Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Quitter le Québec ?

L'émigration interprovinciale québécoise entre 1981 et 1986

Marc Tremblay

Texte intégral

1L'histoire migratoire de la population québécoise montre que depuis le milieu du xixe siècle, le Québec aura été, somme toute, une terre d'émigration, le solde migratoire total ayant été négatif pour l'ensemble de cette période (Charbonneau 1984). Pendant très longtemps, cette situation a été plus que Compensée par la forte fécondité des Québécoises. Aujourd'hui, cependant, le Québec peut difficilement se permettre de continuer à évoluer dans de telles conditions, en raison des profonds bouleversements qui se sont produits depuis une vingtaine d'années en matière de fécondité. Dans la perspective du maintien d'une faible fécondité et d'une croissance nulle ou même négative de la population, le phénomène migratoire pourrait avoir un effet de plus en plus déterminant sur l'évolution de la population québécoise.

2Du point de vue des provinces canadiennes, l'accroissement migratoire s'effectue de deux façons : par la migration interprovinciale (reste du Canada) et par la migration internationale (reste du Monde). On peut donc scinder les mouvements d'émigration du Québec en deux grandes catégories : les sorties interprovinciales (vers une autre province canadienne) et les sorties internationales (en dehors du Canada). Ces dernières sont assez difficiles à mesurer (Raby et Parent 1983 ; Beaujot et Rappak 1987), étant donné la nature même du mouvement ; il n'existe d'ailleurs aucun enregistrement "officiel" des mouvements d'émigration hors du pays. Les sorties interprovinciales, par contre, sont beaucoup mieux connues, puisqu'il s'agit de mouvements internes au pays ; en outre, la grande majorité des émigrants du Québec sont des émigrants interprovinciaux.

3Cette étude présente une analyse des caractéristiques des individus qui ont quitté le Québec récemment pour aller s'établir ailleurs au Canada. L'étude porte essentiellement sur des mouvements qui se sont produits entre 1981 et 1986, en l'occurrence les émigrations interprovinciales observées à partir des données du recensement de 1986. La mesure des mouvements migratoires utilisée pour définir les émigrants interprovinciaux est basée sur la question portant sur le lieu de résidence cinq ans avant le recensement. Ainsi, les émigrants interprovinciaux sont les individus ayant déclaré qu'ils résidaient dans une autre province cinq ans avant le recensement de 1986 (émigrants résultants survivants). Le nombre d'émigrants ainsi définis ne correspond donc pas au nombre total d'émigrations interprovinciales qui se sont produites entre les deux recensements, puisqu'on ne tient pas compte des mouvements tels que les migrations multiples (incluant les migrations de retour), celles qui ont été suivies d'un décès ou d'une émigration internationale (hors du Canada) et celles qui concernent les individus nés ou ayant immigré au Canada durant la période en question. Malgré ces restrictions, l'utilisation de la variable du lieu de résidence en 1981 permet de cerner une bonne partie des individus qui ont quitté leur province entre 1981 et 1986. Ainsi, pour cette période, on compte environ 130.000 personnes ayant déclaré qu'elles résidaient au Québec en 1981, et qui ont été recensées dans une autre province canadienne en 1986. Il faut noter que cela représente une baisse substantielle par rapport à la période quinquennale précédente (1976-1981), pour laquelle on avait enregistré plus de 200.000 émigrants interprovinciaux. Au cours des deux lustres précédents (1966 à 1976), le nombre quinquennal d'émigrants du Québec a plutôt oscillé autour de 150.000 (Lachapelle et Henripin 1980).

4L'utilisation des taux d'émigration vise à donner une mesure de la propension à effectuer une migration interprovinciale au cours de la période quinquennale ; cela permet ainsi d'éliminer les effets de structure liés à la distribution différentielle des individus selon les caractéristiques considérées. Ces taux ont été calculés en rapportant le nombre d'émigrants interprovinciaux du Québec au nombre total d'individus recensés au Québec en 1986 et qui étaient présents dans cette province en 1981 (émigrants et non-émigrants). Au total, cela correspond à un taux d'émigration de 2,2 % pour cette période (comparativement à environ 3,5 % entre 1976 et 1981). Bien qu'elle soit imparfaite (puisqu'elle ne tient pas compte des événements "perturbateurs" mentionnés plus haut), cette mesure donne une bonne idée de l'ampleur relative des émigrations interprovinciales. A titre comparatif, soulignons que le taux d'émigration interprovinciale des Québécois demeure quand même relativement faible par rapport à ceux observés dans les autres provinces canadiennes. Dans la province de l'Alberta (ouest du pays), par exemple, ce taux a atteint 9,7 % entre 1981 et 1986 ; plus près du Québec, les provinces de la Nouvelle-Ecosse (6,2 %) et du Nouveau-Brunswick (5,9 %) ont aussi subi une émigration interprovinciale sensiblement plus élevée que celle du Québec. Quant à l'Ontario (la province la plus importante au point de vue des effectifs), son taux d'émigration interprovinciale a été à peu près du même ordre de grandeur que celui du Québec durant cette période, avec une valeur de 2,3 %. En termes de flux, toutefois, le Québec se situe au quatrième rang, derrière l'Alberta (205.000 émigrants interprovinciaux), l'Ontario (186.000) et la Colombie britannique (142.000).

5La principale caractéristique qui sera considérée dans cette étude est le lieu de naissance des émigrants interprovinciaux. Nous distinguerons plus spécifiquement les individus nés au Québec de ceux nés en dehors du Québec ; nous verrons que cette distinction est particulièrement importante en ce qui a trait à la propension à effectuer une migration interprovinciale. Par ailleurs, certaines caractéristiques socio-économiques basées sur les questions posées au recensement de 1986 seront analysées. Il importe de souligner quelques points ayant trait à l'interprétation des résultats qui ont été obtenus à partir de ces variables, en fonction de la population d'émigrants définie précédemment. En effet, étant donné la variabilité temporelle de certaines d'entre elles, il faut bien voir que les caractéristiques des individus recensés en 1986 ne sont pas nécessairement les mêmes que celles qu'ils affichaient au début de la période (en 1981). C'est le cas, notamment, des caractéristiques reliées à l'éducation (surtout en ce qui concerne les personnes relativement jeunes) et, dans une moindre mesure, à la langue (connaissance des langues officielles). Ces caractéristiques peuvent en effet avoir changé, pour un individu donné, durant la période quinquennale. Ainsi, en ce qui a trait aux migrations interprovinciales, il est bien clair que les caractéristiques des individus impliqués dépeignent la situation dans laquelle ils se trouvaient après leur mouvement migratoire.

Lieu de naissance des émigrants interprovinciaux du Québec

6Le tableau 1 présente la répartition des émigrants interprovinciaux du Québec selon le sexe et certains lieux de naissance, ainsi que les valeurs des taux d'émigration interprovinciale correspondants. De façon générale, l'ampleur relative de ces mouvements dépend, évidemment, de la propension des individus en question à quitter le Québec, mais aussi du bassin d'individus disponibles au point de départ, c'est-à-dire au moment du recensement de 1981. Ainsi, la grande majorité des émigrants et émigrantes du Québec entre 1981 et 1986 sont nés au Canada (dont plus des deux tiers au Québec). Ceux-ci se répartissent à peu près également selon le sexe, avec une proportion légèrement supérieure pour le sexe féminin (51,3 %). Selon la province (ou le groupe de provinces) de naissance, le nombre d'émigrantes dépasse toujours celui des émigrants ; les différences demeurent toutefois relativement faibles. Mis à part le Québec, l'Ontario domine nettement les autres provinces en ce qui a trait au lieu de naissance des émigrants interprovinciaux du Québec nés au Canada (environ 18 % des émigrants). La proximité de cette province ainsi que son poids économique et démographique ne sont évidemment pas étrangers à ce résultat (l'Ontario est d'ailleurs la principale destination des émigrants interprovinciaux du Québec). A noter également que les émigrants nés dans les provinces Maritimes sont sensiblement plus nombreux que ceux nés dans les provinces de l'Ouest ; il s'agit principalement, ici, de personnes nées dans la province du Nouveau-Brunswick.

Tableau 1 : Emigrants et taux d'émigration interprovinciaux du Québec selon le lieu de naissance et le sexe, période 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).

Tableau 1 : Emigrants et taux d'émigration interprovinciaux du Québec selon le lieu de naissance et le sexe, période 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).

*Comprend : Albanie, Andorre, Cité du Vatican, Chypre, Espagne, Gibraltar, Grèce, Italie, Malte, Monaco, Portugal, Saint-Marin et Yougoslavie.
Source des données : Recensement du Canada de 1986

7Parmi les émigrants nés à l'extérieur du Canada, qui représentent environ 18 % de l'ensemble des émigrants interprovinciaux du Québec observés entre 1981 et 1986, ce sont les personnes d'origine européenne qui sont les plus nombreuses. Selon le sexe, les variations sont assez importantes : les émigrantes nées en Amérique et dans le Reste de l'Europe sont plus nombreuses que les émigrants des mêmes origines (rapports de masculinité de 0,85 et 0,97 respectivement), alors que l'on observe le contraire pour les personnes originaires des autres grandes régions (rapports de masculinité de 1,18 pour les Sud-européens, de 1,57 pour les Africains et de 1,05 pour les Asiatiques).

8Lorsque l'on considère les valeurs des taux d'émigration, la situation relative des lieux de naissance est évidemment tout autre que celle observée dans la distribution du nombre d'émigrants. Au total, le taux d'émigration du Québec des individus nés au Canada est inférieur à 2 %, ce qui est deux fois et demie plus faible que le taux d'émigration des individus nés à l'extérieur du Canada (4,9 %). Cette valeur, cependant, est largement tributaire du taux d'émigration des natifs du Québec (1,4 %), étant donné le poids que représentent ces émigrants parmi l'ensemble des émigrants interprovinciaux du Québec nés au Canada. Pour toutes les autres régions de naissance canadiennes, la valeur du taux d'émigration dépasse celle de l'ensemble des immigrants internationaux. En ce qui a trait aux écarts selon le sexe, on constate que ceux-ci sont pratiquement inexistants, peu importe le lieu de naissance.

9Ce sont les natifs des provinces de l'Ouest qui affichent les taux d'émigration interprovinciale les plus élevés, soit autour de 22 %, ce qui est nettement supérieur aux plus hauts taux d'émigration observés parmi les individus nés à l'extérieur du Canada. Si l'on considère l'ensemble des individus nés au Canada mais en dehors du Québec (sous-total Canada moins Québec dans le tableau), leur taux d'émigration est dix fois plus grand que celui des Québécois de naissance et presque trois fois plus grand que celui des immigrants. Les migrations de retour jouent sans doute un rôle important dans ce cas particulier (étant donné qu'il s'agit de mouvements migratoires interprovinciaux). Du côté des immigrants internationaux, on peut voir que les individus nés en Amérique (4,6 %), en Europe du Sud (1,2 %) et en Afrique (4,1 %) ont des taux d'émigration interprovinciale relativement faibles, alors que les immigrants provenant du Reste de l'Europe (7,3 %) et d'Asie (8,2 %) affichent une mobilité sensiblement plus grande, cela s'observant autant pour le sexe masculin que pour le sexe féminin.

10En somme, il est assez clair que le lieu de naissance est une caractéristique importante en ce qui a trait à la propension à quitter le Québec pour une autre province canadienne et ce, autant chez les hommes que chez les femmes. Du point de vue du Québec, les personnes qui sont nées dans une autre province sont beaucoup plus mobiles que celles qui sont nées au Québec ou à l'étranger.

Caractéristiques des émigrants interprovinciaux du Québec selon le lieu de naissance

11Le tableau 2 présente la distribution relative des émigrants et les taux d'émigration interprovinciaux du Québec selon le groupe d'âge et le lieu de naissance (Québec, reste du Canada et extérieur du Canada). Dans les trois cas, ce sont les émigrants âgés de 25 à 34 ans au moment du recensement de 1986 (qui ont donc effectué leur déplacement entre 20 et 34 ans) qui sont les plus nombreux. On constate cependant que la structure par âge des émigrants interprovinciaux nés à l'extérieur du Canada est sensiblement plus vieille que celles des émigrants nés au Canada. En effet, alors que près de 13 % des émigrants nés à l'extérieur du Canada étaient âgés de 65 ans et plus au recensement de 1986, c'était le cas de seulement 4 % de ceux nés au Québec et 8 % de ceux nés dans le Reste du Canada. D'autre part, environ 73 % des émigrants nés au Québec avaient moins de 35 ans, comparativement à 57 % des émigrants nés dans le reste du Canada et 42 % seulement des émigrants nés à l'extérieur. D'ailleurs, les émigrants nés à l'extérieur du Canada représentent environ 30 % des émigrants âgés de 45 ans et plus, alors qu'ils ne constituent, au total, que 18 % des émigrants. Dans l'ensemble, les émigrants interprovinciaux d'origine étrangère sont donc relativement beaucoup plus âgés que les autres émigrants du Québec.

12Il est intéressant de remarquer ici les différences entre les structures par âge des émigrants nés au Québec et celles des émigrants nés dans le reste du Canada. En effet, ceux qui sont nés au Québec ont une structure par âge sensiblement plus jeune que celle des natifs du reste du Canada. L'explication de ce résultat tient probablement en bonne partie au fait que, par définition, et toutes choses étant égales par ailleurs, les personnes qui ont effectué au moins deux mouvements migratoires (comme les émigrants nés dans le reste du Canada) ont plus de chances d'être plus âgées, en moyenne, que celles qui n'en ont effectué qu'un seul (les émigrants nés au Québec). D'ailleurs, on remarquera que la structure par âge des émigrants nés à l'extérieur du Canada ressemble davantage à celle des émigrants nés dans le reste du Canada qu'à celle des émigrants nés au Québec.

Tableau 2. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le groupe d'âge et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le groupe d'âge et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).

Tableau 2. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le groupe d'âge et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le groupe d'âge et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).

Source des données : Recensement du Canada de 1986

13L'examen des taux d'émigration interprovinciale selon le groupe d'âge et le lieu de naissance confirme assez bien les tendances relevées jusqu'à maintenant. Dans chacun des groupes d'âge, les taux d'émigration des immigrants internationaux demeurent supérieurs à ceux des individus nés au Québec et inférieurs à ceux des individus nés dans les autres provinces canadiennes. On remarque, cependant, que l'écart relatif entre le taux d'émigration des immigrants internationaux et celui des individus nés dans le reste du Canada est sensiblement plus mince chez les 65 ans et plus que dans les autres groupes d'âge, ce qui va dans le sens de ce que nous avons observé précédemment. D'ailleurs, on voit que "l'évolution" des taux selon l'âge suit à peu près le même cheminement chez les trois groupes (hausse des taux jusqu'au groupe 25 à 34 ans et baisse des taux par la suite), sauf en ce qui a trait aux 65 ans et plus, pour lesquels le taux d'émigration est plus élevé que celui des 45 à 64 ans chez les immigrants internationaux et les natifs du Québec, alors que l'on observe le contraire pour les natifs du reste du Canada.

14Une des questions posées au recensement canadien de 1986 au sujet de l'éducation concerne le niveau de scolarité des individus. Cette question, qui s'adresse aux personnes âgées de 15 ans et plus, nous renseigne sur le plus haut niveau de scolarité atteint au moment du recensement. L'interprétation des résultats tirés des réponses à cette question doit être faite avec prudence, en raison des variations régionales et temporelles des différentes définitions utilisées. Bien entendu, cela concerne particulièrement les personnes nées à l'extérieur du Canada, dont un bon nombre ont été éduquées dans des systèmes souvent très différents les uns des autres et, aussi, de celui actuellement en vigueur au Québec. Si l'on s'en tient à des catégories assez larges, on peut toutefois supposer que les effets de "distorsion" demeurent à un niveau acceptable. Nous avons ainsi choisi six niveaux de scolarité, tels que présentés au tableau 3. Ces données montrent que ce sont les émigrants nés à l'extérieur du Canada qui possèdent les plus fortes proportions d'universitaires : 45,2 % de ces émigrants avaient atteint le niveau universitaire au moment du recensement, alors que ce n'est le cas que de 37,2 % des émigrants nés dans le reste du Canada et de 36,5 % de ceux qui sont nés au Québec. On remarque toutefois que les émigrants nés à l'extérieur du pays affichent aussi la plus forte proportion d'individus ayant moins de 9 années de scolarité : 8,0 %, comparativement à 6,9 % pour les émigrants nés dans le reste du Canada et 5,3 % pour les émigrants nés au Québec. Ces derniers écarts sont cependant très faibles par rapport aux écarts précédents, si bien que l'on peut dire que les personnes nées à l'extérieur du Canada et qui ont quitté le Québec entre 1981 et 1986 pour aller s'établir dans une autre province étaient, dans l'ensemble, plus instruites que les autres émigrants interprovinciaux.

Tableau 3. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le plus haut niveau de scolarité atteint et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le plus haut niveau de scolarité atteint et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 15 ans)

Tableau 3. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le plus haut niveau de scolarité atteint et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le plus haut niveau de scolarité atteint et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 15 ans)

Source des données : Recensement du Canada de 1986

15Malgré la forte proportion d'universitaires observée chez les émigrants nés à l'extérieur du Canada, leurs taux d'émigration interprovinciale demeurent beaucoup plus faibles que ceux des universitaires nés dans les autres provinces canadiennes, comme c'est d'ailleurs le cas pour tous les autres niveaux de scolarité. Chez les universitaires avec grade, près du quart des individus qui sont nés dans le reste du Canada et qui habitaient le Québec en 1981 (et recensés en 1986) sont retournés dans le reste du Canada entre 1981 et 1986, alors que cette proportion n'atteint qu'un dixième des immigrants internationaux et seulement 4 % des natifs du Québec. La mobilité relative la plus forte s'associe nettement avec les plus hauts niveaux de scolarité, ce qui rejoint d'ailleurs les résultats obtenus à ce sujet dans des études antérieures (Marr, McCready et Millerd 1978 ; Stone 1978) ; de façon générale, la valeur des taux augmente avec le niveau de scolarité, sauf entre les deuxième et troisième niveaux. Quel que soit le lieu de naissance, les individus ayant moins de neuf années de scolarité s'avèrent les moins mobiles, alors que les universitaires avec grade possèdent les plus hauts taux d'émigration interprovinciale. Bien que certains effets de génération puissent expliquer en partie ces résultats (la structure par âge des universitaires étant relativement moins vieille que celle des moins scolarisés en raison de l'évolution rapide de l'accessibilité à l'éducation dans les dernières décennies), il semble assez clair que la mobilité interprovinciale peut être associée à un haut niveau d'instruction. A remarquer cependant que le taux d'émigration des individus les moins scolarisés et qui sont nés dans le reste du Canada demeure plus grand que chacun des taux d'émigration des natifs du Québec (quel que soit leur niveau de scolarité atteint).

16La langue constitue souvent une variable déterminante lorsqu'il s'agit d'analyser les mouvements migratoires qui s'effectuent entre des populations linguistiquement hétérogènes. Dans le cas de la population québécoise, il ne fait aucun doute que les caractéristiques linguistiques sont fortement liées au phénomène de la migration interprovinciale, étant donné la situation très particulière du Québec dans le contexte canadien (Baillargeon 1986 ; Bourbeau 1986 ; Dallaire 1988 ; Lachapelle et Henripin 1980 ; Robitaille et Bourbeau 1980 ; Termote et Gauvreau 1988). Les données qui apparaissent au tableau 4 ont été obtenues à partir des réponses fournies à la question portant sur la connaissance des deux langues officielles du Canada (capacité de soutenir une conversation en anglais ou en français). On constate que la majorité des émigrants interprovinciaux du Québec (actifs et âgés de 15 ans et plus au recensement de 1986) étaient capables de s'exprimer dans les deux langues officielles. Cela concerne plus des trois quarts (78,8 %) des émigrants nés au Québec, la proportion correspondante étant sensiblement plus faible chez les émigrants nés dans les autres provinces (59,2 %) ou à l'extérieur du Canada (51,7 %). Au total, très peu d'unilingues français ont quitté le Québec entre 1981 et 1986 (3,3 % de l'ensemble des émigrants interprovinciaux), comparativement aux unilingues anglais (27,5 %). Chez les émigrants nés en dehors du Québec, la proportion d'unilingues anglais atteint 39,6 % dans le cas des Canadiens de naissance et 45,6 % dans le cas des étrangers.

17

Tableau 4 : Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon la connaissance des langues officielles et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon la connaissance des langues officielles et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus actifs âgés d'au moins 15 ans)

Tableau 4 : Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon la connaissance des langues officielles et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon la connaissance des langues officielles et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus actifs âgés d'au moins 15 ans)

Source des données : Recencement du Canada de 1986

18Il n'est donc pas surprenant de constater qu'il existe des écarts importants entre les taux d'émigration interprovinciale des unilingues anglais et ceux des autres groupes linguistiques, peu importe le lieu de naissance. Par exemple, les individus qui ne connaissent pas le français mais qui connaissent l'anglais ont été au moins deux fois plus portés à quitter le Québec que ne l'ont été les bilingues et au moins vingt fois plus que ne l'ont été les unilingues français. Dans le cas des unilingues anglais qui sont nés dans le reste du Canada, pratiquement le tiers d'entre eux ont émigré vers une autre province durant la période. Fait intéressant à noter : le taux d'émigration des unilingues anglais natifs du Québec est supérieur à celui des unilingues anglais nés à l'extérieur du Canada, situation singulière qui démontre bien que le facteur linguistique constitue un élément fortement déterminant en ce qui a trait à la propension à quitter le Québec pour aller s'établir dans une autre province canadienne.

Vue d'ensemble

19Cette étude a permis de mettre en évidence l'importance du lieu de naissance dans le phénomène de l'émigration interprovinciale au Québec. Malgré le fait que la population des émigrants interprovinciaux soit majoritairement constituée d'individus nés au Québec, il est clair que, proportionnellement, ceux-ci sont beaucoup moins enclins à quitter la province que ne le sont les individus nés à l'extérieur. Parmi ces derniers, on a pu constater que les taux d'émigration étaient beaucoup plus élevés chez les individus qui sont nés dans une autre province canadienne que chez les immigrants internationaux. Le cas des personnes nées dans les provinces de l'Ouest du Canada, en particulier, est assez remarquable, puisque plus du cinquième d'entre elles ont quitté le Québec entre 1981 et 1986. Quant aux personnes nées à l'étranger, on a constaté, autant chez les hommes que chez les femmes, que les taux d'émigration interprovinciale des immigrants nés dans les pays d'Europe du Sud sont relativement très faibles, alors que ceux des immigrants nés dans le reste de l'Europe ou en Asie sont assez élevés.

20L'analyse des caractéristiques des émigrants interprovinciaux selon le lieu de naissance a fait ressortir quelques différences intéressantes entre les profils des trois groupes d'émigrants. D'abord, les émigrants nés à l'extérieur du Québec sont relativement plus âgés, en moyenne, que les émigrants nés au Québec. D'autre part, les émigrants interprovinciaux nés à l'extérieur du Canada (immigrants internationaux) sont plus instruits, dans l'ensemble, que les autres émigrants du Québec. Quant aux caractéristiques linguistiques, il semble que la connaissance de la langue anglaise constitue un élément clé du profil des émigrants interprovinciaux du Québec : plus des deux tiers des émigrants sont bilingues, les autres étant pratiquement tous unilingues anglais. Du côté des taux d'émigration, on a pu constater que les tendances observées pour l'ensemble de la population (mobilité des individus nés à l'extérieur du Canada plus grande que celle des natifs du Québec mais inférieure à celle des natifs du Reste du Canada) demeurent à peu près les mêmes selon les caractéristiques qui ont été analysées. La seule exception concerne le taux d'émigration des unilingues anglais nés au Québec, qui est plus élevé que celui des unilingues anglais nés à l'extérieur du Canada. Enfin, les variations de l'ampleur relative de l'émigration interprovinciale du Québec selon chacune des caractéristiques étudiées sont assez semblables d'un groupe à l'autre. Dans l'ensemble, les plus fortes propensions à émigrer s'associent avec des âges relativement jeunes (25 à 34 ans), un haut niveau de scolarité (diplômés universitaires) et, ce qui est particulièrement typique au contexte québécois, une connaissance de la langue anglaise jumelée à une ignorance de la langue française (unilingues anglais).

Bibliographie

Baillargeon Mireille
1986 L'évolution et les caractéristiques linguistiques des échanges migratoires interprovinciaux et internationaux du Québec depuis 1971, Conseil de la langue française, Document n° 58.

Beaujot Roderic P.; Rappak Peter J.
1987 L'émigration au Canada : importance et interprétation, C.E.I.C., Document de travail n° 4, 1987.

Bourbeau Robert
1986 Utilisation des données des recensements canadiens pour l'étude de la migration des groupes linguistiques au Québec, 1971, 1976 et 1981, Rapport de recherche soumis au Conseil des Arts du Canada.

Charbonneau Hubert
1984 "Essai sur l'évolution démographique du Québec de 1534 à 2034", Cahiers québécois de démographie, 13-1, 5-21.

Dallaire Louise M.
1988 Relation entre la mobilité linguistique et la migration au Canada, Mémoire de maîtrise en démographie, Université de Montréal.

Lachapelle Réjean ; Henripin Jacques
1980 La situation démolinguistique au Canada : évolution passée et prospective, Institut de recherches politiques.

Marr William L.; McCready Douglas J.; Millerd Frank W.
1978 "Canadian interprovincial migration and éducation, 1966-1971", Canadian Studies in Population, 5, 1-11.

Raby Ronald ; Parent Pierre
1983 "L'estimation de l'émigration au Canada, 1961-1986", Cahiers québécois de démographie, 12-2, 217-221.

Robitaille Norbert ; Bourbeau Robert
1980 La migration des groupes linguistiques au Québec et dans ses régions, 1951 à 1976, Conseil de la langue française.

Stone Leroy O.
1978 The Frequency of Géographie Mobility in the Population of Canada, Statistique Canada, Ottawa.

Termote Marc ; Gauvreau Danielle
1988 La situation démolinguistique du Québec, Editeur officiel du Québec, Dossiers du Conseil de la langue française, n.° 30.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Emigrants et taux d'émigration interprovinciaux du Québec selon le lieu de naissance et le sexe, période 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).
Légende *Comprend : Albanie, Andorre, Cité du Vatican, Chypre, Espagne, Gibraltar, Grèce, Italie, Malte, Monaco, Portugal, Saint-Marin et Yougoslavie.Source des données : Recensement du Canada de 1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 2. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le groupe d'âge et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le groupe d'âge et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 5 ans).
Légende Source des données : Recensement du Canada de 1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3. Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon le plus haut niveau de scolarité atteint et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon le plus haut niveau de scolarité atteint et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus âgés d'au moins 15 ans)
Légende Source des données : Recensement du Canada de 1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4 : Distribution relative ( %) des émigrants interprovinciaux selon la connaissance des langues officielles et taux d'émigration interprovinciale ( %) selon la connaissance des langues officielles et le lieu de naissance, Québec, 1981-1986 (individus actifs âgés d'au moins 15 ans)
Légende Source des données : Recencement du Canada de 1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Démographe, Université du Québec, Chicoutimi, Québec, Canada