridique et réglementaire spécifique à la microfinance dans l’Union.

4En sus de ce contexte de crise bancaire, il faut également souligner que l’émergence des IMF depuis les années 1990 se rattache aux programmes de lutte contre la pauvreté dans lesquels se sont engagées les nations en développement. En effet, l’accès des populations pauvres à des services financiers, en vue de promouvoir des activités génératrices de revenus, légitime l’expansion de la microfinance au Bénin. Ainsi, de six IMF enregistrées en 1999, on est passé à 199 en 2005. Au même moment les points de service sont passés de 312 en 1998 à 1308 en 2005. Ces chiffres rendent compte de la rapide croissance des IMF au Bénin. Mais s’accompagne-t-elle également d’une inclusion financière massive des populations ?

5Avant de répondre à cette question, il convient d’abord de présenter et d’analyser les contextes socio-économique et financier au Bénin. Ensuite, sera analysée l’évolution des IMF au Bénin, et enfin les résultats de cette recherche seront présentés.

2.1. Contextes socio-économique et financier

6Le Bénin a une population d’environ 8,5 millions d’habitants selon les estimations issues du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH3, 2002). Les structures par âge, par sexe et par milieu de résidence autorisent la lecture suivante : une population jeune (56,4 % des moins de 20 ans) ; une population à dominance féminine (51,5 %) ; une population à dominance rurale (61,1 %). Le rythme de croissance de la population béninoise est de 3,2 %, la plus forte de l’UEMOA. Ce fort taux s’explique par une fécondité très élevée et une mortalité en baisse quoiqu’encore élevée, caractéristique fondamentale des pays en développement dont la transition est en impasse en raison du faible niveau de leurs ressources et de leur insertion précoce dans l’économie globalisée.

7Dans ce contexte, les défis sociaux de l’économie béninoise sont de taille et se posent en termes de satisfaction de besoins de base (emploi, éducation, santé, eau, habitat, assainissement, etc.). Sur ce plan, le pays éprouve des difficultés dans la création et la mobilisation des ressources nécessaires pour relever ces défis. Le Bénin fait partie des pays les plus pauvres du monde avec un Indicateur de Développement Humain évalué à 0,435 en 2009 (contre 0,264 en 1980) ; ce qui le classe au 134e rang (État pauvre à faible développement) sur les 169 pays comparés par les Nations Unies et au 14e rang sur 43 pays d’Afrique subsaharienne4.

2.1.1. Le Bien être

8Selon l’Enquête Modulaire sur les Conditions de Vie au Bénin (EMICOV, 2006), le phénomène de la pauvreté revêt plusieurs dimensions comme le montre le graphique 1.

Graphique 1 – Dimensions et indices de la pauvreté au Bénin

Graphique 1 – Dimensions et indices de la pauvreté au Bénin

Source : EMICOV, 2006.

  • 5 La mesure de la pauvreté monétaire a été réalisée à partir d’un indicateur de niveau de vie qui est (...)
  • 6 P0 = incidence de la pauvreté = population pauvre en % de la population totale; = % population en-d (...)

9La pauvreté monétaire est analysée selon les indicateurs habituels (incidence, profondeur et sévérité) mesurés en référence à un seuil de pauvreté5 qui s’établissait à 82.224 FCFA par tête et par an en en 2006. Les résultats montrent que l’incidence de la pauvreté (P0)6 est de 37, 4 % alors que la profondeur de la pauvreté est estimée à 14 %. En référence à l’année 2002, ces indicateurs ont évolué comme le montre le tableau 3.

Tableau 3 – Evolution des indices de pauvreté entre 2002 et 2006

Tableau 3 – Evolution des indices de pauvreté entre 2002 et 2006

Source : EMICOV, 2006.

  • 7 L’approche par les « conditions d’existence » consiste à définir le niveau de pauvreté à partir des (...)

10Suivant P0 et P1, on note une accentuation du phénomène de la pauvreté entre 2002 et 2006. La sévérité du phénomène (P2) s’est également accrue, révélant une inégalité plus marquée entre les pauvres au niveau national. Par contre en zone urbaine, cet indice a connu une baisse, ce qui signifie que c’est en zone rurale que la pauvreté a pris de l’ampleur et que les inégalités entre milieux urbain et rural se sont creusées davantage. La pauvreté d’existence est estimée7 à 41,1 % en 2006 : En milieu urbain cette forme de pauvreté touche 22,1 % de la population contre 50,8 % en milieu rural. En fondant l’analyse sur les perceptions du phénomène de la pauvreté par les ménages eux-mêmes, on traite de dimension subjective de la pauvreté. De ce point de vue, 37,7 % des Béninois estiment que leurs conditions de vie sont mauvaises dans les domaines de la santé, de l’alimentation, de l’éducation, du logement et des services de base.

Encadré 1 – Les déterminants de la pauvreté subjective
Les besoins considérés comme vitaux par plus de 75 % de la population sont :
– pouvoir se soigner quand on est malade ;
– avoir un logement (en tant que locataire ou propriétaire) ;
– pouvoir envoyer ses enfants à l’école ;
– avoir un travail stable et durable ;
– avoir accès à l’eau ;
– avoir accès à l’électricité.
Lorsqu’on considère les items que plus de 65 % de la population estiment indispensables, d’autres besoins s’ajoutent à la liste précédente à savoir :
– avoir un poste radio ;
– pouvoir s’occuper de son corps (savons, coiffures, etc.) ;
– avoir un moyen de transport personnel ;
– prendre 3 trois repas quotidiens ;
– pouvoir acheter un poste télévision.
Source : EMICOV, 2006

11Ces biens et services listés comme conditions nécessaires d’une bonne vie constituent des besoins (ou dérivée des besoins) de financement de l’économie béninoise. Dès lors, il convient de se demander si le système financier classique répond au financement des besoins économiques et sociaux au Bénin.

2.1.2. Système financier formel, exclusion bancaire et finance informelle

  • 8 Il s’agit au titre des banques, de Financial Bank Bénin, Bank of Africa – Bénin, Banque Atlantique (...)

12Au 31 décembre 2006, le système financier béninois comptait douze banques commerciales et un établissement financier8. Les dépôts dans les banques ont été évalués à 606,1 milliards de FCFA (soit USD 1,3 milliard) correspondant à 19,3 % du PIB. Les crédits à l’économie s’élèvent à 474,1 milliards (soit USD 983,1 millions), correspondant à 78 % des dépôts et 15,1 % du PIB (BCEAO, 2006). Le graphique 2 présente une comparaison sommaire du système financier du Bénin par rapport aux autres économies de l’UEMOA.

Graphique 2 – Systèmes financiers comparés (UEMOA 2006)

Graphique 2 – Systèmes financiers comparés (UEMOA 2006)

Source : auteur.

  • 9 Encore appelé « indicateur Goldsmith », ce ratio mesure le nombre d’agences de banques pour 1 milli (...)

13Si on classe les huit pays de l’UEMOA selon leur ratio de bancarisation Ratio9, le Sénégal (16,64) apparaît comme le pays le plus bancarisé de l’Union, suivi du Mali (13,81) et du Togo (12,86). Placé en dessous de la moyenne de l’Union, le Bénin (8,74) occupe le 6e rang devant le Niger (2,5) et la Guinée Bissau (1,87). Malgré le fait que ce taux y a presque doublé entre 2000 et 2006 (Wélé, 2008), l’amélioration de la couverture bancaire et la mobilisation de l’épargne qui en découlent n’ont pu encore engendrer un afflux du financement bancaire dans l’économie. C’est ce qui caractérise d’ailleurs l’ensemble des économies d’Afrique Subsaharienne où les circuits financiers sont peu diversifiés et n’offrent qu’un accès limité à des services financiers formels aux petites entreprises et aux ménages, surtout dans les régions rurales (Honahan & Beck, 2007). Au Bénin, sur les douze banques existantes, très peu sont celles qui ont pu s’implanter dans les douze départements, inutile de raisonner en terme des soixante-dix-sept communes. Par ailleurs, « le resserrement des normes prudentielles se trouvent en paradoxe avec un besoin croissant de financement exprimé par les micro-entreprises et les ménages » (Wélé, 2008 : 55). Lorsqu’on regarde le rapport « volume des crédits/volume des dépôts), on peut conclure qu’en dehors du Togo et de la Guinée Bissau, le Bénin dispose du système bancaire le moins accessible de l’UEMOA (moyenne = 85,7 %). De la même manière, les dépôts au Bénin représentent 10,6 % de l’ensemble des dépôts de l’Union alors que les crédits à l’économie ne représentent que 9,7 % des crédits bancaires dans la sous-région.

  • 10 Le produit net bancaire a augmenté de près de 9 % en 2006, en raison de l’accroissement des revenus (...)

14Hormis, les normes prudentielles, l’accès des ménages et micro-entreprises à la finance formelle est restreint par les procédures bancaires jugées complexes, les frais bancaires sur la tenue de compte et les opérations ainsi que le scoring n’échappe souvent pas à des critères subjectifs. De toute façon, tant que les banques commerciales continueront à se faire de gros profits rien que par la taxation des services à leur clientèle10, leurs efforts allant dans le sens d’inclusion financière de la population resteront très limités. Au Bénin, « à peine 0,3 % des ménages ont accès à un crédit bancaire » (EMICOV, 2006, p. 11). On constate bien que le phénomène de l’exclusion bancaire dans ce pays dépasse de loin les frontières de la pauvreté, car l’incidence de la pauvreté au Bénin n’est pas de l’ordre de 99,7 % mais plutôt de 38,7 %. Si l’on considère que les pauvres sont d’office exclus de la finance formelle, il reste environ près de 60 % de Béninois non pauvres résidant en milieux rural et urbain qui ne bénéficient pas de crédits bancaires. Les conséquences de cette situation se lisent en termes d’inefficience du marché monétaire et de désencastrement entre institutions financières et l’activité économique.

La surliquidité bancaire

  • 11 La surliquidité bancaire traduit une situation où le montant de l’épargne collectée dans une économ (...)
  • 12 Rapport  de la « différence entre les dépôts des banques commerciales à la banque centrale et les r (...)

15La surliquidité bancaire11 est un fait en Afrique subsaharienne (ASS). Le graphique 3 montre les ratios12 de surliquidité dans les économies de cette région.

Graphique 3 – Ratios de surliquidité en ASS (fin 2004)

Graphique 3 – Ratios de surliquidité en ASS (fin 2004)

Source : Sexagaard, 2006.

16Une étude spécifique menée en Ouganda établit que i) l’aide publique au développement (APD) est la première cause de la surliquidité bancaire, ii) d’autres facteurs tels que les recettes d’exportation (pétrole notamment), les transferts de fonds des migrants et les investissements directs étrangers ont eu une faible influence entre 1999 et 2002 où le système bancaire a connu son pic de surliquidité (Buehrer, 2008). Malgré le fait que les flux d’APD correspondent de moins en moins à des flux réels (annulations de dettes, assistance technique), et que son montant est très inférieur à celui des transferts des migrants (US$ 188 millions, représentant le double de l’APD en 2005 (Gupta et al., 2007), leur plus grande influence sur la surliquidité bancaire peut s’expliquer par l’opacité de la gouvernance financière dans les pays en développement. Le risque que l’APD contribue à financer l’armée ou à grossir les dépôts bancaires des élites est encore plus élevé lorsqu’il sert à appuyer le budget global des gouvernements, alors que le système financier et bancaire avait déjà de la peine à gérer ses liquidités.

17On assiste alors, contre toute logique de développement économique, au fait que les pays en développement soient aujourd’hui des exportateurs nets de capitaux (Gurtner, 2007). Cet auteur, citant Raghuram (2006), explique le solde financier exportateur des pays en développement par le fait que les systèmes financiers et bancaires de la plupart d’entre eux se trouvent à un stade évolutif qui ne leur permet pas de réinjecter les ressources disponibles dans la production intérieure. La banque mondiale estime à US$ 272 milliards les exportations de capitaux des particuliers de ces pays en 2005. The Africa Report 200613, estime la fuite annuelle de capitaux africains à plus de US$ 30 milliards, tandis que l’OCDE14 chiffre l’APD en direction de l’Afrique à environ US$ 25 milliards en 2007. Gurtner (2007) conclut que l’APD est insuffisante, que l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement nécessite son augmentation, mais qu’il ne sert à rien de l’accroître si en même temps rien n’est fait pour juguler et inverser le flux financier Sud-Nord.

18En effet, si la solidarité internationale se doit d’être sensible à la vie précaire que mènent les pauvres au Sud, il convient également qu’elle réexamine la forme que l’aide doit prendre pour être efficace et passagère. Autrement, il n’est pas possible de financer les investissements nécessaires au développement par les ressources locales. Ce qui, non seulement freine la croissance économique, mais aussi crée une dépendance vis-à-vis de fonds extérieurs fluctuant et difficiles à prévoir aussi bien pour les gouvernements que pour les autorités monétaires.

  • 15 Conséquence théorique contrastée en ASS car les services bancaires sont lourdement taxés, excluant (...)
  • 16 Ce sont les avoirs en monnaie banque centrale que les banques de second rang sont tenues de détenir (...)

19Cette situation « explique en partie pourquoi il n’a pas été possible jusque-là de combattre la pauvreté dans le monde » (ibid : 78), notamment dans la sous-région d’ASS qui régresse depuis les années 1970. La quasi-totalité des économies d’ASS connaît le problème macroéconomique de surliquidité bancaire ayant pour conséquences majeures i) la faible productivité15 de l’activité bancaire (dépôts à la banque centrale non rémunéré, ou partiellement et faiblement rémunérée) et ii) l’inefficacité de la politique monétaire (mesures expansionnistes stérilisées par les excédents bancaires existants, taux de réserves obligatoires16 sans effets sur la masse monétaire). Cependant, comme le montre le graphique 4, l’augmentation des réserves obligatoires semble demeurer la seule alternative pour les autorités monétaires de l’UEMOA.

Graphique 4 – Evolution des taux de réserves obligatoires entre 2001 et 2005 (en %)

Graphique 4 – Evolution des taux de réserves obligatoires entre 2001 et 2005 (en %)

Source : auteur.

20Au niveau du Bénin spécifiquement, le taux des réserves obligatoires a quintuplé (de 3 % à 15 %) entre 2001 et 2005. Au niveau de l’UEMOA, ce taux est de loin le plus fort et le plus instable sur la période considérée, caractérisant la forte surliquidité bancaire du pays.

Le « désencastrement » entre institutions financières et activité économique

21Polanyi (1977) utilise le terme « désencastrement » en opposition à l’« encastrement » pour désigner une transformation subie par la société libérale. Il fait noter que de façon historique, il s’effectue un désencastrement ou une autonomisation relative de l’économie, à la différence de toutes les sociétés antérieures où celle-ci était encastrée dans la société et où les activités et les motivations économiques étaient imbriquées dans les pratiques et finalités sociales, de parenté, politiques, religieuses. Cette lecture de la société contemporaine se confirme avec l’activité des institutions financières au Bénin. En effet, en dehors de la faible bancarisation de l’économie et de l’exclusion financière, lorsqu’on confronte la structure de production de l’économie à celle des crédits bancaires, il existe un grand déphasage. Ce déphasage est révélé par le graphique 5.

Graphique 5 – Structures de la production et des crédits bancaires

Graphique 5 – Structures de la production et des crédits bancaires

Source : auteur.

22Il apparaît à travers ce tableau qu’une grande priorité est accordée au secteur tertiaire qui mobilise plus des trois quarts des crédits bancaires pour une contribution non équivalente à la formation du PIB (48,7 %). La concentration des crédits dans ce secteur est due au fait qu’elle est faite d’entreprises commerciales et de services qui présentent de faibles risques. Le secteur secondaire bénéficie d’un pourcentage de crédit légèrement supérieur à sa contribution au PIB (18,7 % des crédits pour 15,3 % du PIB). Reste le secteur primaire (agriculture, pêche, élevage, etc.) qui ne bénéficie que de 4,1 % des crédits pour une contribution à hauteur de 36 % du PIB. Les activités de ce secteur sont perçues comme trop risquées par les banquiers et ainsi exclues des circuits de financements bancaires. L’autre maillon important de l’économie béninoise exclu des circuits bancaires rassemble les activités du secteur informel. Selon Maldonado & al. (2001, cité par Wélé, 2008), les micro-entreprises informelles sont estimées à près de 88 % du tissu productif au Bénin, contre seulement 12 % pour le secteur formel dont une partie est également exclue des services financiers bancaires.

23Ces statistiques expliquent d’une part l’ampleur et l’ancrage des pratiques financières informelles. D’autre part, elles permettent de situer le contexte dans lequel les IMF opèrent afin de mieux connaître et analyser les besoins de leur clientèle ainsi que les possibilités d’atteindre les objectifs qu’elles poursuivent.

La finance informelle

24Au Bénin, la crise économique et sociale des années 1980 a particulièrement donné de l’ampleur aux pratiques financières informelles. Puisqu’il s’agit d’une finance très personnalisée dans laquelle l’économique et le social sont fortement imbriqués, toute la population béninoise, ou quasiment toute, y participe (Lelart, 2007). Elle peut prendre les formes d’aide (dons, prêts sans intérêt), de dépôt (provenant de la proximité familiale ou des réseaux sociaux) ou de tontine. Les tontines existent sous diverses formes dont il n’est pas possible de dresser un inventaire exhaustif car celles-ci varient tant par les caractéristiques socio-économiques de leurs adhérents que par leurs modes de fonctionnement (Servet, 1995). Toutefois, la classification la plus courante oppose i) la tontine mutuelle dans laquelle chaque participant reçoit autant qu’il verse ; ii) la tontine commerciale dans laquelle l’organisateur (le tontinier, le garde-monnaie) est rémunéré que ce soit sous la forme de rétention du premier versement fait à chaque cycle de la tontine ou comme pourcentage du lot remis périodiquement à chaque membre bénéficiaire de la tontine et iii) la tontine financière dans laquelle le lot est vendu aux enchères (ibid. : 30).

  • 17 Tontinier collectant périodiquement l’épargne des membres à domicile ou sur les lieux de travail. I (...)
  • 18 Après quelques versements (en général trois), le reste des cotisations évoluent avec la fréquence d (...)
  • 19 Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique

25Les circuits informels constituent une source importante de financement bien répandue au Bénin. Une étude indique que la facilité de crédit qu’offrent les banquiers ambulants17 est le principal motif d’adhésion de 62,5 % des clients à Cotonou et que 95 % d’entre eux ont recours à des avances avant la fin du mois (Adéchoubou & Tomety, 1992). Selon les auteurs, ce recours aux avances est déterminé par des événements non prévisibles (maladie, accident, décès) et des événements prévus (fêtes, rentrée académique, paiement des salaires). Les tontines mutuelles permettent aux membres, surtout dans les milieux ruraux de mobiliser des fonds à des fins d’investissements (terres, habitat, eau potable), de consommation (fêtes, pagnes, mariage, dot) ou de solidarité (décès). Dans le cas de la solidarité face aux décès, l’objet de la tontine est spécifié au départ et les versements suivent une autre logique.18 Selon, l’INSAE19, « les parents, amis et voisins constituent la source la plus importante de toutes les sources de financement au Bénin (EMICOV, 2006 : 11) ». En effet, ces sources fournissent des aides (dons, prêts non rémunérés) à leurs proches qui sont dans le besoin (solidarité face aux événements malheureux, scolarisation des enfants, investissements, commerce, etc.).

26L’importance de la finance informelle n’est plus à démontrer au Bénin ; cependant, elle ne peut pas couvrir les besoins variés de services financiers des populations dans les domaines de l’agriculture (terres, intrants, avance, main-d’œuvre, stockage) et de la protection contre les risques (santé, décès, incendie, climat). En effet, il faut noter qu’une organisation informelle d’assurance décès sous forme de tontine mutuelle par exemple inscrit les membres dans une relation de réciprocité – caractérisée par l’interdépendance volontaire, la complémentarité et le souci de l’autre – qui permet une solidarité face à la vulnérabilité. Cette solidarité entre égaux offre une protection qu’il convient de ne pas confondre avec la protection hiérarchisée qui naît de la redistribution (Servet, 2007 : 261-262). Dans le cas de la tontine mutuelle dédiée aux décès, et d’un point de vue économiciste, le montant de la prestation est égal à la somme des versements à la fin. Cela explique en partie pourquoi il n’a pas encore été possible de mettre en place des systèmes informels d’assurance santé. En effet, la mort, contrairement aux risques de santé, étant un événement certain de fréquence unitaire, favorise l’institution de la solidarité au sein des pratiques financières informelles.

  • 20 L’article 2 (alinéa 1) de la loi PARMEC stipule que sont considérés comme « institutions mutualiste (...)

27La promotion du secteur de la microfinance depuis les années 1990 a, par ailleurs, freiné le rayonnement de la finance informelle (Lelart, 2000). En effet, la réglementation de la microfinance au niveau de l’UEMOA, par la Loi PARMEC, autorise seulement les IMF agrées sous forme de coopératives ou de mutuelles d’épargne et de crédit,20 à recevoir de l’épargne de leurs membres ou adhérents.

28Ainsi, l’activité de collecte de l’épargne que les banquiers ambulants opèrent apparaît comme illégale, obligeant certains d’entre eux à « se transformer en mutuelles factices pour prétendre à la légalité » (Lanha, 2006 : p.128). En réalité, IMF et banquiers ambulants opèrent sous des systèmes qui se ressemblent dans la mesure où les caractéristiques de la tontine ou association rotative d’épargne et de crédit sont voisines de celles des groupes de caution solidaire des IMF (ibid.). Lelart soulignait déjà en 1989 que les pratiques des banquiers ambulants constituaient un pas vers des IMF. Dans le Bénin actuel, la finance informelle et les IMF coexistent et s’imbriquent.

2.2. Les systèmes financiers décentralisés (SFD)

29L’émergence des institutions de microfinance au Bénin remonte à environ deux décennies dans un système financier caractérisé par une exclusion bancaire massive et la dominance d’alternatives informelles de financement des micro-entreprises et des ménages. Leur offre de services financiers a connu une évolution marquée par le rôle des acteurs stratégiques tels que les gouvernements, bailleurs de fonds, ainsi que les autorités monétaires dans la promotion du secteur. On peut analyser cette offre de deux principales manières, soit en regardant la croissance des IMF et celle de leur activité, soit en regardant la typologie des IMF, la couverture géographique et la répartition des financements par activité.

2.2.1. Croissance des institutions et évolution de l’activité

30Le graphique 6 présente des données sur l’évolution des IMF et de leur activité.

Graphique 6 – Evolution du secteur de microfinance au Bénin (1998-2005)

Graphique 6 – Evolution du secteur de microfinance au Bénin (1998-2005)

Source : auteur.

  • 21 Source : Ministère de la microfinance, 2007.

31Entre 1998 et 2005, soit en 8 ans, le nombre d’IMF est passé de 157 à 762, soit une augmentation de 384 %. Au même moment, malgré leur croissance (141 à 244, soit 73 %), la proportion des IMF produisant des statistiques est passée de 89,8 % à 32 %, révélant des difficultés dans ce domaine. De la même façon, le nombre d’IMF agrées bien que croissant, ne représente que 26 % des IMF du secteur en 2005. Le nombre de guichets a en revanche connu une forte augmentation, passant de 312 à 1308 (soit environ une croissance de 320 %) dont 40 %21 sont situés en milieu rural contre 60 % en milieu urbain malgré le fait que plus de 60 % de la population soit rurale.

  • 22 Franc de la Communauté Financière Africaine.

32Ces statistiques montrent l’importance qu’acquiert le secteur de la microfinance au Bénin. On remarque une forte croissance des crédits entre 2001 et 2005 comparativement au volume des dépôts, situation inverse entre 1998 et 2000. Selon les observateurs du secteur, ce renversement a été possible grâce à une ouverture des sources de financement bancaire pour les IMF. Ce qui a permis une croissance moyenne annuelle avoisinant 42 % des encours de crédit des IMF au Bénin. Toutefois, il importe de souligner que cette explosion des crédits est porteuse d’effets pervers de surendettement des clients, effets que reflètent bien la croissance rapide des crédits en souffrance (746 millions en 2001 et 5.494 millions en 2005, soit un taux de croissance de 636 %). Les impayés se montent à 7,08 milliards de FCFA22 pour l’année 2006, soit une croissance de près de 1000 % en cinq ans (Lelart, 2007 : 6). Le surendettement des clients est dû, explique une Directrice de société de microfinance, à leur endettement croisé par une offre plurielle de crédit, surtout dans les milieux urbains et périurbains.

33Du côté des dépôts, on note une faible progression (moyenne annuelle = 13 %). De façon générale, on peut lier la faiblesse des dépôts à la typologie des IMF dont certaines formes ne sont pas autorisées à collecter de l’épargne, mais, nous le verrons, bien d’autres raisons peuvent expliquer cette faiblesse.

34L’ensemble des statistiques sur l’évolution des IMF montre que la microfinance apporte une contribution importante au financement de l’économie au Bénin. Malgré une forte croissance des organisations, il faut noter qu’elle contribue de façon très inégale à l’offre de services financiers qui est largement dominée par un nombre restreint d’institutions.

2.2.2. Structure de l’offre de services financiers

35Les institutions de microfinance sont regroupées, selon la classification de la BCEAO, en trois catégories, à savoir : les institutions mutualistes ou coopératives d’épargne et de crédit (IMC), les institutions de crédit direct (ICD) et les ONG et projets à volet microcrédit (ONG). Le graphique 7 donne la répartition du secteur de la microfinance entre ces diverses formes d’institutions.

Graphique 7 – Répartition typologique des IMF et de leur activité au Bénin (2005)

Graphique 7 – Répartition typologique des IMF et de leur activité au Bénin (2005)

Source : auteur.

Les institutions mutualistes ou coopératives d’épargne et de crédit (IMC)

36Elles sont organisées en systèmes coopératifs dans lesquels l’accent est mis sur la mobilisation de l’épargne des populations en vue de satisfaire les besoins de crédits des membres. L’épargne préalable constitue la garantie du crédit. Comme le montre le tableau, les IMC constituent la forme d’organisation institutionnelle dominante de la microfinance au Bénin (en 2005, 80,2 % de la clientèle, 72, 4 % des dépôts). Elles mobilisent par contre 28,8 % des crédits, dû au fait qu’elles s’adressent en général à une clientèle rurale plus pauvre que celle des ICD (70,9 % des crédits), dont les besoins en crédits sont de faibles montants. Les plus importantes IMC au Bénin sont la Faîtière des Caisses d’Epargne et de Crédit Agricole Mutuel (FECECAM, 151 caisses), l’Union Nationale des Caisses Rurales d’Epargne et de Prêt (UNACREP, 35 caisses) et le Réseau National des Caisses villageoises Autogérés (RENACA, 25 caisses). La FECECAM à elle seule mobilise 73,2 % de la clientèle, 76,4 % des dépôts et 37,1 % de l’encours de crédit du secteur (CMF, 2004). Mais depuis quelques années, les réseaux mutuels connaissent d’énormes difficultés de gouvernance amenant les autorités publiques à prendre des mesures nécessaires pour éviter leur faillite. Actuellement, la FECECAM expérimente un plan de redressement alors que l’UNACREP (anciennement FENACREP) est sous administration provisoire.

Les institutions de crédit direct (ICD)

37Elles regroupent les systèmes de financement qui privilégient le crédit comme activité centrale dans leurs opérations, sans le lier à la constitution d’une épargne préalable. Certaines d’entre elles fonctionnent avec la logique du crédit solidaire, obligeant les candidats au crédit à s’organiser en groupes solidaires qui servent de caution à l’opération. Les ressources des ICD proviennent des lignes de crédit mises à disposition par les bailleurs de fonds ou fondations privées et les banques. Cette catégorie représente 19,3 % de la clientèle, 27,4 % des dépôts et 70, 9 % des crédits du secteur en 2005. A titre d’exemple, on peut citer au Bénin le Programme d’Appui au Développement des Micro-Entreprises (PADME) promu par la Banque Mondiale, Vital Finance sous l’impulsion de la coopération américaine (USAID) et FINADEV qui est une société de microfinance du groupe Financial Bank-Bénin.

Les ONG et projets à volet microfinance

38Enfin, cette dernière catégorie regroupe les ONG et les projets de développement ayant au sein de leur organisation un composant « microcrédit ». Elle ne fait pas du crédit l’activité principale de leur intervention, ce qui explique la faible part de marché qu’elle détient (moins de 1 %). Ce qu’elle affiche comme mission est d’appuyer les populations pauvres dans l’atteinte d’une certaine autonomie.

39Ces diverses formes institutionnelles de microfinance contribuent à l’élargissement de l’accès aux services financiers au Bénin tel que nous l’avons vu dans le paragraphe consacré à leur croissance et à celle de leurs activités. Toutefois, il convient de souligner les inégalités dans l’accès à ces services financiers pour l’ensemble de la population à travers leur répartition géographique.

Implantation géographique des IMF

  • 23 Le degré de pauvreté des différentes communes du Bénin est mesuré par l’indice de pauvreté humaine (...)

40Dans leur majorité, les ICD qui visent souvent en premier objectif leur viabilité s’implantent dans les zones urbaines et périurbaines marquées par une forte densité de population, l’intensité de l’activité économique et des micro-entrepreneurs dynamiques. Seule la FECECAM a une couverture nationale, disposant d’au moins un guichet dans les soixante-dix-sept communes du pays. Enfin, nous distinguons les autres mutuelles et les projets à volet microcrédit qui ont une présence plus marquée en zones rurales. La distribution géographique des IMF montre que les départements les plus pauvres, que ce soit en termes d’indice de pauvreté23 ou d’importance de la population rurale, sont ceux qui ont le plus faible ratio de bancarisation (Wélé, 2008). Cette situation est surtout due, comme je l’ai déjà souligné, à la concentration des ICD dans les zones urbaines et périurbaines (cf. : annexe 3). La répartition des IMC et des ONG semble favoriser les zones rurales. Toutefois, il importe d’analyser la structure des financements pour connaître les types de besoins qui sont satisfaits.

Structure des financements

41Le secteur tertiaire (commerce et services 79,18 %) est privilégié par rapport au secteur primaire (agriculture et élevage 16,4 %). L’artisanat et l’industrie reçoivent respectivement 3,7 % et 0,5 % des financements. Le secteur tertiaire, et notamment le commerce (72,9 %), est privilégié parce qu’il permet de dégager des marges importantes pour assurer les remboursements. Mes enquêtes ont révélé que les agriculteurs manquent cruellement de financement pour la production, la participation aux échanges et pour vivre quotidiennement. Le tableau 4 donne des détails sur leurs besoins de services financiers.

Tableau 4 – Besoins de services financiers des agriculteurs ruraux

Tableau 4 – Besoins de services financiers des agriculteurs ruraux

Source : auteur.

42Ceux qui croient que la « microfinance est un outil efficace de lutte contre la pauvreté » n’auraient pas tort si cet outil répondait effectivement à ces besoins de services financiers des pauvres et vulnérables populations rurales. Puisque tel est rarement le cas, les incapacités qui s’ensuivent ne tolèrent aucune sortie de pauvreté pour ces populations. Par exemple, au sud-ouest du Bénin, i) les rentes foncières s’élèvent au tiers ou à la moitié de la production, payable en nature ou en espèce ; ii) les engrais sont d’abord vendus aux commerçants par des agents corrompus du Ministère de l’Agriculture, puis revendus aux agriculteurs à crédit au taux de 10 % le mois, alors que l’agriculture n’est pas aussi rentable ; iii) pendant la période de soudure ou en cas de dépense imprévue (grave maladie, accidents, décès, etc.), certains paysans vendent les futures récoltes en prenant une avance chez les commerçants, ces contrats stipulent souvent que le prix de vente à terme sera la moitié du prix courant du produit ; iv) pour manque de liquidité pour payer les taxes ou assurer le transport, les produits sont vendus à domicile ou dans les champs à des prix qui garantissent de grosses marges de bénéfice pour les acheteurs.

43De telles situations ne font qu’accroître les inégalités et bloquent toute stratégie de développement économique et social en milieu rural. Dans les régions où, au lieu de répondre aux besoins spécifiques des populations rurales, la microfinance s’aligne derrière les spéculateurs sur les produits agricoles pour aspirer (sous forme de marges élevées qui rémunèrent les prêts accordés par les IMF) la valeur ajoutée créée par l’agriculture, elle ne peut garantir que le « sous-développement ».

  • 24 Ce document a été élaboré avec la participation des divers acteurs des secteurs à savoir Gouverneme (...)

44Tels sont les enjeux autour de l’offre de services financiers des IMF au Bénin. Dans le Document de Politique de Développement de la Microfinance24, les divers acteurs du secteur ont exprimé leur vision et leurs attentes, à savoir « une offre de services financiers pérenne et croissante aux populations pauvres, fournie par un système financier décentralisé viable et articulé au secteur bancaire afin de promouvoir le développement économique et la réduction de la pauvreté » (DPDM, 2007). Or l’accroissement de l’accès aux services financiers par les personnes pauvres ou exclues du secteur bancaire n’est pas simplement une question institutionnelle ou de disponibilité des ressources. Elle exige également une adéquation des services financiers aux besoins des populations. De cette adéquation offre-besoins dépend la réalisation effective des objectifs des IMF. C’est pour cela que ce travail a été consacré à l’analyse des logiques, pratiques, comportements et contraintes des acteurs de la microfinance au Bénin.

2.3. Analyse des données

45L’analyse porte d’une part sur les moyens mis en œuvre par les IMF pour atteindre leurs objectifs, et d’autre part sur les besoins de services financiers des populations rurales. Pour ce faire, des données sont collectées par entretien auprès de trois mutuelles d’épargne et de crédit, à savoir la Faîtière des Caisses d’Epargne et de Crédit Agricole Mutuel (FECECAM), l’Union Nationale des Caisses Rurales d’Epargne et de Prêt (UNACREP) et l’Association pour la Promotion de l’Homme, de l’Environnement et du Développement Durable (APHEDD-Microfinance) qui dispose de Bases Villageoises d’Epargne et de Prêt (BAVEC). Les entretiens avec les IMF étaient complétés par des documents (Rapport d’activité, plan d’affaires, politiques de crédit). Ces documents renseignent de façon détaillée sur les missions, les objectifs et sur l’activité des IMF. Des données primaires ont également été collectées en milieu rural, au sud-ouest du Bénin.

La population d’étude

46Toviklin est un territoire rural de 13 562 habitants (RGPH3, 2002), peuplée par l’ethnie Adja au sud-ouest du Bénin (cf. : annexe 4). Les enquêtes au sein de la population rurale se sont déroulées indépendamment des IMF, dans les ménages, afin de mieux cerner les réalités matérielles de leur vie quotidienne. Cette approche a aussi l’avantage d’éviter des réponses standardisées, dont la fréquence peut être élevée lorsque les rencontres se font devant les guichets des institutions de microfinance, avec le risque d’être confondu avec un agent de ces organisations. Il faut également souligner que cette intrusion dans les ménages ruraux n’a été possible que grâce à un accompagnateur local, étudiant éclairé ressortissant du milieu. Sa présence donnait l’assurance aux interviewés que « l’étranger » n’avait pas de mauvaises intentions et qu’ils pouvaient parler sans crainte.

  • 25 Ce chiffre donne une idée des charges démographiques dans le milieu. Mais il n’est pas juste parce (...)
  • 26 Pâte faite à partir de la fermentation du maïs, puis emballée dans des feuilles de manioc ou de ban (...)

47Sur les trente-deux personnes interviewées, on dénombre dix-huit femmes et quatorze hommes. En moyenne, chaque homme a au moins deux femmes. Le nombre moyen25 d’enfants à charge par personne est de six. Toutes ces personnes ont participé au moins une fois à un programme de microfinance ; mais cinq n’ont jamais eu accès au crédit malgré des efforts d’épargne motivés par cette finalité. Les individus ont au moins deux activités et au plus quatre. Il s’agit de l’agriculture, de l’élevage, de la transformation des produits agricoles (manioc en gari, arachide en beignets, maïs en akassa26), de la production des huiles de noix de palme et d’arachide, de la production de savons et d’alcool, de la couture, de la coiffure, du taxi-moto.

Méthodologie : un regard socio-économique

48Un regard socio-économique permet d’observer et d’analyser les rapports sociaux entre les agents économiques lors des processus de financement, de production et d’échanges (Servet, 2006). L’approche compréhensive, puisque le travail de terrain ne vise pas à vérifier une problématique préétablie mais plutôt à comprendre et expliquer les comportements, logiques, contraints et interactions des banques communautaires et de leurs clients potentiels. Ce qui revient à se placer dans un contexte de processus ou de faits sociaux. Or, « les faits sociaux sont imprégnés d’action sociale, et le sens social est constitué par ce que les gens font dans la vie courante » (Erickson, 1977 ; cité par Hubermann & Miles, 2003). L’entretien compréhensif « n’est qu’un instrument visant l’explication, et non un but en soi, une compréhension intuitive qui se suffirait à elle-même » (Kauffmann, 1996 : 9). Il est bien adapté à ce travail car « la recherche en sciences humaines s’est construite sur la parole et l’exploitation de la parole » (Marmoz, 2001 : 7). Mais ce qu’un individu raconte produit des sens dans lesquels, de façon réflexive, le chercheur ne doit pas se laisser entraîner, mais tâcher de trouver les pratiques, processus et logiques à la base des verbes.

2.3.1. Les objectifs des IMF : une orientation vers les performances financières

49Les IMF interviewées définissent les objectifs qu’elles poursuivent dans les termes ci-après :

Nos objectifs, notre mission est de donner des services financiers à des populations rurales et périurbaines afin de les aider à mener des activités génératrices de revenus pour leur permettre de sortir de la pauvreté. Mais nous le faisons en visant la pérennité de l’institution car nous ne voulons pas être purement social et fermer avec le temps, comme tu le sais la vision de la gestion des coopératives a changé depuis une vingtaine d’années, la coopérative n’est pas là seulement pour rendre des services mais elle doit viser sa survie. Il faut qu’elle génère des revenus pour pouvoir être autonome avec le temps pour donner les mêmes services plus longtemps et à un nombre plus important d’individus.

50Il apparaît clairement, dans ce premier cas, qu’un poids relatif est accordé aux objectifs sociaux et aux objectifs financiers de l’institution ;

Notre mission est de renforcer les caisses rurales à fournir des services financiers durables, de bonne qualité et adaptés aux besoins des leurs membres, de promouvoir l’agriculture et les activités génératrices de revenus et de lutter contre la pauvreté.

51Dans ce deuxième cas, la précision est moins nette ; cependant le terme « services financiers durables » – bien que ce qu’il désigne est souhaité par tous – relève plus souvent des discours institutionnalistes commerciaux sur la « nécessaire » performance financière des IMF ;

Notre objectif est de développer tout ce qui est pour arriver à atteindre le rêve que s’est fixé notre mission. Ça veut dire i) de contribuer à créer les conditions favorables pour faciliter l’accès à des sources de financement de proximité et adéquates à sa population, qui ne sont rien d’autre que notre cible, les populations pauvres, les populations déshéritées ; ii) développer des programmes de renforcement des capacités pour leur donner les appuis techniques qu’il faut pour pouvoir développer leurs activités génératrices de revenus ou leurs micro-entreprises ; iii) œuvrer pour leur autonomisation. Donc voilà les trois objectifs que nous nous sommes fixés, et comme résultats attendus, les populations démunies sont en mesure de se prendre en charge et de contribuer efficacement au développement de leur localité.

52Dans ce dernier cas, la présentation des objectifs fait moins ressortir les préoccupations financières. Mais concernant la prise en compte du financement de l’agriculture par exemple, l’interviewé fait savoir qu’il s’agit d’une activité trop risquée et que « l’institution privilégie le commerce, les revendeurs et les transformateurs », orientation type de toute IMF soucieuse de sa performance financière.

Entre objectifs financiers et sociaux : un équilibre impossible

53Pendant que le discours sur les performances financières des IMF, consistant à cibler les moins pauvres, avec la croyance que cela peut engendrer des bénéfices pour les plus pauvres par effet de trikle down, est en train de perdre sa légitimité au niveau international suite aux nombreuses critiques de l’outil, ainsi que ses propres échecs, il est curieux, ou plutôt étonnant, de remarquer que c’est maintenant qu’il prend de l’ampleur au niveau local béninois. On est tenté de croire que s’effectue une transmission lente de la connaissance sur l’outil depuis les niveaux internationaux jusqu’aux praticiens locaux. Les objectifs financiers continuent de prendre le dessus et cette tendance de la microfinance au Bénin se lit surtout dans les relations IMF et clients à la base. Les discours quant à eux, restent marqués par les termes « fournir des services financiers à des populations pauvres et exclues; promouvoir le développement économique ; lutter contre la pauvreté », mais dans la pratique, les moyens ne suivent pas, laissant apparaître un déséquilibre entre la poursuite des deux objectifs.

Vérification de l’atteinte des objectifs : une préoccupation mineure

54La vérification des objectifs sociaux en microfinance passe d’abord par une production de données sur les clients ou un échantillon de clients afin de savoir à un moment donné, comment leur situation a évolué depuis qu’ils sont clients ou membres de l’organisation. Sur cette question, les échanges n’étaient pas concluants pour la simple raison que ce sujet ne fait pas partie intégrante de leur agenda. Certaines d’entres elles renvoient vers des études régionales ou nationales faites par la BCEAO ou des consultants d’organisations internationales, études dont elles-mêmes ne connaissent pas les conclusions.

  • 27 La norme est de 95 %, ce qui signifie que le programme marche bien ; mais il faut donner sens à ce (...)

55Par ailleurs, les statistiques qu’elles produisent sont celles exigées par l’autorité de surveillance du secteur, à savoir la Direction de Surveillance des SFD. Puisque les objectifs sont définis de façon très générale comme « servir les populations pauvres et exclus, promouvoir le développement économique et réduire la pauvreté », il n’est point étonnant qu’ils ne fassent pas l’objet d’une vérification par les IMF. Cette situation est sans doute due au fait qu’aux yeux de ces praticiens, l’impact de la microfinance sur la vie des clients n’est plus à démontrer. Ils se fient souvent au taux de remboursement27, alors que ce taux purement lié à la santé financière des institutions, renseigne peu au sujet de l’impact des produits financiers sur la vie des clients, impact qui dépend des stratégies des IMF.

2.3.2. Ciblage des pauvres et des exclus : de la voix des IMF et des populations

56En termes de ciblage géographique, toutes les IMF interviewées s’implantent dans les milieux reculés. Ce qui va bien dans le sens de leur volonté de servir des exclus et de lutter contre la pauvreté. Mais avec la prolifération des ONG, toutes les communes du Bénin disposent d’au moins deux sources d’inclusion financière par la microfinance. Il devient alors superficiel de mesurer le ciblage des pauvres et des exclus par une implantation géographique, à moins que l’on se place dans une démarche propagandiste comme le fait la Campagne du Sommet du Microcrédit en publiant dans son rapport 2007 que 92,9 % des clients des IMF sont dans la catégorie des plus pauvres. Il faut nuancer ces ciblages et implantations en poussant l’analyse jusqu’aux niveaux de pauvreté de la clientèle effectivement servie.

57Nous avons déjà vu qu’au niveau national, les zones les plus pauvres sont celles les moins desservies par les IMF. Mais lorsque les IMF sont présentes en zone rurale, la première difficulté qui se pose au ciblage des pauvres est la connaissance du « pauvre », étant donné qu’il n’existe pas de territoires où tout le monde est pauvre. A la question de savoir comment elles ciblaient les populations « pauvres » dans l’univers des exclus afin de lutter contre la pauvreté, voici le genre d’arguments souvent mis en avant par les IMF:

Les paramètres, bon le critère assez facile est que dans les villages, toutes les femmes sont pauvres, maintenant si une femme fait de gros commerces, nous savons qu’elle n’est pas pauvre. Nous n’avons pas de critère en tant que tel parce que dans un village, le plus riche mange et s’habille exactement de la même manière que le plus pauvre. Donc quoiqu’il en soit nous savons qu’il y a une pauvreté latente dans les coins reculés. Maintenant, pour reconnaître le pauvre, nous n’avons pas de critère fixe. Mais quand nous discutons avec les femmes, elles s’éliminent entre elles, elles disent que telle personne est pauvre et telle ne l’est pas. Dans ces cas, les personnes non éligibles envoient leur mère pauvre pour chercher le crédit, nous savons ça !

58Avant de se demander si le ciblage effectif des pauvres constitue une préoccupation majeure dans la politique des IMF, ces mots témoignent des difficultés que cela implique. Elles n’arrivent pas à développer une stratégie efficace de ciblage des pauvres, ce qui les limite à se dire que les pauvres sont dans les villages et que dans ces villages, toutes les femmes sont pauvres ; ce qui est loin d’être vrai. Si le critère lié à l’habillement s’avère insuffisant pour reconnaître le pauvre, celui lié au type d’alimentation et à sa régularité peut aider. Par ailleurs, le type de logement (mur en ciment ou banco, toiture en paille ou tôle, précarité, etc..) et les équipements (radio, télévision, moto, voiture, vélo, moulin, etc..) peuvent aider dans la différenciation des ruraux, informations que les praticiens de la finance de proximité peuvent détenir. A défaut, on peut demander ce que représente la pauvreté pour les populations rurales elles-mêmes. Les arguments ci-après ressortent de la discussion faite avec un groupe de paysans :

tu sais normalement, j’allais me laver, m’habiller pour aller travailler au centre ville comme les autres, mais ce n’est pas ça ; je suis paysan et j’ai faim mais personne ne sait, mais moi-même je sais ;

  • 28 Dans la dialecte Adja au Sud-Ouest du Bénin, le terme « Aya » désigne la souffrance. « Aya jito » o (...)
  • 29 « Souffrir » conjugé à la première personne du singulier.

tu sais comment on reconnaît le pauvre [Aya jito]28, mon pantalon est déchiré et recousu de partout, ma chemise aussi. Et dans le village, quand mes enfants se promènent, ils demandent à manger là où les gens mangent. Et moi-même, je suis allongé sous l’arbre dans mon fauteuil, le ventre plat. Les gens comprennent que je souffre [N’jiko aya]29.

  • 30Wamènon désigne quelqu’un qui n’a personne et qui subit un handicap.

59Ces deux représentations de la pauvreté renvoient aux dimensions matérielles du phénomène, notamment le manque de vêtements et l’insécurité alimentaire, des déterminants de la pauvreté d’existence. Ce qui montre que les gens se sentent pauvres lorsqu’ils éprouvent un handicap dans les conditions de leur existence en tant qu’humains dans leur société. Une troisième représentation introduit une nuance entre Ayanon et Wamènon30 comme suit:

il faut faire une différence entre [ Ayatonon] et [ Wamènon]. [Ayanon] se définit par rapport aux conditions matérielles d’existences : comment se nourrir, s’habiller, se soigner et survivre, c’est obligatoire pour tout le monde. Et [Ayanon] peut vivre sans problème lorsqu’il arrive à se suffire. C’est Wamènon qui emprunte de l’argent, lorsqu’il a des problèmes qui dépassent ses moyens, il doit chercher à emprunter. Et dans ces conditions il s’endette énormément.

  • 31 Il est rare de rencontrer des gens en milieu rural qui ne travaillent pas, alors qu’en ville, tel n (...)

60Il nous revient de comprendre la nuance introduite dans cette dernière représentation de la pauvreté. En effet, il en ressort qu’un état de pauvreté n’est pas en soi un problème, notamment lorsqu’un équilibre est établi entre ressources et besoins d’existence des pauvres. Mais cet équilibre est souvent instable dans la mesure où les pauvres et les non-pauvres sont soumis aux mêmes chocs d’existence (maladies, accidents, incendies, décès) que les premiers réussissent moins bien à réparer que les derniers en raison de leurs différentes capabilités (Sen, 1993). Sous cet angle, on comprend que la nuance introduite par le terme [wamènon] est la vulnérabilité des pauvres. Comme en général, ces pauvres sont les plus vulnérables, c’est donc seulement au moment où cette vulnérabilité s’exerce sur eux qu’ils recourent au crédit, qu’aucune IMF n’est enclin à leur accorder. En effet, les pauvres qui se contentent d’un équilibre de bas niveau entre ressources et besoins, et qui ne cherchent pas à entreprendre, sont dits « économiquement non actifs » et exclus d’emblée des services financiers des IMF. Ce sont eux qui représentent en majorité, ce qu’on peut appeler les plus pauvres en milieu rural31.

  • 32 L’exigence d’une épargne préalable fréquente dans les mutuelles est une technique permettant d’écar (...)

61Ces représentations et clarifications sont utiles à toute stratégie en microfinance à vision sociale. Le ciblage des plus pauvres n’est pas facile, leur mise à l’écart non plus. Les stratégies de contournement existent toujours. Celle citée par un interviewé où « les femmes non pauvres envoient leurs mères pauvres pour avoir le crédit » n’est qu’un cas. Dans le sens inverse, les plus pauvres empruntent de l’argent dans l’informel pour constituer l’épargne préalable32 souvent exigée afin d’avoir accès au crédit dont une bonne partie va servir d’abord à rembourser la dette et ses intérêts, comportement qui conduit sans doute au surendettement (Servet, 1996). Les barrières contre ou en faveur des pauvres ont parfois des effets limités et des conséquences graves ; c’est pour cela qu’une stratégie de ciblage des plus pauvres ne doit pas se confondre avec une exclusion des moins pauvres. Il faut que les pauvres, les moins pauvres et les exclus aient accès simplement à des services financiers selon leurs besoins, cela peut ne pas être de la seule responsabilité des IMF, comme le montre bien l’intervention massive du gouvernement béninois dans la microfinance.

Microcrédit aux plus pauvres (MCPP)

  • 33 « C’est la plus vaste offensive de lutte contre la pauvreté au Bénin » (FNM, 2009).

62Le MCPP est né du constat fait par le gouvernement béninois qu’il existe une proportion importante de la population qui se trouve exclue des services des organisations de microfinance. Ce programme géré par le Fonds National de la Microfinance (FNM) en partenariat avec certaines IMF sélectionnées sur appel d’offres, vise à apporter des fonds et des subventions à ces dernières afin qu’elles puissent couvrir les couches inférieures de la population. Dans un contexte où les IMF sont en pleine transformation axée sur les performances financières, les chances de succès de ce « programme novateur »33 sont extrêmement réduites. Deux arguments expliquent le fait que ce programme ne sert pas effectivement les plus pauvres.

  • 34 M. Jensen et W. Meckling (1976)définissent une relation d’agence comme un contrat par lequel une ou (...)

63i) Le contrat entre le gouvernement et les IMF donne lieu à une relation d’agence34. Les IMF peuvent utiliser les fonds et subventions à d’autres fins. Voici ce que m’a répondu une IMF partenaire du FNM lorsque j’ai cherché à savoir comment elle ciblait les « plus pauvres » :

en fait des critères ont été définis sur la base de l’habitat précaire, l’analphabétisme et la charge familiale pour reconnaître les plus pauvres. Mais nous ne pouvons pas respecter ces critères parce que le crédit doit être remboursé. Donc nous ciblons les gens capables, capables de mener des activités génératrices de revenu, capables de rembourser.

Pour avoir accès au crédit du programme,

  • 35 Marché de nuit du village

il faut mentir en disant que tu fais de gros commerces. Moi j’ai dit que j’achète des oranges dans les villages pour les revendre à Cotonou, mais 30.000 FCFA (US 60 $ environ) ne suffisent pas pour faire ce commerce ! J’ai une amie, elle a dit qu’elle vend du gari à Klémey35, on lui a dit qu’elle ne pourra pas rembourser et elle n’a pas eu le prêt. Ce n’est pas bien, ils disent que c’est pour nous les pauvres, donc si quelqu’un vend du sable, il faut lui donner le crédit et voir comment il va se débrouiller ! Mais ils nous renvoient

  • 36 Noter que l’IMF qui nous a confié qu’elle n’octroie pas les crédits suivant les critères de pauvret (...)

64raconte une femme lors d’une discussion groupée avec trois autres pour confirmer le fait que le programme MCPP ne s’adresse pas à « qui en a besoin » mais plutôt « qui a les capacités de rembourser36 ». 

  • 37 C’est comme ça que beaucoup de femmes appellent le programme dans la zone de mes enquêtes ; Yayi Bo (...)

65ii) Le gouvernement n’a pas mis en place un dispositif de contrôle de la stratégie sociale des IMF par rapport aux facilités du programme MCPP. Ainsi, pour une IMF partenaire du FNM dans une zone donnée, on ignore si les bénéficiaires des crédits MCPP étaient déjà ses clients ou s’il s’agit des clients qui quittent d’autres organisations non-partenaires du programme dans cette zone parce qu’ils sont attirés par « l’argent de Yayi Boni »37.

  • 38 Le gouvernement exige que les crédits MCPP soient remboursés à 95 %, cela peut en partie expliquer (...)

66Ainsi, l’impact du MCPP sur une inclusion financière massive des « plus pauvres » au Bénin, n’est pas et ne sera pas significatif, pour la simple raison de l’importance grandissante qu’occupent les défis de performances financières dans les stratégies des IMF38.

2.3.3. Adéquation offre et besoins : Pratiques et logiques comparées des acteurs

67L’analyse de l’adéquation entre l’offre de services financiers des IMF et les besoins des populations rurales consiste d’une part à se demander si les services offerts intègrent les contraintes et les comportements des clients, et d’autre part à connaître les besoins non satisfaits. Plusieurs produits sont offerts aux populations rurales. Mais leur succès nécessite que les conditions d’utilisation de ces services soient en phase avec les logiques, pratiques et contraintes des clients. La mise en parallèle de ces éléments donne les résultats suivants.

Le crédit

68Dans les documents de politique de crédit, les IMF énumèrent les divers types de prêt qui sont proposés à leurs clients, à savoir des crédits à l’agriculture (intrants, équipements agricoles, main-d’œuvre), élevage, pêche, artisanat, services, social ou urgence (santé, éducation, mariage, naissance, funérailles), commerce, consommation. Il ressort que les activités génératrices de revenus (commerce, transformation de produits agricoles, spéculations sur les produits vivriers, production de l’alcool) sont les seuls motifs du recours au crédit. La majorité des personnes interviewées considèrent que le crédit – « lorsqu’on ne désire pas se retrouver dans l’incapacité de rembourser » – ne doit servir qu’à faire du commerce. Ainsi, des contraintes pèsent sur les crédits ainsi que sur les possibilités de leur diversification.

La fongibilité du crédit

  • 39 Un cas de suicide est connu à Zohoudji, un des villages où j’ai réalisé mes enquêtes. L’homme en qu (...)

69C’est le fait que les populations rurales ne séparent pas les dépenses et revenus de l’activité objet du crédit de leurs dépenses globales (consommation, santé, éducation, dons, etc.). Certains justifient la non-séparation des budgets par leur analphabétisme. Ainsi, d’autres ressources en provenance de l’élevage, les réseaux informels, l’agriculture, la transformation des produits agricoles, renforcent l’activité spécifique liée au crédit et facilitent les remboursements. Dans le sens inverse, ces diverses activités bénéficient dans le pot commun d’une partie du crédit ; dans ce cas, le remboursement peut parfois s’avérer difficile. Mais lorsque ce budget global heurte des dépenses d’accident, de santé, de consommation, d’éducation, il se fragilise et occasionne des difficultés de remboursement, voire de surendettement39 : « Quand quelqu’un tombe malade dans la famille, tu te dis que c’est un problème qu’il faut régler rapidement et tu commences par faire des dépenses. Quand la maladie ne finit pas vite, tu te rends compte à la fin que tout ton argent est parti. C’est de là que ton commerce recule », raconte un client pour expliquer les fluctuations de son activité.

70En effet, la plupart des familles rurales citent les dépenses de santé comme principal frein à la croissance ou à la stabilité de leurs revenus ; à l’occasion d’un problème de santé, les dépenses varient de 3000 FCFA à 100 000 FCFA selon les cas. Ces dépenses dépassent, de loin, le montant périodique de crédits auxquels la plupart des clients ruraux ont droit pendant la phase de démarrage qui dure environ deux ans. D’autres études concluent que les accidents de santé constituent le vecteur principal de « décapitalisation » des familles rurales (Lapenu, 2001).

Les délais de remboursement

71La majorité des clients estiment que les délais de remboursement hebdomadaires exigés par les IMF sont peu compatibles avec leurs flux de revenus. Malgré le fait que l’activité commerciale peut générer des revenus journaliers, les fluctuations des prix des produits agricoles sont souvent très fortes et ne favorisent pas toujours leur écoulement, comme l’expose ici une cliente :

  • 40 Les femmes ont tendance à s’exprimer à la troisième personne du pluriel (Nous). Ceci n’est pas seul (...)
  • 41 Il est connu des villageois que les agents de crédit débarquent chez les personnes en difficultés d (...)

72Tu sais que parfois au marché, on n’arrive pas à vendre ? Et que le jour de marché suivant les prix s’améliorent ? Mais le problème, c’est qu’entre les deux jours de marché, il faut commencer par rembourser. On est obligé de payer, si tu ne payes pas, ils vont t’attraper. Si tu ne veux pas qu’ils débarquent chez toi avec des motos et crier « elle est où ! ? elle est où !?, attrapez-là ! attrapez- là ! », pour faire bafouer ton honneur devant tes amies, tu dois tout faire pour payer, ce n’est pas parce que nous40 faisons le commerce qui est très rentable que nous remboursons41.

73En effet, les agents de crédit savent ce que représente l’honneur pour ces populations et s’en servent souvent ; personne n’a envie qu’on sache qu’elle est incapable de rembourser sa dette, quitte à ce qu’elle s’endette pour effectuer les remboursements hebdomadaires. Certains clients ont demandé aux IMF d’allonger les délais à deux semaines au moins pendant que d’autres projettent de ne plus prendre de crédits en ajoutant qu’ils préfèrent rester « pauvres ».

Diversification des types de prêts : entre fiction et stratégies locales

  • 42 Dans les documents de politique de crédit, le premier critère de l’éligibilité d’un candidat à un p (...)

74Les populations rurales ont une connaissance limitée des divers types de prêt listés dans les documents de politique de crédit des IMF. Cette situation s’explique d’une part, par le fait que les soucis de remboursement42 des IMF ne permettent pas d’offrir effectivement divers services, et d’autre part, par le fait que les difficultés pour les clients d’accéder au crédit pour d’autres motifs ont produit le commerce comme « la norme » ou « le mode » d’accès au crédit. Les conditions liées aux crédits dits « sociaux ou d’urgence » expliquent aussi leur inexistence. En effet, outre le délai d’étude des dossiers qui peut s’étaler sur des semaines, obligation est faite au client de rembourser le crédit en trois mois maximum. Alors qu’il est possible que dans ce cas, le malade ou la personne accidentée ne soit pas encore guérie et que les dépenses continuent de peser sur la famille. 

75A défaut de cette diversification, les familles rurales développent diverses stratégies pour le financement de leurs diverses activités telles que le montre l’encadré 2.

Encadré 2 – Divers exemples de stratégies de financement des activités agricoles
Les clients des banques communautaires au Bénin (Leege, 1997)
Les enquêtes menées auprès des clients des banques communautaires au Bénin montrent que la source de financement des activités agricoles provient en majorité des bénéfices du petit commerce. Les tontines sont également importantes dans une moindre mesure, surtout pour la location de la terre et de la main-d’œuvre. Bien que le prêt de la banque communautaire ne semble pas être investi directement dans l’agriculture, les revenus dégagés par les autres activités sont réinvestis dans l’agriculture.
Sources de capital utilisées au Bénin (Doligez, 2001)
L’accumulation de capital est permise à partir d’activités lucratives mais ce capital est souvent réinvesti dans la même activité. Les sources de financement plus spécifiques pour l’agriculture concernent la vente de produits agricoles et transformés, la vente du petit bétail, les crédits informels et la dot des filles.
Cités par Lapenu (2001 : 15)

76Leege (1997) a semblé oublier que le petit commerce est dans le cas du Bénin, dominé par les femmes, qui souvent utilisent les marges pour investir dans l’agriculture (achat/location de terres, intrants, main-d’œuvre, etc.). Tel n’est pas le cas pour la majorité des hommes. D’où l’importance des sources informelles de financement que souligne Doligez (2001). Les pratiques financières informelles prennent les formes de tontines mutuelles, d’assurance décès, de prêts privés, d’aides (dons ou prêts sans intérêt) et des dépôts provenant de la proximité familiale et des réseaux sociaux. Le tableau 5 donne des détails sur les pratiques observées.

Tableau 5 – Les pratiques financières informelles à Toviklin

Tableau 5 – Les pratiques financières informelles à Toviklin

Source : auteur. Entretiens avec les populations rurales.

(*) Il s’agit d’un puits d’eau potable de valeur 720 000 construit par un individu pour l’usage familial et la vente aux autres villageois.

  • 43 Organisation dont les membres épargnent périodiquement de l’argent afin de se faire financer en cas (...)
  • 44 Nous sommes en milieu rural africain. Le danger craint vient du fait qu’une relation de prêt peut e (...)

77La plupart des individus rencontrés étaient membres d’une association d’assurance décès (kougbè)43 et d’au moins une tontine mutuelle. Ces deux pratiques présentent des avantages (taux d’intérêt nul, liquidité immédiate, volume important) par rapport à l’offre de crédit des IMF. Aussi, leur ampleur, associée aux pratiques d’aides, peut-elle expliquer la régression des prêts privés dans le milieu. En effet, les deux prêteurs privés interviewés ne désirent plus continuer ces opérations qu’ils jugent tracassantes et dangereuses44. Les relations de genre et pouvoirs pèsent aussi sur ce type de prêt ; certaines femmes n’y recourent pas parce que leur époux, dans le souci de préserver l’honneur familial, le leur a interdit. Dans cette atmosphère, un écart plus ou moins important peut se glisser entre ce que les individus choisissent de raconter et ce qu’ils font en réalité. Il est apparu que ces diverses sources participent beaucoup au financement des divers besoins de la vie quotidienne des populations rurales, besoins auxquels les IMF sont loin de répondre actuellement.

  • 45 Une étape des cérémonies funéraires consiste à exposer le cercueil du défunt. Il existe alors un ef (...)

78Le financement des funérailles est inscrit dans les documents de politique de crédit de certaines IMF. Même si ce type de prêt n’est pas encore effectif, le fait qu’il figure dans l’agenda des IMF témoigne de la prise de conscience que les cérémonies funéraires occasionnent de grosses dépenses pour les familles du Sud du Bénin. Ces dépenses se répartissent entre l’achat d’un cercueil45, la réception des invités (divers repas, boissons), la sonorisation et l’habillement (un tissu uniforme). Leur montant varie en fonction de la richesse de la famille et de l’importance de ses liens sociaux. Parmi les populations pauvres, la dépense minimum est de 80.000 FCFA par personne concernée par le décès alors que les plus riches peuvent dépenser des centaines de milliers de CFA, voire des millions de FCFA.

  • 46 Forme de croyance communément connu sous le terme « animisme ».

79Les documents de politique de crédit des IMF ne contiennent aucune mention sur le financement des cérémonies religieuses, alors que la quasi-totalité des personnes interviewées sont des fidèles du [Vodoun46]. Selon Verger, cité par Balard (1998), il est difficile de définir ce que représentent les cultes rendus au Vodoun en peu de mots :

80[ils] s’adressent en principe aux forces de la nature. En fait la définition d’un vodoun est complexe ; s’il représente bien une force de la nature, ce n’est cependant pas sous la forme déchaînée et incontrôlable. Il n’en est qu’une part seulement, assagie, disciplinée, fixée et contrôlable, formant un chaînon dans les relations des hommes avec l’inconnaissable (p. 50).

81On distingue i) des [vodoun] personnels (Legba et Fa) qui naissent avec chaque individu, grandissent et disparaissent avec lui ; ils codifient la vie et doivent être consultés pour que l’individu ne dévie pas de la voie d’une vie bonne et heureuse et ii) des autres [vodoun] cosmiques que sont To-Vodoun (les vodoun de la mer, des rivières, des fleuves), -Vodoun (les vodoun du sol) et Aga-vodoun (les vodoun du ciel sans doute reliés aux premiers à cause du couple orage-pluie) (ibid. : 51-52).

82Ces croyances induisent des dépenses prévisibles et volontaires pouvant varier annuellement entre 10.000 FCFA et 60.000 FCFA. Ces dépenses prévisibles concernent les dépenses de participation aux cérémonies annuelles organisées par le prêtre [vodoun] ainsi que les dépenses de remerciement au [vodoun]. En effet, les fidèles demandent souvent au [vodoun] de faire en sorte que leurs activités commerciales et agricoles donnent de bons rendements. En échange, ils promettent des sacrifices qui deviennent obligatoires le cas échéant. Le [vodoun] apparaît comme un fait social total imbriquant l’économique, l’échange, le religieux et le culturel.

83D’autres dépenses non prévisibles liées au [vodoun] concernent la santé des populations. Certaines familles recourent directement à leur [vodoun] alors que pour d’autres, c’est lorsque la médecine moderne ne guérit pas le malade qu’elles le confient au [vodoun]. Cette combinaison médecine traditionnelle/médecine moderne donne lieu à des processus de guérisons complexes qu’il convient de prendre en compte dans l’offre d’une éventuelle assurance santé à ces populations.

L’épargne

84A Toviklin, les institutions mutualistes offrent des services d’épargne à la population. Certains épargnent régulièrement auprès des IMF et ce service représente une grande sécurité pour leurs revenus. Cette catégorie d’épargnants n’est en général pas pauvre et recourt rarement au crédit des IMF. Pour la deuxième catégorie de ruraux qui se suffisent moins bien que la première, le produit d’épargne s’inscrit dans un processus de demande de prêt et ne se distingue plus de celui-ci. Ainsi l’épargne ne continue pas après l’obtention du prêt. En plus de l’ignorance de l’existence d’un compte d’épargne en leur nom, les individus de cette catégorie sont des femmes commerçantes dont les besoins en fonds de commerce et de spéculation n’autorisent pas les dépôts chez les IMF. Enfin, la troisième et dernière catégorie, les plus pauvres qui n’arrivent souvent pas à obtenir des prêts malgré leurs efforts d’épargne se découragent au bout d’un moment et se retirent des organisations. Les malversations financières – tel le détournement de 15 millions de FCFA par le gérant et le caissier d’une mutuelle du milieu – ont un impact négatif sur le développement d’une culture d’épargne durable en milieu rural.

Les nouveaux produits en développement : Assurance et transferts d’argent

85L’assurance et les transferts d’argent sont les nouveaux produits qui entrent progressivement dans l’offre de services financiers des IMF au Bénin. Puisque ce sont des produits très récents, le fait qu’ils ne soient pas offerts dans le milieu des enquêtes n’a pas fait l’objet d’une analyse particulière. Toutefois, quelques commentaires s’avèrent nécessaires, notamment en matière d’assurance. En effet, le seul produit d’assurance offert actuellement est abusivement appelé « assurance décès/invalidité ». Cette assurance sert à « libérer » la famille du client du poids de la dette au cas où ce dernier décède ou se retrouve en situation d’invalidité.

  • 47 Ceci dépend de la façon dont une IMF peut exiger le paiement de la dette à son client, j’ai déjà br (...)

86Bien qu’il s’agisse de décharger47 la famille du défunt du poids de la dette, les primes versées par les clients constituent un prépaiement, sur une base mutuelle, du défaut de remboursement occasionné par la mort ou l’invalidité d’un client. Ainsi, ce produit « d’assurance décès/invalidité » sert à minimiser les risques de perte courus par les IMF et n’apporte aucun soutien au client en cas d’invalidité, ou à sa famille en cas de décès. C’est sans doute le produit d’assurance le plus facile et le moins risqué pour les IMF par rapport à l’assurance dans les domaines du décès (assistance financière), de la santé, de l’incendie, des risques ou aléas climatiques. A Toviklin, l’absence et/ou l’irrégularité des pluies en 2008 a été citée comme cause de très mauvaises récoltes (parfois pas de récolte) par les agriculteurs. De telles situations de vulnérabilité nécessitent des ressources importantes pour leur couverture et les IMF ne sont pas encore prêtes à prendre ces risques ; il en est de même pour l’assurance santé alors que les dépenses de santé appauvrissent les familles.

  • 48 PlaNet Finance est une organisation internationale dont la mission est de lutter contre la pauvreté (...)

87Actuellement, PlaNetFinance48 nourrit des réflexions pour amener les IMF à offrir des produits d’assurance santé aux populations avec son appui et sa collaboration. Selon les IMF interviewées, leur réticence à s’engager dans l’offre d’une assurance santé tient à la complexité de ce produit. En effet, l’assurance santé engendre une relation tripartite complexe « assureur, assuré et le prestataire de soins ». D’abord, elle nécessite non seulement la disponibilité et la qualité de soins de santé, mais aussi, le paiement de primes qui s’y associe est étranger en milieu rural. Ensuite, dans le cas de l’assurance santé, le sens de la confiance est opposé à celui d’une relation de crédit ; c’est-à-dire qu’il faut que l’assuré ait confiance en l’assureur (Churchill, 2005). Enfin, la juxtaposition des médecines moderne et traditionnelle, si elle n’est pas bien traitée, peut rendre inadéquate l’assurance santé en milieu rural. Le défi dans ce domaine est de taille.

Une nécessité d’accès pour tous à des services financiers selon les besoins

88Compte tenu de la « financiarisation » croissante des sociétés contemporaines et la marginalisation, l’exclusion et la discrimination en matière de finance qu’elle engendre, l’accès pour chacun à des services financiers en proportion à ses besoins, qu’il s’agisse d’épargne, de crédit, de garantie, d’assurance ou de transfert devient une nécessité à prendre en compte dans les politiques et stratégies de développement économique et social (Servet, 2006). Le tableau 6 dresse, sans être exhaustif, une typologie des besoins de services financiers des populations rurales.

Tableau 6 – Typologie des besoins de services financiers en milieu rural au Bénin

Tableau 6 – Typologie des besoins de services financiers en milieu rural au Bénin

Source : auteur.

89Il convient de garder à l’esprit que ces besoins peuvent ne pas faire l’objet d’une demande de services dans la mesure où les sociétés humaines fonctionnent sur une base d’économie de marché qui ne tient compte que des demandes solvables. Quand bien même certains besoins ne sont pas exprimés sous forme d’une demande pour laquelle il existe une offre, ils restent identifiables à travers les détours pour les satisfaire ou les chocs d’existence que subissent les familles et les efforts pour les prévenir ou y résister. Par ailleurs, ils ne résultent pas d’un recensement des besoins de services financiers en milieu rural selon l’avis des habitants, mais plutôt d’une part, de l’analyse des comportements financiers, logiques et des contraintes de leur vie quotidienne, et d’autre part, de l’analyse des vecteurs de vulnérabilité qui influencent leur bien-être.

2.4. Conclusion partielle

90L’objectif de cette deuxième partie était d’analyser l’intervention des IMF dans le traitement de l’exclusion, au regard des besoins d’inclusion financière des populations rurales. Lumière a d’abord été faite sur le fait que le secteur financier formel, en tant qu’institution d’intermédiation financière, n’est pas encastré à l’organisation socio-économique au Bénin. Dans ce contexte caractérisé par un mal d’exclusion financière qui dépasse les frontières de la pauvreté, l’offre de services financiers des IMF a de plus en plus tendance à être captée par le haut, c’est-à-dire par une clientèle plus aisée au détriment des plus pauvres, surtout lorsque le mouvement de la commercialisation de la microfinance y pousse.

91Si l’on admet qu’il n’est pas facile de cibler les pauvres et leur offrir des services financiers adaptés, l’absence d’objectifs spécifiques qualitatifs et quantitatifs clairs dans les stratégies sociales des IMF en constitue une impasse. En effet, les organisations, sous l’optimisme qui entoure la microfinance, se fixent des objectifs généraux tels que « servir les pauvres et les exclus, lutter contre la pauvreté, promouvoir le développement économique » sans se donner les moyens nécessaires à ces finalités, ni se préoccuper de vérifier leur atteinte.

92Si un programme comme le MCPP ne permet pas d’atteindre les plus pauvres au Bénin, il revient à dire qu’au-delà de l’impératif de la performance financière, la sensibilité des praticiens de la microfinance aux questions sociales d’inégalités et d’exclusion est déterminante. Là où cette sensibilité s’avère être faible, il faut y remédier par des modules de formation adéquats. Par ailleurs, les conceptions et logiques qu’ont les populations rurales de la microfinance dépendent de leurs interactions avec ces praticiens. Certains pensent que les IMF ne sont pas faites pour eux, d’autres, que le crédit n’est pas adéquat à leurs activités, d’autres ont peur du crédit, d’autres ne savent pas qu’ils ont un compte d’épargne à la banque communautaire.

  • 49 Les innovations peuvent être bonnes (comme la construction par l’UNACREP de dix-huit bâtiments soci (...)

93C’est dans ce cadre que la finance informelle apporte des solutions à certains besoins de ces populations. Mis à part les prêts privés qui peuvent sous certaines conditions ruiner les individus, elle constitue une organisation socio-économique de solidarité et de protection devant les besoins et les risques que la microfinance ne pourra sans doute pas remplacer. Elle peut toutefois mieux s’insérer dans ces milieux en innovant49 et répondant aux besoins des uns et des autres.

Notes

1 Il s’agit de la CNCA en 1987, de la banque béninoise pour le développement en 1989 et de la banque commerciale du Bénin en 1990.

2 Spécifiquement au Bénin, PAPME (Agence d’Appui aux Petites et Moyennes Entreprises) et PADME (Association pour Promotion et l’Appui au Développement des Microentreprises) ont été crées en 1993 avec le soutien financier de la Banque Mondiale et de l’USAID. Actuellement, outre ces deux acteurs, on peut citer au titre d’acteurs bilatéraux, l’Agence française de développement (AFD), l’Aide danoise au développement (DANIDA), la coopération suisse (DDC), etc., d’acteurs multilatéraux, le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), le fonds international pour le développement agricole (FIDA), le Fonds des nations unies pour l’équipement (FENU). Bien qu’il soit difficile de faire un point exact des soutiens apportés par les bailleurs de fonds au secteur de la Microfinance aujourd’hui, ils sont estimés aujourd’hui à plusieurs dizaines de milliards de FCFA (Ministère de la microfinance Bénin, 2007).

3 Loi Portant Réglementation des institutions Mutualistes ou coopératives d’Epargne et de Crédit dans la Zone UEMOA.

4 Consulter le site http://hdr.undp.org/fr/donnees/tendances/.

5 La mesure de la pauvreté monétaire a été réalisée à partir d’un indicateur de niveau de vie qui est la dépense globale du ménage par tête incluant la valorisation de l’autoconsommation. Le seuil de pauvreté global est celui de 2002 actualisé à l’aide du déflateur du PIB.

6 P0 = incidence de la pauvreté = population pauvre en % de la population totale; = % population en-dessous du seuil de pauvreté ; P1 = profondeur, gravité de la pauvreté = distance pour chaque individu entre la dépense par tête et le seuil de pauvreté ; P2 est l’indice de sévérité de la pauvreté, il sert à mesurer l’inégalité parmi les pauvres.

7 L’approche par les « conditions d’existence » consiste à définir le niveau de pauvreté à partir des conditions matérielles d’habitation. L’approche de la pauvreté subjective est quant à elle orientée sur les indicateurs basés sur les perceptions de la population. Dans ce cadre, l’appréciation des individus sur leurs propres conditions de vie est recueillie.

8 Il s’agit au titre des banques, de Financial Bank Bénin, Bank of Africa – Bénin, Banque Atlantique Bénin, Banque Régionale de Solidarité – Bénin, African Investment Bank, Banque Sahélo-Saharienne pour l’Investissement et le Commerce – Bénin, Banque de l’Habitat du Bénin, Société Générale de Banques au Bénin, Diamond Bank-Bénin, Continental Bank Bénin, Ecobank Bénin et la Banque Internationale du Bénin et de Equipbail comme établissement financier (MFE, 2006).

9 Encore appelé « indicateur Goldsmith », ce ratio mesure le nombre d’agences de banques pour 1 million d’habitants dans un pays.

10 Le produit net bancaire a augmenté de près de 9 % en 2006, en raison de l’accroissement des revenus tirés des opérations avec la clientèle, banque de France, rapport Zone Franc 2007.

11 La surliquidité bancaire traduit une situation où le montant de l’épargne collectée dans une économie est supérieur à celui des investissements.

12 Rapport  de la « différence entre les dépôts des banques commerciales à la banque centrale et les réserves obligatoires » au total des dépôts.

13 The Africa Report, n° 2, march 2006, http://www.capitalismsachilleshell.com/AfricaReportArticle.pdf.

14 OCDE, http://stats.oecd.org/Index.aspx?DatasetCode=ODA_RECIPIENT_REGION.

15 Conséquence théorique contrastée en ASS car les services bancaires sont lourdement taxés, excluant de fait une grande proportion de la classe moyenne et les pauvres.

16 Ce sont les avoirs en monnaie banque centrale que les banques de second rang sont tenues de détenir à la banque centrale sur des comptes non rémunérés. Le montant des réserves obligatoires est déterminé par le taux des réserves obligatoires, fixé par la banque centrale. Lorsqu’elles sont apparues en 1913 aux Etats-Unis, l’objectif initial de leur instauration était essentiellement prudentiel (assurance d’un minimum de garantie aux déposants). Par la suite, les réserves obligatoires sont devenues un véritable instrument de politique monétaire (une variation du taux de réserves obligatoires modifie la liquidité bancaire et par conséquent les conditions du marché monétaire).

17 Tontinier collectant périodiquement l’épargne des membres à domicile ou sur les lieux de travail. Il octroie aussi des crédits.

18 Après quelques versements (en général trois), le reste des cotisations évoluent avec la fréquence des décès.

19 Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique

20 L’article 2 (alinéa 1) de la loi PARMEC stipule que sont considérés comme « institutions mutualistes ou coopératives d’épargne et de crédit ou institution, un groupement de personnes, doté de la personnalité morale, sans but lucratif, à capital variable, fondé sur les principes d’union, de solidarité et d’entraide mutuelle et ayant principalement pour objet de collecter l’épargne de ses membres et de leur consentir du crédit ».

21 Source : Ministère de la microfinance, 2007.

22 Franc de la Communauté Financière Africaine.

23 Le degré de pauvreté des différentes communes du Bénin est mesuré par l’indice de pauvreté humaine (IPH) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), qui vise à synthétiser dans un indicateur unique la complexité qui caractérise la pauvreté humaine. Il intègre trois composantes à savoir :
– la santé (P1) : cette composante est évaluée par la probabilité de décéder avant l’âge de 40 ans ;
– l’instruction (P2) : elle est mesurée par le pourcentage de la population âgée de plus de 15 ans frappée par l’analphabétisme ; ;
– le dénuement économique (P3) qui reflète les déficiences en termes de conditions de vie : cette composante est mesurée par un sous-indicateur synthétique intégrant trois sous-composantes de la pauvreté, à savoir : l’accès à l’eau potable P31 (pourcentage de la population n’ayant pas accès à l’eau potable), l’accès aux soins de santé P32 (pourcentage la population n’ayant pas accès aux services de santé de base) et la qualité de l’alimentation des enfants P33 (pourcentage d’enfants mal nourris).
PNUD, (2008), Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008, Technical Indicator, p. 357.

24 Ce document a été élaboré avec la participation des divers acteurs des secteurs à savoir Gouvernement, partenaires techniques et financiers, IMF, BCEAO, banques commerciales.

25 Ce chiffre donne une idée des charges démographiques dans le milieu. Mais il n’est pas juste parce que parmi les personnes interviewées, certaines sont des couples, donc ont les mêmes enfants. Au moment des enquêtes, je n’ai pas tenu compte de ce paramètre afin de le résoudre.

26 Pâte faite à partir de la fermentation du maïs, puis emballée dans des feuilles de manioc ou de bananier pour sa commercialisation. Elle se conserve très longtemps et se mange avec une variété de sauce dans tout le sud du Bénin.

27 La norme est de 95 %, ce qui signifie que le programme marche bien ; mais il faut donner sens à ce taux en cherchant à connaître la manière dont les clients remboursent. Les endettements croisés ou l’octroie de nouveaux prêts pour honorer les remboursements participent à la valeur de ce taux.

28 Dans la dialecte Adja au Sud-Ouest du Bénin, le terme « Aya » désigne la souffrance. « Aya jito » ou « Ayanon » ou encore « Ayatonon » désigne la personne qui souffre, le pauvre.

29 « Souffrir » conjugé à la première personne du singulier.

30Wamènon désigne quelqu’un qui n’a personne et qui subit un handicap.

31 Il est rare de rencontrer des gens en milieu rural qui ne travaillent pas, alors qu’en ville, tel n’est pas le cas.

32 L’exigence d’une épargne préalable fréquente dans les mutuelles est une technique permettant d’écarter les plus pauvres, souvent incapables de constituer cette épargne. On ne peut pas l’assimiler à une éducation à l’épargne qui pourrait sans doute influencer positivement la culture financière des clients.

33 « C’est la plus vaste offensive de lutte contre la pauvreté au Bénin » (FNM, 2009).

34 M. Jensen et W. Meckling (1976) définissent une relation d’agence comme un contrat par lequel une ou plusieurs personnes (le principal) engagent une autre personne (l’agent) pour accomplir quelques services en leur nom, impliquant la délégation d’une partie de l’autorité de prise de décision à l’agent. De part sa nature, la relation d’agence pose problème dans la mesure où les intérêts personnels du principal et de l’agent sont divergents. La théorie de l’agence repose sur deux hypothèses comportementales. La première suppose que les individus cherchent à maximiser leur utilité, la deuxième postule que les individus sont susceptibles de tirer profit de l’incomplétude des contrats (G. Charreaux, A. Couret, P. Joffre et alii, 1987).

35 Marché de nuit du village

36 Noter que l’IMF qui nous a confié qu’elle n’octroie pas les crédits suivant les critères de pauvreté définis avec le MCPP n’intervient pas en tant que partenaire du gouvernement dans la zone rurale où j’ai fait mes enquêtes. Cela implique qu’elles sont au moins deux à ne pas respecter les clauses du contrat.

37 C’est comme ça que beaucoup de femmes appellent le programme dans la zone de mes enquêtes ; Yayi Boni étant le nom de l’actuel président de la république sous lequel le MCPP est né.

38 Le gouvernement exige que les crédits MCPP soient remboursés à 95 %, cela peut en partie expliquer le fait que ces crédits ne sont pas octroyés aux plus pauvres. Il justifie ce taux élevé par le fait qu’il appuie aussi les IMF dans l’offre de services non financiers de formation et d’accompagnement. Mais ces services jalonnent l’histoire de la microfinance et ne génèrent pas des résultats magiques.

39 Un cas de suicide est connu à Zohoudji, un des villages où j’ai réalisé mes enquêtes. L’homme en question a l’habitude d’emprunter des millions. Il augmente souvent la taille de sa dette pour honorer les remboursements et les nombreuses tontines dont il faisait partie. Suite à une absence des pluies, il voit d’abord son champ d’ananas abîmé ; ensuite il tomba malade et dépensa beaucoup. Enfin, il se donna la mort parce qu’ile ne pouvaint plus supporter ses engagements.

40 Les femmes ont tendance à s’exprimer à la troisième personne du pluriel (Nous). Ceci n’est pas seulement lié au fait qu’elles font partie des groupes de caution solidaire, mais aussi au fait que sur certains sujets, elles pensent que leur situation ou position est valable pour les autres

41 Il est connu des villageois que les agents de crédit débarquent chez les personnes en difficultés de remboursement. Outre les pénalités de retard qui sont institués dans les documents de politique de crédit, obligation est faite au client de payer les frais de carburant d’au moins six à huit motos qui viennent l’intimider.

42 Dans les documents de politique de crédit, le premier critère de l’éligibilité d’un candidat à un prêt est sa capacité de remboursement.

43 Organisation dont les membres épargnent périodiquement de l’argent afin de se faire financer en cas du décès d’un parent. Dans certains Kougbè, une partie de l’épargne collectée sert à financer les activités productives des membres à des taux préférentiels. Les bénéfices ainsi générés peuvent servir à l’achat de vivres (riz, huile, viande) lors des fêtes de fin d’année.

44 Nous sommes en milieu rural africain. Le danger craint vient du fait qu’une relation de prêt peut entraîner la mort subite et mystérieuse du prêteur, mais il faut noter que cela arrive rarement.

45 Une étape des cérémonies funéraires consiste à exposer le cercueil du défunt. Il existe alors un effet de démonstration qui pousse à acheter des cercueils chers (qualité du bois utilisé, forme, ornements, vitrerie) même dans les familles très pauvres.

46 Forme de croyance communément connu sous le terme « animisme ».

47 Ceci dépend de la façon dont une IMF peut exiger le paiement de la dette à son client, j’ai déjà brièvement décrit une scène de chasse aux clients en cessation de paiements. C’est la deuxième étape des actions de recouvrement, que les manuels de politique de crédit qualifient comme usage de « moyens de pression dissuasive » ; une sorte de dissuasion qui rime curieusement avec la terreur. Elle vient après l’échec d’un essai de règlement à l’amiable. La dernière étape consiste en une poursuite juridique devant les tribunaux.

48 PlaNet Finance est une organisation internationale dont la mission est de lutter contre la pauvreté en soutenant le développement de la microfinance. Son intervention au Bénin concerne l’assistance technique, le conseil, la formation et l’appui au renforcement institutionnel. Son Unité PlaNet Guarantee entend soutenir les IMF béninoises dans la création de schémas de microassurance durables.

49 Les innovations peuvent être bonnes (comme la construction par l’UNACREP de dix-huit bâtiments sociaux dans le village Assomkpa appelé village coopératif. Les logements sont loués aux paysans), ou porteuses de craintes d’exclusions et d’inégalités (comme le projet de paiement par téléphone dans lequel certaines IMF s’en vont s’engager avec l’appui du Millenium Challenge Account (MCA Bénin).

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Dimensions et indices de la pauvreté au Bénin
Crédits Source : EMICOV, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 3 – Evolution des indices de pauvreté entre 2002 et 2006
Crédits Source : EMICOV, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-2.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 2 – Systèmes financiers comparés (UEMOA 2006)
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Graphique 3 – Ratios de surliquidité en ASS (fin 2004)
Crédits Source : Sexagaard, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Graphique 4 – Evolution des taux de réserves obligatoires entre 2001 et 2005 (en %)
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Graphique 5 – Structures de la production et des crédits bancaires
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Graphique 6 – Evolution du secteur de microfinance au Bénin (1998-2005)
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Graphique 7 – Répartition typologique des IMF et de leur activité au Bénin (2005)
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Tableau 4 – Besoins de services financiers des agriculteurs ruraux
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Tableau 5 – Les pratiques financières informelles à Toviklin
Crédits Source : auteur. Entretiens avec les populations rurales.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-10.png
Fichier image/png, 197k
Titre Tableau 6 – Typologie des besoins de services financiers en milieu rural au Bénin
Crédits Source : auteur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/355/img-11.png
Fichier image/png, 130k

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search