Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’empreinte à l’emprise

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

L’indianité comme conscience

Le christ de Pacaipampa appartient-il aux indiens ou aux métis ?

Luis Gallegos

Texte intégral

1L’histoire qui suit est de celles que l’on trouve souvent dans entre Indiens et métis au sujet d’une pierre miraculeuse et la curieuse morale qu’en tira un sergent de gendarmerie la presse locale de Puno. Luis Gallegos, qui fut longtemps maître d’école dans des villages indiens et qui est maintenant journaliste, y relate un simple fait divers, qui restitue bien la manière dont peut être vécue une confrontation ethnique à Puno : une histoire qui baigne dans des croyances religieuses syncrétiques, avec une dispute

Le sanctuaire de Pacaipampa

  • 1 Sandia est l’une des neuf provinces du Département de Puno (Pérou). Elle est située au-delà de la C (...)

2Le fameux sanctuaire du Seigneur de Pacaipampa se trouve dans la communauté paysanne d’Aricato, à sept kilomètres du village de Sandia, capitale de la province du même nom1 L’origine de l’histoire du Christ de Pacaipampa se situe au cœur de la communauté paysanne de Huancasayani, dans le district de Cuyo-Cuyo. Toute l’histoire où il est question de miracle commence à peu près comme cela :

3« Il était une fois, au tout début du siècle, une humble paysanne qui vivait à Huancasayani. Elle était veuve. Un jour, un gamin vif et blond se campa devant sa maison. Il disait lui venir en aide la sachant pauvre et seule. Le temps passant, le gosse grandit auprès de la femme jusqu’à l’adolescence. C’est alors que les membres de la communauté commencèrent à murmurer, prêtant à la veuve une liaison amoureuse avec le jeune homme. A la suite de ces médisances, l’inconnu finit par dire à sa protectrice qu’il avait décidé de s’en aller en raison des racontars et des suppositions malveillantes qu’alimentait sa présence. Ainsi, un beau matin, de bonne heure, le jeune homme rassembla ses affaires et quitta la communauté de Huancasayani, sa colline escarpée et ses arbustes. La pauvre femme ressentit cruellement l’absence de son compagnon. Le jour de son départ, en allant faire paître ses vaches, elle trébucha sur une pierre d’ardoise de couleur noire et de forme rectangulaire. Sur cette pierre étaient peints, en rouge sang, la croix et l’image du Christ. Au moment où la femme ramassa la pierre, une source jaillit de cet endroit. Endroit où, quelques années plus tard, la communauté fera construire une chapelle. Toujours est-il que la veuve emporta la pierre chez elle et la conserva précieusement. A partir de ce jour-là, la pierre devint source de miracles. Bien vite, de toute la communauté et de toutes les communautés voisines, les paysans se rendirent chez la veuve afin que la pierre miraculeuse les guérisse et leur vienne en aide dans leurs travaux. Cette année-là, une grande famine s’abattit sur la communauté de Huancasayani. Le ciel devint muet et les plantes moururent de sécheresse. N’ayant plus de vivres, la veuve, chargée de la pierre miraculeuse, descendit dans la vallée pour se rendre dans la communauté d’Aricato où la récolte de maïs était bonne. Tenaillée par la faim, elle échangea la pierre miraculeuse contre deux calebasses de maïs.

4Les membres de la communauté d’Aricato eurent vite fait de découvrir les vertus de la pierre et érigèrent pour l’abriter une belle chapelle au lieu-dit Pacaipampa. Avec les années, la renommée du Christ de Pacaipampa se répandit dans toute la vallée de Sandia, pour atteindre ensuite les étroits vallons chauds et humides de San José et de Valle Grande ; elle monta également vers la Cordillère de Sallaco, descendit dans la Puna et parvint jusqu’au bassin du lac Titicaca.

5Voilà pourquoi, le 14 septembre de chaque année, des milliers de pèlerins se rendent au sanctuaire du Seigneur de Pacaipampa. Ce jour-là, ils transportent le Christ sur un support d’argent et le placent dans la chapelle qui lui est consacrée. C’est aussi l’occasion pour de nombreuses personnes originaires de Sandia, mais établies à Arequipa, à Lima, à Cuzco ou même à La Paz, de se joindre à la fête.

Le vol de l’image du Christ de Pacaipampa

6Il y a environ sept ans, un certain Maurice Diesler, curé d’origine française, s’était installé à Sandia pour répandre dans la vallée la nouvelle religion, chrétienne et occidentale. Il s’était mis en tête de supprimer tout le faste et tout l’éclat de la fête alléguant que c’était là la source et la raison de la pauvreté et des malheurs des Indiens. Le 14 septembre de cette année, le curé, durant la messe, accusa les Indiens d’idolâtrie et menaça d’aller lui-même jeter l’icône — la pierre miraculeuse — dans la rivière de Sandia. Heureusement, il n’y parvint pas et la fête d’Aricato se déroula, comme chaque année, dans une dévotion profonde, avec son lot de danseurs venus de loin et à grand renfort d’alcool.

L’octave de la fête

7Le 19 septembre, les métis du village de Sandia parcoururent les sept kilomètres qui les séparaient de la communauté d’Aricato afin d’aller y chercher l’icône et son support d’argent. Quelle ne fut pas leur stupeur lorsqu’ils découvrirent que la pierre miraculeuse avait été volée. Ils s’en retournèrent immédiatement dans leur village pour avertir la gendarmerie et le représentant du ministère public. Malgré tout, le 21 septembre, on célébra la fête, comme chaque année. On accusa le curé Diesler de la perte de l’icône. Ce dernier alla se réfugier au village d’Ayaviri, capitale de la province de Melgar et résidence de l’évêque.

8Le 25 septembre, la pierre miraculeuse réapparut. Elle fut retrouvée par le catéchiste de la paroisse, Ernesto Valencia, dans une enveloppe blanche déposée devant la porte de la chapelle du Sanctuaire de Pacaipampa. Il l’amena au village de Sandia et la remit au poste de gendarmerie. Ayant appris l’heureuse nouvelle, le village se réunit au grand complet et se rendit à la gendarmerie pour exiger que le Christ de Pacaipampa reste au village et qu’en aucune façon il ne retourne à la communauté d’Aricato. Face à l’exigence des métis, les Indiens protestèrent avec véhémence ; on allait au-devant d’un affrontement entre métis et Indiens. Pour faire face à l’agitation grandissante, le sergent de la gendarmerie intervint d’une voix forte et dit : « Sachez que le Christ n’est ni aux Indiens, ni aux métis, mais qu’il est venu sur terre pour sauver les pécheurs »... et il ajouta : « Devant Dieu tous les hommes sont égaux. Il est vrai que l’on remarque quelques différences économiques, principalement dans l’habillement, mais il est également vrai que l’Indien est aussi riche que le métis du fait qu’il n’a pas à dépenser d’argent pour l’achat de cravates, de souliers ou d’habits en cachemire. » Finalement, il remit l’icône de Pacaipampa à ses véritables propriétaires, les Indiens d’Ari-cato, car ils faisaient preuve d’humilité et possédaient la « pauvreté morale ». Ayant récupéré la sainte image et avant de la laisser repartir pour Aricato, tous les habitants des environs de Sandia la portèrent en triomphe à travers les rues et les places du village. La nuit venue, craignant un nouveau vol, ils la veillèrent jusqu’à l’aube, les croyants se racontant certains des miracles attribués au Seigneur de Pacaipampa. N’était-il pas vrai qu’un jour Il avait sauvé la vie au sous-préfet, qu’une autre fois Il avait délivré de la prison un présumé coupable et que, bien souvent, Il punissait les incrédules ?

***

  • 2 Ici équivalent à « Indiens ».

9Les paysans2 ont toujours triomphé. Le Christ a repris sa place dans la chapelle de la communauté d’Aricato. Depuis lors la foi et la dévotion ne cessent de croître.

10Puno, le 4 octobre 1980.

Notes

1 Sandia est l’une des neuf provinces du Département de Puno (Pérou). Elle est située au-delà de la Cordillère orientale des Andes, c’est-à-dire dans la sous-région géographique appelée « crête de la selva », qui s’étend vers la zone orientale de l’Amazonie, à 1120 m. d’altitude. C’est précisément à Sandia que commence la région de la selva du Département de Puno. La province de Sandia comprend vingt-huit communautés paysannes officiellement reconnues et dotées de la personnalité juridique.

2 Ici équivalent à « Indiens ».

Auteur

Journaliste à Puno.

Acheter