Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Les migrations frontalières en Alsace

Marie-Noële Denis

Texte intégral

1Les migrations frontalières constituent une catégorie particulière de mobilité de population où les travailleurs, parcourant de courtes distances, traversent tous les jours ou au moins fréquemment une frontière. Leur observation n'en est pas pour autant plus facile que celle des migrations à déplacements plus amples et plus définitifs.

2Notre champ d'étude portera sur l'Alsace qui constitue de ce point de vue une région privilégiée. Les frontaliers y sont nombreux et la multiplicité des analyses réalisées à partir de statistiques et d'enquêtes diverses permettent de cerner l'ensemble du problème. La complexité des sources y est maximale puisque certaines proviennent de deux pays à gouvernement fédéral, l'Allemagne et la Suisse, qui partagent avec la France des statuts différents. La RFA fait partie depuis 1956 de l'Union de l'Europe Occidentale et de la Communauté Economique Européenne. Dans ce cas, la gestion des frontaliers relève, en partie, d'accords multilatéraux. Par contre la Suisse est restée un pays indépendant et la situation des frontaliers dépend d'accords bilatéraux avec la France ou même avec les cantons suisses directement concernés. Les résultats présentés dans cette étude sont issus de cet ensemble de sources administratives ajustées au mieux.

Evolution chronologique du flux frontalier

3Les migrations frontalières de l'Alsace vers les pays voisins sont relativement récentes. Au xixe siècle, l'industrialisation de la région a d'abord généré un mouvement contraire : au sud, les usines textiles de Mulhouse recrutaient une partie de leur main-d'œuvre en Suisse ; les fonderies de Dietrich et les puits de pétrole de Pechelbronn, au nord, embauchaient surtout des Allemands.

4Le courant s'est inversé en 1958 à cause des nouvelles parités du mark et du franc suisse et de la restructuration de l'industrie allemande après la guerre. Dès 1959 les usines Siemens, construites à la frontière nord et qui employaient déjà 6000 ouvriers, versèrent des primes aux frontaliers recrutés par voie de presse ou par affiches. En 1966-67 une première récession de l'industrie allemande ralentit le mouvement, mais la hausse se poursuivit en Suisse et le nombre des frontaliers culmina en 1974.

5Lors de la crise économique qui sévit ensuite jusqu'en 1978, la Suisse ferma ses frontières d'abord aux migrants, puis aux frontaliers. Les effectifs baissèrent aussi en Allemagne mais dans une moindre mesure car la main-d'œuvre alsacienne y est appréciée plus que toute autre pour son bilinguisme et ses qualités au travail. A partir de 1978 on assiste à une reprise des migrations frontalières malgré le prolongement de la crise et l'amenuisement des avantages financiers. De fait le pourcentage des frontaliers dans l'ensemble de la population active alsacienne, bien que peu élevé, n'a cessé d'augmenter depuis les années 60 (tableau 1).

6

Tableau 1. Evolution du nombre des migrants frontaliers en Alsace

Tableau 1. Evolution du nombre des migrants frontaliers en Alsace

Sources : Recensements de 1962, 1975, 1982, 1990. Chiffres pour l'Alsace, n° 4, 1980 ; n° 2, 1984.

Evolution du nombre des frontaliers

Evolution du nombre des frontaliers

Répartition géographique des travailleurs frontaliers

7La répartition géographique des travailleurs frontaliers se limite aux régions proches de la frontière, mais celles-ci s'étendent de plus en plus.

8On distingue deux grandes zones de recrutement : l'une au nord vers l'Allemagne, en particulier dans le Kreis de Karlsruhe (industries électriques et pneumatiques), Wörth (industrie automobile) et Rastatt (industries mécaniques et électriques) ; l'autre au sud, vers Bâle, où les emplois dans l'industrie chimique ont diminué au profit de l'électro-mécanique, de l'électronique et du service hôtelier. On constate depuis peu une extension de ces deux zones.

Pourcentage des travailleurs frontaliers – Mars 1981

Pourcentage des travailleurs frontaliers – Mars 1981

D'après – Chiffres pour l'Alsace, INSEE. N° 3, 1981.

9En conséquence, le canton de Brumath, au nord, a vu sa population de travailleurs frontaliers progresser de 75 % entre 1975 et 1982. Celle des cantons d'Habsheim, de Wittenheim, d'Ensisheim, autour de Mulhouse, a augmenté de 50 % pendant la même période. Par ailleurs quelques points de recrutement sont apparus le long du Rhin, dans les cantons de Marckolsheim et de Neuf-Brisach, depuis l'installation d'usines allemandes au débouché des nouveaux ponts sur le fleuve. Les migrants frontaliers viennent aussi en grand nombre de Strasbourg, bien qu'ils ne représentent que 1,4 % de la population de la ville.

Des travailleurs migrants presque semblables aux autres

10Comme l'ensemble des migrants, les frontaliers sont surtout des ouvriers. En 1982, 79,7 % de ceux qui travaillaient en Allemagne et 65 % de ceux qui se rendaient en Suisse appartenaient à cette catégorie socio-professionnelle, alors qu'elle ne représentait que 41,4 % de la population active de leur région d'origine. Parmi ces ouvriers la main-d'œuvre non qualifiée est proportionnellement plus abondante qu'en Alsace, (51,6 % en Allemagne, 32,3 % en Suisse et 20,3 % en Alsace – tableau 2) et plus nombreuse en Allemagne qu'en Suisse. Dans ce dernier pays il faut noter l'importance des employés (22,8 % des travailleurs migrants), catégorie composée surtout de personnel hôtelier.

Tableau 2. Caractéristiques des travailleurs frontaliers alsaciens – 1982

Tableau 2. Caractéristiques des travailleurs frontaliers alsaciens – 1982

Sources : Chiffres pour l'Alsace, n° 2, 1984 ; n° 6, 1985

Tableau 3. Répartition des frontaliers selon l'âge en 1980 (en % de l'ensemble des frontaliers)

Tableau 3. Répartition des frontaliers selon l'âge en 1980 (en % de l'ensemble des frontaliers)

Source : Chiffres pour l'Alsace, n° 4. 1980. INSEE Recensement 1982

11Ces frontaliers ont une meilleure formation que l'ensemble des ouvriers alsaciens sans bénéficier pour autant du niveau de qualification correspondant. L'indice de formation le plus élevé est atteint par les frontaliers manœuvres en Allemagne (152 par rapport à l'indice 100 pour leurs homologues alsaciens) et les ouvriers spécialisés qui travaillent en Suisse (indice 160).

12La part des femmes est supérieure à 35 % depuis 1972 (avec une légère baisse en 1973 due à la crise économique, cf. tableau 1). Leur position est comparable à celle qu'elles occupent dans la population active en Alsace observée aux divers recensements. Néanmoins l'écart se creuse à partir de 1982. Alors que les femmes se mettent de plus en plus au travail dans la région, elles traversent moins la frontière.

13Les migrants frontaliers sont par ailleurs beaucoup plus jeunes que leurs homologues alsaciens : 30,7 % d'entre eux ont moins de 25 ans, 40 % de 25 à 34 ans et 29,3 % plus de 34 ans, contre respectivement 16,9 %, 30,6 % et 52,5 % de ces tranches d'âges en Alsace.

14L'évolution de cette répartition varie selon le pays d'accueil. En Suisse, la main-d'œuvre frontalière rajeunit en 1981, donc se renouvelle : un frontalier sur trois a moins de 25 ans. En Allemagne, au contraire, il y a vieillissement et les plus de 30 ans représentent 32,4 % de l'ensemble, avec une tendance très nette à la stabilisation.

Les motivations de départ

15Il est coutume d'attribuer ce flux frontalier à de meilleures conditions de rémunération dans les pays d'accueil. Il est évident qu'en 1958 la nouvelle parité des monnaies a joué en faveur du travail en Suisse et en Allemagne. De plus les ouvriers y sont mieux payés. Les gains réels sont difficiles à évaluer et donnent lieu à plusieurs types d'approches.

16L'une d'entre elles consiste à calculer le salaire horaire moyen brut d'un ouvrier de l'industrie de sexe masculin, au cours des monnaies retenu par l'administration fiscale. Selon ce mode de calcul, en octobre 1979, un frontalier gagnait 45 % de plus en Bade-Wurtemberg et 69 % de plus en Suisse que son homologue alsacien. Mais il faut en déduire les cotisations sociales, variables en Allemagne selon les caisses, et très coûteuses en Suisse puisque volontaires. S'y ajoute une plus grande disparité des salaires en France qui fait qu'on a d'autant plus intérêt à travailler à l'étranger qu'on est moins qualifié.

17Un autre mode de calcul consiste à comparer les variations différentielles du pouvoir d'achat du frontalier et du salarié travaillant en Alsace. Pour l'Allemagne, cette variation croît de 1958 à 1971, puis baisse ensuite. Pour la Suisse, la tendance générale à la hausse est marquée de fortes irrégularités. Dans l'ensemble, le pouvoir d'achat des frontaliers s'est effrité au cours des dernières années alors que leur nombre augmentait. Leurs déplacements répondent donc à des motivations plus complexes. Les enquêtes révèlent l'importance à leurs yeux de meilleures conditions de travail : présence de cantines, aménagement confortable des ateliers, relations humaines moins hiérarchisées, facilité des déplacements (l'entreprise assure en général elle-même le transport de ses ouvriers en autocar ou prête une voiture aux petits groupes).

Evolution de la "prime" au travail à l'étranger"

Evolution de la "prime" au travail à l'étranger"

Source : Chiffres pour l'Alsace, n° 4, 1981

Les conséquences sur le lieu de départ

18Moins définitives que dans le cas de migrations lointaines, les conséquences des migrations frontalières n'en sont pas moins à peu près semblables. Elles touchent tout d'abord le dynamisme économique des régions concernées. A court terme, le taux de chômage y est beaucoup moins élevé que dans les autres parties de l'Alsace. Mais en cas de récession dans les pays d'accueil la situation de l'emploi s'y aggraverait sans recours, d'autant plus que l'amenuisement du potentiel de population active dans ces régions frontalières n'est pas favorable à la restructuration de l'industrie. On compte ainsi 80 communes dont un actif sur cinq travaille à l'étranger et six communes où ce mouvement touche la moitié de la population. A Neuwiller, dans le canton de Huningue, 62 % des actifs sont des frontaliers, 37 % dans le canton de Ferrette, 30 % dans ceux de Seltz et de Lauterbourg (cf. carte).

19Les conséquences sociales n'en sont pas moins importantes. La fragilité de leur emploi en fait une main-d'œuvre souple et peu revendicative. Sur place les hiérarchies traditionnelles sont bouleversées. Les paysans les plus riches, qui ont maintenu leur exploitation, se trouvent maintenant disqualifiés par rapport au niveau de vie des frontaliers. Mieux encore, l'irruption de l'argent dans une économie rurale d'ouvriers-paysans, traditionnellement pauvres et autarciques, a bouleversé les comportements. Le décor des habitations, l'ornementation des jardins révèlent la superposition de plusieurs cultures à la fois rurale et ouvrière, alsacienne et étrangère. Au Nord, l'espace semi-public qui s'étend devant chaque maison et qui servait autrefois à entreposer le tas de bois et le fumier, témoins du rang social de leur propriétaire, est transformé en un jardinet de banlieue, garni de plantes d'ornements et de sapins bleus, dont la mode vient d'Allemagne. Ce jardin est entouré d'une clôture selon un système d'appropriation individuel de type urbain.

20Le migrant frontalier qui vit toute la semaine entre deux entités nationales, retrouve le dimanche sa place dans la communauté villageoise. Celle-ci s'identifie à sa maison, qui devient le symbole de l'image de la réussite sociale qu'il tente d'imposer à ses concitoyens par un surcroît d'ornementations et d'ajouts (crépis colorés, pans de bois noircis, peintures polychromes), sans rapport avec la culture locale, mais dont les modèles se trouvent le plus souvent à l'étranger.

21Ainsi le migrant frontalier, qui est avant tout un ouvrier jeune et peu qualifié, s'il trouve encore quelque intérêt financier à travailler hors de ses frontières nationales, occupe une position d'autant plus fragile qu'il contribue de ce fait au marasme économique de la région où il habite. Contraint d'affirmer sur place son statut social, il devient le vecteur d'une culture transfrontalière originale qui préfigure peut-être la construction de l'Europe.

Bibliographie

Sources numériques.

Chiffres pour l'Alsace, n° 4/1980 ; n° 3-4/1981 ; n° 2/1984 ; n° 6/1986.

Recensement général de la population de 1968, Fascicule « Alsace », Paris, INSEE, 1972.

Recensement général de la population de 1975, Fascicule « Alsace », Paris, INSEE, sans date.

Recensement général de la population de 1982, Fascicule « Alsace », Paris, INSEE, sans date.

Recensement général de la population de 1990, Fascicules « Haut-Rhin, Bas-Rhin », Paris, INSEE, 1991.

Publications :

CAHR
1970 (Comité d'Action pour le progrès économique Haut Rhinois), Etude « Frontaliers ». Denis, M.-N.
1986 « Les migrations frontalières, problèmes de mesure », actes du séminaire international de l'AIDELF « Les migrations internationales : problèmes de mesure, évolutions récentes et efficacité des politiques », Cosenza (Italie).
1991 « L'identité des peuples de la frontière », Revue des Sciences Sociales de la France de l'Est, n° 18.

Abbé Hoffart
1975 « Le problème des frontaliers », Outre-Forêt, n° 9, mai.

Kessler, S.
1974 « D'un coin à l'autre : les frontaliers en Europe », Paris, la Pensée Universelle.

Ricq, Ch.
1981 « Les travailleurs frontaliers en Europe », Paris, éd. Anthropos.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Evolution du nombre des migrants frontaliers en Alsace
Légende Sources : Recensements de 1962, 1975, 1982, 1990. Chiffres pour l'Alsace, n° 4, 1980 ; n° 2, 1984.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Evolution du nombre des frontaliers
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Pourcentage des travailleurs frontaliers – Mars 1981
Légende D'après – Chiffres pour l'Alsace, INSEE. N° 3, 1981.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 2. Caractéristiques des travailleurs frontaliers alsaciens – 1982
Légende Sources : Chiffres pour l'Alsace, n° 2, 1984 ; n° 6, 1985
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 3. Répartition des frontaliers selon l'âge en 1980 (en % de l'ensemble des frontaliers)
Légende Source : Chiffres pour l'Alsace, n° 4. 1980. INSEE Recensement 1982
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Evolution de la "prime" au travail à l'étranger"
Légende Source : Chiffres pour l'Alsace, n° 4, 1981
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3542/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k