Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration structure

Système migratoire et société villageoise

Les migrations marchandes des vallées alpines à l'époque moderne

Laurence Fontaine

Texte intégral

1Inscrire une réflexion sur la migration en mettant l'accent sur “ceux qui restent” peut sembler contradictoire. Et pourtant, ce point de vue, qui oblige à ne pas travailler sur un sujet déjà construit – le migrant – mais, tout au contraire, à s'attacher à comprendre sa genèse, est très fructueux : il interroge les a priori cachés dans l'habitude d'étudier d'un côté la migration en tant que telle et, de l'autre, la société sédentaire. Or, ces a priori conditionnent nombre de réponses aux questions que pose les mobilités et, en particulier, celles que posent ce colloque sur les causes de la mobilité, sur les liens entre migrations temporaires et émigrations définitives.

  • 1 R. Blanchard, “Le Haut-Dauphiné à la fin du xviie siècle, d'après les procès-verbaux de la Révision (...)

2Ce changement de perspective, qui porte attention d'abord aux sociétés de départ, oblige à interroger la construction sociale que les historiens donnent de ces communautés dont les émigrants sont retranchés. En ce qui concerne les hautes vallées alpines – qui ont servi de base à cette étude – elles sont décrites comme abritant des villages pauvres, dans lesquels les hommes vivent dans une égale médiocrité, sans cesse à la merci d'une mauvaise saison. Consolation à ces conditions limites d'existence, la solidarité y est forte et la vie politique démocratique.1

3Les historiens ont alors expliqué les migrations montagnardes comme un produit de l'écosystème d'altitude, du mode d'exploitation de la montagne. Sensibles aux doléances des habitants, ils y ont ajouté la fiscalité qui oblige à trouver le numéraire nécessaire pour acquitter l'impôt.

4Pourtant, ce primat donné à la nature sur la culture – qui fonde les raisons du départ – reste à démontrer. Le discours qui fait de la migration le “ballon d'oxygène” de la surpopulation interdit de penser que la migration et l'émigration pourraient être des éléments structurels de la société, imposant un fort peuplement sans égard aux fragilités de l'écosystème. Certes, les historiens ont noté parmi les migrants des individus plus riches, mais puisque l'émigration est d'abord pensée comme une rupture, les liens entre les divers migrants et l'interdépendance pouvant exister entre émigrants et sédentaires n'ont pas systématiquement retenu l'attention.

5Pour saisir une autre réalité – ou conforter l'image admise –, nous avons donc choisi de décloisonner les approches, de modifier les découpages et de ne pas penser seulement en termes d'espaces concurrentiels, de classes d'individus (en séparant mobiles et immobiles) et de niveaux de richesse foncière (en construisant des hiérarchies fondées sur la seule propriété terrienne). Bref, nous avons cherché à ne pas considérer la société comme constituée de groupes hiérarchisés et autonomes que l'on pourrait étudier avec pertinence sans prendre en compte les liens qui les unissent aux autres, et à ne pas nous laisser enfermer dans une analyse conduite à partir de la seule famille étroite ou de l'individu afin de laisser la possibilité à d'autres configurations sociales, peut-être plus pertinentes, d'émerger.

6Cette approche, qui part des interactions entre les acteurs sociaux eux-mêmes, oblige à s'installer au village, à reconstituer les familles dans la totalité de leurs patrimoines, et à suivre la constitution et les évolutions des réseaux relationnels dans lesquels elles s'inscrivent, dans le haut-pays autant que hors de celui-ci. Cette démarche permet de poser des questions jusqu'alors tranchées d'entrée de jeu comme : l'émigration créerait-elle des ensembles familiaux distincts ou traverserait-elle les parentés, les clientèles, les alliances ? ou bien, l'identité se construirait-t-elle uniquement sur l'espace ?

  • 2 L. Fontaine, “Les Alpes dans le commerce européen, xvie-xviiie siècles, Actes du colloque La découv (...)
  • 3 L. Fontaine, “Family Cycles, Peddling and Society in Upper Alpine Valleys in the Eighteenth Century (...)

7Une telle analyse ne peut, dans un premier temps, être menée qu'à petite échelle. Elle sera conduite à partir des villages alpins du haut Dauphiné : Besse, Clavans et La Grave – tous villages du haut-Oisans établis à partir de 1400 mètres d'altitude – et de Monêtier, en Briançonnais, situé de l'autre côté du col du Lautaret, dans la vallée de la Guisane. Nous avons pu mettre en évidence que ces villages ont produit entre les xve et xviiie siècles des migrations marchandes de très grande ampleur.2 D'autre part, l'étude de l'évolution de la propriété foncière – reconstruite à partir des rôles d'impôt – dans ces villages au xviiie siècle atteste une faible dispersion des patrimoines et une modestie générale des fortunes. Elle enseigne toutefois qu'à l'intérieur de cette médiocrité, quelques familles émergent. Tous les villages étudiés se conforment à ce shéma d'ensemble : entre 60 et 70 % des habitants possèdent moins que la superficie moyenne et seules une ou deux familles se détachent des autres avec plus de cinq fois la moyenne.3

8Sans entrer dans les difficultés auxquelles se heurtent les analyses conduites à partir des rôles d'impôt, signalons qu'ils ne donnent pas les véritables partages entre propriété et exploitation, entre terres possédées et terres cultivées, sans compter, bien sûr, qu'il ignorent les biens soustraits à déclaration et tous ceux qui échappent au foncier. Jean Giraud, par exemple, marchand de La Grave, aurait hérité selon le testament de son père 1957 livres. Toutefois, son livre de raison qui récapitule et évalue les diverses composantes des biens du père (champs, prés, bois, diverses maisons appartenant de longue date à la famille, les biens acquis par son père en remboursement de dettes) indique que sa part se monte à 6512 livres, soit trois fois plus que ce qui est déclaré. Or, cet héritage ignore encore les affaires commerciales. Si l'on se réfère au seul fait que Jean a investi 6000 livres en capital en 1670 – soit deux ans avant la mort de son père – dans la société qu'il a formée avec Monet et Chicot, on peut imaginer combien les sources fiscales d'hier – tout comme celles d'aujourd'hui — induisent en erreur sur la richesse réelle des élites, même si l'on suppose que la part significative du patrimoine est, pour tous, constituée par la richesse immobilière.

  • 4 Olivier Picques qui a hérité de plus de 50 247 livres, laisse à sa mort en 1635, 607 796 livres à s (...)
  • 5 Archives Nationales de France, M.C. et/CXXII/1552, 30 août 1604.

9Autre distorsion d'importance : les sources fiscales instituent le ménage comme l'unité de base de la société montagnarde. Or, les pratiques commerciales montrent que le découpage pertinent est une unité plus vaste : celle de la parenté, présente et émigrée, dans laquelle chaque chef de famille s'inscrit. Relire les rôles de taille en tenant compte de cette structure relationnelle plus vaste change et accentue les hiérarchies : à La Grave, en 1771, trois des huit plus riches habitants appartiennent à la même famille : Biaise, Pierre et Vincent Pic. Or, tout laisse croire que ces Pic sont parents, entre autres, des Picques de Paris qui, dès le début du xviie siècle, appartiennent à l'aristocratie des négociants parisiens,4 puisque les relations d'affaire avec de modestes colporteurs des hautes vallées perdurent et que ceux-ci “élisent leur domicile” chez les Picques lors de leurs séjours à Paris.5

  • 6 B.M. Lyon, manuscrit n° 1161, p. 13, cité par L. Cortes, L'Oisans..., p. 269.
  • 7 A.D. Hautes Alpes, 1E 7214, 1er mars 1680.

10A prendre ces hommes isolément, on perd donc le réseau familial qui soutient leurs affaires. En revanche, prendre comme un tout indissociable la parenté, qu'elle soit sédentaire ou mobile, permet de situer ces élites en fonction d'autres stratégies, qui ne sont pas fondées sur la terre mais n'en commandent pas moins le pouvoir au village. Un exemple : aucun Arthaud ne possède plus de 3 fois la propriété moyenne ; mais Jean Arthaud a suffisamment réussi pour devenir, en 1656, recteur de l'hôpital de Lyon6 puis échevin de la ville.7 Sa veuve, qui réside à La Grave, vit de la confortable pension qu'il lui a laissée. Même si une logique de détachement de la montagne est à l'oeuvre, cette famille – et ses semblables – n'en reste pas moins aussi puissante, si ce n'est plus, que celles qui tiennent le haut de la hiérarchie foncière : leur capacité d'embauché et de médiation, jointes à leur réussite sociale, compensent avantageusement leur retrait partiel du paysage foncier. En laissant penser que l'histoire du village est confinée à son territoire géographique, alors qu'elle englobe les sites où le réseau relationnel se déploie, les sources fiscales masquent les véritables hiérarchies. Ces hiérarchies sont subtiles et mouvantes puisqu'elles sont elles-mêmes travaillées par la dynamique de la migration.

  • 8 L. Fontaine, “Le marché contraint, La terre et la Révocation de l'édit de Nantes dans une vallée al (...)

11Pour comprendre la formation du capital de ces élites, il faut alors en retrouver les composantes au delà de la seule richesse foncière. Une analyse systématique des actes notariés permet une première saisie des rôles respectifs de la terre et du crédit.8 Plusieurs conclusions sur la formation des patrimoines se dégagent.

  1. Le notaire enregistre à peu près autant d'actes de vente que d'obligations et plus d'un acte sur deux regardant la terre est un contrat d'arrentement.

  2. L'analyse des actes de vente eux-mêmes confirme l'inscription presque totale du marché de la terre dans celui de la dette.

    • 9 Renseignement communiqué par Gérard Béaur, que je remercie pour la discussion que nous avons eue à (...)

    Si le mouvement total des ventes est comparable à celui que l'on trouve dans les plaines ouvertes9 (moins de 7 % des terres sont entrées en circulation), la circulation est trois fois plus importante pour les prés que pour les terres.

12L'argent circule peu : la vie économique au village est placée sous le signe du crédit et du troc. On échange des terres contre des bêtes, contre des dettes, contre du travail, contre des relations personnelles, contre du pouvoir. Le village apparaît ainsi dominé par quelques marchands qui contrôlent tant les marchés locaux que les liens avec le marché urbain. Grands propriétaires de prés, ils dominent le seul marché rémunérateur, celui du bétail. Ils sont aussi les principaux distributeurs de fermages, de salaires agricoles et de revenus, en particulier en donnant en location les bêtes qu'ils ne peuvent nourrir l'hiver.

13Cette approche des rôles respectifs de la terre et du crédit détruit l'image traditionnelle de petits propriétaires égaux dans la médiocrité. En effet, nombre de ces petits propriétaires ne le sont que juridiquement puisque beaucoup d'entre eux sont endettés pour plus que la valeur de leurs biens – et ce n'est pas seulement vrai pour les plus modestes. Quant aux élites, elles possèdent rarement plus de 5 ha. Ce n'est donc ni la terre, ni les transactions autour de celle-ci qui permettent une accumulation du capital mais bien plutôt les profits tirés des autres marchés contrôlés par le biais des créances et, en particulier, celui du travail. Nombre de ceux qui émigrent ne le font pas pour payer leurs impôts mais pour rembourser l'homme qui les a payés pour eux ; ce qui est très différent. On comprend donc pourquoi la migration des élites entretient d'autres migrations : il s'agit d'offrir son travail au loin en remboursement des dettes contractées au village. Les liens sociaux en sont profondément transformés.

  • 10 A.D. Rhône, série B, 8 mai 1690.
  • 11 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 8 et 30 juin 1684.
  • 12 A.D. Isère, 4E 25 S3.
  • 13 A.D. Isère, 4E 31 1D2.

14Au sommet de la hiérarchie villageoise se placent ces hommes apparemment émigrés puisqu'installés en ville comme Jacques Bérard qui est qualifié de “marchand lyonnais” dans son inventaire après décès dressé à Lyon en 1690.10 Si les archives lyonnaises peuvent dire qu'il est né à Mizoen, et s'y est marié, elles ne révéleront pas qu'il a fait le colporteur jusqu'en 1676 et qu'il a continué jusqu'à sa mort à se rendre régulièrement au village, où il a gardé biens et surtout affaires.11 De même sa modeste place dans la hiérarchie foncière ne laisse pas deviner que sa femme, Jeanne Vieux, la fille d'un marchand de Mizoen, épousée le 15 avril 1658, lui a apporté une dot de 15 000 livres. En 1676, il ouvre, associé avec son frère Jean et avec un parent par alliance, Jean Delor, boutique à Lyon. Les comptes rendus des assemblées de Mizoen montrent que si Jacques demeure le plus souvent à Lyon, ses associés, eux, résident à Mizoen12 et restent actifs dans les affaires villageoises.13

  • 14 Voir les analyses de G. Levi sur les approches récentes de la famille et son étude des fronts de pa (...)

15En effet, étudier les individus dans leur famille nucléaire comme borner l'étude des communautés rurales à leur seule inscription territoriale fait perdre l'essentiel du tissu dans lequel la vie villageoise s'inscrit puisque des choix aussi fondamentaux que ceux du lieu d'installation de la famille étroite sont discutés dans le premier cercle de la parenté proche, en tenant compte des possibilités qu'offrent les parents plus éloignés. Dans cette seconde nébuleuse de relations, les liens familiaux plus distants sont renforcés par la parenté spirituelle : Jacques est “compère” de Jean Giraud ; et Simon Delor, dont il est parent par sa femme, est choisi comme curateur de ses enfants mineurs. Les deux registres principaux, créateurs d'identité et de solidarité – la parenté réelle et la parenté fictive – se superposent et s'épaulent pour enraciner l'appartenance de chacun dans ces fronts de parentés, indépendamment de l'espace. L'histoire des familles nucléaires ne prend donc sens que dans celle, plus large, des réseaux de parents qui les enchâssent.14

  • 15 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 8 et 30 juin 1684.
  • 16 Dans ses modes de vie et dans ses stratégies marchandes, Bérard ressemble fort à la famille Motte, (...)

16L'inventaire après décès de Jacques explique la présence active de ses associés au village et ses propres allées et venues : les 19.002 livres 17 sols de créances qu'il possède, qui sont réparties en 8 obligations et 45 promesses, mettent en lumière le rôle essentiel de l'utilisation du travail montagnard dans la constitution de la fortune des élites.15 Les papiers sous seing privé, qui témoignent de l'enrichissement dû au colportage montagnard, indiquent peut-être, avec l'apparition de prêts aux particuliers et l'entrée dans la “finance” royale (à peine arrivés, les trois associés ont signé un contrat de constitution de rente de 20 livres garantis sur l'hôtel de la ville de Lyon), une stratégie d'insertion dans la cité. Ils ne permettent malheureusement pas d'entrer dans les affaires commerciales elles-mêmes puisque l'inventaire se contente de mentionner le nombre des livres de comptes. Toutefois, il faut noter que ses investissements citadins concernent une extension de ses affaires commerciales mais ne se traduit pas par des investissements fonciers.16

17Jean Giraud, dont on ne sait rien de l'installation lyonnaise, sinon, qu'à la suite de son père, il y louait aussi une boutique, enseigne toutefois ce qu'un grand marchand des montagnes peut conserver dans son village d'altitude. Le total de son inventaire, y compris près de 3000 livres qui lui viennent de ses deux épouses successives, se monte à 9955 livres. Les Giraud ne sont pas pour autant bien placés sur les rôles de taille puisque aucun ne possède des terres atteignant deux fois la moyenne. Ils se sont toutefois alliés aux familles les plus riches : les Chicot et les Masson qui figurent dans le groupe des plus imposés. Jean Giraud laisse des biens fonds pour 5301 livres, partagés à peu près également en prés, en terres et en maisons. Celle qu'il habite dans le hameau des Hières comprend quatre étages et un jardin et est estimée 1400 livres. A côté, il possède un autre jardin sur lequel il a fait construire une petite bâtisse. Une maison dans les alpages, qui vaut 500 livres, et quelques bois, dans cette vallée qui en compte fort peu, complètent les biens fonciers. Sa femme possède aussi une maison dans le village et elle y réside souvent.

18Il est très difficile de comprendre les opérations commerciales de Jean Giraud puisqu'il ne donne de ses différents livres de compte que des résumés ou des états partiels, mêlant les informations des uns et des autres. Il ressort toutefois que le capital qu'il a investi dans l'entreprise, en 1670, est de 6000 livres et qu'il se monte à 8000 livres en 1674. Entre 1671 et 1678, le compte courant de la compagnie varie entre 12 000 et 18 000 livres. Une fois de plus, on ne sait que penser de ces chiffres puisque pour la même année 1674, il note que son compte courant est de 18 046 livres sur son grand livre et de 31 048 “à son livre secret”. La même année, l'inventaire de ses marchandises atteint 10 480 livres, ce qui représente malgré tout un magasin bien fourni. Comme pour Bérard, les créances sont dans le même rapport avec les marchandises et offrent la même structure : 54 marchands qui tiennent boutique, parmi lesquels on reconnaît nombre de patronymes d'Oisans et du Briançonnais, lui doivent 11 226 livres.

  • 17 A.D. Hautes Alpes, 1E 7215, 4 et 6 juillet 1684.

19Il note sur un livre spécial les affaires qu'il mène dans son village d'origine. Le compte qu'il en donne montre que 42 personnes lui restent endettées pour 9145 livres quand il quitte La Grave. Pour certains, il relève l'état de leur compte, ou le lieu où l'argent a été compté : à Lyon pour Claude Arthaud, à Grenoble pour Félix Arthaud. Il mêle commerce du haut et du bas pays : à Pierre Pic il a vendu “un petit ballot de soie” ; à Michel Girard, un cheval ; à Martin Berthieu, un mulet. A tous ces hommes, il sert non seulement de bailleur de fonds et de fournisseur, mais aussi de banquier (certains ont des comptes positifs sur son livre) et d'intermédiaire puisqu'il s'occupe de régler pour eux les créances qu'ils doivent à d'autres. Au jeu sur le crédit et la marchandise, il ajoute, à l'occasion, une petite spéculation à courte échance sur la terre17 ; bien sûr, plus que le profit sur la revente de la terre compteront ceux du crédit qu'il vient d'accorder.

20Bérard et Giraud n'ont rien d'exceptionnel. La veuve du Sieur Vincent Pic laisse 5000 livres de biens meubles sans compter les terres. Le rôle de taille permet de situer la famille dans l'échelle foncière : son beau père a payé 5 fois la cote moyenne du rôle et son propre père 4 fois. Les biens meubles qu'elle laisse comportent 877 livres d'argent liquide, un peu plus de 1800 livres de meubles dans sa maison (soit plus encore que n'en possédait Giraud) et des animaux dont certains sont “baillé en hiverne” à Saint Jean d'Arves en Savoie. Enfin, 2230 livres de créances se partagent en trois postes : un prêt de 1680 livres à son beau-frère, des dettes qui lui sont dues par des petites gens du village, et plus de 25 petites créances sur des villageois et des savoyards insolvables. Cet inventaire montre aussi combien, dans la vie quotidienne, la frontière entre Savoie et Dauphiné a peu de réalité.

  • 18 A.D. Isère, 3E 846, 9 juin 1684.

21Au-dessous de ces quelques familles qui dominent le village bien qu'elles résident ailleurs, se place un groupe intermédiaire qui sert de lien entre marchands émigrés et villageois. Jean Bernard, marchand de Besse, illustre le second. L'inventaire après décès de ses biens, qui est dressé en 1685, montre que sa fortune foncière (un peu moins de 5 ha) le place dans ceux qui payent une cote d'impôt située entre 2 et 3 fois la cote moyenne du rôle, donc parmi les 24 plus riches habitants du village. Il laisse pour plus de 14 000 livres de créances, de marchandises et d'argent liquide à ses héritiers. C'est-à-dire que la terre représente moins du dixième de son patrimoine. Les créances se taillent la part du lion puisqu'elles montent à près de 11 000 livres. Elles se répartissent en trois groupes d'importance voisine : le prêt aux particuliers, le prêt à la communauté, le prêt à d'autres marchands, auxquels s'ajoutent les 800 livres du retour de la dot de sa fille décédée. Les 43 obligations souscrites par les villageois correspondent à l'accumulation répétée de petits prêts : un peu de seigle pour la nourriture ou les semences, quelque argent pour payer l'impôt, les maîtres maçons, le prix d'une bête ou quelques marchandises. En tout 3665 livres. Les sommes qu'il a prêtées aux plus pauvres, aux “moins aisés”, est-il écrit, sont inscrites sur un livre spécial. Elles font 82 livres. Ces prêts ne sont gagés sur aucune terre et ne seront jamais remboursés. Pas même réellement convertibles en force de travail, dans la plupart des cas, ils ajoutent au réseau des obligés. La veuve de Bernard vendra en bloc ces créances qu'elle ne peut ni recouvrer ni utiliser. Viennent ensuite quatre obligations qui lui sont dues par la communauté pour un montant de 3776 livres. Elles signalent les avances répétées pour l'impôt, les travaux, les frais de justice et lors des disettes. Elles donnent du pouvoir dans la communauté et permettent un accès plus facile aux alpages villageois. Viennent enfin 6 promesses qui toutes concernent d'autres marchands du village et font 2063 livres. A cela s'ajoutent du bétail, des marchandises et de l'argent liquide : près de 3000 livres en “louis d'or”, pistolles d'Espagne et monnaies ayant cours.18 Jean Bernard construit son ascension dans le va-et-vient entre les deux mondes : celui des “élites” citadines, insérées dans de larges espaces commerciaux, et celui des villageois qui ne pourraient vivre sans le travail au loin que leur procure les premiers.

  • 19 L. Fontaine, “Family cycle”..., p. 64.

22A plus petite échelle, d'autres colporteurs construisent peu à peu leur capital sur les mêmes bases. Les Gourand de Clavans permettent de suivre comment, à travers une prise de contrôle progressive des marchés villageois intérieurs et extérieurs, ces familles accumulent le capital qui permettra à l'un de leurs descendants d'être à la tête d'une fortune suffisante pour ouvrir boutique au plat pays. Leur activité de colporteur, car ils ne partent que le temps de la morte saison, s'insère au plat pays dans le réseau boutiquier tissé par les Bérard, les Delor et les Giraud. Au village, ils se transforment en paysans mais aussi en petits manieurs d'argent, en marchands et en intermédiaires grâce auquel il est possible d'accéder au commerce hivernal.19

  • 20 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 18 mai 1684.

23Aux plus bas échelons de la migration marchande, Jean Albert, du Villard d'Arène, qui est mort en tournée, laissant au plat pays pour 270 livres de marchandises et 267 livres de créances, traduit la fragilité économique de ces hommes : ses meubles, au village, ont été estimés 50 livres.20

24Les autres, la majorité, font tous les métiers qui se présentent dans le but de rapporter les quelques sous qui leur permettront de payer les intérêts de leurs dettes et d'économiser, par l'absence, sur les maigres récoltes familiales. Ils vivent pour et grâce à ces élites qui leur donnent crédit, argent, approvisionnement et aussi embauche au village puisque les marchands utilisent le travail des sédentaires pour cultiver leurs terres, garder leur troupeau l'été, nourrir les animaux qu'ils conservent l'hiver. Ils s'enrichissent, en outre, des activités non agricoles des familles en revendant les produits qu'elles travaillent à domicile et en profitant, par le biais du crédit, du savoir-faire artisanal dont certaines tirent profit lors de migrations temporaires.

25Ces sociétés clientélistes produisent alors trois types de migrations :

    • 21 L. Fontaine, “Solidarités familiales et logiques migratoires en pays de montagnes à l'époque modern (...)

    Une émigration individuelle, définitive, qui touche et les plus riches et les plus pauvres. Celle des plus riches est la véritable clef de voûte de la société villageoise : elle construit des réseaux dont le pôle montagnard n'est qu'un élément ; mais un élément qui détermine le reste des migrations. Celle des plus pauvres concerne ceux qui n'ont plus ni terres, ni force de travail à offrir en échange de leurs demandes : les vieux, les veuves sans ressources, les orphelins des familles pauvres.21

  1. Une migration temporaire qui est liée à la migration des riches marchands. Les “petits savoyards”, les “gavots” des Alpes du Sud, les “dauphinés” de l'Oisans, tous les rémouleurs, colporteurs, porte-balles et merciers qui se répandent dans les campagnes et les marchés des bourgs, sont liés à eux par une double relation de dépendance : ils sont leurs débiteurs au village, leurs obligés dans le commerce.

    • 22 A. Allix, L'Oisans au Moyen-Age..., La révision des feux de 1434 et 1459, en Queyras, décrit déjà l (...)

    Une migration en masse des plus pauvres qui, au moment des périodes de crises économiques, quand les créanciers villageois, eux-mêmes pressés par leurs créanciers citadins, réclament tous, en même temps, l'argent dû, laissent leurs terres sans valeur et abandonnent le village. En Oisans, comme en Queyras, et sans doute ailleurs, on rencontre, dès le Moyen Age, ces départs qui laissent une grande partie des terres à l'abandon car personne, pas même les créanciers, n'acceptent de s'en charger.22 Cette migration de masse reste liée à celle des élites par l'information que ces dernières apportent : elle opère dans l'horizon géographique des marchands.

  • 23 R. Blanchard, “Le Haut Dauphiné...”, p. 401.
  • 24 A.D. Isère, 4G 271/283.

26En revanche, dans les vallées qui ne connaissent pas la migration des élites, comme dans les basses vallées des Baronnies alpines ou dans la Chartreuse, les hommes meurent de faim ou se partagent glands et grignons d'olive sans rêver d'un ailleurs, sans espérer de grasses terres étrangères.23 En outre, quand la structure sociale des vallées d'altitude change, c'est-à-dire quand les marchands délaissent le village sans que d'autres familles aient pu prendre le relais, la migration hivernale se tarit et la communauté s'appauvrit très vite car la terre ne peut à elle seule nourrir le nombre d'hommes que le crédit et la marchandise permettaient de maintenir. Il en est ainsi, par exemple, en 1678, à Saint-Christophe-en-Oisans. Lors de sa visite pastorale, l'évêque de Grenoble note qu'il y avait autrefois des riches marchands mais qu'aujourd'hui “cette paroisse est une des plus pauvres du diocèse, il y a beaucoup de familles qui ne mangent pas du pain trois mois de l'année ne vivant le reste du temps que d'herbes cuites avec du petit lait sans sel, ils font sécher la feuille des raves et en vivent pendant l'hiver...”.24 Ce qui est dire l'interdépendance entre les riches marchands émigrés et les pauvres cultivateurs sédentaires.

27Cette interdépendance entre, d'une part, les diverses migrations d'un même village et, d'autre part, entre migrants et sédentaires met en lumière l'existence de systèmes migratoires villageois à l'intérieur desquels se situent les mobilités individuelles. Les mutations de ces dernières ne prennent alors sens que dans l'étude des dynamiques qui travaillent ces constructions sociales. Finalement, l'utilisation du concept de “rupture” comme outil méthodologique se révêle dangereuse puisque, avant même le travail de recherche, il en délimite le champ et appauvrit d'emblée – interdisant de voir les migrations qui relèvent d'autres logiques que celle de la fuite -l'objet même que l'on cherche à appréhender.

Notes

1 R. Blanchard, “Le Haut-Dauphiné à la fin du xviie siècle, d'après les procès-verbaux de la Révision des feux de 1700”, Revue de Géographie Alpine, Tome 3, 1915, 317-419. A. Allix, L'Oisans au Moyen-Age, étude de géographie historique en haute montagne d'après des documents inédits suivie de la transcription des textes, Paris, 1929, p. 157. J. Augel, Italienische Einwanderung und Wirtschaftstätigkeit in rheinischen Städten des 17. und 18. Jahrhunderts, Bonn, 1971, p. 56. A. Poitrineau, Remues d'hommes. Les migrations montagnardes en France 17e et 18e siècles, Paris, 1983, p. 5-24. D. Sella, “Au dossier des migrations montagnardes : l'exemple de la Lombardie au xviie siècle”, Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel. Histoire économique du monde méditerranéen, Toulouse, 1973, p. 547-554. B. Bonnin, La terre et les paysans en Dauphiné au xviie siècle (1580-1730), thèse de doctorat d'Etat, Université de Lyon II, dactylographiée, 1982. H.G. Rosenberg, A negociated world, three centuries of change in a French alpine community, Université of Toronto Press, 1988, reprend cette même thèse pour la période moderne dans l'histoire des vallées du Queyras.

2 L. Fontaine, “Les Alpes dans le commerce européen, xvie-xviiie siècles, Actes du colloque La découverte des Alpes, Zurich, 1-2 novembre 1990.

3 L. Fontaine, “Family Cycles, Peddling and Society in Upper Alpine Valleys in the Eighteenth Century”, in Stuart Woolf ed., Domestic strategies. Work and Family in France and Italy 17-18th century, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme et Cambridge University Press, 1991, p. 43-68.

4 Olivier Picques qui a hérité de plus de 50 247 livres, laisse à sa mort en 1635, 607 796 livres à ses sept enfants. 11 a été consul de Paris en 1608 et juge consul en 1623. Son fils, Olivier le jeune, est à son tour consul en 1648. Un Nicolas Picques est ensuite conseiller de ville en 1664 et échevin de Paris en 1668. G. Dernière, La juridiction consulaire de Paris 1563-1792, Paris, 1872. Je remercie Robert Descimon qui m'a permis de mettre ces liens en lumière.

5 Archives Nationales de France, M.C. et/CXXII/1552, 30 août 1604.

6 B.M. Lyon, manuscrit n° 1161, p. 13, cité par L. Cortes, L'Oisans..., p. 269.

7 A.D. Hautes Alpes, 1E 7214, 1er mars 1680.

8 L. Fontaine, “Le marché contraint, La terre et la Révocation de l'édit de Nantes dans une vallée alpine”, Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 38, 1991, p. 275-294.

9 Renseignement communiqué par Gérard Béaur, que je remercie pour la discussion que nous avons eue à ce sujet.

10 A.D. Rhône, série B, 8 mai 1690.

11 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 8 et 30 juin 1684.

12 A.D. Isère, 4E 25 S3.

13 A.D. Isère, 4E 31 1D2.

14 Voir les analyses de G. Levi sur les approches récentes de la famille et son étude des fronts de parenté en Piémont : L'eredità immateriale, Carriera di un esorcista nel Piemonte del seicento, Einaudi, Turin, 1985. Traduction française : Le pouvoir au village, histoire d'un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Gallimard, Paris, 1989 (p. 50-53), précédé d'une introduction de J. Revel sur l'Histoire au ras du sol.

15 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 8 et 30 juin 1684.

16 Dans ses modes de vie et dans ses stratégies marchandes, Bérard ressemble fort à la famille Motte, originaire de Savoie que Pierre Goubert a rencontré à Beauvais ; P. Goubert, Familles marchandes sous l'Ancien Régime : les Danses et les Mottes, de Beauvais, Paris, S.E.V.P.E.N., 1959.

17 A.D. Hautes Alpes, 1E 7215, 4 et 6 juillet 1684.

18 A.D. Isère, 3E 846, 9 juin 1684.

19 L. Fontaine, “Family cycle”..., p. 64.

20 A.D. Hautes Alpes, 1E 4839, 18 mai 1684.

21 L. Fontaine, “Solidarités familiales et logiques migratoires en pays de montagnes à l'époque moderne” Annales ESC, 6, 1990, p. 1433-1450

22 A. Allix, L'Oisans au Moyen-Age..., La révision des feux de 1434 et 1459, en Queyras, décrit déjà les migrations temporaires, la fixation des plus riches et les départs en masse des plus pauvres : elle énumère 59 foyers vacants contre 57 qui restent occupés ; Dans la première partie du xve siècle, R. Blanchard évalue une chute de la population de 600-700 à 250 âmes : soit une dépopulation plus forte encore que celle du xixe siècle. La révision des feux de 1700 montre le même phénomène. R. Blanchard, “Aiguilles”, Revue de Géographie Alpine, 10, 1922, p. 127-160 (138-139). Pour le xviie siècle en Dauphiné, R. Blanchard, “Le haut Dauphiné...", p. 409-410 et A.D. Isère, 4E 25S 10 “mémoire de ceux qui ont quitté le pays, parti de leurs biens-fonds pour ne pouvoir payer les charges”. Ce mémoire dresse la liste de 56 familles au xvie siècle et note les destinations qu'elles indiquent vouloir prendre.

23 R. Blanchard, “Le Haut Dauphiné...”, p. 401.

24 A.D. Isère, 4G 271/283.

Auteur

Historienne, Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, Université Lumière, Lyon, France FRAGA Julia, anthropologue, Ecologia humana, Centro de Investigación y Estudios Avanzados del I.P.N. (CINVESTAV) Merida, Mexique