Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Les migrants et les non-migrants du Mezzogiorno

Christian Giordano

Texte intégral

  • 1 Le Mezzogiorno comprend globalement le sud de l'Italie et notamment les régions suivantes: Abruzzes (...)

1Tous certainement gardent le souvenir des célèbres films du néo-réalisme italien, tels que "La terre tremble", "Le chemin de l'espoir" et "Rocco et ses frères". Dans ces productions tournées entre 1945 et 1965 étaient relatées de pathétiques histoires de misère, de marginalisation et d'émigration. Les héros en étaient des pêcheurs, des paysans, des sous-employés, anéantis par une vie de privations et d'emplois précaires, tandis que les scénarios en étaient aussi bien les campagnes méridionales, arides et ensoleillées, que les quartiers croulants des métropoles du Sud et du Nord. Et bien que tout en ne pouvant certainement pas nier le réthorique "misérabilisme" de gauche inhérent à ces films, les fresques de la vie sociale qui en découlent étaient assez proches de la réalité du Mezzogiorno.1

Sous-développement et émigration

2En effet, depuis des siècles et plus précisément depuis l'effondrement du royaume souabo-normand pendant le xiiie siècle, le Mezzogiorno s'était transformé progressivement en une zone périphérique, économiquement très arriérée. Je ne débattrai pas ici du fait que la cause de tout cela ait été la nouvelle répartition internationale du travail comme le soutient Wallerstein (Wallerstein 1974) ou si l'origine de ces maux est à rechercher plutôt dans la nouvelle "culture politique" importée de la domination espagnole et qu'un historien de l'envergure de Croce (Croce 1967) a toujours stigmatisé par le terme de "malgoverno" (mauvaise gestion). Je ne m'attarderai pas non plus à discuter du fait que le processus d'unification du pays ait été une "conquête" qui, selon Dorso, a seulement aggravé la situation ou du fait que l'intégration du Mezzogiorno en une économie capitaliste de marché ait produit cette célèbre "marginalité historique" dont parle Pizzorno (Dorso 1972 ; Pizzorno 1976).

3Les raisons historiques précédentes et celles relatives à la formation de l'Etat national en 1860 étant certaines, on peut croire que le sous-développement dans le Mezzogiorno essentiellement après l'unification a provoqué des vagues migratoires qui se sont poursuivies pendant plus de cent ans. Avant tout l'Amérique latine et celle du nord, par la suite l'Australie et enfin pendant l'après-guerre l'Europe centro-septentrionale ont été pendant un siècle les destinations de l'émigration méridionale, laquelle dans le "savoir" de la société locale se présentait comme l'unique stratégie "intelligente", même douloureuse, pour échapper à la misère.

  • 2 Les "Sassi" et les "Bassi" sont les quartiers de Matera et de Naples respectivement. Ils sont les q (...)

4Celui qui aujourd'hui aimerait retrouver dans le Mezzogiorno l'atmosphère des films néo-réalistes dont nous parlions tantôt, chercherait probablement en vain. Pendant les vingt dernières années, le Mezzogiorno a subi des changements fondamentaux si bien que – en parlant par métaphore – les célèbres "Sassi" de Matera risquent d'être changés en musée ethnographique ou en centre résidentiel pour intellectuels "going native" alléchés par le frisson de la misère, tandis qu'il n'est pas à exclure que les tout aussi célèbres "Bassi" se transformeraient en destination touristique éventuellement sponsorisée et financée par la municipalité de Naples.2

5Il s'agit maintenant de s'interroger sur les modalités qui ont abouti à la transformation du Mezzogiorno.

Le Mezzogiorno en mutation entre "réformes ratées", "économie assistée" et "économie submergée"

6Avec l'unification et avec la formation de l'Etat national en 1860, les Italiens prirent conscience de former une société du point de vue culturel très hétérogène et surtout de devoir affronter des déséquilibres provoqués par une "économie dualiste". Naquit ainsi la conscience d'une Italie partagée en deux, c'est-à-dire entre un Nord économiquement évolué même s'il n'est pas aussi florissant que l'on pense et un Sud pauvre et arriéré. Les experts d'alors baptisèrent cette scission du nom de "problème méridional". Actuellement, le substantiel problème a une signification extrêmement claire puisqu'il implique l'idée d'un conflit à résoudre. Les politiciens et les "méridionalistes" de jadis se proposaient donc de donner au Mezzogiorno, au travers d'une large action réformatrice, une nouvelle assise socio-économique. Il s'agissait donc de promouvoir une politique qui, par étapes forcées, amènerait le Sud au même niveau que le Nord. Ces projets étaient certainement liés au concept de progrès social et, par la suite, à celui de modernisation.

Réformes ratées

7On commença tout d'abord avec la "piémontisation" en exportant "tel quel" vers le Mezzogiorno les principes d'organisation, les structures bureaucratiques et les modèles de développement de cette région italienne qui, plus que toute autre, avait contribué à l'unification et qui était considérée, par ceux qui détenaient le pouvoir, comme le modèle à suivre. Après l'échec de cette tentative, qui déboucha carrément sur celle que l'on appela "la sale guerre" entre l'armée garante des réformes et la population locale organisée en bandes armées formées de brigands, la politique d'intervention dans le Mezzogiorno subit un brusque ralentissement qui se prolongea pratiquement jusqu'à l'époque fasciste.

8Le fascisme, même si de manière hésitante et souvent superficielle, reprend l'action réformatrice. Cependant, le seul résultat concret reste la réalisation de l'assainissement intégral (Giordano 1992) : il s'agit là d'une goutte d'eau dans le désert, aussi bien parce que le célèbre "assaut au latifundio" a été entrepris bien trop tard et resta donc à l'état de programme mort-né parce que la guerre éclata. On peut donc conclure en disant, légitimement, que les réformes et la politique de développement à large échelle ont exclusivement été un produit de l'Italie républicaine née dans l'après-guerre.

9Le but de l'action réformatrice de cette période qui, grosso modo, s'étend de 1945 jusqu'à nos jours, fut à l'origine le secteur agricole dominé par le latifundio. La première mesure que l'Etat entreprit fut donc la réforme agraire sous la forme d'une redistribution individuelle et privatisée des grandes propriétés foncières de la bourgeoisie rurale et de l'aristocratie. Sous la pression des troubles et du brigandage régnant dans les campagnes méridionales, trois lois concernant le Mezzogiorno et expropriant les grands propriétaires terriens furent approuvées dans les années 1949/50. Toutefois, même en réussisant à effacer le latifundio, la réforme agraire fut un échec retentissant par le simple fait qu'elle fut, aussi peut-être, consciemment ou inconsciemment, réalisée beaucoup trop tard. Dans tous les cas, l'extrême morcellement des propriétés, constituées pour la plupart d'entre elles par des terrains de très mauvaise qualité, accéléra la fuite des paysans et amplifia les phénomènes migratoires déjà en cours. Probablement pour des raisons électorales assez évidentes, les gouvernements démocrates-chrétiens, responsables de l'action réformatrice, distribuèrent trop peu de terrains, en majorité de qualité plus que médiocre, à un trop grand nombre de demandeurs, si bien qu'il ne resta aux paysans qu'à chercher de nouvelles ressources en dehors de leur société d'origine. Pour remédier à cette situation, au cours des années suivantes – nous arrivons ainsi vers le milieu des années cinquante – le gouvernement approuva la politique d'industrialisation basée sur la conception des "pôles de développement". En conséquence, ce fut dans le Mezzogiorno que furent réalisées, dans les zones les plus impensables, des projets pharaoniens – estimés de dimensions trop exiguës par l'opposition socialo-communiste – dans lesquels l'industrie lourde (acier, pétrochimie etc..) en majorité aux mains de l'Etat, devait être le propulseur d'un processus de développement économique généralisé (Giordano 1992).

10C'est ainsi que naquirent les fameuses "cathédrales dans le désert" hautement déficitaires, socialement parasitaires et écologiquement polluantes, qui ne produisirent aucun bénéfice palpable pour leur structure d'occupation, ni ne versèrent de contributions à la formation d'une culture d'entreprise.

11Naturellement ces échecs furent critiqués essentiellement par ceux qui préféraient les stratégies du développement "par le bas" à celles officielles "par le haut". Cependant, des stratégies alternatives "par le bas" que l'on pourrait classer parmi les projets de développement communautaire (community development) furent proposées par des instances extra-étatiques ou par des groupes informels dirigés généralement par des personnalités charismatiques. Un exemple classique en est celui du "Centre d'Etudes et d'Initiatives", créé par l'architecte de Trieste Danilo Dolci, dans la province de Palerme.

12Toutefois, même ces tentatives de réformer l'économie et la société méridionale échouèrent misérablement. Les causes de ces échecs assez retentissants sont multiples. En tout premier lieu, il faut citer la condition d'expériences isolées dont ces projets ont été les victimes. Le "bon exemple" n'a pas suffi à favoriser la formation importante de groupes semblables qui auraient eu des objectifs similaires. C'est la raison pour laquelle "l'effet multiplicateur" tant attendu ne se réalisa pas. En outre, les initiateurs et les activistes n'étaient en général pas des méridionaux ; ceux-ci arrivaient de l'Italie septentrionale ou de l'étranger même (de Suisse, d'Allemagne, de Scandinavie etc..) et n'avaient pas les connaissances adéquates de la culture et de la structure de la société méridionale. Entre la population locale et les "réformateurs" il régna continuellement une "équivoque culturelle" provoquée par deux formes de "savoir" diamétralement opposées qui finirent par provoquer de profondes incompréhensions et des cassures (Giordano 1992). On pourrait dire que les projets représentèrent pour les initiateurs davantage un "jeu intellectuel d'utopie" qu'un lieu de confrontation autour de la réalité du Mezzogiorno. Les modèles par "le bas" dans la meilleure des hypothèses se révélèrent des corps étrangers importés de l'extérieur, qui en pratique vécurent et, pour certains d'entre eux, vivent encore entièrement aux côtés de la société locale.

13Malgré ce tableau décourageant, on peut difficilement classer le Mezzogiorno parmi les régions effectivement pauvres et comparables aux pays en voie de développement du soi-disant Tiers Monde ou aux désastreuses nations sorties depuis peu des expériences de l'économie planifiée. Après l'échec de la réforme et de la politique d'industrialisation, l'Etat italien a continué à prodiguer des aides considérables au Mezzogiorno. Ceci s'est produit essentiellement grâce à l'effet de redistribution fiscale et sans plan détaillé de développement. Comme l'a démontré l'économiste Francesco Forte, il s'est produit dans le Mezzogiorno une intervention "en pluie" distribuant au Sud des ressources fiscales prélevées au Nord (Forte et al., 1978). Ainsi est née "l'économie assistée" du Mezzogiorno qui peut être considérée comme la principale, sinon l'unique source de bien-être de la région. Mais voyons en quoi consiste concrètement "l'économie assistée".

L'économie assistée

14En ce qui concerne l'Italie méridionale, on peut parler de trois modèles d'assistance, deux publics et un privé (Giordano 1992).

15Avant tout, nous devons nous souvenir de tout cet ensemble de prévoyances et d'aides que l'on désigne sous le nom d"'industries des pensions et des subsides". En effet, surtout au cours des vingt dernières années, l'Etat a redistribué dans le Mezzogiorno des sommes considérables sous forme de pensions individuelles et de subsides à des organismes privés.

16Behrmann et Abate dans leur excellente monographie d'une commune calabraise ont montré que le 35 % de la population au moins reçoit une pension. S'agissant d'une communauté rurale petite et plutôt périphérique, on serait tenté de croire que ces données se rapportent tout au plus à des pensions de retraite. Mais il n'en est rien, puisque les chiffres rapportés par ces auteurs prouvent que le 6 % seulement représentent des rentes à la vieillesse, tandis que le 29 % au moins constituent des allocations d'invalidité allouées très souvent à des personnes encore jeunes. Le critère de répartition de telles prévoyances est basé essentiellement sur la transaction clientéliste entre le "gate-keeper" politico-bureaucratique – un fonctionnaire – et l'assisté qui souvent n'est pas du tout un invalide. Les données et les pratiques rapportées par Behrmann sont, sans aucun doute, représentatives pour le Mezzogiorno tout entier (Behrmann et Abate 1984).

17En effet, des pratiques analogues ont été découvertes en Sicile pendant notre enquête sur le fonctionnement réel des coopératives dans trois provinces de l'île. En principe, une coopérative ne parvient à fonctionner que si elle reçoit des subsides et ceux-ci sont en général alloués sur la base du rapport entre patron et client par des politiciens de métier à la recherche de blocs d'électeurs potentiels qui leur permettraient de triompher de leurs adversaires dans la lutte pour les privilèges. De plus, près de 75 % des coopératives existant dans les provinces de Trapani, Caltanissetta et de Catania, perçoivent des subsides de la Région sicilienne, du gouvernement de Rome ou de la Communauté Européenne (Giordano et Hettlage 1979 : 201).

18Le deuxième pilier de "l'économie assistée" est représenté par l'appareil bureaucratique que l'Etat italien a progressivement étoffé en créant dans le Mezzogiorno de nouveaux emplois et de nouveaux bureaux. C'est ainsi qu'est né ce phénomène que l'on pourrait nommer "l'industrie du personnel et des organismes superflus". Il s'agit en fait de places de travail qui sont simplement doublées ou triplées dans le secteur public. Il peut aussi s'agir d'organismes qui n'existent que sur le papier et dont on sait, au moment de leur création déjà, qu'ils n'exerceront qu'une activité très restreinte par rapport aux sommes imparties pour les salaires. Behrmann et Abate nous ont montré de manière exemplaire comment fonctionne la "Communauté des Montagnes du Haut Crotonese" et nous-mêmes avons été confrontés aux mêmes expériences avec cette même institution créée par l'Etat dans la région des montagnes des Madonie (dans la province de Palerme). Finalement, on peut tenir le même raisonnement pour les désormais tristement célèbres "Unités Sanitaires Locales" (USL). En résumé, on peut donc dire que la soi-disant "tertiairisation publique" dans le Mezzogiorno s'est révélée n'être qu'une mesure d'assistance pure afin de créer, sans aucun critère d'efficacité ni de réelle nécessité, de nouvelles places de travail basées sur les clientèles pour ceux qui sont restés sur place (Giordano 1992).

19Le troisième pilier, le privé, est représenté par les épargnes faites par les émigrés. Il est bien connu que ces ressources financières sont investies "sur place" dans le petit commerce et surtout dans le secteur immobilier, mais presque jamais dans l'agriculture. Naturellement, les ressources distribuées par les trois piliers de "l'économie assistée" ne répondent pas aux exigences de ceux qui sont restés. Sans aucun doute, la société méridionale est une société basée sur la prévoyance extérieure et non sur la productivité personnelle ; cependant ceux qui veulent survivre doivent trouver d'autres sources de bénéfice qui seront en majorité assurées par des activités dans le secteur informel. "L'économie submergée" si caractéristique du Mezzogiorno ne représente donc pas un secteur indépendant et n'est même pas pensable sans les contributions fournies par "l'économie assistée". Je dirais que "l'économie assistée" est la base nécessaire de "l'économie submergée" et du "deuxième réseau" (Giordano 1992).

L'économie submergée

20Dans le Mezzogiorno, "l'économie informelle" est caractérisée en tout premier lieu par le "travail multiple" et par le "double emploi". La différence entre "travail multiple" et "double emploi" est sociologiquement considérable puisque le premier concerne les activités précaires de ceux qui, par manque d'autres opportunités, sont obligés d'accepter n'importe quelle offre d'emploi dans n'importe quel secteur, même dans ceux où règnent en maîtres les grandes organisations de la mafia et de la camorra. Le second, en revanche, se réfère à l'activité complémentaire souvent plus rémunératrice que celle des personnes occupant un emploi stable dans les secteurs secondaire ou tertiaire publics.

21Dans le premier cas, il s'agit d'une activité de sous-prolétariat urbain rattachée au monde métropolitain du petit commerce ambulant, des constructions abusives, des jeux de hasard, de la contrebande, de la prostitution etc... Dans le deuxième cas, nous sommes confrontés à un deuxième emploi, certainement illégal, mais que l'on peut difficilement définir de criminel, des classes sociales inférieures, moyennes inférieures et supérieures (classes d'employés de bureau) ; il est la conséquence du processus de "tertiairisation publique" du Sud (Giordano 1991 : 144).

22On peut sans doute ajouter que si dans certaines contrées du Mezzogiorno on a assisté au développement de petites mais florissantes activités économiques qui ont amélioré les taux de productivité de la région, ceci est dû essentiellement à l'existence du "double emploi". "L'économie submergée" se révèle ainsi comme une vraie stratégie de développement, étant entendu que le deuxième emploi doit être combiné avec une place stable dans le secteur public manifestement assisté.

23Après avoir essayé de dépeindre rapidement les conditions socio-économiques du Mezzogiorno d'aujourd'hui, nous pouvons essayer de définir les caractéristiques socio-culturelles de ceux qui sont restés.

Ceux qui restent : un portrait socio-culturel

24Si nous voulons actuellement brosser le portrait socio-culturel de ceux qui restent ou plutôt de ceux qui sont restés dans la région, il est impératif de souligner que l'on ne peut plus parler de "paysan". Malgré une certaine ethno-nostalgie toujours présente surtout parmi les spécialistes des éternelles traditions populaires, il faut ajouter que la mythique "civilisation paysanne" du Mezzogiorno profond appartient irréversiblement au passé. Ceux qui sont restés sont tout au plus des agriculteurs à temps partiel qui exercent une activité dans un autre secteur de l'économie. C'est pourquoi quelques experts ont parlé de "paysans du métal" ou de "métayers du métal" en soulignant le mariage entre travail dans le secteur agricole et travail dans le secteur industriel. Même si on peut être fasciné par ce vocabulaire, les termes me paraissent trompeurs et usurpés, car ils présupposent dans le Mezzogiorno un secteur industriel important, capable d'absorber la force de travail provenant des campagnes. Ceci est manifestement faux.

25Mes expériences me confirment au contraire que le cas le plus fréquent, hormis les différentes catégories de retraités et de subventionnés, est celui de la personne employée dans le "tertiaire public" (par exemple gardien, concierge, huissier, coursier, chauffeur, artisan etc..) et qui s'absente sous n'importe quel prétexte de son lieu de travail ou qui consacre ses loisirs à l'agriculture. Naturellement, nous avons affaire davantage à une agriculture d'appoint ou de subsistance qu'à une agriculture pour le marché (Giordano 1992). Il s'agit ici exactement du contraire de ce que les Polonais appellent le "chlop-robotnik" qui signifie être d'abord paysan (chlop) puis travailleur (robotnik). Je serais tenté de créer le mot "buro-agriculteur" plus conforme à la situation de la structure économico-professionnelle et au système des valeurs et des idéaux de la société méridionale.

26En fait, à travers l'assimilation dans le "tertiaire public" de ceux qui sont restés, se retrouve et se matérialise – même si c'est de façon incomplète et caricaturale – le vieil idéal de la société méridionale basé sur les valeurs "d'oisiveté" et "d'urbanité". Grâce à ces emplois dans le tertiaire, il n'est plus nécessaire dès lors de se salir les mains quotidiennement avec l'humiliant et le stigmatisant travail de la terre. De plus, le travail de bureau n'est pas pas un travail manuel pénible et s'apparente ainsi à l'idéal d"'oisiveté". Enfin, le travail dans l'administration publique, depuis toujours objectif ardemment désiré, se déroule dans un contexte qui, pour l'ancien paysan ou pour le fils du petit propriétaire-exploitant, représente la quintessence de l'urbanité, c'est-à-dire la possibilité de s'affranchir des oppressantes chaînes de la paysannerie.

27Ce raisonnement vaut aussi pour la multitude de retraités et d'assistés, qui justement grâce aux allocations de prévoyance, peuvent réaliser dans leur vie de tous les jours, en partie du moins, le rêve de "l'otium cum dignitate" (Giordano 1992).

28Naturellement, même si nombreux sont ceux qui tentent une nouvelle vocation, peu nombreux sont les élus ; il faut ainsi se souvenir que ceux qui n'ont pas été intégrés dans le "tertiaire public" ont dû chercher d'autres opportunités de travail. Rappelons ici le secteur du bâtiment "immergé" financé en partie par les épargnes des émigrants et qui de manière abusive emploie aujourd'hui un pourcentage élevé de la population d'origine agricole et qui, par ailleurs, exerce donc des activités agricoles en périodes de basse conjoncture.

29Ceux qui sont restés constituent donc un ensemble professionnel hybride et polyvalent. Financièrement, ils ne sont pas des rentiers bien sûr, mais la mise en pratique de leur philosophie économique qui est la débrouillardise leur permet de vivre financièrement de manière tout à fait acceptable.

La nouvelle philosophie du citoyen

30L'impact de "l'économie assitée" et de "l'économie submergée" a un effet certain sur le savoir local de ceux qui sont restés sur place. Il est évident que les mesures d'assistance publique combinées avec les expériences dans le secteur informel, qu'il soit légitime même s'il est illégal, ont produit une "philosophie politique" spécifique et nouvelle. Elle détermine de manière prépondérante le rapport entre citoyen et Etat. Dans la civilisation paysanne traditionnelle existait une mentalité "anti-étatique", une sorte "d'anarchie naturelle". Le fait d'être ouvertement contre l'Etat était plus fréquent que son acceptation souvent neutralisée par des stratégies d'infiltration (Giordano 1990 : 40).

31Le savoir local de ces usagers démontre aujourd'hui une certaine ambiguité. De manière un peu ethnocentrique, on pourrait parler d'une "morale dédoublée". On se sert de l'Etat à des fins personnelles tout en le considérant par ailleurs en ennemi. Dans cet ensemble de représentations collectives, on retrouve l'image de l'éternel volé qui réussit maintenant à voler le voleur. Les prestations de "l'économie assistée" ont favorisé la naissance d'une attitude d'assistés-receveurs sans pour autant reconnaître la légitimité de l'appareil étatique. Par de nombreux côtés, cette attitude rappelle celle des sociétés post-communistes de l'Europe orientale d'aujourd'hui que l'on dénomme "la mentalité socialiste". Malgré ce que disent les politiciens italiens, les mass medias ainsi que certains experts, il n'est pas vrai que l'Etat est absent du Mezzogiorno ; au contraire, l'Etat y est bien présent, surtout pour répondre aux fins personnelles ou particulières de certains groupes sociaux ; Il ne peut plus être, dès lors, le garant et l'administrateur du bien public.

32La quintessence de la "morale dédoublée" de ceux qui sont restés au pays est visible de manière exemplaire dans les données quantitatives que nous avons rassemblées en Sicile. La plus grande partie des personnes interrogées (entre 70 et 80 %) considère l'Etat "lointain", "étranger", "corrompu", mais en même temps "indispensable" et "généreux". Pour ces raisons, au travers de cette ambiguité vécue localement, il est fort aisé d'expliquer la vitalité des comportements mafieux et camorriste (Giordano et Greverus 1986 : 345-366 ; Giordano 1990 : 46).

Bibliographie

Behrmann Meike ; Abate Carmine
1984 Die Germanesi. Geschichte und Leben einer süditalienischen Dorfgemeinschaft und ihrer Emigranten. Postface : Norbert Elias, Campus Verlag, Frankfurt.

Croce Benedetto
1967 Storia del Regno di Napoli, Laterza, Bari.

Dorso Guido
1972 La rivoluzione meridionale, Einaudi, Torino.

Forte Franceso et al.,
1978 La redistribuzione assistenziale. Costi e benefici della spesa pubblica nelle regioni italiane, Franco Angeli, Milano.

Giordano Christian
1979 Hettlage Robert, Persistenz im Wandel. Das Mobilisierungspotential sizilianischer Genossenschaft. Eine Fallstudie zur Entwicklungsproblematik, Mohr & Siebeck, Tübingen.
1986
Sizilien – die Menschen, das Land und der Staat, Notizen, Frankfurt.
1990 "Wege der Gefahr. Zur Topographie süditalienischer Gefahren Vermeidung". In :
Zeitschrift für Volkskunde 86 : 37-52.
1991 "Die Logik der informellen Ökonomie : Zur interkulturellen Analyse von Bewältigungsstrategien". In : Berg Eberhard ; Lauth Jutta ; WimmerAndreas (ed.) : Ethnologie im Widerstreit.
Kontroversen über Macht, Geschäft, Geschlecht in fremden Kulturen : 143-157, Trickster, München.
1992 Die Betrogenen der Geschichte. Überlagerungsmentalität und Überlagerungsrationalität in mediterranen Gesellschaften, CampusVerlag, Frankfurt/M.

Pizzorno Alessandro
1976 "Familismo amorale e marginalità storica ovvero perché non c'è nienteda are a Montegrano". In : De Masi, Dino (éd.) : Le basi morali di una società arretrata. Nuova edizione di "Una comunità del Mezzogiorno" : 237-252, Il Mulino, Bologna.

Wallerstein Immanu
1974 The Modem World-System. Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, Academic Press, New York, San Francisco, London.

Notes

1 Le Mezzogiorno comprend globalement le sud de l'Italie et notamment les régions suivantes: Abruzzes, Molise, Pouilles, Campanie, Basilicate, Calabre, Sicile, Sardaigne. (à l'exception de la Sardaigne qui appartenait à la dynastie de Savoie), le Mezzogiorno représente donc ce qui était jusqu'en 1860, le royaume des deux Siciles.

2 Les "Sassi" et les "Bassi" sont les quartiers de Matera et de Naples respectivement. Ils sont les quartiers les plus pauvres et les plus marginalisés. La population des "Sassi" a été installée dans une autre région suburbaine qui s'est transformée en quelques années en un nouveau quartier de taudis. La population des "Bassi" continue au contraire à vivre dans son vieux quartier qui reste pourtant le paradigme du sous-développement urbain du Mezzogiorno.

Auteur

sociologue et anthropologue, Université de Fribourg, Suisse

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search