Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

La place des femmes dans une émigration politique

L'exemple de l'exil chilien vers la Suisse

Claudio Bolzman

Texte intégral

1Cet article étudie les facteurs qui conduisent des femmes à émigrer suite à une situation de crise caractérisée par la violence politique. Nous analysons plus particulièrement les raisons qui ont poussé les femmes chiliennes à l'exil vers la Suisse après le coup d'Etat militaire de septembre 1973.

2Dans tous les cas d'exil ce sont des changements radicaux dans le contexte socio-politique qui incitent à l'exode d'une partie de la population. Les groupes détenteurs du pouvoir utilisent la violence à l'égard de catégories sociales spécifiques (ethnies, groupes religieux, opposants idéologiques, etc.) pour asseoir leur position (Bolzman 1991). Une partie des membres de ces catégories sont expulsés, d'autres se sentent menacés dans leur existence ou leur sécurité et s'expatrient pour fuir le danger.

3La violence du groupe dominant peut être massive ou sélective. Dans le premier cas, la force est employée à rencontre de tous les membres de la catégorie cible ; dans le second, elle vise les leaders ou les personnes les plus engagées de la catégorie. Dans le cas chilien, la répression des militaires a été exercée de manière massive pendant les semaines qui suivirent le coup d'Etat, tout en étant particulièrement ciblée sur les militants des partis de gauche et des syndicats.

4Une autre distinction importante est celle que l'on peut faire entre violence directe et violence indirecte. Dans le cas que nous analysons ici, ce sont les personnes les plus engagées politiquement qui ont subi le plus directement les conséquences du putsch. Cependant, les membres de leur famille ont vécu de manière indirecte les effets de la nouvelle situation politique et leurs modes de vie ont été profondément déstabilisés.

5Les femmes exilées ont été victimes parfois de formes de violence directe, souvent de formes de violence indirecte. Plus l'engagement politique était important et plus les chances de subir une répression directe étaient grandes ; en revanche, plus on était éloignée du militantisme et plus les chances de subir des formes de répression indirectes étaient élevées. Nous tenterons de montrer que les formes de violence subies et le rapport à l'engagement politique ont été deux facteurs décisifs pour comprendre le cheminement des femmes vers la décision d'émigrer.

6Après une brève description de l'exil chilien et de notre échantillon, nous distinguons dans cet article trois moments importants : la période de l'Unité Populaire qui permet de situer les modes de vie des femmes avant l'irruption de la violence politique ; la phase d"'exil intérieur", qui va du coup d'Etat jusqu'au moment où la décision d'émigrer est prise ; enfin, le départ qui s'accompagne parfois de différentes péripéties dans un premier pays d'asile avant l'arrivée en Suisse.

Description de l'exil chilien et de l'échantillon

7L'exil chilien peut être décrit comme un exil massif. La Ligue chilienne des droits de l'homme estime à plus de 400.000 le nombre de personnes qui ont quitté le pays suite au coup d'Etat militaire. Les exilés se sont réinstallés dans plusieurs pays du continent latino-américain, mais aussi dans des sociétés industrielles d'Europe et de l'Amérique du Nord. Un certain nombre d'entre eux ont cherché refuge en Suisse. Les autorités, suite à un appel lancé par le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), ont accepté d'accueillir un contingent de 255 personnes en 1974. Plusieurs organisations, principalement les Églises et les partis de gauche, ont estimé ce nombre insuffisant et ont créé un mouvement de solidarité – Action places gratuites – qui a pris l'initiative de faire entrer, jusqu'en 1976, 400 autres exilés chiliens en Suisse. Par ailleurs, d'autres personnes sont venues par leurs propres moyens et une fois sur place ont demandé l'asile politique.

  • 1 Les données concernant l'état civil des femmes non-mariées ne sont pas accessibles.

8Selon l'Office fédéral des étrangers, 4636 Chiliens résidaient en Suisse en 1990. Le gouvernement a octroyé l'asile à environ 2000 d'entre eux, auxquels il faut ajouter au moins 1000 personnes qui résident en Suisse avec d'autres statuts, tout en se considérant comme des exilées. Les femmes représentent 45,9 % de la population chilienne résidante ; 70 % d'entre elles sont âgées de plus de 16 ans ; 41,6 % des femmes résidantes sont mariées.1

  • 2 Cette recherche a bénéficié, dans sa deuxième phase, de l'aide du Fonds national suisse de la reche (...)

9Les données présentées ici sont basées sur une recherche conduite auprès d'un échantillon de la population chilienne exilée dans les cantons de Zurich et de Genève. Nous avons récolté les récits de 179 personnes, dont 87 femmes. Ces récits ont été obtenus sur la base d'entretiens en profondeur récoltés en deux phases, 1983-84 et 1988 (Bolzman 1991)2. Dans cet article nous ne prenons en considération que les témoignages de 65 femmes âgées de plus de 18 ans à leur arrivée en Suisse. La grande majorité d'entre elles (88 %) est venue dans la Confédération au cours des années 1973-79. Elles étaient pour la plupart mariées au début de leur exil (88 %). Au Chili, elles étaient principalement étudiantes (38,5 %), ménagères (27,7 %) ou employées qualifiées, cadres moyens (15,4 %) ; les ouvrières sont rares dans l'échantillon (3,1 %). Leur niveau de formation est très varié : un quart d'entre elles n'est pas allé au delà de l'école primaire, 23 % avaient fréquenté l'enseignement secondaire, alors que 28 % avaient une formation universitaire incomplète et que 23 % avaient acquis un diplôme professionnel supérieur (école normale, école de travail social) ou universitaire.

10Les raisons qui ont poussé ces femmes à émigrer sont diverses. Pour les comprendre, il est nécessaire de situer leur mode de vie avant le coup d'Etat.

Les modes de vie des femmes avant le coup d'Etat : trois styles de participation sociale

11La période de l'Unité Populaire (1970-73) qui précède le coup d'Etat se caractérise par une forte politisation de la vie sociale.

12Cependant, l'attitude des femmes interviewées par rapport à cette période n'est pas homogène. Nous distinguons schématiquement trois types de modes de vie parmi les femmes chiliennes exilées : militant, participatif, privé.

13Le type militant caractérise les femmes dont le mode de vie s'organise autour de l'engagement politique, autrement dit, de la participation active à la vie publique. Pour ces personnes les différentes dimensions de la vie quotidienne sont liées à l'action sociale : travail et activité politique s'imbriquent étroitement ; comme en témoigne Hilda :

"En réalité j'avais un travail qui n'était pas un travail. Je dirais qu'il était un peu un mélange entre mon travail rémunéré et ma vie politique".

14Il s'agit de femmes des différents milieux sociaux, pour la plupart célibataires, séparées ou mariées sans enfants. Ce type est minoritaire dans notre échantillon (17 %).

15Le type participatif distingue les femmes qui ont un intérêt pour la vie politique mais subordonné à leur vie familiale. Elles sont le plus souvent mariées avec des enfants ; elles assument l'entretien du foyer et l'éducation de leur descendance. Il n'est pas rare qu'elles exercent, tout comme leur mari, une activité professionnelle, interrompue parfois provisoirement pendant les très jeunes années des enfants. En fait, aussi bien dans le domaine professionnel que dans celui de la participation sociale et politique, c'est généralement la carrière du mari qui est privilégiée et la femme, tout en ayant sa propre vie professionnelle ou politique, accompagne le cheminement de son conjoint. Comme l'observe Chela avec ironie :

"Dans la mesure où lui était au parti, moi aussi j'étais au parti".

16Le type participatif est plus répandu parmi les femmes des couches moyennes : leur vie sociale à l'extérieur du foyer est facilitée par le fait que celles-ci disposent souvent de l'aide d'une femme de ménage. On trouve cependant ce type aussi parmi les femmes des couches populaires ; celles-ci s'initient pendant cette époque à une participation sociale plus active, à partir des problèmes les concernant directement dans leurs rôles traditionnels : problèmes d'approvisionnement, de santé, d'éducation, etc. Elles s'intègrent dans leur quartier à des organismes qui s'occupent de ces questions. 58 % des femmes de notre échantillon font partie de ce type.

17Enfin, le type privé différencie les femmes dont le mode de vie se caractérise par un fort investissement dans la vie familiale. Il s'agit généralement des femmes mariées, définies avant tout par leur rôle d'épouse, de mère et de ménagère. Leur participation à la vie associative, syndicale et politique, est très faible : celle-ci est l'apanage de l'homme. Même dans une période de changements sociaux, ces femmes, appartenant le plus souvent au milieu populaire, restent en marge des événements. Comme le dit Laura :

"Pour moi le plus important a toujours été mon foyer. Je n'aime pas que les autres se mêlent de ma vie, ni moi me mêler de la vie des autres".

18Vingt-cinq pour cent des femmes de notre échantillon font partie de ce type. En général, les interviewées ont des souvenirs positifs de cette époque et aucune d'entre elles ne songeait alors à émigrer. Pour les femmes les plus politisées cette période représentait la possibilité de mettre en pratique leurs idées.

19Pour les femmes "participatives" c'est le sentiment d'avoir pu participer davantage à la vie sociale : comme le dit Juana :

"Ce fut une époque où nous étions beaucoup mieux, les gens du peuple étaient davantage pris en compte. J'ai beaucoup participé aux associations de quartier ; malgré les problèmes on vivait mieux".

20Les femmes plus axées sur la vie privée, évaluent cette période en fonction des effets exercés sur la vie familiale ; Julia par exemple se souvient :

"Dans ces années-là, je me suis mariée ; ce furent de très bonnes années, les gens étaient heureux, tout le monde pouvait s'acheter des choses. Nous aussi nous avons acheté une salle à manger, une cuisinière à gaz... on pouvait obtenir quelque chose avec le salaire que gagnait l'ouvrier... mais ça a duré si peu, ce fut comme une illusion".

21Cette vision positive n'est cependant pas partagée par toutes les femmes du type privé. Mariana par exemple estime que les changements en cours effleurèrent à peine la vie de réclusion à laquelle la condamnait son mari : selon ses dires, ce temps

"Je l'ai passé au foyer, je n'étais informée de rien. Chez nous, mon mari s'occupait de ses affaires et si j'avais parlé de politique, il m'aurait peut-être battue".

22Mais, mis à part ces quelques rares exceptions, la grande majorité des femmes considèrent que ce fut une belle période de leur vie et qu'elle y a laissé des traces profondes. Marcela synthétise l'opinion de la majorité d'entre elles :

"Je n'ai jamais été très politisée, mais j'ai le souvenir d'une très belle époque, de gens qui partageaient, de gens qui ont connu beaucoup d'espoir, et ces espoirs se sont écroulés d'une manière si abrupte".

La première phase du processus d'exil : coup d'Etat et exil intérieur

23La première phase du processus d'exil débute avec le coup d'Etat militaire de septembre 1973 qui met fin par la force des armes à l'expérience de "transition pacifique vers le socialisme" de l'Unité Populaire. La chute du gouvernement Allende est vécue comme une cassure de leur vie par les interviewées. Du jour au lendemain leur monde bascule. Il s'agit du commencement d'une période d'exclusion qui pourrait être qualifiée d'exil intérieur. Cet événement a cependant des effets différents et un sens différent selon les modes de vie des femmes avant le putsch.

24Les femmes les plus engagées sont considérées comme des proscrites par le nouveau régime et doivent se cacher pour échapper à la répression. La Junte déclare hors-la-loi leur idéologie, elle remet en question leur existence sociale et menace même leur existence physique. Certaines sont emprisonnées ou envoyées dans des camps de concentration pour des périodes qui vont de quelques jours à plusieurs années. Ce bouleversement total de leur existence est vécu de manière dramatique par les interviewées, comme en témoigne Paz :

"Pour moi ce fut un cauchemar terrible, une interruption tellement abrupte de notre vie, un changement radical... la mort de notre liberté".

25Les femmes ayant un mode de vie de type participatif ont principalement vécu une mise en question de leur vie sociale et professionnelle : la grande majorité d'entre elles sont renvoyées des lieux d'étude, perdent leur travail ou l'abandonnent par crainte de la répression ; les associations de quartier, les groupes de santé ou de mères auxquels elles participaient sont dissous.

26La nouvelle situation a également des conséquences sur les conditions de vie de la famille des militants qui affectent toutes les femmes, y compris celles ayant un mode de vie de type privé.

27Un premier effet se fait sentir sur le plan économique : avec la perte du travail d'un ou des deux conjoints on dispose de moins ou de pas du tout de revenu ; l'apparition des "listes noires" rend très hypothétique la possibilité de trouver un nouvel emploi.

28Une deuxième conséquence est un plus grand isolement social : dans une situation de répression massive où règne l'arbitraire, la délation, où même les réunions sont interdites, où les opposants au régime sont souvent complètement désorganisés, la diminution de la fréquence et de l'intensité des relations est une mesure élémentaire de prudence pour assurer sa sécurité et celle des proches. Il est ainsi plus difficile d'avoir recours aux réseaux sociaux habituels pour échanger des informations, demander conseil ou une aide matérielle. On ne peut compter que sur la famille, parfois un ami, un contact du réseau politique qui a pu être maintenu, ou des organismes religieux pour faire face à ses difficultés.

29Un troisième aspect est la mise en cause de l'organisation interne du couple et de la famille. En effet, l'absence prolongée du mari lorsque celui-ci se cache ou est en prison impose un nouveau type de fonctionnement familial. Des femmes qui avaient essentiellement consacré leur vie à leur foyer et leurs enfants doivent prendre sur elles l'ensemble des tâches familiales, assumer des nouveaux rôles auxquels elles n'étaient pas habituées pour tenter de faire face à la situation : trouver les moyens de subsistance pour la famille, faire des démarches en vue de la défense et la libération de leur conjoint, prendre des décisions importantes, s'habituer à vivre seules avec leurs enfants.

30Un quatrième niveau est constitué par les diverses implications psychosociologiques de la situation de répression pour les membres de la famille. L'incertitude généralisée qui résulte des bouleversements intervenus dans la société, dans la vie quotidienne des interviewées et le peu de moyens dont elles disposent pour avoir un minimum de maîtrise sur l'avenir, favorisent l'émergence des sentiments d'angoisse, de peur, de désespoir, d'impuissance. Elena par exemple se souvient :

"Pendant une année j'ai souffert la torture psychologique d'avoir mon compagnon dans un camp de concentration, d'être seule avec ma fille et très loin de ma famille, avec ma petite fille, avec mes problèmes et complètement isolée".

31Dans ces conditions, lorsque l'impensable fait partie du quotidien, lorsque tout peut arriver, des alternatives non envisageables en temps normal, comme quitter le pays, deviennent des "choix" possibles.

32Le départ en exil : un choix imposé

33Le départ en exil signifie une nouvelle rupture de la vie quotidienne qui vient s'ajouter à celle provoquée par le coup d'Etat. Cela implique non seulement qu'on accepte l'exclusion sociale dont on est victime mais aussi une coupure spatiale avec le pays. Pour les militantes, émigrer signifie également reconnaître la défaite politique et l'impuissance à faire face à la situation autrement que par le départ. Pour toutes, le départ signifie l'éloignement abrupt des lieux et des relations auxquels elles étaient profondément attachées. En ce sens, dans la mesure où l'on dispose d'un pouvoir de décision, le départ est vécu comme un "choix imposé".

34Pour la grande majorité des femmes interviewées, la décision de quitter le pays ne résulte pas d'une menace directe qui pèse sur elles, mais de la nécessité de suivre leurs conjoints ou fiancés, eux-mêmes directement en danger. Seules les femmes les plus engagées quittent le pays comme conséquence de la violence subie (emprisonnement, menaces). Ainsi, pour la plupart des femmes, le départ en exil est vécu comme une nécessité liée au maintien de l'unité familiale : alors que la répression a détruit la vie publique, il faut partir au lieu de destination du mari pour tenter de sauvegarder au moins la vie privée.

35Une partie des femmes mariées partent en exil avec leur conjoint, d'autres rejoignent leur mari quelque temps plus tard. Les modalités de départ sont liées à plusieurs facteurs : le moment auquel intervient la décision, les formes de violence subies après le putsch, le type de relations entre conjoints.

36Certaines personnes quittent très rapidement le Chili : après plusieurs jours ou semaines de détention ou de clandestinité, elles se réfugient dans les ambassades étrangères à Santiago, traversent clandestinement les frontières vers l'Argentine et le Pérou ou, plus rarement, quittent le pays directement vers l'Europe. Elles prennent leur décision à un moment de désorganisation quasi totale de l'opposition au régime et de panique collective. Elles quittent le pays dans un mouvement "précipité", selon l'expression de Kunz (1973), sans avoir eu le temps de préparer leur départ. Elles n'ont aucune envie de subir, à nouveau ou pour la première fois, les affres de la répression ; elles se sentent exclues d'un pays tombé sous la botte militaire et n'y voient aucun avenir sous ce nouvel "ordre". L'émigration est cependant perçue comme provisoire. On estime que le régime militaire ne tiendra pas longtemps et qu'on pourra revenir bientôt au pays.

37Souvent, les deux conjoints se réfugient ensemble dans les ambassades ou alors c'est d'abord l'homme qui trouve asile dans une mission diplomatique et ensuite il est rejoint par sa femme et ses enfants. Si les époux sont ensemble, ils doivent attendre, parfois plusieurs semaines, entassés dans quelques pièces, qu'ils doivent partager avec des centaines de compatriotes, l'obtention d'un visa ou d'un sauf-conduit leur permettant de quitter le pays.

38La fuite vers l'Argentine ou le Pérou est le plus souvent le fait de l'homme. Sa femme vient le retrouver après plusieurs semaines, une fois que la situation de celui-ci dans le pays frontalier est un peu stabilisée.

39D'autres femmes, de différents âges et conditions sociales, quitteront le Chili plus tard ; elles auront davantage de temps de mûrir leur décision. Il s'agit de femmes militantes ayant subi des peines d'emprisonnement ainsi que de femmes dont le conjoint a été arrêté.

40Certaines femmes militantes décident de s'expatrier quelque temps après leur libération. Constatant qu'elles sont marqué politiquement et qu'elles n'ont aucune chance de réinsertion professionnelle, elles sont contraintes de quitter le pays pour assurer leur survie. Elles le font souvent avec l'aide d'organismes religieux au Chili qui les mettent en relation avec l'Action places gratuites ou d'autres organismes solidaires.

41Les femmes prisonnières, par le décret 504 d'avril 1975, peuvent échanger leur peine contre l'exil. Dès qu'elles obtiennent un visa pour un autre pays, on les informe de la décision et, dans un délai extrêmement rapide (parfois moins de 24 heures), on les sort de prison et on les met dans un avion. Même si pendant la durée de l'enfermement, elles ont tout loisir de méditer sur leur départ, une fois la procédure mise en marche, elles ont à peine le temps de se rendre compte qu'elles quittent le Chili vers une autre société. C'est par exemple la situation de Diana : elle a été arrêtée et condamnée à une longue peine d'emprisonnement, tout comme son compagnon. Grâce à l'action des milieux solidaires, ils ont pu obtenir un visa pour la Suisse. Ils ont eu juste le temps de se marier en prison avant de quitter le pays.

42Pour toutes les personnes arrêtées s'exiler est une décision pénible du point de vue politique car, malgré les mauvais traitements et les conditions de vie difficiles dans les lieux de détention, ceux-ci se trouvent parmi les rares endroits au Chili où les militants pouvaient mener une vie collective, se réunir, discuter, avoir le sentiment de s'opposer au processus d'atomisation sociale et de répression conduit par la dictature. Patricia par exemple a passé plusieurs mois dans la prison de sa ville où elle a été torturée :

"Evidemment qu'il n'y avait rien d'agréable, sauf la solidarité qu'on a partagé là-bas (...) de partager tout, jusqu'au morceau de sucre, et nous, les femmes, nous nous sommes organisées très rapidement à l'intérieur de la prison".

43Les cas de Diana et Patricia ne sont cependant pas majoritaires. Pour les femmes des militants, notamment pour celles non-politisées, la décision de partir est vécue plus comme un problème familial que comme un problème politique. En effet, elles subissent de manière indirecte les effets de la répression sur leur mari. Elles savent que, à la limite, elles pourraient personnellement rester, mais se sentent obligées de suivre leur conjoint, souvent après quelques mois de séparation forcée, pour sauvegarder le couple et la famille. Comme le dit Sandra :

"Je suis partie suite aux conséquences dues à l'activité politique de mon mari, ce n'est pas que moi j'étais engagée politiquement. Je suis une réfugiée par adhésion".

44Cependant le départ en exil est vécu aussi très durement car il signifie la séparation de leur famille élargie et de la maison qui constituait le lieu à partir duquel se structurait leur vie. De plus, on est souvent très peu informée sur la vie à l'extérieur et on appréhende le départ vers l'inconnu.

45Certaines femmes refusent l'éventualité du départ. Pendant que leur mari est en camp de concentration ou en prison, elles espèrent qu'il sera bientôt relâché et que la vie quotidienne pourra reprendre son cours normal. Cependant, les faits les obligent à réviser leur jugement : soit la seule chance du conjoint de sortir de prison est d'obtenir un visa pour un autre pays, soit il retrouve une liberté surveillée où il est victime de menaces et d'interdictions professionnelles. Ainsi, à contrecœur elles se résignent au départ. Lena par exemple ne voulait pas partir, mais finalement après la libération de son mari, qui a été emprisonné pendant un an, elle comprend qu'il n'y a pas d'autre issue que d'émigrer. C'est alors la douleur de se séparer brusquement des objets auxquels elle était très attachée, la perte des signes de la continuité entre les différentes générations et des souvenirs de l'histoire de la famille :

"Des meubles achetés pour toute la vie, que je pensais conserver pour quand mes enfants seraient plus grands et que j'aurais des petits-enfants (...) et bon, c'était une chose de partir comme ça, de vider par exemple les tiroirs d'une commode dans une caisse en carton, sans regarder ce qu'il y avait dedans. Il y avait des photos par exemple. Je n'ai pas de photos du Chili, je n'ai rien de tout, car je n'ai pas été capable de commencer à mettre de l'ordre, à dire ceci je vais les garder comme souvenir, cela non. J'ai pris les caisses et je les ai fermées et je les ai envoyées par chemin de fer à différents endroits, chez des parents. Mais rien n'est arrivé, tout a disparu... "

Les incertitudes de la vie dans le premier pays d'asile et les raisons de la venue en Suisse

46Nous avons vu qu'une partie des interviewées ne quittent pas directement le Chili vers la Suisse. Généralement, elles cherchent à se réfugier d'abord le plus souvent dans un pays frontalier, avec l'espoir d'un retournement rapide de situation qui marquera la fin de leur exil. Les femmes les plus engagées profitent de cette attente pour participer à l'organisation de la communauté des réfugiés et à des activités de solidarité. La majorité des femmes essayent tant bien que mal de maintenir une vie de famille dans un contexte matériel précaire et provisoire.

47Contrairement à leurs espoirs, elles ne peuvent rester dans ces pays en attendant un changement au pays d'origine. Au contraire, elles subissent de nouvelles formes de violence politique qui mettent une fois de plus en danger leur existence et bouleversent leur vie quotidienne. Elles se trouvent, selon l'expression de Kunz (1973), "à mi-chemin vers nulle part". La seule forme de régulation possible pour garantir leur sécurité est de partir à nouveau, vers une nouvelle destination, en espérant toujours que ce ne sera pas pour longtemps. Les deux exemples suivants montrent comment est vécu le premier exil par une femme "militante" et par une femme "privée".

48Pilar et son mari décident de rester au Chili après le putsch. Ils participent pendant une année à l'opposition clandestine au régime, mais son mari est menacé de mort par les militaires et s'en va vers le Pérou avec l'autorisation de son parti, où elle le rejoindra deux mois plus tard. Ils resteront deux ans et demi au Pérou, toujours considérés comme des réfugiés en transit. Pendant leur séjour à Lima, ils choisissent d'habiter dans un Centre avec près de deux cents autres réfugiés, pour être près de leurs compatriotes. Pilar participe activement à l'organisation de la vie du Centre. Leur situation se détériore cependant :

"J'ai vécu avec ma famille un deuxième coup d'Etat à Lima. Il y a eu des affrontements entre la police et les forces armées (...) Le HCR est venu nous protéger parce qu'un groupe de Chiliens pouvait être la cible de la police. Et après la police a commencé à trop contrôler les Chiliens (...) Pour des raisons de sécurité nous avons décidé de demander un visa d'urgence et là il y a eu la possibilité de la Suisse".

49Pour Lena quitter son foyer chilien a été très pénible. A cela s'ajoute le choc de sortir vers l'Argentine et quelques mois après leur arrivée subir un nouveau coup d'Etat et vivre à nouveau dans la crainte de ce qui peut arriver à son époux :

"Nous avions les militaires dans l'hôtel où nous logions. Il arrivaient dans la nuit, à deux heures du matin, nous étions cinq personnes dans une pièce et ils entraient et fouillaient tout, les livres que nous étions en train de lire, c'était terrible. Même, un jour ils ont embarqué tous les hommes de l'hôtel et sans nous indiquer à nous les femmes où ils allaient, ce qui allait arriver".

50Les mois d'attente d'un visa pour un nouveau pays sont angoissants et finalement c'est la Suisse qui sera le premier pays à répondre positivement à leur demande :

"Nous avons postulé pour plusieurs pays, nous avons postulé pour le Canada, l'Angleterre et la Suisse, et bon nous sommes venus en Suisse car ça a marché pour la Suisse".

51Les deux derniers témoignages sont éloquents pour comprendre les facteurs qui ont influencé la venue des exilées en Suisse. Pour la majorité d'entre elles, ainsi que pour leurs conjoints, c'est en effet par hasard que la Suisse est devenue un pays d'asile. Elles y arrivent parce que, dans le contexte de crise, la Confédération apparaît comme un pays susceptible de les accueillir, la seule planche de salut à laquelle se rattacher. Pour elles, le problème crucial était de quitter le Chili, d'échapper à la violence directe ou indirecte. Le lieu de destination importait peu.

52Ni les exilées aidées par l'Action places gratuites, ni les prisonnières politiques, ni les réfugiées en provenance d'Argentine ou du Pérou avaient une préférence particulière pour la Suisse, pays sur lequel elles étaient peu informées : certaines confondaient même la Suisse avec la Suède (deux pays neutres situés en Europe dont le nom est très proche et qui faisaient rarement "la une" de l'actualité) ; d'autres avaient en tête quelques images stéréotypées (neutralité, les Alpes, la neige, les chocolats, les montres, les banques, Heidi, Nestlé, la Croix-Rouge). De plus, les réfugiés mis en contact avec l'Action places gratuites ne savaient même pas que leur destination finale serait la Suisse : en effet, ils transitaient par l'Argentine, puis par l'Italie avant d'entrer dans la Confédération par le Tessin.

53La situation est un peu différente pour les personnes faisant partie d'un contingent de 255 réfugiés choisi à Santiago par les autorités suisses, pour celles d'origine suisse ou sorties du Chili grâce à l'aide de connaissances suisses : elles étaient souvent mieux informées sur la Confédération et purent, dans le cadre des contraintes de la situation, davantage "choisir" le pays de destination.

  • 3 Il serait intéressant d'étudier plus en détail comment les femmes des trois types cités vivent leur (...)

54Mais, quel que soit leur niveau d'information sur la Suisse, à leur arrivée dans le pays d'accueil, des exilées avec des itinéraires sociaux différents convergent dans une même situation, caractérisée par la rupture de leur mode de vie précédent et le choc de la confrontation avec un environnement socio-culturel, inconnu pour la plupart d'entre elles.3

Discussion

55Nous avons abordé dans cette communication un thème peu exploré dans la littérature sur les migrations, et en particulier sur les migrations non-volontaires. Si l'on examine par exemple les travaux sur l'exil latino-américain, on constate que certains d'entre eux s'intéressent au contexte socio-politique ayant conduit à l'exil d'un nombre élevé de personnes (Saenz 1983) ; d'autres études analysent les transformations des rôles sociaux des femmes une fois que celles-ci se trouvent dans leur pays d'asile (Vasquez et Araujo 1987), mais n'abordent que très peu la question des causes et des modalités de leur départ du pays d'origine.

56Cette lacune a limité l'analyse des migrations politiques à leur aspect le plus visible, à savoir la violence dont sont l'objet les opposants au régime en place. Or, cette dimension de la problématique constitue une condition nécessaire mais non suffisante pour expliquer l'exil. Situer la place des femmes dans ce type de migration permet de mettre en évidence des facteurs moins perceptibles liés au départ car s'inscrivant davantage dans la sphère privée que dans la sphère publique. La complexité des facteurs qui influencent les décisions individuelles de départ dans un contexte socio-historique pourtant commun est ainsi soulignée.

57La distinction entre violence directe et violence indirecte nous paraît notamment être une variable importante pour comprendre et expliquer des attitudes différentes face à la décision d'émigration. Cette distinction est liée, dans l'exemple abordé ici, à la fois aux formes de violence pratiquées par le pouvoir et aux modes de vie des femmes (centrés surtout sur la scène publique ou plutôt sur la scène privée).

58Si les itinéraires qui conduisent les femmes "engagées", les femmes "participatives" et les femmes "privées" à l'exil se recoupent sur certains points, il existe aussi des différences significatives entre elles, notamment entre celles de la première catégorie et celles des deux autres groupes. Il nous semble important de systématiser à ce stade les principaux moments qui jalonnent le parcours vers l'exil, en mettant en évidence ces différences.

59Toute situation d'exil commence par l'irruption de la violence dans la vie politique du pays. Selon sa situation précédente, la personne subit directement ou indirectement les conséquences de cette violence : les femmes "engagées" sont exposées elles-mêmes à la répression, alors que les femmes "participatives" et "privées" craignent surtout pour la sécurité de leurs proches. Dans les deux cas de figure, on vit une situation d'exil intérieur. C'est alors que l'émigration commence à faire partie du "champ des possibles" de la personne, qu'elle apparaît pour la première fois comme une solution envisageable. Cette possibilité tend à se concrétiser plus ou moins rapidement en fonction des discussions et des échanges avec des proches, des nouvelles informations et rumeurs qui parviennent aux femmes concernées ; soulignons l'ampleur que peuvent prendre les rumeurs dans un contexte d'incertitude généralisée caractérisé par l'absence d'informations officielles crédibles. Commence alors l'étape de préparation pratique du départ (démarches, argent, visas, moyens de transport, etc.), plus ou moins expéditive selon le danger ressenti et selon les modalités choisies. Les personnes qui traversent les frontières vers un pays voisin peuvent vivre encore des situations de violence dans ce nouveau pays, ce qui les oblige à chercher un nouveau pays d'asile. D'autres personnes trouvent tout de suite un pays d'asile "stable", mais le plus souvent inconnu.

60Il nous semble que les étapes qui conduisent à la décision d'émigrer peuvent être retrouvées chez les femmes faisant partie d'autres émigrations politiques. Une étude comparative pourrait s'avérer fort intéressante pour mieux préciser les points communs et les spécificités des itinéraires décrits ici.

Bibliographie

Bolzman Claudio
1991. Exil, dynamique socio-culturelle et participation sociale : le cas de la migration chilienne en Suisse, Thèse de doctorat, Université de Genève.

Kunz Egon
1973 "The Refugees in Flight. Kinetic Models and Forms of Displacement" in International Migration Review, vol. 7, pp. 125-146.

Saenz Erasmo
1983. Les cadres socio-politiques de l'adaptation des réfugiés latino-américains en France, 1964-1979, Thèse de doctorat 3ème Cycle, Université de Paris III.

Vasquez Ana, Araujo Ana Maria
1987. Exils latino-américains. La malédiction d'Ulysse, L'Harmattan, Paris.

Notes

1 Les données concernant l'état civil des femmes non-mariées ne sont pas accessibles.

2 Cette recherche a bénéficié, dans sa deuxième phase, de l'aide du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

3 Il serait intéressant d'étudier plus en détail comment les femmes des trois types cités vivent leur premier contact avec la société suisse. Nous ne pouvons pas cependant développer cet aspect dans le cadre de ce texte, centré essentiellement sur l'étude du processus de départ des femmes du Chili. Pour une analyse détaillée de la problématique des rapports des exilés avec la société suisse et de leur évolution dans le temps, Cf. Bolzman, 1991.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search