Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Emigration féminine vers l'Amérique

Le cas d'une communauté espagnole

Pedro Gomez Gomez
Traduction de Noémi Favre

Texte intégral

1Le présent exposé a pour but de déterminer les caractéristiques de l'émigration des trois derniers siècles et d'analyser quelques-unes des conséquences démographiques et anthropologiques pour la femme dans la région orientale des Asturies.

2Cette région est située dans la zone centrale du nord cantabrique. Elle est limitée à l'ouest par la Galice, à l'est par la Cantabrie et le Pays Basque, au Nord par la mer Cantabrique et au Sud par les monts Cantabriques.

3Llanes est l'une des 92 municipalités de ce qui formait la principauté des Asturies. Située dans la zone orientale et littorale asturienne, elle comptait 18'588 habitants en 1870, soit une densité de 74,89 habitants au kilomètre carré, contre 54,6 pour l'ensemble des Asturies et 32,7 pour l'Etat espagnol. La municipalité comprend actuellement 23 "paroisses" et 82 localités, villages ou hameaux dont la population varie de quelques dizaines à quelques centaines d'habitants, excepté le bourg de Lianes, qui, déjà à la fin du siècle dernier, comptait près de 1900 habitants.

4La population est essentiellement paysanne et agricole; une minorité se consacre à la pêche et au commerce dans le bourg. La population a connu une importante croissance démographique durant les décennies du milieu du siècle dernier, en raison de la persistance d'un taux de natalité élevé associé à une baisse de la mortalité. L'émigration peut être considérée dans ce cas comme l'équivalent fonctionnel d'un contrôle des naissances, qui assure le maintien d'une population stable dans une structure sociale stable.

5Cette communauté a été choisie pour cette étude en raison de sa tradition migratoire constante tout au long des xviiie, xixe et xxe siècles, et de la possibilité de fonder le travail dans une large mesure sur une documentation adéquate.

Tradition migratoire

6La fragmentation de la terre et le partage de la propriété ont eu pour corollaire une tendance à l'émigration. "Les Asturies et la Galice, qui se caractérisent par des propriétés paysannes de très petites dimensions, ont alimenté le gros de l'émigration interne à partir du xviiie siècle" (Iszaevich 1991) et, ultérieurement, dans la seconde moitié du xixe siècle et la première partie du XXe, le gros de l'émigration vers l'Amérique.

7S'il est vrai que l'émigration saisonnière était commune à la majorité des municipalités asturiennes, il existe cependant une forme typique et spécifique à la communauté de Lianes, comme en témoigne, au milieu du xviiie siècle, le cadastre du marquis de la Enseñada: à chaque saison, quelque 950 paysans se muaient en tuiliers, dont 304 maîtres, 20 ouvriers et 126 apprentis (Ardisana 1978). Si l'on exclut les enfants et les vieillards, près de 50% de la population masculine émigrait temporairement de mai à septembre, soit durant la période où l'activité agricole était la plus intense, laissant la responsabilité de la ferme à la femme, qui se voyait obligée de se dédoubler pour exercer le rôle de pater et mater familias.

8Pour le xviiie siècle, nous n'avons pas trouvé d'autres sources de données permettant une étude statistique de l'émigration temporaire ou définitive. Les registres paroissiaux de Lianes comprennent cependant des actes de décès dans des lieux étrangers et même en Amérique, ainsi que des actes de mariages célébrés par procuration, en l'absence de la partie originaire de la paroisse.

9Dans les deux cas, il s'agit d'une émigration presque à cent pour cent masculine, la femme n'étant mentionnée qu'indirectement comme accompagnant son mari ou réclamée par lui.

Emigration en Amérique

10A partir des troisième et quatrième décennies du xixe siècle, les destinations traditionnelles à l'intérieur de la Péninsule, qu'elles soient temporaires ou définitives, cèdent le pas à d'autres, situées outre Atlantique. Dans le cas de Lianes, durant les années 50, 60 et 70 du siècle dernier, l'émigration se fait de préférence à Cuba, puis changera de cap, en direction du Mexique, à une date ultérieure (Gomez et al. 1991).

11Durant la seconde moitié du xixe siècle et les premières décennies du xxe, l'émigration à destination de l'Amérique a été, dans la région nord-ouest de la péninsule Ibérique, et en particulier dans les Asturies, à la fois importante numériquement, volumineuse et sélective en ce qui concerne l'âge et le sexe (Ojeda et San Miguel 1985): il s'agit d'une émigration essentiellement masculine à prédominance jeune, se composant en majorité d'adolescents encore presque enfants.

12Les documents d'embarquement ou les demandes de passeport conservés dans les archives municipales de Lianes couvrent un laps de temps qui s'étend de 1863 à 1934. Une lacune de neuf ans et demi dans l'information délimite deux période : 1863-1908 et 1917-1934.

13Comme l'indiquent les chiffres reproduits dans le tableau 1, le phénomène migratoire s'est considérablement modifié entre ces deux périodes. La première période est caractérisée par un nombre très limité de femmes, jeunes, en majorité célibataires et des hommes qui pour la plupart sont encore adolescents. Au cours de la seconde période, les femmes constituent plus du tiers des émigrés, elles ont en moyenne dix ans de plus, et près de la moitié de celles dont on connaît l'état civil est mariée, en moyenne elles ont une année de moins que les hommes.

Tableau 1. Quelques caractéristiques émigrant. Communauté de Lianes, Asturies (Espagne)

Tableau 1. Quelques caractéristiques émigrant. Communauté de Lianes, Asturies (Espagne)

14Il semblerait donc que l'augmentation de la présence féminine dans l'émigration de la seconde période ne soit pas due à une libération de la condition de la femme, en ce qui concerne l'émigration, mais simplement à une augmentation du nombre des mariages qu'elles ont contracté avec des émigrants déjà établis dans le Nouveau Monde ou leurs descendants.

15Une structure sociale rigide et sexiste dans les offres d'emploi impliquait de plus grandes contraintes, y compris juridiques, à la mobilité de la femme. Celle-ci dépendait dans une plus large mesure du conjoint déjà émigré ou d'un parent qui la réclamait et organisait son voyage en Amérique. Le déplacement de la femme vers l'Amérique signifiera donc, dans une plus large mesure que pour les hommes, l'existence d'une sécurité de l'autre côté de l'Atlantique et son émigration aura un caractère plus définitif. (Vazquez 1988).

  • 1 Soit pour contracter le mariage avec un émigré déjà sur place.

16Sur un total de 318 dossiers d'embarquement de femmes, 74 (23,3%) ne mentionnent aucun lien de parenté avec des voyageurs ou des parents résidants en Amérique qui les auraient réclamées. Cela ne veut pas dire que de tels liens n'existaient pas, mais simplement que l'information ne figure pas dans les dossiers. Quant aux 244 autres, on sait que 77,87% partaient retrouver leur mari résidant en Amérique ou voyageaient en famille pour le rejoindre,1 7% avec un proche parent et 3% voyageaient comme domestiques avec leurs patrons. La majorité des femmes de ce 7% qui accompagnaient un proche allaient en réalité travailler dans la maison de cette famille pour aider au commerce ou se consacrer au service et aux travaux ménagers, sans salaire, n'étant que nourries, logées et blanchies.

17La situation pénible de la femme immigrante, l'exploitation dont elle était l'objet de la part de la famille, la discrimination sociale à laquelle elle était soumise ont été dénoncées à plusieurs reprises dans la presse la plus libérale de l'époque. A Cuba, les femmes ne pouvaient pas devenir membres des associations d'immigrés les plus importantes, comme le Centro Gallego ou le Centro Asturiano (Naranjo 1987).

18Parmi les motifs indiqués par les femmes pour expliquer le but de leur voyage et inscrits dans les dossiers d'embarquement, la première place, et de loin, est occupée par le changement de résidence, ce qui confirme l'idée de la dépendance de la femme pour ce qui est de son émigration. D'autres raisons invoquées sont les affaires, le service, le commerce et autres. Parmi ces dernières nous incluons les raisons individuelles ou familiales de type accidentel. En revanche, les hommes indiquent comme première et principale raison du voyage le travail, en donnant parfois une indication plus précise, telle que commerce, affaires, etc.

Quelques conséquences de l'émigration pour la femme

19Ce type d'émigration à prédominance masculine a une série de conséquences de type biodémographique et anthropologique dans la population d'origine. Nous ne ferons qu'en mentionner quelques-unes ici.

  • 2 Fréquence que nous avons obtenue par deux sources différentes : les recensements généraux de la pop (...)

20Selon Rowland (1988), on constate en Espagne au xixe siècle, une corrélation élevée entre l'importance de l'émigration masculine et l'âge moyen des femmes à leur mariage; la relation est encore plus évidente avec la proportion de célibat définitif. Il se pourrait donc que l'élévation de l'âge des femmes au mariage, observée dans les données de Lianes, soit la conséquence du rétrécissement du marché matrimonial. Nous avions effectivement constaté dans un travail antérieur que le taux de masculinité, c'est-à-dire la proportion des hommes, était plus faible dans les cohortes d'âges supérieurs à 10 ou 15 ans que dans les précédentes (Gomez et al 1991). La fréquence du célibat féminin2 définitif passe, dans la population de Lianes, de 14% pour la période 1850-60, à 25% pour les deux dernières décennies du siècle. La proportion de femmes qui contractent un mariage au cours de leur existence diminue donc de 86% à 75%.

Figure 2. Motifs du départ mentionnés par les immigrés

Figure 2. Motifs du départ mentionnés par les immigrés

Figure 3. Motifs du départ mentionnés par les immigrés

Figure 3. Motifs du départ mentionnés par les immigrés

Source: Données des documents d'embarquement
Les termes mentionnés dans les figures sont ceux utilisés dans les déclarations de demandes de passeport ou pour les titres de transport comme motivation du départ. Il s'agit de termes peu précis mais qu'on peut définir, dans le cas de l'émigration de Lianes, de la manière suivante:
Le négoce: Fontion que le migrant déclare vouloir exercer en Amérique. Le terme s'utilise le plus fréquemment dans ce siècle et pour des individus adultes. Ces motivations sont avancées très souvent parce que les gens de Lianes ont des parents qui ont des entreprises familiales à Mexico. Nous avons vérifié qu'un certain nombre d'émigrants s'embarquent pour créer leur propre entreprise alors que d'autres vont s'incorporer aux entreprises familiales existantes.
Le commerce: Il s'agit habituellement d'individus jeunes qui déclarent le commerce comme l'activité qu'ils vont réaliser en Amérique et qui vont s'intégrer à une entreprise commerciale d'un parent ou d'une connaissance de la famille, généralement un concitoyen émigré plus tôt.
Le travail: Cette motivation est avancée lorsque l'individu se propose de vivre de son propre travail sans préciser ce dernier. Bien que plus général que le terme précédent qui aurait pu être inclus ici, nous les avons utilisés séparément parce qu'ils ne sont pas équivalents.
La résidence: L'émigrant qui déclare comme motif un changement de résidence est celui qui se déplace pour s'incorporer au noyau familial ou être pris en charge par un parent ou une connaissance avec laquelle il va habiter. Son travail sera le plus souvent rétribué uniquement sous forme de gîte et couvert. C'est aussi la situation des femmes qui vont rejoindre un mari potentiel ou un époux légal.

21Ce second chiffre est nettement inférieur à la fréquence calculée pour les Asturies à la fin du xixe siècle (80%), et même inférieur à celui des Galiciennes (76%), qui représente pourtant la valeur la plus faible dans les régions espagnoles à cette date (selon les chiffres de Rowland 1988).

22Llanes, comme d'autres municipalités côtières asturiennes, a connu une intensité migratoire vers l'Amérique supérieure à la plupart des municipalités asturiennes. La migration étant en majorité masculine elle devrait, à notre avis, être la cause de la baisse énorme des mariages.

23L'âge moyen des femmes au mariage de la communauté de Lianes (26,25 ans) est légèrement inférieur à la moyenne asturienne (26,6 ans), qui représente l'âge le plus avancé des régions espagnoles à la fin du xixe siècle. En Galice, région qui, tout comme les Asturie a connu une intense émigration vers l'Amérique à cette époque, la moyenne est de 26,1 ans. ( Données régionales de Rowland 1988).

24Comme nous l'avons dit, l'Espagne s'est caractérisée par une structuration sociale et familiale rigide. Bien que 3% des femmes mariées figurent comme chefs de ménage dans les recensements généraux de la fin du siècle dernier du fait que leur mari était absent, et que plus de 16% le soit temporairement durant les deux derniers siècles au moins, il ne semble pas que ce fait ait impliqué un changement important dans les structures sociales et familiales traditionnelles, qui subsistent dans les Asturies jusqu'à la seconde moitié de ce siècle. C'est ainsi que l'étude de Garcia (1990) montre que dans l'ouest asturien, la famille de type souche se maintient jusque dans les années 60, bien que quelques-unes des municipalités aient connu, tout comme Lianes, une émigration traditionnelle et intense.

25Bien qu'il n'existe pas d'études sur cette question pour Lianes, la structure de famille de type souche semble être une institution plutôt rare dans la classe paysanne, principal protagoniste des types d'émigration décrits. Une étude montre que dans la municipalité de Caso, dans la zone sud-ouest, des Asturies géographiquement proche de Lianes, la famille de type souche est historiquement peu fréquente (Vaquero et Fernandez 1958).

26Toutefois, qu'il s'agisse de la famille de type souche ou non, la femme célibataire restait normalement dans le cercle de famille, occupant un poste secondaire de main-d'œuvre bon marché, situation dont la seule issue était, traditionnellement, le mariage, le couvent ou le service domestique. L'autre option, l'émigration avec un frère ou un proche parent, ne faisait souvent que perpétuer la condition d'exploitation, bien que, d'un autre côté, les perspectives de mariage fussent meilleures, comme en témoigne souvent la correspondance familiale.

27L'émigration à destination de l'Amérique depuis Lianes – et c'est aussi le cas d'autres communautés des Asturies et de Galice -compte-tenu de son caractère sélectif quant au sexe, comme nous l'avons dit antérieurement, a provoqué une baisse du marché matrimonial, augmentant la croissance du nombre de femmes définitivement célibataires, obligées de rester sous la tutelle paternelle ou familiale.

28Pour conclure, nous pouvons dire que, durant la période étudiée, la femme de Lianes et des Asturies a plus souffert en général de l'émigration traditionnelle de la région qu'elle n'y a participé. L'incorporation féminine massive à l'émigration vers l'Amérique au cours de ce siècle ne doit pas être considérée comme un signe de libération de la condition féminine, ni comme un relâchement des structures sociales et familiales rigides, ce qui ne se produira qu'à une date postérieure aux années 60 de ce siècle.

29Du point de vue démographique, le principale effet de l'émigration à destination de l'Amérique sur la structure de la population réside dans la réduction drastique de l'élément masculin à partir de l'âge de 10 ou 12 ans, ce qui a pour conséquence une augmentation importante des taux de célibat définitif féminin, un recul de la croissance de la population durant la huitième décennie du siècle dernier et une stagnation qui persistera au delà de la première décennie du xxe siècle.

Bibliographie

Ardisana, P.
1978. Sobre la emigración tejera. Sus posibles causas, Llanes. 24 p. Garcia, A.
1990. La sociedad rural asturiana: Mujer, matrimonio y familia, Bol. Inst. Est. Astur. N. 134. 390-412.

Gomez, P. et al.
1992. Algunas características y consecuencias biodemográficas de la emigraciôn a América en una población asturiana., Act. del VII Congr. de Antr. Biol. de España. Granada (sous presse).

Naranjo, C.
1987. Cuba vista por el emigrante español a Isla, 1900-1959. C.S.I.C. Madrid, 164 p.

Ojeda, G. et San Miguel, J.L.
1985. Campesinos, emigrantes, indianos, Ayalga/Ediciones. Salinas (Asturias). 157 p. Rowland, R.
1988. "Sistemas matrimoniales en la Peninsula Ibérica (siglo xvi-xix), Una perpectiva regional", In Demografia en España, Ed. El Arquero. Madrid.

Vaquero, J.A. et Fernandez, A.
1984. Estructuras familiares y sistemas hereditarios en la sociedad rural tradicional asturiana: El concejo de Caso en el siglo xix (1775-1875), Rev. Españ. de Historia. C.S.I.C. XLIV p. 517-547.

Vazquez, A.
1988. "La emigración gallega. Migrantes, transportes y remesas". In Españoles hacia América. La emigraciôn en masa, Compilación Sanchez-Albornoz, Alianza Ed., Madrid.

Notes

1 Soit pour contracter le mariage avec un émigré déjà sur place.

2 Fréquence que nous avons obtenue par deux sources différentes : les recensements généraux de la population et les actes de décès de la paroisse de Lianes. Nous avons choisi de faire figurer ici les chiffres provenant de la seconde, bien qu'elle n'englobe pas toute la population de la municipalité. En effet, dans ce cas, la proportion de célibat définitif est considérablement plus élevée ce qui, à notre avis, constitue une indication de meilleure qualité de l'enregistrement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 1. Quelques caractéristiques émigrant. Communauté de Lianes, Asturies (Espagne)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Motifs du départ mentionnés par les immigrés
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Motifs du départ mentionnés par les immigrés
Légende Source: Données des documents d'embarquementLes termes mentionnés dans les figures sont ceux utilisés dans les déclarations de demandes de passeport ou pour les titres de transport comme motivation du départ. Il s'agit de termes peu précis mais qu'on peut définir, dans le cas de l'émigration de Lianes, de la manière suivante:Le négoce: Fontion que le migrant déclare vouloir exercer en Amérique. Le terme s'utilise le plus fréquemment dans ce siècle et pour des individus adultes. Ces motivations sont avancées très souvent parce que les gens de Lianes ont des parents qui ont des entreprises familiales à Mexico. Nous avons vérifié qu'un certain nombre d'émigrants s'embarquent pour créer leur propre entreprise alors que d'autres vont s'incorporer aux entreprises familiales existantes.Le commerce: Il s'agit habituellement d'individus jeunes qui déclarent le commerce comme l'activité qu'ils vont réaliser en Amérique et qui vont s'intégrer à une entreprise commerciale d'un parent ou d'une connaissance de la famille, généralement un concitoyen émigré plus tôt.Le travail: Cette motivation est avancée lorsque l'individu se propose de vivre de son propre travail sans préciser ce dernier. Bien que plus général que le terme précédent qui aurait pu être inclus ici, nous les avons utilisés séparément parce qu'ils ne sont pas équivalents.La résidence: L'émigrant qui déclare comme motif un changement de résidence est celui qui se déplace pour s'incorporer au noyau familial ou être pris en charge par un parent ou une connaissance avec laquelle il va habiter. Son travail sera le plus souvent rétribué uniquement sous forme de gîte et couvert. C'est aussi la situation des femmes qui vont rejoindre un mari potentiel ou un époux légal.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteur

Anthropologue, Facultad de Biologia, de Organismos y Sistemas, Universidad de Oviedo, Espagne

Noémi Favre (Traducteur)
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.