Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Femmes du Tiers Monde immigrantes en Espagne

Maria Dolores Marrodan, Consuelo Prado et Ivonne David

Texte intégral

1L'Espagne a été un pays traditionnellement d'émigration. Notre pays a exporté une bonne partie de sa population vers l'Amérique latine pendant le xixe siècle et la première moitié du xxe, et vers l'Europe centrale (France, Suisse et Allemagne) principalement pendant la décennie 1950-60. Cependant au début des années 70, il se produit un changement d'orientation dans la dynamique migratoire et l'Espagne commence à recevoir un volume important de population étrangère.

2De nos jours, les étrangers sont estimés à approximativement 0.8 % du total des habitants. Ce taux est, avec celui que l'on observe au Portugal (0.5 %), en Grèce (0.7 %) et en Italie (0.8 %), un des plus bas de la Communauté européenne (CE) et représente une petite proportion si on le compare avec le 8.4 % de la Belgique ou le 7.2 % de l'Allemagne. Néanmoins, le nombre de résidants étrangers a triplé en 20 ans, passant de 129.823 étrangers recensés en 1968 à 360.032 en 1988 ; les originaires du Vieux Monde forment la majorité (70 %).

3L'arrivée des immigrants venus des USA, du Japon et des pays européens développés est liée dans une bonne mesure à la pénétration du capital étranger en Espagne et à l'établissement de compagnies multinationales entre 1975-1980, après la crise économique mondiale et les changements politiques qui ont eu lieu dans notre pays (Puyol Antolin 1989 ; Herranz 1990). D'autre part, l'établissement de la démocratie, l'économie florissante et la flexibilité de la politique migratoire, comparée à d'autres pays de la CE, ont été des facteurs d'attraction pour les immigrants du Tiers Monde, surtout ceux venant d'Amérique latine, des Philippines et des ex-colonies africaines, pays avec lesquels il existe encore certains engagements d'ordre politique (accords de double nationalité, suppression de visas) ainsi que de nombreux liens historiques et d'identité culturelle.

4Nous pouvons dire selon notre étude que la collectivité hispano-américaine dans son ensemble est celle qui a le volume le plus important face à l'asiatique ou l'africaine quant à la dynamique de son évolution chronologique.

Figure 1. Evolution de la population immigrante en Espagne en fonction du continent d'origine.

5Ces trois grands collectifs suivent un rythme semblable, présentant une première phase de croissance modérée jusqu'en 72, une seconde phase de stabilisation entre 73 à 80, et finalement une troisième période jusqu'à nos jours avec une croissance spécialement marquée dans les cinq dernières années (figure 2).

6Une analyse en détail par pays d'origine (tableau 1) nous a permis de remarquer par exemple que la colonie cubaine diminue progressivement, et ceci est dû d'un côté aux restrictions du gouvernement espagnol, qui impose des visas d'entrée et d'autre part, au fait que de nombreux Cubains utilisent l'Espagne comme une plate-forme vers les Etats-Unis, à travers le plan établi par la Fondation Cubano-Américaine, le Fonds à l'aide à l'Exode cubain et l'Association Rescate (Marrodan, Herranz et Garcia Ruiz 1989). D'autres collectifs tels les Argentins, les Chiliens, les Uruguayens prennent de plus en plus d'importance numérique vers le milieu des années 70, ce qui coïncide avec les coups d'Etat militaires dans leurs pays. On pourrait espérer que les processus de démocratisation politique initiés dans le Cône Sud, dans les dernières années, auraient freiné ce courant migratoire. Il est peut-être trop tôt pour mesurer convenablement ce phénomène, car, malgré un certain nombre de retours, on ne remarque pas, en fait, de recul dans le flux migratoire. Car s'il est vrai qu'un secteur de la population hispano-américaine a émigré de façon forcée, dû au manque de libertés politiques, il est certain que la crise économique qui persiste dans les pays d'origine, ne rend pas attractif leur retour au pays, surtout pour les citoyens chiliens et argentins. Après de nombreuses années en Espagne, ils sont complètement intégrés dans le domaine du travail, en raison même de leur bonne préparation culturelle et de leur spécialisation professionnelle (Ôlmo 1988).

Figure 2. Evolution de la population immigrante en Espagne. 1. Amérique du Sud ; 2 : Asie ; 3 : Afrique

7Parmi les immigrants d'origine africaine, les Marocains représentent la collectivité la plus nombreuse, suivie de loin par le reste des Africains, parmi lesquels les Maghrébins, ceux des lies du Cap-Vert. La communauté guinéenne mérite un traitement différent, puisqu'elle est une ex-colonie espagnole ; elle a joui longtemps d'une situation privilégiée (actuellement les Guinéens sont l'une des exceptions considérées dans le Code civil espagnol pour l'obtention de la nationalité). La situation de la migration extérieure présentée ici vient des données des sources de recensement officielles du Ministère de l'Intérieur, de l'INE (Institut National de Statistiques), et d'Eurostat. Quoique ces sources nous permettent d'analyser les courants migratoires, nous pensons qu'elles sous-estiment numériquement la population de certaines communautés étrangères et elles ne tiennent pas compte des individus en illégalité ou qui sont non inscrits. Une population croissante d'immigration non contrôlée et venant du Tiers Monde contribue à augmenter le nombre réel d'individus non nationaux dans notre pays.

Tableau 1. Evolution chronologique de la population immigrante en Europe

Tableau 1. Evolution chronologique de la population immigrante en Europe

Source : Ministère de l'Intérieur : D. G. Police. Ministère du Travail,
Mémoires 1988. Notre propre enquête

La présence féminine dans le contexte de l'émigration venant du Tiers Monde

8Pour connaître de façon concrète l'évolution en nombre et la proportion par nationalité des femmes du Tiers Monde qui se trouvent en Espagne, indépendamment de leur statut légal, nous partons de l'analyse du contingent de personnes des deux sexes qui résidaient légalement dans notre pays pendant les années 1970 et 1986. Pour la dernière des années ci-dessus, nous avons ainsi pris en compte l'estimation réalisée par l'équipe de Caritas (Pereda et Prada 1987) du nombre d'immigrants non déclarés. Sur les deux effectifs qui apparaissent dans la première colonne du tableau 2, nous appliquons le pourcentage de femmes étrangères dans la population réelle qui selon les recensements de l'INE correspond à chacune des catégories établies par les pays d'origine. Ainsi nous pouvons observer que pour l'année 1970, le total de femmes immigrantes déclarées était de 19.364, nombre qui correspond probablement à la réalité, puisque à cette date il n'existait pas encore un grand groupe d'étrangers en situation irrégulière.

9En 1986, on peut estimer le nombre de femmes immigrantes déclarées à 38.556 femmes, chiffre auquel il faut ajouter 128.745 femmes non-déclarées et on totalise ainsi 167.301 femmes. La plus grande proportion de celles-ci viennent de l'Amérique du Sud (45 %), suivies de loin par les Philippines (23 %), le Maroc (15 %), l'Afrique (9 %) et l'Asie (8 %). Il nous semble intéressant de signaler qu'en 1988, le Ministère de l'Intérieur a de façon officieuse estimé à 294.000 le nombre d'étrangers non déclarés. Si nous rapprochons globalement la proportion féminine réelle des 44 % provenant du Tiers Monde, on peut en déduire que 129.360 sont des femmes.

Tableau 2. Estimation du nombre de femmes du Tiers Monde en Espagne

Tableau 2. Estimation du nombre de femmes du Tiers Monde en Espagne

source : Pereda y de Prada (1987). INE, recensements 1970-1986

Caractéristique socio-démographique de la collectivité féminine immigrante à partir d'un échantillonnage

10Les principaux résultats dont il est question ici ont été obtenus par l'analyse de 424 entretiens en profondeur. Nous avons classifié cette population en tenant compte de leur origine nationale ou continentale répartie en 6 groupes-échantillons. Le Cône Sud (n =65), le reste de l'Amérique du Sud (n =225), le Maroc (n =37), l'Afrique (n =36), les Philippines (n =52) et le reste de l'Asie (n =9). Ce travail d'échantillonnage a permis de caractériser un groupe hétérogène classé sous l'étiquette de femmes immigrantes du Tiers Monde ; de même il a été possible de connaître la situation actuelle en Espagne, grâce aux différents paramètres socio-démographiques que nous commentons ci-dessous.

11La motivation qui pousse à émigrer constitue déjà un facteur discriminant selon les communautés. Tandis que les Philippines, les Marocaines et les Africaines peuvent être considérées tout simplement comme des immigrantes économiques, on peut avancer que les femmes afghanes ou iraquiennes (que recouvre la catégorie "reste de l'Asie"), sont des personnes déplacées de leur pays contre leur volonté, pour des motifs généralement politiques. La plupart d'entre elles sont arrivées en Espagne en qualité de demandeuses d'asile politique ou de réfugiées. Pour certaines femmes du Cône Sud, la question politique a aussi été déterminante pour prendre la décision d'émigrer, même si la crise économique subsistant dans leur pays ne les invite pas à retourner au pays. Pour ce qui est des femmes de l'Amérique du Sud, arrivées à des époques ultérieures, les principaux facteurs d'émigration sont les suivants : amélioration du niveau de vie, augmentation de la formation professionnelle.

12Les études suivies par les femmes immigrantes les distinguent en fonction de la nationalité d'origine. Les Latino-Américaines et surtout celles du Cône Sud ont un degré de scolarisation exceptionnellement élevé. Elles ont même fréquemment fait des études universitaires (50 % dans notre échantillon). Les Philippines ont également un bon niveau d'études (34 % terminent l'enseignement secondaire et 17 % arrivent à l'université). Ceci ne correspond absolument pas au statut de travail qu'elles assument dans le pays d'accueil. Les plus défavorisées se trouvent être les Africaines, et surtout les Marocaines dont le taux d'alphabétisation ne dépasse pas 30 %. D'autre part, en comparant le niveau d'études atteint par la population migrante de notre étude, à celui que possède la population féminine non migrante de même origine, nous remarquons que le degré de formation le plus élevé est le même que celui de notre échantillon (tableau 3). Ce phénomène, concernant surtout les pays de l'Amérique du Sud, laisse imaginer qu'un processus de migration sélectif s'est développé. Ce sont donc les femmes les plus qualifiées qui ont émigré, celles qui visiblement ont les meilleures possibilités de s'intégrer au marché du travail espagnol.

Tableau 3. Comparaison du niveau d'études de la population non migrante et migrante en Espagne

Tableau 3. Comparaison du niveau d'études de la population non migrante et migrante en Espagne

source : Sadik (1990). Fonds des Populations des Nations Unies

13Les différences entre chiffres officiels sur l'immigration en provenance du Tiers Monde et les chiffres estimés par nos soins peuvent s'expliquer par la manière d'entrer dans le pays. Nous signalons que seul 14 % de la population féminine étudiée traverse la frontière munie d'un contrat de travail. Le plus fréquemment elles arrivent comme touristes (49 %) ; c'est surtout le cas des Latino-Américaines qui utilisent le visa d'étudiant pour s'établir en Espagne.

14En Espagne, la femme du Tiers Monde est discriminée dans la recherche de travail face aux nationaux, aux Européens et aussi face aux hommes de leur pays d'origine. Des statistiques officielles révèlent que pendant la période de 1985 à 89, on refusa proportionnellement plus de permis de travail aux femmes qu'aux hommes immigrants. D'autre part, il semble qu'il n'y a pas pour les femmes une augmentation des permis de travail alors qu'elle est visible pour les hommes pendant cette même période.

15Plus des deux tiers de la population féminine que nous avons étudiée, occupe des postes non qualifiés, à savoir : travaux domestiques, serveuses, vendeuses ambulantes, ouvrières textiles. Elles ne sont que 7 % à remplir des tâches spécifiques dans des postes administratifs ou bureaucratiques, dans des usines ou des entreprises de services et on ne compte que 6 % des femmes qui développent une activité dans des postes techniques ou universitaires, par exemple avocate, médecin, psychologue, professeur, journaliste, etc. Ces différences sont très marquées selon la nationalité d'origine ; ce sont donc les Latino-Américaines du Cône Sud qui développent les professions les plus qualifiées et à l'autre extrême, ce sont les Marocaines et les Philippines les plus défavorisées.

16L'insuffisance de formation professionnelle de certaines communautés et la difficulté d'obtenir un permis de résidence et de travail (estimée à 70 % dans notre échantillonnage), poussent la femme immigrante à l'emploi informel ou à accepter du travail mal rétribué. Il est intéressant de remarquer que le 80 % des femmes questionnées n'ont pas de contrat et ne profitent d'aucune prestation sociale : droit au chômage, congés payés, assistance médicale. Malgré la moyenne des salaires calculée par la collectivité, nous pouvons affirmer que près de 70 % des travailleuses immigrantes ont des revenus inférieurs à 60.000 pesetas (600 $) mensuelles.

17Signalons encore que la migration est responsable d'un changement important dans les comportements au niveau de la cohabitation et de la structure familiale, dans le choix des partenaires, et par conséquent dans les formes de reproduction. La proportion élevée de célibataires, de divorcées et de séparées dans les groupes examinés (tableau 4) ainsi que l'âge du mariage, comparée aux communautés non immigrantes de la même origine le confirment (tableau 5).

Tableau 4. Etat civil en %

Tableau 4. Etat civil en %

18Il est important d'insister ici sur la proportion élevée de célibataires dans la population féminine étudiée compte tenu de la tranche d'âge des célibataires (25 à 44 ans) et il est aisé de dire que l'immigration est responsable d'une baisse du nombre d'unions et de mariages célébrés pendant la période fertile. Cela suppose donc pour la femme un retard de l'âge du mariage et par conséquent, une réduction signifiante du nombre d'enfants. Par ailleurs et logiquement pour des raisons de ressemblances ethniques et de proximité culturelle, de langue, entre autre, les mariages mixtes avec des Espagnols sont fréquents pour les femmes du Cône Sud et des autres pays d'Amérique latine. Pour les Philippines et les Africaines nous observons un degré inférieur d'exogamie (tableau 6).

Tableau 5. Comparaison d'indicateurs démographiques

Tableau 5. Comparaison d'indicateurs démographiques

Source : Eurostat (1988) ; Banque Mondiale (1987) ; Varea et Bernis (1988)

Tableau 6. Endogamie et exogamie en %. (N =120 mariages)

Tableau 6. Endogamie et exogamie en %. (N =120 mariages)

19Les aspects sociologiques et bio-démographiques exposés ci-dessus devraient avoir illustré en partie tout au moins la situation de la femme du Tiers Monde en Espagne. Le C.I.P.I.E. publiera prochainement une enquête exhaustive sur le sujet. Notre équipe a par ailleurs déjà débuté une recherche plus particulièrement consacrée à l'analyse des caractéristiques biologiques et à l'histoire reproductive de la collectivité féminine mentionnée.

Bibliographie

Banco Mundial
1987. Informe sobre el desarrollo mundial, Ed Tecnos, Madrid.

Halsey, A.
1975. "Social Mobility", in : The Structure of Human Population, Claredon Press. Oxford.

Herranz, Y.
1990. "Formación de un pequeño em
presariado latinoamericano en Madrid", Actas V Congreso de Antropologia, Granada..

Marrodan, M. D. ; Herranz, Y ; Garcia Ruiz, C.
1988. La inmigración de iberoamericanos a Madrid, Consecuencias biológicas, I.C.I. Biblioteca Ito. Español de Migration, Madrid.

Olmo, M.
1988. Los Argentinos en Madrid, Tesis Doctoral, Universidad Complutense, Madrid.

Pereda, C. ; Prada, M. A.
1987 "Los inmigrantes en España", Documentacion Social, n° 66.

Puyol Antolin, R.
1989. La Población Española, Col. Geografia de Espana, ed. Sintesis.

Sadik, N.
1990. Estado de la Población Mundial, ed. FNUAP.

Varea, C, Bernis, C.
1988 "Biodemografia del mundo arabe actual", Cuadernos Almanara n° 5, Cantabria.

Sources

Eurostat., Estadisticas demograficas, 1989.

I.N.E., Censos de Poblacion, 1960 à 1989.

Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, Estadisticas laborales, 1988.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Evolution de la population immigrante en Espagne en fonction du continent d'origine.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 2. Evolution de la population immigrante en Espagne. 1. Amérique du Sud ; 2 : Asie ; 3 : Afrique
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 1. Evolution chronologique de la population immigrante en Europe
Légende Source : Ministère de l'Intérieur : D. G. Police. Ministère du Travail,Mémoires 1988. Notre propre enquête
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 2. Estimation du nombre de femmes du Tiers Monde en Espagne
Légende source : Pereda y de Prada (1987). INE, recensements 1970-1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 3. Comparaison du niveau d'études de la population non migrante et migrante en Espagne
Légende source : Sadik (1990). Fonds des Populations des Nations Unies
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 4. Etat civil en %
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 5. Comparaison d'indicateurs démographiques
Légende Source : Eurostat (1988) ; Banque Mondiale (1987) ; Varea et Bernis (1988)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 6. Endogamie et exogamie en %. (N =120 mariages)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3530/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteurs

Anthropologue, Facultad de Biologia, Universidad complutense, Madrid

Anthropologue, Departamento de Biologia, Universidad Nacional Autonoma de Madrid, Espagne

Centro de Información y Orientación para la Mujer inmigrante, Fondación CIPIE, Madrid

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site