Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Femme et migrante

Le cas des Etats-Unis

Rita J. Simon

Texte intégral

1Cet article met en relation deux sujets d'actualité qui peuvent être traités tant sur le plan intellectuel que professionnel : il s'agit des migrations et des femmes. Il y a 25 ans, ces thèmes suscitaient peu d'intérêt dans les milieux intellectuels ou professionnels. Leur importance s'est manifestée lors d'études réalisées dans diverses disciplines. Ils sont aujourd'hui d'actualité. Rappeler la naissance de l'intérêt des sociologues et leurs études sur les femmes migrantes implique de reconnaître l'importance de l'émergence du mouvement féministe dans le monde entier à la fin des années 60 et au début des années 70.

2Ces mouvements féministes ont pris de l'importance et de ce fait ils ont suscité de nombreuses recherches. Des subventions pour la recherche sur les questions féminines de même que la littérature sur différents aspects de la vie des femmes ont fortement augmentés. Plusieurs universités ont mis sur pied des programmes d'études sur les femmes. Des maisons d'édition ont commencé à publier des articles et des monographies sur les femmes au travail, en politique et dans l'éducation. Des regroupements professionnels ont organisé des sessions d'études sur différents aspects de la condition féminine, plus précisément sur leurs rôle et leurs statuts aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Les nombreux travaux sociologiques sur les femmes migrantes peut être facilement expliqué par la popularité qui entoure les questions féminines en général. L'intérêt renouvelé pour les migrations comme phénomène mondial n'est sûrement pas étranger au fait que les sociologues accordent une attention particulière à l'évolution des modèles de migration féminine.

3A la lumière de ces explications, il est important de noter que les études actuelles se distinguent des études antérieures d'une part par leur l'objectif et d'autre part, par leurs techniques d'enquête. Un grand nombre des premières recherches effectuées durant les années 1920 et 1930, une période de fortes migrations, ont été réalisées par la "Chicago School of Sociology". Les chercheurs de cette école ont particulièrement étudiés les modèles d'adaptation, d'acculturation et d'assimilation de différentes communautés d'immigrants à l'intérieur du vaste bassin de la société américaine.

  • 1 Thomas, W. L. Znaniek, F., The Polish Peasant in Europe and America. (Edited and abridged by Eli Za (...)

4Les méthodes de travail utilisée pour étudier ces communautés étaient souvent basées sur l'observation. Elles s'appuyaient à la fois sur des narrations écrites de faits vécus comme des lettres ou des journaux intimes ainsi que sur des témoignages recueillis de vive voix. Ces données servaient à expliquer les étapes de transition et d'intégration sur le plan individuel, familial et collectif. D'autres recherches ont porté sur les conflits entre parents immigrants et leurs enfants, Américains de première génération. Les compte-rendus ont démontré avec quelle rapidité et comment différentes communautés immigrantes se sont américanisées. Cette intégration a pris plusieurs formes : perte d'accent, changement de nom, changement dans la façon de s'habiller et dans le choix de la nourriture, pour finalement en arriver à déménager dans des quartiers non ethniques. L'unité d'analyse de ces études était souvent la famille ou une communauté immigrante entière récemment établie dans un quartier urbain.1

5Le renouveau d'intérêt pour l'immigration dans les années 70 et 80 n'a pas rétabli les programmes de recherches antérieures, que ce soit sur le plan du contenu ou des méthodes. Les questions d'aujourd'hui tendent à être différentes de celles qui prévalaient il y a 60 ou 70 ans et les techniques d'analyse ont, elles aussi, évolué. De nos jours, les questions d'ordre économique sont plus susceptibles d'être considérées comme les variables dépendantes. Ainsi, les données sur la participation au marché du travail, l'éducation, les qualifications et l'éthique professionnelles, le revenu et la mobilité sont récoltées par enquêtes ou à partir d'archives comme les recensements. Un intérêt majeur est accordé au comportement de l'individu regroupé par la suite, plutôt qu'aux familles ou aux communautés entières. Il y a moins de recherches basées sur l'observation directe, les chercheurs sont donc plus indépendants et leurs études moins subjectives.

6Dans les études sur les femmes, les variables économiques jouent aussi un rôle important. Néanmoins, d'autres facteurs tels que la fécondité, l'évolution des rôles à l'intérieur de la famille et les attitudes envers la société d'accueil sont propres aux études sur les femmes migrantes. Les méthodes utilisées sont habituellement les mêmes pour une population féminine ou masculine, l'unité d'analyse tendant à être l'individu, indépendamment de son sexe. J'aborde ici quelques-unes des principales questions qu'ont posé les recherches sur les femmes migrantes durant les deux dernières décennies. Les données utilisées concernent principalement l'immigration aux Etats-Unis.

7Il est un fait, souvent passé inaperçu, que plus de femmes que d'hommes ont immigré aux Etats-Unis au cours des 60 dernières années. La prédominance de l'immigration féminine sur celle des hommes varie entre 51.4 % et 74.9 %. Le pourcentage le plus élevé date de 1947, cette situation est largement attribuable à l'immigration des "épouses de guerre", c'est-à-dire les épouses de militaires en poste à l'étranger après la deuxième guerre mondiale. En effet, de janvier 1946 à décembre 1948, 112.882 épouses de guerre ont été admises aux Etats-Unis. Elles ont constitué 25 % de toute l'immigration pendant ces trois années.

8Les pays en provenance desquels plus de 50 % des migrants sont des femmes ne constituent pas un échantillon limité et ce phénomène n'a pas été spécifique à une période donnée. Plus de 70 pays sont dans ce cas représentant plusieurs continents : l'Europe, l'Asie et l'Amérique latine (tableau 1). Les pays dont le nombre d'émigrantes est inférieur à 50 % se trouve en Afrique ou au Moyen-Orient. En fait les pays qui envoient le plus grand nombre de femmes tendent à être parmi ceux qui envoient aussi le plus d'hommes : le Mexique, les Philippines et la Corée.

9Comme pour les hommes, la plupart des immigrantes sont âgées de moins de 35 ans. Elles sont cependant plus nombreuses que les hommes dans la tranche d'âge 15 à 19 ans et encore plus dans celle de 20 à 24 ans. Le pourcentage d'immigrantes mariées est plus élevé parmi les femmes que chez les hommes, soit respectivement 71 % et 66.4 %. A leur arrivée, un pourcentage beaucoup plus faible de femmes déclarent avoir une profession ou une expérience sur le marché du travail (34 % des femmes, 77.4 % des hommes). Mais une fois aux Etats-Unis, la participation des femmes migrantes au marché du travail s'accroît de façon impressionnante. En 1970, 46.5 % des immigrantes occupaient un emploi alors que c'était le cas de 41.6 % des femmes natives des Etats-Unis.

10Ce sont des facteurs d'ordre économique qui ont influencé la décision des femmes d'immigrer ces 150 dernières années, comme les femmes irlandaises durant les années 1840-1850. En comparant les activités déclarées par les immigrantes à celles des femmes nées aux Etats-Unis, on se rend compte que les immigrantes occupent près de deux fois plus d'emplois professionnels. Le tableau 2 compare les immigrantes avec les femmes nées aux Etats-Unis par catégories d'emplois spécifiques.

Tableau 1. Répartition des pays d'origine des immigrants aux Etats-Unis selon le pourcentage de femmes migrantes, années fiscales 1972-79

Tableau 1. Répartition des pays d'origine des immigrants aux Etats-Unis selon le pourcentage de femmes migrantes, années fiscales 1972-79

Note : Les informations sont celles du pays de naissance. Ces chiffres incluent tous les pays dont plus de 100 immigrés ont été admis aux USA pendant cette période.
Source : Service de l'immigration et des naturalisations pour les années fiscales 1972-79 (non publiées mais accessibles au public)

Tableau 2. Répartition des emplois en pourcentage et par sexe. Années fiscales 1972-79.
Travailleurs américains et emplois déclarés par les immigrants à leur arrivée

Tableau 2. Répartition des emplois en pourcentage et par sexe. Années fiscales 1972-79.Travailleurs américains et emplois déclarés par les immigrants à leur arrivée

Note : La somme des pourcentages peut ne pas correspondre au total en raison des valeurs fractionnées
Sources : U.S. Department of Labor, 1983, Tables 16 and 26. Unpublished tabulations based on the U. S. Immigration and Naturalization Service's public-use tapes for immigrants (complete enumeration) for fiscal years 1972-79.

11Il faut remarquer que les immigrantes sont plus susceptibles de se retrouver dans les deux catégories extrêmes de la population active. Ainsi, 28.1 % d'entre elles travaillaient comme professionnelles, alors que c'est le cas de 16.1 % des femmes nées aux Etats-Unis. Par contre, 13.9 % des femmes immigrées travaillaient comme domestiques alors que seulement 2.6 % de ces emplois sont remplis par des indigènes. Les mêmes tendances se dégagent pour les immigrants masculins, mais de façon moins marquée. Par exemple, on constate que 22.4 % des immigrants occupent des postes professionnels par rapport à 5.1 % pour les non-immigrants et 12 % des premiers travaillent comme journaliers contre 7.3 % pour les non-immigrants.

12La grande concentration d'immigrants des deux sexes aux extrémités de l'échelle hiérarchique du marché du travail reflète directement leur formation scolaire respective. Comme pour leur répartition sur le marché du travail les immigrants, hommes et femmes, apparaissent plus souvent que les natifs dans les catégories extrêmes quant au nombre d'années de scolarisation. Les données de l'enquête de 1976 sur le revenu et la formation ont démontré que les immigrants adultes arrivés entre 1965 et 1974 avaient en moyenne trois quarts d'année de moins de scolarité que les travailleurs non-immigrants.

13En résumé, la plupart des études sociologiques faites dans les années 1970 et 1980 sur les immigrantes ont porté sur des caractéristiques démographiques et d'emploi. Les données montrent que la plupart des immigrantes arrivent entre l'âge de 15 et 29 ans. Leur niveau d'éducation suit une distribution bi-modale ; on les retrouve aux deux extrémités de la scolarisation, c'est-à-dire aux niveaux les plus élevés ou les plus bas. Une fois arrivées sur place elles ont plus tendance à travailler à l'extérieur du foyer que les natives ; on les retrouve dans des situations professionnelles plus élevées ou au contraire plus basses que les femmes nées aux Etats-Unis. A leur arrivée, plus de 70 % des immigrantes sont mariées. Elles ont sensiblement le même nombre d'enfants que les femmes américaines.

14Un autre sujet qui est spécifique aux études réalisées sur les immigrantes concerne les fondements des modèles sur les doubles ou triples oppressions et discriminations subies. Cette thèse soutient que les immigrantes passent d'une culture traditionnelle à une culture moderne et qu'avant leur migration, elles n'avaient jamais travaillé à l'extérieur de leur foyer. Selon la thèse de l'oppression ou de la discrimination, les immigrantes qui travaillent sont discriminées de par leur classe sociale, leur statut d'étrangère et leur sexe. Elles sont discriminées par ailleurs face aux américaines, face à leurs employeurs et face aux hommes. Existe-t-il des données qui permettent de vérifier ces informations ?

15Un survol de la littérature révèle une situation plus complexe. Des études portant sur des immigrantes musulmanes en France, des Turques en Allemagne ainsi que sur des Mexicaines, des Jamaïquaines, des Cubaines et des Vietnamiennes aux Etats-Unis suggèrent que, par la migration, les femmes renforcent leur rôle et leur statut. Yolanda. Prieto explique la forte participation des Cubaines sur le marché du travail, comme suit :

  • 2 Prieto, Yolanda, "Cuban Women in New Jersey", International Migration, Ed. Simon, R. J., Brettel, C (...)

" ...Le facteur le plus déterminant dans l'intense activité économique des Cubaines (tout comme les Cubains en général) est un mélange de valeurs de la classe moyenne et d'une très forte idéologie anti-communiste. Ces convictions, courantes chez les réfugiés de pays socialistes, se manifestent par une solide éthique professionnelle, accompagnée d'un désir de mobilité sociale. Ces migrants justifient l'entrée massive des femmes sur le marché du travail principalement en compensation du manque à gagner dans leur pays d'origine. "2

16Les femmes musulmanes occupent davantage de fonctions cérémonielles publiques dans leur pays d'adoption que dans leur pays d'origine. Sossie Andezian écrit :

  • 3 Anbdezian, Sossie, "Women's Roles in Organizing Symbolic Life: Algerian Female Immigrants in France (...)

" ...Pendant l'immigration, on peut observer une redéfinition des rôles traditionnels à l'intérieur des familles algériennes. En l'absence de belles-mères et d'autres membres féminins du réseau de parentés les épouses algériennes jouent un rôle plus important dans les décisions concernant l'éducation des enfants, le choix des conjoints de ceux-ci, les relations avec la société d'accueil, de même que les relations avec leur pays d 'origine. La sphère de leurs activités s'étend et elles ont accès à un monde public qui était jusque-là réservé prioritairement aux hommes. En dépit du fait que peu d'Algériennes travaillent hors du foyer, elles doivent tout de même traiter avec différents services tels que l'école, les services de la santé et les administrations afin d'assumer pleinement leurs rôles d'épouses et de mères. Disponibles pendant les heures d'ouverture de ces institutions, ce sont elles qui fournissent les explications aux autorités si nécessaire, ou expriment des besoins d'ordre familiaux. Elles se sont rapidement rendu compte que face à la bureaucratie française, elles ne pouvaient guère compter sur leur mari souvent tout aussi analphabètes qu'elles mais ne disposant guère de temps libre"3

17Dans sa description des femmes Sikhs Est-Africaines à Londres, Porminder. Bhachu écrit ;

  • 4 Bhachu, P. K. "Work, Dowry, and Marriage Among East African Sikh Women in the United Kingdom". Inte (...)

"Un grand nombre de femme est impliqué dans les activités du temple. Lors de mariages, la plupart des cérémonies prénuptiales sont prises en charge par les femmes. Alors, contrairement au stéréotype de la femme asiatique renfermée et soumise, la femme Sikh Est-Africaine en particulier jouit d'une liberté considérable et consacre beaucoup de temps à des activités entre femmes. L'accroissement de leurs contacts sociaux est dû à leur activité professionnelle. Même si les immigrantes se retrouvent essentiellement dans des catégories d'emplois les plus repoussants et mal rémunérés, ce débat sur les Sikhs Est-Africaines en Grande-Bretagne suggère qu'un travail rémunéré a un impact significatif sur le partage du pouvoir à l'intérieur de la famille et sur les modèles spécifiques des comportements traditionnels. "4

  • 5 Davis, F. J. and Heyl, B. S. 'Turkish Women and Guestworker Migration to West Germany". Internation (...)

18Les femmes turques en Allemagne sont davantage impliquées dans l'éducation que leurs enfants reçoivent dans le système scolaire allemand qu'elles ne le sont dans leur propre pays.5 Les immigrantes mexicaines aux Etats-Unis participent de façon plus intense aux affaires de la communauté immigrante qu'elles ne participaient à la vie publique au Mexique. Nancy Foner décrit la situation des Jamaïquaines à New-York et à Londres comme suit :

  • 6 Foner, Nancy. "Sex Roles and Sensibilities: Jamaican Women in New York and London". International M (...)

"En dehors du lieu de travail, les immigrantes de New-York et de Londres peuvent avoir certaines activités qui auraient été inacceptables, ou du moins inhabituelles dans leur pays d'origine. Ceci donne le sentiment que la vie à l'étranger leur offre une nouvelle sorte de liberté. Elles parlaient de leurs nouvelles opportunités, d'étendre leur horizon culturel par le théâtre, les concerts, le cinéma et à New York de suivre leurs intérêts et de mener leur vie sans le regard constant de la censure de leur communauté d'origine."6

19Ces exemples illustrent l'amélioration du statut public obtenu par les femmes qui ont émigré. Contrairement à la croyance populaire, de nombreuses femmes émigrant vers les pays développés avaient déjà travaillé à l'extérieur de leur foyer dans leur pays d'origine. Il n'en demeure pas moins que la probabilité est grande qu'elles participent au marché du travail en plus grand nombre dans le pays d'accueil. Bien que, pendant les premières années de leur migration, le salaire des immigrantes soit inférieur à celui des natives, des études ont montré que les femmes immigrantes entrent sur le marché du travail plus tôt que les hommes venus du même pays et que ces femmes ont en moyenne un salaire plus élevé qu'eux. En fait, ce sont les changements de rôles à l'intérieur du noyau familial qui fournissent à la femme immigrante un statut plus élevé qu'elle retransmet à la génération suivante.

Notes

1 Thomas, W. L. Znaniek, F., The Polish Peasant in Europe and America. (Edited and abridged by Eli Zaretsky), University of Illinois Press, Chicago, 1984. Cet ouvrage est un classique qui nous vient de cette période.

2 Prieto, Yolanda, "Cuban Women in New Jersey", International Migration, Ed. Simon, R. J., Brettel, C, Rowman & Allanheld, NJ, 1986, p. 110.

3 Anbdezian, Sossie, "Women's Roles in Organizing Symbolic Life: Algerian Female Immigrants in France". International Migration, Ed. Simon, R. J., Brettell, C. Rowman & Allanheld, NJ, 1986, pp. 257-8, 265.

4 Bhachu, P. K. "Work, Dowry, and Marriage Among East African Sikh Women in the United Kingdom". International Migration. Ed. Simon, R. J. Brettell, C, Rowman & Allanheld, NJ, 1986, p. 231.

5 Davis, F. J. and Heyl, B. S. 'Turkish Women and Guestworker Migration to West Germany". International Migration. Ed. Simon, R. J. Brettell, C., Rowman & Allanheld, NJ, 1986.

6 Foner, Nancy. "Sex Roles and Sensibilities: Jamaican Women in New York and London". International Migration. Ed. Simon, R. J. Brettell, C, Roman & Allanheld, NJ, 1986, pp. 145-6.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des pays d'origine des immigrants aux Etats-Unis selon le pourcentage de femmes migrantes, années fiscales 1972-79
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Note : Les informations sont celles du pays de naissance. Ces chiffres incluent tous les pays dont plus de 100 immigrés ont été admis aux USA pendant cette période.Source : Service de l'immigration et des naturalisations pour les années fiscales 1972-79 (non publiées mais accessibles au public)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2. Répartition des emplois en pourcentage et par sexe. Années fiscales 1972-79.Travailleurs américains et emplois déclarés par les immigrants à leur arrivée
Légende Note : La somme des pourcentages peut ne pas correspondre au total en raison des valeurs fractionnéesSources : U.S. Department of Labor, 1983, Tables 16 and 26. Unpublished tabulations based on the U. S. Immigration and Naturalization Service's public-use tapes for immigrants (complete enumeration) for fiscal years 1972-79.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Auteur

School of Public Affairs and Washington College of Law, The American University, Washington DC

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site