Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Migration et structures familiales

L'exemple marocain

Mohammed Mâzouz

Texte intégral

1Les causes de l'émigration marocaine vers les pays industrialisés d'Europe occidentale sont complexes : émigration qui trouve son origine à la fois dans l'intégration du Maroc dans les sphères de l'économie mondiale, dans le choix politico-économique du Maroc indépendant et dans la forte dépendance du pays vis-à-vis des grandes puissances. Cependant notre propos n'est pas de développer l'interaction de tous les facteurs qui ont favorisé l'accroissement de l'émigration, nous nous contenterons de citer rapidement quelques aspects qui ont joué un rôle décisif dans l'amplification du phénomène migratoire. Nous verrons aussi comment l'émigration d'hommes seuls s'est développée et nous insisterons sur les incidences qui se répercutent sur la structure familiale.

De l'émigration d'hommes seuls

2Le problème du chômage et du sous-emploi reste l'élément dynamique de l'émigration vers la France et l'Europe. Il est certes délicat d'estimer l'importance de ces phénomènes mais leur réalité ne fait aucun doute.

3Avant de recentrer notre analyse sur les causes de l'émigration, nous avancerons quelques éléments concernant la population marocaine qui se compose de Berbères, d'Arabes, de Noirs et d'Européens.

4Les Berbères constituent l'élément le plus ancien, considéré comme le fondement de la population, devenus progressivement des arabophones. Les Arabes, arrivés entre le VIIe et le XIIe, s'installèrent dans les plaines, les villes et les plateaux. Ils ont souvent fusionné avec les Berbères et ce sont surtout des Arabes berbérises ou des Berbères arabisés que l'on rencontre. Les noirs d'origine soudanaise se rencontrent surtout dans les villes. Ils sont très métissés. A la veille de l'indépendance, la population européenne (Français, Espagnols, Italiens et Portugais) dépassait 500'000 personnes, soit 5,5 % de la population totale. Mais l'indépendance a provoqué, dès 1956, un départ massif des Européens qui en 1970, ne représentaient plus que 1,4 %. Ce taux ne cesse en outre de diminuer.

  • 1 Recensement septembre 1982, Maroc.
  • 2 Projections de population mondiale, Nations-Unies 1988. Population studies n° 106-1989

5Sur le plan quantitatif, la population marocaine ne cesse d'augmenter avec un rythme de croissance annuel (3,2 %) parmi les plus élevés du monde. Estimée à 12,5 millions en 1564, la population marocaine dépassait en 1982, 20,6 millions,1 pour atteindre 25 millions en 1990.2

6Le Maroc est un pays jeune (56 % de la population a moins de 20 ans). La population rurale représente 64,8 % du total. L'agriculture emploie 50 % de la population active.

7Les mutations que connaît la société marocaine depuis l'indépendance favorisent le déclenchement d'une émigration massive et généralisée. Elles font naître, surtout chez les jeunes, des besoins nouveaux qui ne sont pas satisfaits faute d'un nombre suffisant d'emplois permanents et correctement rémunéré. Ces mutations détendent les liens traditionnels avec le milieu d'origine en affaiblissant les structures sociales et familiales traditionnelles.

8Les causes politiques ne sont pas à négliger. La désorganisation des sociétés traditionnelles par la colonisation a joué dans le sens de la mobilité des familles et des individus.

9Il n'en reste pas moins vrai que la cause essentielle de l'émigration est d'ordre économique. A ces raisons et à ces impératifs de départ au Maroc, correspond inversement une attraction puissante de la part des pays les plus industrialisés de l'Europe ; ce besoin de main-d'œuvre concerne surtout les emplois à faible ou à très faible qualification professionnelle que les ouvriers Européens abandonnent pour de meilleures conditions de travail et de rémunération ; il concerne aussi les emplois qualifiés où la main-d'œuvre nationale est souvent insuffisante. Cette immigration de main-d'œuvre marocaine intéresse d'autant plus les pays européens et leurs entreprises qu'elle se plie très exactement aux fluctuations de la conjoncture économique et du marché de l'emploi.

10La politique allemande en la matière est particulièrement rigoureuse. Sur le plan général, l'expansion économique des pays du Marché commun, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, a été favorable au développement d'un puissant courant migratoire en provenance du Maghreb. Parmi les pays industrialisés d'Europe, trois pays du Marché commun – outre la France – attirent plus spécialement les travailleurs marocains : les Pays-Bas, la Belgique et l'Allemagne occidentale. En Italie, les provinces septentrionales font appel en main-d'œuvre aux provinces du Sud et elles sont largement comblées. En Suisse, les travailleurs italiens ne peuvent être que difficilement concurrencés. En Angleterre, les immigrants viennent des pays du Commonwealth. En Suède, ils viennent de Finlande.

11En France, l'appel en main-d'œuvre a été fort à cause des particularités de la structure par âge et par suite de l'expansion économique depuis 1950. De plus, l'évolution des courants migratoires a été favorable au développement de l'immigration marocaine : alors qu'avant 1939, la main-d'œuvre étrangère était composée en grande partie de Polonais, d'Italiens et de Belges, cette immigration s'est ralentie (Italie) et a même disparu (Belgique, Pologne) depuis 1945-1950 à cause du développement économique de ces pays. La France a été obligée de faire appel à de nouvelles sources de main-d'œuvre (Espagne, Portugal, Yougoslavie, Turquie) et d'ouvrir plus largement ses portes à l'immigration maghrébine. Ceci explique le développement du mouvement migratoire en provenance d'Algérie, puis du Maroc et de la Tunisie. De ce fait, la part des Maghrébins dans la population étrangère résidant en France est passée de 4 % en 1930 à 28 % en 1971 et à 42 % en 1982. Devant ces nouvelles dimensions de la migration maghrébine, les différents Etats concernés se sont engagés dans une politique de concertation et d'accords. Les Etats du Maghreb sont surtout préoccupés par le problème du chômage, alors que les pays européens sont animés du souci d'être satisfaits en main-d'œuvre et du contrôle des arrivés.

12En conclusion, cette évolution très générale de cette politique d'accords bilatéraux qui n'a pu débuter qu'après l'indépendance de l'Afrique du Nord est en passe de modifier profondément les fondements géographiques et les caractères traditionnels de l'émigration marocaine et maghrébine.

  • 3 G. Tapinos, "Le rôle de l'émigration dans la phase de démarrage de la croissance économique", collo (...)

13Bien que plusieurs auteurs affirment que l'émigration réduit le chômage et le sous-emploi, ils pensent aussi qu'elle "diminue la pression démographique et soulage le marché de l'emploi".3

14Pour ce qui est de l'aspect démographique de l'argument, il est évident que l'émigration, si massive soit-elle, n'empêche pas la population du Maroc de doubler en vingt ans. Quant à ses conséquences sur le marché de l'emploi, elles sont insignifiantes.

15La majeure partie des Marocains travaillant en France sont originaires du Sud et du Sud-Ouest du pays. Base principale de l'émigration interne et externe jusqu'en 1960, ces deux zones furent suivies dans ce rôle par le Rif central et oriental. Il faut ajouter à ces régions la ville de Casablanca et les plaines atlantiques.

16Plusieurs facteurs influencent la géographie de l'émigration en milieu rural : la densité de la population par unité de surface utilisable, l'intensité des systèmes de cultures ou d'élevage, la répartition de la terre entre les habitants, la nature et l'intériorité éventuelle des autres courants migratoires, l'attachement à la terre natale, l'intervention des autorités ou des bureaux de recrutement. D'ailleurs, un certain nombre d'entreprises automobiles et minières (au nord de la France) y recrutent directement une partie notable de la main-d'œuvre en utilisant comme rabatteurs certains de leurs ouvriers originaires des régions sud-marocaines.

17Ces entreprises recrutent des travailleurs sous forme de contrats très brefs pour limiter les frais et maximiser leurs profits ; elles choisissent en général des travailleurs analphabètes pour "ne pas avoir de problèmes", et la main-d'œuvre du Sud est justement réputée pour sa docilité. Du fait de l'évolution de chacun de ces facteurs, la répartition géographique de l'émigration marocaine n'est plus stable comme elle l'était naguère. Elle a été notamment modifiée depuis la période de l'entre-deux-guerres au cours de laquelle les travailleurs du Souss constituaient à eux seuls 80 à 90 % des partants.

18De nouveaux foyers ruraux ont fait leur apparition au cours de la période 1950-1060, Rif oriental, Vallée du Dadès. La carte des départs vers la France en 1969-1970 montre que l'émigration a touché tout le milieu rural marocain. En 1971, nous trouvions peu de tribus ou de douars qui ne fournissent leur contingent d'hommes à l'émigration vers l'Europe, on assiste à un phénomène quasi total qui a touché toutes les régions rurales marocaines, même les plus reculées. En tout cas, ce mouvement ne concerne pas uniquement les ruraux, il affecte aussi les citadins, les centres urbains, sous la double pression de la croissance de leur population et de l'exode rural. Ils sont devenus des lieux de plus en plus actifs de départ. L'émigration, devenant urbaine et portant les marques d'une évolution sociale plus avancée que celle des campagnes, modifie de ce fait ses caractères démographiques, économiques, psycho-sociaux et culturels. Il est donc utile de distinguer plusieurs types de régions de départ qui se différencient par de nombreux traits.

19Les auteurs qui ont étudié la migration marocaine distinguent trois foyers ou bases de départ :

  • Les régions rurales à tradition migratoire ancienne sont le Sud-ouest et le Rif oriental.

  • Les foyers du milieu rural se trouvent dans l'Atlas du Béni Mellal et de la Vallée du Dadès.

  • Les foyers urbains sont en importance croissante. Y figurent la métropole Casablanca et les capitales régionales Oujda, Meknès, etc.

20L'urbanisation croissante de la population et l'aggravation du chômage urbain sont les causes essentielles de ce nouveau mouvement d'immigration. On constate d'autre part une émigration des travailleurs qualifiés ou spécialisés à la recherche d'emplois plus rémunérés.

... aux incidences sur les structures familiales

21La séparation durable d'avec sa famille, à tous points de vue, exerce sur le travailleur marocain une influence sensible. Il a peur de devenir étranger pour sa femme, et les cas d'abandon sont assez fréquents.

22Pour toutes ces raisons, on assiste actuellement au développement du regroupement familial chez les travailleurs marocains. Même dans le cas où la famille est déjà reconstituée sur le sol français, tous les problèmes ne sont pas résolus pour autant. Cela tient aux conditions dans lesquelles s'effectue le regroupement familial et au fait que les époux ont été déjà séparés pendant plusieurs mois. A cela s'ajoutent les difficultés d'adaptation à une nouvelle société qui ont des répercussions profondes sur la vie de famille.

23Pour répondre aux questions posées au sujet du regroupement familial nous avons choisi de les situer dans un contexte socioculturel marocain dont voici une brève analyse. Dans les régions rurales du Maroc, où la population dépend du secteur agricole pour sa subsistance, une structure familiale très forte s'applique toujours. L'unité de base est la famille étendue ; ses membres vivent, produisent et consomment ensemble. Elle est gouvernée par une hiérarchie stricte, chacun jouant un rôle selon son âge et son sexe. Après le mariage, les enfants continuent de dépendre de leur père ou du chef de famille pendant toute leur vie. Dans cette structure, la femme joue un rôle subordonné, surtout au début de sa vie de femme mariée, sa condition évolue quand elle a des enfants -surtout des fils – et quand elle devient chef de sa propre maison.

24La famille étendue est responsable collectivement du "bien-être économique et socio-culturel" de ses membres. De plus, ceux-ci sont responsables du prestige et de l'honneur du groupe. Bien que la structure familiale décrite ci-dessus s'applique toujours, des changements sont intervenus au cours des dernières années sous l'influence d'une plus grande mobilité sociale et géographique. La famille nucléaire individuelle a, de cette façon, acquis une plus grande indépendance.

25L'émigration de la main-d'œuvre a aussi changé la place du travailleur dans sa famille. Contrairement à autrefois son père, sa mère et ses frères âgés sont maintenant dépendants de lui pendant leur vie entière. En outre, il doit payer lui-même sa dot et acquiert ainsi plus de poids dans les décisions concernant toute la famille. Après un certain temps, il a fait des économies et a investi dans une maison particulière où il installe sa femme et ses enfants, indépendants de la famille étendue. Il se sent cependant responsable du "bien-être" de sa petite famille.

26Ce déplacement de responsabilité du chef de la famille étendue aux chefs des familles nucléaires explique la fréquence des télégrammes, des lettres envoyées aux travailleurs, les incitant à rentrer au pays pour résoudre des problèmes de famille. Ceci est aussi un argument pour que l'immigré décide de faire venir sa famille auprès de lui en France. L'émigration du chef de la famille nucléaire en quête de travail donne souvent naissance à des problèmes familiaux. Avant que le mari ne parte pour l'Europe, il doit demander à un autre homme d'être son substitut : au père, au frère, au fils plutôt qu'à sa femme. Le "père substitut" est souvent inefficace. Le mari ne se remplace pas. Cela ne s'insère plus dans le changement de structure dans lequel le père lui-même porte la responsabilité de sa famille immédiate.

27L'émigration d'un homme n'apporte pas forcément l'émancipation de sa femme, au contraire, sa liberté est encore plus restreinte surtout pour les jeunes mariées. L'émigré a peur de perdre son prestige et défend souvent à sa femme de quitter la maison pendant son absence. Il charge sa mère de la surveiller. Les femmes plus âgées qui vivent dans les villes indépendamment de leur famille étendue, bénéficient d'une grande liberté. Elles ne peuvent pas représenter la famille en cas de conflit. Aussi un second mariage dans un contexte traditionnel accorde à la femme plus de liberté et, en quelque sorte, l'émancipe. Il y a des femmes désireuses de rejoindre leur mari en France, mais elles sont retenues au village par la crainte des dangers de l'exil, par la force des structures traditionnelles et l'intérêt des chefs de famille.

  • 4 Lacoste-Dujardin C, Dialogue de femmes en etimologie, éd. Maspéro, Paris, 1977, p. 71.

"Pour qu'une femme puisse partir, il faut qu'elle soit un peu émancipée (second mariage) et libérée de la contrainte patriarcale exercée par la génération des parents fidèles à un code culturel jaloux de l'honneur des femmes, plus fragile que celui des hommes et dangereusement compromis en exil, mais qui ne sauraient adhérer à d'autres modèles culturels"4

28Le regroupement familial, représente un problème à multiples facettes. Face à ce phénomène, deux questions se posent :

  • Pourquoi certains travailleurs marocains sont-ils décidés à ne pas faire venir leur famille ?

  • Pourquoi d'autres travailleurs marocains font-ils venir leur famille ? Au bout de combien d'années l'émigré marocain a-t-il fait venir auprès de lui sa femme et ses enfants ?

29Les premiers commentent leur attitude de diverses façons. L'argument le plus souvent évoqué est la difficulté de trouver un logement indispensable à la venue de la famille. D'autres arguments sont avancés. Parmi ceux qui reviennent régulièrement, nous retiendrons celui d'ordre financier d'une part, les arguments d'ordre moral d'autre part.

30Mis à part le problème du logement, l'obstacle principal au regroupement familial paraît être d'ordre financier. L'éventuel départ pour la France de la famille de l'émigré signifie pour les autres membres de la famille la perte d'une partie de leurs ressources, car la femme et les enfants sont généralement installés chez les parents de l'émigré qui bénéficient de l'envoi régulier d'argent au Maroc. Dès lors, cette perspective, qui va à l'encontre de la solidarité familiale, reste prioritaire pour beaucoup d'ouvriers et les inhibe dans leurs aspirations personnelles au regroupement familial. Celle-ci cède en somme le pas aux impératifs de la famille étendue.

31Les arguments d'ordre moral paraissent être partagés à la fois par les parents et par l'immigré lui-même. La transplantation de la famille signifie une deuxième rupture avec le milieu d'origine, plus grave à certains égards que celle causée par le départ du chef de famille. C'est ici le sort des enfants et leur avenir qui est la raison de laisser la famille au Maroc.

"S'ils viennent en France ils oublieront leur langue maternelle. "
"Ils ne me connaîtront plus à l'âge de dix-huit ans. "
"Ils pourraient subir de mauvaises influences. "
"En France, les enfants ne pourraient pas suivre un enseignement religieux. "

32Il y a lieu de noter, cependant, que les soucis du père exilé à propos de ses enfants restés au Maroc ne sont pas les moindres non plus. Le problème de la coupure entre père et enfant se double d'une mise en cause de l'éducation assumée par d'autres membres de la famille :

"Ma mère aide ma femme à les élever, mais elle n'est pas assez sévère avec eux. "
"Je me fais sans arrêt du souci pour leur scolarité. "
"Mes fils, en grandissant, deviennent des étrangers pour moi. "

33Le travailleur marocain qui émigre pour des motifs économiques fait venir sa femme et ses enfants pour les mêmes raisons :

"Aller chaque année au Maroc me revenait trop cher. De plus les allocations familiales sont plus élevées si la famille vit en France. "
"Il fallait envoyer un mandat chaque mois, non seulement pour ma femme et mes enfants, mais pour mon frère et sa famille, parce que mon frère s'occupait des miens aussi. "
"J'ai fait venir ma famille parce que je gaspillais beaucoup de sous. Il fallait économiser. Maintenant la famille est avec moi, on économise un peu, mais nous sommes ensemble. "

34D'autres facteurs interviennent cependant dans la décision du père de faire venir ses enfants et sa femme.

"C'est afin de sortir mes enfants de l'analphabétisme que j'ai fait venir ma famille, étant donné que l'école n'est pas obligatoire. "

"Je ne voulais pas que mes enfants vivent comme des ignorants, sans savoir ni lire ni écrire. je voulais qu'ils suivent des cours à l'école pour avoir une bonne situation."
"Je voulais avoir ma femme et mes enfants à côté de moi afin de mener une vie normale."
"Je ne voudrais pas finir par devenir étranger à ma femme et à mes enfants. "

35Parfois on fait venir sa famille parce qu'il n'y a plus personne pour s'occuper d'elle :

"Ma femme est venue tout de suite après la mort de mon père, elle ne pouvait pas rester là-bas toute seule. "

36Dans certains cas, la femme avec les enfants prennent la décision de rejoindre le père :

"J'ai refusé de continuer à vivre au Maroc séparée de mon mari. Ce n'est pas une vie. Le mari d'un côté et la femme de l'autre".
"Ma femme et mes enfants sont venus parce qu'ils ont voulu venir. Ils ont cru que vivre ensemble serait mieux".
Enfin, le mari ne pouvait plus supporter la solitude :
"Je ne supportais plus la solitude, le ménage et les soucis... "
"Je me sentais isolé... ".

Notes

1 Recensement septembre 1982, Maroc.

2 Projections de population mondiale, Nations-Unies 1988. Population studies n° 106-1989

3 G. Tapinos, "Le rôle de l'émigration dans la phase de démarrage de la croissance économique", colloque de démographie maghrébine, Tunis, 6-10 janvier 1969.

4 Lacoste-Dujardin C, Dialogue de femmes en etimologie, éd. Maspéro, Paris, 1977, p. 71.

Auteur

Sociologue, Université de Jussieu, Paris

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site