Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Modèles explicatifs et logique des migrations

L'approche archéologique des migrations

Le cas de la néolithisation de l'Europe de l'Ouest

Alain Gallay

Texte intégral

1La question des migrations préhistoriques a soulevé et soulève encore de très nombreuses discussions au sein de la communauté scientifique car les faits matériels dont dispose l'archéologue ne sont pas toujours explicites en la matière (Gallay 1990). Les interrogations portent alors sur les critères permettant d'identifier d'éventuelles ruptures de peuplement dont l'origine pourrait se situer dans des mouvements de populations et sur l'importance démographique réelle de ces changements.

2Le cas de la néolithisation de l'Europe est à ce titre exemplaire et témoigne clairement des difficultés rencontrées par l'archéologue dans ses tentatives d'écrire une "histoire des peuples".

Le contexte de la néolithisation de l'Europe

3L'idée que l'apparition de l'agriculture et de l'élevage et des premières communautés paysannes en Europe, processus engagé dès la fin du VIIIe millénaire avant J.-C, a été un mécanisme induit de l'extérieur et que ces transformations trouvent leur origine dans le Néolithique du Proche-Orient repose sur quelques évidences archéologiques.

4Données techniques. L'apparition de la céramique, puis de la métallurgie du cuivre en Europe accuse un certain retard par rapport aux innovations du Proche-Orient. Ce décalage reste pourtant faible à l'échelle des temps préhistoriques. Nous pouvons donc admettre l'existence d'un lien historique entre les deux phénomènes, même si l'on insiste actuellement, à juste titre, sur l'originalité des développements techniques européens (Renfrew 1983).

5Données économiques. L'économie céréalière européenne est d'origine exogène. Les blés et les orges cultivés par les premiers paysans européens ont été "inventés" au Proche-Orient et sélectionnés à partir de souches sauvages qui n'existent, à l'état naturel, que dans cette région. Le cas de l'élevage est plus complexe. Chèvres et moutons, on en est certain aujourd'hui, ont été importés. Les bovidés et les suidés ont par contre certainement profité de l'apport des souches sauvages locales, auroch et sanglier, qui se trouvent partout présentes en Europe à l'état naturel.

6Données génétiques. Les différences génétiques globales des populations européennes actuelles constatées au niveau des facteurs sanguins et immunologiques sont plus probablement le reflet de l'histoire du peuplement que de facteurs sélectifs (Menozzi, Piazza et Cavalli-Sforza 1978, Sanchez-Mazas 1990). Le gradient de variation orienté nord-ouest/sud-est a été expliqué dans le cadre de ce processus de néolithisation.

7Données linguistiques. L'origine extra-européenne des langues indo-européennes est postulée par tous les linguistes bien qu'il n'existe aucun consensus sur le lieu d'origine exact de la protolangue source et sur l'époque à laquelle il faut situer la diffusion de cette dernière en Europe. L'une des hypothèses retenue corrèle justement ce phénomène avec la néolithisation (Renfrew 1990).

8Il ne fait donc aucun doute que la néolithisation de l'Europe a été étroitement dépendante des développements historiques qui ont affecté le Proche-Orient entre 10.000 et 6000 av. J.-C. Les mécanismes en cause sont néanmoins d'une extrême complexité et les faits mobilisés souvent ambigus, ainsi :

  • Sur le plan technique on admet actuellement que des groupes de chasseurs-cueilleurs locaux peuvent avoir une céramique originale qui leur est propre et de nombreux chercheurs ont insisté sur l'autonomie de certains centres européens comme les Balkans et la Péninsule Ibérique dans les premiers développements d'une métallurgie du cuivre.

  • Sur le plan économique la propagation de l'agriculture et de l'élevage peut tout aussi bien être liée à un front pionnier impliquant des déplacements de populations, qu'à un simple phénomène de diffusion.

  • Sur le plan génétique plusieurs modèles permettent d'expliquer, nous le verrons, le gradient géographique observé.

  • Enfin sur le plan linguistique les lieux d'origine et les dates de diffusion de l'Indo-européen ne coïncident pas obligatoirement avec la dynamique historique proche-orientale puisque l'on a pu mettre en relation ce phénomène avec des transformations historiques beaucoup plus récentes dont le lieu d'origine se situe dans les steppes nord-pontiques (Gimbutas 1979).

Un phénomène d'une grande complexité

9En 1988, trois colloques sur la néolithisation de l'Europe se tenaient successivement à Strasbourg (Mésolithique et néolithisation : 1991), à Brescia (Biagi 1990) et à Liège (Cahen et Otte 1990). La somme des connaissances réunies est considérable et renouvelle fondamentalement notre compréhension de la néolithisation du continent. Ces travaux peuvent nous servir de point de départ dans notre discussion.

10Les néolithiciens nous avaient habitués à une vision simple et confortable de la néolithisation de l'Europe à partir du Proche-Orient. Au nord, le long de l'axe danubien, les paysans néolithiques de la civilisation de la Céramique rubanée avaient progressivement colonisé les zones loessiques négligées par les populations locales de chasseurs-cueilleurs en développant, des Balkans à la côte atlantique, un front pionnier homogène et dynamique. En Méditerranée, au contraire, les composantes du Néolithique, agriculture, élevage, céramique, avaient diffusé progressivement et parfois indépendamment les unes des autres, au sein même des populations mésolithiques locales. Le Néolithique de la Céramique cardiale pouvait se concevoir comme le résultat d'un processus d'acculturation, sans apport important de populations étrangères. Ces deux "courants" restaient totalement étrangers l'un à l'autre, puisqu'il fallait attendre plusieurs siècles, et le Néolithique dit "moyen", pour voir les descendants des premiers néolithiques danubiens et méditerranéens se rencontrer pour faire l'unité de l'Europe agricole.

11Les trois volumes précités témoignent du caractère radical des remises en question de ce trop simple modèle historique. L'opposition postulée entre courant méditerranéen et danubien perd en effet sa netteté sous la pression des découvertes et nous pouvons considérer aujourd'hui que la néolithisation s'est conformée à des processus étonnamment comparables sur tout l'ensemble de l'Europe.

12Aussi est-il justifié de proposer ici une présentation commune des acquis les plus récents en réunissant les données propres aux deux grands courants du Néolithique ancien. A tout prendre ces derniers possèdent de très nombreuses caractéristiques communes. De plus l'isolement des deux zones géographiques n'était que le reflet d'une illusion. Dès l'origine de nombreuses interactions sont en effet décelables à travers de multiples indices de contacts. Toutes les datations seront données ici en années solaires calibrées.

Le poids du substrat mésolithique

13L'évolution des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique récent doit être prise en considération dans notre compréhension de la néolithisation. Ces populations locales présentent en effet une évolution très significative. La fin du Mésolithique paraît en effet marquée par une croissance démographique importante. Si les groupes paraissent plus restreints, ils sont incontestablement plus nombreux.

14La rapidité de diffusion de certaines techniques de travail de la pierre et de certains types d'outils (trapèzes, lames Montbani) témoignent des très nombreuses interactions liant, de proche en proche à travers toute l'Europe, ces diverses populations. Cette situation pourrait expliquer la diffusion très rapide de certains traits néolithiques isolés au sein des populations de chasseurs. Cette réceptivité potentielle paraît être un paramètre important de la compréhension de la néolithisation.

15L'évolution des conditions climatiques, et les transformations écologiques qui en ont découlé, ont également joué un rôle important dans l'évolution des populations de chasseurs.

16Le développement de la forêt atlantique semble avoir contraint ces dernières à modifier leurs stratégies de subsistance en concentrant leurs territoires de prédation dans les zones les moins boisées. Deux exemples feront mieux comprendre ce phénomène. Cette préférence pour les territoires les plus ouverts est confirmée dans les Alpes sur toute l'étendue de l'évolution du Mésolithique. On assiste en effet, depuis l'Épipaléolithique, à une montée progressive des camps de chasse secondaires en altitude (les camps de base restant liés aux basses altitudes) parallèlement au développement du couvert forestier aux altitudes les plus faibles. Les zones d'altitude, trop boisées, sont par contre abandonnées dès le début du VIe millénaire avant J.-C, soit sept siècles avant l'apparition des premiers signes de néolithisation, pour un repli général vers le fond des vallées. En Bretagne les chasseurs du Mésolithique final se concentrent sur les côtes, où se développera par la suite le premier Néolithique, et semblent déserter les zones forestières de l'intérieur.

17Enfin certains auteurs admettent que les régions les plus riches en ressources naturelles et possédant les gradients écologiques les plus variés ont pu jouer un rôle de frein dans la néolithisation. Le cas du Danemark et des forêts de l'Europe du nord est exemplaire (en dehors du problème de l'adaptation des céréales à des cycles végétatifs plus courts). Les Alpes auraient pu jouer un rôle semblable. Dans ces circonstances, le passage à l'agriculture n'était pas une alternative nécessaire. Le développement d'une agriculture précoce dans des zones écologiquement peu diversifiées comme les loess d'Europe centrale est le corollaire de cette proposition.

Un Néolithique par colonisation

18La plupart des auteurs s'accordent entre eux pour admettre que la néolithisation est due à l'arrivée de nouvelles populations et qu'il s'agit du résultat d'une colonisation. L'importance réelle de cette vague démographique reste par contre, nous le verrons, sujette à de violentes controverses. Les arguments avancés en faveur d'une colonisation sont nombreux et variés. Le premier, et peut-être le plus important, concerne l'originalité des industries lithiques néolithiques.

19La persistance des industries lithiques mésolithiques dans le Néolithique méditerranéen avait été l'un des principaux arguments proposés en faveur de la thèse de l'acculturation. La façon d'apprécier le phénomène semble avoir aujourd'hui notablement évolué.

20On admet en effet que les modules de débitage sont différents avec la perte de la technique du microburin et des produits de plus grandes dimensions ; la typologie des outils s'appauvrit. Les lames de faucilles remplacent les microlithes géométriques servant d'armatures de flèche.

21Les emprunts aux techniques mésolithiques restent rares. Si les flèches triangulaires du Rubané s'inspirent clairement de prototypes mésolithiques, ces dernières sont de facture proprement néolithique et n'ont pas été taillées par des chasseurs locaux. Nous reviendrons sur l'interprétation historique de ce phénomène apparemment très général à l'échelle de l'Europe, qui témoigne évidemment d'un changement radical d'ordre fonctionnel (le passage de la chasse à l'agriculture), car son interprétation en terme de rupture de peuplement ne va pas de soi.

22La rupture entre le Néolithique et le substrat mésolithique apparaît d'autre part clairement dans de nombreux contextes. On avait insisté depuis longtemps sur l'homogénéité des traditions culturelles du Rubané en opposant cette situation à celle de la Méditerranée. Or, malgré l'évidente variabilité des céramiques cardiales, l'évolution stylistique de ces dernières semble se conformer à un schéma très général et unitaire dans l'ensemble de la Méditerranée occidentale. Dans plusieurs régions, comme en Dalmatie et au Portugal, les habitats néolithiques sont très clairement séparés des emplacements occupés par les mésolithiques. Lorsque, comme dans certaines régions du Dauphiné ou du Jura, les Néolithiques réoccupent des abris sous roches mésolithiques, ce n'est toujours qu'après une période d'abandon et selon des modalités qui témoignent de stratégies de subsistance totalement différentes. Aux traces d'une occupation quasi continue succèdent des vestiges plus limités témoignant d'occupations plus sporadiques et "légères" en relation avec l'élevage ou avec des activités de chasse sporadiques.

23Alors que l'on pouvait proposer encore récemment de voir à l'origine du front pionnier rubané une population mésolithique locale originaire des régions hongroises (Gallay 1989), la genèse du Rubané est mise actuellement en relation directe avec les cultures néolithiques balkaniques de Starçevo et Vinça et ne présente apparemment aucune connexion avec le substrat mésolithique. Il ne semble donc pas possible d'admettre dans cette zone de rupture des caractéristiques culturelles néolithiques, et à l'origine du grand courant rubané, une quelconque participation des populations locales de chasseurs. L'étude des circuits d'approvisionnement en silex dans le Rubané d'Europe centrale témoigne du reste d'un très bas niveau d'adaptation aux ressources locales de matières premières, comme on peut s'y attendre d'une population étrangère connaissant mal le milieu. Cette situation ne se retrouve pourtant pas plus à l'ouest, en Belgique, où les rubanés paraissent avoir une meilleure connaissance des ressources utilisées par les populations locales. Signalons enfin la présence de sites rubanés temporairement fortifiés qui pourraient s'expliquer par l'insécurité ressentie par les nouveaux arrivants face aux populations locales, bien que d'autres explications soient également plausibles.

Des sociétés agricoles ne représentant qu'une faible charge sur l'environnement

24D'une manière générale les nouveaux arrivants ne paraissent pas avoir entraîné de profondes modifications de l'environnement naturel. Si l'apparition de l'agriculture et/ou de l'élevage est facilement décelable dans les analyses polliniques, la charge humaine sur l'environnement paraît avoir été, dans un premier temps, relativement faible. Cette situation est peut-être un argument en faveur du caractère démographiquement limité des premières migrations.

25En Méditerranée l'apparition du Cardial ne paraît pas avoir entraîné d'importantes modifications de la végétation, les premiers établissements étant essentiellement côtiers. En Ligurie aux environs de 5500 av. J.-C. la chasse complète les ressources d'un élevage encore limité ; il faudra attendre le IVè millénaire pour voir se développer un élevage transhumant intensif.

26En bordure méridionale des Alpes aucune influence notable sur la végétation n'est décelable avant la fin du Vè millénaire alors que le premier Néolithique de la région se situe vers 5000 av. J.-C. Sur la côte atlantique de l'Europe, dans le sud-ouest de la France, la Néolithisation intervient dans un contexte forestier stable ne présentant aucune modification de la chênaie. Dans le bassin du Danube les modèles économiques proposés insistaient sur les riches potentialités des terres lœssiques choisies par les Rubanés. Cette position paraît devoir être revue. Une étude pédologique des sols limoneux de Belgique, occupés au Néolithique ancien, montre en effet qu'il s'agit de sols pauvres de très faible productivité céréalière, situation impliquant une agriculture itinérante. Cette image apparaît en contradiction avec les modèles de sédentarisation proposés ces dernières années pour cette civilisation (Modderman 1970).

Mais une organisation technoéconomique déjà complexe

27Faible charge sur l'environnement ne signifie pas obligatoirement organisation technoéconomique simple. On nous avait habitués à voir dans les sociétés du Néolithique ancien de petites communautés d'autosubsistance isolées ne présentant aucune différenciation sociale de la production. Cette vision paraît aujourd'hui quelque peu dépassée. En Méditerranée et dans les Alpes les problèmes soulevés par la transhumance des troupeaux d'ovins se posent dès le Néolithique ancien. La question de la mise en place d'un élevage itinérant, qui est l'un des fondements des économies traditionnelles européennes, est donc présent dès cette époque, même s'il s'agit encore d'un développement limité. Dans la sphère rubanée le travail de la pierre révèle de son côté un haut degré de complexité, tant au niveau des circuits d'approvisionnement que du point de vue d'une certaine spécialisation dans le débitage et la fabrication des outils au niveau intra- ou intervillageois. La collaboration et l'intégration de plusieurs unités villageoises paraissent également nécessaires à la construction des enceintes fortifiées des villages rubanés, dont l'organisation défensive excède nettement les capacités et les ressources des unités familiales locales.

Contacts entre les sociétés agricoles et les derniers chasseurs

28Le problème des contacts entre Néolithiques et Mésolithiques constitue un thème central des réflexions sur la néolithisation, mais les faits probants restaient à ce jour très limités. De nouvelles observations tendent désormais à clarifier la situation. Plusieurs points entrent en ligne de compte.

Absence de tendances propres à la Néolithisation chez les chasseurs

29Les sociétés mésolithiques ne témoignent apparemment d'aucune tendance propre à la néolithisation en dehors des éléments empruntés aux communautés agricoles contemporaines situées à leur voisinage. En Méditerranée l'existence d'une protoagriculture originale portant sur des légumineuses peut être remise en question car ces plantes, tout comme l'ensemble des céréales, sont originaires du Proche-Orient et n'ont pas de racines locales. Il n'existe pas de preuve certaine de la présence du mouton domestique antérieure à la première néolithisation de la Méditerranée occidentale, même si cette espèce apparaît dans des contextes étrangers à la céramique cardiale. De même le Mésolithique tardif du nord de la France ne présente aucune tendance évolutive propre vers les techniques productrices, comme le montrent les rares sites où la faune est conservée.

Composantes néolithiques isolées hors des zones Néolithisées

30Les cas de découvertes d'éléments néolithiques isolés hors des contextes occupés par les premières communautés villageoises agricoles se sont par contre multipliés ces dernières années. Sont alors concernées aussi bien des caractéristiques techniques comme la poterie, que des caractéristiques économiques, céréales ou animaux domestiques.

31Le caractère très nettement expansif des composantes culturelles rattachables au Néolithique ancien méditerranéen est actuellement clairement affirmé par plusieurs néolithiciens. Nous retrouvons en effet ces dernières jusque dans le Bassin parisien. La situation présente dans cette région et en Belgique reste pourtant quelque peu ambiguë. Les caractères d'origine méridionale comme les bracelets en schiste-ou certains décors céramiques se retrouvent en effet seulement dans des ensembles totalement néolithisés tels que le Villeneuve-Saint-Germain ou le Blicquy et non en contexte mésolithique. Enfin rappelons que les botanistes s'accordent à attribuer une origine méditerranéenne au Triticum aestivum compactum et au Papaver somniferum découverts, en faible quantité, en contexte danubien.

32Nous retrouvons le même phénomène au niveau des composantes du Rubané, mais, semble-t-il, à une échelle plus limitée.

33L'ensemble de ces composantes reste pourtant d'interprétation délicate sur le plan de l'histoire du peuplement, car il est souvent difficile de dire si nous avons affaire aux traces d'une certaine progression des agriculteurs ou à celles de la première acculturation des chasseurs.

Occupation des zones archéologiquement marginales par les agriculteurs

34Les cas incontestables de sites occupés temporairement par des agriculteurs dans des zones écologiquement marginales restent relativement rares. Sur la côte ligure certains abris d'altitude témoignent de l'incorporation précoce de l'élevage dans des activités de chasse peu spécialisées. Certains sites de la fin du Vè millénaire dans les Alpes françaises du nord pourraient être interprétés de la même manière.

35La fréquentation des abris d'altitude situés au-dessus de la limite supérieure de la forêt semble commencer en Valais dès le Néolithique ancien. Plusieurs sites en abris sous roches présentant des éléments rattachables au Rubané récent dans les karsts souabo-franconiens, de Thuringe, de Bohème et de Moravie pourraient être interprétés dans ce sens et témoigner du développement des activités d'élevage des bovidés dans des zones impropres aux cultures.

Cas documentés de coexistence entre chasseurs et agriculteurs

36Les cas de ce type restent rares car ce type de démonstration doit reposer sur un corpus de datation C14 ne se prêtant à aucune critique, situation très rarement réalisée.

37Le modèle le plus clair et incontestablement le plus démonstratif présenté à ce jour est sans conteste le cas espagnol où l'on peut clairement opposer le site totalement néolithique de la Cova del Or et le site de la Coccina occupé par des chasseurs en cours de néolithisation. L'imbrication des peintures rupestres macroshématiques d'origine cardiale et des sujets animaliers de l'art mésolithique levantin apporte du reste à ce modèle l'éclatante confirmation de cette coexistence.

38Au Portugal les sites néolithiques paraissent également contemporains des dernières phases d'occupation des amas coquilliers proprement mésolithiques. Nous retiendrons également sur la côte atlantique de la France la coexistence possible des Mésolithiques partiellement néolithisés du Retzien et du Cardial atlantique. Enfin dans l'aire danubienne la présence de tessons rubanés dans des horizons du Mésolithique tardif du nord du Jura signale la présence d'échanges liant cette région et les villages agricoles de la vallée du Rhin.

Céramiques produites par les Mésolithiques en contexte prédateur

39La reconnaissance de l'existence de céramiques proprement mésolithiques constitue certainement l'un des acquis les plus originaux de la recherche de ces dernières années. Ce phénomène dit de "céramisation des chasseurs", dont le caractère général n'a été reconnu que récemment, paraît très caractéristique des transformations induites par les Néolithiques en milieu mésolithique. En Méditerranée plusieurs sites de l'Aveyron et de l'Hérault ont livré une céramique non cardiale associée à des contextes mésolithiques. Ces horizons "céramisés" sont au moins aussi anciens que les plus anciens sites cardiaux.

40En zone atlantique une situation comparable pourrait exister dans les dernières phases d'occupation des amas coquilliers portugais, mais le cas le plus caractéristique est celui du Roucadourien dans le sud-ouest de la France qui se développe dans un contexte mésolithique en voie de néolithisation.

41Le même phénomène se retrouve dans le nord de l'Europe, entre Rhin et Manche, avec les céramiques dites du Limbourg et de la Hoguette, dont les formes originales rappellent, avec leurs fonds pointus, les céramiques du Subnéolithique nordique, mais dont les décors témoignent très clairement d'influences cardiales méditerranéennes.

42Roucadourien, céramiques de la Hoguette et du Limbourg forment désormais, avec les céramiques du Subnéolithique nordique, un ensemble cohérent témoignant de la capacité des chasseurs de maîtriser, dans certaines conditions, les techniques céramiques.

Emergence de groupes originaux pleinement Néolithisés dans les zones de contact entre Rubané et Cardial

43Un dernier point peut retenir notre attention dans le cadre des contacts établis entre Néolithiques et Mésolithiques. Il semble apparemment possible d'identifier aujourd'hui, dans les zones géographiques où influences danubiennes et méditerranéennes ont pu se superposer et s'imbriquer dès le Néolithique ancien, des groupes culturels originaux totalement néolithisés. Ces derniers, dont l'ascendance mésolithique paraît claire, présentent tous des traits méditerranéens et danubiens étroitement imbriqués.

44Le cas le mieux documenté, sinon le moins discuté, concerne les groupes de Blicquy en Belgique et de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin parisien, dont la position chronologique par rapport au Rubané n'est malheureusement pas fixée avec certitude. Malgré des structures d'habitations comparables aux constructions du Rubané, ces deux ensembles se démarquent clairement de cette civilisation danubienne par l'importance des traditions mésolithiques visibles dans l'outillage lithique, par l'influence cardiale décelée dans les décors céramiques, par la présence d'éléments originaires du sud-ouest comme les bracelets en schiste et par une occupation du territoire en rupture par rapport au modèle danubien. On peut donc se demander si cet ensemble hétérogène n'est pas le produit d'une acculturation locale.

45La même situation se retrouve en Italie du nord avec des groupes du Néolithique ancien tardif comme Vhò, Fiorano et Fagnigola dont les caractéristiques céramiques pourraient attester d'influences rubanées. L'ensemble des données réunies permet en effet de distinguer clairement ces groupes d'un Néolithique primaire comme le Cardial. L'industrie lithique présente des affinités mésolithiques ; faune domestique et faune sauvage sont représentées en pourcentages extrêmement variés suivant les sites. L'analyse territoriale des habitats du Friuli témoigne d'adaptations variables à l'environnement. Le poids des composantes prédatrices du Mésolithique final apparaît clairement dans la variété des niches écologiques occupées et l'importance accordée aux zones fluviales et palustres. L'image obtenue contraste clairement avec les situations décrites pour le Cardial et plus encore pour le Rubané à propos desquelles on insiste sur la monotonie des niches écologiques occupées, même si ces dernières présentent une certaine diversité naturelle interne. Cette variété est du reste confirmée par l'étude des sols polarisant l'activité agricole des sites du Néolithique ancien de la plaine du Pô.

46Enfin d'autres cas plus isolés, ou moins bien documentés, pourraient se rattacher au même phénomène, nous pensons à certains aspects du Néolithique ancien du Jura et au premier mégalithisme de Bretagne.

Rapidité de la transition Mésolithique-Néolithique

47D'une manière générale le passage du Mésolithique au Néolithique semble avoir été rapide et il paraît difficile d'admettre une longue persistance des sociétés de chasseurs parallèlement au développement des communautés agricoles.

48Notre jugement dépend naturellement du cadre géographique dans lequel on se place. A l'échelle de l'Europe de l'Ouest (îles britanniques et pays Scandinaves non compris) la période de confrontation débute avec l'installation du Néolithique ancien sur la côte méditerranéenne, disons vers 6800 av. J.-C. Les estimations les plus plausibles montrent d'autre part que les derniers chasseurs paraissent avoir totalement disparu à l'aurore du Néolithique moyen, vers 4500 av. J.-C.

49Cette rapidité de la transition reste donc toute relative puisque nous pouvons néanmoins compter sur des interactions couvrant une période globale de plus de deux millénaires. Notre vision des choses change radicalement lorsque l'on se place à l'échelle régionale. Si l'on admet qu'il existe encore des chasseurs en voie de néolithisation dans le Midi méditerranéen vers 5500 av. J.-C, la période des contacts chasseurs-agriculteurs pourrait couvrir dans cette région près d'un millénaire. Dans les Alpes du nord et dans le Jura le chevauchement entre Mésolithique et Néolithique se réduit à une période de 3 à 7 siècles, selon les estimations, lors de la période 5200-4500 av. J.-C, alors que le Néolithique ancien d'origine méditerranéenne semble déjà implanté dans le sud du Jura dès la fin du sixième millénaire, notamment à la grotte du Gardon près d'Ambérieu en Bugey (Jeunesse et alii 1991).

50Les données restent plus imprécises pour le Bassin parisien où les industries à trapèzes pourraient disparaître au début du cinquième millénaire, alors que l'installation des premières communautés agricoles remonte dans cette région à peu près à la même époque et que ces dernières sont légèrement plus anciennes en Belgique où les premiers établissements du Rubané se situent vers 5300-5200 av. J.-C.

51Les observations faisant état dans cette région d'une persistance des sociétés de chasseurs restent basées sur des données incertaines, notamment en Belgique. La transition pourrait avoir été très rapide dans cette zone.

52En Bretagne enfin un certain recouvrement pourrait exister entre le Mésolithique tardif, situé vers 4850-4450 av. J.-C, et le premier Néolithique mégalithique des tombes de Bamenez vers 4600 av. J.-C.

Discussion

53L'ensemble des informations actuellement disponibles permet de dégager trois acquis qui modifient considérablement notre compréhension de la néolithisation européenne :

  1. Les courants danubien et méditerranéen ne sont plus isolés, mais ont été au contact l'un de l'autre de façon très précoce.

  2. Dans cette confrontation le pouvoir expansif des composantes culturelles d'origine méditerranéenne paraît beaucoup plus affirmé que celui des composantes danubiennes, qui restent longtemps tributaires des zones loessiques où s'est exercée la colonisation primaire. Ces composantes pourraient même avoir atteint le nord de la France avant l'occupation rubanée. Ce décalage paraît clair dans le domaine jurassien ; il l'est peut-être moins dans le Bassin parisien.

  3. De cette situation nouvelle découle l'identification de zones tampons comme la Bretagne, le Bassin parisien, le Jura, l'Italie du nord et le sud-ouest de la Yougoslavie où pourraient se situer des processus d'acculturation originaux propres aux populations mésolithiques locales. Ces processus se démarqueraient clairement des phénomènes d'assimilation propres aux zones danubiennes et méditerranéennes de colonisation primaire.

54Une telle situation montre les difficultés d'une appréciation claire de l'importance démographique de la vague pionnière néolithique. Il n'est donc pas étonnant de voir apparaître de fortes divergences lorsqu'il s'agit d'apprécier le poids démographique des agriculteurs originaires du Proche-Orient par rapport aux chas-seurs-cueilleurs locaux.

551. A la suite d'Ammerman et Cavalli Sforza (1971, 1973 et 1984) plusieurs auteurs avaient admis la présence d'une "vague pionnière" occupant progressivement l'Europe. L'étude génétique des populations européennes actuelles pouvait apporter une certaine confirmation de l'importance relative de cette diffusion de population à partir du Proche-Orient en révélant l'existence d'un certain "gradient génétique" européen orienté sud-est/nord-ouest selon l'axe de diffusion du Néolithique. Nous nous étions nous-même fait l'écho de cette interprétation (Gallay 1989). On pouvait admettre dans ce cas qu'il n'y avait pas eu d'assimilation massive des chasseurs, mais plutôt dilution et disparition rapide des populations locales.

56Ajoutons dans cette perspective que les arguments de l'anthropologie physique restent à ce titre très ambigus. On sait que les populations du Néolithique ancien, très graciles sur le plan de la morphologie squelettique, diffèrent fondamentalement des populations mésolithiques d'affinité cromagnoïde beaucoup plus robustes, mais on sait également qu'une transformation de ce type, même très rapide, peut être due à des facteurs mésologiques tels que des changements de nutrition. Il n'est donc pas possible de tirer argument de ces observations pour apprécier l'importance relative des nouveaux arrivants. Des chercheurs comme Menk (1981) ont en effet depuis longtemps insisté sur la relation que l'on peut établir entre cette transformation de la structure du squelette et l'apparition d'un nouveau mode de vie basé sur une diète radicalement différente.

572. Au contraire plusieurs préhistoriens, généralement des mésolithiciens, se sont prononcés pour un modèle de stabilité démographique et ont minimisé le rôle joué par d'éventuelles populations étrangères. Selon ces derniers la rapidité de la progression du Néolithique en Europe est totalement incompatible avec une croissance démographique acceptable d'une population migrante pionnière puisqu'elle impliquerait, selon les estimations proposées, un doublement de la population tous les six mois ou tous les ans. On est donc obligé d'admettre un modèle d'acculturation polycentrique dans lequel les populations locales jouent un rôle dominant.

58Le bilan que l'on peut établir à la suite de cette réactualisation de notre vision de la néolithisation reste donc très nuancé. Nous pensons aujourd'hui qu'il n'est pas possible de proposer une évaluation acceptable du poids relatif des populations mésolithiques locales et des populations néolithiques d'origine proche-orientale dans la constitution de l'Europe d'aujourd'hui, et qu'il s'agit d'une question sans réponse, dans la mesure où l'on voudrait en proposer une démonstration scientifiquement acceptable.

59Nous rappellerons également que l'interprétation du gradient génétique européen actuel pose lui-même des problèmes puisque les auteurs de cette recherche considèrent eux-mêmes que trois modèles pourraient expliquer cette situation, dont seul le premier, qui fait appel à des pressions sélectives, peut être considéré comme inadéquat (Menozzi, Piazza et Cavalli Sforza 1978) :

  • Pression sélective différente aux deux extrémités d'une même population et gradient résultant d'une activité migratoire limitée.

  • Présence de deux populations distinctes opposées géographiquement et gradient résultant du mélange de ces deux populations.

  • Gradient résultant d'une migration récente originaire du Proche-Orient.

60Il se pourrait pourtant que nous puissions avancer dans la résolution de ce problème dans la mesure où nous pourrions répondre aux deux questions suivantes :

611. L'appréciation de la rapidité de la progression de la "vague néolithique" repose encore à ce jour sur des calculs et la simulation d'Ammerman et Cavalli-Sforza. Ces derniers datent des années soixante-dix, à une époque où l'on travaillait dans le cadre de la chronologie courte établie sur la base de datations C14 non calibrées. La progression du Néolithique était évaluée alors à 1 km/an ou 25km par génération à l'échelle de l'Europe, mais à 5,59km/an pour le bassin danubien (les données méditerranéennes étaient fondées sur des dates alors trop peu nombreuses). Il est donc indispensable de reprendre aujourd'hui l'évaluation de la rapidité de progression du Néolithique en prenant pour référence une chronologie longue fondée sur des datations calibrées en années réelles. Peut-être cette progression apparaîtra-t-elle alors moins rapide qu'admis actuellement.

62Il conviendra également de distinguer clairement les cas où l'on peut supposer, sur des bases archéologiques, des mouvement de populations qui seuls devraient entrer en ligne de compte, et les cas de simple diffusion générant des processus d'acculturation, puisque cela semble actuellement possible.

63Nous aimerions d'autre part avoir les avis des démographes sur les taux de croissance admissibles dans les populations agricoles traditionnelles en voie d'expansion.

642. Nous avons vu que l'identification d'une rupture de peuplement entre le Mésolithique et le Néolithique ne repose en dernier ressort que sur la reconnaissance d'un changement radical affectant les industries lithiques. Nous savons pourtant que ce changement répond à des impératifs fonctionnels : l'outillage de l'agriculteur ne peut être celui du chasseur. Nous retrouvons donc ici au niveau culturel l'opposition existant au niveau biologique entre facteurs sélectionnés par le milieu et facteurs non sélectionnés, seuls utilisables en histoire du peuplement. La question est-elle sans solution ? Nous n'en sommes pas si sûr puisque les recherches récentes permettent, semble-t-il, de distinguer un Néolithique par colonisation, d'un Néolithique par acculturation.

65La néolithisation de l'Europe est un cas historique exemplaire du pouvoir expansif des populations agricoles et une bonne illustration des "avantages" présentés par les sociétés de ce type, à descendance plus nombreuse, sur les populations de chasseurs. Nous savons que des dynamiques du même type peuvent être décrites en Afrique, en Asie ou en Amérique. Nous nous situons donc ici dans une position historique intermédiaire entre la très lente expansion des chasseurs du Paléolithique et les mouvements migratoires historiques beaucoup plus rapides, une façon comme une autre de constater l'accélération de l'histoire, à moins qu'il s'agisse d'un effet de perspective dû à la qualité de nos informations.

Bibliographie

Ammerman A.J., Cavalli-Sforza L.L.
1971 "Measuring the rate of spread of early farming in Europe",
Man, 6, 674-688.
1973 "A population model for the diffusion of early farming in Europe". In: Renfrew, C,
ed. The explanation of culture change: models in prehistory. Meeting of the research seminar in archaeology and related subjects (Univ. of Sheffield). Gloucester Crescent: Duckworth, 343-357.
1984
The neolithic transition and the genetics of population in Europe, Princeton, New Jersey: Princeton Univ. Press.

Biagi P.
1990
The Neolithisation of the alpine region, Int. round table (Brescia, 29 avr.-l may 1988). Brescia: Soc. editrice Vannini. (Museo civico di sci. nat., monografie di « Natura Bresciana » ; 13).

Cahen D., Otte M.
1990 Rubane et Cardial. Colloque (Liège, nov. 1988), Liège, Service de préhist. de l'Univ. (Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège ; 39).

Gallay A.
1989 "La place des Alpes dans la néolithisation de l'Europe", In : Aurenche, O., Cauvin, J., ed. "Néolithisations : Proche et Moyen Orient, Méditerranée orientale, Nord de l'Afrique, Europe méridionale, Chine, Amérique du Sud. Oxford" : British Archœol. Report. (BAR, intern, series; 516, archaeol. series; 5), 227-254.

Gallay A.
1990
L'espace ethnique : du côté du vivant, In : Gallay, A., ed. Peuples et archéologie. Cours d'initiation à la préhistoire et à l'archéologie de la Suisse, 6 (Genève, 1990) : résumé des cours. Bâle : Société suisse de préhistoire et d'archéologie, 27-45.

Gimbutas M.
1979 The three waves of the Kurgan people into old Europe, 4500-2500 B.C., In: Menk, R., Gallay, A., ed. Anthropologie et archéologie : le cas des premiers âges des Métaux. Symposium (Sils-Maria, 25-30 sept. 1978). "Archives suisses d'anthropologie générale" (Genève), 43, 2, 113-137.

Jeunesse C, Nicod P.-Y., Van Berg P.-L., Voruz, J.-L.
1991 "Nouveaux témoins d'âge Néolithique ancien entre Rhône et Rhin", Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d'archéologie, 74, 43-78.

Menk R.
1981 Anthropologie du Néolithique européen : analyse multivariée et essai de synthèse. Genève : Département d'Anthropologie de l'Université (Thèse, Université de Genève ; 1973).

Menozzi P., Piazza A., Cavalli-Sforza L.
1978 "Synthetic maps of human gene frequencies in Europeans", Science, 201, sept., 786-792.

Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes.
1991 Congrès national des Sociétés savantes, 113. Commission de Pré et Protohistoire (Strasbourg, 5-9 avril 1988). Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques

Modderman P.J.R., Newell R.R., Brinkman E.J., Bakels C.C., collab. 1970 Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, 3 vol. Gravenhage, Staatsuitgeverij, (Nederlandse Oudheden ; 3).

Renfrew, C. et Braudel, P., trad.
1983 Les origines de l'Europe : la révolution du radiocarbone (traduction de "Before civilization", 1973), Paris, Flammarion, (Nouvelle bibliothèque scientifique).

Renfrew C. et Miech-Chatenay M., trad.
1990 L'énigme indo-européenne : archéologie et langage (traduction de Archaeology and language, the puzzle of Indo-Europeans origins, 1987), Paris, Flammarion.

Sanchez-Mazas A.
1990 Polymorphisme des systèmes immunologiques Rhesus, GM et HLA et histoire du peuplement humain, Genève, Faculté des sciences, Département d'anthropologie et d'écologie de l'Université (Thèse).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site