Desktop versionMobile version

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Le retour au pays

Vision ethnographique en milieu rural dans le nord-est du Portugal

Julianna Acheson
Translated by Juliette Michaelis

Full text

1Il s'agit ici des villages du Nord-Est du Portugal où l'émigration et le retour au pays natal ont eu lieu à grande échelle durant la dernière moitié de ce siècle. Les écrits des sciences sociales sur l'émigration regroupent habituellement ces migrants en une seule grande catégorie : les émigrés qui reviennent dans leur pays d'origine. Les politiques fonctionnent, elles aussi, en supposant que ces émigrants ont, à leur tour, des intérêts semblables. Cette étude, au contraire, divise ces migrants en trois groupes distincts et démontre ainsi qu'ils ne peuvent pas être une entité homogène.

2Les villages retenus pour cette analyse ont été choisis parmi ceux qui font partie d'un projet de recherche beaucoup plus vaste, projet entrepris avec la collaboration de la Fondation luso-américaine. J'ai les ai choisis à cause de leur haut taux d'émigration. Ils sont représentatifs de nombreuses communautés du Portugal, peut-être aussi d'Espagne, où émigration et retour ont eu lieu à grande échelle pendant la dernière moitié de ce siècle.

Les études sur l'émigration portugaise

  • 1 D'après Serrão (1982:43), entre 1855 et 1960 le Brésil a reçu en moyenne 80% de tous les émigrants (...)
  • 2 Capitalisme e Emigraçao em Portugal par Almeida et Barreto (1976) qui suggèrent un taux plus bas d' (...)

3Dans la littérature scientifique, l'émigration portugaise est presque toujours analysée dans un contexte historique. L'émigration n'est pas un phénomène nouveau. Depuis longtemps les navires portugais sont bien connus pour leur exploration des côtes des Indes, d'Asie et d'Amérique. Entre 1855 et 1973, plus de trois millions de personnes ont émigré légalement du Portugal (Serrão 1982 :37). Les estimations tenant compte de l'émigration illégale s'élèvent à plus de quatre millions. Pour le vingtième siècle, l'émigration peut être divisée en deux périodes : avant 1950, où elle a été définitive et presque toujours vers le Brésil ; après 1950, les émigrés sont partis pour la France avec l'idée de revenir au pays.1Entre 1919 et 1930, 3.5 % seulement de ceux qui sont partis sont rentrés au Portugal (Serrâo 1982 :39), alors que l'émigration de la deuxième moitié de ce siècle a vu des milliers de retours. En 1960, un net changement dans les destinations des émigrants se manifeste. Seuls 20 % ont choisi le Brésil, tandis que les 80 % restant ont immigré vers des pays européens.2 Bien que les Pays-Bas, l'Allemagne et d'autres pays d'Europe aient accueilli ces émigrants, la France en a reçu la majorité (55.4 %) ainsi qu'environ le 80 % de tous les émigrants qui ont migré en Europe (Thomas 1982 :41).

"L'énorme expansion économique qui a marqué les économies industrielles de la plupart des pays d'Europe de l'Ouest à la suite de la deuxième guerre mondiale a été spécialement ressentie en Allemagne, en Italie et en France. L'industrialisation a créé de nombreuses opportunités de travail là où la main-d'œuvre avait souffert des dévastations de la guerre. Le Marché économique européen a encouragé le pan-nationalisme économique en enlevant les barrières qui avaient empêché le libre mouvement des ouvriers d'un pays à un autre. La migration au-delà des frontières nationales est devenue aussi commune que les déplacements internes des régions rurales vers les centres urbains. Pour les pays riches, cela a signifié l'accueil de travailleurs venant de l'Europe du Sud et de l'Est, sans vouloir dire que les individus venant de ces mêmes pays riches ne soient pas allés à la recherche de cieux plus bleus ailleurs" (Smith 1974 :2)

4Le phénomène de l'émigration pendant la dernière moitié du vingtième siècle peut être caractérisé par l'impact profond qu'il a eu sur les communautés d'origine, à cause d'une massive émigration de retour.

Une analyse de cohortes de deux générations

5Deux modèles d'émigration ont été relevés à partir de ce que les migrants eux-mêmes nous ont racontés. Ils n'ont pas tous passé 20 ans à l'étranger ni ne sont retournés à leur lieu d'origine pour devenir fermiers, comme nous nous y attendions. Les enfants de ces émigrants, entre 20 et 40 ans, avaient des valeurs, des aspirations et des espoirs très différents de ceux de leurs parents. Ces espoirs se sont réalisés dans des modes de vie qui leur étaient propres. La deuxième génération, enfants des émigrants de la première génération, constitue une cohorte qui doit être examinée pour elle-même. En séparant les parents de leurs enfants, nous espérons mettre en évidence les différences entre ces deux groupes.

6La méthode la plus appropriée pour l'étude de tels groupes est probablement l'analyse des cohortes, telle que la décrit Rosaldo.

"... une conséquence probable des discontinuités qui s'installent dans la vie des membres de deux générations qui se suivent, est l'apparition de groupes relativement bien définis qui se reconnaissent entre eux. De tels groupes se forment non pas à la naissance, mais plutôt durant ces années importantes de la jeunesse, durant lesquelles se font les choix fondamentaux tels que ceux du travail, du mariage et du lieu de résidence" (Rosaldo 1980 : 111).

7D'autre part, Rosaldo constate que ce type d'analyse oriente la recherche sur les divers processus à travers lesquels les groupes se reproduisent, en perpétuant, en modifiant ou en transformant abruptement leurs structures sociales (1980 : 112).

8L'analyse des cohortes est spécialement applicable aux deux générations d'émigrants du Nord-Ouest du Portugal. Chacune d'entre elles se distingue par des cycles de vie, un contexte historique et une expérience migratoire différents. Les continuités entre générations existent bel et bien : toutes deux ont activement contribué à altérer la structure sociale traditionnelle. Pourtant les deux générations se distinguent par la manière dont elles gèrent les fruits de leur travail d'émigrés. Pour des raisons dont nous parlerons plus loin, les membres de la première génération ont préféré revenir et vivre de la terre tandis que ceux de la deuxième ont une relation plus complexe à la fois avec leur communauté d'origine (leur homeland) et avec les centres urbains français dans lesquels ils ont gagné leurs revenus. Un troisième groupe d'individus, qui n'ont pas choisi de s'expatrier, ne font pas partie d'une cohorte au sens où on l'entend ci-dessus ; ces individus viennent de milieux sociaux et de groupes d'âge variés. Ils sont représentatifs du reste de la communauté non directement concernée par l'émigration. Ils sont, dans un certain sens, spectateurs de l'expérience migratoire, bien qu'ils soient profondément affectés par elle.

Cohorte du groupe N° 1 : La première génération

  • 3 Tous les noms des individus et des hameaux ont été changés pour garantir l'anonymat.

9a) Ze Verão3 était un homme d'environ soixante ans, venant du village de Ponte de Lima. Condamné dès sa naissance à devenir métayer, il n'a pourtant jamais pu avoir accès à la terre. Son père a abandonné sa famille alors qu'il était encore bébé. Enfant, Ze Verâo a été obligé d'entrer dans les rangs des travailleurs du secteur informel ; il est devenu serviteur d'un patron riche et abusif. Jeune homme, il a commencé à émigrer vers les centres urbains locaux, à la recherche de travail. Comme beaucoup d'autres, il a émigré illégalement en France pour travailler pendant des décennies dans les usines de villes comme Paris. Aujourd'hui, Ze Verão est rentré dans son village natal. "Graças a Deus, je ne suis peut-être pas millionnaire mais j'ai tout : ma santé, ma famille et de la terre. Sans la France, je n'aurais rien", dit-il.

10b) Lors de notre entrevue, Manuelinho de Santa Veronica, un hameau du haut de la montagne, m'a raconté les difficultés rencontrées par les individus nés dans des régions très reculées. Une route lie ce hameau au reste du monde depuis trois ans seulement. Les enfants devaient auparavant marcher deux kilomètres pour aller à l'école primaire et la seule école secondaire qui existe se trouve au bas de la montagne, dans le centre du village voisin. Alors que la vue du haut de la montagne est magnifique, affirme Manuelinho, la vie à Santa Veronica est loin de l'être. Une personne de là-haut a pour seuls choix de travailler la terre ou de partir. Travailler la terre s'avère difficile. Seul, le seigle pousse sur cette montagne et les autres denrées régionales, telles que le maïs ou le raisin, ne peuvent être cultivées à cette altitude. La terre est rare ; Manuelinho avait cinq autres frères et sœurs ; ses chances d'acquérir assez de terre pour élever une famille étaient minces. Manuelinho et l'un de ses frères ont émigré illégalement en France dans les années soixante. Sa sœur n'a pas eu cette opportunité parce qu'elle était une femme. Les femmes émigrent habituellement avec leur mari. Quand Manuelinho et son frère sont revenus à Santa Veronica, ils ont construit de grandes maisons qui sont les premières que l'on voit en entrant à pied dans le village. Ils sont fiers d'avoir pu construire de nouvelles maisons malgré le peu d'opportunités que leur offrait l'endroit où ils sont nés.

11c) Ana da Natas a été la première à me saluer quand je suis entrée dans le village, près de Guimaraes. Centre textile du Portugal, Guimaraes est situé à 6 kilomètres de chez elle et, avec le temps, cette ville a offert diverses opportunités de travail aux habitants du village. Néanmoins, m'a déclaré Ana, beaucoup de gens ont choisi d'émigrer illégalement, et plus récemment légalement, vers la France, à cause de la concentration de la propriété de la terre. Tous les enfants de la famille d'Ana (deux filles et deux garçons) ont émigré vers l'Europe centrale. Autrefois, a-t-elle expliqué, les gens avaient le choix entre un destin de métayer ou de journalier : ils ne pouvaient être que paysans sans terre. Il y avait très peu d'émigration, celle-ci étant illégale sous peine de prison.

"Salazar et les capitalistes nous exploitaient. Ils nous empêchaient de nous installer dans les villes voisines. Il y avait beaucoup de disette, les gens devaient travailler toute une journée juste pour manger. Il y avait beaucoup de pauvres et très peu de riches. Maintenant, grâce à l'émigration, il n'y a plus de pauvreté comme autrefois. Les riches ne sont plus si riches. Avant, on recevait 27 escudos par jour et travailler voulait dire trimer jusqu'à l'apparition des étoiles. La première fois que mon mari est parti pour l'étranger, il est allé à pied jusqu'à la frontière française. Ça lui a pris vingt jours pour y arriver. C'était en 1962. Quand moi j'y suis allée, il y a 12 ans, j'ai pu prendre le train. En ce temps-là, la pauvreté était partout : rien à manger, même pas du pain, pas d'école, pas d'électricité, pas de joie. Grâce à Dieu, ces temps sont derrière nous".

12d) Alberto est resté en France durant 27 ans. Maintenant il vit avec sa femme dans un petit village près de Melgaço. Ses deux frères ont aussi émigré en France. Ils ont tous deux récemment construit des maisons au village. La femme d'Alberto est toujours restée au Portugal pour maintenir les terres et le ménage. Elle a élevé leurs enfants sans lui, pour ainsi dire. Alberto, comme beaucoup d'autres au village, revenait chaque année. Chaque fois qu'il rentrait, il achetait un autre petit lopin de terre pour accroître sa participation à la vie économique du village et assurer ses vieux jours et ceux de sa femme.

"J'étais journalier. Je travaillais là où on m'engageait. Chaque année, je rentrais, j'achetais un peu plus de terre et petit à petit j'ai acquis trente petites parcelles. Maintenant je suis propriétaire terrien".

13Les membres de cette première génération ont eu et ont toujours des expériences semblables. Ils viennent d'une classe paysanne sans terre. Ne posséder aucune terre implique des risques : celui de ne pas trouver de travail sur les terres des autres et celui de ne pouvoir manger. A miséria (temps de misère), s'est-on exclamé à maintes reprises pour décrire l'époque d'avant l'émigration, quand la pauvreté et la disette prévalaient dans cette région. Tous les gens avec lesquels j'ai discuté ont exprimé le désespoir et les frustrations qu'ils ont vécus pendant cette époque. L'expérience de l'émigration s'est soldée par la capacité d'acquérir de la terre et par une plus grande mobilité sociale.

Cohorte du groupe N° 2 : La deuxième génération

14La deuxième génération est constituée par des individus qui ont une expérience beaucoup plus complexe de l'émigration. Ils se distinguent de la première génération par le fait que ce sont leurs parents qui sont partis. Beaucoup ont grandi à l'étranger ; ils rentrent, néanmoins, chaque année au village. Leur identité est plus complexe que celle de leurs parents : ils sont le plus souvent citoyens et/ou résidents de deux pays et parlent le portugais aussi bien que la langue de leur pays d'accueil. La plupart du temps, ils ne désirent pas spécialement revenir au Portugal, mais ils le font parce que les opportunités économiques y sont de plus en plus prometteuses. La caractéristique la plus marquante de ces individus réside dans leur très grande flexibilité : ils ne sont pas seulement bilingues, mais aussi, le plus souvent, biculturels.

15a) Maria-Rosa est une émigrante de la deuxième génération. Ses parents l'ont emmenée en terre d'accueil quand elle était petite. Elle y a été partiellement éduquée et a commencé à travailler dès qu'elle a eu l'âge requis. Après neuf ans passés en France, elle est rentrée définitivement au Portugal. Elle a maintenant dépassé la trentaine. Son mari travaille toujours à Paris et y vit depuis quatre ans sans sa femme. Maria-Rosa a travaillé comme bonne et comme femme de ménage dans des établissements publics, près de Saint-Germain. Elle faisait des journées de 8 à 9 heures. Actuellement, la plupart des femmes, affirme-t-elle, aimeraient émigrer : elles ont les contacts de leurs parents et peuvent gagner beaucoup plus à l'étranger. Par ailleurs, le travail agricole, au village, est plus dur que tous les travaux qu'elle a faits en France.

16b) Marcelo a 34 ans et deux enfants. Sa femme et lui gèrent aujourd'hui un café-restaurant. Ils ont émigré en France de 1972 à 1986. Pendant qu'il était à l'étranger, Marcello a travaillé dans le bâtiment, ici et là, où il pouvait gagner le plus. Sa femme, comme Maria-Rosa, travaillait comme domestique. Ses expériences en tant qu'émigrant ont été, selon lui, très différentes de celles de ses parents. Eux, avaient émigré pour pouvoir acheter de la terre, une maison, des meubles et tout le reste... Marcello et sa femme ont soutenu que dans beaucoup de cas il est plus facile de trouver de l'embauche au Portugal. Il existe d'énormes problèmes de chômage en France, depuis un certain temps déjà. Marcello, comme beaucoup de gens de sa génération, était déjà conscient des changements qui allaient survenir avec l'avènement de l'Europe Unie. Le statut de migrant va disparaître dans les pays qui en font partie et les gens auront la possibilité de travailler et d'acheter de la terre là où ils voudront.

"Quant à moi, je préfère rester ici au Portugal. Nous verrons comment vont nos affaires. Peut-être que je retournerai là-bas un jour, s'il le faut, mais d'ici là j'ai ma terre, ma maison neuve et ma famille pour me retenir ici. "

17c) J'ai interviewé Ana et sa cousine dans un petit magasin. Ana est une émigrante de la deuxième génération, venue en visite pendant le mois d'août. Sa cousine n'a jamais émigré mais aimerait le faire dans l'avenir. Ana n'avait qu'un an quand ses parents l'ont emmenée en France. C'est là qu'elle a vécu, sauf lors de ses vacances pour lesquelles elle est toujours revenue au Portugal. Elle vivra, affirme-t-elle, toujours en France. La vie au Portugal est très différente et elle préfère la manière française de faire les choses. Ana est représentative de la plupart des Portugais qui ont été culturellement intégrés à la société française. Sa première langue est le français et elle parle portugais avec un fort accent.

18d) J'ai rencontré un émigrant de seconde génération qui est rentré au Portugal et fréquentait alors l'Université de Minho. Comme beaucoup dans le village, son père a pu prendre avantage de la proximité du centre industriel du textile de Guimaraes. Il a créé un petit commerce. Il achète et vend des vêtements. Jorge veut devenir ingénieur en informatique et, en attendant, aide son père au magasin. A sa connaissance, dit-il, les émigrants de la seconde génération, comme lui, ne sont pas intéressés à acheter de la terre. Ils sont beaucoup plus attirés par les cafés-restaurants et les petits commerces. C'est peut-être parce que, dans ce village-là, les anciens propriétaires terriens ont des réticences à vendre leurs terres même si beaucoup d'entre elles ne sont pas cultivées.

"La société, ici, a beaucoup changé. Principalement pour trois raisons : d'abord, parce que les émigrants imitent ce qui se fait en France ; ensuite, à cause de l'entrée du Portugal dans l'Europe Unie, qui a eu pour conséquence l'afflux d'argent dans des lieux dont les premiers besoins étaient de construire des routes et d'autres choses. Enfin et surtout, les moyens de communication tels que la télévision et le téléphone ont changé la mentalité des gens dans ce pays. "

19Pour comprendre cette seconde génération, il faut tenir compte de la grande diversité entre les individus qui la composent. Ils peuvent être considérés comme mobiles et même adaptables et flexibles dans les décisions qu'ils prennent. Ils témoignent tous d'une liberté de choix et de larges possibilités en ce qui concerne l'endroit où ils aimeraient vivre (ils ont des amis et de la famille dans les deux pays) et l'endroit où ils aimeraient recevoir une éducation ou prendre leur retraite. Ces choix n'étaient pas possibles pour leurs parents. Les émigrants de deuxième génération n'associent pas la terre à la sécurité et au statut ; ils ne considèrent pas l'acquisition de terre comme de première importance. En général, ils sont attirés par les petites entreprises commerciales. Il est intéressant de noter que cette génération a souvent déclaré que le Portugal offrait de plus grandes opportunités que la France en ce qui concerne l'éducation.

Les alternatives à l'émigration

20Les personnes de cette région qui n'ont pas émigré pourraient être divisées en trois catégories : le propriétaire terrien qui n'a pas eu de raisons économiques suffisantes pour partir ; le paysan sans terre qui, pour une raison ou une autre, n'a pas eu les moyens de s'en aller ; ou encore celui qui a pu travailler dans la région, sans dépendre de la terre. Je décrirai ici deux de ces différents styles de vie : un homme qui a été juge et une femme qui n'a pas émigré parce que son mari était handicapé physiquement.

21a) Le "Juge", comme on l'appelle à Refoios, m'a permis de mieux comprendre le processus de migration. Il a parlé des événements historiques qui ont abouti à l'émigration. Il connaît bien l'histoire des émigrants. Durant les premières vagues de départs, tous ont été forcés de quitter le village clandestinement. Tous étaient illégaux. Ce n'est qu'au temps de Marcelo Caetano (durant le déclin de Salazar) que les portes du Portugal ont commencé à s'ouvrir et que les gens ont pu émigrer plus librement.

22Le Juge venait d'une famille de propriétaires terriens. Avant l'émigration, m'a-t-il dit, son père était riche et possédait beaucoup de terres. Il ne possède plus maintenant que 20 hectares environ (ce qui demeure encore une assez grande propriété). Il a en effet vendu, durant les dernières années, des parcelles aux émigrants.

23Etant donné les réseaux de mariage et le mode de transmission de la terre, on comprendra aisément pourquoi celle-ci est restée aux mains de quelques-uns. Le Juge, quant à lui, a épousé une femme d'une petite ville voisine, Ponte de Lima. Les proches et les parents de celle-ci travaillent localement comme professeur, médecin ou avocat et sont donc d'origine sociale privilégiée. Ils n'ont jamais dû quitter la région. Le mariage entre le Juge et cette femme a été convenable puisqu'il était le fils unique d'un riche propriétaire terrien. Le Juge ayant décidé de pratiquer une profession libérale plutôt que de poursuivre les activités agricoles de son père et de son grand-père, il n'était dès lors plus nécessaire de garder de la terre dans la famille et on s'est mis à la vendre aux émigrants.

24b) Rosalina a été métayère toute sa vie. Elle regrette énormément de ne pas avoir émigré. Elle s'est soumise à l'habitude qu'une femme ne doit pas être plus mobile que son mari. Celui-ci a participé aux guerres coloniales des années soixante. En combattant, il s'est blessé une main au point de ne plus pouvoir s'en servir. La mère de Rosalina a essayé de dissuader sa fille de se marier avec lui, parce qu'il était handicapé et ne serait jamais capable de bien gagner sa vie. Mais Rosalina l'aimait beaucoup et l'a épousé malgré tout. Ses sept frères et leurs femmes, ainsi que les six frères de son mari ont émigré en France pour faire fortune. Rosalina a travaillé dur au Portugal, vivant durant les premiers vingt ans de son mariage dans une vieille maison de pierre sans électricité.

25Rosalina a fait de l'argent, pendant tout ce temps, en vendant de petites quantités de légumes. Elle a planté du maïs, des haricots et a élevé des vaches, des cochons et des poulets pour les vendre. Après des années de travail, Rosalina et son mari ont construit une maison. Ils ont passé toute leur vie à rassembler assez d'argent pour le faire et ce n'est toujours pas fini.

26Beaucoup de gens pensent qu'elle pourrait facilement obtenir de l'argent, puisqu'elle a de nombreux frères et sœurs qui sont revenus au village, après avoir émigré. Ceux-ci ont toujours réalisé que leur sœur était la moins chanceuse d'entre eux, mais ils ne lui ont jamais donné un sou. Ils sont, m'a-t-elle dit, très près de leur argent. Une fois, elle a emprunté l'équivalent de 100 dollars à l'une de ses sœurs pour finir de construire une partie de la maison. Celle-ci lui a demandé de rembourser durant l'année suivante et a même réclamé un intérêt mensuel.

"La vie n'a jamais été facile pour moi. Mais j'ai cinq beaux enfants et lorsque mes frères et sœurs me voient, ils savent que j'ai vécu de manière plus sainte qu'eux"

27Si je n'ai raconté que deux histoires en ce qui concerne les alternatives à l'émigration, c'est parce que je les crois exemplaires. Le juge n'a jamais eu besoin d'émigrer ; il a hérité de la richesse et de la sécurité dès sa naissance. Les autres propriétaires terriens, les autres personnes de profession libérale ou encore les prêtres font partie de la même catégorie que lui. Mais ils sont peu nombreux à être nés avec un tel statut et une telle sécurité dans la région de Minho.

28En revanche, le statut de Rosalina est semblable à celui de beaucoup d'autres habitants de la région. Elle aurait certainement émigré si son mari n'avait pas été handicapé. Son revenu et son budget dépendent de divers travaux du secteur informel aussi bien que du travail de son mari dans la petite industrie. Le travail agricole, pour la plupart des gens, s'accompagne d'autres travaux, comme la ferronnerie, la menuiserie, le travail journalier ou la vente des surplus agricoles sur le marché hebdomadaire.

29En conclusion, je crois que ces vies, comme elles ont été racontées, sont significatives des différences entre la première et la deuxième génération d'émigrants. Les recherches sur l'émigration dans cette région n'ont jamais mis en valeur cette distinction. Alors que la première génération d'émigrants exprime un grand intérêt pour la terre et la vie agricole, la deuxième génération est attirée surtout par le petit commerce, tels que les cafés et les magasins. Les individus qui la composent ont des possibilités de choix qui n'ont jamais existé pour leurs parents, par exemple pour leur éducation, leur profession et le pays où ils désirent s'installer.

30Cette différence entre les valeurs et les objectifs de la première et de la deuxième génération ne devrait pas être ignorée. Elle mérite une très grande attention de la part des législateurs et des chercheurs. Les personnes qui n'ont jamais émigré sont restées chez elles pour des raisons qui étaient indépendantes de leur volonté, comme Rosalina, ou parce que, nés dans un milieu privilégié, ils n'ont jamais eu besoin de le faire, comme le Juge, les prêtres ou les propriétaires terriens. Les villages qui ont eu peu d'émigration sont une exception rare dans le nord rural du Portugal.

Conclusion

31L'émigration, dans le Nord-Ouest du Portugal, ne devrait pas être considérée comme l'expression d'une crise. Ce phénomène a toujours existé et a permis d'équilibrer la population de la région qui, sans cela, serait surpeuplée. Durant la seconde moitié de notre siècle cependant, un nouveau processus de migration s'est développé et a eu pour conséquence le retour de nombreux émigrants dans les régions rurales du Portugal. Ces retours se sont manifestés de manières différentes. Les émigrants les plus vieux achètent des lopins de terre pour améliorer leur statut social et réduire les risques qu'ils associent au fait de ne pas posséder de la terre. Les émigrants de la seconde génération ont, eux, des opportunités que leurs parents n'ont jamais eues. Ils sont en effet bilingues et biculturels et ont une mobilité et une souplesse à la fois dans le choix de leur profession et dans celui de leur style de vie. Quant à ceux qui n'ont jamais été impliqués dans le processus de migration, ils en ont malgré tout été affectés d'une autre manière.

32Si l'on considère, plus largement, les changements définitifs que ces migrations ont apportés dans les campagnes portugaises, il ne faut pas voir ces déplacements seulement comme l'expression d'une situation de crise mais comme une réponse dynamique de ceux qui veulent améliorer leurs chances de qualité de vie.

Bibliography

Acheson Julianna
1989 Putting Rungs on the Ladder, Portuguese Emigration, Return Migration and the Restructuring of Portuguese Rural Society, M.A. Thesis. Ann Arbor, Michigan: University Press.

Bentley, Jeffery W.
1986 Ethnographie Study of a Rural Parish in Northwest Portugal Ann Arbor, Ml: University Microfilms International.

Besteman, Catherine
1987 Male Outmigration and Female Farmers in Portugal: Televisions or Tractors". Paper presented at Annual Meetings of Society for Applied Anthropology in Oaxaca, Mexico.

Brettell, Caroline B.
1986 Men Who Migrate, Women Who Wait, Princeton, Princeton University Press.
1979 Emigration and its Implications for The Revolution in Northern Portugal, in Contemporary Portugal: The Revolution and its Antecedents by Lawrence S. Graham and Harry M. Makler. Austin: University of Texas Press.

Cutileiro Jose
1971 A Portuguese Rural Society , Oxford: Clarendon Press. Finan Timothy J.
1988 "Refoios Market Policy and Agricultural Development in Northwest Portugal", in Luso-American Development Foundation, In Press Luso-American Development Foundation.
1989 Agricultural Policy and the Development of Small-Farm Agriculture in Northwest Portugal, Department of Agricultural Economics, Instituto Superior de Agronomia, Universidade Tecnica de Lisboa.

O'Neill Brian
1987 Social Inequality in a Portuguese Hamlet, Cambridge, Cambridge University Press.

Pina-Cabral João de
1986 Sons of Adam Daughters of Eve, the Peasant Worldview of the Alto Minho, Oxford, Clarendon Press.

Rosaldo Renato
1980 llonqot Headhunting, 1883-1974, Stanford, CA, Stanford University Press.

Serrão Joel
1982 A Emigração Portuguesa, Lisboa, Livros Horizonte.

Smith M. Estellie
1990 Personal Communication, Annual Meeting for Society of Economie Anthropology, Apr. Tucson, AZ.
1974"Closing Up and Leaving Room: The Villages Emigrants Leave Behind", in Studies in European Society. (Journal suspended)

Thomas Eric Jean
1982 Immigrant Workers in Europe: Their Legal Status, France, The Unesco Press.

Tuan Yi-Fu
1977 Space and Place: The Perspective of Experience, Minneapolis, Ml, University of Minnesota Press.

Notes

1 D'après Serrão (1982:43), entre 1855 et 1960 le Brésil a reçu en moyenne 80% de tous les émigrants légaux sortant du Portugal.

2 Capitalisme e Emigraçao em Portugal par Almeida et Barreto (1976) qui suggèrent un taux plus bas d'émigration vers la France. Ceci peut être dû en grande partie au fait qu'ils n'ont pas pris en considération l'émigration clandestine avec la même importance que l'a fait Serrão.

3 Tous les noms des individus et des hameaux ont été changés pour garantir l'anonymat.

Author

Department of Anthropology, The University of Arizona, Tucson, U.S.A.

Juliette Michaelis (Translator)
This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search