Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Migrations temporaires et démographie

Exemples en basse-Marche limousine au xixe siècle

Gilles Boetsch

Texte intégral

1La mobilité des populations vivant dans des écosystèmes montagnards est un objet d'étude désormais classique de l'histoire et de la géographie. L'émigration périodique qui caractérise ces populations résulterait de l'effet structurel du milieu : une faible productivité agricole associée à un besoin important de main-d'œuvre durant la brève période des travaux agricoles. Or, cette hypothèse trop déterministe a déjà été remise en cause (Corbin 1975 ; Fontaine 1990).

2Bien que retenant les mêmes causes, la sociologie et la démographie insistent davantage sur les effets de "feed-back" existant entre l'écosystème, la dimension de la population et la structure familiale, cette dernière apparaissant comme un facteur de différenciation important entre diverses populations rurales dans la mesure où la structure familiale des pays de montagne a évolué apparemment moins rapidement vers le type dit "nucléaire" que les populations des plaines (Poitrineau 1983 : 7).

3Cette pérennité de familles à structure de type "polynucléaire" est associée au mode de vie montagnard. Elle va permettre la formation de couples jeunes, à fertilité précoce mais peu élevée. Une telle configuration familiale va générer une inadéquation entre individus actifs et ressources : trop de bras pour une terre incapable de les nourrir.

4A côté de cette explication "écologique", il convient d'introduire la mentalité paysanne limousine, à savoir les aspirations d'une partie des hommes jeunes se situant dans un jeu de miroirs où l'altérité, au sens anthropologique, serait l'image de soi-même mis en situation. Les jeunes sont séduits par le discours "exogène" des aînés sur la vie du maçon à Paris ou à Bordeaux, villes où l'argent est dur à gagner mais facile à dépenser, où la maladie et la mort ont plus de risque d'être sur votre chemin que la fortune, mais où l'on pense aussi qu'on sera plus fort ou plus malin que les autres : le retour au pays n'en sera que plus prestigieux.

5Il est certain que pour le Limousin, les explications d'ordre géographique demeurent insuffisantes car cette région possède peu de relief : aucun point ne dépasse 800 mètres. De plus, l'émigration marchoise n'est pas une migration hivernale caractéristique des régions montagneuses (Blanchard 1928 ; Allix 1934) mais une migration estivale particulière à cette région.

6Cette migration temporaire a fortement marqué le pays en créant une relation ternaire dans l'équilibre population et système agraire en servant d'élément régulateur. Elle aura pourtant été le prélude du mouvement de désertification des campagnes qui prendra son essor au lendemain de la première guerre mondiale : "la migration définitive apparaît ainsi comme la suite et la compagne naturelle de la migration temporaire" (Blanchard 1928 : 91). Cette hémorragie a été largement aggravée par la guerre de 14-18 qui a privé les campagnes françaises d'une grande partie de ses hommes valides. Le Limousin qui possédait 1 million d'habitants en 1900 n'en compte plus que 730 000 en 1985 (Chatain 1985). Les ancêtres des agriculteurs du canton de Chateauponsac, canton situé dans le nord du département de la Haute-Vienne ont fortement participé à ce mouvement migratoire saisonnier.

7Vraisemblablement depuis son origine, mais en tout cas depuis le début du xixe siècle, cette migration n'a cessé de subir la réprobation des grands propriétaires terriens (Randy de Naléche 1959) ou de leurs représentants (Villard 1832 ; Clément 1885) qui ne savaient si sa pire conséquence était d'ordre économique (désertification des campagnes entraînant un manque de main-d'œuvre pour l'agriculture) ou moral (alcoolisme et abandon des valeurs de la religion chrétienne). C'est pourtant Le Play et son école qui aborderont les premiers le problème de la migration temporaire dans une dimension anthropologique : cette migration dépasse largement le simple cadre économique dans la mesure où sa pratique engendre de nouveaux rapports sociaux. Si "les jeunes filles ne veulent se marier qu'avec des jeunes gens qui reviennent de Paris ou de Lyon et ceux qui n'ont pas émigré sont méprisés, regardés comme inférieurs aux autres" (Clément 1886 : 283), on comprend que cette migration ait été nécessaire pour l'intégration sociale dans la communauté rurale. C'est cette dimension que l'école le play-sienne a mis à jour, en montrant l'opposition rencontrée dans la migration temporaire des régions pauvres, entre la migration de la "misère" (de survie) et celle de l'abondance (ou d'enrichissement), cette dernière s'avérant finalement indispensable pour pouvoir accéder à une position reconnue dans la hiérarchie villageoise.

Figure 1. Situation géographique du canton de Chateauponsac

La mise en évidence du phénomène migratoire

8Le phénomène des migrations temporaires limousines a été signalé depuis fort longtemps (Carron 1965) bien que cette ancienneté paraisse fréquemment redécouverte (Moulin 1986) ; Clément voyait déjà dans la construction de la digue de La Rochelle l'origine de l'attirance des Limousins pour les travaux du bâtiment (1885 : 481) mais Merlier pense qu'elle est largement antérieure à cette époque (1934 : 216). C'est au xviiie et surtout au xixe siècle que cette migration va pouvoir être quantifiée : les rapports des préfets du premier et du second empire vont attirer l'attention sur l'ampleur du phénomène. Pour l'ancien régime, il est possible d'avoir une bonne estimation de l'amplitude de la migration grâce aux méthodes indirectes que représente l'analyse des variations saisonnières de mariages et de naissances.

La variation saisonnière comme expression démographique du phénomène migratoire

9La migration temporaire laisse des traces dans les caractéristiques démographiques d'une population. Certains phénomènes, comme la nuptialité ou la fécondité, sont largement affectés par le rythme de ces déplacements. Coutume saisonnière de mariages et mois de conceptions extrêmement actifs durant la période hivernale révèlent le mode particulier d'organisation de la société limousine. Les mariages se pratiquaient lors des retours des maçons, durant les mois de janvier, février et mars.

Figure 2. Evolution des professions exercées par les ancêtres d'agriculteurs d'aujourd'hui.

10Le mois de janvier concernait peu de mariages : mariages de sédentaires pressés par la conception prénuptiale ou mariages "arrangés" entre familles qui s'effectuaient dès l'arrivée des migrants. La majorité des unions se célébrait en février, peu après les bals locaux donnés officiellement en l'honneur des Saints Patrons (Bal de la St Thyrse au 29 janvier pour la paroisse de Chateauponsac) officieusement en raison de la présence des migrants (Mahias 1978). La fraction masculine demeurée sédentaire profitait aussi de cette période d'épousailles pour se marier et les noces prenaient alors un caractère familial : le frère se mariait en même temps que la sœur et le cousin que la cousine.

11Comme pour les mariages, la migration va induire une périodicité de la natalité, périodicité qui était déjà très marquée dans les paroisses voisines de la Haute-Marne à la fin du xviiie siècle (Pérouas & Lapeyre 1976). Mais le phénomène sera ici moins net dans la mesure où la population masculine migrante y est proportionnellement moins nombreuse.

12La fécondité ne relève plus du seul domaine social comme c'était le cas du mariage. Si les migrants ne peuvent concevoir durant les neuf mois où ils sont absents, les sédentaires ne sont guère enclins à les imiter dans ce domaine et la variation saisonnière aura une amplitude plus faible (figure 3) : elle suivra néanmoins le changement de comportement en matière de nuptialité lors de l'arrêt des migrations temporaires en 1914. Nous verrons que la plus grande facilité de conception permise aux agriculteurs sédentaires n'entraînera pas pour autant une plus grande fécondité de leur part.

Identité et image du migrant

13Cette population émigrée est généralement jeune et masculine, comme le montre les registres de délivrance des passeports d'ouvriers de la commune de Rançon (sur 504 personnes, 51 % ont moins de 20 ans et 4 % plus de 50 ans), en raison des conditions rigoureuses imposées par le déplacement : le voyage vers Paris ou Bordeaux s'est effectué à pied jusqu'à la construction du chemin de fer, les conditions de vie étaient très dures dans les villes car il fallait économiser le plus possible, etc..

14Il s'ensuit un phénomène de sélection favorable au milieu paysan durant le xixe siècle (Ariés, 1971), dans la mesure où elle va permettre le maintien dans les fermes et dans l'ensemble du monde paysan d'hommes aguerris par la migration temporaire.

15Ce mouvement continuel d'hommes vers des métiers autres que ceux de la terre va redistribuer salaires et économies selon de nouvelles capacités : l'habilité manuelle et la résistance physique de l'apprenti lui permettront d'espérer quelques promotions sociales. Au cours du xixe siècle, la position socio-économique du migrant se renforce (tableau 1) : si en 1836, il paie 26 Fr. d'impôts alors que l'artisan sédentaire en paie 29 et le petit propriétaire 37, en 1848, le migrant en paiera 27, c'est-à-dire autant que le petit propriétaire (27) et légèrement plus que l'artisan (26). Il existe une différence au sein des corps de métiers du bâtiment puisque les paveurs sont davantage imposés que les maçons ou les tailleurs de pierre et même, pour 1848, que les agriculteurs. Cette hiérarchie sociale a exercé une influence sur la structuration du marché matrimonial en imposant une règle d'homogamie (Boetsch 1984). Les lieux de migration relevaient d'une tradition visiblement ancienne : une partie des migrants de la commune de Chateauponsac et la majorité de ceux de Rançon partaient vers Bordeaux (Poussou 1976) alors que ceux des communes septentrionales (Saint Sornin Leulac et Saint Amand-Magnazeix) allaient à Paris. Il convient de voir comment ce phénomène migratoire a pu interférer dans la dynamique démographique.

Figure 3. Variations saisonnières des mariages au sein de la population rurale du canton de Chateauponsac (1780-1959).

16

Tableau 1 : Répartition des contributions directes par professions en 1836 et 1848 pour la commune de Saint Sornin-Leulac.

Tableau 1 : Répartition des contributions directes par professions en 1836 et 1848 pour la commune de Saint Sornin-Leulac.

* Légende professions : 1 = Propriétaires et notables ; 2 = Propriétaires-cultivateurs ; 3 = Commerçants et artisans ; 4 = Paveurs (migrants) ; 5 = Maçons (migrants) ; 6 = Tailleurs de pierre (migrants) ; 7 = Divers.

Migrations temporaires et démographie

Le marché matrimonial : l'âge au mariage

17L'âge au premier mariage est un facteur essentiel dans la vie démographique des populations : il est un des éléments structurant du marché matrimonial et il marque le début de la vie reproductive des couples. Un âge au mariage précoce ou tardif ainsi qu'une différence d'âge importante entre époux sont les reflets de formes particulières d'organisation sociale. Sur le plan de la reproduction de la population, on a cru pendant longtemps que le mariage tardif des femmes devait jouer un rôle régulateur essentiel dans les cas de fécondité non-dirigée (Hajnal 1965 ; Dupâquier 1979).

18Pour le sexe masculin, un âge précoce au mariage signifie d'abord une facilité d'installation professionnelle et ensuite que les femmes se situant dans leur classe d'âge (c'est-à-dire entre 0 et -5 ans) n'aient pas été épousées par les hommes de la classe d'âge supérieure. Dans le canton de Chateauponsac, on n'observe pas de différences significatives d'âge au premier mariage entre les hommes migrants et les hommes sédentaires, mais on constate un accroissement général de l'âge au mariage tout au long du xixe siècle. Ceci dénote une difficulté de plus en plus prononcée d'établissement pour les hommes : ils demeurent plus longtemps maçons, se marient plus tard et perturbent l'ensemble du marché matrimonial en freinant la circulation des dots. L'âge au premier mariage des femmes suit la même tendance que celle des hommes (tableau 2) durant la première moitié du xixe siècle, puis s'abaisse très rapidement jusqu'à la fin du siècle, surtout chez les épouses de migrants. Le mariage plus précoce des migrants avec des femmes elles-mêmes plus jeunes s'explique par les écarts de ressources de plus en plus importants entre migrants et sédentaires.

19

Tableau 2 : Evolution de différents paramètres démographiques

Tableau 2 : Evolution de différents paramètres démographiques

var.l = Age moyen au premier mariage du mari ; Var.2 = Age moyen au premier mariage de la femme ; Var.3 = Intervalle protogénésique moyen (en année) ; Var.4 = Fréquence intervalles proto-génésique (7 mois<x> 12 mois) ; Var.5 = Fréquence conceptions prénuptiales (x<7 mois) ; Var.6 = Intervalle intergénésique 1 moyen (en années) ; Var.7 = Nombre moyen d'enfants nés vivants.

20Ce phénomène d'accroissement de l'âge au mariage pour les hommes semble assez spécifique à la région, car en ce domaine, on observe de grandes variations d'une région à l'autre (Me Quillan 1984). L'âge au mariage des femmes limousines qui était déjà considéré comme précoce au xviiie siècle (Shorter 1975) continue de l'être au xixe siècle : il se situe ici entre 20 et 24 ans alors qu'il varie entre 21,5 et 27,5 ans pour l'ensemble de la France durant cette période (Van de Walle 1974).

Les intervalles génésiques

21L'intervalle génésique est un élément essentiel dans l'analyse d'un modèle reproductif : une descendance nombreuse est généralement associée à des intervalles génésiques courts. Dans de nombreuses populations du Tiers Monde, l'étendue de cet intervalle est influencée par les rations alimentaires, mais aussi par des pratiques contraceptives (Caræl 1978). Dans cette population du Limousin, c'est la présence (sédentaire) ou l'absence (migrant) du mari pendant une bonne partie de l'année qui va influencer la longueur de cet intervalle : les épouses de migrants ont un intervalle plus long que celui des agriculteurs sédentaires (tableau 2). Ceci est dû à la fréquence élevée de conceptions consécutives au mariage conjuguée à un taux important de conceptions prénuptiales chez les sédentaires que chez les migrants. Le même phénomène se reproduit lors de la seconde naissance. Ces intervalles génésiques, beaucoup plus courts autant chez les agriculteurs que chez les migrants, devraient produire, malgré un âge au premier mariage plus précoce chez les femmes de migrants, une descendance finale plus élevée dans les familles d'agriculteurs sédentaires.

La descendance finale

22La dynamique des populations est soumise à l'impact du phénomène de fécondité dont l'expression est ici synthétisée par la descendance finale des couples. Ce nombre d'enfants aura une influence extrêmement importante sur les structures démographiques, génétiques et sociales de la population (Boetsch & Sevin 1989 ; 1990). Le nombre d'enfants par familles n'a fait que décroître depuis le début du xixe siècle. Cette diminution de la fécondité, indépendante de l'âge au premier mariage des femmes, confirme un comportement déjà très malthusien qui semble spécifique à la France (Blum 1989) car, durant la même période, on assiste à un phénomène inverse, un accroissement de la fécondité lié à l'amélioration des conditions de vie, dans d'autres régions d'Europe (Knodel & Wilson 1981). Ce contrôle de la fécondité touche apparemment toutes les catégories socio-professionnelles du canton (Bley 1989) et on n'observe aucun écart significatif dans la descendance finale des familles complètes d'agriculteurs sédentaires et de migrants malgré les différences que l'on a pu constater entre intervalles génésiques. Le rapport entre population et ressources semble en équilibre : une fécondité relativement élevée devant compenser la mortalité infantile durant la période de développement de l'émigration temporaire et une diminution accélérée dès les premiers moments d'essoufflement de celle-ci.

Conclusion

23Les explications économiques et démographiques ne sauraient être dissociables de celles concernant la mentalité collective. Si les cantons migrants du Limousin furent les premiers de la région à s'alphabétiser (L'instruction publique dans la Haute-Vienne, 1870), à se décléricaliser et à introduire le socialisme dans les campagnes (Nadaud 1895 ; Corbin 1975), la migration temporaire ne modifia pas profondément le modèle démographique traditionnel, dans la mesure où elle concourait à préserver un couple de caractères spécifiques de l'émigration temporaire : l'identité et l'enracinement (Rosental 1990). Ceci semble, en effet, être un des paradoxes des populations migrantes temporaires que d'avoir formé une masse de travailleurs indispensables au développement de la société urbaine et industrielle tout en demeurant parfois figées dans des attitudes archaïques. Ainsi les comportements démographiques sont influencés par le mode de dévolution des biens qui traduit une organisation collective des hommes qui s'inscrit dans une durée plus longue, et qui, en Limousin, ne disparaîtra que lorsque l'existence même de ce type de société sera en jeu par les changements de dominance économique.

Bibliographie

1870, Instruction (L') publique dans la Haute-Vienne, Ducourtioux, Limoges, [Extrait de l'almanach limousin 1870].

Allix, A.
1932. Anciennes émigrations dauphinoises. Revue de géographie alpine, XX (1) : 119-127.

Aries, P.
1971. Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le xviiie siècle, Le Seuil, Paris.

Bandy de Nalegel, L.
1859. Les maçons de la creuse, E. Dentu, Paris.

Blanchard, R.
1928. Les Alpes françaises, A. Colin, Paris.

Bley, D.
1989. Evolution of birth intervals in a french rural population (1840-1950).
International journal of anthropology,4(l-2) : 39-46.

Blum, A.
1989. L'évolution de la fécondité en France aux xviiie et xixe siècles – Analyse régionale. Annales de démographie historique (1989) : 157-177.

Boetsch. G.

1984. L'influence de la structure sociale sur le comportement matrimonial d'une population agricole, dans : E. Crognier, D. Bley, G. Boetsch. Mariage en Limousin, CNRS, Paris.

Boetsch. G. & Sevin, A.
1989. Inbreeding in a french peasant population. International journal of anthropology, 4(1-2): 27-37.
1990. Genealogical method for population structure studies in an open population (Chateauponsac, France), in: (A. Chaventré & D.F Roberts Eds) Approche pluridisciplinaire des isolats humains, INED, Paris.

Carael, M.
1978. Relations between births intervals and nutrition in three Central African populations (Zaïre), in: (H. Mosley Ed.) Nutrition and human reproductions, Plenum press, New-York.

Carron, M.A.
1965.
Prélude à l'exode rural en France : les migrations anciennes des travailleurs creusois. Rev. Hist. Eco. Soc, XLIII (3) : 289-320.

Châtain, G.
1985. Le Limousin : une forte personnalité régionale, dans : (J.Y. Potei Ed.) L'état de la France et de ses habitants, La Découverte, Paris.

Châtelain, A.
1967. Les migrations temporaires françaises au xixe siècle problèmes, méthodes, documentation. Ann. Dém. Hist. 9-28.

Clement, H.
1885. Les émigrants du centre de la France. La réforme
1886. sociale, X : 481-490 & XI : 200-206 ; 285-291 ; 354-361 et 425-433.

Corbin, A.
1971. Migration temporaires et société rurale au xixe siècle :le cas du Limousin. Revue Historique, 266(2 : 293-334.
1975. Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, M. Rivière, Paris, 2 Volumes .

Crognier, E., Bley, D. & Boetsch, G.
1984. Mariage en Limousin, CNRS, Paris.

Dupaquier, J.
1979. La population rurale du bassin parisien à l'époque de Louis XIV, E.H.E.S.S., Paris.

Fontaine, L.
1990. Solidarités familiales et logiques migratoires en pays de montagne à l'époque moderne. Annales E.S.C. 1990(6): 1433-1450.

Hajnal, J.
1965. European marriage patterns in perspective, in: (D.V. Glass &
D.E.C. Everley Eds) Population in history, E. Arnold, London.

Knodel, J. & Wilson, C.
1981. The secular Increase in Fecundity in German Village Populations: an Analysis of reproductive histories of couples married (1750-1899).
Population Studies, 35(1) : 53-84.

Mahias, M. C.
1978. Les maçons marchois. Ethnologia, 5 :3-26.

Mc Quillan, K.
1984. Modes of production and demographic pattern sin nineteenth century France. American Journal of Sociology, 89 (6) : 1324-1346.

Merlier, A.
1934. Types d'émigration limousine. Les études rhodaniennes, X (3-4) : 215-242.

Moulin, A-M.
1986. Les maçons de la haute-Marche au xxiiie siècle. Annales de démographie historique (1986) :

Nadaud, M.
1976 (1895) Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Hachette, Paris.

Perouas, L. & Lapeyre M.-C
1976. L'émigration des "maçons creusois" avant le XIXe siècle. Rev. Hist. Moder. Contemp, 23 : 369-393.

Poitrineau, A.
1983. Remues d'hommes – Les migrations montagnardes en France xviie et xviiie siècle, Aubier, Paris.

Poussou, J.-P.
1976. L'évolution comparée des immigrations limousine et auvergnate à Bordeaux au xviiie siècle, in : Entre faim et loup – Les problèmes de la vie et de l'émigration sur les hautes terres françaises au xviiie siècle, Institut d'étude du Massif central, Clermont-Ferrant.

Rosental, P.-A.
1990. Maintien/rupture : un nouveau couple pour l'analyse des migrations. Annales E.S.C., 1990(6) : 1403-1431.

Shorter, E.
1975. The making of the modem family, Basic Books, New-York.

Van de Walle, E.
1974. The female population of France in the nineteenth century, Princeton university press, Princetone.

Villard
1832. L'émigration des ouvriers creusois, Masson, Paris.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Situation géographique du canton de Chateauponsac
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 2. Evolution des professions exercées par les ancêtres d'agriculteurs d'aujourd'hui.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 3. Variations saisonnières des mariages au sein de la population rurale du canton de Chateauponsac (1780-1959).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 1 : Répartition des contributions directes par professions en 1836 et 1848 pour la commune de Saint Sornin-Leulac.
Légende * Légende professions : 1 = Propriétaires et notables ; 2 = Propriétaires-cultivateurs ; 3 = Commerçants et artisans ; 4 = Paveurs (migrants) ; 5 = Maçons (migrants) ; 6 = Tailleurs de pierre (migrants) ; 7 = Divers.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 : Evolution de différents paramètres démographiques
Légende var.l = Age moyen au premier mariage du mari ; Var.2 = Age moyen au premier mariage de la femme ; Var.3 = Intervalle protogénésique moyen (en année) ; Var.4 = Fréquence intervalles proto-génésique (7 mois<x> 12 mois) ; Var.5 = Fréquence conceptions prénuptiales (x<7 mois) ; Var.6 = Intervalle intergénésique 1 moyen (en années) ; Var.7 = Nombre moyen d'enfants nés vivants.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.