Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

L'extraordinaire aventure de l'émigration des femmes irlandaises 1885-1920

Janet A. Nolan

Texte intégral

1Au début d'avril 1888, Mary Ann Donovan, seize ans, seule sur les quais de Queenstown, attendait d'embarquer pour la lointaine Amérique, à bord d'un bateau à destination de Boston. Ses parents étaient morts quelques mois auparavant, faisant de Mary et de son frère John les derniers membres de la famille vivant sur le sol irlandais. Sa sœur aînée, Ellen, était déjà partie pour l'Amérique. Les lettres qu'elle leur envoyait suscitaient la joie dans le foyer des Donovan, à Skibbereen. Elles étaient lues avec impatience, lors du passage en ville hebdomadaire de « l'homme aux lettres de Bandon. » Après la mort de ses parents, Ellen avait envoyé l'argent du voyage pour que sa sœur puisse venir la rejoindre en Amérique.

  • 1 Certaines parties de ce travail ont paru dans mon livre, Ourselves Alone : Women's Emigration from (...)

2Mary Ann regarda autour d'elle. De l'endroit où elle se tenait, elle pouvait lire les lettres « S. S. Marathon » hautes de trente centimètres, et étirées sur l'avant du bateau qui allait être sa demeure jusqu'à ce qu'elle atteigne l'autre côté de l'Atlantique. Le voyage de Skibbereen à Queenstown, où se trouvait le bateau, avait duré deux jours. Son frère John l'avait conduite à Bandon en charrette. De là, elle avait pris le train pour Cork City, pour arriver finalement au port. Son frère était resté là. Il projetait de vendre la ferme familiale, et d'aller ensuite, lui aussi, rejoindre ses sœurs en Amérique. Alors qu'on largue les amarres, la foule rassemblée sur les quais pousse Mary Ann ainsi que des milliers d'autres filles de ferme en quête d'une vie meilleure vers l'Amérique.1

3Ce voyage allait être le dernier du Marathon. Après une traversée agitée, le navire se brisa, à une journée de voile du Port de Boston. Remorqué en ville, et devant renoncer à prendre la mer à tout jamais, le bateau n'en avait pas moins transporté Mary Ann en Amérique. Dans son pays d'adoption, Mary Ann se maria, et donna naissance à neuf enfants, dont l'un devint mon père.

  • 2 Entre 1885 et 1920, 1.357.831 émigrants quittèrent l'Irlande, parmi lesquels 684.159 étaient des fe (...)

4Mary Ann était l'une des quelque 700.000 jeunes femmes, généralement célibataires et voyageant seules, qui représentaient la majorité de l'émigration irlandaise, entre 1885 et 1920.2Constituant une migration importante et prolongée, ces femmes célibataires quittaient leur communauté natale parce qu'elles y étaient devenues de plus en plus inutiles, à cause des changements démographiques et économiques qui avaient transformé la vie irlandaise, durant les vingt-cinq années précédant 1880. Ces changements avaient réduit leur chance de trouver à se marier, et d'acquérir ainsi, au pays, un statut social et économique satisfaisant. Puisque aucune expansion correspondante n'avait pris place, et qu'il n'y avait pas de nouveaux débouchés biologiques, économiques et sociaux pour le nombre grandissant de femmes célibataires, la situation de ces dernières se détériorait, en dépit d'une hausse de la prospérité économique générale. Dès lors, de plus en plus de femmes émigraient, plutôt que d'accepter une existence marginale, en tant que célibataires dépendantes de la ferme familiale. Dans les années 1880, leur émigration atteignit des proportions épidémiques, surtout dans les régions de l'ouest et du sud-ouest, lesquelles subissaient les changements les plus abrupts durant ces années, en matière de population et de réorganisation économique. Si l'on considère à quel point leur vie de femme était devenue de plus en plus limitée, leur décision d'émigrer était, en fait, un acte remarquable d'auto-détermination féminine.

  • 3 Les travaux de Lelie Page Moch, « the migration of European Women In Historical Perspective, » (don (...)
  • 4 Ce qui suit est une liste abrégée, mais représentative, des études sur l'émigration qui mettent l'a (...)

5Pourtant, les interprétations acceptées de l'émigration irlandaise et européenne en général n'ont ni isolé, ni examiné ce qu'impliquait le départ d'un nombre important de femmes irlandaises. En fait, jusqu'à récemment, la plupart des études sur l'émigration considéraient les femmes quand elles étaient toutefois mentionnées comme des participantes passives, plutôt qu'actives, au processus d'émigration.3 Dans une telle perspective, on considérait l'émigration féminine comme faisant partie du mouvement migratoire familial. On voyait les femmes comme les simples porteuses de la culture traditionnelle à l'étranger. Leur rôle de femmes et de filles au sein de l'économie familiale n'était donc pas altéré par leur émigration.4

6S'il faut reconnaître quelques valeurs à ces interprétations de l'émigration féminine, elles ne s'appliquent pas aux trois quarts de million de femmes, célibataires pour la plupart, qui quittèrent l'Irlande à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle. En tant que femmes célibataires, ces émigrantes n'avaient aucun rôle d'épouse dans l'économie familiale. Leur émigration n'était pas représentative du mouvement migratoire familial. Et elles n'étaient pas non plus les porteuses d'une culture traditionnelle intacte à l'étranger, comme pouvaient l'être leurs contemporaines juives ou italiennes.

7Par conséquent, si l'émigration de la génération qui quitta l'Irlande après 1885 ne constituait pas un rejet des rôles féminins traditionnels, elle n'indiquait pas plus un transfert passif, à l'étranger, de rôles féminins restés intacts. Ces femmes cherchaient plutôt à compenser la perte de leur importance dans la vie irlandaise, en gagnant leur vie et en devenant des épouses. Puisque leur communauté natale ne pouvait plus satisfaire à leurs aspirations, elles choisirent alors d'émigrer. Par conséquent, contrairement aux méthodes employées généralement dans les travaux sur l'émigration, on se rend compte qu'il est impossible de simplement déduire d'une configuration globale de l'émigration, le rôle que jouèrent les femmes dans le processus de changement social, surtout dans le cas des irlandaises.

8La décision d'émigrer, prise par les femmes irlandaises à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle, apporte donc une dimension supplémentaire. Il convient de mettre en évidence l'existence de ce groupe, dont on reconnaît l'anomalie, ainsi que ce qui a motivé leur départ. Notre connaissance du rôle qu'a joué la variable féminine, dans la formation des mouvements migratoires, restera incomplète jusqu'à ce que l'on comprenne cette période particulière de l'histoire de l'émigration irlandaise, et européenne en général. Cette étude propose donc d'analyser ce en quoi les femmes ont contribué à façonner l'émigration irlandaise, durant ces années cruciales, entre 1885 et 1920.

9Tandis qu'au tournant de ce siècle, l'Irlande se battait contre le pouvoir britannique pour obtenir son indépendance, les femmes irlandaises étaient en quête d'une autre indépendance, et cherchaient à se libérer de leur situation de plus en plus marginale, imposée par la société des années qui suivirent la famine. Le mouvement migratoire de cette génération de jeunes femmes célibataires ouvre donc une direction nouvelle, pour l'émigration féminine européenne dans son ensemble.

  • 5 Entre 1881 et 1920, parmi le total des 978.273 emigrants irlandais, 1.705.050 émigrants étaient ori (...)

10L'exode en masse de ce surplus de femmes irlandaises, après 1885, représente le point culminant de l'émigration irlandaise au dix-neuvième siècle. A travers cette période, le lieu d'origine, la classe économique, le sexe ainsi que le statut marital de la majorité émigrante reflétaient les changements de la vie irlandaise. En émigrant, le nombre grandissant de jeunes célibataires, qui, après 1830, ne possédaient pas de terre, pouvaient ainsi échapper à la dégradation de leurs conditions dans leur pays natal. Emigrer devenait le moyen d'accéder, à l'étranger, au rang d'adulte indépendant. Les femmes célibataires de l'ouest et du sud-ouest (représentant la majorité des émigrants entre 1885 et 1920), furent les dernières de cette succession de récents dépossédés, à émigrer en nombres importants.5

  • 6 Peigh Sayers, Peig: The Autobiography of Peig Sayers of the Great Basket Island, trad. Bryan MacMah (...)

11Cette émigration féminine excessive provenait de changements à long terme, apparus dans la vie économique et démographique irlandaise, durant les cinquante années après 1830. L'agriculture de marché et de nouvelles formes de transmission de la terre ayant mis un terme à l'ère du mariage précoce et universel, de moins en moins d'Irlandais se mariaient, d'abord au nord et à l'est, et plus tard au sud et à l'ouest. Après 1885, l'émigration des femmes augmenta, même dans les régions les plus éloignées du Munster et du Connaught, parce que leurs chances d'accéder au rang d'adulte, en tant que femmes et co-productrices au sein de l'économie familiale, ou en tant qu'employées rémunérées, disparaissaient. Selon le témoignage d'une femme qui émigra à cette époque : « Il n'y avait rien à gagner en restant à la maison... alors je me suis rendu compte qu'il valait mieux que je me débrouille financièrement par moi-même, plutôt que de dépendre de quiconque... ».6

12Le départ en masse des femmes à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle, n'est pas ce qu'il paraît être au premier abord, c'est-à-dire une retraite passive de femmes devenues inutiles, dans des circonstances difficiles. Au contraire, ces femmes faisaient activement le choix d'abandonner une vie dépréciée au pays, pour tenter l'aventure à l'étranger, en quête d'un travail, d'un mari et d'un statut d'adulte indépendant. La majorité des jeunes femmes qui quittèrent l'Irlande après 1885 partirent à destination des villes américaines. A l'encontre de celles qui restaient vieilles filles, sur la ferme de leurs parents ou de leurs frères et sœurs, les milliers de jeunes femmes célibataires qui quittèrent le pays avaient rejeté une situation de dépendance et avait, à la place, choisi d'émigrer. On peut attribuer la persistance de l'émigration, si uniforme, de toute une génération, à l'impuissance de l'Irlande, qui n'était pas parvenue à créer une culture urbaine et industrielle durant les cinquante années qui suivirent 1830. Dues à la disparition de l'économie féminine traditionnelle, les contraintes sociales, démographiques et économiques, particulièrement inhibantes qui s'imposaient aux femmes, tendaient à promouvoir un redressement économique général, mais en même temps, elles empêchaient les femmes d'accéder au rang d'adulte, en tant qu'épouses et en tant que sources de revenus au sein du monde encore agricole de l'Irlande rurale. Dépossédées, ces femmes se tournaient alors vers l'étranger dans l'espoir de concrétiser leurs aspirations économiques et sociales.

13Ces femmes ne s'étaient pourtant pas contentées de suivre la trace des émigrantes précédentes. Bien qu'au cours du dix-neuvième siècle, l'Irlande ne se fût ni urbanisée, ni industrialisée, elle n'avait pas non plus conservé sa culture traditionnelle. Même avant la Famine, les habitudes individualistes de mariage précoce et universel, conjuguées avec l'accroissement de la population, avaient déjà commencé à altérer la vie rurale. Après la Famine de la fin des années 1840, alors que le mariage tardif et limité représentait dès lors la norme pour l'ensemble du pays, émigrer devint le seul moyen, pour les hommes comme pour les femmes, de concrétiser leurs aspirations à une vie urbaine et moderne, à l'indépendance économique et au mariage précoce.

14Ainsi, si on les compare aux aspirations féminines traditionnelles, les aspirations de ces femmes qui quittèrent l'Irlande après 1885 témoignaient déjà d'importants changements. Si après avoir émigré, elles furent prêtes à travailler ailleurs que dans l'industrie, en tant que domestiques, par exemple, et si elles acceptèrent également, en dépit (ou à cause ) de leur émigration, de rester au sein de l'économie familiale, elles aspiraient non moins à gagner leur propre argent, à se marier et à procréer. Toutes les dimensions individualistes, issues de la modernisation avortée de l'Irlande, dans la première moitié du dix-neuvième siècle, se retrouvaient dans les aspirations de ces émigrantes.

  • 7 The Peoples of Connecticut Oral History Project, Irish interview N° 17, May 1975, Center for Oral H (...)

15L'émigration des jeunes Irlandaises ne témoignait pourtant pas d'une rupture radicale avec la culture irlandaise. Elle était plutôt significative d'un rejet du célibat et du chômage permanent, auxquels faisaient face de nombreuses jeunes Irlandaises, après la famine. Dans les villes étrangères, les Irlandaises de naissance recherchaient des emplois qui, comme celui d'employée de maison, rappelaient par extension leurs occupations de l'Irlande rurale. Elles ne se joignirent pas en grand nombre à la population ouvrière industrielle. En outre, une fois installées dans les villes américaines, elles revenaient à des habitudes matrimoniales caractéristiques de la période antérieure à la Famine, abandonnant ainsi les contraintes imposées par leur pays natal. Elles se marièrent avec des compatriotes émigrés, quittèrent leur emploi à l'extérieur, et réintégrèrent la sphère du foyer et de la famille, comme l'avaient fait, en Irlande, leur mère et leurs sœurs aînées. En émigrant, les irlandaises furent capables de rejoindre le rang des adultes, comme épouses et/ou sources de revenus, au sein l'économie familiale, choses qu'elles ne pouvaient pas faire dans l'Irlande rurale. Née aux Etats-Unis, la fille d'une Irlandaise de naissance raconte : « ... J'ai travaillé, je me suis mariée, et suis devenue mère ».7

  • 8 Irish interview N° 9, ibid

16L'émigration des femmes irlandaises à cette période représentait une étape transitoire de leur modernisation sociale et économique, dont le processus avait été enrayé par les replis démographiques et économiques d'après 1830. L'anomalie de l'émigration irlandaise entre 1885 et 1920 résulte donc d'une modernisation de la société irlandaise de ces années, demeurée incomplète. Ne pouvant répondre aux nouveaux espoirs suscités par l'alphabétisation en masse, les améliorations du niveau de vie, des transports et de la communication, les communautés rurales restaient intactes. Parce qu'elles étaient devenues superflues après la Famine, une fois l'économie de l'Irlande réorganisée, les femmes n'avaient d'autre choix que celui d'émigrer puisque leur communauté natale était incapable de leur promettre l'espoir d'un avenir meilleur. Une émigrante conclut ainsi : « ...Nous étions cinq dans la famille, alors qu'un seul d'entre nous pouvait subsister sur la ferme ».8

  • 9 Irish interview N° 3, ibid.

17En conséquence, deux tiers d'un million de jeunes femmes, célibataires pour la plupart, quittèrent l'Irlande à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle, en quête de débouchés inexistants au pays. Puisque les filles de paysans étaient moins à même que les garçons de trouver des moyens de subsistance de remplacement, elles émigrèrent en nombre encore plus importants que leurs frères. Le fils d'une femme née en Irlande, qui avait émigré dans les années 1890, se souvient : « [Mon grand-père] était mort. Les plus âgés des enfants étaient des filles [qui] ne pouvaient pas travailler à la ferme... et il n'y avait pas de garçons pour y travailler, alors c'était comme ça... elles partirent en Amérique ».9

  • 10 Cité dans Council for the Status of Women (Ireland), Irish Women speak out. A plan for Action (Dubl (...)

18A cette époque l'Irlande connut une période de troubles. La prospérité demeurait intangible et l'agitation politique persistait. Selon la devise « Nous-mêmes, par nous-mêmes » (Ourselves, Alone), de plus en plus d'Irlandais tenaient la domination britannique pour responsable de la misère irlandaise, et exigeaient, de la Grande-Bretagne, l'indépendance de l'Irlande. A travers cette période, un nombre croissant d'hommes se joignirent à la lutte armée, afin d'arracher le destin de l'Irlande des mains du Parlement britannique. Il est clair, toutefois, que la devise « Nous-mêmes, par nous-mêmes » avait pris une signification bien différente pour les nombreuses femmes vivant dans l'Irlande rurale de ces années. Plutôt que de se joindre à la campagne de libération de l'Irlande celtique contre les Saxons tant haïs (ce dont les cercles nationalistes dominés par les hommes les décourageaient de toute façon), les femmes se libérèrent d'une société et d'une économie qui les avaient dépossédées. Alors que leurs contemporains masculins étaient en train de créer une Irlande indépendante, les femmes qui quittèrent l'Irlande entre 1885 et 1920 recréèrent, pour elles-mêmes, une indépendance à l'étranger. Le commandement proclamé par James Connolly en 1915, s'énonçant ainsi : « nul n'est mieux à même de briser les chaînes que celui qui les a portées »10s'appliquait autant aux femmes qui quittèrent l'Irlande qu'au public visé, les ouvriers en grève de Dublin. Ces femmes se montrèrent en effet capables de briser leurs propres chaînes, par elles-mêmes.

19On écrit aujourd'hui une nouvelle histoire de l'émigration européenne féminine. Ces travaux de recherche permettent de mieux comprendre les raisons qui ont poussé les femmes à quitter leurs foyers ruraux, pour mener une vie urbaine, ou partir pour l'inconnu. Ce qui nous frappe, ce sont les similarités parmi les habitudes migratoires des femmes rurales, dans plusieurs régions d'Europe, en dépit de la disparité de leurs origines culturelles et nationales. Le mouvement migratoire de chacun des groupes en question traduisait une crise de leur communauté rurale natale, lorsque les plus anciennes habitudes de vie disparaissaient, sous le coup de la modernisation. Dans la dernière moitié du dix-neuvième siècle, les habitudes de la vie paysanne, vieilles de toujours, avaient cessé, même dans les régions les plus isolées de la Bretagne, du Valais et de la côte du Connaught. Les communautés natales pouvaient de moins en moins répondre aux aspirations économiques et sociales d'un nombre croissant de jeunes femmes. Les formes que prirent les mouvements migratoires de ces régions reflétaient ces changements. Les travaux présentés au colloque de Leslie Page Moch et de Jane Roberts Chapman, autant que celui-ci, remettent en question l'hypothèse qui a dominé, jusque dans un passé récent, les études sur l'émigration féminine européenne, laquelle voulait que les femmes émigrantes aient passivement suivi les membres masculins de leur famille. Nos recherches suggèrent, au contraire, que les femmes contribuèrent de manière fondamentale à la décision d'émigrer et que la détérioration du marché rural du travail pour les femmes constituait la motivation première de l'émigration des femmes françaises, suisses et irlandaises de ces années.

Bibliographie

Center for Oral History
1975 The People of Connecticut Oral History Project. Irish Interviews 17, 3, 19, The University of Connecticut, Storrs.

Chapman Jane Roberts
1991 « Nineteenth Century Swiss Valaisan Emigration to the United States », Photocopies, Le Châble, Switzerland.

Council for the Status of Women (Ireland) 1981 Irish Women Speak Out – A Plan for Action, Co-Op Books, Dublin.

Diner Hasia R.
1983 Erin's Daughters in America: Irish Immigrant Women in the Nineteenth Century, The John Hopkins University Press, Baltimore, Maryland.

Emigration Statistics of Ireland
Alexander Thom, Dublin, 1885-1908, 1912, 1913-1918, 1920.

Fuchs Rachel; Moch Leslie Page
1990 « Pregnant, Single, and Far From Home: Migrant Women in Nineteenth Century Paris », in The American Historical Review 95:4.

Handlin Oscar
1951 The Uprooted: The Epic Story of the Great Migrations That Made the American People, Grosset et Dunlap, New York.

Kessner Thomas
1977 The Golden Door: Italian and Jewish Emigrant Mobility in New York City, 1880-1915, Oxford University Press, New York.

Moch Leslie Page
1991 « The migration of European Women In Historical Perspective », photocopies, Le Châble, Switzerland.
1983 Paths to the City: Regional Migration in Nineteenth Century France, Sage, Beverly Hills, California.

Miller Kerby A
1985 Emigrants and Exiles: Ireland and the Irish Exodus to North America, Oxford University Press, New York.

Nolan Janet A.
1989 Ourselves Alone: Women's Emigration from Ireland, 1885-1920, The University Press of Kentucky, Lexington.

Sayers Peig
1974 Peig: The Autobiography of Peig Sayers of the Great Basket Island, trad. Bryan Mac Mahon, Syracuse University Press, Syracuse, New York.

Vaughan W. E.; Fitzpatrick A. J., eds.
1978 Irish Historical Statistics: Population, 1821-1971, The Royal Irish Academy, Dublin.

Vecoli Rudolph J.
1964 « 'Contadini' in Chicago: A Critique of The Uprooted », Journal of American History, LI: 3, December.

Yans-Mac Laughlin Virginia
1977 Family and Community: Italian Emigrants in Buffalo, 1880-1930, Cornell University Press, Ithaca, New York.

Notes

1 Certaines parties de ce travail ont paru dans mon livre, Ourselves Alone : Women's Emigration from Ireland, 1885-1920 (Lexington : The University Press of Kentucky, 1989).

2 Entre 1885 et 1920, 1.357.831 émigrants quittèrent l'Irlande, parmi lesquels 684.159 étaient des femmes. 89 % de ces femmes, en moyenne, était célibataires au jour de leur départ, et la plupart avait moins de 24 ans. Les données numériques citées dans cette étude proviennent du recensement brut ainsi que des statistiques d'émigration, prises entre 1885, la première année après la famine, où l'émigration des femmes célibataires dépassa numériquement celle des hommes, et 1920, la dernière année pour laquelle ont été rassemblés les chiffres d'émigration sur l'ensemble de l'Irlande. Ces données apparaissent dans Emigration Statistics of Ireland (Dublin : Alexander Thom, annuel) et dans Irish Historical Statistics : Population, 1821-1971, ed. W. E. Vaughan et A. J. Fitzpatrick (Dublin: The Royal Irish Academy, 1978). Les conclusions tirées à partir de ces données sont les miennes.

3 Les travaux de Lelie Page Moch, « the migration of European Women In Historical Perspective, » (dont on trouvera un article sur ce sujet dans ce Cahier) et de Jane Roberts Chapman, « Nineteenth Century Swiss Valaisan Emigration to the United States » (Le Châble, Switzerland, 1991, photocopies) font exception à la règle. Voir également Moch, Paths to the City: Regional Migration in Nineteenth Century France (Beverley Hills, California: Sage, 1983) et Rachel Fuch et Moch, « Pregnant, Single, and Far From Home: Migrant Women in Nineteenth Century Paris » The American Historical Review 95:4 (October 1990): 1007-1031.

4 Ce qui suit est une liste abrégée, mais représentative, des études sur l'émigration qui mettent l'accent sur la composition familiale, à dominance masculine, de l'émigration européenne féminine, à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle: Oscar Handlin, The Uprooted: The Epic Story of the Great Migrations That Made the American People, New York: Grosset et Dunlap, 1951; Rudolph J. Vecoli, « 'Contadini' in Chicago: A Critique of The Uprooted, » Journal of American History LI: 3 December 1964: 404-417; Virginia Yans-Mac Laughlin, Family and Community: Italian Emigrants in Buffalo, 1880-1930 Ithaca, New York: Cornell University Press, 1977; et Thomas Kessner, The Golden Door: Italian and Jewish Emigrant Mobility in New York City, 1880-1915 New York: Oxford University Press, 1977. A l'exception notoire de Kerby A. Miller, Emigrants and Exiles : Ireland and the Irish Exodus to North America New York : Oxford University Press, 1985 et de Hasia R. Diner, Erin's Daughters in America : Irish Migrant Women in America in the Nineteenth Century, Baltimore, Maryland : The Johns Hopkins University Press, 1983, les études sur l'émigration irlandaise au dix-neuvième et au vingtième siècles, soulignent également l'importance du rôle masculin, et sont en cela caractéristiques de l'ensemble de la recherche traditionnelle sur l'émigration. Pour plus de détails quant à l'historiographie des travaux sur l'émigration irlandaise, on se rapportera à Nolan, Ourselves Alone.

5 Entre 1881 et 1920, parmi le total des 978.273 emigrants irlandais, 1.705.050 émigrants étaient originaires du Connaught et du Munster. Entre 1885 et 1920, le nombre de femmes quittant le Munster (241.118) était supérieur au nombre d'émigrants masculins de quelque 7465 individus, tandis que le nombre de femmes quittant le Connaught (182.502) excédait celui des émigrants masculins, par le chiffre notoire de 44.628. Bien que dans le Leinster, à l'est, et en Ulster le nombre d'hommes qui partent pendant cette période est plus important que celui des femmes, globalement, pour l'ensemble de l'Irlande, le nombre de celles-ci dépasse de 10.468 individus celui des hommes. Relevons aussi que parmi les émigrants âgés de quinze à trente-cinq ans (groupe d'âge le plus représenté) 88.7 % étaient célibataires. Le Munster et le Connaught, ce pourcentage atteignait respectivement 91.7 % et 95 %. Voir le Census for Ireland et les Emigration Returns of the Registrar General of Ireland, 1881-1920, dans Irish Historical Statistics, tables 58, pp. 344-353 et table 54, pp. 262-263. Voir également Emigration Statistics of Ireland, 1885- 1920. Les totaux ont été calculés par l'auteur.

6 Peigh Sayers, Peig: The Autobiography of Peig Sayers of the Great Basket Island, trad. Bryan MacMahon (Syracuse, New York: Syracuse University Press, 1974), p. 219

7 The Peoples of Connecticut Oral History Project, Irish interview N° 17, May 1975, Center for Oral History, University of Connecticut, Conn.

8 Irish interview N° 9, ibid

9 Irish interview N° 3, ibid.

10 Cité dans Council for the Status of Women (Ireland), Irish Women speak out. A plan for Action (Dublin: Co-Op Books, Ltd., 1981), p. 11.

Auteur

Historienne, History Department, Crown Center, Loyola University, Chicago, U.S.A.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site