Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Modèles explicatifs et logique des migrations

Réseaux migratoires et santé

Le cas du Mexique

Luis A. Vargas, Robert V. Kemper et Leticia E. Casillas
Traduction de Juliette Michaelis

Texte intégral

  • 1 Beneyoussef et al. 1974 ; Bogin and MacVean 1981 ; Chavez 1984 ; Chavez et al. 1985 ; Hull 1979 ; M (...)

1Dans un récent compte-rendu des écrits en sciences sociales qui traitent de la relation entre santé et migration, Findley (1988 :5) propose d'élaborer "un modèle qui mette en évidence les circonstances dans lesquelles la santé est non seulement en rapport avec la migration mais aussi totalement dépendante d'elle". D'autres scientifiques se sont intéressés à cette interaction1 mais on a surtout porté l'attention sur la situation des migrants à "l'étranger". On s'est peu intéressé aux conséquences des migrations sur la santé de ceux qui émigrent à l'intérieur des frontières nationales, dans un environnement "familier", et encore moins de ceux qui restent dans leur communauté d'origine.

2Dans cette étude, nous examinerons les différences et les similitudes entre les migrants et les non-migrants du point de vue du système de la santé. Nous nous centrerons sur le seul Mexique. Ce pays a en effet donné lieu à de nombreuses études sur les migrants et les non-migrants et on peut y rencontrer tous les systèmes de santé possibles, de la médecine populaire à la médecine scientifique.

Le cas du Mexique

3De mémoire d'homme, les Mexicains ont toujours émigré. On sait très bien que les populations préhispaniques telles que les Olmèques, les Mayas ou les Aztèques migraient de force ou spontanément pour faire du commerce ou aller en pèlerinage, pour fuir une guerre, une famine, une catastrophe naturelle ou pour d'autres raisons que nous ne connaissons pas. Durant ces cinquante dernières années, le pays a passé d'une société rurale à une société dont la moitié des membres vivent dans des régions urbaines. Une des caractéristiques bien connue des migrations mexicaines est l'utilisation de réseaux de parenté ou d'inter-connaissances qui facilitent, à l'arrivée, la création d'un environnement plus familier. Peu importe que l'on émigre à Mexico City, vers les régions sucrières de Vera-Cruz, les villes-frontière comme Tijuana ou vers les communautés hispaniques des Etats-Unis ; ces réseaux agissent comme des tampons entre les migrants et leur nouvel environnement. Mais les problèmes demeurent. En ce qui concerne plus particulièrement la santé, nous pensons que les chercheurs en sciences sociales peuvent mettre leur savoir au bénéfice aussi bien des migrants qui affrontent des risques de maladie dans le lieu de leur destination que de ceux qui restent et sont confrontés à de nouveaux risques à cause du retour des migrants dans leur communauté d'origine.

Médecine officielle et médecines parallèles au Mexique

4Les Mexicains ont divers systèmes médicaux avec lesquels ils résolvent leurs problèmes de santé. Le gouvernement a mis en place un réseau étendu de centres médicaux et d'hôpitaux dans lesquels on pratique une médecine scientifique. Quelques-uns d'entre eux, le plus souvent situés dans les villes, sont comparables aux meilleures institutions de ce genre dans les pays développés.

5En plus de ce système officiel de santé, les gens disposent de nombreux autres systèmes médicaux. L'une des études les plus approfondies dans ce domaine a été réalisée récemment dans la ville de Queretaro. Palacios et Piña (1991) ont découvert une gamme étonnante de pratiques médicales dans les classes moyennes et supérieures, allant de l'homéopathie, du naturisme, de l'acupuncture, de la guérison par le contrôle de l'esprit ou l'art de Mahikari jusqu'aux méthodes plus traditionnelles des herboristes, des rebouteux ou autres guérisseurs qui empruntent leur savoir à la fois au monde préhispanique, aux anciens Européens (par exemple Hippocrate) et aux croyances contemporaines. Alors que les plus défavorisés des habitants de Queretaro ont recours à cette large gamme de systèmes médicaux, il est en revanche plus étonnant de constater que les personnes dont les revenus sont relativement élevés utilisent, elles aussi, ces méthodes alternatives ou traditionnelles, en plus de la médecine scientifique occidentale.

6Ce sont toutefois les personnes à faible revenu qui ont le plus souvent recours aux pratiques traditionnelles. Il est assez difficile de trouver des médecins ou des guérisseurs qui connaissent à la fois les pathologies scientifiques et traditionnelles. La médecine moderne connaît et reconnaît l'amibiase, la pneumonie ou le cancer, par exemple, mais elle ignore presque tout du susîo, de la mollera caida, des ovarios caidos ou de l'empacho, dont tant de personnes souffrent. Grâce à la présence d'amis ou de parents, les émigrants peuvent se soigner dans leur nouveau lieu de résidence comme ils en ont l'habitude et aussi facilement que ceux qui restent dans leur communauté d'origine.

7Le principal problème rencontré par les migrants qui se rendent dans les grandes villes du Mexique est celui de nouveaux risques de maladie. Quelques-uns de ces risques proviennent de l'énorme pollution de leur nouvel environnement, d'autres du fait qu'ils s'installent dans un milieu "étranger", surpeuplé et aux conditions d'hygiène dangereuses. La vie dans les grandes villes les soumet à une gamme beaucoup plus large de maladies contagieuses et de pressions psychologiques. Ils sont quotidiennement confrontés à des accidents de voiture, de bus ou de travail, à la violence entre gangs et entre membres d'une même famille.

8Tous ces risques ont considérablement augmenté dans les centres urbains où des millions de Mexicains émigrent dans l'espoir d'un avenir meilleur. Beaucoup de migrants n'ont aucun moyen de faire face à ces nouveaux dangers. La plupart des paysans mexicains savent ce qu'il faut faire contre une morsure de serpent, par exemple, mais ils ignorent comment se défendre du froid. Quand ils se retrouvent dans les lointaines régions du Nord des Etats-Unis ou même en Alaska, ils sont désarmés. C'est ce dont témoignent des jeunes gens de Tzintzuntzan qui, attirés par de hauts salaires, sont partis sur des bateaux de pêche jusque dans le golfe de l'Alaska. En effet, ils doivent transformer ce nouvel environnement qui leur est étranger en un milieu plus familier, faire en sorte de connaître à la fois le traitement contre les morsures de serpents et celui contre les morsures du froid.

9Etant donné que les problèmes de santé – et les migrations elles-mêmes – dépendent non seulement de l'environnement physique mais aussi de circonstances culturelles, sociales et économiques, il est nécessaire, pour les analyser, d'adopter une approche holistique. Toute société développe des systèmes médicaux à travers lesquels elle tente de connaître et de traiter les maladies auxquelles ses membres sont confrontés. Le Mexique ne fait pas exception. Pour comprendre comment fonctionnent de tels systèmes, nous n'examinerons ici, mais de manière approfondie, qu'un seul problème, celui de l'empacho.

Le problème de l'empacho

10L'empacho (Zolla et al. 1988) est l'une des maladies les plus connues et les plus souvent soignées chez les enfants mexicains de deux à six ans. Elle se manifeste cliniquement par une grande agitation, des douleurs abdominales et une sensation d'écœurement. Le ventre est ballonné et sonne creux. L'enfant peut roter ou même vomir. Il y a deux types d'empacho : l'un s'accompagne de diarrhée, l'autre de constipation. Ils sont connus sous les noms d'empacho mouillé et d'empacho sec. L'empacho est clairement dû aux mauvaises habitudes alimentaires de l'enfant. Il peut être causé par des nourritures considérées comme trop "fortes" ou trop "fades" ou par l'ingestion de fruits pas assez mûrs, de terre, de papier, de détritus, de chewing-gum, de haricots noirs, d'aliments avariés ou même de la salive produite lors de la dentition. Manger trop et trop vite, manger irrégulièrement, manger juste avant de s'endormir ou manger de manière désordonnée peut également provoquer l'empacho. Il est donc clair que chaque enfant ou presque risque d'attraper cette maladie.

11Les médecins qui se veulent scientifiques traiteront l'empacho comme si c'était une indigestion ou examineront l'enfant pour détecter une possible infection. Une telle approche est souvent insatisfaisante pour une mère nerveuse et inquiète et celle-ci aura recours à des guérisseurs traditionnels.

12Généralement, on pense que l'empacho est dû à des nourritures "indésirables" qui restent bloquées dans l'appareil digestif. Le traitement habituel est de les débloquer. Pour cela, on dispose de toutes sortes de moyens : une cinquantaine de plantes médicinales différentes administrées sous formes d'infusions ou de sirops ; plusieurs produits minéraux comme le bicarbonate, la lave ou le tequestquite (un minéral mexicain contenant des carbonates et du sel) ; des frictions du ventre avec de la couenne de lard ou des massages comme tronar el empacho ou jalar el cuerito. Pour ce faire, l'enfant est mis à plat ventre et le guérisseur lui masse la peau qui se trouve des deux côtés de la colonne vertébrale, depuis le sacrum jusqu'au cou. Ensuite, il tire la peau jusqu'à ce que l'on entende un "clic" caractéristique, ce qui signifie que l'appareil digestif a été débloqué et que l'empacho est guéri. (Il est intéressant de remarquer qu'en Chine une technique très semblable, connue sous le nom de "pincement et tiraillement de l'épine dorsale" et impliquant la stimulation du méridien "tu-mo", est recommandée dans le manuel des médecins aux pieds nus (Anonyme 1974).

13Alors que la médecine occidentale moderne ne considère pas l'empacho comme une maladie, elle l'est certainement pour des centaines de milliers de Mexicains et d'autres Latino-américains. Quand une mère mexicaine pense, inquiète, que son enfant souffre de l'empacho, elle va chercher des spécialistes de la santé qui sachent utiliser ce qu'elle considère comme de vraies méthodes, aptes à guérir la maladie. Ces guérisseurs ne sont difficiles à trouver ni dans les campagnes mexicaines, ni dans les grandes villes, ni même dans les communautés hispaniques des Etats-Unis.

14Les problèmes surgissent lorsque les émigrants se retrouvent dans un milieu étranger, sans aucun contact avec les praticiens dont ils ont l'habitude. Par exemple, au Colorado, un Etat du centre-ouest des Etats-Unis, quelques enfants d'origine mexicaine sont morts à la suite d'une intoxication au plomb. On a su, par la suite, que ces enfants avaient souffert de l'empacho et que leur mère les avait soignés avec du greta, un oxyde de plomb très toxique utilisé pour vernir la poterie. Au Mexique, dans les villages où l'on produit de la poterie, le greta est quelquefois utilisé pour soigner l'empacho. Mais les guérisseurs locaux savent que c'est un produit dangereux. Ils en prescrivent de très petites doses et seulement pour les cas graves. Les mères mexicaines qui se retrouvent dans un milieu étranger, loin des guérisseurs qui connaissent les dangers du greta, semblent croire que des traitements répétés et de plus fortes doses devraient accélérer la guérison de leur enfant. Malheureusement, les conséquences peuvent se révéler meurtrières.

15Ceci est un exemple parmi d'autres du danger qu'implique la méconnaissance de la médecine populaire. On pourrait dire la même chose à propos de la substitution d'une herbe médicinale par une autre que l'on trouve sur place, mais qui ne possède pas les mêmes propriétés ; à propos de l'utilisation de plus fortes doses que celles prescrites par les guérisseurs traditionnels ; ou encore à propos des mères qui ne vont pas à l'hôpital parce qu'elles craignent de ne pas être comprises par les médecins de l'endroit. Cela est très évident dans le cas de maladies physiques mais s'applique aussi aux maladies mentales, que l'on cache à toute personne extérieure à la famille de peur d'être pris par la police ou expulsé du pays, surtout si on s'y est installé illégalement.

Conséquences des migrations sur la santé des migrants et des non-migrants

16Lorsqu'ils cherchent à se soigner, les émigrants mexicains ont une quantité de stratégies pour transformer le milieu étranger dans lequel ils doivent vivre en un milieu plus familier. Ils cherchent par exemple à intégrer le médecin qu'ils ont rencontré à l'hôpital ou dans un centre médical à leur vie de famille. Ils lui offrent d'abord un petit cadeau, puis l'invitent à leur table et finissent par lui demander de devenir compadre, pour établir une sorte de parenté rituelle. Ces lentes procédures de rapprochement sont en général bien comprises et bien intégrées par tous les Mexicains, migrants ou non-migrants, riches ou pauvres. Elles sont en revanche perçues comme étranges par les médecins américains. La séparation entre sphères professionnelle et privée qui caractérise les relations sociales aux Etats-Unis (et dans beaucoup d'autres pays) n'est pas aussi stricte au Mexique. Cette pratique facilite beaucoup l'adaptation des émigrants dans leur nouveau milieu.

17Un autre effet important de l'émigration sur les problèmes de santé est l'apparition de nouvelles maladies chez ceux qui n'ont jamais quitté leur lieu d'origine. Dernièrement, des cas de choléra sont apparus aux Etats-Unis, introduits par des touristes revenant d'Amérique du Sud. Ces cas doivent être signalés aux autorités sanitaires et la plupart de ceux qui rentrent de voyage sont informés des dangers du choléra. En revanche, considérons le cas d'un émigrant mexicain qui, atteint du sida et se sentant malade, décide de rentrer chez lui pour se soigner. Il revient dans son village, le plus souvent situé dans un lieu isolé des zones rurales où aucun praticien n'est apte à reconnaître cette maladie ou à en faire le diagnostic. Cet émigrant, surtout s'il est sexuellement actif, peut à lui seul déclencher une épidémie, sans que personne n'en soupçonne l'origine. Si le problème du sida est relativement connu de tous puisqu'il en est beaucoup question dans les journaux, d'autres maladies sont largement plus insidieuses, tels les virus habituels, les herpès ou tant d'autres affections sexuellement transmissibles.. Malgré les campagnes officielles en faveur de la santé publique et les informations diffusées par les médias, le contexte dans lequel se font les migrations à l'intérieur du Mexique et entre le Mexique et les Etats-Unis, laisse penser que ce genre de problèmes sont de plus en plus importants. On se souviendra ici de ce que l'on a appelé "l'échange colombien", par lequel les Européens ont introduit au Mexique des maladies qui ont décimé les populations locales et qu'ils ont par ailleurs ramené chez eux des maladies américaines particulièrement dangereuses.

18Il est évident que les plus grands dangers auxquels sont exposés les émigrants mexicains sont avant tout les accidents de la circulation, la violence, les drogues et les mauvaises conditions de vie et de travail. De nombreux jeunes gens quittent leur village seuls ou en petits groupes. Beaucoup d'entre eux se retrouvent très vite impliqués dans les guerres de rue entre gangs, deviennent consommateurs ou vendeurs de drogues et adoptent un style de vie très dangereux. Les autres ont à affronter les sérieux problèmes engendrés par l'environnement industriel hostile dans lequel ils se retrouvent. Bruits, blessures, pollution chimique et biologique, rythmes excessifs de travail peuvent les conduire à des traumatismes psychiques, à des maladies et provoquer des handicaps physiques et même la mort.

19La mort est évidemment l'événement le plus grave qui puisse surgir. Qu'elle soit naturelle ou accidentelle, elle peut avoir des retombées terribles sur les survivants, migrants ou non-migrants. Dans notre travail sur les émigrants de Tzintzuntzan qui vivent actuellement aux Etats-Unis (cf. Kemper 1991a ; 1991b), nous avons constaté que les accidents de circulation sont en train de devenir l'une des causes principales de la mortalité des jeunes adultes. Il y a une année, une jeune femme vivant au Nord de la Californie a conduit sa camionnette toute la nuit pour amener sa famille à Tijuana où sa mère vivait depuis plusieurs années. A l'aube, elle s'est endormie au volant et la voiture est sortie de la route. Elle a été tuée sur le coup. Deux de ses petits enfants n'ont eu que des blessures légères. Sa mort a eu des conséquences non seulement pour eux mais pour toute la famille étendue qui dépendait de son travail ; pour sa mère à Tijuana et pour les autres parents qui étaient rentrés ou restés au village de Tzintzuntzan. Tous discutèrent longuement sur le lieu où il fallait l'enterrer et sur les dépenses considérables que cet accident provoqua, les migrants n'ayant souvent aucune assurance et ne connaissant que très peu les procédures légales en vigueur dans leur pays d'accueil. Parce que son mari avait l'autorisation légale de résider aux Etats-Unis et que ses enfants étaient citoyens américains du simple fait d'y être nés, on décida finalement de l'enterrer dans sa ville de résidence, au Nord de la Californie. En général, les victimes d'accidents sont ramenées à grands frais au Mexique, dans leur village natal.

20La mort d'un des membres de la famille, resté au village d'origine, a souvent aussi de graves conséquences pour l'émigrant. Comme il est facile pour lui d'être tenu au courant de la vie des siens restés au village et lorsqu'il apprend par exemple que l'un de ses proches est malade, il doit décider s'il doit rentrer pour être au chevet du malade ou aller assister aux funérailles et même participer à toutes les pratiques liées aux funérailles. En accord avec ceux qui sont restés au village, il doit non seulement tenir compte du prix et de la fatigue que ce voyage implique, mais aussi du risque qu'il prend de perdre son travail ou de voir ses enfants renvoyés de l'école.

Conclusion

21Nous avons examiné la relation complexe entre migration et santé, du point de vue de l'interaction entre ceux qui émigrent et ceux qui restent dans leur communauté d'origine. Nous aimerions encourager d'autres chercheurs à considérer l'importance de cette relation. Mais surtout, nous voudrions que des actions concrètes soient entreprises par les chercheurs en sciences sociales, les praticiens et guérisseurs de tout genre et les services gouvernementaux concernés pour atténuer les risques auxquels sont confrontés les migrants et les non-migrants, spécialement s'ils ont de faibles revenus. De nos jours où les maladies sexuellement transmissibles, comme le sida, peuvent décimer aussi bien les personnes qui émigrent que celles qui restent dans leur communauté d'origine, il devient prioritaire de porter la plus vive attention tant aux problèmes de santé qu'aux problèmes des droits de l'homme et du travail.

Bibliographie

Anonyme
1974 A Barefoot Doctor's Manual (translation of a Chinese instruction to certain Chinese health personnel). Washington, DHEW Publication (NIH) 75-695.

Beneyoussef A. et al.
1974 "Health effects of rural-urban migration in developing countries". Social Science and Medicine 8 : 243-254.

Bogin B. and R. B. Mac Vean 1981 "Biosocial effects of urban migration on the development of families and children in Guatemala". American Journal of Public Health 71(12) : 1373-1377.

Chavez Leo R.
1984 "Doctors,
curanderos, and brujas : Health care delivery and Mexican immigrants in San Diego". Medical Anthropology Quarterly 15(2) : 31-37.

Chavez Leo R. et al.
1985 "Mexican immigrants and the utilization of U.S. health services : The case of San Diego". Social Science and Medicine 21(1) : 93-102.

Findley Sally E.
1988 "The directionality and age selectivity of the health-migration relation : Evidence from sequences of disability and mobility in the United States". International Migration Review 22(3) : 4-29.

Hull D.
1979 "Migration, adaptation, and illness : A review". Social Science and Medicine 13A : 25-36.

Kemper Robert V.
1991a "Migración sin Fronteras : El pueblo de Tzintzuntzan, Michoacan, 1945-1990". Paper presented at the annual meeting of the Sociedad Mexicana de Antropologia, Tuxtla Gutierrez, Chiapas, 12-17 August 1991.
1991b "Extending the Boundaries of Community in Theory and Practice : Tzintzuntzan, Mexico, 1970-1990". Paper presented at the annual meeting of the American Anthropological Association, Chicago, Illinois, 20-24 November 1991.

McKinlay J. B.
1975 "Some issues associated with migration, health status, and the use of health services". Journal of Chronic Disease 28 : 579-592.

Palacios de Westendarp, Patricia and Abel Piña Perrusquia
1991 Medicinas paralelas en la ciudad de Queretaro. Manuscript submitted for publication in Estudios de Antropologia Medica.

Prothero R. M.
1977 "Disease and mobility : A neglected factor in epidemiology". International Journal of Epidemiology 6(3) : 259-267.

Rumbaut, Ruben G., et al.
1988 "The politics of migrant health care : A comparative study of Mexican immigrants and Indochinese refugees". Research in the Sociology of Health Care 7 : 143-202.

Stromberg J. et al.
1970 "Migration and health : Adaptation experiences of Iranian migrants to the city of Teheran". Social Science and Medicine 8 : 309-323.

Teller C. H.
1973 "Access to medical care of migrants in an Honduran city". Journal of Health and Social Behavior 14 : 214-226.

Trotter, Robert T.,
1981a "Remedios caseros : Mexican American home remedies and community health problems". Social Science and Medicine 15B : 107-114.
1981b "Folk remedies as indicators of common illnesses : Examples from the United States-Mexico border". Journal of Ethnopharmacology 4 : 207-221.

Zolla C, S. del Bosque, A. Tascon Mendoza, y V. Mellado Campos
1988 "Medicina tradicional y enfermedad. Mexico, D.F." : Centro Interamericano de Estudios en Seguridad Social, pp. 75-82.

Notes

1 Beneyoussef et al. 1974 ; Bogin and MacVean 1981 ; Chavez 1984 ; Chavez et al. 1985 ; Hull 1979 ; McKinlay 1975 ; Prothero 1977 ; Rumbaut et al. 1988 ; Stromberg 1970 ; Teller 1973 ; Trotter 1981a ; Trotter 1981b.

Auteurs

médecin et anthropologue, Facultad de Medicina, Universidad Nacional Autonoma de Mexico

Department of Anthropology, Southern Methodist University, Dallas, Texas, USA

Dirección General de Servicios Medicos, Universidad Nacional Autonoma de Mexico

Juliette Michaelis (Traducteur)

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site