Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Les enfants trouvés

Drame de la maternité dans une vallée d'émigrants

Franca Tonella Régis

Texte intégral

  • 1 La première œuvre historique sur la Valsesia, comprenant aussi des réflexions sur l'émigration, est (...)

1Le phénomène séculaire de l'émigration des habitants de la Valsesia répond pleinement à la question que nous nous posons sur l'émigration dans ce présent ouvrage. Depuis la fin du Moyen Age jusqu'au xixe siècle et au début du xxe siècle, les hommes de la Valsesia émigrèrent pour faire face à l'état de crise économique déterminé par la structure du territoire, pauvre en ressources naturelles, caractérisé dans la partie supérieure par des vallées étroites et profondes ne permettant que l'élevage et des activités minières irrégulières, et dans la partie inférieure par une agriculture ne produisant que le strict nécessaire. Les documents les plus anciens11 relatent le remarquable professionnalisme des émigrants de la Valsesia, en activité surtout dans le bâtiment (maçons, charpentiers, plâtriers), dans le travail du bois et des métaux, avec la présence de nombreux artistes : peintres, sculpteurs, architectes. Ils atteignirent presque tous les pays de l'Europe, y compris la Russie, mais surtout la France, la Suisse, l'Espagne (aubergistes et cordonniers), l'Allemagne (étaliers). Appartenant aux classes sociales les plus humbles, accablées par une pauvreté endémique, jusqu'aux plus aisées, les hommes de 12 à 50-60 ans exportaient dans les pays étrangers leurs techniques et leurs capacités, difficiles ou impossibles à mettre en valeur dans un territoire surpeuplé et pauvre qui n'aurait pu garantir de quoi vivre plus de deux ou trois mois par an, si tous étaient restés dans leurs villages. Avant l'unité politique de l'Italie (1860), on considérait comme étranger tout Etat de la péninsule hors du Piémont, mais la demande de main-d'oeuvre qualifiée et la situation alpine de la Valsesia poussèrent ses habitants à préférer les routes européennes de l'émigration même lorsque, vers la fin du xixe siècle, des masses de compatriotes quittèrent l'Italie pour les deux Amériques.

2L'émigration étant temporaire, les retours vers la patrie étaient différenciés selon les lieux d'émigration, les fortunes individuelles, les conditions de travail et l'âge (pendant l'apprentissage triennal le jeune émigré ne pouvait retourner dans son pays). Le temps de séjour obligatoire était celui consacré au mariage, le plus souvent en hiver, entre 25 et 30 ans ; l'émigré se mariait avec une jeune fille du village ou de la vallée qui, quelques semaines après, commençait sa vie de "veuve blanche" chez son mari, au début du printemps, quand le dégel permettait aux émigrants de repartir par les cols des Alpes.

3L'émigration masculine périodique ne dépeupla point la vallée ; au contraire, elle l'enrichit de demeures plus grandes et plus confortables, d'églises et de bâtiments publics (écoles, théâtres) souvent imités des pays européens ; elle conserva surtout sans variation le nombre des habitants, de 35 à 40.000, qui est encore le même de nos jours, mais caractérisé par un irréversible déplacement de la vallée supérieure vers la vallée inférieure industrialisée depuis la moitié du siècle dernier. Les émigrants de la Valsesia vivaient généralement en groupes formés de parents et de "pays" ; ils se réunissaient périodiquement et maintenaient des communications réciproques pour des motifs de travail ou de loisir. Comme ils avaient presque tous fréquenté l'école primaire, ils envoyaient et recevaient des nouvelles de leurs familles et du pays et décidaient personnellement les formes d'investissement de leurs gains dans leur patrie ; les plus habiles et les plus fortunés investissaient aussi leur argent à l'étranger.

4Dans les régions d'origine, le rythme de la vie quotidienne était marqué par l'émigration ; les départs et les retours des hommes, l'attente des nouvelles, les présences et les absences scandaient l'existence des femmes : filles, soeurs, épouses et mères d'émigrants.

  • 2 Les historiens de la Valsesia sont d'accord pour évaluer entre 7.000 et 8.000 le nombre des émigran (...)

5Bien que le phénomène migratoire de la Valsesia ait été considéré et étudié avec une attention particulière depuis l'époque napoléonienne jusqu'à la fin du xixe siècle2 aucun savant local ou de l'extérieur n'a tenu compte des effets de l'émigration sur les femmes destinées à rester dans la vallée, sur leur solitude forcée, sur la précarité d'une vie familiale divisée et privée, dès l'enfance, de figures masculines adultes, sur leur condition de femmes privées de droits et accablées de devoirs auxquels elles ne pouvaient se soustraire sans mettre en péril leur subsistance et celle de leur famille. Aux femmes des vallées étaient confiés, surtout dans la vallée supérieure, travaux et devoirs dont elles portaient toutes la responsabilité : la culture des pauvres petits champs, la récolte du foin sur des prés raides et pierreux, le séjour à l'alpage pendant les mois d'été sur les hauts pâturages, les travaux à l'étable et à la maison, le soin des enfants, des frères cadets et des personnes âgées. Sauf pendant les mois d'hiver, les régions de la montagne étaient peuplées de femmes, d'enfants, de vieillards, du curé et de quelques artisans.

La Valsesia
Elle occupe la partie centrale du versant sud-est du Massif du Monte Rosa, entre la vallée d'Aoste à l'ouest et la vallée de l'Ossola à l'est ; elle est arrosée par le fleuve Sesia, qui naît d'un glacier du Monte Rosa à 2.700 m environ, et qui la traverse sur 65 km avant de se jeter dans le Po à Candia.
Elle comprend trois vallées principales : la « Val grande » ou Valsesia proprement dite, la Val Mastallone et la Val Sermenza. Elle appartient à la région du Piémont et se trouve dans la Province de Verceil depuis 1926 (auparavant elle se trouvait dans la Province de Novare).

  • 3 Source des documents : Archives nationales de Novare, Fonds de l'Hôpital de la Charité de Novare, H (...)

6Cette forme inusitée de vie sociale n'échappa point à l'observation des premiers alpinistes et des voyageurs-écrivains romantiques, agréablement surpris de rencontrer dans les villages et sur les sentiers, au milieu de paysages ravissants contemplés à travers l'esprit de Rousseau, les jeunes montagnardes "alertes" dans leurs pittoresques costumes. Une recherche encore en cours faite dans les archives,3 qui s'enrichit continuellement de nouvelles données, me permet de documenter, avec une précision chronologique et géographique bien fondée, un aspect de la condition féminine jusqu'à présent passé sous silence ou oublié ; cette documentation recouvre des époques différentes, mais limitées intentionnellement aux décennies qui précèdent l'unité de l'Italie, après la fin du pouvoir napoléonien. Il s'agit de maternités illégitimes dont on peut prendre connaissance dans les procès-verbaux de découverte des enfants exposés et dans les Actes de soumission.

7Il s'agit d'un fragment de l'histoire féminine, submergée et refoulée par la conscience et la connaissance collective. Si l'émigrant moyen n'entre pas dans l'histoire, mais appartient de toute manière à un vaste phénomène historique et socio-économique, les femmes qui restaient au pays furent parfois les protagonistes et les victimes de faits personnels qui n'eurent aucune répercussion sur le tissu social de la vallée, mais qui, sans aucun doute, laissèrent des traces dans leur corps et dans leur âme, bien au-delà du langage bureaucratique des anciens documents. Ces mères oubliées, soit lorsqu'elles exposaient leur enfant à la porte des églises ou dans les lieux publics, soit lorsqu'elles se soumettaient à la Loi pour éviter les délits de l'avortement, de l'infanticide ou de l'abandon, obéissaient toutes à une règle appliquée dans leur milieu social où l'enfant illégitime n'avait ni statut ni place, refusé pour des raisons économiques liées à l'équilibre social et à la censure morale. Dans une société marquée par les difficultés économiques, les enfants du hasard ou de l'aventure auraient rompu le fragile équilibre d'expulsion-réception qu'il fallait maintenir pour garantir la subsistance du groupe social. Les fruits de la faute étaient superflus, encombrants, qui révélaient la culpabilité et auxquels la vie ne pouvait être garantie qu'en dehors de la vallée.

8Pendant la période examinée, on distingue deux groupes de femmes : celles qui exposent ou font exposer leur enfant illégitime en des lieux qui en faciliteront la découverte dans un court délai ; celles dont on dénonce la grossesse illégitime, raison pour laquelle elles doivent promettre aux autorités de la commune de ne pas avorter et de déclarer la naissance de l'enfant. Dans les deux cas, le destin et la destination de l'enfant sont les mêmes : il devra être reçu à l'Hospice des Enfants Trouvés de l'Hôtel-Dieu de Novare, chef-lieu de la province, situé à 50 km environ de l'entrée en Valsesia, à 80 ou 90 kilomètres des villages de la montagne. Ce qui change, c'est la condition de la mère : dans le premier cas, elle reste toujours inconnue ; dans le second on connaît avec précision ses caractéristiques sociales et son état-civil (âge, profession, pays, état de famille, situation économique, quelquefois le nom du père de l'enfant et les circonstances de la conception). De toute manière, la maternité est pénalisée et réprimée à l'intérieur de la famille et du couple ou par une intervention officielle et sévère qui, si elle admet la procréation, n'accepte pas au sein de la communauté l'enfant illégitime, lui imposant un destin pareil à celui de l'enfant exposé clandestinement.

Les enfants "exposés" ou enfants trouvés

9En Valsesia, les découvertes d'enfants illégitimes confiés par des inconnus à la charité publique avaient surtout lieu dans les deux chefs-lieux : à Varallo pour la vallée supérieure, et à Borgosesia pour la vallée inférieure. Les procès-verbaux rédigés sur place par le Maire officier de Police ou par le Juge du Tribunal de Varallo nous permettent, dans les cas les plus complexes, de connaître les phases de la découverte de ces petites créatures au destin incertain et fragile.

10Le "roman des enfants trouvés" se développe selon des lignes constantes qui mettent en évidence dans les régions la participation et les gestes d'antique solidarité se ressemblant tous dans leur essence, malgré les différences de temps et de lieux.

11Qui trouve les enfants exposés ?

12Dans plus de la moitié des cas étudiés, il s'agit d'un personnage "classique" : le gardien ou sacristain de l'église paroissiale, de l'oratoire ou de la chapelle devant la porte desquels on pose le panier-berceau du nouveau-né. Quelquefois il s'agit du curé, d'un chapelain ou d'un ermite ; d'autres fois de passants matinaux ou d'une mère qui allaite un de ses enfants et découvre l'enfant exposé sur le pas de sa porte.

13Qui expose les enfants ?

14Malgré les enquêtes et les interrogatoires, on ne découvre jamais les responsables.

15Qui les emmène à Novare ?

16Ce sont des sages-femmes, des curés, des sacristains ou des domestiques de médecins.

17A quel moment ?

18L'heure de la découverte est toujours la même, entre 4 et 5 heures du matin, avant l'Angélus. L'obscurité de la nuit favorise, en toute saison, l'abandon de l'enfant, quelques heures avant la première messe, lorsque les rues sont encore désertes.

19A quel endroit ?

20Les paroisses, les chapelles, les oratoires champêtres placés sur les routes les plus fréquentées sont les "lieux préférés" pour l'abandon. L'endroit choisi est toujours à l'abri des animaux errants et des dangers naturels.

21De quelle provenance ?

22Dans les documents examinés revient souvent la même interprétation de la part des témoins et des fonctionnaires publics : étant donné que les femmes enceintes illégitimement sont connues et "classées par fiches" (voir Actes de soumission) dont le contrôle est assidu, on croit que les enfants exposés proviennent des régions limitrophes, pour détourner les enquêtes et rendre vaines toutes les hypothèses.

23Vers quel destin ?

24Le destin des enfants exposés est souvent marqué par la mort. Elle survient sur le lieu même de la découverte par suite du manque de soins hygiéniques et sanitaires – cordon ombilical coupé grossièrement – à cause du froid ou parce qu'ils ne tètent pas le lait de la nourrice trouvée dans le "pays" ; elle peut survenir plus tard pendant le trajet vers Novare, sur des routes longues, pénibles, en état désastreux surtout en certaines saisons.

25Dans quelles conditions ?

26Le berceau de l'enfant exposé est un panier, objet agricole et pastoral destiné à de nombreux usages, qui contient "une petite besace de feuilles", des langes, des bonnets, des morceaux d'étoffe ; le linge est décrit "vieux, usé, déchiré", à l'exception des dentelles des bonnets.

27Comme l'indique la documentation étudiée, que ce soit les procès-verbaux de découverte des enfants exposés proprement dits ou les Actes de soumission verbalisés par les maires des villages, recouvrant les mêmes périodes, un certain nombre de mères réussissaient, pour des motifs différents, à échapper à la dénonciation anonyme de grossesse jusqu'à l'accouchement, immédiatement suivi de l'exposition clandestine, ce qui permettait de conserver le plus complet anonymat.

28Les enfants trouvés n'avaient en général que quelques heures de vie, tout au plus un ou deux jours. Dans un cas seulement, en janvier 1845 dans un "pays" de la vallée supérieure isolé par d'abondantes chutes de neige, un enfant vécut près de 15 jours.

  • 4 Boswell John, L'abandon des enfants dans l'Europe occidentale (traduction italienne), Milan, Ed. Ri (...)

29Le cas des expositions d'enfants en Valsesia, bien qu'il reproduise les situations contemporaines de l'Europe,4 revêt une spécificité propre aux zones alpines de forte émigration. Elle est révélée dans une relation officielle de 1821 rédigée par Carlo Pullini, Intendant général de la Division de Novare :

  • 5 Voir Martinengo Anne, Le tour de Novare, Novare, 1978. L'ouvrage le plus récent et le plus à jour s (...)

...les enfants exposés viennent surtout de la région au nord de Novare et de la Valsesia ; ceci est dû au fait que, comme dans ces régions la majeure partie des maris émigrent quelquefois sans revenir dans leurs foyers pendant plusieurs années ce qui facilite la recherche de travail, leurs femmes sont parfois mêlées à des cas de contrebande, et les fruits illégitimes qui en dérivent aboutissent à l'hôpital des exposés de Novare, le seul qui existe dans la division.5

30Le contrôle de la famille sur la vie privée des jeunes femmes étant trop faible, il était remplacé par celui de la société. On peut le reconstituer à travers l'étude des modèles des Actes de soumission.

ACTE DE SOUMISSION
"Province de Valsesia, Communauté de .... Acte de Soumission.
L'an de grâce mil huit cent......le......du mois de..... ; en ce lieu de...... ; devant Nous......Maire et Officier de Police en cette Communauté, a comparu en personne la ..... fille de .....née et domiciliée en ce lieu, âgée de.....ans, de profession..... dans le but de s'assujettir à l'Acte de soumission voulu par la Loi.
On fait savoir à qui de droit que, ayant appris que la.....se trouve depuis environ.... mois en état de grossesse, Nous, Maire, avons averti la susdite de continuer régulièrement sa grossesse, jusqu'à son terme et de bien la garder, comme elle s'est soumise et se soumet ici, sous le sceau du serment qu'elle a prêté en nos mains, selon les modes et les termes prescrits par la Loi Royale ; nous l'avons en outre avertie, vu la force et l'importance de cet acte, de présenter à n'importe quelle demande de la Justice le fruit de son accouchement et d'en rendre compte.... en assujettissant sa personne et ses biens.... avec la promesse en outre de vivre retirée afin de ne pas causer de scandale par la vue de sa personne.....A la demande de faire connaître l'auteur de sa grossesse et, en cas affirmatif, de faire savoir si elle prétend être indemnisée et comment, elle répond......
Lu :......Signatures ou croix de la femme "parce qu'elle est illettrée" du Maire, des témoins ou des fonctionnaires.

Acte de Soumission

Acte de Soumission

Questions de soumission

31Bien qu'ils respectent en substance le modèle imposé par la Loi, certains fonctionnaires introduisent dans les Actes des variations, en temps et lieux différents, ce qui permet de reconstruire le contrôle social en question. Les premières accusations, anonymes, sont envoyées au Maire par les gens du pays et se formalisent dans les procès-verbaux par les phrases suivantes : "ayant entendu cette nouvelle ; d'après des informations reçues ; le bruit court que ; on raconte que ; étant venu à savoir que" – et c'est toujours la vérité. Sur le total des Actes lus, deux femmes seulement nient, mais elles reçoivent un démenti à la suite d'une immédiate visite du médecin, décrite en détail.

32Quelques fois le Maire qui interroge ces femmes se montre sensible et compréhensif avec des expressions de ce genre : "elle admet qu'elle se trouve malheureusement enceinte ; elle déclare qu'elle se trouve dans cette malheureuse et misérable condition". La réticence de la majeure partie des femmes ou la transcription bureaucratique atténue ou banalise le rapport sexuel qui est en général ainsi défini : "avoir un rapport ou un rapport charnel" ; en peu de cas : "correspondre aux convoitises", "être dans l'intimité", ou bien elle illumine ce rapport de détails sinistres et sordides dans les quelques cas de violence authentique. L'enfant avant la naissance est défini : "ventre en grossesse" ; enfant qui va naître" ; "foetus", à porter à son terme ; on met en évidence la défense morale et juridique du risque d'avortement, parfois mortel, et de l'infanticide. Dans certains Actes, la déclaration immédiate de la naissance est suivie de l'obligation faite à la mère de faire hospitaliser son enfant à Novare auprès de l'Hospice des Enfants-trouvés, ce qui arrivait réellement.

33La moitié environ des Actes examinés ne comprend pas la dernière importante demande sur l'auteur de la grossesse illégitime, qui n 'est jamais faite aux épouses des emigrants : il est probable que dans ces cas-ci et en d'autres semblables le Maire, habitant du pays bien renseigné et quelquefois parent des femmes convoquées, considérait superflu d'interroger et ensuite verbaliser un "juste" silence.

34Le contrôle social exercé par les gens et par les autorités du "pays" sur les femmes enceintes illégitimement, imposait une clause spéciale pour les épouses des émigrés, afin que leur enfant pût être accepté à l'hospice. Le maire était tenu de déclarer aux fonctionnaires de l'hospice la durée de l'absence du mari ainsi que si la femme ne s'était point absentée du pays. Un cas dramatique, (Scopa 1818), prouve l'intolérance de la communauté envers une mère qui avait eu l'audace de garder auprès d'elle son enfant illégitime : quand le mari rentra de France, les pressions des gens du pays poussèrent le curé à demander l'intervention de l'évêque pour faire recevoir à l'hospice l'enfant qui avait presque deux ans. Deux autres cas révèlent la dureté des habitants envers deux femmes qui ne vivaient pas cachées et retirées comme elles avaient promis de le faire par l'Acte de soumission (Borgosesia 1830 et Valduggia 1845) ; le maire les dénonce pour cette insoumission au commandement de police de Varallo. La stricte observation de l'ordre et de la moralité publique nous fait comprendre que ces femmes étaient des "surveillées spéciales" connues de toutes les personnes du pays et certainement aussi des maris ou des hommes de la famille en émigration, informés pendant le séjour à l'étranger ou à leur retour chez eux.

35Certains documents judiciaires – bien que rares si on les compare au total des documents – permettent d'évaluer les réactions masculines face aux maternités illégitimes des épouses d'émigrants : une imputation d'adultère présentée par un père contre sa fille (Civiasco 1834) ; un litige conjugal dû à la mauvaise conduite d'une femme qui, deux ans auparavant, avait accouché d'un enfant illégitime (Civiasco 1844) ; un procès à sensation à la suite d'une rixe verbale et de coups échangés entre un emigrant rentré au pays et le curé que la communauté accusait d'être le père d'un enfant illégitime mis au monde par la femme de l'émigrant (Riva Valdobbia 1842). Au-delà de ces cas de notoriété publique, il faut noter que les époux, pères, frères revenus chez eux tentaient de contenir à l'intérieur du foyer les explications et les réactions, car ils étaient tous plus ou moins conscients des risques réels ou potentiels que subissaient ces femmes, jeunes, contraintes de travailler le plus souvent hors de chez elles, en des endroits éloignés et solitaires, surtout en été sur les alpages.

36Toutefois le silence ou la réticence de nombreuses femmes qui, pendant l'Acte de soumission, refusaient de révéler le nom de l'"auteur" de leur grossesse, tout en admettant le connaître, fait réfléchir sur les rapports inquiétants à l'intérieur des familles et de la communauté. Dans un tel contexte, la maternité illégitime était un des nombreux incidents de ces existences précaires affligées par les besoins primaires. Il n'est pas fortuit, en effet, que 70 % des cas examinés se rapportent à des femmes du niveau social le plus humble et le plus pauvre, regroupant la majorité de ces populations.

37De plus, il ne faut pas sous-estimer une autre réalité, faisant rarement l'objet de documentation, elle aussi illégitime ou clandestine : celle de l'émigrant qui avait dans son village d'origine une famille de droit et à l'étranger une autre de fait, ou au moins des liens affectifs et quelquefois des enfants. On peut découvrir la fatalité, l'acceptation réciproque, la complicité, en lisant entre les lignes des documents. Cependant la famille officielle avait la valeur à laquelle on ne renonçait pas, l'unique garantie pour la vieillesse lorsque finalement le couple se reformait au pays, prêt à recevoir chez lui les fils émigrés, à les voir repartir, à revivre à travers eux leur destin de séparation et de réunion, d'attentes et de retours, d'espoirs et de regrets.

38Par ailleurs, la même fatalité rendait évidente les conduites sociales des femmes. Il est significatif, et peu paradoxal, de constater que dans une société en majorité féminine coexistaient la dénonciation des enfants illégitimes et des infractions après la soumission, et une prompte solidarité au moment de l'accouchement : les femmes, sans que soit toujours présente la sage-femme, recevaient le nouveau-né pour les premiers soins, le portaient baptiser, le soir ou la nuit pour ne pas créer de scandale ; quelques-unes (cf. Reçus de l'Hospice de Novare) l'emmenaient à Novare dans un panier placé dans une "hotte", portée sur les épaules au moyen de solides bretelles, comme un sac à dos. Tandis que l'enfant confié à des mains étrangères commençait un voyage au résultat incertain, sa mère reprenait sa place au sein de la communauté qui lui avait garanti le droit de procréer, mais jamais hors du cadre du mariage. La faute de la femme n'avait point provoqué d'actes criminels ; après avoir éloigné l'enfant du péché, évitant ainsi d'avoir une bouche de plus à nourrir, la communauté reprenait apparemment sa vie normale et attendait le retour des hommes émigrés.

39Il est certain que les hommes émigrés payaient de leur personne et ressentaient la crise de la séparation et de l'instabilité affective ; ils n'avaient pas de droits reconnus et étaient accablés de besoins et d'engagements économiques, tout au long d'une existence provisoire et déracinée, difficile et compétitive dès leur adolescence. Leurs femmes, qui devaient accepter sans discussion les décisions masculines, restaient dans la vallée pour garder la maison et la terre et pour conserver les liens familiaux ; elles n'étaient pas, elles non plus, à l'abri de mésaventures ou d'incidents qui marquent le corps et l'âme et laissent inévitablement leur empreinte.

40L'histoire séculaire de l'émigration des habitants de la Valsesia et de leurs femmes restées dans la Vallée ne peut être réduite à des données statistiques et graphiques, car c'est l'histoire de familles et de communautés dont sont exclus les plus faibles, les enfants du hasard et de l'aventure. Il suffit de "lire entre les lignes" des documents pour qu'un événement historique, traditionnellement étudié sous son aspect socio-économique, se colore des nuances dramatiques et réelles de la vie.

Notes

1 La première œuvre historique sur la Valsesia, comprenant aussi des réflexions sur l'émigration, est celle de l'évêque Charles Bascapè qui parcourut la vallée pendant ses visites pastorales ; Bascapè Charles, Novaria seu de Ecclesia Novariensi libri duo, Novare, Ed. Sesalli, 1612.

2 Les historiens de la Valsesia sont d'accord pour évaluer entre 7.000 et 8.000 le nombre des émigrants, un cinquième environ de la population ; les flux migratoires les plus massifs intéressèrent les régions de la vallée supérieure et des zones de collines. Voir Sottile, Nicolas, Tableau de la Valsesia, Novare, Ed. Rasario, 1803 ; Gioia Melchior & Cuoco Vincent, « Matériaux pour la statistique du Département de l'Agogna, Novare, 1813 », in Le Département de l'Agogna, Milan, Ed. Fondation E. Monti, 1986 ; Racca, Charles, Notices statistiques et descriptives de ta Valsesia, Vigevano, Ed. Marzoni, 1833 ; Lana Jérôme, Guide pour une excursion dans la vallée de la Sesia, Novare, Ed. Merati, 1840 ; Morozzo della Rocca Henri, Essai de statistique sur la Valsesia, Varallo, Ed. Colleoni, 1856.

3 Source des documents : Archives nationales de Novare, Fonds de l'Hôpital de la Charité de Novare, Hospice des enfants exposés, Registres des acceptations, Archives nationales de Verceil, section de Varallo, Archives historiques de certaines communes de la Valsesia, Archives du Bureau de Police. Les documents comprennent les procès-verbaux de découverte des enfants exposés (43 cas étudiés de 1815 à 1854) et les Actes de soumission des femmes (114 cas étudiés de 1814 à 1856). La documentation des Archives de Varallo est fragmentaire, autant par rapport aux temps qu'aux lieux, tandis que la documentation des Archives de Novare est complète.

4 Boswell John, L'abandon des enfants dans l'Europe occidentale (traduction italienne), Milan, Ed. Rizzoli, 1991.

5 Voir Martinengo Anne, Le tour de Novare, Novare, 1978. L'ouvrage le plus récent et le plus à jour sur l'émigration à partir de la Valsesia est : Tout instrument est pain -L'émigration des habitants de la Valsesia au xixe siècle, Actes du Congrès de Varallo, 19-20 mars 1988, Ed. Société de la Valsesia pour la culture – Institut pour l'histoire de la Résistance et de la société contemporaine dans la Province de Verceil, Borgosesia, 1989.

Table des illustrations

Légende La ValsesiaElle occupe la partie centrale du versant sud-est du Massif du Monte Rosa, entre la vallée d'Aoste à l'ouest et la vallée de l'Ossola à l'est ; elle est arrosée par le fleuve Sesia, qui naît d'un glacier du Monte Rosa à 2.700 m environ, et qui la traverse sur 65 km avant de se jeter dans le Po à Candia.Elle comprend trois vallées principales : la « Val grande » ou Valsesia proprement dite, la Val Mastallone et la Val Sermenza. Elle appartient à la région du Piémont et se trouve dans la Province de Verceil depuis 1926 (auparavant elle se trouvait dans la Province de Novare).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Acte de Soumission
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Società Valsesiana di Cultura, Borgosesia (VC), Italie

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.