Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Migration rupture

Un même monde ou deux mondes dont un monde à part ?

À propos de lieux et de mobilité des populations

Marie-Claire Caloz-Tschopp

Note de l’auteur

Par souci de cohérence avec les documents officiels cités nous signalons que ce texte a été écrit en août 1992.

Texte intégral

« Quand les gens descendent du nord au sud ce n’est du tout la même chose que quand ils montent du sud vers le nord. »
Angélique Ionatos, chanteuse grecque

1L’un des objets de ce Cahier concerne les lieux de départ des exilés. Or, lorsque l’on tente de comprendre et de décrire les lieux de départ et ce qui s’y passe, on est conduit dans un labyrinthe, où il s’agit de dégager les galeries et les bifurcations. Quel est l’objet précieux que l’on recherche, se demande-t-on en marchant à tâtons ? Le lieu (d’origine) dissimule autre chose. Comme les prisonniers enchaînés dans la caverne de Platon, nous regardons les ombres sur le mur et nous ne voyons pas le ciel. Pour saisir ce qui se dérobe à la vue, retournons-nous un instant, « déplaçons le regard » dirait Foucault. Quittons provisoirement les lieux. Considérons le phénomène de la mobilité des populations en tant que relation sociale qui se déroule dans un temps et un espace donnés. Alors une nouvelle interrogation surgit. Quand une population "bouge", à partir de quelle image du monde (de la réalité), à partir de quel(s) paradigme(s) fondamental (aux) sont décrites la mobilité, ses causes, ses conséquences et ses liens à des espaces/lieux/territoires ?

  • 1 Confrontés à un tel type de pensée, il convient de s'interroger: l'être humain est-il vraiment séde (...)

2La pensée commune, certaines explications scientifiques et certains modèles des politiques d’immigration et d’asile considèrent les lieux de départ et d’arrivée comme des territoires distincts et le mouvement de migration comme un mouvement simple et mécanique d’aller/retour ou de fuite/refoulement. Comme l’explique bien un chercheur en économie, certaines théories économiques sur les migrations, par exemple, caractérisent le mouvement comme une sortie et un retour au pays d’origine (Verhaeren 1990). Ceci ne décrit pas les mouvements migratoires réels qui sont beaucoup plus complexes. Le paradigme philosophique et épistémologique en arrière-fond de tels modes de pensée est celui du postulat de l’existence de deux mondes séparés, qui auraient chacun leur logique d’Etre et d’existence propre. On pourrait la résumer dans les mots "ici et ailleurs" et "chacun à sa place". Ce mode de pensée, où les limites sont le centre des préoccupations, pourrait être appelé un mode de pensée des frontières de la séparation,1 plutôt que des frontières de passage.

3On pourrait partir d’un autre paradigme. La mobilité des populations a lieu dans un seul monde. Un tel postulat détermine la manière de "voir" la relation sociale de mobilité, ses causes et ses raisons, les personnes qui se meuvent et aussi les lieux où elle se donne d’un point de vue moniste et global, ce qui n’empêche pas une vision dialectique des phénomènes. Dans ce sens, en considérant les lieux, il n’y aurait pas de lieux de départ, de transit, d’arrivée, mais des parcours, des trajectoires avec des conditions matérielles, des discours et des représentations, dans un espace-monde. Les parcours où « comme Socrate, l’immigré est atopos sans lieu, déplacé, inclassable » (Bourdieu 1992 : 9) sont ainsi autant de lieux de lecture des conditions d’une relation sociale (Caloz-Tschopp 1989). J’appellerai ce mode de pensée, un mode de pensée du free-movement en empruntant cette expression à deux philosophes (Barry B., Goodin R. 1992).

4Dans les limites de l’espace octroyé pour cet article, il est impossible d’effectuer une longue démonstration à propos de ces deux types de pensée à l’œuvre. Je choisis à partir d’un exemple, celui de la politique "d’aide au départ" en matière d’asile, de formuler quelques implications et pistes de recherche qui en découlent.

Deux mondes séparés

  • 2 En Suisse, la Commission fédérale chargée de la question de l'immigration s'intitule: "Commission f (...)
  • 3 L'aide au développement proposée par le Conseil d'Etat genevois, qui est en fait un permis de trava (...)
  • 4 Voir à ce propos, l'interpellation Pitteloud du 28.09.1989 pour un Fonds d'aide au retour pour les (...)
  • 5 Dans les statistiques fédérales d'asile, les personnnes à qui l'asile a été refusé et qui n'ont pas (...)

5Lorsque l’immigration est (enfin) reconnue comme un fait social, elle est souvent décrite du seul point de vue du pays d’immigration, comme l’a bien montré Sayad (1991). Dans ce cadre, l’origine, les conditions d’entrée, de séjour, de travail, de vie de l’immigré sont souvent présentées comme des problèmes pour le pays d’immigration.2 Les portraits des personnes déplacées, des acteurs du déplacement sont tronqués. Dénégations sur le mode de l’oubli. On oublie de rappeler certaines des causes et des raisons des départs (notamment la colonisation et les néo-colonialismes, les impératifs des marchés de travail) et de mentionner la diversité des conditions d’origine et des trajectoires. On oublie de parler des effets de l’absence, de l’impact des départs sur ceux qui restent. Le mythe du retour et ses substituts3 cachent en fait des politiques de rotation de la main-d’œuvre, de licenciement, d’expulsion et de refoulement ou de réinstallation (pour une infime partie des personnes) envisagées en terme économique (création de places de travail).4 Ces politiques se sont installées en haute conjoncture, puis transformées et durcies avec la crise économique dans les pays d’Europe occidentale et en Suisse. La clandestinité, un des faits qui en découle, est niée ou décrite du point de vue des intérêts du pays d’accueil.5 Autant de signes de la coexistence de deux mondes séparés.

Un monde à part... Images et paradoxes de la séparation

  • 6 Un tel chiffre est à mettre en rapport avec les recommandations concernant la protection: «Le Comit (...)
  • 7 Dans le même document il est précisé: «Le statut de saisonnier, ou de stagiaire, comme on peut l'im (...)

6Les exemples de la séparation sont multiples sur le terrain du droit d’asile. Je choisis d’analyser son mode d’être à propos de la politique "d’aide au départ", appelée parfois, dans le vocabulaire des organisations internationales, "rapatriement librement consenti". Une telle politique remplace peu à peu une politique de "protection" en Europe occidentale. Par exemple, le rapatriement librement consenti (frais d’assistance compris) a représenté en 1990 63,8 millions de dollars, soit 13,5 % des dépenses du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR).6 Les paradoxes que l’on peut observer dans ce secteur de la politique d’asile sont autant de symptômes d’un mal étrange. Au-delà de la frontière de notre monde franchie par celles et ceux qui partent, il existerait un autre monde, un monde à part, rejeté par notre inconscient collectif hors de notre système solaire auto-centré. Sorte de "trou noir" méconnu. Ou alors, lorsque son existence est signalée, c’est la distance entre les deux mondes qui est qualifiée en termes métaphoriques significatifs : « L’Europe s’est rapprochée, la Turquie est à ses portes et perçoit les rumeurs et la lumière de la prospérité, tout en étant encore à l’écart ». Dans ce rapport de distance, les conditions de la relation sociale établie dessinent les nouveaux intérêts.7

  • 8 En 1991, sur 21.367 à qui le droit d'asile a été refusé et à qui a été notifié l'obligation de quit (...)
  • 9 Pour que les cantons exécutent systématiquement les renvois, une série de mesures sont prévues dans (...)

7Revenons à l’aide au départ. Nous n’avons pas la prétention d’effectuer ici une analyse détaillée et approfondie de la politique "d’aide au départ", mais de signaler quelques-unes de ses difficultés et de ses paradoxes en relation à la préoccupation énoncée. En analysant les statistiques fédérales, on constate un premier paradoxe : la politique d’aide au départ ne parvient à aider qu’une petite partie des personnes invitées à partir. En 1991, 65,6 %8 des personnes à qui l’asile a été refusé et qui étaient contraintes de quitter la Suisse ont "disparu" dans la clandestinité. Ce fait est en contradiction flagrante avec une volonté affirmée par le Conseil fédéral : « Le Conseil fédéral tient (...) à ce que l’on exécute les renvois en conséquence » (lettre de A. Kohler, aux gouvernements des cantons du 18 juillet 1991). Des mesures sont prévues pour palier à cet état de fait.9 Aucune des mesures énoncées n’aborde le lien au pays d’origine. « Surveille-t-on le retour du réfugié renvoyé dans une région instable ? » se demande un parlementaire ? (P. Reichsteiner, interpellation N° 89.683 du 6.10.1991).Réponse du Conseil fédéral : « D’un point de vue général, l’on ne peut que dans de très rares cas suivre les requérants déboutés rentrés dans leur patrie ».

8Que signifie le terme "aide au départ" ? Qui concerne-t-elle ? « La personne qui doit partir vient à notre bureau d’aide au départ parce qu’elle désire ou parce qu’elle doit quitter la Suisse », nous expliquait V. Dumartheray du Bureau d’aide au départ (Relocation Assistance Office) de la Croix-Rouge à Genève, lors d’un entretien (7.1.1992). Il signalait ainsi un deuxième paradoxe de l’aide au départ, qui est d’aider certaines personnes (la plupart) qui n’ont pas décidé de partir, mais y sont forcées. L’obligation de départ est ressentie d’autant plus durement (comme un échec et non comme une victoire) dans certains cas, à cause du sacrifice financier qui avait été consenti pour quitter le pays (vente de terre, des biens).

9Il nous parlait ensuite d’un troisième paradoxe : la Croix-Rouge se fixe comme objectif un travail d’assistance et elle est confrontée à une diminution régulière des moyens d’aide. Constat de la baisse des prestations en Suisse qui s’inscrit dans la baisse des prestations au niveau international : "... le fossé entre le nord et le sud continue de se creuser entraînant dans son sillage la misère humaine qui ne saurait trouver de solutions que par le biais d’initiatives internationales ayant des applications financières importantes." (HCR 1991)

10Quatrième paradoxe, lié à la question de comment aider quelqu’un à faire quelque chose de non voulu ? En effet, dans la plupart des cas le départ n’est pas volontaire, mais forcé. Le rituel d’une procédure sans faille (fixer la date, régler les problèmes économiques, sociaux, aider psychologiquement si nécessaire, préparer les bagages, accompagner la personne refoulée avec quelqu’un de la Croix-Rouge et non avec un policier), consiste à éviter l’exercice direct de la violence physique sur les personnes dans la mise en œuvre des refoulements, des gestes éventuels de résistance du débouté et dans la mesure du possible le choc du retour (assurer le réconfort immédiat à l’arrivée). Violence de la politique des refoulements contenue, limitée, effacée par le travail d’assistance qui participe ainsi au leurre, à la tromperie. La définition que donne le collaborateur de la Croix-Rouge de la notion de dignité l’indique bien : « Nous utilisons toute notre énergie pour faire partir les gens dans les meilleures conditions, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas de renvoi manu militari dans un avion ». La "dignité humaine" est réduite à n’être qu’un voile qui limite et cache la violence d’une décision et ses conséquences sur le destin d’êtres humains (atteintes à la liberté et dans certains cas, à la vie). Dans la mise en œuvre des départs, le travailleur social se trouve ainsi confronté à un nouveau problème : mesurer dans son travail, ce que J.R Hocke, ancien Haut Commissaire pour les Réfugiés (Hocke 1992) appelait le "seuil de tolérance humanitaire". On croyait un tel type de questionnement réservé aux interventions difficiles et parfois ambiguës du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) en Afghanistan, en Yougoslavie, au Soudan, au Liban, etc. et on le retrouve sur le terrain de la politique intérieure d’asile en Suisse.

  • 10 Un document sur "le concept d'aide au retour" de l'Office Fédéral des Réfugiés (ODR) qui a été publ (...)
  • 11 En voici un exemple: «La situation est tendue au Sri Lanka. Il y règne, surtout dans les provinces (...)

11Cinquième paradoxe. Un des objectifs de la politique des refoulements et de l’aide au départ est de faire en sorte que les personnes refoulées ne reviennent plus. Vu le concept de l’aide au départ tel qu’il est défini jusqu’à ce jour, vu les moyens limités dont dispose la Croix-Rouge, on peut s’interroger sur son applicabilité. Ainsi, la Croix-Rouge a mandat pour s’occuper des départs et non de ce qui se passe dans les pays où les gens sont renvoyés.10 Et pourtant, "il y a des zones d’ombre qui nous échappent. L’image du pays d’origine reste floue pour nous. Nous avons d’ailleurs peu d’échos. De temps en temps une carte postale. C’est comme si, dès que la Suisse est quittée, la page est tournée", déclarait encore V. Dumartheray. Alors que dans les cas où une décision de non renvoi est prise, il est fait mention de la situation dans le pays d’origine,11 une telle préoccupation semble être absente pour d’autres cas (Kurdistan, Yougoslavie, etc.). Quant aux requérants déboutés, on peut se demander si une politique d’aide au retour ne devrait pas inclure systématiquement une évaluation des conditions et des circonstances du retour. Cela impliquerait de poser comme objectif central l’établissement d’un lien structurel entre le lieu de départ, et le(s) lieu(x) de transit éventuel(s).

12Les cinq paradoxes relevés (liste non exhaustive) sur un des axes du droit d’asile en Suisse désignent l’existence d’une pensée de la séparation déterminée par des contraintes importantes. La conception et la mise en œuvre du parcours du départ révèle un fossé dans les pratiques et dans les représentations, entre la Suisse et le pays de retour. L’embarras qui découle des paradoxes relevés indiquent que le requérant d’asile débouté, dans ses mouvements et ses parcours, devient un "extraordinaire analyseur des régions les plus obscures de l’inconscient" (Bourdieu 1991 : 9) de notre société.

Les énigmes de la mobilité et des parcours : deux questions de recherche

13Les liens entre les deux mondes restent à tisser, dans la politique d’immigration et d’asile et notamment dans la définition d’une politique "d’aide au départ". Les parcours balisés ou clandestins des exilés apparaissent comme autant de fissures sur le mur posé entre les deux mondes et dans l’imaginaire social de la séparation. En guise de conclusion, j’aimerais me limiter à formuler brièvement deux pistes de recherche qui concernent la mobilité et les parcours des exilés :

  1. Dans les faits, la (libre)-circulation est-elle encore une valeur philosophique pour les êtres humains et les sociétés de notre monde du xxe siècle ? Quelle est la genèse d’une telle valeur et qu’est-elle devenue ? Comment se transforme-t-elle ? Quel est son sens aujourd’hui ?

  2. Qui sont les personnes "qui bougent" ? Qui sont les personnes refoulées et que deviennent-elles, lorsqu’elles sont déboutées ? Quels sont leurs parcours, leurs trajectoires et leurs liens aux divers lieux de passage provisoire ou d’enracinement (lieux d’origine, de passage, d’installation provisoire, clandestine ou officielle, etc.). Décrire leur destin, écouter, raconter leurs histoires de vie nous apprendra beaucoup de choses sur la relation sociale entre deux mondes séparés et sur un monde à part et aussi sur des résistances d’êtres humains pour construire (faire, penser, représenter) un seul monde.

Bibliographie

Arendt Hannah
1987 "Nous autres réfugiés", in La tradition cachée, Ed. Christian Bourgois, Paris. Barry

Brian, Goodin Robert
1992 Free Movement. Ethical issues in the transnational migration of people and of money, Ed. Harvester/Wheatsheaf, New York.

Bourdieu Pierre
1991
Préface, in A Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’alté-rité, Ed. De Boeck, Bruxelles.

Caloz-Tschopp Marie-Claire
1989 Des transformations de l’espace-monde, par l’Etat-nation et les exilés. Constats concernant la dynamique des représentations de l’espace, in Espace et Sociétés, n° 54-55, pp. 201-234.

Caloz-Tschopp Marie-Claire 1991
La "Communauté politique" européenne et les groupes "intergouvernementaux". Fragments d’une logique d’action et de pensée à l’œuvre dans l’édification de nouvelles frontières européennes, in Revue Suisse de Sociologie, n° 1, pp. 49-80.

Croix-Rouge Suisse
1991 "Plusieurs milliers de victimes de la torture parmi les réfugiés en Suisse". Communiqué du 11.12.1991.

Haut Commissariat pour les Réfugiés
1991 "Rapatriement librement consenti", doc, EC/SC.2/1991/CR0.18, 25.9.91.

Hocké Jean-Pierre
1992 "Le seuil de tolérance humanitaire en matière d’asile", in Berthoud-Aghili Novine et al. (ed.), Réfugiés et Formation, Cahier de la Section des Sciences de l’Education, Université de Genève (à paraître).

ODR
1992 Concept d’aide au retour, Berne, 5 mai 1992 (à paraître).

Sayad Abdelmalek
1991 La "faute" de l’absence ou les effets de l’émigration, in A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Ed. De Boeck, Bruxelles.

Verhaeren Raphael-Emmanuel
1990 Partir ? Une théorie économique des migrations internationales, Ed. Presses universitaires, Grenoble.

Vinar Maren et Marcelo
1989 Exil et Torture, Ed. Denoël, L’espace analytique, Paris.

Notes

1 Confrontés à un tel type de pensée, il convient de s'interroger: l'être humain est-il vraiment sédentaire? Les informations historiques nous apprennent que l'être humain a commencé à se fixer sur un espace déterminé au néolithique. Mais doit-on penser qu'un tel acte a transformé les êtres humains au point que la mobilité apparaisse comme une anomalie? Le fait que la mobilité est encouragée dans certains cas et réprimée dans d'autres, pose l'exigence d'envisager d'autres hypothèses pour la recherche.

2 En Suisse, la Commission fédérale chargée de la question de l'immigration s'intitule: "Commission fédérale pour les problèmes des étrangers".

3 L'aide au développement proposée par le Conseil d'Etat genevois, qui est en fait un permis de travail provisoire favorisant une rapide rotation d'une main-d'oeuvre (deux ans) avec des coûts sociaux minimums (sans les familles, donc pas de coût de logement, d'éducation, etc.).

4 Voir à ce propos, l'interpellation Pitteloud du 28.09.1989 pour un Fonds d'aide au retour pour les exilés chiliens (No. 89.630).

5 Dans les statistiques fédérales d'asile, les personnnes à qui l'asile a été refusé et qui n'ont pas été refoulées officiellement sont décrites en termes de "disparus".

6 Un tel chiffre est à mettre en rapport avec les recommandations concernant la protection: «Le Comité exécutif du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) (...) b) demande aux Etats, au Comité de ta Croix-Rouge (CCR) et autres parties concernées de prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à ce que les réfugiés soient effectivement protégés...». Conclusions et décisions sur la protection internationale 1990, HCR, Genève.

7 Dans le même document il est précisé: «Le statut de saisonnier, ou de stagiaire, comme on peut l'imaginer pour la Turquie, ou pour d'autres pays, c'est plutôt de la coopération au développement sous la forme d'une aide à la personne: un séjour de 2,3 ou 4 années en Suisse, puis le retour pour faire bénéficier son pays de ses connaissances, du pécule qui a pu être constitué et ouvrir un commerce ou une boutique d'artisan en donnant à un autre la possibilité de venir en Suisse. Sous celte forme temporaire, il est acceptable, et préférable pour les deux parlies, que la famille reste au pays» (Discours du Conseil d'Etat au Grand Conseil genevois, 4.11.1989, p. 12).

8 En 1991, sur 21.367 à qui le droit d'asile a été refusé et à qui a été notifié l'obligation de quitter le territoire suisse, 3.477 (16,3%) personnes ont quitté la Suisse de leur plein gré; 65 (0,3%) personnes ont été renvoyées une fois la procédure d'asile terminée, dans des pays tiers et 3.808 (17,8%) personnes dans leur pays d'origine (selon indications des cantons). 14.017 disparus (65,6%). Total des personnes: 21.367. Source: statistiques de l'Office Fédéral des Réfugiés (ODR).

9 Pour que les cantons exécutent systématiquement les renvois, une série de mesures sont prévues dans le programme d'action 1991/92 du Département Fédéral de Justice et Police (DFJP): renforcement des effectifs cantonaux chargés de l'exécution des décisions de renvoi; meilleur contrôle des départs par les cantons et la Confédération; plaintes pénales systématiques à rencontre des passeurs et des individus ou organisations qui abritent des requérants d'asile déboutés, ou à l'encontre de ceux qui prêtent assistance à ceux-là; retrait de l'autorisation de travail à l'échéance du délai de départ.

10 Un document sur "le concept d'aide au retour" de l'Office Fédéral des Réfugiés (ODR) qui a été publié le 5 mai 1992, n'est malheureusement pas encore accessible pour affiner l'analyse.

11 En voici un exemple: «La situation est tendue au Sri Lanka. Il y règne, surtout dans les provinces du nord et de l'est, une situation de quasi-guerre civile; les possibilités d'accueil et de réintégration pour les Tamouls de retour d'Europe sont insuffisantes». Directive interne de l'ODR du 8.1.1991.

Auteur

Philosophe, Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education, Université de Genève

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.