Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Modèles explicatifs et logique des migrations

Mobilité des hommes, mobilité des femmes

Perspective historique de la migration européenne

Leslie Page Moch
Traduction de Imane A. Hakam

Texte intégral

  • 1 A. Chatelain, « Migration et domesticité féminine urbaine en France, xviiie-xxe siècles », Revue d’ (...)

1Dès l'âge de dix-sept ans, Juliette Sauget, l'une des onze enfants d'une famille de bûcherons, quittait le domicile familial sous l'influence de sa sœur, partie elle-même quelques années plus tôt. Juliette Sauget se dirigea vers la capitale où elle devait trouver un emploi de servante. Les conditions du départ de Juliette Sauget – jeune célibataire partant sous la houlette familiale pour travailler comme domestique – sont typiques de la migration féminine vers les villes qui s'est produite entre les années 1650 et 1914.1 Durant les trois siècles qui précédèrent la première guerre mondiale, les femmes se déplacèrent de la campagne aux villes et traversèrent l'océan Atlantique. Leur mobilité dépendait essentiellement de leur âge, des relations qu'elles avaient dans une ville donnée et reflétait les ressources de leur pays natal.

La mobilité des hommes et la mobilité des femmes

  • 2 Pour une histoire générale, cf. L.P. Moch, Moving Europeans : Migration in Western Europe since 165 (...)
  • 3 Cf. les articles de L. Fontaine, G. Bœtsch, et D. Bley.

2La présente étude retrace l'évolution de la migration des femmes européennes occidentales au début de l'époque moderne, puis les modifications du schéma migratoire à travers deux périodes de changements économiques fondamentaux.2 Dans un premier temps la prolifération des manufactures rurales affecta le processus migratoire en liant de plus en plus la population à son village natal. Inversement, au xixe siècle, la disparition de l'industrie rurale et de la structure traditionnelle de la société agricole, devait réduire le nombre des habitants à la campagne. Les déplacements des hommes aussi bien que ceux des femmes étaient évidemment conditionnés par ces changements, dans la mesure où le schéma migratoire reflétait un système familial donné, les traditions d'un village, la situation économique d'une région.3 Néanmoins, nous allons nous centrer ici sur le rôle de la femme dans les systèmes migratoires et des répercussions de ces transformations de la société sur la migration féminine. Il est vrai que celle-ci était liée à la mobilité des hommes, mais elle était aussi l'objet d'influences distinctes.

3Le sexe déterminait le comportement des migrants à plusieurs égards.

4Premièrement, de tout temps, hommes et femmes ont rempli des tâches différentes. Parce que la distinction des occupations selon le sexe était centrale dans l'organisation du travail en Europe, les hommes et les femmes ont été affectés différemment par l'effondrement de certains secteurs et attirés diversement par le développement de nouveaux débouchés.

  • 4 G. Alter, Family and the Female Life Course: The Women of Verniers, Belgium, 1849-1880, Madison, Wi (...)

5En deuxième lieu, le risque de grossesse est un facteur physiologique et social qui influençait de plusieurs façons leur mobilité. Bien que le nombre de filles-mères fût restreint parmi les migrantes, cette éventualité avait des répercussions sur l'appui familial, le choix de l'emploi, la destination du voyage et le comportement social. Néanmoins, des milliers d'immigrantes, dont Juliette Sauget, se trouvèrent enceintes, une fois hors de leur village natal. En l'absence d'une famille capable de les protéger ou du moins d'imposer le mariage lorsqu'elles étaient enceintes, ces femmes avaient plus de chances d'élever seules leur nouveau-né.4

  • 5 Bertaux, "The Life History Approach to the Study of Internal Migration", Oral History, 7, 1979, p.  (...)

6Donc, en troisième lieu, le mariage jouait, pour la femme un rôle prépondérant dans le phénomène migratoire. Historiquement parlant, il fournit à la plupart des femmes l'occasion de quitter le foyer paternel (ou le service rural). Dès 1850, un nombre croissant de femmes émigra avant le mariage dans le but de rencontrer le conjoint désiré loin de la basse-cour et des activités agricoles.5

  • 6 L. Tilly and J. Scott, Women, Work and Family, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1978.
  • 7 J. Nolan, op. cit., p. 1-3.
  • 8 M. Granovetter, "The Strength of Weak Ties", American Journal of Sociology, 78, 1973, p. 1360-1380; (...)

7Quatrièmement, la migration féminine était une question familiale. C'était dans l'intérêt de toute la famille qu'on prenait la décision d'envoyer les filles travailler ailleurs. Leur salaire constitua, de tout temps, une contribution nécessaire au budget familial.6 De plus, les réseaux familiaux encourageaient souvent les femmes à quitter la maison et les aidaient à le faire en leur fournissant, comme c'étaient le cas pour Juliette Sauget (ainsi que Mary Ann Donovan, l'héroïne émigrée dont parle Janet Nolan dans ce même cahier) une aide matérielle, une invitation et en leur proposant un autre mode de vie dans un nouveau lieu.7 Les contacts personnels procuraient à la migration féminine l'organisation sociale dont elle avait besoin. En effet, les femmes, plus que les hommes, avaient tendance à se déplacer en s'appuyant sur leurs propres relations ; elles avaient moins de chance que les hommes d'être engagées dans les équipes de travail pour les récoltes et la construction des chemins de fer. Toutefois, les hommes aussi bien que les femmes trouvaient du travail grâce à l'utilisation de leurs réseaux de relations. La mise en relief du rôle joué par la parenté dans la migration féminine risque de voiler celui d'autres contacts et réseaux également importants. Il est utile de souligner que les relations des femmes ne se limitaient pas aux proches parents. Pour nombre de femmes, ce furent des gens avec lesquels elles avaient de faibles liens, comme un parent éloigné, ou un compatriote vaguement connu.8

La migration en Europe au début de l'époque moderne

  • 9 Peter Clark, "Migration in England during the Late Seventeenth and Early Eighteenth Centuries", Pas (...)

8La mobilité faisait partie intégrante de la routine rurale préindustrielle ainsi que du rythme de la vie familiale. La vie de la campagne était animée de déplacements qui, bien que généralement limités à un rayon local, séparaient néanmoins les gens de leur paroisse et les implantaient dans de nouveaux ménages. Les femmes quittaient le foyer familial à la fois pour se marier et pour s'engager dans des fermes. L'examen de plus de 7.000 biographies anglaises, couvrant les années 1660 à 1730, montre que dans les campagnes les femmes étaient plus nombreuses à quitter leur village que les hommes. Plus de trois-quarts des femmes abandonnèrent leur paroisse (alors que cela concernait mois de 70 % des hommes). Bien que la plupart des déplacements fussent locaux (seuls 15 % des hommes et 16 % des femmes, dans le cas anglais, quittèrent leur comté de naissance), les femmes ne passaient généralement pas leur existence dans leur paroisse d'origine.9

  • 10 E. Todd, The Explanation of Ideology: Family Structures and Social Systems, Londres, Basil Blackwel (...)

9Les principes de la vie familiale européenne étaient en grande partie à l'origine de cette mobilité : ainsi le tabou de l'inceste empêchait les hommes et les femmes d'épouser des parents proches.10 De plus, les normes sociales du village leur imposaient un mariage bien assorti. Ainsi, il fallait souvent chercher un conjoint à l'extérieur de sa propre paroisse. Le nouveau couple s'installait généralement dans la communauté de l'époux, voire au sein de sa famille au cas où celle-ci aurait fait souche.

  • 11 R. Schofield, ""Age-specific Mobility in an Eighteenth-Century Rural English Parish", Annales de dé (...)
  • 12 D. Gaunt, "Pre-Industrial Economy and Population Structure", Scandinavian Journal of History 2, 197 (...)

10De nombreuses femmes quittèrent également le domicile familial pour prendre un emploi dans d'autres fermes où elles travaillaient sur contrat annuel comme domestique agricole. Elles apprenaient les tâches de fermière et pouvait économiser l'argent nécessaire à leur dot et venir en aide à leur famille.11 Les recensements paroissiaux des xviie et xviiie siècle, dans les communautés anglaises, montrent que 60 % des jeunes âgés de quinze à vingt-quatre ans ont travaillé comme domestiques. En 1645, dans l'île danoise de Mœn, la majorité des familles avait un(e) domestique. Ces domestiques de ferme comprenaient approximativement autant de femmes que d'hommes ; dans les listes de paroisses danoises et anglaises, le rapport est d'environ 120 hommes pour 100 femmes. La plupart des domestiques venaient de familles pauvres. Par exemple, dans l'île de Mœn, 38 % d'enfants de fermiers travaillent comme domestiques durant leur adolescence, alors que l'on compte 91 % des enfants issus du monde ouvrier. La stabilité géographique, dans la campagne pré-industrielle, était un privilège réservé aux propriétaires de domaines et surtout aux hommes.12

  • 13 J.-P. Bardet, Rouen au xviie et xviiie siècles : Les mutations d’un espace social, Paris, Société d (...)

11Au début de l'époque moderne, les immigrants faisaient partie intégrante de la vie urbaine aussi bien que de la vie rurale. Ils gagnaient les petits et les grands centres urbains, les villes commerciales et industrielles. Les listes des recensements des citoyens des villes à Danzig et à Berlin, au sud et à l'ouest de Marseille jusqu'aux environs de la Cornouaille prouvent que la société urbaine ne recrutait pas nécessairement sur place, mais plutôt là où existaient des relations étroites entre les élites urbaines et rurales, entre les élites de différentes villes d'une région, et là où existaient des liens particulièrement forts entre les couches populaires de la grande ville et ceux des villages voisins.13

  • 14 J. de Vries, European Urbanization, 1500-1800, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1984, ch (...)

12Le flux migratoire intense qui alimentait les cités pré-industrielles comprenait probablement plus de femmes que d'hommes. Bien qu'il soit impossible de savoir combien d'immigrants vinrent exactement dans ces villes, des études de cas basées sur les documents des paroisses ont révélé que les femmes constituaient la majorité des immigrants. En fait, dans les villes d'Europe occidentale, sauf évidemment Berlin, ville militaire, et Rome, les femmes formaient la majorité de la population. La population était de 135 femmes pour 100 hommes à Zurich en 1671, et de 127 pour 100 à Venise en 1655.14

  • 15 V.B. Elliot, "Single Women in the London Marriage Market: Age, Status and Mobility", in Marriage an (...)

13Les cas étudiés montrent que la plupart des femmes se rendaient dans des villes proches et que nombre d'immigrantes urbaines travaillaient comme domestiques. D'autres filaient, lavaient du linge, travaillaient dans des magasins, cuisinaient et vendaient des aliments, s'occupaient d'enfants, cousaient, servaient de la bière, etc. En somme, elles remplissaient les tâches féminines qui assuraient le fonctionnement de la vie urbaine. A Londres, où il y avait une proportion de 115 femmes pour 100 hommes, des recherches sur les immigrantes montrent que celles qui ont vécu en ville avec un parent se mariaient relativement tôt presque toujours avec des hommes dont le statut social étaient supérieur à celui de leur père. En revanche, celles qui étaient placées comme servantes se mariaient environ trois ans plus tard et avaient tendance à choisir leur époux parmi les marins et les artisans. Ces schémas migratoires témoignent de l'efficacité de la protection et de l'appui du parrainage de la famille dans le domaine du mariage.15

La migration au début de l'ère industrielle

14L'histoire économique, démographique et sociale de l'Europe occidentale prit un nouveau tournant vers les années 1750 : la population commença à croître avec des taux inconnus jusque là, nombre de villages devinrent plus industriels avec la production de biens d'exportation, et la proportion de paysans propriétaires diminua. Ce qui était nouveau dans cette Europe du xviiie siècle, c'est l'accroissement important à la fois de la population et des emplois ruraux non agricoles. Les habitudes migratoires se modifient alors et il se créa une campagne à part entière dans laquelle une population de plus en plus prolétaire pouvait se marier et élever ses enfants.

  • 16 A.-L. Head, "Quelques remarques sur l’émigration des régions préalpines", Revue Suisse d’Histoire, (...)
  • 17 R. Braun, "Early Industrialization and Demographic Change in the Canton of Zurich", in Historical S (...)
  • 18 L. Berkner, Family, Social Structure, and Rural Industry: A comparative Study of the Waldviertel an (...)

15Grâce au salaire en espèces, plus de gens pouvaient rester chez eux. Une comparaison systématique des villages avec ou sans emplois industriels a mis en évidence un taux inférieur d'émigrés dans les premiers.16 Par exemple, le canton de Zurich, qui adopta l'industrie rurale au xviiie, cessa d'alimenter par ses émigrés le sud de l'Allemagne ou encore l'Alsace, comme il l'avait fait auparavant.17 De même, les villages industriels en France, en Angleterre et en Belgique ont attiré et retenu un nombre de nouveaux venus, ce que les villages agricoles ne pouvaient faire.18

  • 19 Berkner, op. cit., p. 154-160-Gullickson, loc. cit., p. 133-134, 178-179.

16Les femmes constituaient la majorité des ouvriers dans les villages industriels parce que le filage pour l'industrie textile était le travail le plus répandu. Par exemple, l'usine autrichienne de coton Schwechat, engageait environ huit fileuses pour un tisserand autour des années 1790 ; en basse Autriche, environ une femme sur trois travaillait dans l'industrie du coton, alors que c'était le cas d'environ un homme sur treize. Si modeste que fût leur gagne pain, il améliorait la situation des villageoises. Ainsi, à Auffay, village textile situé au Nord de la France, la plupart des femmes se marièrent et les naissances illégitimes étaient rares parce que les femmes possédaient un travail et un salaire intéressants.19

  • 20 de Vries, op. cit., p. 68-69. 3 Cf. les articles de L. Fontaine, G. Bœtsch, et D. Bley.P. 11
  • 21 P. Hohenberg and L. Lees, The Making of Urban Europe, 100-1950, Cambridge, Mass., Harvard Universit (...)

17Le développement de l'industrie rurale alla de pair avec l'expansion urbaine au xviiie siècle. Les villes de dimension moyenne – celles de 5000 à 9000 habitants – et les centres de l'industrie rurale se développèrent à partie de 1700.20 Non seulement les petites villes industrielles constituaient une caractéristique de l'urbanisation croissante, mais elles étaient cruciales parce que l'industrie "se développa mieux, non pas en tant que ville ou pays, mais comme un système complémentaire, embrassant à la fois les régions urbaines et rurales".21

  • 22 E. Shorter, "Illegitimacy, Sexual Revolution, and Social Change in Modern Europe", Journal of Inter (...)
  • 23 O. Hufton, The Poor of Eighteenth-Century France, Oxford, Clarendon Press, 1974, p. 324; J. Depauw, (...)

18Après 1750, on observe un nombre croissant d'enfants illégitimes dans les grandes villes, dans des lieux aussi divers que Paris, Leipzig, Hambourg, Francfort, la Normandie, la Lorraine ou la Bavière.22 Dans les villes, la plupart des filles-mères étaient des immigrantes. Des études sur l'ancien régime ont confirmé la relation étroite entre la hausse prononcée du nombre de naissances illégitimes et l'accroissement de celui des jeunes immigrantes dans les villes. La fille-mère de cette époque, comme la décrit Olwen Hufton "était carrément une femme abandonnée à elle-même, dans la mesure où elle vivait loin de sa famille à plusieurs milles de son village natal. Elle était née à la campagne, mais sa mésaventure avait probablement eu lieu en ville."23

La migration à l'époque de l'urbanisation et de l'industrialisation

  • 24 Trois millions et demi (surtout des îles Britanniques) ont émigré en Australie et en Nouvelle-Zélan (...)
  • 25 A. Weber, The Growth of Cities in the Nineteenth Century, 1899, réimpression, 1965. Ithaca, New Yor (...)
  • 26 D. Baines, Migration in a Mature Economy : Emigration and Internal Migration in England and Wales, (...)

19Entre la chute de Napoléon et la première guerre mondiale, le continent européen connut un accroissement de plus en plus visible de la mobilité. Les Européens émigrèrent vers le Nouveau Monde. Cinquante-deux millions d'émigrés quittèrent l'Europe entre les années 1860 et 1914 dont, en gros, 37 millions (72 %) partirent pour l'Amérique du Nord et 11 millions (21 %) pour l'Amérique du Sud.24 En outre, les caractéristiques de la population se modifièrent. Après avoir atteint un maximum vers 1850, les populations rurales connurent une forte émigration vers les villes qui provoqua un nouveau bond du processus d'urbanisation. Vers les années 1900, plus de 20 % des Allemands et des Français, (et plus de la moitié des Anglais et des Gallois) vivaient dans des villes de plus de 20.000 habitants.25 Bien que la croissance des villes ne fût pas le résultat de la seule migration, le mouvement vers les villes provoqua une diminution de la proportion de la population rurale. Au cours de cette période à forte mobilité, les distances que franchissaient les femmes augmentèrent et leurs déplacements devinrent perceptibles dans les recensements lorsqu'elles se mirent à franchir les frontières administratives. Par conséquent, les différences entre les processus migratoires des hommes et des femmes devinrent mesurables et l'on constate qu'elles s'amenuisaient. Par exemple, en France, chaque génération du xixe siècle était plus mobile que la génération précédente et à partir de celles nées dans les années 1890, les femmes avaient une probabilité plus élevée que les hommes de quitter leur département natal (les femmes anglaises, leur comté).26

  • 27 Par exemple, cf. J. Bouvier, Mes mémoires ou 59 années d’activité industrielle, sociale et intellec (...)

20Les grandes migrations des années 1815-1914 ont conduit les spécialistes à insister sur les éblouissantes lumières des grands centres, sur les cheminées des villes industrielles et la fascination exercée par le Nouveau Monde. Toutefois, c'est la situation des campagnes qui constituait l'élément-clé de ces migrations. La campagne devint vulnérable parce qu'elle entretenait une population énorme et que, au xixe siècle, les crises se succédèrent, affectant les régions les unes après les autres. Ce fut l'effondrement d'une longue tradition agricole, la disparition des manufactures rurales, des désastres naturels ainsi que la restructuration des marchés avec l'arrivée du chemin de fer.27

  • 28 A. Kussmaul, Servants in Husbandry in Early Modern England, Cambridge, Cambridge University Press, (...)

21L'accroissement de la production agricole de commercialisation à grande échelle comme celle de la betterave, de la pomme de terre, des vignes et du blé entraîna une baisse de l'emploi dans le secteur rural. Un nombre accru de jeunes gens était engagé périodiquement pour récolter, tailler, desherber et labourer tandis que peu de paysans employaient des domestiques tout au long de l'année. Quelques femmes de la campagne se joignaient aux groupes des ouvriers agricoles qui travaillaient dans les grandes fermes de l'est de l'Angleterre et sur le continent. Elles cueillaient le houblon, arrachaient les betteraves et sarclaient les champs. Dans le sud de la France, des groupes de femmes allèrent dans la vallée du Rhône faire la cueillette des fleurs et des fraises.28

  • 29 Gullickson, op. cit. p. 190, chaps. 5-6.

22En même temps que l'emploi agricole devenait moins stable, les occasions de travailler dans l'industrie villageoise se firent plus rares et les salaires diminuèrent. La faillite des industries rurales face à l'automatisation obligea les femmes à chercher d'autres alternatives. L'exemple d'Auffay, village normand, spécialisé en filage, montre l'étendue des possibilités explorées. Tout d'abord, les femmes continuèrent à filer, travaillant de longues heures pour des salaires réduits. Ensuite, lorsque les rouets, mus par la force de l'eau, furent installés dans les parages, quelques femmes travaillèrent dans ces petites entreprises. Lorsque les usines de filage, désormais actionnées par la vapeur, développèrent leurs activités, elles provoquèrent une demande accrue de tissage fait à la main ; les femmes d'Auffay adoptèrent alors ce type de tissage traditionnellement réservé aux hommes. De plus, elles se mirent à cultiver de nouvelles sortes de fourrage qui nécessitaient beaucoup de travail. Elles travaillèrent aussi comme couturières, lorsque le tissu abonda sur les marchés. Malgré le soulagement qu'apportait chacune de ces solutions, les femmes d'Auffay pouvaient de moins en moins subvenir à leurs besoins en restant au village. La conséquence de la diminution du pouvoir d'achat créa un accroissement du nombre de femmes célibataires, d'enfants illégitimes et de femmes enceintes à leur mariage, car l'effondrement du tissage rural obligea les hommes à quitter la campagne, brisant ainsi des alliances et laissant derrière eux des femmes enceintes. Dans cette région longtemps tributaire du travail des femmes, les familles essayaient de retenir leurs filles au foyer.29

  • 30 M. Anderson, Family Structure in Nineteenth Century Lancashire, Cambridge, Cambridge University Pre (...)

23Cependant, pour beaucoup de villageoises, il était évident que le seul avenir possible résidait dans l'émigration. La plupart d'entre elles restaient cependant dans leur région natale. On a estimé que plus de la moitié des migrations en France, en Suisse, en Hollande et en Norvège, se fit à l'intérieur du département, de la province ou du canton. En cette période d'urbanisation, de nombreuses femmes partaient pour la ville.30

  • 31 Alter, op. cit., p. 18-19, 66-67; J. Jackson, Jr., "Migration in Duisburg, 1867-1890: Occupational (...)

24Les femmes célibataires, ainsi que les familles qui avaient des filles, avaient tendance à s'installer dans deux genres de villes. Il s'agissait tout d'abord de villes à industrie textile, comme par exemple Verviers en Belgique, Roubaix dans le nord de la France, Preston dans le Lancashire et Wuppertal en Allemagne de l'ouest, villes qui attiraient les jeunes femmes et leurs familles, parce qu'elles offraient un salaire relativement bon.31 Par ailleurs, les centres commerciaux et administratifs, où les populations de classe moyenne en expansion recherchaient des domestiques, attira tout particulièrement les femmes. Pour les nouvelles venues, cet emploi offrait l'avantage d'être logé, nourri et de jouir d'un cadre familial. A la fin du siècle, plus de 90 % des domestiques à Berlin, à St. Petersbourg et à Paris, étaient des immigrantes. De plus, les villes avaient besoin d'employés pour les multiples services urbains et de milliers de modistes pour les travaux d'aiguille. Par conséquent, la plupart des villes (à l'exception des centres métallurgiques et des mines de charbon) hébergaient plus de femmes que d'hommes.

  • 32 S. Akerman, ’Towards an Understanding of Emigrational Processes", Human Migration: Patterns and Pol (...)

25L'émigration outre-mer concerna les femmes de tous les pays d'Europe, mais le phénomène de la migration féminine était plus évident en Irlande, en Allemagne, en Italie et en Scandinavie, où les familles recevaient des lettres qui encourageaient les femmes aussi bien que les hommes à émigrer. Ce fut particulièrement le cas en Irlande où les occasions de se frayer un chemin dans l'existence ou de se marier étaient entravées par les coups successifs portés par le déclin de la production textile et le ravage de la maladie de la pomme de terre. Les chances d'émigrer étaient plus fortes là où la pauvreté et la croissance de la population se combinaient avec une tradition d'émigration. J.D. Gould a remarqué que la métaphore de "la fièvre de la migration" était très appropriée parce qu'elle est susceptible de communiquer une certaine excitation psychologique et, encore plus important, elle est transmise par contact personnel.32

  • 33 Les statistiques sont de l’année 1910. D. Gabaccia, "Women of the Mass Migrations: From Minority to (...)

26Parce que les contacts personnels qui amenèrent les femmes à quitter l'Europe pour le Nouveau Monde étaient relativement visibles, les historiens ont insisté sur le fait que les femmes avaient émigré en tant qu'épouses, fiancées, filles, sœurs, devant rejoindre leurs maris, fiancés, ou quelque autre membre de la famille. Bien que l'appui familial fût important pour les émigrées, il faut aussi rappeler que la plupart des émigrantes célibataires projetaient de travailler. Le travail apparaissait aussi nécessaire aux membres célibataires des familles migrantes qu'il l'était pour les migrants individuels. En ce qui concerne les femmes, ce ne sont pas uniquement des Irlandaises venues nombreuses aux Etats-Unis comme adultes célibataires qui réclament une activité, mais également des migrantes moins "indépendantes". Ainsi, 41 % des Allemandes et parmi elles 78 % des célibataires adultes déclarèrent qu'elles avaient un emploi à leur arrivée aux Etats-Unis. Pour les Irlandaises, ces deux proportions s'élèvent à 80 % et à 98 %. Les activités des émigrées étaient les métiers habituels des femmes dans le service ménager et les travaux à l'aiguille.33

Conclusion

27Les articles de ce Cahier soulèvent la question : "La migration est-elle une réaction universelle à une situation de crise ?," ma présente contribution propose deux réponses.

28Premièrement, la migration est une réaction aux crises parmi d'autres. Lorsqu'au xixe siècle, l'économie des campagnes européennes s'effondra, nombre de femmes restèrent sur place, dans la misère, et cherchèrent de nouveaux moyens de gagner leur vie chez elles, plutôt que d'émigrer. Deuxièmement, l'émigration lointaine n'était pas le seul type de départ : la plupart des Européens se déplacèrent dans un bourg ou un village voisin ou dans une grande ville de leur propre pays plutôt que d'aller à l'étranger. Finalement, bien que la migration constituât une réponse fréquente aux crises, la décision du départ et le choix du lieu de destination dépendait en grande partie des réseaux de relations et de renseignements qui sous-tendaient et organisaient les déplacements.

Notes

1 A. Chatelain, « Migration et domesticité féminine urbaine en France, xviiie-xxe siècles », Revue d’histoire économique et sociale, 47, 1969, p. 506-528 ; M.-J. Mouillon, « Un exemple de migration rurale : de la Somme dans la capitale : domestique de la Belle Epoque à Paris (1904-1912) », Etudes de la région parisienne, 44, 1970, p. 1-9.

2 Pour une histoire générale, cf. L.P. Moch, Moving Europeans : Migration in Western Europe since 1650, Bloomington, Indiana, Indiana University Press, à paraître en 1992.

3 Cf. les articles de L. Fontaine, G. Bœtsch, et D. Bley.

4 G. Alter, Family and the Female Life Course: The Women of Verniers, Belgium, 1849-1880, Madison, Wisconsin, University Press, 1988, chap. 5; R.G. Fuchs and L.P. Moch, "Pregnant, Single, and Far from Home: Migrant Women in Nineteenth Century Paris", American Historical Review, 95, 1990, p. 1007-1031; L. Tilly, J. Scott and M. Cohen, "Women’s Work and European Fertility Patterns", Journal of Interdisplinary History, 6, 1976, p. 447-476.

5 Bertaux, "The Life History Approach to the Study of Internal Migration", Oral History, 7, 1979, p. 28; J. Nolan, Ourselves Alone: Women’s Emigration from Ireland, Lexington, Kentucky, University Press of Kentucky, 1989, chap. 3; P. Ogden, "Industry, Mobility and the Evolution of Rural Society in the Ardèche in the later Nineteenth and Early Twentieth Centuries", in Migrants in Modern France, London, Unwin Hyman, 1989, p. 118-141.

6 L. Tilly and J. Scott, Women, Work and Family, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1978.

7 J. Nolan, op. cit., p. 1-3.

8 M. Granovetter, "The Strength of Weak Ties", American Journal of Sociology, 78, 1973, p. 1360-1380; L. P. Moch and R.G. Fuchs, "Getting Along: Poor Women’s Networks in Nineteenth-Century Paris", University of Michigan-Flint and Arizona State University, 1991.

9 Peter Clark, "Migration in England during the Late Seventeenth and Early Eighteenth Centuries", Past and Present, 83, 1979, p. 64-67.

10 E. Todd, The Explanation of Ideology: Family Structures and Social Systems, Londres, Basil Blackwell, 1985, p. 19-20.

11 R. Schofield, ""Age-specific Mobility in an Eighteenth-Century Rural English Parish", Annales de démographie historique 1970, p. 261-274.

12 D. Gaunt, "Pre-Industrial Economy and Population Structure", Scandinavian Journal of History 2, 1977, p. 194-198; J. Hajnal, ’Two Kinds of Pre-Industrial Household Formation System", in Family Forms in Historic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 94; A. Kussmaul, Servants in Husbandry in Early Modem England, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 49-59; Schofield, op. cit.; E. Todd, "Mobilité géographique et cycle de vie en Artois et en Toscane au xviiie siècle", Annales, E.S.C., 30, 1975, p. 726-744.

13 J.-P. Bardet, Rouen au xviie et xviiie siècles : Les mutations d’un espace social, Paris, Société d’Edition d’Enseignement supérieur, 1983, V. I, p. 211 ; P. Clark and P. Slack, English Towns in Transition, 1500-1700, London, Oxford University Press, 1974, p. 119 ; S. Hochstadt, "Migration in Preindustrial Germany", Central European History 16, 1983, p. 195-224 ; J.P. Poussou, Bordeaux et le sud-ouest au xviiie siècle, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1983, chap. 3 ; M. Terisse, "Méthode de recherches démographiques en milieu urbain ancien (xviie-xviiie)", Annales de démo­graphie historique, 1974, p. 249-262.

14 J. de Vries, European Urbanization, 1500-1800, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1984, chaps. 9, 10 ; R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du xive au xviiie siècle, Louvain, Publications Universitaires de Louvain, 1955, vol. 2, p. 183-191, 195-199, 218-222.

15 V.B. Elliot, "Single Women in the London Marriage Market: Age, Status and Mobility", in Marriage and Society, London, Europa Publications, 1981, p. 86-100.

16 A.-L. Head, "Quelques remarques sur l’émigration des régions préalpines", Revue Suisse d’Histoire, 29, 1979, p. 181-193; S. Hochstadt, "Migration and Industrialization in Germany, 1815-1977", Social Science History, 5, 1981, p. 448-450; D. Souden, "Movers and Stayers in Family Reconstruction Populations, 1660-1890", Local Population Studies, 33, 1984, p. 20-24.

17 R. Braun, "Early Industrialization and Demographic Change in the Canton of Zurich", in Historical Studies of Changing Fertiliy, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 302-310.

18 L. Berkner, Family, Social Structure, and Rural Industry: A comparative Study of the Waldviertel and the Pays de Caux in the Eighteenth Century, Ph.D. diss., Harvard University, 1973, p. 369-370, 283-291; G. Gullickson, Spinners and Weavers of Auffay: Rural Industry and Sexual Division of Labor in a French Village, 1750-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 16, 134. 136, 153-154; M. Gutmann, Toward the Modem Economy: Early Industry in Europe, 1500-1800, New York, Knopf, 1988, chaps. 5-6; D. Levine, Family Formation in an Age of Nascent Capitalism, New York, Academic Press, 1977, p. 36-41.

19 Berkner, op. cit., p. 154-160-Gullickson, loc. cit., p. 133-134, 178-179.

20 de Vries, op. cit., p. 68-69. 3 Cf. les articles de L. Fontaine, G. Bœtsch, et D. Bley.P. 11

21 P. Hohenberg and L. Lees, The Making of Urban Europe, 100-1950, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1985, p. 130.

22 E. Shorter, "Illegitimacy, Sexual Revolution, and Social Change in Modern Europe", Journal of Interdisciplinary History, 2, 1971, p. 262-272.

23 O. Hufton, The Poor of Eighteenth-Century France, Oxford, Clarendon Press, 1974, p. 324; J. Depauw, "Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle", Annales, E.S.C., 27, 1972, p. 1155-1181; C. Fiarchilds, "Female Sexual Attitudes and the Rise of Illegitimacy: A Case Study", Journal of Interdisciplinary History 8, 1978, p. 627-667; A. Lottin, "Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au xviiie siècle", Revue d’histoire moderne et contemporaine, 17, 1970, p. 278-332; Poussou, op. cit., p. 152-164; Tilly, Scott and Cohen, op. cit., p. 235-276.

24 Trois millions et demi (surtout des îles Britanniques) ont émigré en Australie et en Nouvelle-Zélande. M. Môrner and H. Sims, Adventurers and Proletarians: The Story of Migrants in Latin America, Paris: UNESCO, 1985, p. 47.

25 A. Weber, The Growth of Cities in the Nineteenth Century, 1899, réimpression, 1965. Ithaca, New York, Cornell. University Press, frontispice.

26 D. Baines, Migration in a Mature Economy : Emigration and Internal Migration in England and Wales, 1961-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 235-237, 285-298 ; Y. Tugault, La mesure de la mobilité : Cinq études sur les migrations internes, Paris, I.N.E.D., 1973, p. 36.

27 Par exemple, cf. J. Bouvier, Mes mémoires ou 59 années d’activité industrielle, sociale et intellectuelle d’une ouvrière, 1876-1935, Paris, Maspero, 1983, p. 35-96.

28 A. Kussmaul, Servants in Husbandry in Early Modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. chap. 7; J. Sloma, From Servdom to Self-Government: Memoirs of a Polish Village Mayor, 1842-1927, London, Minerva, 1941, p. 57.

29 Gullickson, op. cit. p. 190, chaps. 5-6.

30 M. Anderson, Family Structure in Nineteenth Century Lancashire, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 37; L.P. Moch, Paths to the City: Regional Migration in Nineteenth-Century France, London, Sage Publications, 1983, p. 89; W. Sewell, Jr., Structure and Mobility: The Men and Women of Marseille, 1820-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 162, 171; Weber, op. cit., p. 249-255; P. White, "Migration in Later Nineteenth- and Twentieth-Century France: The Social and Economic Context", Migrants in Modern France, p. 17-22.

31 Alter, op. cit., p. 18-19, 66-67; J. Jackson, Jr., "Migration in Duisburg, 1867-1890: Occupational and Familial Contexts", Journal of Urban History, 8, 241-248; W. Köllmann, ’The Population in Barmen before and during the Period of Industrialization", Population in History: Essays in Historical Demography, London, Edward Arnold, 1965, p. 596-598; M. Raman, "Mesure de la croissance d’un centre textile: Roubaix de 1789-1913", Revue d’histoire économique et sociale, 51, 1973, p. 473.

32 S. Akerman, ’Towards an Understanding of Emigrational Processes", Human Migration: Patterns and Policies, Bloomington, Indiana, Indiana University Press, 1975, p. 303; J. D. Gould, "European Inter-Continental Emigration: The Role of ’Diffusion’ and ’Feedback’", Journal of European History, 9, 1980, p. 304.

33 Les statistiques sont de l’année 1910. D. Gabaccia, "Women of the Mass Migrations: From Minority to Majority, 1820-1930", Global Moves, Local Contexts: European Migrants in International Perspective, à paraître.

Auteur

Historienne, Department of History, University of Michigan, Flint, U.S.A.

Imane A. Hakam (Traducteur)
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search