Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Migration et système complexe

Le cas du Sénégal

Fabienne Leloup

Texte intégral

1Au Sénégal, les migrations ont de tout temps redéfini les structures de population. Migrations alimentaires ou politiques, au gré des récoltes ou des empires. Un phénomène nouveau cependant a marqué les mouvements de population du xxe siècle : la monétisation de l'économie. Emigration vers les terres fertiles du Bassin de l'Arachide, exode rural vers Dakar, départ vers la métropole française ... Autant de flux suscités par la modernisation de l'économie mais aussi – et surtout – tributaires de traditions, de préférences, inhérentes à la communauté ethnique, au village ou au comportement individuel. En effet, le facteur économique, la contrainte écologique, la pression démographique n'expliquent pas tout. Les migrations constituent un phénomène complexe qui favorisent l'utilisation d'une approche multidisciplinaire et systémique.

Compréhension des mouvements

2Lorsqu'un chercheur décide d'analyser des mouvements de population, il peut se positionner de deux façons. Ou il pointe sa longue vue sur la population du dit pays à étudier (région, zone) du haut de la montagne avoisinante, ce qui pourrait se traduire scientifiquement par une approche macroscopique . Ou il se poste dans les rues, auprès des migrants potentiels, il les interrogent, il les sonde, ce qui pourrait correspondre à l'approche microscopique. En fait, ces deux démarches sont aussi essentielles, elles concernent le même phénomène et chacune apporte son pesant d'informations.

3L'analyse développée par Furcht et Maccheroni correspond à proprement parler à une approche de type microscopique. Appliquée au cas du Sénégal, elle y relève les comportements et caractéristiques propres à la situation locale et vise plus à une description du phénomène qu'à une compréhension plus globale ou générique.

Approche macroscopique du phénomène migratoire au Sénégal

4Les mouvements migratoires sont classiquement analysés en fonction de variables économiques ou socio-économiques, et plus spécifiquement, en fonction des différences de revenus et d'emplois. Ainsi, dans le cas des migrations interrégionales du Sénégal – notre cadre d'expérimentation – les variations régionales entre les revenus et les opportunités d'emplois peuvent constituer un des facteurs-clefs d'explication.

5Les revenus agricoles liés aux cultures de rente (essentiellement la culture de l'arachide) tendent à diminuer depuis une vingtaine d'années. L'épuisement des sols, la raréfaction des terres fertiles, les sécheresses ont diminué les rendements. D'autre part, la concurrence internationale, particulièrement en provenance des Etats-Unis, la substitution de la demande vers d'autres produits -comme le soja – ont fait baisser les prix mondiaux, et par là-même les revenus.

6D'un autre côté, les salaires procurés par les activités secondaires et tertiaires se sont accrus, grâce à de meilleures productivités, et grâce à l'auto-développement de ces secteurs. La localisation de ces activités principalement en ville a aussi contribué à leur amplification ; en effet, le coût de la vie étant supérieur en ville, les salaires doivent s'adapter à la hausse pour permettre un niveau de vie suffisant pour les citadins. Le marché de l'emploi est une notion plus floue dans les pays en développement. En effet, un secteur informel permet, spécialement en milieu urbain, de compenser un marché officiel trop rigide. D'un autre côté, les activités agricoles créent une demande saisonnière, ponctuée par les périodes de récolte.

7Les mouvements de navétans (saisonniers agricoles au Sénégal) ne sont pas pris en compte dans notre étude de migration, nos recherches portent en effet exclusivement sur les mouvements inter-régionaux permanents ou quasi-permanents, c'est-à-dire liés à un changement de résidence pendant une durée supérieure à six mois. La variation d'emplois reste malgré tout un facteur majeur des mouvements migratoires. D'une part, les activités nécessitant une qualification sont centralisées dans les régions urbaines : secteur public, industrie, services spécialisés ; d'autre part, les déficits agricoles suscitent des départs spécialement pour les fermiers non-propriétaires ou pour une partie des membres d'une même famille. Les données officielles d'emplois indiquent un chômage supérieur en milieu urbain (Cap-Vert, Diourbel, Thiès) tout en soulignant des tendances migratoires accrues vers ces régions. Au-delà de l'existence du secteur informel, d'autres impacts, d'autres facteurs doivent donc contribuer à ces flux.

8En fait ces différentiels économiques sont liés à des phénomènes plus globaux, qui influencent ces variations. La croissance démographique et l'environnement écologique constituent les deux composantes structurelles des processus migratoires du Sénégal. Les autorités politiques peuvent aussi influencer ces flux, par le biais de décisions politiques. Ces politiques peuvent viser à l'extrême à des déplacements policés de populations mais elles peuvent aussi se concrétiser dans le développement intégré d'une région ou d'une zone particulière. Le cas de la politique d'aménagement menée dans les "Terres Neuves" (région du Sénégal Oriental) peut être cité comme exemple.

9Abordons maintenant plus en détails les composantes écologiques et démographiques du phénomène migratoire. Le phénomène démographique se traduit par une double tendance. En milieu rural, la croissance excessive de la population provoque une compétition pour la possession et l'exploitation des terres et une surutilisation des sols. En milieu urbain, la poussée démographique crée une concurrence en matière de logement, de transport... D'un autre côté, plus positif, l'augmentation du niveau de population provoque une demande accrue en biens alimentaires, et à plus long terme, en biens manufacturés.

10Dans le cadre des mouvements migratoires, ce processus provoque un exode des campagnes vers les villes, où le niveau de surpopulation n'a pas encore provoqué de phénomène irréversible, ou à tout le moins de conséquences catastrophiques visibles. Liée donc à ce processus démographique, l'évolution de l'environnement peut également créer un contexte favorable à l'exode : terres épuisées (spécialement les terres du Bassin Arachidier au centre du pays), désertification (caractéristique de la région du Fleuve), sécheresse, ont appauvri les rendements agricoles, parfois de façon irréparable. Les différents projets publics de barrages ou d'irrigations, constituent des tentatives d'améliorations de ces situations, mais ils ne se sont pas encore traduits par un processus de retour des populations migrantes. La politique des Nouvelles Terres (situées dans la région du Sénégal Oriental) a certes attiré une partie des populations du Siné-Saloum mais n'a pas rencontré les objectifs escomptés de développement.

11Les mouvements migratoires entre les régions du Sénégal peuvent donc s'interpréter comme des réactions à des différences de revenus et d'opportunités d'emplois, différences provoquées et amplifiées par un contexte démographique et écologique défavorable. Cependant, ces seuls facteurs ne suffisent pas à expliquer l'ampleur des mouvements, la réaction mitigée de certains groupes ou de certaines communautés.

12Tous les habitants de la région du Fleuve ne sont pas partis, tous les exploitants arachidiers n'ont pas abandonné leurs terres. Il semble donc utile, maintenant, d'aborder le deuxième niveau d'explication : le niveau microscopique.

13Avant d'entamer cette deuxième partie, il nous semble nécessaire d'insérer quelques lignes sur un concept courant en analyse des migrations, le concept d'équilibre.

L'équilibre et le phénomène migratoire

14Souvent, ou plutôt classiquement, les mouvements de migration sont entendus comme des réactions à des situations de déséquilibre entre régions (pays, zones). Une région va par exemple offrir des niveaux de revenus supérieurs à toutes les autres régions. Les flux de populations vont amoindrir puis effacer ces variations : les migrants attirés par ces revenus supplémentaires vont y créer une offre de main-d'œuvre supérieure, dès lors les salaires vont baisser et la migration cessera quand le surplus de revenus ne couvrira plus les coûts (quantitatifs et qualitatifs) du déplacement.

15En fait, aucun processus d'équilibre n'est applicable : les migrations créent en général un afflux supérieur aux besoins (paradoxe de Todaro), mais surtout l'ensemble du système n'est pas fixe : les opportunités d'emploi ou de revenus évoluent et la perspective d'équilibre se retrouve comparable à une ligne d'horizon inaccessible ! De plus, par leur évolution, les variables socio-économiques induisent des effets cumulatifs : un flux d'immigration important amplifie le niveau de population non seulement par le nombre de migrants mais aussi via le taux de croissance appliqué à ce nombre, il induit aussi une demande économique supérieure, une offre de main-d'œuvre accrue. L'évolution est bien non-linéaire.

16Enfin, comme les comportements migratoires sont basés sur des comportements humains, ils ne peuvent être agrégés en un comportement unique, homogène. Ce dernier aspect nous renvoie à l'approche microscopique.

Approche microscopique des mouvements migratoires au Sénégal

17Tous les Sénégalais ne vivent pas à Dakar, cela semble évident. Mais, de façon plus précise, tous les habitants d'une région en difficulté ne décident pas d'émigrer vers une région plus prospère. Comment expliquer, comment saisir ces différences de décisions ?

18A un niveau extrême, chaque individu constitue une composante particulière du phénomène. Chaque individu agit selon ses propres préférences, ses goûts, et son histoire. Mais aucune analyse, aussi détaillée soit-elle, ne peut "descendre" jusqu'à ce niveau d'individualités. Par contre, des comportements peuvent être regroupés car similaires : certaines populations sont perçues comme plus "mobiles", des communautés peuvent être plus "innovatrices", d'autres plus "conservatrices"...

19Ce niveau de désagrégation, même sommaire, est essentiel à une compréhension réelle du phénomène de migration, comme il est essentiel à la compréhension de tout phénomène humain. En effet, considérer une population comme homogène, parfaitement rationnelle et parfaitement informée fonde l'analyse sur des comportements moyens, non réels. Les études limitées au niveau macroscopique reposent sur cette hypothèse : elles supposent que toutes les populations concernées par le phénomène réagiront de la même façon – en l'occurrence, chaque Sénégalais réagit de la même façon à un différentiel de salaires. En fait, même s'il s'avère impossible de désagréger les comportements jusqu'au niveau de l'individu, un grand nombre d'informations essentielles se dégageront déjà d'une analyse par groupes, par communautés.

  • 1 Dans une recherche consacrée à la pêche en Nova-Scotia (Canada), P.M. Allen et son équipe dégagèren (...)

20La division de base pourrait simplement être une division en deux sous-groupes : les pionniers et les conservateurs ou selon une terminologie utilisée dans un autre contexte les stochastiques et les rationnels.1 Dans notre cas, les pionniers consisteraient en populations plus promptes à réagir à de nouvelles opportunités, plus aptes au risque. Les conservateurs ne réagiraient que face à une situation très difficile dans leur région d'origine ou face à des circonstances particulièrement avantageuses dans la région de destination. Déjà l'utilisation de cette simple dichotomie permettrait d'intégrer un degré supérieur dans la complexité des réactions analysées, et ce grâce au jeu des interactions et des relations entre variables.

21Dans le cas du Sénégal, une désagrégation plus exhaustive consiste à traiter avec les comportements des principales ethnies. En effet, l'appartenance à une ethnie, spécifiquement dans des pays tels que le Sénégal, est un élément déterminant dans l'étude des attitudes ; elle induit souvent une origine spatiale, un type d'activité et, même si aujourd'hui le mode de vie urbain tend à uniformiser les comportements, elle persiste comme une composante principale des personnalités. Plusieurs exemples de cette unité ethnique peuvent être trouvés dans l'histoire des migrations sénégalaises (voir carte des régions).

Carte du Sénégal

Carte du Sénégal

Note : nouvelle division administrative : Casamance : Ziguinchor et Kolda Siné-saloum : Kaolack et Fatick. (Ethnies principales)

22Ainsi l'attractivité manifestée par le Bassin Arachidier a suscité des conduites très différentes selon les populations avoisinantes. Les premières migrations sont venues de la région du Fleuve et plus spécifiquement de la communauté Wolof. Cette ethnie était animée par les Mourides, fraternité islamique connue pour ces incitations à l'innovation, au travail de la terre, à la modernité. Les marabouts y jouaient en plus de leur rôle spirituel le rôle de gestionnaires et de banquiers. Les Wolof ont donc été les premiers à réagir face aux espérances de rendement suscitées par la culture de l'arachide, en comparaison avec les entraves agricoles qui caractérisaient leur région d'origine.

23Les Toucouleur constituaient également une ethnie importante de la région du Fleuve Sénégal. Cependant, la limitation des ressources locales ne les a pas amenés vers les terres du Siné-Saloum, de Diourbel ou de Louga. Ils ont préféré migrer majoritairement vers la ville de Dakar. Cette tendance peut en partie s'expliquer par leurs activités traditionnelles liées au commerce, ce qui les a poussés vers le secteur tertiaire urbain, en lieu et place de l'exploitation de nouvelles terres.

24Les mouvements décrits ci-dessus ont caractérisé les années 1940/1950. Plus récemment, les politiques publiques d'aménagement des Nouvelles Terres (dans la région du Sénégal Oriental) ont ouvert de nouvelles opportunités pour les agriculteurs des terres devenues moins fertiles du Bassin Arachidier. De nouveau, les migrations engendrées par ces nouvelles opportunités agricoles ont été différentes selon les ethnies ou les communautés intéressées.

25Les Wolof exploitent leurs terres de façon intensive, dès lors les sols qu'ils ont consacrés à l'arachide dans le Bassin ont très vite induit des problèmes d'épuisement et de rendements décroissants. Aidés par leurs croyances dans les vertus de l'innovation et de l'entreprise, ils ont assez rapidement répondu aux opportunités des Nouvelles Terres.

26D'un autre côté, les Serer utilisent des techniques mixtes d'exploitation : usage de jachères, élevage et pêche pour des revenus complémentaires. Les terres qu'ils exploitent se sont ainsi épuisées plus lentement. Malgré tout, les niveaux de rendements décroissants ont fini par atteindre également leurs exploitations. Bien que peu mobiles, les Serer ont néanmoins aussi contribué aux mouvements vers les Nouvelles Terres. Cette réaction a été favorisée par le fait que les ancêtres des Serer provenaient de ces régions, les migrations pouvant donc être considérées comme une sorte de "retour aux sources".

27Ces quelques exemples permettent d'illustrer la nécessité d'une analyse pluri-comportementale, lorsque des phénomènes humains sont étudiés.

28Il nous reste maintenant à "construire" une explication intégrée des phénomènes de migration, intégrée tant sur le plan des facteurs macroscopiques que des composantes microscopiques (ou comportementales).

Compréhension et gestion du phénomène migratoire

29Après avoir précisé les facteurs explicatifs et les différents comportements du phénomène migratoire, il nous faudra intégrer ces éléments dans une structure globale.

30La figure 1 nous permet de visualiser le réseau de relations et de variables envisagé dans le cadre de notre modèle. Il présente un réseau réduit à deux régions sans développer outre mesure les variables non directement liées au phénomène de migration. En fait notre modèle est un modèle spatial – interrégional – et fait partie intégrante du modèle global Sénégal ; les variables emploi et production y sont plus développées que dans la vision simpliste proposée dans la figure.

31Donc, comme la première partie le laissait déjà supposer, les facteurs et les comportements n'interviennent pas de façon isolée. Ils forment un tout, ils s'influencent réciproquement.

32Un déficit écologique crée une situation économique difficile, un surplus de population accroît la pression sur le sol mais augmente aussi et l'offre de main-d'œuvre et la demande de biens alimentaires. Face à ces composantes macroscopiques, les comportements "individuels" – ou dans notre cas ethniques – s'insèrent dans ce contexte économico-socio-écologique et sont en fait à l'origine de ces phénomènes.

33Une approche systémique va permettre d'intégrer les variables retenues mais aussi les liens qui les unissent. Cette approche incorpore des éléments à la fois macro et micro. Elle permet aussi – et c'est un élément crucial dans tout essai de gestion – d'aborder à la fois le court, le moyen et le long terme. En effet, une conséquence sur l'écosystème, une variation dans le niveau de la population ou encore une diminution du prix de l'arachide sont autant d'éléments susceptibles de provoquer des migrations, pourtant ils induiront leurs effets à des échéances différentes.

34La calibration du modèle développé couvre la situation du Sénégal entre 1979 et 1988, dates de deux recensements nationaux. La décomposition régionale se base sur la division administrative du pays en 10 régions. Les secteurs économiques sont désagrégés en secteur agricole intensif ou extensif, élevage, pêche, industrie, services et secteur public. Le phénomène de migration est principalement analysé pour la population du deuxième groupe d'âge (qui correspond à la population active) par souci de simplicité. Le facteur ethnique est pris en compte sous la forme d'un taux de mobilité. Ce taux traduit le caractère plus ou moins mobile de l'ethnie en question. Il est appliqué à la population régionale.

Figure n° 1 : réseau de variables pour une migration bi-régionale

Figure n° 1 : réseau de variables pour une migration bi-régionale

NOTE : la répartition de la population en 3 sous-groupes fait référence à la désagrégation par âge, une subdivision supplémentaire inclue dans le modèle concerne l'appartenance à une ethnie.

35Grâce à l'analyse systémique de ces éléments dans une même structure, chacun des impacts représentés pourra être pris en compte.

36Si l'étude des mouvements de migration est destinée non seulement à la compréhension des tendances passées et actuelles, mais aussi au développement d'un outil de gestion de politiques possibles – ce qui est en fait l'objectif de notre recherche – il s'avère nécessaire d'obtenir une structure, un système de variables assez souple pour pouvoir intégrer les fluctuations de l'avenir, ses aléas, ses évolutions.

37Sans doute peut-il être opportun ici de souligner la différence fondamentale qui existe entre un modèle de compréhension -comme celui que nous nous proposons de développer – et un modèle de prévision. Le second type de modèle utilise les tendances passées et actuelles des variables étudiées. Grâce à celles-ci, le modèle construit une structure fixe basée sur le passé et sur la continuation de ces tendances à l'avenir. La structure dégagée sera utilisée pour prévoir les valeurs futures des variables, pour une structure donnée. Cette approche appréhende donc les évolutions déterministes (et essentiellement à court terme).

38A l'opposé, un modèle basé sur la compréhension du système vise avant tout à démonter les relations entre les variables du système étudié. Et, à partir de cet ensemble, il offre une illustration de telle ou telle évolution, relative soit à une variable, soit à un paramètre, soit enfin à un événement extérieur ou même aléatoire.

39Le modèle se doit d'être flexible afin de pouvoir intégrer ces variations. Dans notre cas, le modèle appréhende le présent comme un présent possible, c'est-à-dire comme la combinaison d'un ensemble de variables et de paramètres possible, mais cet ensemble aurait pu donner naissance à d'autres évolutions : de même l'avenir peut être l'une ou l'autre des structures proposées, selon les changements et les circonstances rencontrées.

40Notre modèle d'analyse des migrations interrégionales s'avère donc une approche interactive et systémique, fondée sur la compréhension du phénomène et de son évolution.

41Il nous reste maintenant à présenter en quelques mots l'outil de gestion développé pour saisir la problématique des migrations, et au-delà, une nouvelle perspective d'outil d'aide à la décision.

Outil de gestion et aide à la décision

Structure de l'outil

42Le modèle développé est construit à partir d'équations, de différentielles et d'exponentielles, comme tout modèle mathématique. Le nombre de variables abordées, le nombre de relations intégrées résultent dans une structure qui pourrait sembler complexe. En fait, chaque relation, chaque équation est simple en soi. Il s'agit par exemple de l'évolution de la population d'une région :

43Exemple 1 :

la population évolue en fonction de son taux de naissance, de son taux de mortalité, de son taux de migration nette, ce qui se traduit par :
dPOP(i)/dt= POP(i)*(b-m) + Immig(i) – Emig(i)

44Exemple 2 :

les régions peuvent être comparées selon différents critères, le salaire moyen qu'elles fournissent, leur niveau d'infrastructure, la distance qui les séparent l'une de l'autre.., ce qui s'écrit mathématiquement :
attr(j,i)= exp(a*wage(i) + b*infra(i) + c*dist(i,j)
ou encore du terme d'attractivité qui traduit les avantages et les désavantages existant dans chacune des régions et perçus par les migrants potentiels.

45La complexité des résultats réside en fait dans l'interaction des variables, dans la perspective de dynamique spatiale et de structure systémique de l'ensemble des équations. Le niveau de migration influence le niveau de population, qui lui-même pèse sur le marché de la main-d'œuvre et sur le marché des biens et services, ce qui en retour peut faire varier les salaires et donc les migrations.

46Sans l'outil informatique, il serait tout à fait impossible d'aborder un tel niveau d'interrelations ; grâce à lui, des relations énoncées simplement permettent de traduire une bonne partie de la complexité du réel. De plus, la réalité est appréhendée dans sa complexité dynamique, c'est-à-dire en utilisant des équations non-linéaires qui permettent de générer l'évolution implicite au système.

Le modèle Sénégal (SENSIM)

47En fait, la compréhension du phénomène de migrations ne peut s'envisager dans un environnement limité aux questions de population et/ou de certains facteurs de répulsion ou d'attraction. L'économique est soumis à son influence ; de même l'écologique, le social. Dès lors, le modèle utilisé pour la problématique des migrations n'est pas "un modèle de migration" ; il fait partie d'une problématique plus générale consacrée au "modèle Sénégal". Il faut également noter que cet outil n'est pas destiné à une recherche "entre quatre murs" ; l'objectif premier du modèle étant bien de fournir un outil d'aide à la décision réellement utilisable par les gestionnaires et les preneurs de décision, tant en ce qui concerne la problématique des flux de populations que d'autres questions de développement.

48Dès lors, le jeu des équations a été intégré à un logiciel interactif. Ce logiciel pose des questions simples à son utilisateur (sur les données à analyser par exemple) mais surtout permet de tester différentes hypothèses d'évolution, différentes décisions politiques.

  • Quel est l'impact d'une politique de santé sur les niveaux de population et par là sur la structure des migrations ?

  • Si une augmentation de productivité agricole est notée dans une région (l'effet des barrages de la région du Fleuve par exemple), comment les populations de la région et des autres régions réagiront-elles ?

  • etc.

49L'objectif de notre recherche est donc de développer un outil de gestion interactif donc, flexible et facile d'accès. Un nouvel outil de gestion, un nouvel outil d'aide à la décision. Mais au-delà de cet outil, une nouvelle approche des problèmes humains se profile. L'évolution dynamique et spatiale, la complexité et la diversité de la réalité sont les concepts de base, qui génèrent ce type d'outil.

Notes

1 Dans une recherche consacrée à la pêche en Nova-Scotia (Canada), P.M. Allen et son équipe dégagèrent pour la première fois l'importance de cette différenciation. Les pêcheurs dits rationnels constituaient le gros des flottes, exploitant les bancs de poissons jusqu'à épuisement des stocks. Les pêcheurs dits stochastiques se définissaient par une recherche incessante de nouveaux bancs, plus poissonneux. Les premiers utilisaient les informations diffusées par les seconds, ces derniers connaissant des rendements plus aléatoires, parfois beaucoup plus importants, que les 'rationnels'. (Allen, P.J. and MacGlade, J.M., 1986, Dynamics of discovery and exploitation: the case of the scotian shelf ground-fish fisheries. Canadien Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, New York, pp. 1187-200). La survie de l'écosystème étudié, à la fois en ce qui concernait les population de poissons et les activités de pêche nécessitait l'existence conjointe de ces 2 comportements, (cf. Allen Peter).

Table des illustrations

Titre Carte du Sénégal
Légende Note : nouvelle division administrative : Casamance : Ziguinchor et Kolda Siné-saloum : Kaolack et Fatick. (Ethnies principales)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure n° 1 : réseau de variables pour une migration bi-régionale
Légende NOTE : la répartition de la population en 3 sous-groupes fait référence à la désagrégation par âge, une subdivision supplémentaire inclue dans le modèle concerne l'appartenance à une ethnie.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Economiste, Facultés universitaires catholiques de Mons, Belgique

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.