Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Pourquoi aller à Sion ?

Réflexion sur le phénomène migratoire à Sion à la fin du XVIIIe siècle

Janine Fayard Duchêne

Texte intégral

  • 1 Dubuis, François-Olivier ; Lugon, Antoine, Sion, Inventaire topographique des maisons aux xviie et (...)
  • 2 Signalons les épidémies de variole des années 1787, 1795 et 1802, qui augmentèrent alors la mortali (...)
  • 3 Le courant d'émigration sédunois ne se limita pas aux cadets des vieilles familles qui allèrent ser (...)

1Tout au long du xviiie siècle, la population de Sion resta stationnaire, oscillant autour de 1600 à 1800 habitants, avec une pointe à 2000 en 1770.1 La cité ne connut de véritable explosion démographique qu'au siècle suivant. Il convient d'attribuer cette stagnation à la fois à une forte mortalité infantile et juvénile, due principalement aux récurrentes épidémies de variole, dangereuses jusqu'au xixe siècle,2 mais aussi à un faible mais permanent courant d'émigration, très difficile à cerner dans toute sa complexité.3 Ce dernier facteur ne doit pas être négligé pour tenter une explication de ce marasme démographique alors même que l'historien constate, paradoxalement, que la ville attira, accueillit et intégra de nombreux immigrants, pendant tout ce siècle. Une étude de l'origine des habitants de la capitale valaisanne révèle, en effet, à quel point l'immigration fut un facteur déterminant pour l'activité économique de la cité.

  • 4 A propos de l'incendie du 24 mai 1788, nous renvoyons au catalogue de l'exposition qui eut lieu à S (...)
  • 5 Dubuis Lugon, op. cit., p. 391.
  • 6 Nous sommes en train de terminer une étude sur la population de Sion à la fin du xviiie siècle. Tou (...)

2Notre enquête sur l'ensemble de la population sédunoise concerne la période située entre 1787, année précédant le terrible incendie4 qui endommagea gravement ou détruisit complètement 40 % environ des édifices de la cité,5 et 1798, date du début de la révolution valaisanne.6

Cives, incolœ et tollerati

  • 7 Voir Schiner, Hildebrand, Description du département du Simplon ou de la ci-devant république du Va (...)

3Les habitants se répartissaient alors en trois catégories bien distinctes :7 les bourgeois, cives, tous réputés originaires de la cité ; les habitants perpétuels, incolœ, qui, une fois admis officiellement à résider dans les murs de la ville par la commune bourgeoisiale, pouvaient y demeurer autant qu'ils le souhaitaient ; quant aux tolérés, tollerati, ils devaient, eux aussi, solliciter le droit d'habiter dans la cité, mais une fois l'autorisation accordée (die Tolleranz) ils restaient sous la menace d'une expulsion ad placitum, sur simple décision des autorités bourgeoisiales.

  • 8 Ces pourcentages, tirés de notre étude sur la population de Sion, concernent les chefs de famille d (...)

4Entre 1787 et 1798, les tolérés représentaient en moyenne un peu plus de 50 % de l'ensemble des habitants de la ville, les habitants perpétuels autour de 30 % et les bourgeois un peu moins de 20 %.8

  • 9 Nos statistiques portent sur l'ensemble des individus dont nous avons pu identifier la présence à S (...)

5L'immense majorité des tolérés étaient des immigrants de fraîche date. Très rares furent ceux qui étaient nés à Sion (1,7 %) d'un père appartenant à la catégorie des tolérés. Apprentis, compagnons occasionnels, journaliers, domestiques, ils étaient la main-d'œuvre, dans la grande majorité des cas sans qualification, dont toute cité a besoin. Ils étaient originaires pour un peu plus du tiers du Valais, essentiellement des dizains du Centre et du Haut-Valais. Les autres, venus d'au-delà des frontières de la République valai-sanne, étaient natifs de l'Empire, territoires allemand et autrichien (21 %), des cantons forestiers de la Suisse primitive (12 %) plus rarement d'Italie et de France.9 Tous ne s'installaient pas définitivement à Sion. A peine 10 % des hommes recensés entre 1787 et 1798 et ayant obtenu la Tolleranz devinrent incolœ après la révolution valaisanne. Beaucoup, après quelques années passées à Sion, n'ayant pas réussi à s'y intégrer, repartaient chercher fortune ailleurs, alimentant le courant d'émigration qui s'écoulait régulièrement de la cité sédunoise.

6L'étude de l'origine géographique des incolœ révèle des différences sensibles avec le groupe des tolleraii. Les immigrants valaisans arrivent toujours en tête, mais ils ne représentent plus qu'un quart de l'ensemble et sont talonnés de près par les ressortissants de l'Empire (Allemagne du Sud surtout et Autriche) ; les Savoyards et les Confédérés se retrouvent pratiquement à égalité avec 15 % pour les premiers et 16 % pour les seconds. C'est au niveau de la qualification professionnelle que le fossé se creuse davantage entre incolœ et tollerati. Rarement ouvriers ou journaliers, les habitants perpétuels avaient une qualification professionnelle précise : la plupart étaient des maîtres artisans, magistri, quelques-uns étaient marchands, parmi lesquels on peut discerner de véritables négociants-banquiers.

7Les incolœ s'intégraient facilement, même si rares furent ceux qui parvinrent à devenir bourgeois. Ils formaient une population stable, vivant sur plusieurs générations dans la cité sédunoise. Parmi les habitants perpétuels recensés à Sion entre 1787 et 1798, 47 % jouissaient de ce statut parce que leur père ou un de leurs ancêtres, en ligne masculine directe, l'avaient obtenu avant eux. Autre exemple de la permanence de ces familles : 18 % des familles d'habitants perpétuels recensés à Sion en 1867, lors de la distribution de lots de terrains par la Bourgeoisie avaient accédé à cet état avant 1798.

8Il peut paraître étonnant de voir autant d'immigrants chercher à s'installer dans une cité en proie à un courant d'émigration léger mais continu. Le Valais n'avait pas la réputation d'être une région riche au xviiie siècle. Pourquoi tant d'étrangers tentaient-ils de s'y établir ? N'est-il pas surprenant de constater que des hommes vivant dans une région traditionnellement pauvre la quittaient pour aller dans une autre région tout aussi pauvre ? Pourquoi, par exemple, abandonner le Chablais ou le Faucigny pour gagner le Valais ?

Les types de migration

9Avant d'essayer de répondre à ces questions, il vaut la peine d'examiner à quels types de migrations nous avons affaire. Nos immigrants venaient-ils à Sion seuls ou en famille ? L'installation à Sion était-elle due au hasard ou s'inscrivait-elle dans le cadre d'une stratégie familiale, voire clanique ou villageoise ? L'examen de chaque groupe d'immigrants va nous permettre de proposer des explications à ces interrogations.

10L'artisan qui quittait sa ville natale pour se perfectionner dans son métier ou dans son art et apprendre d'autres techniques représente le cas type d'émigration individuelle. C'était une habitude, voire une obligation, dans de nombreuses professions d'effectuer le tour des régions avoisinant la province d'origine. Ce type d'émigration est fréquent au sein des émigrants impériaux, essentiellement wurtembergeois, bavarois et autrichiens.

  • 10 Archives de la Bourgoisie de Sion (ABS) 153/28.
  • 11 Ibidem.

11Prenons l'exemple de Michel Klotz ou Clo, né le 3 septembre 1760 dans la paroisse Saint-Vit de Dorfprozelten en Bavière.10Forgeron de son état, il quitta, à 16 ans, Oberaltenbuch, où vivaient ses parents, pour aller exercer sa profession pendant deux ans dans la cité bavaroise de Rothenfels. De là, il gagna l'Alsace, où les maîtres forgerons de Colmar lui délivrèrent un certificat de vingt semaines de travail en 1781. La même année, il passa quatorze semaines dans le canton de Fribourg, avant d'aller travailler douze semaines à Zofingen, en Argovie. Nous perdons sa trace entre 1782 et 1785, années où on le retrouve en Valais, à Nendaz, pour un séjour d'un an et demi.11 Il se maria à Sion, le 25 juillet 1785, et s'y fixa définitivement, après avoir accédé au statut d'habitant perpétuel en 1790. La famille était encore présente à Sion lors du recensement de 1829, en la personne de son fils Michel, qui figure toujours dans la liste des incolœ dressée par la Bourgeoisie en 1867.

  • 12 ABS 153/21.

12Nous pourrions citer d'autres cas du même genre, dont celui de l'Autrichien Conrad Kienz, menuisier originaire de la paroisse Saint-Laurent de Sulzberg, dans le Vorarlberg, installé à Sion dès 1789, incola en 1790, qui, de 1780 à 1789, avait sillonné la Bavière et la Suisse12 et dont la famille figure parmi les habitants perpétuels en 1867.

13Nos deux artisans paraissent être venus à Sion de leur propre initiative. C'est sans doute le hasard qui amena Klotz à Sion. Dans le cas de Kienz, il est vraisemblable que ce fut la nouvelle de l'incendie qui l'attira vers la capitale sédunoise.

14Les gens de Souabe et de Bavière étaient, en général, plus qualifiés sur le plan professionnel que les Autrichiens, montagnards venus essentiellement du Vorarlberg et du Tyrol, ce qui a pour conséquence directe une meilleure intégration pour les premiers que pour les seconds. Peu d'Autrichiens devinrent incolae, comme le maître artisan Kienz. La plupart étaient des ouvriers charpentiers qui fournirent à Sion la main-d'œuvre dont elle avait besoin pour sa reconstruction. Même s'il existait une tradition d'émigration du Tyrol et du Vorarlberg vers le Valais, c'est incontestablement l'incendie qui gonfla ce mouvement migratoire vers la capitale sédunoise. Une fois la cité reconstruite, ils partirent louer leurs bras ailleurs.

15Emigration de qualité ou émigration d'ouvriers non qualifiés, l'émigration venue du sud de l'Allemagne et de l'Autriche est avant tout une émigration de type individuel. Cela ne veut pas dire que l'on ne rencontre pas plusieurs membres d'une même famille, mais il s'agit d'hommes de la même génération, des frères essentiellement, tels les frères Zurcher, Jean, Joseph et Daniel, natifs du Tyrol, et non de couples.

  • 13 ABS 153/35.

16Examinons maintenant le cas des Confédérés. L'émigration de type individuel se rencontre aussi chez eux. Citons l'exemple de Joseph Kraus, tailleur, venu à 25 ans de Stein am Rhein, sa ville natale.13 Mais c'est le type d'émigration familiale qui semble dominer, en particulier au sein des ressortissants des cantons forestiers de la Suisse primitive. La distance entre le lieu d'origine et Sion jouait sans aucun doute un rôle primordial. Il était évidemment plus facile de se déplacer avec femme et enfants du canton de Schwyz ou d'Uri que des confins des territoires impériaux.

  • 14 ABS 148/8.

17Michel Eggli, natif du canton de Schwyz, vint s'installer avec sa femme et ses quatre enfants à Saint-Léonard, où il resta dix ans, de 1767 à 1777, avant de se fixer à Sion.14 Il y mourut en 1784, son fils Joseph, boulanger, en 1799 et son autre fils Fidèle, également boulanger, en 1825.

18La famille Fassbind, d'Arth, et les familles uranaises Regli et Renner, originaires du val d'Urseren, fournissent des exemples identiques d'émigration familiale.

  • 15 ABS 153/31.

19Il y avait dans le canton de Schwyz, en particulier à Arth et à Einsiedeln, au xviiie siècle, une tradition d'émigration vers le Valais. D'Arth, en dehors des Fassbind, vinrent les Felchlin et les Weber ; d'Einsiedeln, les Benziger et les Curiger. L'installation d'un émigrant dans une ville attirait tout naturellement d'autres membres de sa famille. Ainsi, l'arrivée à Sion du cordier Joseph Augustin Kôllin, natif d'Einsiedeln, ne fut pas fortuite.15 On ne peut assimiler ce dernier à un compagnon allant de bourg en bourg exercer son métier, s'arrêtant de-ci de-là au gré du hasard, lorsqu'on constate qu'il était apparenté aux Benziger par sa mère. C'est sans aucun doute poussé par sa famille qu'il partit pour Sion ; mais il ne devait pas s'y fixer, l'incendie lui ayant fait quitter la ville.

  • 16 ABS 303/1.
  • 17 ABS 303/1.

20En ce qui concerne l'émigration, la stimulation familiale joua donc un rôle important au sein des familles schwyzoises. On ne doit pas s'étonner de voir devenir incolœ au xviiie siècle deux représentants de la famille Felchlin, Thomas, en 174016 et son frère Jean Balthasar, en 1749, et trois de la famille Fassbind. Auguste, en 1732, son frère aîné Jean Rodolphe, en 1734 et leur neveu François Xavier, en 1772.17

  • 18 ABS 145/61.

21Le poids de la famille pesa également très lourd chez les émigrants savoyards. Rares furent les jeunes gens qui partirent seuls de leur village natal sans objectif précis, sans désir d'aller retrouver un parent exilé, tel Pierre Joseph Borderon, né le 25 mars 1768 à Saint-Sigismond en Faucigny, qui quitta sa ville natale à 17 ans pour s'engager dans le régiment de Courten, avant de se fixer à Sion une fois démobilisé.18

22Dans l'immense majorité des cas, les Savoyards s'expatriaient en groupe ou partaient retrouver à Sion un de leurs parents déjà installé.

  • 19 Dechavassine, Marcel, « Les rapports entre le Valais et la vallée du Haut Giffre » dans Revue Savoi (...)
  • 20 Annecy, Archives départementales (ADHS) 5 Mi. 955.
  • 21 ABS 149/3.
  • 22 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.
  • 23 ABS 242/6 b, fol. 22.
  • 24 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.
  • 25 Notons qu'un Antoine Bournier, meunier, était présent à Sion notamment entre 1751 et 1753. ABS 249/ (...)

23Les deux frères Bourtin, maçons, originaires de Taninges, arrivèrent ensemble, avant l'incendie, dans la capitale valaisanne : ils sont les témoins de la tradition séculaire d'émigration des maçons du Giffre vers le Valais.19 Jean Favre, né le 25 février 1762 à Vacheresse,20 se fit domestique à Sion chez Joseph Bruttin, aubergiste du Lion d'Or, avant d'aller se placer à Martigny, chez Morand, puis chez l'aubergiste Jean Antoine, en 1792,21 année précédant son mariage à Sion avec une Savoyarde. Il y devint alors charretier. Son frère Joseph, de trois ans son cadet,22 suivit le même cheminement professionnel. En 1793, il était domestique chez Bastian, aubergiste de la Croix Blanche à Sion.23 Il se maria en 1795 et s'associa avec son frère. Jean Marie Bournier, de Saint-Jean d'Aulps, vint retrouver à Sion son frère Joseph, son aîné de dix-neuf ans,24qui s'était installé dans la capitale valaisanne avec sa première femme, la Savoyarde Josette Michaud.25 Quant aux trois frères Fingere, de Combloux, François, Etienne Marie et Gaspard, ils apparaissent dès février 1787 dans les protocoles des visites de maisons ; un parent, installé depuis plus de dix ans dans la capitale sédunoise, s'y était marié avec une Savoyarde et remplissait la fonction de garde de la Porte de Savièse. La famille accéda au statut d'habitant perpétuel en 1833 et était toujours présente à Sion en 1867.

  • 26 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Archives de Rivaz 214/5, pp. 523, 541, 621.
  • 29 Archives René de Preux, pp. 134, 156, 158, 160, 169 et 170.

24La famille Ducrue, originaire d'Arâches, se fixa à Sion dès 1766. Georges Ducrue décéda à Sion peu après son arrivée en février 1767. Son fils Georges, la femme de ce dernier, Bernardine Moret, qu'il avait épousée à Arâches en 176326 et leur fille, Marie Josette, née à Arâches juste avant leur départ pour le Valais, le 20 avril 766,27 restèrent à Sion : marchand, notre Savoyard devint incola dès 1768, et exerça ses activités surtout dans le commerce du bois et du salpêtre.28 Il mourut à Sion le 17 octobre 1819. Son fils, Jean André, né le 28 décembre 1767, tout juste après l'arrivée de ses parents dans la capitale valaisanne, notaire de son état, occupa des charges importantes pendant l'occupation napoléon-nienne : d'abord lieutenant du Préfet national du canton du Valais, puis, en 1801, receveur général des contributions, il fut nommé l'année suivante administrateur du Valais par le général Turreau.29 Il devait mourir à Sion le 28 septembre 1840.

25En étudiant la tribu marchande des Delacoste, originaires de Morillon, on a le sentiment que les départs obéissaient à une stratégie familiale. Il semble que ce ne fut pas un hasard si plusieurs Delacoste s'installèrent en Valais et en particulier à Sion. Il pouvait être utile, pour la bonne marche des affaires commerciales, d'avoir toujours un membre de la famille installé en Valais pour servir de correspondant et d'intermédiaire pour le paiement des créances, le stockage des marchandises. Cinq représentants de cette famille apparaissent dans les protocoles des visites des maisons entre 1787 et 1798.

  • 30 Né le 13 juillet 1766. ADHS 4 E 103.

26Le premier, François, fils de Claude François et de Marie Dénériaz,30 ne se fixa pas complètement dans la cité sédunoise. Il n'y fit que des séjours épisodiques en 1790, 1793 et 1794, 1796 et 1797. Nous avons là un cas d'émigration temporaire, au sein d'une famille dont plusieurs membres choisirent l'émigration définitive. Le passage d'un type d'émigration à l'autre se fait souvent insensiblement.

  • 31 Né le 10 avril 1769. ADHS 4 E 103.
  • 32 6 mars 1791. Registre paroissial dAyent (Archives Cantonales du Valais.)

27Le second, Marin Bernard, fils de Michel François et de Marie Favre,31 s'installa d'abord à Ayent où il épousa en 1791 Julienne,32fille du jurat François Blanc, puis à Sion à partir de 1796. Il est à l'origine de la branche qui figure dans la liste des habitants perpétuels de 1867.

  • 33 Voir acte de mariage 13 avril 1777. ADHS RP 161.

28Le troisième, Jacques Joseph, fils de Jean François et d'Anne Favre,33 n'arriva à Sion qu'en 1797. On le retrouve avec sa femme Anne Josette Duverney et ses quatre enfants dans le recensement de 1802.

  • 34 Voir acte de mariage 4 octobre 1785. Idem.
  • 35 Armorial de la Bourgoisie de Sion, Sion, 1976.

29Les deux derniers, Bernard et son fils Jean Marie, né de Josette Délemillères,34 constituent la branche la mieux intégrée à Sion, puisque c'est en 1791 qu'elle accéda à la Bourgeoisie.35

  • 36 Ibidem.

30On ne peut parler de l'ascension des Delacoste à Sion sans citer celle d'une famille qui leur était très liée, également originaire de Morillon, les Dénériaz, qui obtinrent aussi le statut de bourgeois en 1816, en la personne de l'horloger Claude Joseph Dénériaz.36

  • 37 Dubuis, Lugon, op. cit., p. 298.

31Mais la réussite des Delacoste, des Dénériaz ou encore des frères Ducrey ne doit pas faire oublier l'anonymat de la majorité des Savoyards. Un quart seulement de ceux présents à Sion dans les dix dernières années de l'Ancien Régime accédèrent au statut d'habitants perpétuels. Cela tenait à leur manque de qualification professionnelle. C'est avant tout au travail de la terre qu'ils se consacraient, louant leur force aux propriétaires terriens et seigneurs sédunois dont ils cultivaient les champs et les vignes. Quelques-uns parvinrent à acheter des terrains, mais c'est parmi les marchands que l'on remarque les plus belles réussites, comme celle du négociant André Passy, originaire de Sallanches. Propriétaire de prés et de vergers autour de la cité et, au cœur même de la ville, de la maison ou la tradition fait débuter l'incendie du 24 mai 1788,37 il fut, en fait, un véritable banquier pour le Valais central, en particulier pour le val d'Hérens.

  • 38 ABS 22/54, fol. 8.

32L'émigration italienne ressemble beaucoup à celle venue de Savoie. Marchande avant tout, elle est aussi de type familial, on peut même aller jusqu'à dire clanique. Depuis le Moyen Age, les gens des vallées de l'Ossola contrôlaient l'essentiel du trafic de l'Italie vers le Valais et, dès cette époque, ils s'étaient installés à Sion, tels les Frégand d'Antronapiana, bourgeois de Sion dès 147538 et surtout la tentaculaire famille des Bonvin. Tous les Italiens qui devinrent incolœ au xviiie siècle étaient originaires des trois bourgs d'Antronapiana, de Bognanco Fonti et de Vanzone. D'Antronapiana venaient, en dehors des Bonvin, les Bonfantin, les Couvetta et les Parcet ; de Bognanco Fonti, les Pianzolla, les Grand et les Cimovilla ; de Vanzone, les Calpini et les Bernardinis, deux familles qui accédèrent à la fin du xviiie siècle, à la Bourgeoisie de Sion, à l'instar des Bonvin, quelques décennies auparavant.

Pourquoi émigrer ?

  • 39 Parmi les immigrants valaisans, 12,5 % seulement provenaient du Bas-Valais, alors que 43 % étaient (...)

33Après ce bref aperçu des immigrants non Valaisans qui s'installèrent à Sion au xviiie siècle,39 essayons de revenir sur les possibles motivations qui les poussèrent à s'exiler. Nous entrons dans le domaine des hypothèses. Certes, l'historien ne peut prétendre percer le secret des consciences, mais il a le devoir d'essayer d'approcher le plus près possible la réalité.

34L'examen du type d'émigration nous paraît une première démarche indispensable pour mieux en cerner les causes. Revenons sur chaque exemple géographique.

35La Souabe était une région où les artisans qualifiés furent nombreux au xviiie siècle ; d'autre part, nous l'avons dit, les artisans devaient aller se perfectionner dans leur métier en parcourant les pays avoisinants. Nos Bavarois et Wurtembergeois n'étaient pas partis, pour la plupart, avec l'idée de se fixer à Sion, mais lorsque le hasard les y conduisait, ils y restaient parce que la ville et le Valais tout entier, terre d'agriculture de montagne, manquaient cruellement d'ouvriers qualifiés et de maîtres artisans. Ce n'est pas parmi les immigrants du val d'Hérens ou ceux de la vallée de Conches que Sion pouvait recruter les artisans dont elle avait un urgent besoin pour tenir son rang de capitale. Bien sûr, il ne faut pas attribuer au hasard toutes les installations d'émigrants du sud de l'Allemagne ou de l'Autriche. Une arrivée peut en entraîner une autre, surtout si l'exilé entretenait des rapports avec son village natal. Est-ce un hasard si le menuisier autrichien Joseph Ziller, natif de Sulzberg, vint s'installer à Sion et y épouser la veuve de son compatriote Conrad Kienz ?

36La nouvelle d'un besoin fortuit de main-d'œuvre parvenant dans une région où existait déjà une tradition d'émigration vers une région particulière, pouvait en accélérer le processus et accroître sensiblement le flux migratoire. L'incendie de 1788 est sans aucun doute à l'origine de l'augmentation du nombre d'émigrants charpentiers du Tyrol et du Vorarlberg et de maçons italiens, très nettement perceptible entre 1789 et 1798.

  • 40 Maistre, Chantal et Gilbert, L'émigration marchande savoyarde au xviie et xviiie siècles. L'exemple (...)

37Les historiens se penchent depuis plusieurs décennies sur l'émigration des Savoyards et nous n'avons pas la prétention de revenir sur ses causes déjà bien connues : la pression démographique, les faibles ressources du pays, disons le déséquilibre entre les ressources d'une paroisse, d'une région et le nombre de sa population ; ajoutons à cela la lourdeur des impôts, la pénurie de numéraire, la longueur des hivers en montagne.40 Encore faut-il ne pas

38exagérer la misère de ceux qui s'exilaient. Dans un grand nombre de cas, les émigrés auraient pu vivre sur place dans leur village natal aussi bien qu'ils le firent à Sion, tel Jean Marie Bournier, qualifié de "pauvre" par son propre frère Joseph, lors de la rédaction de son testament. Il eût été sans doute mieux inspiré de ne pas venir retrouver son aîné à Sion. Mais sa famille lui en laissa-t-elle vraiment le choix ? Plusieurs de nos émigrés savoyards possédaient des terres au pays natal et parfois même en touchaient des revenus. Une fois encore, il faut insister sur le fait que lorsqu'on quitte une région pauvre pour aller vivre dans une autre tout aussi pauvre, on part pour essayer, en profitant d'un environnement différent, de "mieux vivre", plutôt que par crainte de mourir de faim.

39En Savoie, à l'époque moderne, le courant d'émigration se dirigea vers l'Allemagne, la Suisse et l'Alsace, avant de se détourner, à l'extrême fin du xviiie siècle, vers Paris. Citons un exemple de ce tropisme vers les régions germanophones : lorsque Claude Marin Ducrey, né le 19 juin 1777 à Sallanches, épousa, le 7 mai 1800, Catherine, l'une des deux filles du negociant André Passy, il est dit civis, bourgeois de Bremgarten, en Argovie, où une branche de la famille s'était installée.

40Il faut, d'autre part, insister sur le fait que l'émigration savoyarde vers le Valais ne fut pas seulement une émigration masculine, mais aussi féminine, dans une large mesure : épouses, comme nous l'avons vu dans le cas des Ducrue et des Bournier, par exemple, mais aussi célibataires arrivées en convoi avec leurs parents. C'est ainsi que nos Savoyards trouvaient facilement à Sion une "payse".

41En Savoie, l'émigration n'est en général pas un phénomène individuel et nos émigrants semblent, le plus souvent, avoir su où aller, lorsqu'ils choisissaient l'exil. Les relations qu'entretenaient les émigrés avec leur village d'origine et leurs parents, restés au pays, prennent ici tout leur sens. Les contacts maintenus avec le village natal furent d'une importance primordiale. On ne saurait trop insister sur le fait qu'ils sont à la base des traditions d'émigration dans de nombreuses familles, traditions qui, par le jeu des alliances et des relations, peuvent s'étendre à des bourgs, voire à des régions entières.

42Le phénomène migratoire ne peut s'expliquer si l'on oublie le poids de la famille sur l'individu. Bien des jeunes gens furent obligés d'émigrer parce qu'ils durent se plier aux volontés du chef de famille, ce qui est incontestablement une source d'échecs. Tous ceux qui s'exilèrent sous la contrainte du groupe n'étaient pas nécessairement capables de s'intégrer dans un pays étranger, dans un environnement inconnu et souvent hostile.

43L'émigration de type familial engendra, dans la ville d'accueil, aussi bien la constitution de réseaux d'entraide allant parfois jusqu'à l'émergence de véritables clans puissants, comme celui des ressortissants du Val d'Ossola, que l'apparition d'un grand nombre de laissés-pour-compte parmi ceux qui n'avaient pas choisi de s'expatrier.

44Il existe, en réalité, un lien très étroit entre le pays où s'établit l'émigré et les raisons de son exil. Le lieu d'accueil peut, en effet, être très révélateur des causes de l'émigration, comme l'est aussi l'environnement familial.

45Là est la difficulté pour l'historien qui, s'il veut avoir quelque chance de comprendre les raisons qui poussèrent un individu à s'exiler, ne doit pas se contenter d'étudier la conjoncture économique et démographique du pays de départ, mais doit aussi replacer l'émigré dans sa famille, dans l'ensemble de son réseau de relations. Reconstituer les familles dans toute leur complexité et sur plusieurs générations peut, dans ce domaine, s'avérer très utile, la mémoire de la tradition d'émigration vers un pays particulier se perpétuant parfois dans une famille pendant des décennies. Pour pouvoir cerner les véritables causes d'émigration d'un groupe, il faudrait donc, à notre sens, essayer d'étudier les familles à la fois dans leur milieu d'origine et dans leur lieu d'accueil, tâche éminemment ardue.

46Pour certains de nos émigrés, la capitale valaisanne ne fut qu'un lieu de passage. Ils retournèrent dans leur pays natal ou allèrent chercher fortune ailleurs. Mais la majorité d'entre eux s'y intégrèrent, quelques-uns, tels les Delacoste, les Ducrey, les Calpini, accédant même à la Bourgeoisie, pour le plus grand profit de la cité.

Notes

1 Dubuis, François-Olivier ; Lugon, Antoine, Sion, Inventaire topographique des maisons aux xviie et xviiie siècles, Vallesia, t. XXXV, Sion, 1980.

2 Signalons les épidémies de variole des années 1787, 1795 et 1802, qui augmentèrent alors la mortalité infantile et juvénile de près de 40 %.

3 Le courant d'émigration sédunois ne se limita pas aux cadets des vieilles familles qui allèrent servir dans les armées du roi de Sardaigne, du Roi Catholique ou du roi de France, notamment au sein du régiment de Courten ; une bonne partie des immigrants ne réussit pas à s'intégrer et quitta la ville après y avoir séjourné quelques années ; n'oublions pas non plus les départs de fils d'artisans, nés à Sion, qui préférèrent aller tenter fortune ailleurs. Ce dernier phénomène est particulièrement difficile à saisir.

4 A propos de l'incendie du 24 mai 1788, nous renvoyons au catalogue de l'exposition qui eut lieu à Sion pour le bicentenaire de l'événement : 1788-1988. Sion. La part du feu. Sion, 1988, et, en particulier, à la bibliographie sur le sujet donnée par Dominique Studer, pp. 113-114.

5 Dubuis Lugon, op. cit., p. 391.

6 Nous sommes en train de terminer une étude sur la population de Sion à la fin du xviiie siècle. Tous les pourcentages cités dans cet article sont tirés de cette étude à paraître.

7 Voir Schiner, Hildebrand, Description du département du Simplon ou de la ci-devant république du Valais, Sion, 1812, p. 381 et suiv. ; Eschasseriaux, Lettres sur le Valais et sur les mœurs de ses habitants. Avec les tableaux Pittoresques de ce Pays et une notice des productions naturelles les plus remarquables qu'il renferme, Paris, 1806, p. 133 et suiv. Voici la description rapide d'Eschasseriaux : « Le peuple du Valais est divisé en trois classes : celle des bourgeois, celle des habitants, celle des tolérés. Le droit de bourgeoisie s'achète, et donne des privilèges, et des immunités dont ne jouissent pas les autres citoyens. Le titre d'habitant s'achète aussi sans faire participer aux même privilèges : l'habitant supporte des cliarges et des taxes que le bourgeois ne connaît pas, on ne peut le dépouiller de son titre d'habitant, qu'en lui faisant son procès. Le toléré peut être chassé de sa commune par une décision du conseil ou par une volonté presqu'arbitraire ».

8 Ces pourcentages, tirés de notre étude sur la population de Sion, concernent les chefs de famille de chaque catégorie d'habitants et ont été établis grâce aux protocoles des visites de maisons.

9 Nos statistiques portent sur l'ensemble des individus dont nous avons pu identifier la présence à Sion entre 1787 et 1798.

10 Archives de la Bourgoisie de Sion (ABS) 153/28.

11 Ibidem.

12 ABS 153/21.

13 ABS 153/35.

14 ABS 148/8.

15 ABS 153/31.

16 ABS 303/1.

17 ABS 303/1.

18 ABS 145/61.

19 Dechavassine, Marcel, « Les rapports entre le Valais et la vallée du Haut Giffre » dans Revue Savoisienne, 1967, 2e fasc, pp. 195-207.

20 Annecy, Archives départementales (ADHS) 5 Mi. 955.

21 ABS 149/3.

22 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.

23 ABS 242/6 b, fol. 22.

24 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.

25 Notons qu'un Antoine Bournier, meunier, était présent à Sion notamment entre 1751 et 1753. ABS 249/15.

26 4 juillet 1765. ADHS 5 Mi. 955.

27 Ibidem.

28 Archives de Rivaz 214/5, pp. 523, 541, 621.

29 Archives René de Preux, pp. 134, 156, 158, 160, 169 et 170.

30 Né le 13 juillet 1766. ADHS 4 E 103.

31 Né le 10 avril 1769. ADHS 4 E 103.

32 6 mars 1791. Registre paroissial dAyent (Archives Cantonales du Valais.)

33 Voir acte de mariage 13 avril 1777. ADHS RP 161.

34 Voir acte de mariage 4 octobre 1785. Idem.

35 Armorial de la Bourgoisie de Sion, Sion, 1976.

36 Ibidem.

37 Dubuis, Lugon, op. cit., p. 298.

38 ABS 22/54, fol. 8.

39 Parmi les immigrants valaisans, 12,5 % seulement provenaient du Bas-Valais, alors que 43 % étaient originaires du val d'Hérens et de la vallée de Conches.

40 Maistre, Chantal et Gilbert, L'émigration marchande savoyarde au xviie et xviiie siècles. L'exemple de Nancy-sur-Cluses, Annecy, 1986, p. 24. La bibliographie de cet ouvrage donne la liste des articles et livres parus concernant l'émigration savoyarde, pp. 289-291.

Auteur

Faculté des Sciences humaines, Université de Bourgogne, Dijon, France

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search