Version classiqueVersion mobile

La microfinance au Bénin

 | 
Théophile Sossa

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ensemble de contraintes à l’emploi de moyens de paiement et de règlement et au recours au crédit et (...)

1Durant les trois dernières décennies, la microfinance a connu une expansion considérable en tous les points de la planète. Cette expansion a été favorisée par un besoin croissant de services financiers sous le processus de financiarisation1. L’ambition des organisations de microfinance est d’offrir des services financiers répondant aux besoins du plus grand nombre d’humains qui vivent aujourd’hui en marge de la finance dite « formelle » ou y ont un accès très limité. Il est relativement facile d’identifier les ménages exclus de la finance moderne par l’inexistence d’une banque locale ou par la proportion des ménages ne disposant pas d’un compte bancaire. Il n’est donc point besoin de questionner la légitimité de l’implantation d’une institution de microfinance (IMF) dans une zone rurale relativement « pauvre » en vue d’offrir à ses habitants des services financiers.

  • 2 Fondateur de la Grameen Bank, Bangladesh.
  • 3 CAMPAGNE DU SOMMET DU MICROCREDIT. Données issues du rapport 2007, [en ligne] http://microcreditsum (...)

2Ce point de vue semble être partagé par tous les acteurs et se manifeste notamment à travers la mobilisation de la microfinance dans les politiques locales, nationales et internationales de développement économique et social. La microfinance figure dans les agendas des institutions internationales (Banque mondiale et ses antennes régionales, Programme des Nations Unies pour le développement), des agences bilatérales de coopération, des gouvernements nationaux et des collectivités locales. L’année 2005 a été déclarée « année internationale du microcrédit » par les Nations Unies et Mohammad Yunus2 et la Grameen Bank ont reçu le Prix Nobel de la paix. L’industrie de la microfinance a également connu de profonds changements au cours des deux dernières décennies. Elle est passée des approches purement développementalistes ayant dominé ses premières expériences à une tension entre ces approches et les approches commerciales caractéristiques des récentes évolutions qui transforment la microfinance en opportunités de placements financiers (Servet & Baumann, 2007). Elle est également passée du microcrédit offert (des années 1970 jusqu’au début des années 1990), à l’ambition d’offrir un ensemble de services financiers diversifiés, s’adressant aux populations en marge de la finance traditionnelle et des circuits financiers dits « formels ». Au 31 janvier 2006, 133 millions de clients sont servis par les institutions de microfinance (IMF) à travers le monde, soit une croissance de près de 140 % par rapport aux données de l’année 20013.

3Ces faits témoignent aussi bien de l’importance qu’acquiert la microfinance que des objectifs que ces promoteurs lui assignent en tant qu’outil de développement. De mémoire humaine, peu d’instruments avaient autant nourri les espoirs en matière de réduction de la pauvreté et de lutte contre les inégalités. Comme il y a cinquante ans certains croyaient à la planification, la microfinance apparaît aujourd’hui comme un instrument devant favoriser la « capabilité (empowerment) » économique par le biais du soutien au microentreprenariat. L’empowerment économique est censé créer une dynamique économique qui s’accompagne de changements sociaux positifs. Une dérive inhérente à cette focalisation générale sur la microfinance réside dans l’abandon d’actions de développement humain indispensables telle que la fourniture d’eau potable, de soins de santé et d’éducation dans les zones défavorisées. Ces dérives ont été constatées par exemple en Inde, au Sri Lanka, au Bangladesh et en Amérique latine (Martinez & al., 2007). Dans ces cas, lorsque la microfinance ne parvient pas à réaliser ses promesses, les conditions de vie des ménages périclitent sous la conjugaison d’effets négatifs non imputables aux seules IMF.

4En effet, pendant que la microfinance connaît une croissance rapide avec l’augmentation de sa clientèle, de nombreux observateurs commencent à interroger sa capacité à réaliser ses promesses et l’efficience relative des IMF dans les conditions particulières dans lesquelles elles interviennent. En effet, au départ, l’attente des organisations de microfinance, des bailleurs de fonds et des gouvernements était que la microfinance contribue à la création d’activités génératrices de revenus et comme résultante, à la réduction de la pauvreté ; mais aujourd’hui on s’accorde à dire que cette attente n’est satisfaite que de façon très limitée (Hashemi, 2007 : 12). Selon les circonstances et les modalités de l’action, la microfinance a des effets positifs pour certains et négatifs pour d’autres (Servet, 2006). Les observateurs admettent que la microfinance a un impact en termes de lutte contre la vulnérabilité, beaucoup plus significatif qu’en termes de réduction de la pauvreté stricto sensu. En favorisant un lissage des revenus, un lissage de la consommation, l’acquisition de patrimoine et la diminution de l’endettement privé (Sebstad et Cohen, 2000), la microfinance constitue un outil efficace de gestion de la vulnérabilité des individus face à la faim, la morbidité, la servitude. Cependant, il existe des effets pervers inhérents à une expansion ou une saturation de l’offre, tel que l’endettement croisé des clients qui sont porteurs de risques de surendettement des familles (Armendariz et Morduch, 2005). Ce constat a été fait dans certaines régions ayant connu une croissance forte et rapide telles que la Bolivie, certaines régions du Bangladesh et de l’Inde, notamment l’Andhra Pradesh (Fouillet, 2006 ; Guérin, 2008).

  • 4 Le terme « besoin » est utilisé ici parce qu’il paraît plus large que le terme « demande » qui est (...)

5Ces situations complexifient la mission des IMF, à savoir une inclusion financière de masse qui s’accompagne de retombées socioéconomiques positives. Elles rendent compte de la complexité de la microfinance ainsi que des contraintes auxquelles font face ses acteurs, contraintes qui limitent son efficacité. Curieusement, peu d’études ont été consacrées aux pratiques des acteurs des dispositifs de microfinance en vue de connaître les logiques qui orientent les relations qu’ils entretiennent dans un contexte socioéconomique spécifique. La façon dont une IMF s’insère dans un milieu social ainsi que les stratégies qu’elle met en place pour répondre aux besoins spécifiques des habitants sont déterminantes pour assurer l’inclusion financière des habitants de ce milieu. C’est pour cela que ce travail se consacre à l’étude d’un cas spécifique de relations, de stratégies et de contraintes afin de mieux connaître les besoins4 de services financiers en milieu rural.

  • 5 Lélart (2007) montre que le secteur de la microfinance représente au Bénin au moins le double de ce (...)

6Le Bénin offre une perspective intéressante pour la conduite de cette recherche compte tenu du fait qu’il occupe la première place5 en matière de microfinance dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), avec une expansion considérable des IMF sous des formes diverses, tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Le travail est organisé en deux parties. La première partie traite de la problématique de l’exclusion et de la microfinance face à l’exclusion financière. La deuxième partie aborde d’une part la microfinance dans le contexte d’exclusion financière au Bénin, et d’autre part l’analyse des besoins de services financiers en milieu rural par rapport à l’offre des IMF.

Notes

1 Ensemble de contraintes à l’emploi de moyens de paiement et de règlement et au recours au crédit et à la protection contre les risques, contraintes qui agissent de façon différente, directe ou indirecte tant au Nord qu’au Sud. Pour en savoir plus sur ce concept, consulter SERVET, J.-M., 2006, Banquiers aux pieds nus : La microfinance, Odile Jacob, Paris. p-35-60.

2 Fondateur de la Grameen Bank, Bangladesh.

3 CAMPAGNE DU SOMMET DU MICROCREDIT. Données issues du rapport 2007, [en ligne] http://microcreditsummit.org/pubs/reports/socr/EngSOCR2007.pdf.

4 Le terme « besoin » est utilisé ici parce qu’il paraît plus large que le terme « demande » qui est soumis à la condition de solvabilité. Ainsi, tous les besoins n’occasionnent pas une demande mais restent observables à travers la vulnérabilité des individus ou les détours pour les satisfaire.

5 Lélart (2007) montre que le secteur de la microfinance représente au Bénin au moins le double de ce qu’il représente pour l’ensemble de l’UEMOA. En effet, sur la base des crédits et des dépôts, les banques béninoises représentent à peine 9 % du secteur bancaire de l’Union ; alors que les IMF représentent plus de 16 % des crédits et 20 % des dépôts ; chiffres que n’a pu égaler aucun autre pays de l’espace UEMOA.

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search