Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Les effets d'une révolution

La dynamique des migrations internes à Cuba

Antonio J. Martinez Fuentes
Traduction de Noémi Favre

Texte intégral

1La mobilité a été à la base de l'évolution de l'homme et de la société humaine. Elle lui est pour ainsi dire inhérente. La sédentarisation, en revanche, apparaît comme un phénomène singulier et relativement récent dans l'histoire de l'humanité.

2De nos jours encore, il est parfois difficile d'expliquer les phénomènes migratoires et certains vont jusqu'à penser que les populations se déplacent sans cause logique ni raison. Mais il faut s'abstenir de toute appréciation superficielle et garder présent à l'esprit que la société est loin d'avoir résolu les problèmes qui, à travers les âges, ont été à l'origine des migrations.

3Cependant, bien que les migrations dans différents pays, et notamment les mouvements internes, présentent certaines similarités, ces phénomènes ne peuvent être compris sans la connaissance de la réalité historique, socio-économique, politique et culturelle de la société concernée, qui confère à chaque situation un caractère particulier.

4En présentant dans ce débat sur les migrations proches et temporaires et leur signification une analyse des migrations internes dans le contexte cubain, nous voudrions y apporter l'exemple d'un cas très particulier, celui d'un pays du Tiers Monde, en voie de développement, ayant subi ces trente dernières années des changements qui ont transformé de manière radicale sa structure politique, économique et sociale.

L'analyse des faits

5Les schémas typiques de migration interne de la plupart des pays du Tiers Monde se caractérisent par des flux importants de divers coins du pays vers la capitale d'une part, et de la campagne vers les villes d'autre part, le moteur principal étant l'espoir de milliers de pauvres d'accéder à une vie décente.

6Les disparités régionales dans le développement économique et, partant, dans les conditions de vie sont, en effet, le principal déterminant de ces mouvements de population.

7Cuba a réussi à influer sur la direction et l'intensité des flux migratoires internes grâce à une conception nouvelle de l'aménagement du territoire, dont l'objectif est la mise en valeur optimale des ressources naturelles et une distribution rationnelle des activités économiques.

Figure 1. Carte de Cuba

Figure 1. Carte de Cuba

8A Cuba, la migration interne s'est considérablement modifiée à partir du triomphe de la révolution de 1959. Avant cette date, son schéma migratoire était très semblable à celui des pays à économie néo-coloniale et dépendante. Autrement dit, le comportement du mouvement interne reflétait les contradictions internes et externes de la structure économique.

9Le recensement de 1953 permet de faire le bilan d'une époque. Les informations recueillies peuvent s'appliquer aux cinq premières décennies de ce siècle. Deux des six provinces de l'ancienne division politico-administrative étaient les principales réceptrices : La Havane, la capitale, située dans l'ouest du pays, et Camagüey, dans la région centre-est. Leur taux de migration interne contrastait fortement avec ceux des autres provinces (tableau 1-a).

  • 1 Selon l'ancienne division politico-administrative.

Tableau 1-a : Migration interne selon le recensement de 1953 (chiffres absolus)1

Tableau 1-a : Migration interne selon le recensement de 1953 (chiffres absolus)1

1) Taux net de migration : (solde migratoire/population native résidente) x 100.
2) indice de migration : (immigrants-émigrants/immig.+émig.) x 100.
Source : La Población de Cuba. Centre de Estudios Demográficos. Editorial iencias sociales. 1976.

10La province de Camagüey attirait et retenait les migrants en raison du développement de son industrie sucrière. Une grande partie d'entre eux étaient des saisonniers qui venaient y chercher un emploi pendant la récolte de la canne à sucre.

11La Havane, où étaient concentrées les principales activités économiques, administratives, culturelles, etc. était la province d'accueil par excellence.

12Ainsi, en 1959, Cuba se caractérisait par une profonde déformation structurelle de l'économie : répartition anarchique des forces productives naissantes à travers le territoire, dichotomie ville-campagne, disparité dans les établissements humains entre les régions occidentale et orientale.

13A cette époque, comme dans la presque totalité des pays sous-développés, la capitale était hypertrophiée. En 1958, La Havane absorbait 20,7 % de la population totale du pays et 60 % des migrants internes, avec un taux de croissance annuel parfois supérieur à 3,5 %.

14La Havane avait donc, à l'époque, un niveau de croissance économique et sociale incomparablement supérieur à celui du reste du pays, l'écart avec la région orientale étant particulièrement frappant (Pérez Rojas 1979). Cela se traduisait par une plus forte urbanisation, de meilleurs revenus, un plus haut degré d'éducation et, par conséquent, un niveau de vie plus élevé, de sorte qu'elle constituait, comme nous l'avons dit, le principal pôle d'attraction de la migration interne. Cependant, l'hypertrophie du développement urbain de la capitale avait entraîné, parmi d'autres conséquences négatives, la prolifération des bidonvilles.

15Les deux autres provinces occidentales (Pinar del Río et Matanzas) connaissaient un important exode migratoire vers La Havane (Tableau lb, c, d). L'ancienne province centrale de Las Villas était un important centre de dispersion démographique et l'extrémité est de l'île enregistrait des taux de migration interne négatifs.

16

  • 2 Ancienne division politico-administrative

Tableau 1-b : Taux et indices de migration interne. 1965 et 1968.2

Tableau 1-b : Taux et indices de migration interne. 1965 et 1968.2

1) Taux net : (solde migratoire/pop. native résidente) x 1000
2) Indice : (immigrants-émigrants/immig.+émig.) x 1000
Source : La Población de Cuba. Centre de Estudios Demográficos. Editorial Ciencias Sociales. 1976.

  • 3 Nombre de migrants pour mille habitants

Tableau 1-c : Taux brut. Solde migratoire interne, estimation par province3, selon l'ancienne division politico-administrative

Tableau 1-c : Taux brut. Solde migratoire interne, estimation par province3, selon l'ancienne division politico-administrative

Source : Las migraciones interprovinciales según el censo de 1970. Comité Estatal de Estadísticas. 1978.

Tableau 1-d : Taux de migration interne nette par province (en pour mille), selon l'actuelle division politico-administrative

Tableau 1-d : Taux de migration interne nette par province (en pour mille), selon l'actuelle division politico-administrative

Sources: *) Anuario Demográfico de Cuba. Comité Estatal de Estadística. 1979.
**) Anuario Estadistico de Cuba. Comité Estatal de Estadística. 1988.

17A partir de 1959, les migrations internes commencent à changer d'intensité et aussi de direction. De nouveaux flux surgissent et les motivations des migrants ne sont plus les mêmes.

18La disparition rapide du chômage et la généralisation de l'enseignement, avec le regroupement des élèves de régions éloignées dans des internats situés dans les villes principales, a pour effet de briser la fixation de la population rurale dans des zones inhospitalières. Ayant soudain la possibilité de trouver un emploi, celle-ci acquiert une plus grande mobilité. Elle a de nouvelles aspirations et recherche le mode de vie urbain. C'est ainsi que les premières années, après 1959, sont marquées par l'émigration rurale.

19Les variations observées dans les flux migratoires internes montrent que, pour la première fois, la capitale a des soldes migratoires différents en relation avec les autres territoires. L'attraction qu'elle exerçait sur les populations de Matanzas et de Pinar del Rio diminue. De nouveaux pôles d'attraction absorbe une partie de la migration interne, qui n'a plus pour première destination la capitale.

20Le recensement de 1981 enregistre des taux de migration interne positifs dans les provinces suivantes, par ordre décroissant : Ile de la jeunesse, Camaguey, Ciego de Avila, La Havane, La Havane-Ville et Matanzas. Les autres provinces possèdent des taux nets de migration négatifs, notamment les provinces orientales. Cienfuegos, au centre, a un échange migratoire équilibré. Cependant, la même source permet de voir que la plus grande intensité relative de la migration interne a encore pour lieu de destination les provinces de La Havane-Ville et de Camagüey.

21Morejón Seijas et al. (1988) ont réalisé une intéressante analyse en étudiant la migration interne à une plus petite échelle, au niveau municipal. Les auteurs montrent que les municipalités qualifiées d'émettrices sont proches ou contiguës des chefs-lieux de province (centres récepteurs), qui ont enregistré un plus grand développement socio-économique.

22D'autre part, on constate que les caractéristiques du processus d'urbanisation à Cuba favorisent actuellement les provinces les moins urbanisées. La population urbaine s'accroît en raison de la diminution en valeur absolue de la population rurale dispersée, du fait que de nombreuses zones définies autrefois comme rurales sont classées aujourd'hui parmi les zones urbaines en raison des particularités de leur mode de vie (Tableau 2).

23

Tableau 2 : Facteurs déterminants dans le processus d'urbanisation à Cuba. 1958-1981.

Tableau 2 : Facteurs déterminants dans le processus d'urbanisation à Cuba. 1958-1981.

*) Zones qui étaient rurales en 1958 et sont urbaines en 1981.
Sources : Asentamientos humanos y migration de la población cubana en la eslralegía para el desar-rollo. Rodríguez Cervantes, M., S. Baroni Bassoni et C. Garci'a Pleyân. Centra de Estudios Demográficos. Universidad de La Habana. 1988.

24Ainsi, la principale caractéristique du processus d'urbanisation cubain réside dans la concentration de la population dispersée dans de petites localités et l'absorption de l'exode rural dans des localités de dimension moyenne. C'est par ce moyen qu'on est parvenu à diminuer la croissance de la population dans la capitale, avec pour conséquence la stabilisation de son niveau de migration interne, alors que, parallèlement, les fonctions urbaines des chefs-lieux de provinces étaient renforcées.

25A Cuba, la répartition de la population et les courants migratoires internes se modifient sous l'influence des mesures de planification du développement régional, qui visent à la diminution des disparités socio-économiques régionales, et, par voie de conséquence, à la diffusion des conditions de vie qui, avant 1959, prévalaient dans la région occidentale de Cuba.

26Toutefois, les tendances migratoires actuelles témoignent de l'attraction que continuent d'exercer les zones de plus grand développement économique. Ce flux est stimulé par la présence de parents et d'amis et par des habitudes profondément enracinées dans la population, mais aussi par le taux de natalité élevé qui, dans certaines régions, provoque un excédent démographique naturel parmi la population active (Morejón Seijas et al. 1988).

27Une politique adéquate de développement économique et social régional devrait permettre d'atténuer peu à peu les disparités régionales des conditions de vie et de modifier les tendances de la migration interne et la nature des processus de redistribution de la population. Il semble que le nombre de migrants devrait augmenter si les conditions d'établissement apparaissent avantageuses.

28Les processus migratoires internes doivent créer les bases nécessaires à l'amélioration des conditions de travail et des revenus, à l'élévation du niveau de connaissances, ainsi que de la qualité de la vie. A l'heure actuelle, le développement professionnel et la mobilité sociale sont à la fois conséquence et cause de la migration interne. Cette situation contraste avec l'époque où les populations migraient pour chercher du travail afin de s'assurer le minimum vital.

Bibliographie

Centro de Estudios Demografïcos
1976 La población de Cuba, Editorial de Cièncias Sociales. La Habana. 236 pp. 

Comite Estatal de Estadisticas
1978 Las migraciones interprovinciales según el censo de 1970. 78 pp. Anuario Demográfíco de Cuba. 1979 Anuario Estadístico de Cuba. 1988.

Morejon Seijas B., Rodriguez Cervantes M., Erviti Diaz B., Sotto Roque Y. M.
1988 Patrones de migración interna y Distribución espacial de la población y condiciones de vida. In Interrelaciones entre desarrollo y poblaciôn. Tome II. Centro de Estudios Demográficos, Universidad de La Habana.

Perez Rojas N.
1988 Características sociodemográficas de la familia cubana. 1953-1970. Editorial Ciencias Sociales. Ciudad de La Habana, 69 pp. 

Rodriguez Cervantes M., Baroni Bassoni S., Garcia Pleyan C.
1988 Asentamientos humanos y migraciôn interna de la poblaciôn cubana en la estrategia para el desarrollo. In Ensayos sobre asentamientos humanos, urbanización y migraciones internas en Cuba. Centro de Estudios Demográficos. Universidad de La Habana. 155 pp. 

Notes de fin

1 Selon l'ancienne division politico-administrative.

2 Ancienne division politico-administrative

3 Nombre de migrants pour mille habitants

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de Cuba
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 1-a : Migration interne selon le recensement de 1953 (chiffres absolus)1
Légende 1) Taux net de migration : (solde migratoire/population native résidente) x 100.2) indice de migration : (immigrants-émigrants/immig.+émig.) x 100.Source : La Población de Cuba. Centre de Estudios Demográficos. Editorial iencias sociales. 1976.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 1-b : Taux et indices de migration interne. 1965 et 1968.2
Légende 1) Taux net : (solde migratoire/pop. native résidente) x 10002) Indice : (immigrants-émigrants/immig.+émig.) x 1000 Source : La Población de Cuba. Centre de Estudios Demográficos. Editorial Ciencias Sociales. 1976.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 1-c : Taux brut. Solde migratoire interne, estimation par province3, selon l'ancienne division politico-administrative
Légende Source : Las migraciones interprovinciales según el censo de 1970. Comité Estatal de Estadísticas. 1978.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 1-d : Taux de migration interne nette par province (en pour mille), selon l'actuelle division politico-administrative
Légende Sources: *) Anuario Demográfico de Cuba. Comité Estatal de Estadística. 1979.**) Anuario Estadistico de Cuba. Comité Estatal de Estadística. 1988.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 2 : Facteurs déterminants dans le processus d'urbanisation à Cuba. 1958-1981.
Légende *) Zones qui étaient rurales en 1958 et sont urbaines en 1981.Sources : Asentamientos humanos y migration de la población cubana en la eslralegía para el desar-rollo. Rodríguez Cervantes, M., S. Baroni Bassoni et C. Garci'a Pleyân. Centra de Estudios Demográficos. Universidad de La Habana. 1988.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

anthropologue, Facultad de Biologia, Universidad de La Habana, Cuba

Noémi Favre (Traducteur)
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search