Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Développement régional, migration et changement social sur la Côte du Yucatan

Maria Teresa Castillo, Julia Fraga, Lucy Vales, Federico Dickinson and Francisco Gurri
Translated by Noémi Favre

Full text

  • 1 L'information concernant la région côtière a été recueillie dans le cadre des projets suivants : "A (...)

1L'Etat du Yucatan,1 situé dans la péninsule du même nom, dans le sud-est du Mexique, a une superficie de 39 340 km2. Selon le recensement de 1990, il compte 1 363 540 habitants, dont 77,2 % appartiennent à la population urbaine, concentrée dans 23 de ses 106 municipalités, le reste (22,8 %) formant la population rurale. Le principal centre urbain, Mérida, abrite 40,9 % du total de la population de l'Etat (INEGI, 1990) et une grande partie de l'infrastructure industrielle, commerciale et des services.

  • 2 Les haciendas sont de grands domaines privés. Les ejidos sont des terres communales issues de la Ré (...)

2Historiquement, la production de l'Etat du Yucatan était centrée sur le secteur primaire, basé sur l'agriculture saisonnière. Durant un siècle, l'agro-industrie de l'agave – qui permet la fabrication de la fibre de sisal – produit d'abord dans les haciendas, puis dans les haciendas et les ejidos,2 constitua la base économique de l'Etat. La réforme agraire, mise en œuvre en 1937 grâce à la forte impulsion que lui donna le président Cardenas et accompagnée de la création du "Gran Ejido", remettait officiellement la culture de l'agave entre les mains des ejidatarios, dont un grand nombre avaient déjà travaillé sur ces mêmes terres sous les ordres des hacendados ; en réalité, ceux-ci gardèrent le contrôle de l'agro-industrie du fait qu'ils étaient les propriétaires des installations industrielles de défibrage de l'agave.

3En instituant les ejidos, l'Etat indiqua la ligne à suivre ; il prenait les décisions et s'occupait de la gestion de la production. Les ejidatarios devinrent des salariés ; ils recevaient chaque semaine un salaire pour leur travail dans les champs d'agaves, sous forme de crédit, et, ainsi, dépendaient des desseins du gouvernement par l'intermédiaire de l'association des "Henequeros de Yucatan", qui administrait la production agricole dans tout l'Etat. Au milieu des années 1950, des problèmes techniques et la grande corruption qui régnait dans la bureaucratie de l'entreprise conduisirent celle-ci à la faillite (Villanueva 1985 : 20).

On dit que
"durant plus d'un siècle, l'accumulation du capital au Yucatan (eut) comme principal élément moteur l'exportation de l'agave et de ses produits manufacturés... (Paré et al., 1985), mais actuellement cette culture a perdu de son importance et, malgré les mesures d'encouragement au développement d'autres cultures, le secteur agricole a perdu sa première place au profit du secteur tertiaire, au point que "la principale caractéristique de l'économie du Yucatan, c'est le poids excessif de son secteur tertiaire et le faible développement de l'industrie (16,8 % du PIB régional), laquelle est constituée essentiellement par des entreprises de production d'articles de consommation " (Ibid).

4Le dépérissement de l'agro-industrie de l'agave est dû à plusieurs facteurs : les bas prix sur le marché international, l'apparition de fibres synthétiques meilleur marché remplaçant la fibre naturelle, l'évolution technologique, la concurrence sur le marché mondial de pays producteurs comme le Brésil et la Tanzanie, qui offraient des prix plus avantageux (Villanueva 1985 : 90). A cela s'ajoutait le facteur rendement : en Tanzanie, il est de 5 tonnes à l'hectare et au Yucatan, d'une demi-tonne seulement. Le cycle de l'agave tanzanien est plus court et la première récolte peut s'effectuer après deux ans déjà, alors qu'il faut attendre jusqu'à sept ans pour l'agave mexicain.

5En 1977, le président de la République estima que le personnel occupé à l'agro-industrie de l'agave grevait trop l'économie et, lors d'une visite au Yucatan, il annonça des réajustements dans ce secteur, réduisant le nombre des producteurs autorisés et proposant des activités agricoles alternatives pour offrir des emplois aux travailleurs touchés. (Villanueva, 1985). Cette "épuration" laissa sans emploi 33 504 ejidatarios de l'agave (Chenaut 1985 : 36). Un grand nombre de ces travailleurs avaient un certain âge puisqu'ils avaient été les fondateurs des ejidos ; ainsi une large majorité des producteurs mis sur la touche étaient chefs de ménage.

6Cette mesure souleva un profond mécontentement dans les campagnes du Yucatan et bon nombre d'ejidatarios décidèrent de cesser de travailler avec la banque gouvernementale, même parmi ceux qui n'avaient pas été éliminés. Ce mouvement dit "des autonomes" eut pour résultat que ses membres commencèrent à exploiter pour leur compte les plantations d'agaves et à vendre les feuilles aux usines de défibrage locales, ce qui leur valut une période de prospérité économique. La plupart des "autonomes", travaillant de petites parcelles, ne purent à la longue maintenir le rythme de production. Pour protester, une grande partie d'entre eux coupèrent alors toutes les feuilles des plantes avant d'abandonner leur communauté et d'émigrer.

7Pour offrir une alternative aux ejidatarios écartés, le gouvernement encouragea d'autres types de production dans la zone de culture de l'agave et dans la région du littoral, comme en témoigne le "Programa de Reordenación Henequera y Desarrollo Integral". On développa la culture d'agrumes et, sur la côte, on aida les coopératives de pêcheurs en leur offrant des crédits et des possibilités de formation. On peut imaginer les difficultés de vivre et les retombées sociales que peuvent avoir ces réorientations professionnelles, en faisant des paysans des pêcheurs. Une étude sur ces effets pervers est en cours.

8Chenaut (1986) signale que les paysans ne sont pas tous capables de se consacrer à la pêche, car pour cela il faut d'abord vaincre la peur de la mer, ce qui est très difficile à ceux qui ont toujours eu pour horizon un point fixe. Sur la parcelle ou la terre qu'ils travaillaient, leurs repères étaient toujours constitués par de la végétation, des types de terre ou des villages :

"L'horizon du pêcheur, en revanche, est aussi illimité et inquiétant que la mer : rien n'est fixe, les repères ne sont pas stables ; l'imprévu vous guette et l'homme doit apprendre à être seul, avec la mer et sa profondeur". (Ibid : 37)

La migration au Yucatan. Le cas de la région côtière

9Une partie des ejidatarios évincés se consacrèrent à la pêche, d'autres, comme les "autonomes", émigrèrent. La crise de l'agave et les maigres alternatives offertes par la production à l'intérieur de l'Etat au cours des vingt dernières années eurent pour conséquence une très forte migration. On distingue trois types de migration :

  • internationale, vers les Etats-Unis ;

  • inter-Etats, à destination de la Caraïbe mexicaine, où 43 % des travailleurs sont originaires du Yucatan (Coplade, Fonatur 1985) et

  • intra-Etat, d'une région à l'autre à l'intérieur du Yucatan. C'est de cette dernière que nous allons parler d'abord, et en particulier de celle à destination de la côte.

10La région littorale est celle dont le développement économique est le plus récent. Elle occupe une bande de 365 km2, qui abrite 15 communautés. Ses principales activités économiques sont la pêche et, accessoirement, le tourisme et le commerce. La pêche a pris son essor dans les années 60 suite à la mise en place de l'infrastructure du port de Yucalpetén, dans la municipalité côtière de Progreso, où cette activité a pris de l'ampleur, comme en témoigne le produit interne brut de l'Etat : dans le secteur primaire la pêche qui ne représentait que 4,6 % du PIB de cet Etat en 1970 est passée à 13 % en 1980, une tendance qui se maintient à la hausse dans les années 90.

11La construction d'ouvrages d'infrastructure portuaire et les mesures prises pour encourager la pêche ont transformé la vie de plusieurs ports du littoral en créant une offre de travail que la population locale n'était pas en mesure de satisfaire. Elle a ainsi donné des possibilités aux paysans qui, comme dans la région productrice d'agave, voyaient se restreindre les possibilités de vivre de l'agriculture. La région côtière a donc attiré la population d'autres régions, économiquement moins attractives, notamment celles qui se consacraient à l'élevage, à la culture du maïs, des agrumes ou de l'agave. La zone de l'agave est la plus densément peuplée et celle qui a le plus de contact avec la côte, étant la plus proche. Ainsi, les ports aux plus forts taux de croissance, à savoir Celestún, Rio Lagartos, San Felipe, Telchac et Progreso, ainsi que le hameau salin de Las Coloradas situé sur le littoral-est, reçoivent en grand nombre des migrants venant de cette zone.

12La répartition inégale des ressources naturelles entre les ports du Yucatan explique dans une large mesure leur croissance différentielle sous l'effet de l'immigration. D'une manière générale, les migrations vers la côte revêtent trois formes : permanente, saisonnière et pendulaire. Dans le cas de l'émigration paysanne, nous trouvons deux grandes catégories :

  1. des paysans qui, coupant les liens avec leur lieu d'origine, réussissent à s'intégrer de façon permanente à la vie côtière et s'installent définitivement dans les ports ;

  2. les paysans qui restent liés avec l'ejido ou la communauté de départ, la pêche étant pour eux une activité temporaire, combinée avec l'agriculture ou avec l'élevage. Ces cas se présentent dans les communautés proches du littoral-est.

13Pour les uns la pêche devient l'activité principale, pour les autres elle est secondaire, l'agriculture restant l'occupation principale.

14Il arrive souvent qu'au départ les migrants n'aient pas beaucoup d'informations sur les activités qu'ils trouveront sur la côte. Ce sont les premiers migrants qui, en rentrant au village, motivent parents et amis et provoquent une sorte de réaction en chaîne. La recherche d'une activité stable et d'un revenu plus sûr ont été les principales raisons évoquées par 80 % d'entre eux pour expliquer leur changement de résidence.

15Dans un premier temps, les migrants s'insèrent aux activités économiques qui ne demandent pas une grande expérience. Par exemple, à Celestún, la pêche du chinchorro ou de la sardine ; dans les ports de l'est, la pêche du poulpe, du mérou et le ramassage d'escargots "chivitas" dans les mangroves. Les pêcheurs des lieux mentionnés combinent deux types de pêche : ressources de la mer et ressources de la lagune ; à Celestún, 34,2 % des travailleurs se consacrent exclusivement à la mer (pêche du chinchorro de plage), 46,9 % combinent la pêche en mer et celle dans la lagune, et 17,6 % ne pêchent que dans la lagune. Dans les ports de l'est, la situation est la suivante : à San Felipe, 57,6 % des migrants se consacrent à la pêche au large et seulement 19,2 % combinent mer et lagune ; à Rio Lagartos 86,7 % des migrants combinent les deux activités ; à El Cuyo, compte tenu de la forte salinité de la lagune, cette ressource n'est pas exploitée ; 79,3 % de la population active se consacre à la pêche au large et seulement 20,7 % combine la pêche avec l'agriculture et l'élevage, (voir le tableau ci-dessous)

Tableau 1 : Combinaison des différentes activités économiques des pêcheurs migrants (répartition exprimée en %)

Tableau 1 : Combinaison des différentes activités économiques des pêcheurs migrants (répartition exprimée en %)

Facteurs déterminants et stratégies générales de la migration

16Les motivations qui poussent les individus ou les familles à migrer sont diverses. On distingue trois facteurs :

  1. l'épuisement des dernières ressources permettant de rester dans la communauté, par exemple, l'absence des conditions nécessaires au travail des terres, l'expansion de l'élevage, la réduction du nombre des paysans ayant droit au crédit gouvernemental accordé au secteur de l'agave, etc.

  2. la nécessité de compléter le revenu du ménage ;

  3. la recherche d'une situation supérieure à celle qu'on peut atteindre dans sa communauté d'origine.

17Dans le premier cas, il est fréquent que, dans le cadre de la stratégie de déplacement, le père de famille parte seul ou avec quelques-uns de ses fils âgés de plus de 12 ans ; il tend alors à se détacher de son village d'origine et fait venir sa famille lorsque les conditions le permettent.

18Dans le deuxième cas, il maintient un contact plus direct avec la communauté et la famille, restée sur place, et essaie de conserver sa résidence d'origine le plus longtemps possible.

19Dans le troisième cas, la famille décide de partir, ayant déjà, grâce à d'autres migrants, quelques informations sur les lieux de destination. Les migrants forment alors une chaîne de “rétroalimentation” constante ; ils servent de sources d'information et d'exemples pour la dynamique migratoire établie entre individus, famille et communauté. Ils maintiennent de la sorte des liens de solidarité communautaire. Par exemple, ils voyagent ensemble, s'hébergent les uns les autres, s'octroient des prêts pour le transport ; les immigrés antérieurs offrent ce qu'ils possèdent : repas, logement, informations sur les moyens de se débrouiller sur place, de chercher du travail, etc.

20Nous avons vu, de façon très générale, que le littoral est une région qui attire des populations et se transforme avec l'arrivée de migrants venant d'autres régions. Nous allons maintenant nous pencher sur le cas d'une municipalité côtière et productrice d'agave : Sinanché, qui connaît une émigration de type inter-Etat.

La crise de l'agave et la migration. Le cas de Sinanché

21La migration n'est pas un phénomène nouveau dans l'histoire de Sinanché. On signale que

"d'après les récits d'habitants de la communauté, celle-ci a été abandonnée à diverses époques puis s'est repeuplée (...) D'autres récits notent que Sinanché n'a pas seulement souffert face au conquistador espagnol, mais a également été attaquée par d'autres ennemis non moins agressifs comme la faim, le choléra et la peste, qui ont poussé ses habitants à quitter la communauté et à émigrer vers d'autres communautés proches à la recherche d'horizons meilleurs". (Campos 1989 : 13)

22Dans les années 60, on assiste à Sinanché à une migration de type international. Un certain nombre de paysans partaient travailler aux Etats-Unis pour des périodes de trois à six mois. A leur retour, ils employaient l'argent gagné pour améliorer leur logement ou leurs terres. Depuis la fin des années 60, les habitants de Sinanché ont repris leur pratique migratoire, s'agissant essentiellement dans ce cas d'une migration inter-Etats et, dans une moindre mesure, intra-Etat. Le principal point d'attraction (55,2 % du total des migrants) étant constitué par le pôle de développement de la Caraïbe mexicaine, dans l'Etat de Quintana Roo et, à l'intérieur du Yucatan, de sa capitale, Mérida, qui a accueilli 21,4 % de la population en provenance de Sinanché. (voir tableau 2)

23Selon nos données, de la population vivant à Sinanché, 440 individus ont émigré au cours des 65 dernières années, ce qui équivaut à 16,1 % de la population actuelle ou, en moyenne, 0,71 migrant pour chacune des 622 familles.

Tableau 2 : Destination des migrants de la municipalité de Sinanché

Tableau 2 : Destination des migrants de la municipalité de Sinanché

24Le processus migratoire s'est accentué ces dix dernières années, période au cours de laquelle 80 % des migrants enregistrés ont quitté la communauté. Parmi ceux-ci, 52 % émigrèrent durant les cinq dernières années. La situation difficile résultant du mouvement des "autonomes" et des bas prix de l'agave, la principale culture, semble être la cause principale de l'émigration qui a eu lieu il y a dix ans. Durant les cinq dernières années, une bonne partie des migrants sont partis en raison des difficultés croissantes à trouver du travail dans leur lieu d'origine. Les conditions se sont encore détériorées lorsque, en septembre 1988, le cyclone "Gilberto" a détruit cultures et biens. La population ne s'est pas encore complètement remise de ce désastre.

25Cette situation se reflète en partie dans l'ampleur prise par l'émigration en 1990 : en huit mois, c'est 17,2 % du total des migrants enregistrés qui ont quitté Sinanché, soit près d'un cinquième.

26Cette tendance à l'accélération est alarmante dans la mesure où elle montre qu'une partie de plus en plus importante de la population économiquement active de la municipalité considère que les rares sources d'emplois sont insuffisantes et inadéquates, et il y a très peu d'espoir que cette situation change. La tendance observée dans le processus migratoire et les conditions socio-économiques spécifiques de la communauté nous permettent de penser que les chiffres vont encore augmenter, touchant un nombre toujours plus grand de familles. L'influence de la migration, en particulier celle qui se dirige vers les Caraïbes mexicaines, pourrait avoir des conséquences graves pour les familles d'origine si le lieu d'accueil devait réduire sa capacité d'absorption, comme cela s'est produit suite à la crise du Golfe persique et à la récession aux Etats-Unis.

27Les familles qui sont parties il y a douze ou quinze ans ont trouvé dans les lieux de destination des conditions plus favorables que dans leur région d'origine. Beaucoup ont obtenu un travail stable, acheté un petit terrain et y ont construit leur maison ; actuellement ils ne paient plus de traites et leur revenu n'est plus grevé dès lors par ce poste. En revanche, les migrants qui sont partis durant les cinq dernières années ont trouvé une situation relativement désavantageuse. L'acquisition d'un logement est beaucoup plus difficile, et coûte plus cher, et les possibilités de trouver un emploi avec un meilleur salaire sont rares.

28Les migrants célibataires retournent à Sinanché tous les trois ou quatre mois, pour les vacances ou pour la célébration d'une fête au village. D'autres reviennent en novembre, époque où l'on honore la mémoire des parents disparus. Le principal lien des migrants avec leurs familles étendues et la communauté se maintient et se recrée à l'occasion des fêtes et des manifestations culturelles.

29Au plan économique, les migrants apportent des ressources à leur commune d'origine. Les fils célibataires envoient un peu d'argent à leur mère, les hommes mariés à leur femme et, parfois, également à leur mère. Il y a des cas où les deux parents émigrent, laissant leurs enfants aux grand-parents ; ils leur envoient alors l'argent nécessaire à l'alimentation, l'habillement et l'école.

30La migration transforme les relations familiales. Ceux qui rentrent ont d'autres habitudes de consommation, un nouveau mode de vie, acquis dans les Caraïbes mexicaines, sites touristiques spécialement conçus pour les étrangers. Les jeunes migrants consacrent une grande partie de leur argent à l'achat d'habits à la mode et de biens somptuaires, tels que les appareils électroniques. Leurs frères et sœurs cadets les considèrent souvent comme des modèles à suivre, ce qui préoccupe les mères de famille.

31La migration a un impact sur la vie quotidienne et culturelle de la communauté. Sinanché perd ses jeunes. Les personnes âgées restées sur place assurent que le destin de ce lieu est de n'être habité dans un avenir pas très lointain que par des vieux et des enfants.

Bibliography

Campos José
1989. "Reporte de Servicio Social en Unidad Medica Rural № 23 del IMSS". Mecanoscrito. Yucatán, Mexico.

Chenaut Victoria
1985 "Los pescadores de la Península de Yucatán". Cuadernos de la Casa Chata N° 121. CIESAS, Mexico.

Coplade Fonature
1985 "Diagnóstico Socio-económico y Propuestas sobre el Desarrollo Urbano y la Vivienda en Cancún, Q. Roo".
INEGI
1990 "Resultados Preliminares. XI Censo General de Población y Vivienda". Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática, Mexico.

Paré Luisa y Cols
1988 "Subsistema de Ciudades Yucatán-Quintana Roo. Regionalización del Estado de Yucatán". Cinvestav-Cioro. Conapo. Mecanoscrito. Yucatán, Mexico.

Villanueva Erick
1985. Crisis Henequera y movimientos campesinos en Yucatán 1966-1983. Col. Divulgación. Instituto Nacional de Antropología y Historia, Mexico.

Notes

1 L'information concernant la région côtière a été recueillie dans le cadre des projets suivants : "Análisis del Ecosistema Lagunar Costero y sus implicaciones en lo Socio-económico", Conacyt (Convenio PCECCNA-021479) ; "Formation de un Equipo Multidisciplinario para el Estudio Comprensivo de los Ecosistemas Costeros" ; SEP : "Evaluation del Estado Nutricional de las Poblaciones Infantiles y Juveniles del Estado de Yucatan", Cosnet (Convenio 221.85). Pour Sinanché elle a été obtenue dans le cadre du projet "Diagnôstico Ecolôgico, Social y de Salud (Mexico)", IDRC-Canada (Convenio No. 3-P-89-0270), réalisée par Judith Ortega, de l'Université Autonome du Yucatán, et Federico Dickinson, du CINVESTAV.

2 Les haciendas sont de grands domaines privés. Les ejidos sont des terres communales issues de la Réforme agraire.

List of illustrations

Title Tableau 1 : Combinaison des différentes activités économiques des pêcheurs migrants (répartition exprimée en %)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3532/img-1.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Tableau 2 : Destination des migrants de la municipalité de Sinanché
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3532/img-2.jpg
File image/jpeg, 35k

Author(s)

Sociologue, Ecologia humana, Centro de Investigación y Estudios Avanzados del I.P.N. (CINVESTAV) Merida, Mexique

Anthropologue, Ecologia humana, Centro de Investigación y Estudios Avanzados del I.P.N. (CINVESTAV) Merida, Mexique

Anthropologue, Ecologia humana, Centro de Investigación y Estudios Avanzados del I.P.N. (CINVESTAV) Merida, Mexique

Noémi Favre (Translator)
This digital publication is the result of automatic optical character recognition.