Version classiqueVersion mobile

De l’empreinte à l’emprise

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Résistances indiennes et pratiques paysannes

Tomar la bandera : punch et politique au Sud du Pérou

Benjamin S. Orlove

Texte intégral

1Au Pérou, dans la ville de Sicuani, département de Cuzco, se déroule un événement culturel inhabituel dans la société contemporaine latino-américaine. Tomar la bandera, qui signifie « boire le drapeau » sont les termes par lesquels les habitants de l’endroit désignent ce phénomène. Il consiste à boire successivement trois verres de punch, sirop parfumé dilué dans de l’eau chaude à laquelle on a ajouté une tombée d’alcool de canne. Le premier et le dernier verres sont de couleur rouge, le deuxième de couleur blanche. Les habitants aiment à faire remarquer que ces couleurs correspondent aux bandes du drapeau national péruvien.

  • 1 La recherche en vue d’un doctorat qui est à la base de cet article a été menée de mai 1972 à octobr (...)

2Cet article1 décrit cette pratique et analyse la signification des symboles qu’elle renferme. Il la met en relation avec d’autres significations et symboles de la vie sociale et culturelle des Hautes Terres du sud du Pérou. Il met aussi l’accent sur le développement historique et les fondements économiques qui ont fait et font de Sicuani un centre régional. Le symbole du drapeau traduit concrètement cette caractéristique de Sicuani et en donne plusieurs interprétations possibles.

  • 2 Moore, Sammy Falk et Myerhoff, Barbara, Secular Ritual, Atlantic Highlands, New Jersey, Humanities (...)
  • 3 Bastien, Joseph, Symbolism in the Andes, article présenté à la rencontre annuelle de l’Association (...)

3Cette pratique est d’un grand intérêt parce qu’elle a des implications plus larges que ne le suggère son simple contenu ethnographique. L’usage des drapeaux nationaux, et son extension mondiale, est lié à l’émergence de l’Etat-nation moderne. D’autre part, cette pratique particulière de tomar la bandera perpétue des modèles andins très anciens dans l’utilisation du symbolisme. Cette interprétation moderne et du traditionnel, de l’occidental et du non-occidental, a été étudiée dans le cas de rituels sacrés. Elle a, en revanche, fait l’objet de peu d’études dans le cas de symbolisme profane ou politique2. Cette lacune est particulièrement évidente dans les Andes où les études à propos du symbolisme sont en général centrées sur des symboles sacrés dont la plupart sont de nature géographique plus que culturelle, dans la mesure où ils expriment des caractères naturels de l’environnement plutôt que des objets manufacturés3. Enfin, cette pratique reprend le symbole d’une nation, le drapeau, pour représenter aussi bien une localité que la nation entière. Cette utilisation suggère que l’identification à une localité est compatible avec une forte identité nationale plutôt qu’en contradiction avec elle.

Le symbole du drapeau : significations nationales et locales

4Dans l’esprit des individus qui la pratiquent, la coutume de tomar la bandera est clairement associée au drapeau national péruvien. Plusieurs approches sont nécessaires pour découvrir les différents sens que le drapeau a pour eux et les raisons qui les ont conduits à associer le symbole du drapeau national à la ville de Sicuani. Ces approches demandent d’une part une description plus détaillée de la pratique elle-même, une recherche sur les autres significations et utilisations du drapeau à Sicuani et ailleurs au Pérou, et d’autre part un examen des autres localismos, c’est-à-dire des autres pratiques spécifiques à certaines localités. Ces efforts, de même qu’un bref rappel de l’histoire de Sicuani, fourniront l’information nécessaire à une interprétation du sens particulier que prend le drapeau à Sicuani et renforceront cette interprétation en examinant d’autres manières d’assigner des significations symboliques à des aliments et aux couleurs rouge et blanche. En outre, d’autres symboles ayant, eux aussi, le drapeau pour référence, seront analysés.

5Comme il a été dit ci-dessus, la pratique de tomar la bandera consiste à boire successivement un verre de punch rouge, puis un verre de punch blanc et à nouveau un verre de punch rouge. Elle a lieu dans toute la ville de Sicuani lors des fêtes publiques telles que les célébrations des saints, de la foire annuelle et des célébrations politiques, les Fiestas Vatrias (le Jour de l’Indépendance). Le punch est généralement vendu dans les épiceries, les boutiques et les étalages installés à chaque coin de rue, bien que certaines femmes le préparent aussi chez elles pour leur famille et leurs hôtes. Il est consommé pratiquement par tous les citadins de même que par la plupart des paysans qui viennent à Sicuani de la campagne et des villages environnants. Le punch est relativement bon marché. Au prix de quelque 20 à 40 centimes, presque tous les paysans et les citadins peuvent se permettre de boire quelques drapeaux les jours de fête. Cette coutume est directement liée à la ville de Sicuani et tous les hommes et les femmes y participent. Elle se pratique dans la ville seulement et on ne la trouve nulle part ailleurs.

6Selon tous les informateurs, le punch rouge se doit d’être fait à partir d’une variété de cerises connues au Pérou sous le nom de quinda (Prunus cerasus) et le punch blanc à partir d’une farine d’amande. Les gens interrogés ont déclaré que tels devaient être les ingrédients appropriés, bien que l’on puisse vendre quelquefois du punch rouge ou blanc qui n’a point été préparé de la sorte. Une autre espèce de fruit semblable à la cerise, la capuli (Prunus serotina) peut donner une couleur rouge et une saveur fruitée. Le riz, moulu en farine blanche, permet, comme les amandes, de préparer un punch blanc au goût sucré. Ces ingrédients, bien que non conformes, sont meilleur marché et laissent au vendeur de punch un plus grand profit. Pour encourager l’emploi des ingrédients appropriés, beaucoup de gens exigent que l’on mette une guinda dans chaque verre de punch rouge, quoiqu’il soit difficile de distinguer cette cerise de la capuli, surtout la nuit et après plusieurs verres de punch. Comme on le verra en détail ci-dessous, cette préoccupation concernant la conformité des ingrédients va au-delà du simple désir de ne pas être escroqué et du prétendu prestige que donneraient des produits plus chers.

7Sicuani est réputée pour son punch dans les provinces avoisinantes, comme d’autres villes des hautes terres du sud du Pérou le sont pour d’autres nourritures festives et luxueuses. Ayaviri est célèbre pour son agneau rôti, Uncos l’est pour ses grandes tranches rondes de pain blanc sucré, bien que ces mets soient servis aussi bien les jours ordinaires que les jours fériés. De plus, les habitants de Sicuani, comme dans beaucoup d’autres villes, ont un surnom quechua peu flatteur : les asnu suwa, c’est-à-dire les voleurs d’ânes, parce qu’ils sont connus pour voler les ânes des paysans imprudents qui viennent au marché. Abancay souffre d’un foisonnement d’insectes à cause de son climat chaud, ce qui a conduit au surnom de piki-siki, c’est-à-dire « cul de puce ». Les habitants de Yanaoca et de Ayaviri, fameux pour leur pingrerie, sont connus sous les surnoms respectifs de manka k’irpa (couvreur de pot, c’est-à-dire quelqu’un qui ne veut point partager sa nourriture) et de aya ch’uti (détrousseur de cadavres). Les bouses fraîches déposées par les animaux qui traversent les rues de Cuzco ont donné aux habitants de cette ville le surnom de aka llusk’a, soit « glisse-merde ». Ce fait d’associer étroitement des localités à des nourritures ou à des surnoms permet de penser que les villes ont communément une identité et que cette identité est exprimée généralement d’une manière symbolique. L’utilisation du symbole du drapeau à Sicuani est particulièrement élaborée et, de ce fait, une recherche plus approfondie sur ce sujet particulier est pleinement justifiée.

  • 4 Cette interprétation est confirmée par l’étude comparative de Firth sur le symbolisme du drapeau. F (...)

8L’importance du drapeau, comme drapeau national, n’est pas restreinte à Sicuani mais se retrouve à travers tout le Pérou. Il est important de relever les significations de ce symbole ailleurs au Pérou pour évaluer lesquelles d’entre elles sont partagées par tous les Péruviens et lesquelles sont spécifiques aux habitants de Sicuani. Des discussions avec des Péruviens à Sicuani ou ailleurs, les sources écrites et l’observation de l’usage du drapeau comme symbole ont toutes suggéré deux références principales au drapeau4. Premièrement, le drapeau péruvien fait référence à la nation péruvienne, c’est-à-dire à l’ensemble de toutes les personnes qui sont citoyennes du Pérou et ont des droits naturels à habiter son territoire. Deuxièmement il fait référence au gouvernement péruvien, soit à l’ensemble des institutions et des organisations qui régissent la nation péruvienne. Par cette double référence, le drapeau suggère que gouvernement et nation sont étroitement liés. Il implique que l’élément essentiel qui fait du Pérou une nation est la possession d’un gouvernement légitime. Acquises dans un grand nombre de contextes, ces significations sont pratiquement universelles. Elles sont apprises dans les écoles dès les premières années, l’histoire civique et nationale étant l’un des éléments essentiels du programme. (Les écoles sont gérées par un organe du gouvernement central, le Ministerio de Educación). Même les personnes qui, comme les vieux paysans, n’ont jamais été à l’école, voient toujours le drapeau en étroite association avec les institutions nationales telles que les branches du Ministerio de Agricultura, les postes de police ou les écoles ou avec des événements nationaux comme les Fiestas Patrias.

  • 5 Basadre, Jorge, Historia de la República del Perú, Lima, Editorial Peruamérica, Quinta edición aume (...)

9L’importance du drapeau comme symbole à la fois de la nation et du gouvernement péruvien est soulignée par la place qu’il a prise dans l’histoire péruvienne. Le drapeau date de la déclaration d’indépendance du Pérou en 1820, après que la Révolution française eut pleinement institué les drapeaux nationaux comme symbole de tout gouvernement républicain. Il y eut ensuite quelques changements relatifs au drapeau péruvien, mais le drapeau actuel a été établi en 18255. De plus, il est associé à San Martin qui, tout comme Bolivar, est considéré comme l’une des figures marquantes des guerres sud-américaines de libération contre la domination espagnole. On raconte que les couleurs du drapeau lui sont apparues lorsque, en sortant d’un rêve, il vit un flamant voler au-dessus de lui. L’oiseau lui sembla représenter la liberté et il décida d’adopter des couleurs qui évoqueraient ses ailes rouges et sa poitrine blanche.

  • 6 Dellepiane, Carlos, Historia militar del Perú, Buenos Aires, Biblioteca del Oficial, Tercera edició (...)

10Le drapeau est demeuré malgré la succession des gouvernements civils ou militaires, constitutionnels ou anticonstitutionnels, forts ou faibles qui ont marqué l’histoire péruvienne. Les frontières du Pérou ont changé, selon les guerres et les invasions, mais le drapeau est resté le même. Contrairement au drapeau américain, auquel on ajoute une étoile lorsqu’un nouvel Etat entre dans la nation, le drapeau péruvien ne s’est pas transformé en un siècle et demi d’histoire. Il a toujours été fortement identifié avec la nation et le gouvernement péruviens. Plusieurs événements illustrent comment des héros sont morts en défendant le drapeau. L’un des plus dramatiques s’est passé durant la guerre du Pacifique qui a eu lieu entre le Pérou et le Chili de 1879 à 1883. Cette guerre a vu la plus grande défaite militaire du Pérou indépendant. L’une des plus importantes batailles eut lieu en 1880 près de la ville d’Arica que le Chili prit au Pérou durant cette guerre. A ce moment-là, le Pérou était déjà en train de perdre la guerre et la colline aux abords de la ville était un point stratégique qu’il fallait défendre. Lorsque l’issue de la bataille fut définitivement en faveur des Chiliens, Alfonso Ugarté jura qu’il défendrait le drapeau péruvien jusqu’à la mort. Il saisit le drapeau, sauta sur un cheval et se précipita, du haut de la falaise, dans l’Océan Pacifique. Son corps ne fut jamais retrouvé6. Comme Francisco Bolognesi qui lui aussi mourut dans cette bataille, Ugarté tient une place privilégiée dans la martyrologie politique nationale du Pérou. Cette histoire est fréquemment racontée et de nombreuses écoles et rues portent son nom.

11Par ailleurs, l’idée est courante au Pérou que toute nation a un drapeau et que tout ensemble de personnes doit avoir un drapeau pour former une nation. Les gouvernements de plus en plus nationalistes de ces dernières décennies ont commencé à réexaminer la place de l’Empire inca dans l’histoire du Pérou et à lui redonner du poids. L’intérêt qu’ils mettent à rechercher le drapeau inca marque bien cette volonté de revaloriser les Incas. Or, pour la plupart des gens, il est impensable que les Incas aient pu avoir une forme d’organisation politique aussi élaborée que celle d’un Etat-nation moderne sans avoir aussi eu ce symbole fondamental de l’Etat-nation, le drapeau. La plus courante et la plus prisée des images du drapeau inca est celle d’un arc-en-ciel sur fond blanc. Que cette interprétation, évidente pour beaucoup, soit valide reste fort problématique mais cela ne dissuade en rien ceux qui y adhèrent.

12Trois différentes utilisations du drapeau — par le gouvernement, par l’opposition et par d’autres groupes dans des contextes non politiques — peuvent illustrer cette double signification du drapeau comme symbole de la nation et comme symbole du gouvernement. Le gouvernement militaire qui gouverna le Pérou de 1968 à 1980 nationalisa une grande compagnie américaine quelques jours seulement après avoir pris le pouvoir. Cette expropriation des champs de pétrole et des raffineries appartenant à la Compagnie Internationale du Pétrole qui avait violé les accords passés avec le Pérou, fut un acte de nationalisme vigoureux et de grand courage. Ce gouvernement prit de graves risques en démontrant sa volonté d’avoir une politique étrangère plus indépendante et un contrôle plus grand sur les ressources naturelles. Un jour férié, el Dia de la Dignidad Nacional, commémore depuis lors cet événement. Les bidons qui contiennent le pétrole et le gaz de ces champs et raffineries nationalisés sont peints de bandes rouge, blanche et rouge. Cette utilisation du symbole du drapeau implique que cette expropriation a été un acte de la nation péruvienne et que le gouvernement péruvien a agi en tant que représentant légitime de la nation pour défendre ses intérêts contre d’autres nations.

  • 7 Harding, Colin, « Lessons of the Present Stage of the Class Struggle in Piura », The Journal of Pea (...)

13Des groupes de paysans radicaux se servent du drapeau durant les invasions de terre lorsqu’ils occupent les haciendas, dans l’espoir d’obtenir une reconnaissance officielle en leur faveur. Ces occupations ont généralement lieu lorsque des lois de réforme agraire ont été promulguées mais pas encore appliquées conformément au souhait de certains groupes de paysans. Ces paysans brandissent alors des drapeaux comme cela a été vérifié tant pour la côte que pour les hautes terres7.

  • 8 Neira, Hugo, Cuzco : tierra y muerte, Reportaje al Sur, Lima, Problemas de Hoy, 1964.

14Des photographies prises lors des invasions de terres près de Sicuani montrent des paysans portant le drapeau péruvien8. Ils le font d’une part dans l’espoir que la police et les soldats n’osent point les attaquer et d’autre part pour donner une légitimité à leurs revendications d’accélérer l’application de la Réforme agraire. Cette utilisation montre une fois de plus que les occupants insistent sur leur appartenance à la nation péruvienne et désirent que le gouvernement agisse en leur faveur.

15Un dernier exemple est celui de l’utilisation du drapeau dans la décoration des maisons, fait largement répandu. Beaucoup de paysans des hautes terres du sud, aussi bien près de Sicuani que dans d’autres endroits, peignent des drapeaux sur la façade des murs en pisé de leur maison. La simplicité formelle du drapeau favorise probablement cette utilisation, d’autant plus que la chaux ainsi qu’une sorte de boue ou peinture rougeâtre sont à la portée de tout le monde. Bien que d’autres motifs de décoration soient également simples et que le drapeau ne soit pas seul utilisé, il est de loin le plus répandu. Une explication supplémentaire doit donc être recherchée. On peut admettre comme hypothèse que cette utilisation du drapeau exprime le souci des paysans de démontrer leur appartenance à la nation péruvienne et leur participation aux institutions nationales. Les paysans sont franchement fiers de leurs écoles décorées de drapeaux, et ils le sont aussi des routes et des radios qui les lient au reste de la société. Au-delà de ce souci de participation et d’appartenance, de simples raisons économiques peuvent engendrer des expressions symboliques aussi bien que matérielles de leurs liens avec la nation et le gouvernement péruviens. L’importance, à travers tout le Pérou, du drapeau comme symbole de la nation et du gouvernement démontre que les habitants de Sicuani ne peuvent que participer à ce sentiment général. Mais, étant donné la force des localismos partout dans les hautes terres, il est probable que la pratique de tomar la bandera ait aussi à Sicuani des significations locales spécifiques.

16Toutefois, étant donné la nature du drapeau comme symbole du Pérou et les moyens par lesquels les Péruviens acquièrent, comprennent et utilisent ce symbole, il est exclu que le drapeau ait uniquement des significations particulières ou locales propres aux habitants de Sicuani. De même, étant donné l’importance des localismos, on peut rejeter l’idée selon laquelle le drapeau avait exactement la même importance à Sicuani qu’ailleurs au Pérou. Deux hypothèses pourraient expliquer la pratique spécifique de tomar la bandera à Sicuani. La première est que les gens de Sicuani partagent les significations générales du drapeau (comme symbole de la nation et comme symbole du gouvernement) mais que leur désir de les exprimer est particulièrement fort. La deuxième est qu’ils donnent au drapeau, en plus de sa signification générale, une signification locale particulière. Le chapitre suivant montrera que ces hypothèses, loin d’être contradictoires, sont complémentaires et qu’elles offrent toutes deux des explications acceptables de l’utilisation particulière du drapeau à Sicuani. Toutefois, la dernière d’entre elles plus encore que la première favorise une analyse approfondie de cette pratique.

Le contexte de tomar la bandera : une histoire condensée de Sicuani

17Tomar la bandera a une signification complexe ; en utilisant la guinda, l’amande, la capuli et le riz, cette pratique relie des significations nationales générales à des significations plus locales. En effet, ces denrées n’ont acquis de sens spécifique que dans le contexte historique de Sicuani ; il est donc nécessaire de saisir brièvement ce contexte.

18La ville de Sicuani est située dans la Sierra, bande de hautes terres montagneuses qui s’étendent entre la côte sèche du Pacifique et la forêt tropicale humide des basses terres amazoniennes. Elle remplit les fonctions qui sont caractéristiques des villes et cités de la Sierra. Ces fonctions sont d’abord administratives et commerciales, les activités industrielles étant relativement sans importance. Toutes deux établissent des hiérarchies entre les différentes localités. Les fonctions administratives des villes péruviennes sont déterminées par le haut degré de centralisation du gouvernement. En fait, tous les organes gouvernementaux importants sont des ramifications des ministères nationaux, et la plupart des fonctionnaires sont désignés plutôt qu’élus. L’organisation centralisée de l’Eglise catholique soutient et renforce ces caractéristiques du gouvernement national. Le Pérou est divisé, à des fins administratives, en trois niveaux hiérarchiques : le département, la province et le district, chaque niveau administrant et contrôlant celui qui lui est immédiatement inférieur. Sicuani est une capitale provinciale subordonnée à la capitale départementale de Cuzco mais à la tête de sept capitales de district.

  • 9 Ils correspondent généralement aux modèles développés par la théorie du « lieu central » (central p (...)

19Les activités commerciales des villes de la Sierra impliquent l’exportation vers d’autres régions de produits locaux tels que le maïs, les pommes de terre, la laine et l’importation, des régions côtières, de produits manufacturés ou de produits agricoles tels que le sucre et le riz. Ces activités comprennent aussi un échange horizontal local entre produits agricoles et objets artisanaux. Les marchés forment un réseau hiérarchique avec des centres plus importants de par leur rayonnement9. De nombreux villages ont de petits marchés hebdomadaires et quelques magasins ; les villes plus importantes ont respectivement de plus grands marchés, des magasins plus nombreux et des foires. Les négociants des villes les plus importantes font le commerce en gros des produits locaux qu’ils expédient dans d’autres régions et des produits de la région côtière qu’ils importent.

20Villes et villages peuvent changer de place dans la hiérarchie commerciale ou administrative. Des décrets gouvernementaux peuvent élever des capitales de district au rang de capitale provinciale et des capitales provinciales au rang de capitale départementale. L’importance commerciale d’une localité peut augmenter ou diminuer. Son aire de rayonnement est susceptible de s’étendre ou de se réduire.

  • 10 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep, and Men : The Wool Export Economy and Regional Society in Souther (...)

21L’expansion de Sicuani est due à son élévation dans les hiérarchies commerciale et administrative. De petit village, sans marché important, au temps de l’indépendance péruvienne, elle est devenue à la fin du xixe siècle un centre commercial pour l’exportation de la laine. La ligne des chemins de fer péruviens du sud a atteint Sicuani en 1897, lui permettant de devenir l’un des plus grands carrefours des réseaux nationaux. Elle a maintenu cette position jusqu’à nos jours, étant actuellement le centre du commerce des provinces du sud du département de Cuzco10. Elle relie les consommateurs locaux aux marchés nationaux. Son commerce comprend trois importants types de transactions : la laine produite localement est transportée au port d’Arequipa pour l’exportation ; le maïs, les pommes de terre et les grosses fèves sont emmenés dans des régions qui, comme l’Altiplano, haut plateau qui borde le lac Titicaca, souffrent de déficit alimentaire ; des produits manufacturés et certains produits agricoles enfin sont importés de la côte.

22Sicuani est aussi devenue un important centre administratif du département. Elle est le siège de nombreux services comme la Zona de Educación que l’on trouve normalement dans les capitales départementales. Pour de nombreuses raisons, les provinces de Canas, de Canchis et de Chumbivilcas, dans le sud du département de Cuzco, sont administrées à partir de Sicuani. La police, les travailleurs des programmes de développement agricole, les maîtres d’école et autres employés gouvernementaux de ces provinces dépendent de leurs supérieurs de Sicuani qui eux-mêmes doivent s’en référer à Cuzco et à Lima.

  • 11 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep, and Men, op. cit., pp. 198-201.

23L’augmentation de la population — de 2 299 habitants en 1876 à 12 956 en 1972 — reflète bien l’importance croissante des activités commerciales et administratives de Sicuani. En 1876, Sicuani était à peine plus grande que Tinta, deuxième village en importance dans la région ; en 1972, elle compte cinq fois plus d’habitants. C’est la seule ville dans le sud du département de Cuzco à avoir subi une augmentation aussi impressionnante de sa population. Cette croissance a provoqué chez beaucoup de personnes le sentiment que la place qu’occupe Sicuani dans l’administration n’est pas en rapport avec son importance. Ils voudraient que leur ville devienne une capitale départementale. Un tel statut ne lui donnerait pas seulement un prestige plus grand mais lui apporterait aussi l’argent provenant des salaires des fonctionnaires et du financement central des travaux publics. Il mettrait également fin au contrôle si long et si insupportable de Cuzco sur Sicuani. En tant que capitale départementale, la ville de Cuzco obtient pour elle-même une partie disproportionnée des revenus nationaux alloués à l’ensemble du département. De plus, Sicuani a toujours été sous-représentée dans les organes législatifs et judiciaires nationaux. Tout cela a conduit à une grande campagne en faveur de la departamentalización du sud du département de Cuzco avec Sicuani pour capitale. Les avantages économiques et politiques évidents d’un tel changement ont amené la ville entière, comme l’ont montré plusieurs grandes campagnes11, à soutenir cette revendication. Deux capitales ont déjà réussi à se libérer de Cuzco de cette manière : Abancay en 1873 et Puerto Maldonado en 1912. En devenant les deux capitales des départements de Apurimac et de Madre de Dios, ces deux villes sont devenues exemplaires et ont stimulé ce mouvement. C’est dans ce contexte historique que l’on doit envisager la pratique de tomar la bandera.

Sicuani et le drapeau : leurs liens

24Le drapeau national représente de nombreux éléments de cette histoire. Les ingrédients, conformes ou non, nécessaires à la fabrication du punch coloré, sont produits, distribués et consommés chacun à leur façon ; ils reflètent de plusieurs manières les activités commerciales de Sicuani. Les ingrédients appropriés, comme on l’a déjà vu, sont la guinda pour le punch rouge et l’amande pour le blanc. Les guindas sont récoltées dans les vallées côtières près d’Arequipa et les amandes, cultivées en Bolivie, sont amenées à Sicuani par les commerçants de l’Altiplano. Ce sont les deux régions avec lesquelles Sicuani a des liens économiques importants. Pratiquement tous les habitants de Sicuani connaissent la provenance de ces deux produits, comme ils connaissent d’ailleurs celle de la plupart des nourritures qu’ils consomment. Les guindas et les amandes sont assez rares dans la Sierra du sud et elles sont relativement chères. Elles sont clairement considérées comme un luxe de citadin et ne sont pratiquement jamais consommées dans les villes plus petites ou à la campagne. Dès lors, ces produits conformes aux couleurs du drapeau mettent en valeur la place centrale qu’occupe Sicuani dans le réseau commercial interrégional et confirment son statut de ville importante.

  • 12 Gade, Daniel, Plant Use and Folk Agriculture in the Vilcanota Valley of Peru : A Cultural-Historica (...)

25Les ingrédients non appropriés sont les capuli pour le punch rouge et le riz pour le blanc. Les capuli poussent dans toute la Sierra du sud, surtout dans les régions situées entre 2600 m et 3600 m d’altitude12. Le riz est produit sur la côte et transporté en grandes quantités dans de nombreuses villes de la Sierra. Ces deux denrées sont très communes et bon marché. On peut les obtenir dans les magasins et les marchés de n’importe quels villages et communautés de la région. Ces paysans qui cultivent les capuli les vendent localement et de petits négociants achètent du riz à Sicuani pour le revendre partout dans la région. Ce sont des denrées paysannes de luxe. A la campagne, on sert souvent du riz dans les mariages et les capuli sont une gâterie pour les enfants. Ces ingrédients non conformes font ressortir la place mineure qu’occupe Sicuani dans le réseau commercial régional et confirment son statut de village peu important.

26Pour exprimer ces significations, le drapeau est un symbole immédiatement accessible et disponible. Il donne un ton de certitude et de légitimité à ces jugements sur l’importance de Sicuani, plus que ne pourraient le faire d’autres symboles rouge et blanc, comme les flamants par exemple. L’utilisation du drapeau exprime aussi le souci qu’a Sicuani de s’élever au rang de capitale de département. La guinda accentue les liens de Sicuani avec la côte, et l’amande ceux avec l’Altiplano. Ces régions avec lesquelles Sicuani fait du commerce sont à l’extérieur du département de Cuzco. Elles se situent à l’est et au sud alors que le reste du département, y compris la capitale, est orienté vers l’ouest et le nord. Dans ce contexte et par l’utilisation du drapeau, le désir de departamentalización qu’a Sicuani prend la forme d’un intérêt légitime qu’ont certains membres de la nation péruvienne à être plus étroitement liés aux institutions du gouvernement péruvien. Cela fait songer aux utilisations du drapeau dans les cas déjà mentionnés d’expropriation des compagnies étrangères, d’occupations de terres et de décorations des maisons.

27Le drapeau transmet ainsi une combinaison de significations locales et nationales. Les ingrédients utilisés dans le punch démontrent bien ce que les habitants de Sicuani veulent donner à leur ville alors que les ingrédients non conformes expriment au contraire une signification que les habitants refusent. Ces significations locales, en étant associées à un symbole national, acquièrent une force qu’un simple symbole local ne saurait exprimer. De plus, le drapeau donne vigueur et légitimité à la campagne en faveur d’un statut administratif plus élevé.

  • 13 Custred, Glynn, « Symbols and Control in a High Altitude Andean Community «, Anthropos, 4, 1979, pp (...)
  • 14 Murra, John, « Rite and Crop in the Inca State, in Diamond Stanley ed., Culture and History : Essay (...)

28Un certain nombre d’autres utilisations de symboles appuient cette interprétation. Il existe certains cas où des produits agricoles sont utilisés pour symboliser des régions. Custred13 a décrit, pour la province de Chumbivilcas, des rituels dans lesquels il y a un lien symbolique direct entre les graines de coca et la montaña, étendues supérieures de la forêt tropicale humide, entre le maïs et la gheshua, vallées agricoles d’altitude moyenne, et entre la graisse de lama et la puna, pâturages de haute altitude. Murra14 fait, de son côté, une analyse ethno-historique de cette utilisation rituelle du maïs. Il est donc raisonnable de penser que certains produits agricoles représentent des régions spécifiques.

  • 15 Turner, Victor, « Colour Classification in Ndembu Ritual », in Banton, Nichael, ed., Anthropologica (...)

29L’utilisation systématique des couleurs comme symbole étant pratiquement inexistante dans la région, il n’y a pas de raisons de rechercher d’autres significations aux denrées rouges et blanches indépendamment de leur lien avec le drapeau. Contrairement à l’opinion de ceux qui insistent, dans leurs analyses de cultures spécifiques, sur l’emploi d’un symbolisme de la couleur et sur les significations universelles des couleurs15, la couleur ici n’est généralement pas un symbole important. Les costumes paysans par exemple se différencient d’un district ou d’une province à l’autre par leur coupe et par leurs motifs plutôt que par leur couleur. De même, les pains décorés et préparés spécialement pour la fête de la Toussaint en novembre et les feux d’artifice que l’on déploie les jours de fête où l’on célèbre un saint se distinguent non par leur couleur mais par leur taille et leurs motifs décoratifs. De plus, il ne semble pas y avoir de parenté entre les rituels symboliques qui, ici et là, exigent l’utilisation d’objets rouges ou blancs. Le Vendredi Saint, beaucoup de gens se mettent sur leur balcon pour assister à la procession. On transporte une image du Christ couché sur le ventre dans un cercueil au couvercle de verre. Ils vident sur elle de pleins paniers de fleurs rouges, les nukch’u, pour représenter le sang du Christ. D’autres utilisations de la couleur rouge n’ont pourtant rien à voir avec le sang. Le lama qui conduit la caravane transportant des pommes de terre, du maïs ou d’autres produits agricoles porte au cou et aux oreilles des ornements rouges. La balle de bois, utilisée dans un jeu local appelé ch’iwka, est gardée dans une feuille de métal rouge. On dit des soucoupes volantes qu’elles émettent des lumières rouges. Il en va de même quant à l’utilisation d’objets blancs : elle apparaît comme spécifique à des situations particulières. Certaines femmes, surtout les commerçantes, les épouses d’artisans et les plus riches des paysannes, portent des chapeaux blancs. Les drapeaux que l’on met sur certaines croix au sommet des montagnes sont aussi blancs. Tous ces exemples permettent de penser qu’il n’y a point de significations spéciales associées aux couleurs rouge ou blanche qui puissent être appliquées à la pratique de tomar la bandera.

30Par ailleurs, il y a d’autres symboles qui expriment le désir des gens de Sicuani de valoriser leurs liens avec Arequipa et la côte d’une part, avec l’Altiplano et la Bolivie d’autre part. Du pain confectionné à Arequipa et certains fruits de la côte, comme les figues, sont hautement prisés. Les meilleurs hôtels de Sicuani, le Mantanares, le Moliendo et le Ferrocarril, ont des noms associés à Arequipa. Le Manzanares rappelle les vergers de pommes que l’on trouve surtout sur la côte, le Moliendo fait référence à un port du département d’Arequipa et le Ferrocarril célèbre le Ferrocarril del Sur del Perú, le Chemin de fer du sud du Pérou, dont la direction se trouve à Arequipa. Ce qui vient de 1’Altiplano est aussi valorisé. Des fanfares de l’Altiplano péruvien et bolivien sont engagés pour jouer dans les fêtes et elles attirent les foules, qui se pressent, debout, aux concerts donnés dans les salles de cinéma de Sicuani. L’influence de l’Altiplano se ressent aussi dans l’habillement, en particulier dans celui des citadins pauvres. Ceci revient à dire que Sicuani souhaite se dissocier des petits villages et des communautés de la région, désir qui se reflète dans l’ambition de ses améliorations urbaines, des rues pavées, des promenades agrémentées au bord de la rivière, des parterres de fleurs dans les carrefours principaux, tout est fait pour donner à la ville une ambiance qui transcende ses fonctions utilitaires.

31Enfin, on considère avec mépris les denrées qui, comme le pain de froment noir appelé chhapa t’anta ou les pommes de terres à demi gelées appelées k’achu ch’unu, rappellent la campagne environnante.

Synthèse et conclusion

32La pratique de tomar la bandera incarne certaines significations. Elle veut montrer que Sicuani est un carrefour majeur dans le réseau commercial inter-régional contrairement à l’opinion qui veut qu’elle ne soit qu’un carrefour mineur. C’est une ville importante et non pas un village sans importance. Elle exprime aussi le sens national d’identification à la nation et au gouvernement péruviens, sens sur lequel les habitants de Sicuani insistent puisqu’il traduit leur désir de devenir la capitale d’un nouveau département. L’emploi du drapeau national comme symbole donne une plus grande force à toutes ces expressions symboliques.

  • 16 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep..., op. cit. ; Orlove, Benjamin, « Urban and Rural Artisans in Sou (...)

33Malgré la difficulté d’établir en sciences sociales des hypothèses en dehors des faits, il semble pratiquement certain que ces significations pourraient exister pour les habitants de Sicuani indépendamment de la pratique de tomar la bandera. L’établissement d’une grande foire annuelle, les nombreux clubs sociaux, les diverses tentatives pour attirer l’industrie et le soutien qu’a reçu la nouvelle prélature, illustrent à eux seuls une conscience civique déjà ancienne, le rayonnement des activités locales et la volonté de développer les activités économiques et administratives16.

34L’utilisation de symboles demeure toutefois très importante. Tomar la bandera exprime d’une manière concrète toutes ces opinions et ces préoccupations. Chaque individu peut ressentir ces significations à un degré variable d’intensité et de conscience. Beaucoup d’entre eux peuvent même simplement trouver agréable et plaisant de boire du punch les jours de fête.

35Le fait de « boire le drapeau » révèle un entrelacement complexe de symboles occidentaux et non occidentaux. Il reprend un modèle andin d’utilisation d’un symbole pour démontrer sa loyauté à une institution non andine, l’Etat-nation. De plus, cela montre qu’il n’y a point de contradiction entre un sentiment d’appartenance à la nation et celui d’appartenance à la localité. Cet usage de symboles profanes et politiques concentre en lui-même de nombreux traits de l’histoire de Sicuani et exprime ses différentes positions au sein de la hiérarchie des villes de la région.

36On devrait dorénavant accorder une plus grande attention à l’étude de tels symboles, profanes et modernes, dans les Andes.

Notes

1 La recherche en vue d’un doctorat qui est à la base de cet article a été menée de mai 1972 à octobre 1973 grâce au soutien et à l’aide financière du Foreign Area Fellowship Program. Par la suite, de brefs séjours à Sicuani ont eu lieu en 1974, 1976 et 1979. Richard Curley, Mario Davila, Daniel Matz, Daniel Meyerowitz, Henry Rutz, Miriam Wells et Karl Yambert ont donné d’utiles conseils avant la version définitive de ce texte.

2 Moore, Sammy Falk et Myerhoff, Barbara, Secular Ritual, Atlantic Highlands, New Jersey, Humanities Press, 1977 ; Kertzer, David I., Comrades and Christians : Religion and Political Struggle in Communist Italy, New York, Columbia University Press, 1980 ; Nash, June, We Eat the Mines and the Mines Eat Us : Dependency and Exploitation in Bolivian Tin Mines, New York, Columbia University Press. 1979.

3 Bastien, Joseph, Symbolism in the Andes, article présenté à la rencontre annuelle de l’Association anthropologique américaine, San Francisco, 1975 ; Favre, Henri, « Teyta Wamani : le culte des montagnes dans le centre-sud des Andes péruviennes », Colloque d’études péruviennes, Université d’Aix-en-Provence, 1966, pp. 121-140 ; Flores, Jorge A., « Enga, enqaychu y khuya rumi : aspectos magico-religiosos entre pastores », Journal of Latin American Lore, 2 (1) 1976, pp. 115-136 ; « Examination of Solstivoe Divination in Southern Highland Peru », Anthropological Quarterly 52 (2), pp. 86-98, 1979 ; Ossio, Juán, « Los mitos de origen en la comunidad de Andamarca », Allpanchis, 11, 1977, pp. 105-113 ; Urbano Henrique Osvaldo, « La representación andina del tiempo v del espacio en la fiesta », Allpanchis Phuturinga, 7, 1974, pp. 9-48.

4 Cette interprétation est confirmée par l’étude comparative de Firth sur le symbolisme du drapeau. Firth, Raymond, Symbols Public and Private, London, George Allen & Unwin, 1973, pp. 328-367.

5 Basadre, Jorge, Historia de la República del Perú, Lima, Editorial Peruamérica, Quinta edición aumentada y corregida, 1964, v. 5, pp. 2434-2436 ; Rowe, John Howand, « The Chronology of Inca Wooden Cups, in Lothrop Samuel K. and al., Essays in Pre-Columbian Art and Archaeology, Cambridge, 1961, pp. 329-330.

6 Dellepiane, Carlos, Historia militar del Perú, Buenos Aires, Biblioteca del Oficial, Tercera edición, Circulo militar, 1941, p. II, 295.

7 Harding, Colin, « Lessons of the Present Stage of the Class Struggle in Piura », The Journal of Peasant Studies, 1964, 2 (1), p. 103 ; Martinez Alier, Juan, « Peasants and Labourers in Southern Spain, Cuba and Highland Peru », The Journal of Peasant Studies, 1974, 1 (2), p. 143.

8 Neira, Hugo, Cuzco : tierra y muerte, Reportaje al Sur, Lima, Problemas de Hoy, 1964.

9 Ils correspondent généralement aux modèles développés par la théorie du « lieu central » (central place). Marshall, John Urquhart, The Location of Service Towns. An Approach to the Analysis of Central Place Systems, University of Toronto, Department of Geography Research Publications, Number 3, Toronto and Buffalo, University of Toronto Press, 1969 ; Plattner, Stuart, « Rural Market Networks », Scientific American, 232 (5), 1975, pp. 66-79 ; Smith, Carol, « Examining Stratification System through Peasant Marketing : An Application of Some Models from Economic Geography », Man, 10 (1), 1975, pp. 95-122.

10 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep, and Men : The Wool Export Economy and Regional Society in Southern Peru, New York and London, Academic Press, 1977 ; Lalone, Sarrell, Contexts of Trade and Markets in Peruvian Andes, Unpublished dissertation, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan, 1978.

11 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep, and Men, op. cit., pp. 198-201.

12 Gade, Daniel, Plant Use and Folk Agriculture in the Vilcanota Valley of Peru : A Cultural-Historical Geography of Plant Ressources, Unpublished doctoral dissertation, University of Wisconsin, Madison, 1967, p. 296.

13 Custred, Glynn, « Symbols and Control in a High Altitude Andean Community «, Anthropos, 4, 1979, pp. 379-392.

14 Murra, John, « Rite and Crop in the Inca State, in Diamond Stanley ed., Culture and History : Essay in Honor of Pau Radin, New York, Columbia University Press, 1960, pp. 393-407.

15 Turner, Victor, « Colour Classification in Ndembu Ritual », in Banton, Nichael, ed., Anthropological Approaches to the Study of Religion, Association of Social Anthropologists, Monograph 3, New York, Frederick A. Praeger, 1966, pp. 47-84.

16 Orlove, Benjamin, Alpacas, Sheep..., op. cit. ; Orlove, Benjamin, « Urban and Rural Artisans in Southern Peru », International Journal of Comparative Sociology, 15 (3-4), 1974, pp. 193-211.

Auteur

Unité des Etudes de l’environnement et Département d’Anthropologie, Université de Californie, Davis.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search