Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

La décision d'émigrer

Poids des structures démographiques, de l'appartenance ethnique et des caractéristiques individuelles

Nadezhda Dubova et Olga Komarova

Texte intégral

1La situation démographique d'une région compte certainement parmi les facteurs les plus déterminants de l'émigration. Quand ils expliquent les raisons de leur départ, les migrants évoquent ordinairement le manque de logement, d'éducation et de formation professionnelle, les bas salaires et l'absence de loisirs organisés. Mais, au-delà de ces motifs et sans avoir à première vue de liens avec eux, on trouve souvent des phénomènes démographiques tels que la non-conformité entre le rythme de la croissance et la structure démographique de la population concernée.

2Malgré l'importance particulière donnée aux facteurs démographiques, il serait toutefois grave d'estimer leurs effets sur l'émigration de manière isolée, en dehors de leurs relations avec la situation sociale et économique de la région, pas plus qu'il ne faut oublier les traditions ethniques, culturelles et religieuses des migrants, leur psychologie de groupe et leur spécificité par rapport à la population environnante. Comme on le constate dans certains cas, la présence dans une région donnée d'une assez forte pression démographique est loin de provoquer un départ massif de la population alors qu'un déséquilibre insignifiant peut, dans d'autres cas, avoir cet effet.

  • 1 Population de l'URSS, in 1988, Annuaire statistique, Ed. Littérature politique, Moscou, 1989, pp. 6 (...)

3En ce qui concerne l'Union Soviétique, l'exemple le plus significatif d'une forte pression démographique peut être trouvé dans les anciennes Républiques de l'Asie centrale, devenues aujourd'hui les Etats souverains de l'Ouzbekistan, du Kirghizistan, du Tadjikistan et du Turkmenistan, où, malgré l'excès de population dans beaucoup de régions, surtout villageoises, l'émigration de la population d'origine est insignifiante. Le niveau élevé des naissances, évident dans ces régions et confirmé par les chiffres (jusqu'à 36,1 pour mille au Kirghizistan et 46,1 au Tadjikistan) dépasse de presque deux fois l'indice moyen soviétique correspondant et de trois à quatre fois celui des pays industrialisés d'Europe.1 Il existe un chômage latent important dans ces Etats et pourtant les habitants de la campagne n'aspirent à se déplacer ni vers les régions éloignées de Sibérie ou d'Extrême-Orient par exemple, ni même vers les villes plus proches d'Asie centrale.

  • 2 Quantité et composition de la population de l'URSS, d'après les éléments du recensement soviétique (...)

4Au moment du recensement de la population de l'Union en 1979, 80 % environ de la population villageoise de l'Asie centrale (de 76,7 % au Kirghizistan à 88,2 % en Ouzbekistan) habitait sur place depuis la naissance.2 En effet, le système de valeurs traditionnel de la population locale donne à la vie agricole, aux liens de parenté et aux relations ethniques beaucoup plus d'importance qu'au niveau d'éducation et au statut professionnel que l'on pourrait acquérir si l'on habitait dans de grandes villes. Dans ce cas, les facteurs démographiques ne stimulent pas l'émigration. Bien au contraire, leur influence est contrecarrée par les traditions religieuses, ethniques et culturelles.

5En revanche, d'autres sociétés y sont beaucoup plus sensibles. Il s'agit en premier lieu des minorités ethniques qui ont dû quitter, en relativement grand nombre, leur territoire d'origine. Le nouvel environnement, étranger bien que national, auquel elles doivent désormais s'adapter, marque inévitablement leur vie sociale, économique et ethno-culturelle, ainsi que leur psychologie de groupe et même leur processus de reproduction naturelle.

6On peut supposer que ces minorités tendent inconsciemment à la création d'un mécanisme original destiné à protéger leur intégrité. Le nombre d'habitants et la structure démographique déterminent l'efficacité de cette protection. C'est ainsi qu'une baisse de population, quelqu'en soit l'origine extérieure, s'accompagne généralement de brusques déséquilibres démographiques et peut être fatale au destin de tels groupes, parce qu'elle les prive de leurs valeurs fondamentales, aussi bien démographique qu'ethno-culturelle. L'émigration peut alors devenir le seul moyen de se préserver en tant qu'ethnie.

7Enfin, il faut tenir compte du fait que la décision d'émigrer proprement dite est adoptée concrètement par chaque individu en fonction du jugement qu'il porte sur la situation dans laquelle il se trouve. Ce jugement dépend aussi bien de son expérience que de ses particularités personnelle innées (type de constitution physique, de tempérament etc.). C'est cet aspect biologique que nous aimerions examiner ici de manière plus détaillée, car il est souvent négligé dans les recherches sur les causes de l'émigration.

  • 3 Janowky D. S., Rish S.C.; "Cholinomimetic and anticholinergic drugs used to investigate an acetylch (...)

8La décision de partir ne représente nullement la seule réaction possible à une situation de stress. Le choix d'émigrer ou de ne pas émigrer reflète également le polymorphisme de l'Homo Sapiens. C'est une sensibilité émotionnelle propre à chaque homme qui le détermine dans telle ou telle conduite, mais cette sensibilité est elle-même accentuée par une augmentation de la production de certaines hormones du lobe avant de l'hypophyse et, sous leur action, des hormones corticostéroïdes. Ceci explique probablement l'augmentation bien connue des dimensions de la tête et du corps chez les descendants des émigrés, car, parmi les hormones mentionnées, la somatotropine, hormone de la croissance, est loin d'occuper la dernière place.3

9Différents types de conduite correspondant à différents mécanismes physiologiques peuvent être dégagés. Selon son expérience antérieure, l'individu peut avoir, sous l'action d'un stress donné, une réaction combative qui mobilise tous les moyens de son organisme pour surmonter la situation de crise. Cela se manifeste par du courage, de la vantardise et de l'agressivité. S'il a peu de force, l'individu aura une réaction de "fuite" qui l'éloigne de la réalité, annule ses décisions et peut éprouver un sentiment d'anxiété, et même de dépression se traduisant par de l'impuissance, de l'accablement, un sentiment d'oppression et d'inquiétude à un degré élevé.

  • 4 Tygranian Ruben, A. Stress et son importance pour l'organisme, Ed. Nauka, Moscou, 1988, pp. 52-62 e (...)

10Au cours de l'évolution, une autre réaction est venue se greffer sur ces réponses physiologiques propres à une situation de "lutte" ou de "fuite". Celle-ci est étroitement liée aux conditions sociales. Elle consiste essentiellement à suivre une troisième voie durant laquelle se déclenchent des mécanismes qui mobilisent la disponibilité de toutes les ressources énergétiques de l'organisme afin d'affronter le stress et non pas de réagir contre lui. Dans une situation sociale où l'on est le plus souvent dominé, cette troisième variante est nécessaire et consiste à rejeter les conduites habituelles de "lutte" ou de "fuite" et à se soumettre aux exigences de ce qui vous domine. Au lieu de manifester un sentiment d'agressivité ou de fuite, l'individu a souvent avantage, dans une situation critique, à obéir et même à passer par l'épreuve de la dépression, pour éviter l'affrontement avec d'autres individus. Son système neuroendocrinien est alors activé. Il réagit plus rapidement que les autres membres de sa communauté qui, eux, demeurent en situation de moindre tension. Il apprend rapidement à se conduire d'une nouvelle manière et les nouveaux acquis lui permettent d'éviter l'issue mortelle à laquelle conduit une désobéissance ouverte à une force ou une situation dominantes.4

  • 5 Sudakov K.V. "Specific mechanisms of emotional stress", in Stress: The Role of Catecholamines and o (...)

11La réponse non seulement émotionnelle mais aussi physique à l'action d'un facteur de stress donné a un caractère éminemment individuel. Les recherches de physiologistes russes effectuées sous la direction de K.V. Soudakov démontrent que les vaisseaux sanguins, dans une même situation de conflit et d'émotion, réagissent spécifiquement, en fonction de chaque individu, et qu'il en va de même en ce qui concerne les changements physiologiques qui accompagnent ces réactions vasculaires.5

  • 6 Kaznatchéev, Vlail ; Kaznatchéev, Sergey, V., Adaptation et constitution de l'homme, Ed. Nanka, Nov (...)

12L'individu choisit l'une ou l'autre des stratégies dont il a été question ici en fonction de son seuil de sensibilité aux différentes substances produites par l'organisme lui-même, lorsqu'il est en état d'excitation, mais aussi en fonction de son type de constitution et des indices morpho-structurels et fonctionnels qui le déterminent. Un groupe de chercheurs, sous la direction de V.P. Kaznatcheev, a défini trois types de stratégies. Le premier est caractérisé par la capacité d'un individu à bien supporter l'effet de fortes agressions mais de courte durée et par son incapacité à résister aux stimuli plus faibles à action prolongée. Le deuxième type, au contraire, peut maintenir un niveau élevé de stabilité face à une action prolongée de stimuli faibles et une extrême instabilité envers de fortes agressions agissant pendant une courte durée. Le troisième type, enfin, que l'on pourrait qualifier d'intermédiaire, réunit en lui les deux types de régulation, sans aller, le plus souvent, jusqu'au bout de l'une et de l'autre. On a pu démontrer que seuls 20 % des membres d'une population sont de type intermédiaire, alors que 40 % environ sont du premier type et 40 % du deuxième.6

13On peut en conclure que l'appréciation individuelle d'une situation donnée et la stratégie choisie pour y répondre sont fondées sur l'expérience antérieure de l'individu et sur sa sensibilité. Elles dépendent aussi de sa constitution étant donné que ces trois variables sont, à un certain degré, contrôlées génétiquement. Dans toute population, on peut trouver des personnes disposées à partir même dans des situations peu stressantes alors que d'autres ne se décideront à quitter leur domicile que dans des situations extrêmes.

14Dans sa conduite, l'homme utilise non seulement son expérience personnelle, mais aussi celle qui fonde la communauté dont il se sent membre. Cette expérience collective est particulièrement importante lorsqu'il est nécessaire de surmonter une situation de crise. Les sociétés traditionnelles non urbanisées ont établi des mécanismes spéciaux, sous forme de rites et de coutumes, qui règlent la conduite de leurs membres lors de moments difficiles tels que la mort ou la maladie d'un proche, auxquels participent tous les parents et voisins. Il est donc naturel que les minorités ethniques tendent à maintenir leur intégrité, comme nous l'avons vu précédemment. Au contraire, si un individu ne peut compter, dans des circonstances difficiles, ni sur sa propre expérience, ni sur celle de sa communauté, il est beaucoup plus sensible aux changements de situation et est obligé d'adopter une conduite qui lui est dictée par sa physiologie. On comprend dès lors que l'individu choisisse plutôt la stratégie de "lutte" ou celle de "repli", lorsqu'il peut compter sur un soutien social. C'est ce qui se passe le plus souvent dans les sociétés traditionnelles. De nos jours, les pressions exercées par l'information, la densité de la population, la destruction des liens de parenté et des relations ethniques, la fragilité d'autres types d'associations, conduisent, surtout en milieu urbain, à choisir plus fréquemment une stratégie de "fuite" ou la "dépression".

15Plus généralement, nous pouvons conclure que, pour étudier les causes de l'émigration, il est nécessaire de les observer à trois niveaux différents et qu'il faut, pour cela, utiliser des méthodes interdisciplinaires combinées

16Dans un premier temps, il faut apprécier, sous tous ses aspects, la situation démographique d'une région donnée, cette situation servant de base objective au réseau complexe des causes contribuant à "l'éviction" des gens de ce territoire. Puisque nous nous sommes efforcés de démontrer qu'il n'y a pas de lien direct entre facteurs démographiques et migration, nous devons donc compléter l'analyse démographique avec celle des facteurs ethniques, religieux, historiques, culturels, socio-économiques et autres. Une telle approche permettra de comprendre plus profondément les causes véritables de l'émigration et de les appréhender comme un processus global résultant des multiples stratégies choisies par les individus d'un même groupe.

17Il s'agit ici de saisir les nuances de ce processus, de révéler les traits spécifiques de ses composantes individuelles, tout en utilisant des méthodes biologiques et psychologiques qui sont étroitement liées entre elles.

18Pour être plus concret, nous allons tenter d'appliquer ces principes à l'analyse de l'émigration des villages russes de la Transcaucasie où la population représente l'une des minorités ethniques. Les documents de cette étude ont été rassemblés par les auteurs de cet article entre 1986 et 1990, au cours d'un travail réalisé dans des villages situés dans les trois Républiques caucasiennes qui, aujourd'hui, sont également devenues des Etats souverains. Il s'agit de la Géorgie, de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan. Nous avons étudié quelque vingt villages, dont le nombre d'habitants varie entre 100 et 4000 personnes. Ces villages ont été fondés au milieu du xixe siècle par des sectes religieuses russes (Molokhans et Dukhoborcy-Pneumatomaques), déportées par les autorités impériales des provinces centrales et méridionales de la Russie en raison de leurs convictions religieuses. Etant donné les conditions de vie de la Transcaucasie durant ces cent dernières années, les habitants de ces villages ont constitué une population relativement fermée jusqu'à récemment Dans un milieu naturel et culturel nouveau pour eux, ils ont su préserver leur originalité et établir des contacts assez étroits avec la population locale (Géorgiens, Arméniens, Azerbaïdjanais), sans toutefois se confondre avec eux.

19Pendant les premières décennies de leur existence (soit durant la deuxième moitié du xixe siècle et le premier quart du xxe), le nombre des habitants de ces villages russes a augmenté régulièrement grâce à l'accroissement naturel de la population. Cette croissance a ensuite été stabilisée, lorsque la population a atteint un niveau déterminé, mais différent selon les villages. Or, à la fin des années 50 et au début des années 60, cet équilibre a été perturbé par le processus d'urbanisation qui a marqué plusieurs régions de l'Union Soviétique dont la Transcaucasie.

  • 7 Pour plus de détails sur les modifications de la situation démographique dans les villages russes d (...)

20Le départ en masse des Molokhans pour les villes a provoqué une diminution du nombre des habitants, particulièrement parmi les personnes en âge de se reproduire. La population active, le nombre de mariages et de naissances s'en sont trouvés réduits. Les pyramides d'âge et de sexe ont acquis, dans la plupart de ces villages russes, une configuration évasée vers le haut et étroite vers le bas. Les processus de reproduction aussi bien naturelle qu'économique ont donc été altérés par ce renversement.7

  • 8 Komarova, Olga D. ; “Caractéristique démographique des villages russes en Azerbaïdjan”, in Les Abor (...)

21Ces mouvements défavorables de la situation démographique ont fourni aux autorités locales un prétexte pour "ouvrir" les villages d'origine russe aux habitants autochtones de Transcaucasie. Ceux-ci ont, dès le début, occupé les postes principaux dans la production et les services (chefs d'équipe, présidents des kolkhozes, économistes, comptables, miliciens, médecins, personnel paramédical, vendeurs, employés des postes, etc.), puis ils ont acheté, de plus en plus, les maisons abandonnées par les migrants russes et s'y sont installés. En peu de temps, ces villages se sont donc transformés en villages mixtes. Ce processus a été particulièrement intense en Azerbaïdjan où, selon nos données, la part des habitants russes compte déjà moins de la moitié de la population totale.8

22Ce peuplement par les habitants autochtones de Transcaucasie a eu pour conséquence la propagation de leurs propres valeurs, au détriment de celles des Russes. Ces derniers ressentent ce processus comme un renforcement de la pression nationale étrangère et comme une aggravation réelle de leurs conditions de vie, ce qui constitue une raison supplémentaire à leur départ.

  • 9 Komarova, Olga D., "Les migrations modernes des populations des villages russes de la Transcaucasie (...)

23Nous avons mesuré le niveau actuel de cette émigration par des coefficients spéciaux, en calculant le rapport entre le nombre moyen de départs annuels d'un village donné (en général durant ces trois dernières années) et la population effective à la fin de la période considérée. La grandeur de ces coefficients (correspondant à la moyenne de tous les villages étudiés dans chaque République) s'élève à moins 2.1 % en Géorgie, à moins 3.4 % en Arménie et à moins 7.4 % en Azerbaïdjan9.9 De telles diminutions, surtout en Azerbaïdjan, non seulement assombrissent le destin de ceux qui restent, mais les condamnent irrémédiablement à la disparition.

24Au-delà de la description concrète d'une situation donnée dans une région de l'URSS, cet exemple implique et revêt à notre avis une signification plus large. Il peut servir de modèle-type pour les interactions pouvant exister entre une petite communauté ethnique et la communauté qui les entoure, beaucoup plus nombreuse et d'une autre nationalité. Ce modèle permet de mesurer l'importance du facteur démographique (notamment la modification de la structure des âges et des sexes sous l'influence de l'urbanisation) sur le destin ultérieur de ces petites communautés.

25Dans de telles conditions, trois processus peuvent se développer :

  • La dissolution progressive de la minorité ethnique dans la communauté plus large, à la suite de l'extinction des personnes âgées et de l'expansion des mariages mixtes au niveau ethnique.

  • L'émigration d'individus ou de groupes dans des directions différentes.

  • Enfin, le départ des membres restants de la communauté pour un endroit déterminé où ils ne sont pas menacés dans leur intégrité. En l'occurrence, l'émigration s'arrête et la reproduction normale de la population se rétablit.

26Les deux premières variantes impliquent la disparition totale d'un groupe humain, demeuré homogène.

27Nous n'avons jamais rencontré, dans les villages russes de Transcaucasie, un exemple du premier processus. Cela tient évidemment à l'endogamie ethnique très stricte à laquelle les Molokhans et les Dikhoborcy veulent se soumettre. Le deuxième processus est propre à des villages tels que Novogolovka qui, en 1987, comptait quelque 1000 habitants, dont plus de la moitié étaient Russes. Au cours de ces vingt dernières années, des familles ont quitté chaque année le village pour aller vivre dans différentes régions de la Russie, sans se soucier de savoir où étaient partis leurs anciens voisins.

28Le troisième processus s'est fortement manifesté dans le village d'Ivanovka qui compte 3000 habitants, dont 80 % sont Russes. Arrivés dans la région depuis plus d'un siècle, les Molokhans ont su préserver leur intégrité. Ils restent très nombreux et actifs dans les structures villageoises. Le chef du kolkhoze et les autres doyens de la communauté ont gardé une grande autorité. Durant l'année critique de 1990, seuls 10 jeunes gens, filles et garçons, ont quitté le village pour aller faire leurs études dans des villes de Russie. Aucune famille n'est partie cette année-là et, durant leur assemblée générale, les habitants ont décidé que s'il fallait quitter le village, ils partiraient tous ensemble.

29On peut donc conclure de ce qui précède que l'émigration ne constitue pas la réponse universelle à une situation de crise. De plus, l'analyse des facteurs déterminant la décision d'émigrer doit prendre en considération les particularités biologiques et psychologiques de l'individu. Car, malgré le poids significatif du facteur démographique dans ce processus, celui-ci n'agit pas de la même manière dans tous les cas.

Notes

1 Population de l'URSS, in 1988, Annuaire statistique, Ed. Littérature politique, Moscou, 1989, pp. 61, 68, 69, 71, 69, 71, 692-693 (en russe).

2 Quantité et composition de la population de l'URSS, d'après les éléments du recensement soviétique en 1979, Ed. Littérature politique, Moscou, 1985, pp. 360-363 (en russe).

3 Janowky D. S., Rish S.C.; "Cholinomimetic and anticholinergic drugs used to investigate an acetylcholine hypothesis of affective disorders and stress", in Drug Development Res., vol. 4, 1984, pp. 125-142.

4 Tygranian Ruben, A. Stress et son importance pour l'organisme, Ed. Nauka, Moscou, 1988, pp. 52-62 et autres (en russe).

5 Sudakov K.V. "Specific mechanisms of emotional stress", in Stress: The Role of Catecholamines and other Neurotransmitters., vol. 1, New York, 1984, pp. 37-57.

6 Kaznatchéev, Vlail ; Kaznatchéev, Sergey, V., Adaptation et constitution de l'homme, Ed. Nanka, Novossibirsk, 1986 ; p. 26 (en russe).

7 Pour plus de détails sur les modifications de la situation démographique dans les villages russes de la Transcaucasie en perspective de longue durée, voir : Kozlov, Victor I. ; Komarova, Olga D. ; Stephanov, Valerij B. ; Yamskov Anatolij N.. "Problèmes de l'adaptation des aborigènes russes en Azerbaïdjan (moitié de xixe-xxe siècles)", in Ethnographie soviétique, n° 6, Mocsou, 1988, pp. 34-49 (en russe).

8 Komarova, Olga D. ; “Caractéristique démographique des villages russes en Azerbaïdjan”, in Les Aborigènes russes en Azerbaïdjan, Part 1, Ed. l'Institut d'Ethnographie, Moscou, 1990, pp. 16-18.

9 Komarova, Olga D., "Les migrations modernes des populations des villages russes de la Transcaucasie", in Dukhoborcy et Molokhans en Transcaucasie, Ed. l'Institut d'Ethnographie, Moscou, 1992 (en russe, sous presse).

Auteurs

Anthropologue, Institute of Ethnology and Anthropology, Russian Academy of Sciences, Moscou

Démographe, Institute of Ethnology and Anthropology, Russian Academy of Sciences, Moscou

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search