Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Emigration et système agricole au Sénégal

Quelques caractéristiques différentielles des migrations des aires rurales dans le Tiers Monde

Carlo Maccheroni

Texte intégral

1D'après le dernier rapport de la Banque Mondiale (1989) largement partagé par l'opinion des professionnels, les Africains de l'Afrique subsaharienne semblent aujourd'hui être aussi pauvres qu'ils l'étaient il y a environ trente ans, c'est-à-dire au moment de l'indépendance. De fait, après un moment initial de croissance, les économies locales, hormis quelques rares exceptions, sont passées d'une phase de stagnation à une phase de déclin, et les crises alimentaires – événements exceptionnels dans les années 1960 mais très fréquents pendant les dix dernières années – sont peut-être le symptôme le plus connu de cette situation.

  • 1 Pour ce qui concerne les effets sur l'évolution des comportements démographiques, voir P. Antoine, (...)

2Au seuil de l'an 2000, de nouveaux défis s'ajoutent malheureusement à ceux laissés ouverts par le passé : de nouveaux défis que le rapport identifie dans les problématiques liées à l'usure des institutions et à la crise de crédibilité du système public. Il apparaît également urgent de démarrer une approche plus efficace pour l'exploitation des technologies disponibles et pour en développer de nouvelles, ou encore, dans le cadre de la protection de l'environnement, pour réduire l'érosion du sol, la déforestation et la désertification, et enfin, mais là il s'agit d'un problème qui semble être une connotation générale du Tiers Monde, mettre un frein à la croissance de la population. En outre, au cours des dernières années, le taux d'urbanisation de l'Afrique subsaharienne est devenu le plus élevé du monde. Or, en l'absence de résultats économiques positifs à tous les niveaux, la concentration de la population dans les quelques rares aires urbaines – qui coïncident essentiellement avec les capitales – risque de transformer ces villes de pôles de développement et de modernisation1 en centres de déstabilisation.

3La crise actuelle dans laquelle se trouvent les pays africains est aggravée par un développement agricole insuffisant, et surtout par une offre interne qui n'a pas permis de faire face à la croissance démographique. L'agriculture est donc considérée comme un des points fondamentaux du développement pour les dix années à venir (Banque Mondiale, 1989) et, si d'un côté son rôle actuel en termes de PNB et de force de travail constitue un préliminaire favorable à son accroissement, d'un autre côté se profilent aussi dans ce domaine de nombreux problèmes sérieux, de la nécessité urgente d'accroître la productivité du sol à la redistribution spatiale de la population.

  • 2 Pour l'ensemble des questions abordées sur ce thème voir A. Furcht, C. Maccheroni, 1992.

4En particulier, les migrations rurales non seulement tendent à combler rapidement le retard avec lequel l'urbanisation se diffuse en Afrique, mais sont le reflet d'une dégradation sociale et économique des aires rurales. Toutefois, puisque la modernisation de l'agriculture sur laquelle les politiques de développement se basent ne sera sans doute pas en mesure de donner des résultats tangibles dans un avenir proche, la persistance des pressions migratoires risque d'affecter donc tant l'horizon que les objectifs de ces politiques. Un témoignage de l'importance du phénomène migratoire dans certains milieux ruraux et de sa diffusion étendue nous a été fourni par une récente expérience de recherche au Sénégal (CILSS, MDR, ENEA et IIA, 1991) dont nous présentons ici quelques résultats.2

Les deux zones : objet de l'enquête

5Dans l'économie rurale africaine, l'insuffisante ou inexistante disponibilité des ressources financières constitue un des plus importants obstacles au développement (D. Adams, D.H. Graham, 1984). Dans la zone sahélienne en particulier, la politique antérieure des gouvernements, qui visait à rendre disponibles, grâce entre autres à la coopération internationale, des formes particulières de crédits gérés par des instituts spécialisés, s'est révélée malheureusement un échec très coûteux. A la base de cet insuccès se trouve vraisemblablement le fait d'avoir effectué des interventions ayant comme but l'introduction massive de capitaux sans tenir compte des circuits financiers existants, et surtout sans encourager le potentiel d'accumulation et d'épargne, parfois même carrément en le pénalisant, alors que justement la mobilisation de l'épargne constitue une phase nécessaire à la répartition du crédit et représente un facteur irremplaçable pour son succès.

  • 3 Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel.
  • 4 Istituto Italo-Africano.

6Dans le cadre de la crise de ces dernières années, qui est aussi une crise financière, la mobilisation des ressources internes est apparue comme une des solutions les plus réalistes par rapport aux problèmes de l'agriculture. Mais pour pouvoir calibrer les nouvelles interventions, il est nécessaire en premier lieu d'approfondir la connaissance des mécanismes qui règlent l'épargne et le crédit à l'intérieur des communautés rurales. Puisque l'étude de ces problématiques rentre dans le cadre de la coopération en cours entre CILSS3 et IIA,4 il a été décidé d'entreprendre une première étude sur les transactions financières et sur les relations socio-économiques dans les communautés rurales. Le choix du pays où effectuer l'étude est tombé sur le Sénégal pour plusieurs considérations. Dans ce pays, il y a des zones dans lesquelles l'agriculture commerciale est développée et les marchés financiers ruraux complexes et actifs ; on y remarque aussi de nombreuses expériences innovatrices en matière de crédit rural autogéré par des associations locales ; et enfin, depuis désormais plusieurs années, dans ce pays des réflexions critiques globales sur les politiques du crédit agricole ont été développées.

  • 5 Ecole Nationale d'Economie Appliquée (Dakar).
  • 6 Pour d'ultérieurs approfondissements sur ce sujet, nous renvoyons au rapport sur la recherche (CILS (...)

7En accord donc avec le Ministère du Développement Rural (MDR) du Sénégal, de décembre 1988 à septembre 1989 une enquête a été conduite par l'ENEA,5 avec l'aide de l'IIA, dans deux zones considérées représentatives du monde rural, sur la base d'un échantillon de 300 carrés – les familles étendues – répartis en 32 villages.6 L'étude, bien que centrée sur les rapports économiques, n'a pas négligé de préciser les caractéristiques socio-démographiques des carrés, encadrant aussi les flux d'émigration qu'ils alimentent.

8L'échantillon a été réparti de manière égale entre deux régions rurales : Passy et Bounkiling, représentatives de deux systèmes économiques très différents. Dans la région de Passy, il y a une prédominance de la culture de l'arachide et l'économie monétaire est largement diffusée, tandis que dans la région de Bounkiling le substrat socio-économique garde encore un caractère traditionnel, basé sur l'autoconsommation, même si on y perçoit les symptômes qui annoncent son intégration dans l'économie de marché.

9Les villages de la zone de Passy se trouvent dans la plus ancienne région de pénétration de la monoculture de l'arachide au milieu du Siné Saloum. Depuis toujours, les interventions publiques visant l'organisation et le contrôle de toutes les phases de la soi-disant "filière de l'arachide" se sont concentrées surtout dans cette région, mais la crise actuelle de l'arachide et de l'agriculture en général, la pression démographique, les forts déséquilibres de la "propriété" du sol, sont tous des facteurs qui ont contribué à désagréger le tissu socio-économique. Malgré cette situation, le système agricole ne semble pas se modifier, il ne s'intensifie pas, mais au contraire il a tendance à intégrer les pertes en développant des activités commerciales, ce qui est possible par le fait que la zone est située à la frontière avec la Gambie, où la contrebande, qui alimente un important flux de marchandises vers le Sénégal, est très active.

10La zone de Bounkiling se trouve par contre dans la partie méridionale du pays, dans la Moyenne Casamance, qui, au contraire du Siné Saloum, est une région avec un potentiel de développement agricole considérable, grâce à des précipitations plus abondantes et régulières et grâce à une plus grande fertilité des sols. Sa position géographique constitue pourtant un important obstacle aux projets de valorisation de ses potentialités – en effet, des difficultés considérables de communication avec le reste du pays demeurent encore – de telle sorte que ces initiatives de valorisation n'ont pas eu une influence substantielle sur le système d'autoconsommation.

11Même si le cadre général de ces deux régions devrait refléter dans ses grandes lignes celui des actuels facteurs répulsifs de zones liées respectivement au secteur de la plantation et à celui de la subsistance, nous n'attribuons pas aux résultats spécifiques de l'enquête (présentés dans la prochaine section) une "présomption" d'induction. Nous estimons cependant que l'interprétation des réponses permet un certain nombre de réflexions à caractère général.

Le cadre général de l'émigration à Bounkiling et à Passy

  • 7 La typologie introduite ici est complétée par les aires à système traditionnel "arrière", qui sont (...)

12Des deux situations qui viennent d'être tracées, Passy schématise – avec toutes les approximations inévitables – le cas d'une exploitation "maximale" de toute la terre disponible ; dans ce contexte et malgré le support du secteur commercial qui, comme mentionné auparavant, s'est ajouté au système productif lié à l'arachide, l'émigration s'est répandue dans un peu plus de la moitié des carrés pris en considération. La zone de Bounkiling, malgré ses potentialités, reste représentative, au point de vue agricole, du système "traditionnel",7 et ici le phénomène migratoire touche presque les deux tiers des carrés.

  • 8 A propos du rôle des chaînes migratoires dans les migrations internes en Afrique voir Mainet, 1988.

13L'absence ou presque (tab. l) de carrés caractérisés à la fois par des flux vers l'intérieur et vers l'étranger témoigne quasiment d'une sorte de "spécialisation" en ce domaine. Cette spécialisation est vraisemblablement aussi le reflet de l'articulation territoriale, vers l'intérieur ou vers l'étranger, de ce réseau particulier de solidarités en premier lieu familiale et de village, mais aussi ethnique, réseau que les membres émigrés du carré ont pris comme point de référence dans la réalisation de leur projet d'émigration.8 Parmi les effets de la chaîne migratoire, il y a celui de contribuer à une simplification du processus d'émigration internationale, précédemment caractérisé par une phase de passage du milieu rural au milieu urbain, ce dernier fournissant les ressources permettant d'affronter l'étape internationale, surtout intercontinentale. Notre enquête, comme déjà d'autres enquêtes ENEA, a révélé qu'actuellement, dans les campagnes, le schéma précédent tend de plus en plus à être remplacé par une émigration directe qui a son origine dans le village et sa destination dans un pays étranger. Cette émigration a donc tendance à renforcer la faible scolarité et le manque de vocation professionnelle claire, souvent caractéristiques des flux internationaux. Par ailleurs, les émigrations vers les aires urbaines n'apparaissent pas corrélées avec le niveau de développement industriel de celles-ci, mais plutôt avec les opportunités qui s'y présentent de développer, avec un très faible niveau d'investissement, des formes d'occupation liées à l'artisanat et aux services, donnant vie à ce secteur informel autour duquel gravite une partie très importante des forces de travail non agricole (P.M. Roy et P. Bodson 1991).

Tableau 1 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire dans les carrés

Tableau 1 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire dans les carrés

14Etant donné les dimensions que l'émigration a acquises, des exigences de contrôle émergent ; en effet, au niveau du village, et même à celui des carrés, on constate des tentatives pour orienter les jeunes vers l'émigration, de façon à effectuer une sorte de rotation pour limiter le plus possible les vides provoqués dans la force de travail disponible pour l'agriculture. Cette tentative de déclencher une sorte de turn-over de l'émigration nous semble intéressante sous un double point de vue : il est symptomatique d'attentes collectives à propos des projets migratoires qui ne doivent pas être des projets à long terme pour les jeunes. On tente aussi de contrôler l'émigration – au moins dans cette phase – pour en faire un processus stable. A cette fin, on ne se fie certes pas beaucoup à une conjoncture favorable de longue durée dans les pays de destination, situation du reste peu fréquente, mais plutôt, implicitement, on croit à l'efficacité de la chaîne migratoire.

15Le nombre d'émigrés par carré, même s'il présente une importante variabilité, est généralement considérable ; à cet égard les données de Bounkiling confirment l'affirmation antérieure sur la majeure intensité des flux originaires de cette zone : dans cette région on compte en moyenne 3 émigrés par carré en comparaison à 1,76 à Passy ; la référence au nombre moyen d'émigré vers l'étranger est un indice moins adéquat, à cause de la variabilité très forte de cette distribution. Il faut cependant aussi remarquer que la dimension moyenne des carrés à Bounkiling est supérieure à celle de Passy, et il est donc préférable de mettre les flux migratoires en relation avec les facteurs de production les plus importants des "entreprises familiales", à savoir la terre et le travail.

L'émigration et la crise de l'agriculture de subsistance

  • 9 Le seuil de cinq ans a été fixé à cause de la tendance des enquêtes à donner un âge arrondi à zéro (...)

16Les informations obtenues par l'enquête nous permettent de connaître la dimension (en hectares) de la "propriété" du sol de chaque carré et l'âge de chaque membre. (On a considéré comme population active la population âgée de plus de cinq ans).9

  • 10 Dans le cadre de l'enquête, il n'a malheureusement pas été possible d'analyser le problème des rela (...)

17Une première indication – particulièrement nette dans la zone de Bounkiling – est que les carrés plus populeux, c'est-à-dire qui reflètent le mieux le modèle de la famille étendue, sont plus "perméables" à l'émigration (tableau 2). Même si ces carrés disposent fondamentalement d'un plus vaste capital foncier, la pression du nombre sur la base agro-alimentaire peut être si forte qu'elle peut annuler cet avantage ; c'est exactement ce qui arrive le plus souvent à Bounkiling, où les carrés touchés par l'émigration présentent en moyenne une surface par membre qui est à peu près la moitié de ceux sans émigrés (tableau 3). Dans ces circonstances, le travail doit être recherché aussi à l'extérieur de l'entreprise familiale, et puisque l'agriculture de subsistance fonctionne en autarcie, la recherche de travail est étendue ailleurs.10

18L'émigration est donc – du moins semble-t-il pour les jeunes -l'itinéraire qui assure le mieux l'accès aux ressources — et donc à un standard de vie décent – que l'économie de subsistance ne peut pas fournir "directement", ou qu'elle fournit en quantité insuffisante. L'enquête a permis de remarquer combien s'est diffusé, à Passy aussi, le crédit en nature pour les dénommés "besoins de soudure" (CILSS..., 1991), c'est-à-dire pour faire face aux nécessités -surtout alimentaires – pendant cette période précaire qui précède la récolte suivante et dont la "longueur" est aussi fonction de l'abondance de la récolte précédente.

Tableau 2 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire, incidence des émigrés sur le nombre de membres âgés de plus de 5 ans, et nombre d'émigrés selon la "taille" du carré.

Tableau 2 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire, incidence des émigrés sur le nombre de membres âgés de plus de 5 ans, et nombre d'émigrés selon la "taille" du carré.

Tableau 3 : Caractéristiques des carrés en ce qui concerne l'émigration

Tableau 3 : Caractéristiques des carrés en ce qui concerne l'émigration

19Des stimulations ultérieures à l'émigration ne manquent pas : les contacts avec l'économie monétaire, c'est-à-dire avec la loi de la valeur financière qui impose aux gens de faire le compte du revenu agricole et de la productivité du travail et donc de faire des comparaisons et des choix. C'est peut être parce que la décision d'émigrer dérive d'un ensemble complexe d'évaluations et de choix qu'aujourd'hui on considère ici l'émigrant aussi comme une sorte d"'entrepreneur" individuel, occupé dans une stratégie de survie, non encadré dans une organisation formelle, mais soutenu et encouragé par la famille dans le lieu d'origine, et aidé par les compatriotes dans le lieu d'arrivée. D'autres raisons poussent encore à l'émigration et parmi elles il y a aussi l'émigration en tant que fuite des modèles d'organisation sociale existants.

20A Passy comme à Bounkiling, tous les carrés ne tirent pas leurs ressources uniquement de l'agriculture ; au contraire, comme on a déjà indiqué dans le paragraphe précédent, c'est justement à Passy que les contours des deux systèmes productifs se mettent clairement en évidence : celui des grands producteurs de l'arachide et celui des autres agriculteurs qui ont développé des activités extra-agricoles. Il devient donc possible de comparer la diffusion du phénomène migratoire dans les familles "totalement" agricoles et dans celles occupées aussi à des activités artisanales et/ou commerciales et/ou de services. Comme le tableau 4 le met en évidence, les différences entre les deux zones dérivent surtout de la plus grande "perméabilité" à l'émigration des carrés pratiquant l'agriculture de subsistance, tandis que la contribution donnée aux flux migratoires par les carrés occupés aussi à des activités extra-agricoles apparaît un peu plus homogène.

21Il faut enfin remarquer que l'impact considérable de l'émigration sur la force de travail potentielle du carré peut ajouter des éléments d'incertitude à l'évolution de l'économie rurale. Puisque, généralement, les entreprises rurales ne disposent pas d'un équipement adéquat et moderne, le facteur travail est encore celui qui détient le rôle clé dans l'agriculture sénégalaise ; dans certaines aires, une forte émigration masculine a eu de graves implications sur le système de production parce qu'elle a provoqué une diminution des surfaces cultivées.

22Ce phénomène s'est manifesté dans des zones où sont présentes les éthnies minoritaires qui alimentent le plus l'émigration, en particulier celle internationale. Dans le cas des zones subsaheliennes habitées par les Sarakolé et par les Toucouleurs – là où la sécheresse a accru fortement les problèmes de la crise générale – c'est grâce aux “remises” des émigrés qu'on a pu éviter ,l'abandon des villages. Dans ces situations, en tout cas, le bénéfice apporté par les "remises" à ceux qui sont restés est évident. L'idée est répandue que, partout dans les zones rurales, les revenus provenant de l'émigration ont contribué à améliorer la condition d'une catégorie socio-démographique bien précise – les vieux – qui, sans ce soutien et malgré leurs réticences, auraient été obligés d'allonger la liste des désadaptés des villes.

Tableau 4 : Incidence ( %) du phénomène migratoire par rapport à l'activité des membres du carré

Tableau 4 : Incidence ( %) du phénomène migratoire par rapport à l'activité des membres du carré

23Si ces manifestations restent pour le moment localisées et globalement ne semblent pas très importantes, elles sont pourtant indicatrices des effets que l'absence d'interventions en faveur d'une réhabilitation du secteur agricole pourrait produire, et du peu de poids que peuvent avoir à cet égard les migrations. En effet, les “remises”, bien qu'elles permettent de surmonter localement les conséquences de la perte de la force de travail sur le niveau de vie, sont investies aussi dans l'agriculture, si l'émigré ou sa famille sont directement impliqués dans des programmes de développement. Mais, le plus souvent, ces flux monétaires, en plus d'alimenter des formes étalées de consommation qui peuvent s'adresser aux biens d'importation comme aux cérémonies locales traditionnelles (J. Condé, P. Diagne 1986), sont aussi destinés au financement du "passage" de l'entreprise familiale à une autre activité, puisque les émigrés ne prévoient pas dans leurs projets le retour à l'agriculture.

  • 11 Le rapport de la Banque Mondiale, 1989 (p. 90), fait une référence explicite à cette pression et me (...)

24Les résultats de l'enquête ne montrent donc pas d'éléments qui permettent d'annoncer un ralentissement des flux migratoires pour le proche futur. Ils montrent aussi que, étant donné entre autre l'actuelle pression démographique dans les zone rurale11 et l'expérience des autres pays en ce qui concerne l'évolution du secteur primaire, le processus attendu de transformation des campagnes ne sera pas en soi suffisant pour arrêter l'émigration, et donc maîtriser les risques de la croissance urbaine qui lui sont associés. Cependant, le contrôle des phénomènes de désagrégation du monde paysan, parmi lesquels figurent notamment ceux provoqués par l'émigration, serait en tout cas un banc d'essai pour cette politique de développement et de modernisation de l'agriculture que, comme déjà souligné, les professionnels de la Banque Mondiale considèrent comme un des fondements du développement ; des difficultés qui pourront être surmontées dans ce domaine rendront compte de la capacité de cette politique à avoir prise sur la société rurale.

25A ce propos, il faut enfin relever que la pression migratoire du Tiers Monde représente un défi qui, s'il n'est pas affronté efficacement, est destiné à se transformer en une surcharge de tensions ; puisque le monde occidental ne pourra pas esquiver pendant longtemps ce défi, la coopération pour la création de postes de travail en Afrique, comme dans d'autres régions en voie de développement, constitue certainement un des instruments pour harmoniser les objectifs, tant des pays industriels que du Tiers Monde.

Bibliographie

Adams Dale W. ; Graham Douglas H.,
1984 "A Critique of Traditional Agricultural Crédit Projects and Policies", in Agricultural Development in Third World, Cari K. Eicher & John M. Staatzed., The Johns Hopkins University Press.

Antoine Philippe
1988 "Comportements démographiques et urbanisation à Abidjan", in L'urbanisation en Afrique, Espace, Population et Sociétés, n° 2, Université des Sciences et Techniques de Lille-Flandres-Artois, Villeneuve d'Ascq.

Banque Mondiale
1989 L'Afrique subsaharienne de la crise à une croissance durable. Etude de prospective à long terme, Washington D.C.

CILSS, MDR, ENEA et IIA
1991 Différentes formes de crédit et d'épargne existant en milieu rural au Sénégal, Istituto Italo-Africano, Roma.

Condé Julien ; Diagne Pap
1986 South-North International Migrations, OCDE, Paris.

Courbage Youssef
1990 "Effetti dell'emigrazione internazionale sul mercato del lavoro dei paesi della riva Sud del Mediterraneo", in Giovanni Ancona, éd., Migrazioni mediterranee e mercato del lavoro, Cacucci, Bari.

Fargues Philippe
1988 "Urbanisation et transition démographique. Quelles interrelations en Afrique ?", in L'urbanisation en Afrique, Espace, Population et Sociétés, n° 2, Université des Sciences et Techniques de Lille-Flandres-Artois, Villeneuve dAscq.

Furcht Andrea ; Maccheroni Carlo
1992 "Alcune considerazioni teoriche sulle emigrazioni dalle aree rurali del Terzo Mondo ed evidenze empiriche : il caso del Senegal", in Affari Sociali Internazionali, Ministero Affari Esteri, Roma, sous presse.

Mainet Guy
1988 "Comportements migratoires et dynamismes ethniques dans la ville africaine", in L'urbanisation en Afrique, Espace, Population et Sociétés, n° 2, Université des Sciences et Techniques de Lille-Flandres-Artois,Villeneuve d'Ascq.

Roy Paul-Martel ; Bodson Paul
1991 "Peut-on formaliser le secteur informel ?", communication au séminaire Underdevelopment and Migration, Université degli Studi di Verona, (14-16 Febbraio 1991).

Notes

1 Pour ce qui concerne les effets sur l'évolution des comportements démographiques, voir P. Antoine, 1988, et Ph. Fargues, 1988

2 Pour l'ensemble des questions abordées sur ce thème voir A. Furcht, C. Maccheroni, 1992.

3 Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel.

4 Istituto Italo-Africano.

5 Ecole Nationale d'Economie Appliquée (Dakar).

6 Pour d'ultérieurs approfondissements sur ce sujet, nous renvoyons au rapport sur la recherche (CILSS-MDR-ENEA-IIA, 1991).

7 La typologie introduite ici est complétée par les aires à système traditionnel "arrière", qui sont celles restées fermées tant à l'émigration interne qu'aux projets de développement.

8 A propos du rôle des chaînes migratoires dans les migrations internes en Afrique voir Mainet, 1988.

9 Le seuil de cinq ans a été fixé à cause de la tendance des enquêtes à donner un âge arrondi à zéro ou à cinq; à propos de la diffusion du travail enfantin dans les pays arabes, voir, entre autres, Y. Courbage, 1990.

10 Dans le cadre de l'enquête, il n'a malheureusement pas été possible d'analyser le problème des relations entre travailleurs agricoles et "propriété" foncière. Parmi les carrés de l'échantillon tant la présence que le rôle des fermages des terrains se sont révélés insignifiants.

11 Le rapport de la Banque Mondiale, 1989 (p. 90), fait une référence explicite à cette pression et mentionne à ce propos non seulement les zones subsahéliennes, mais aussi celles de la forêt tropicale.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire dans les carrés
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2 : Fréquence ( %) du phénomène migratoire, incidence des émigrés sur le nombre de membres âgés de plus de 5 ans, et nombre d'émigrés selon la "taille" du carré.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 3 : Caractéristiques des carrés en ce qui concerne l'émigration
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 4 : Incidence ( %) du phénomène migratoire par rapport à l'activité des membres du carré
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Démographe, Università L. Bocconi, Milan, Italie

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.