Version classiqueVersion mobile

Vers un ailleurs prometteur…

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Modèles explicatifs et logique des migrations

Les alternatives éducatives

Un mirage qui affecte les relations familiales1

Leticia Irène Mendez Y Mercado

Texte intégral

  • 1 Traduction Noémi Favre

1C'est souvent un mirage, autrement dit une apparence séduisante et trompeuse, qui pousse le migrant à prendre la décision d'abandonner son lieu d'origine pour chercher ailleurs de nouveaux moyens de subsistance. Le changement perturbe l'individu non seulement parce qu'il perd son espace vital, tant au niveau économique que symbolique, mais aussi parce que le changement de lieu s'accompagne d'un changement d'activité qui implique, non seulement la modification de la structure de travail, mais aussi celle, conceptuelle, de son identité.

2Le mirage est le désir d'atteindre quelque chose qui se profile à l'horizon, désir toujours insatisfait, et on peut se demander si le migrant pourra un jour atteindre l'objet qu'il perçoit vaguement et qui, pense-t-il, lui donnera la "vie". N'est-il pas comme celui qui, dans le désert, court après l'image du lac, à la recherche de l'eau vitale, et qui, finalement, succombant au vertige du vide, ne peut plus faire demi-tour, ainsi que le suggère Saint-Exupéry dans Terre des hommes ? L'impossibilité du retour découle des contraintes dues à une nouvelle pression sociale qui est d'entreprendre et de conquérir un nouvel habitat sous peine d'être exclu du groupe.

3Le migrant des zones rurales connaît les dures conditions de manque, une sorte de désert symbolique. Il est laissé à lui-même au sein d'une communauté discréditée, il est soumis à une forte charge émotionnelle de mépris dans ses relations avec les membres d'autres communautés agricoles à haute production économique, et il est ridiculisé pour son attachement à la tradition qui l'écarte des nouvelles mœurs de la société urbaine ; son analphabétisme et bien d'autres aspects de son mode de vie sont jugés "absurdes" en dehors de sa communauté. Il vit ainsi avec le désir d'être reconnu, ce qu'il ne pourra obtenir, semble-t-il, qu'en s'adaptant à ce monde où la "modernité" est la seule valeur reconnue. Il passe d'une économie de subsistance à la condition de salarié. Même si le chemin parcouru est long tant au niveau de l'espace que du temps, la migration continue à faire sentir ses effets dévastateurs et le souci de trouver un revenu monétaire sûr et fixe modifie en permanence et profondément les relations qu'il peut entretenir au sein du groupe.

4L'une des conditions que la société contemporaine impose pour être admis parmi ses membres est l'obligation de passer par son instrument de socialisation le plus efficace : l'école. C'est sur elle que nous avons porté ici une attention toute particulière. L'école est avant tout le moyen le plus radical d'homogénéisation ; elle facilite les processus sociaux d'unification aussi bien au plan idéologique que politique. Et c'est le début de cette sorte de vide sans retour dont nous avons parlé plus haut, de ce besoin insatiable de rivaliser d'efforts et de se mettre en situation de concurrence. La communauté elle-même reporte ses désirs insatisfaits sur les migrants, les considérant comme prédestinés à réaliser une grande tâche et à être ce que les autres n'ont pas osé être. Et on pourrait dire, comme Saint-Exupéry dans La Citadelle, que ce sont eux les téméraires, "qui auraient été l'immensité. Comment pourraient-ils l'oublier ?" et qui possèdent l'oasis, les ressources infinies, dans lesquelles, peut-être, tous pourraient être reconnus, même à distance.

Les antécédents

5L'étude de la migration interne au Mexique doit être abordée sous divers angles. En effet, ce phénomène, déjà complexe en soi, est encore bien plus problématique dans la métropole, dont la population s'élève à quelque 20 millions d'habitants. La zone métropolitaine du District fédéral, qui s'étend sur une superficie d'environ 40 kilomètres de diamètre, a une population formée en majorité d'immigrants provenant de divers Etats de la république. Le flux migratoire y est permanent, dans ses diverses modalités -saisonnière, temporaire ou permanente – et il existe des différences internes considérables entre les divers secteurs de la population. Cette étude est basée sur un vaste travail de terrain réalisé par l'Institut de recherches anthropologiques de l'UNAM dans une colonie suburbaine du District fédéral. L'objectif du projet, intitulé "relations interethniques et recherche d'identité", est d'étudier les relations qui se tissent à l'intérieur de ces espaces urbains composés de populations aux origines très variées : indigènes avec divers degrés d'attachement à la tradition et, donc, d'assimilation aux normes culturelles du reste du pays ; immigrants de zones rurales à économie de subsistance ou encore plus ou moins développée ; groupes urbains à la recherche de meilleures conditions de travail ; étudiants, etc.

6Nous voulons ici contribuer à une réflexion sur les conséquences de la politique éducative dans les campagnes mexicaines, et en particulier son influence sur la décision des habitants de quitter leur lieu d'origine pour s'établir dans les grandes villes.

Une politique éducative d'intégration

7Jusqu'ici, l'analyse des causes de la migration a porté essentiellement sur les crises provoquées soit par des facteurs économiques, comme l'insuffisance des ressources, l'expropriation illégale à laquelle sont soumises certaines communautés, soit par des facteurs politiques locaux, voire à caractère national ou international, ou encore sous la pression des menaces de mort exercée par des groupes de pouvoir pratiquant la corruption.

8Nous voulons, quant à nous, mettre l'accent sur un phénomène apparemment subtil mais d'une grande importance : les effets en milieu rural des programmes éducatifs, dont le contenu idéologique recèle des attitudes de mépris à l'égard des ethnies actuelles et qui ont agi comme des facteurs d'émigration. Migrer devient le moyen incontournable pour être reconnu en tant que personne, grâce à la scolarité.

9La politique éducative du Mexique a consisté à lutter avec acharnement pour l'intégration de la population. Elle n'a pas tenu compte des caractéristiques individuelles. Elle fait abstraction de la grande diversité de sa composition ethnique, en niant ses origines, et en faisant croire à l'indigène que c'est lui qui l'a voulu ainsi puisqu'il reconnaît ses "limites" et désire "avoir accès aux privilèges du groupe socialement accepté, les métis". L'indigène, perdu dans le désert de son indignité, devrait ainsi tendre vers la dignité de l'autre.

10Je citerai à titre d'exemple, sans entrer dans une discussion de fond concernant l'auteur, Andrès Molina Enriquez, sociologue et anthropologue du début du siècle, qui affirmait :

  • 1 Molina E. Andrés (1909) : Los grandes problemas nacionales. Mexico, Imprenta Carranza e Hijos, p. 3 (...)

Les résistances à l'unification du type partiront de tous les éléments et de tous les groupes. L'élément indigène sera celui qui résistera le moins, parce que, pour lui, le métis est toujours un type supérieur, meilleur ; mais l'élément créole, dans tous les groupes, défendra son type, fin et beau comme celui de toutes les classes sociales qui ont joui d'une longue période de bien-être, et l'élément métis cherchera, comme c'est le cas de nos jours, à égaler la beauté et la finesse du créole.1

11La pensée prérévolutionnaire acceptait facilement l'idée que l'intégration de la population était quasi impossible. S'il est vrai que l'idéologie révolutionnaire a apporté un changement de mentalité, il n'en reste pas moins que l'affirmation de Molina Enriquez fait figure de prophétie accomplie. Il semble bien dès lors que la population, dans son devenir historique, tende vers une intégration métisse afin d'acquérir une valeur sociale. Les revendications, qui ont abouti à une participation économique, n'ont rencontré que de l'indifférence réelle pour ce qui est de l'autonomie idéologique qui implique le respect des traditions, vues comme organisation sociale des groupes et vision du monde. En effet, et pour utiliser une image utilitariste, l'exploitation exclusive des formes artistiques en tant qu'expression d'une culture est rémunératrice et avantageuse pour le pays alors qu'elle ne tient aucunement compte de l'ensemble social qui les produit. Les avantages d'un système d'enseignement unique sont incontestables car il facilite l'insertion au marché du travail et provoque un détachement avec le groupe d'origine. On favorise ainsi la perte de la mémoire collective des racines.

Le concept de la personne

12Il peut paraître dérisoire de revenir sur cette vieille polémique du xvie siècle au sujet de la nature humaine des aborigènes. Elle dura cinq décennies avant de déboucher sur le fait que s'ils étaient de "vrais hommes", les aborigènes pouvaient donc avoir accès à la doctrine des conquistadores. Aujourd'hui, à l'heure des célébrations du 500e anniversaire de la Conquête, il convient encore de se demander si a été résolue la question de savoir si cet Autre est un être doué de raison. Les spécialistes qui se sont penchés sur le contenu de ce débat ont relevé les divers sens donnés à l'expression "personne dénuée de raison", donc proche de l'animal, que l'on appliquait aux indigènes et dont les formulations étaient :

  1. se dit de toute personne qui présente une forme quelconque de trouble ;

  2. ceux qui ne savent ni lire ni écrire ou dont la langue n'a aucun rapport avec la langue latine ;

  3. ceux qui sont cruels et qui ne se laissent pas guider par la raison ;

    • 2 O'Gorman Edmondo (1987) ; "Sobre la naturaleza bestial del Indio Americano". Cité par Ortega y Medi (...)

    tous les infidèles (...). Bartolomé de Las Casas, bien que d'accord avec cette classification, n'admettait que cette quatrième acception.2

13Aujourd'hui, dans certaines régions, on peut encore entendre des vieux vous dire : " perdon... soy gente sin razon", (pardon, je suis quelqu'un sans raison). Ceci nous indigne car c'est une preuve encore tangible que le traitement accordé aux indigènes a laissé des traces indélébiles dans tout un pan de la population. En reprenant à leur compte cette définition "de soi", un certain nombre d'indigènes pensent avoir un esprit trop troublé et confus pour être capables d'acquérir des connaissances, effrayés qu'ils sont d'eux-mêmes lorsqu'ils réagissent avec virilité ou même de façon agressive ou lorsqu'ils se surprennent à penser autrement qu'en espagnol.

14La logique qui permet à un être humain d'être reconnu par un autre être humain réside, semble-t-il, dans sa capacité à faire accepter sa vérité à l'autre.

Migrer pour être reconnu en tant que personne

  • 3 Fuentes Benjamin (1986) : Enrique Corona y la educación rural. Mexico, SEP Cultura, Ed. El Caballit (...)

15L'évolution de la pensée politique mexicaine a entraîné une réforme du discours de ses idéologues. On s'est consacré avec délectation à la reconnaissance du "passé indigène", on a érigé des monuments et on a mis en œuvre des stratégies de valorisation. Dans les années 20, ces motivations légitimes ont eu d'abord pour objet la défense et l'éloge des peuples indigènes. Il ne s'agissait en fait que d'une tentative de faire la synthèse entre l'Indien et l'Espagnol. "Nos empeñabamos en favorecer lo propio"3 (nous nous efforcions de privilégier les particularismes), était la devise bien que les yeux fussent rivés sur ce qui était attendu des autres.

La tendance était d'apporter à l'Indien, et au paysan en général, l'éducation sociale et morale qui devait lui permettre d'exercer sa liberté, qui lui donnait aussi la conscience de sa propre valeur, qui le rendait capable d'une action civique valorisante, et qui lui permettait d'acquérir des habitudes de solidarité mutuelle, pour enfin lui permettre de s'intégrer à la vie nationale (ibid.).

16A partir de ces données, il est aisé de dire que, dès le début, le projet éducatif part de prémisses erronées. Concevoir la réalité pluriethnique, pluriculturelle comme "le problème indigène", signifiait en fait que la population majoritaire du pays était à considérer comme nantie d'une tare à éliminer. Il fallut redoubler d'efforts. Le Secrétariat à l'Instruction publique créa diverses institutions destinées à l'intégration, qui devaient permettre aux jeunes générations d'adhérer à une nouvelle foi, laïque et nationaliste. C'était en quelque sorte une nouvelle croisade où l'évangélisation avait été remplacée par la scolarisation et qui était destinée à promouvoir le nouvel esprit du progrès. Les objectifs étant ambitieux mais le budget exigu, on ne construisit d'écoles que dans quelques villages situés le long des routes ou dans les chefs-lieux municipaux. Ainsi la première émigration enfantine est née de l'obligation d'aller à l'école. Les familles se séparèrent de leurs enfants et c'est ainsi que l'ancienne unité de production-consommation a commencé à se disloquer.

17Les œuvres de littérature locale témoignent que la séparation a été vécue et continue à se vivre comme un drame. Les jeunes brisent les liens affectifs qui sont indispensables à la structuration de leur personnalité psychologique et sociale. Le nouveau groupe de référence se constitue par le lieu d'hébergement, par la famille du patron ou encore la rue, et c'est à cause de cela que sa condition d'orphelin "obligé" le situe au plus bas de l'échelle de la considération sociale. D'enfant et de paysan il devient un étranger, un sujet ignorant, menaçant et rejeté, une sorte de nouvelle créature des zones urbaines.

  • 4 Ortiz Tiburcio (1987) : Los niños escueleros abandonan su pueblo. Document manuscrit. Mixtèque est (...)

C'est le début du déracinement, du détachement d'avec son lieu d'origine, de sa famille, de sa langue, de son identité et de l'amour des siens. C'est à cause de tout cela que le ressentiment le gagne parce qu'il se voit obligé de rejeter sa condition de villageois et, surtout, sa condition de Mixtèque. Pour toutes ces raisons, ces enfants, arrivés à l'âge adulte, ne retournent pas dans leur village natal, même s'ils ne réussissent dans aucune profession. Ils se contenteront des travaux les plus humbles et les plus rudes dans les grandes villes. Ils essaieront par tous les moyens de cacher leur origine...4

18Dans le sillage de ces processus formels de socialisation, nous observons que les premiers programmes scolaires visent à donner une formation de type agricole. Mais les possibilités de travail étant quasi inexistantes dans ce secteur, les jeunes, comptant sur les nouvelles connaissances acquises, se dirigent vers les villes, sans plus de succès, d'ailleurs. Un nouveau manuel scolaire gratuit est alors introduit, rédigé par des urbains, selon les normes culturelles de la ville qui leur fait miroiter un autre Mexique auquel ils n'appartiennent pas mais auquel ils se doivent de s'identifier. C'est ainsi que la scolarisation a provoqué une crise au sein de la communauté et devient la cause directe de l'émigration. Il est vrai que le niveau de vie de ces communautés était réduit à une économie de subsistance. Il est aussi vrai que l'idéologie de l'Etat leur donne le sentiment qu'ils sont une charge indigne et une population indésirable. Ces éléments ont eu de graves conséquences sur leur conscience "de soi" et les obligeaient à renier leur identité pour pouvoir survivre. Cette fois pourtant, il s'agit d'une survie qui se traduit au plan émotionnel par le fait d"'être une personne". Un tel projet n'a pas laissé, et ne laisse pas aujourd'hui encore, d'autres alternatives que celles d'assimiler les normes éducatives générales et, dans le meilleur des cas, de se perdre dans l'anonymat urbain.

  • 5 Expression employée dans un conte local, El cuento de Lorenzo, en langue mixtèque, qui évoque le rô (...)

19Etre une personne, c'est devenir un individu productif qui vend sa force de travail au profit de la société. Et c'est alors que se produit le phénomène dont nous avons parlé dans l'introduction : le projet qu'avait le groupe d'origine pour se réaliser, grâce à l'assimilation de ses jeunes générations à la société globale unique, se matérialise lorsque l'éduqué" devient "le porteur de la parole savante".5 Ce savoir apparent, centré sur la lecture et l'écriture, provoquera son déchirement intérieur, masqué par le succès social.

Le vécu en milieu urbain

20Nous en arrivons au point le plus important de cette étude : l'expérience vécue par le migrant d'une ethnie lorsqu'il s'intègre à la vie urbaine et ses retombées sur ses enfants. La question qui se pose est de savoir de quelle manière l'enfant du migrant peut intégrer tout ce que l'on attend de lui ?

21Les parents ont déjà subi la condition d'orphelin dont nous avons parlé. Ils ont dû s'intégrer sans structure familiale au contexte urbain. Ils ont enduré l'insécurité, la peur et le mépris. Cependant, il reste en eux un désir nostalgique de perpétuer les spécificités de la culture dans laquelle ils ont vu le jour et les connaissances empiriques des générations précédentes. Et c'est dans cette ambivalence que sont élevés les enfants.

22Pourtant et malgré tout, on souligne avec force la reconnaissance de l'école comme un lieu quasi sacré de la société contemporaine, et dans une société où l'hétérogénéité culturelle est un fait, un double message est transmis aux enfants : à certains moments, la vision du monde indigène est glorifiée, au point d'en faire un bastion de l'idéologie nationaliste, chaque fois qu'on fait référence au passé, mais elle est dénigrée dès qu'il s'agit des impératifs du présent.

23L'information à double facette qu'est d'une part la maison et ses traditions, l'école et ses impératifs universalistes de l'autre, crée chez les enfants une attitude de honte. Nous en citons les exemples les plus frappants relevés dans leur comportement quotidien : ils refusent de répondre aux questions, ils déclarent ignorer leur lieu de domicile ; quelques-uns ont accepté de parler en langue indigène, mais les moqueries de leurs camarades ont déclenché une attitude d'autocritique et ils se sont sentis ridicules. Dans certains cas, les railleries sont même parties du pupitre du maître.

24Tout ce processus aboutit à une révolte contre l'autorité parentale. Les jeunes descendants de paysans et d'indigènes ne respectent pas leurs géniteurs du fait qu'ils n'ont pas le niveau nécessaire à la "parole savante", ce que la deuxième génération atteint à travers la scolarisation. Les barrières se renforcent encore lorsque les jeunes se regroupent par classes d'âge pour former des bandes informelles, acquièrent plus d'autonomie et lorsqu'ils adoptent certains comportements urbains.

25La crise provoquée par les programmes éducatifs n'est pas facilement reconnue comme telle par les institutions concernées. La présence dans la ville de la population indigène n'a été admise qu'à une date récente, et en l'absence d'une législation sociale et juridique adéquates, ces groupes n'ont pas de représentativité officielle. Bien qu'à l'heure actuelle on reconnaisse que 50 % de la population urbaine du District fédéral est composée d'immigrants originaires de communautés indigènes, l'attention dont ils sont l'objet reste insuffisante et leurs revendications en matière de droit constitutionnel ne sont que très superficiellement satisfaites. Voilà pourquoi les mouvements de revendication prennent de l'ampleur et même se durcissent. C'est une réponse à la continuelle pression qui est créée entre "être et ne pas être reconnus" et qui représente une totalité fonctionnelle et symbolique. Pour cette raison, on assiste par ailleurs à une aggravation de certains phénomènes qui deviennent menaçants, et qui ont été étudiés en tant que pathologies sociales. Je considère, quant à moi, qu'il faut remonter aux causes, qui résident dans l'ambivalence sociale, politique et psychologique de cette population. C'est la méconnaissance de la réalité pluriethnique du pays, longtemps ignorée, qui mérite notre plus grande attention.

Notes

1 Molina E. Andrés (1909) : Los grandes problemas nacionales. Mexico, Imprenta Carranza e Hijos, p. 318.

2 O'Gorman Edmondo (1987) ; "Sobre la naturaleza bestial del Indio Americano". Cité par Ortega y Medina, Juan A. dans Imagología del buen y del mal salavaje. Mexico, UNAM, pp. 35-36.

3 Fuentes Benjamin (1986) : Enrique Corona y la educación rural. Mexico, SEP Cultura, Ed. El Caballito, pp. 27-29.

4 Ortiz Tiburcio (1987) : Los niños escueleros abandonan su pueblo. Document manuscrit. Mixtèque est le nom d'une ethnie d'origine ancienne du Sud du pays, Oaxaca, qui a fait l'objet d'une forte migration interne.

5 Expression employée dans un conte local, El cuento de Lorenzo, en langue mixtèque, qui évoque le rôle social de l'enfant qui va à l'école hors du village. Instituto Linguístico de Verano, 1954.

Notes de fin

1 Traduction Noémi Favre

Auteur

anthropologue, Instituto de Investigaciónes Antropologicas, Universidad Nacional Autonoma de Mexico

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search